Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Partie III. Le catalogue du Soleil d’Or

Chapitre 6. Le droit savant

Texte intégral

  • 1 L’expression est d’Yves-Bernard Brissaud (« Pistes pour une histoire de l’édition juridique sous l’ (...)
  • 2 A. Gouron et O. Terrin, Bibliographie des coutumes de France, éditions antérieures à la Révolution,(...)
  • 3 E. Spangenberg, Einleitung in das Römisch-Justinianeische Rechtbuch, Hanovre, 1817, notamment la 5e (...)

1Si l’histoire du droit à la renaissance constitue un champ de recherche vaste et dynamique, celle de l’édition juridique reste une terra incognita1. Les coutumes imprimées ont certes attiré l’attention des bibliographes2, mais on ne dispose encore d’aucun répertoire des commentaires, des recueils d’arrêts ou des styles parlementaires français. Quant aux anciennes éditions du Corpus juris civilis, elles ont été inventoriées par Ernst Spangenberg en 1817 et l’on gagnerait à mettre à jour les données recensées par l’Einleitung in das Römisch-Justinianeische Rechtbuch3.

2La rareté des travaux bibliographiques dans ce domaine s’explique aisément. Parmi les historiens du droit de la Renaissance, rares sont ceux qui consultent les éditions anciennes du Corpus juris civilis et canonici. Son texte, apparemment figé, n’est guère stimulant pour le chercheur familier des coutumes, des commentaires juridiques ou des recueils d’arrêts. De son côté, le bibliothécaire n’a guère d’égards pour ces volumes peu attrayants et souvent mal conservés. La rareté des exemplaires, conséquence funeste des autodafés protestants et des tris révolutionnaires, fait le reste : elle a de quoi décourager le plus motivé des bibliographes.

3Soucieux de signaler aux historiens quelques éditions et préfaces remarquables, on s’attachera dans les pages qui suivent à présenter le travail accompli en matière juridique par l’atelier du Soleil d’Or. Le droit constitue en effet depuis la fin du xve siècle une spécialité de l’entreprise. En la matière, Charlotte Guillard se contente donc de poursuivre une politique éditoriale inaugurée par Ulrich Gering et Berthold Rembolt, et dont Claude Chevallon s’était lui-même fait le continuateur. Il semble dès lors naturel de présenter l’œuvre juridique du Soleil d’Or à travers une chronologie longue, signalant les éditions notables publiées par l’atelier des dernières années du xve siècle jusqu’à la mort de Charlotte Guillard.

L’ÉDITION DU DROIT SAVANT AU XVIe SIÈCLE

Le droit savant : définition

  • 4 Signalons une seule exception : la publication par Claude Chevallon en 1534 des Ordonnances, statut (...)

4Durant la période examinée, le Soleil d’Or ne publie aucun des coutumiers dont la rédaction s’achève et qui commencent à être imprimés, aucun des recueils d’arrêts dont la nécessité se fait de plus en plus vivement sentir dans la pratique judiciaire, aucun des « styles de cour laie » ou « styles parlementaires » qui règlent les relations entre acteurs du Palais4. La production juridique de l’atelier est d’une autre nature. Exclusivement latine, exceptionnellement grecque, elle est cantonnée dans les étroites bornes du droit dit « savant », que Michel Reulos définit en ces termes :

  • 5 M. Reulos, « Les droits savants dans l’édition française… », art. cit., p. 323.

Par les mots « droits savants » sont compris le droit romain et le droit canonique par opposition au droit coutumier ; il ne s’agit pas seulement d’une distinction entre les sources du droit mais il faut tenir compte de ce que seuls le droit romain et le droit canonique faisaient l’objet d’enseignements dans les universités alors que le droit coutumier est estimé relever exclusivement de la pratique du Palais.5

5Cette définition circonscrit le droit savant à un corpus de textes qui renferment les fondements théoriques de la jurisprudence et font l’objet d’enseignements universitaires mais qui ne sont guère employés dans la pratique judiciaire en pays de droit coutumier.

  • 6 J. Hilaire, J. Turlan et M. Villey, « Les mots et la vie. La “pratique” depuis la fin du Moyen Âge  (...)
  • 7 M. Houllemare, Politiques de la parole. Le Parlement de Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 2011.
  • 8 J. Krynen, « Le droit romain, droit commun de la France », Droits. Revue française de théorie, de p (...)
  • 9 Voir, sur ce point, les belles phrases de Michel Villey en introduction et en conclusion de son Dro (...)

6Faut-il pour autant imaginer une séparation nette entre droits « savant » et « français », entre théorie et pratique judiciaires ? Question maintes fois débattue. Certes, comme science de la procédure, la pratique ne s’acquiert que par l’expérience du Palais6. Avocats et magistrats n’en sont pas moins pétris d’une culture juridique classique à laquelle ils ne cessent de se référer7. Le droit romain constitue une « raison de droit » à laquelle les praticiens font presque systématiquement appel, certains n’hésitant pas à voir dans l’ancienne juridiction impériale le « droit commun » de la France lorsque la coutume fait défaut8. Par les thèmes qu’elle aborde, par les concepts mêmes qu’elle explore (propriété, parenté, succession, mariage, délit…), la pratique coutumière ne cesse d’emprunter aux droits romain et canonique9. Le droit savant légitime donc sans cesse la pratique ; la glose latine qui entoure le texte de certains coutumiers regorge de références aux corpus antique et canonique. Rien d’étonnant, donc, à ce que les livres juridiques qui nous intéressent ici se rencontrent chez la plupart des avocats de l’époque.

Un corpus figé ?

7On désigne donc, par l’expression « droit savant », deux principaux héritages : le droit civil de l’ancien empire romain et le droit canonique des papes. Le Corpus (ou cursus) juris civilis, ainsi nommé depuis le xiie siècle, comprend l’ensemble de l’œuvre législative de Justinien et décrit les fondements juridiques impériaux. Il compte quatre principales collections :

  1. Les douze livres du Code, qui rassemblent les constitutions des empereurs romains.

  2. Les cinquante livres des Pandectes (ou Digeste), regroupés en sept parties, constituant une compilation des divers travaux juridiques antérieurs au règne de Justinien.

  3. Les Institutes, divisées en quatre livres, qui composent un système de droit abrégé, de moindre ampleur que les Pandectes ; elles étaient initialement destinées à la formation des jeunes juristes.

  4. Enfin, les Novelles, de rédaction plus tardive, regroupant les ordonnances publiées par Justinien après la rédaction des différents volumes du corps de droit. Les Novelles ont circulé sous la forme de trois collections différentes (et concurrentes) : l’Epitome de Julien (124 novelles, en latin), l’Authentique (réputé, au Moyen Âge, plus exact que l’Epitome ; 134 novelles, en latin) et la collection grecque (168 novelles, dans la langue originale de leur promulgation).

  • 10 Cette répartition est le fait des glossateurs. Aussi les éditions de petit format, dépourvues de co (...)

8Telle est du moins la répartition logique du Corpus juris civilis. Mais elle est rarement respectée par les éditions anciennes. Pour les imprimeurs, comme pour les copistes des manuscrits médiévaux, l’inégale longueur de ces différents ensembles impose une nouvelle distribution. Dès le xve siècle, le Corpus juris civilis s’organise donc en cinq ou six volumes. Les cinquante livres des Pandectes sont généralement répartis en trois tomes : Digeste vieux (Digestum vetus), Infortiat (Infortiatum) et Digeste nove (Digestum novum)10 ; les Institutes font l’objet d’un volume à part entière, tout comme les neuf premiers livres du Code. Un volumen parvum (ou Authenticorum liber) complète parfois le corpus : il regroupe souvent les trois derniers livres du Code, les Novelles ainsi que diverses productions juridiques du Saint-Empire médiéval tels les Libri feudorum, les Constitutiones de Frédéric II ou les Extravagantes de Henri VII.

9Cette répartition ne forme toutefois pas un système figé. La composition des collections peut varier selon le temps, le format et surtout la présence ou l’absence de commentaires car tous ces textes peuvent être entourés de la « grande glose » d’Accurse, héritée de l’enseignement universitaire florentin du xiie siècle, ainsi que des diverses annotations et emendationes de juristes italiens ou français.

  • 11 Voir l’entrée « Corpus juris canonici » dans R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. IV, (...)

10L’autre grande collection juridique est celle du droit canonique. Elle n’est désignée comme un ensemble cohérent, un véritable Corpus juris canonici, qu’au début du XVIe siècle. Renfermant la législation pontificale, elle regroupe différents ensembles de textes, les plus récents visant à compléter les plus anciens11. Le Corpus juris canonici se compose ainsi de trois principaux recueils : le Décret de Gratien (xiie siècle), les Décrétales de Grégoire IX (1234) et les six livres du Sexte de Boniface VIII (1298). On y ajoute, au début du xvie siècle, les décrétales de Clément V sous le titre de Clémentines, celles de Jean XXII sous le titre d’Extravagantes et un certain nombre de décrétales supplémentaires, de Boniface VIII à Sixte IV, rassemblées sous le titre d’Extravagantes communes – nous verrons que le Soleil d’Or n’est pas étranger à cet ordonnancement.

11Depuis le début du xvie siècle, le Corpus juris canonici est généralement imprimé en trois volumes, au format in-quarto ou in-octavo. Le Décret et les Décrétales en font chacun l’objet d’un tandis qu’un troisième volume regroupe Sexte, Clémentines, Extravagantes et Extravagantes communes. Chacun de ces ouvrages peut être imprimé ou vendu séparément.

  • 12 Pour une liste de titres plus complète des « ouvrages auxiliaires » circulant à la fin du Moyen Âge (...)

12Autour de ces grandes collections se rencontrent différents textes auxiliaires qui, sans jamais être intégrés aux parties du corpus, en sont néanmoins inséparables dans la mesure où ils visent à faciliter leur consultation. Plusieurs titres publiés au Soleil d’Or appartiennent à cette catégorie, tels l’Enchiridion titulorum, le Vocabularius utriusque juris de Jodocus d’Erfurt, le Modus legendi abbreviaturas de Werner von Schussenried, les Flores legum ou les Brocardica excerpta a toto corpore juris civilis12. Issus d’une tradition médiévale, ces lexiques, brocards et index sont fréquemment imprimés jusqu’au milieu du xvie siècle. Ils semblent pourtant mal résister aux conquêtes de l’humanisme juridique et tombent en désuétude au début des années 1540.

Des livres pour qui ? Le droit savant dans les bibliothèques

13Du fait de leurs fréquentes réimpressions, les livres de droit savant sont aujourd’hui nombreux dans les fonds anciens de nos bibliothèques. Ne nous y trompons pas : chaque édition a, individuellement, plutôt mal survécu. Les exemplaires en sont rares car ces volumes de peu de valeur bibliophilique étaient d’abord des livres de travail. Les annotations manuscrites sont nombreuses dans les exemplaires conservés ; tables et index manuscrits, parfois copiés sur les gardes, témoignent de leur utilisation intensive. Les reliures de parchemin de ces épais volumes ont rarement résisté à la pression des pages et les livres que l’on consulte sont souvent déboîtés, incomplets. Ils ont vécu.

  • 13 Les analyses qui suivent s’appuient sur quelques recherches personnelles au Minutier central des no (...)
  • 14 À cet égard, la section juridique de la vaste collection d’Antoine Du Prat constitue sans doute l’u (...)
  • 15 Le juriste breton Bertrand d’Argentré dresse même à part la liste de ses livres de droit sur un fas (...)
  • 16 H. Michaud, « Les bibliothèques des secrétaires du roi au xvie siècle », Bibliothèque de l’École de (...)
  • 17 Londres, The British Library, C. 64. C. 3.
  • 18 L. Doüet d’Arcq, « Prisée de la bibliothèque du Président Lizet en 1554 », Bibliothèque de l’École (...)
  • 19 AN, MC, ET/XXIII/33.

14Ces exemplaires de travail sont naturellement ceux de juristes. Les signatures qui figurent au titre ou sur les gardes trahissent le notaire ou l’avocat habitué à tenir la plume ; les inventaires après décès confirment sans surprise la forte représentation de la littérature juridique chez les porteurs de robe13. Dans les bibliothèques de quelque ampleur, la succession des ouvrages de droit semble une longue litanie : Cours de loix, Sixième, Clémentines, Décrétales, Authentiques, Code, Institutes et Digeste voisinent encore avec les commentaires des juristes italiens (Bartole, Balde, Saliceti, Paolo da Castro…14), beaucoup plus rarement avec ceux des français (Cujas, Rebuffi, Duaren…15). Les plus importantes bibliothèques juridiques accueillent souvent deux exemplaires des collections du droit savant16 : l’exemplaire de travail, relié de parchemin souple, côtoie alors le volume couvert de bon cuir qui témoigne de la considération portée par son propriétaire à ces textes fondateurs. Ainsi s’explique la richesse des reliures que revêtent certains exemplaires, comme le Decret de Gratien (1547) conservé à Londres et couvert d’une reliure de maroquin mosaïqué datée de 155117 (fig. 54, pl. IV) ou le Digeste (1541) de La Haye couvert de veau aux tranches dorées et ciselées (fig. 55, pl. IV). Ainsi s’explique aussi que, dans l’imposante bibliothèque de Pierre Lizet, le « cours de decret, avec les glozes, impression de Paris en trois moiens volumes lavez et reglez » prisé 60 sols voisine avec « ung autre cours de diverses impressions aussi avec des glozes, relliés en trois moyens volumes » évalué seulement 35 sols18. Les différents tomes du Corpus juris civilis et canonici peuvent être vendus à l’unité. Les juristes aiment toutefois posséder des collections cohérentes, achetées en bloc auprès d’un même libraire et revêtues de reliures uniformes (voir infra fig. 59). L’avocat parisien Charles de La Fosse possède par exemple le « Droit canon » (quatre volumes), les « Institudes », le « Cotde » (sic) et les « Authenticques », tous en « petis volumes reliés de cuyr noir impression de Chevallon19 ». La bibliothèque juridique joue ainsi une fonction démonstrative de mise en valeur du savoir de son propriétaire.

Fig. 54. Reliure de maroquin mosaïquée (les initiales CVS, non identifiées, ont sans doute été poussées ultérieurement), sur Gratien, Decretum collectanea, Paris, 1551, in-8° ; Londres, The British Library, C. 64. C. 3.

Fig. 55. Reliure de veau brun doré à chaud, tranches ciselées, sur Justinien, Quiquaginta librorum Digestorum, Paris, 1540, in-8o ; La Haye, Bibliothèque nationale des Pays-Bas (photographie T. Uetani).

  • 20 Voir par exemple la bibliothèque de Jean Mouret, docteur en théologie, inventoriée en 1565 (A. Laba (...)
  • 21 Ainsi trouve-t-on dans la modeste bibliothèque (trente-deux entrées) de Pierre Grelier, prêtre, inv (...)
  • 22 23 juin 1570 ; AD de Normandie, G 3438.

15Mais le droit savant n’intéresse pas les seuls représentants de la basoche. Les hommes d’Église fréquentent aussi quotidiennement le « cours de droict canon », et si la faculté de théologie forme d’excellents prédicateurs, les carrières ecclésiastiques les plus brillantes (cardinaux, évêques, abbés) sont souvent celles de docteurs en « Décret ». Parmi les bibliothèques d’hommes d’Église, rares sont celles absolument dépourvues d’ouvrages juridiques. Les trois volumes du « cours de droict canon » sont attendus dans les collections moyennes20. Le droit civil est rarement absent. Si les Institutes, d’un contenu plus général que les Pandectes, se rencontrent jusque dans les plus modestes bibliothèques cléricales21, les collections les plus amples accueillent, pour leur part, l’essentiel des textes de l’utrumque jus. L’impressionnante bibliothèque rouennaise de Jean Nagerel, historien, archidiacre et chanoine, comprend non seulement les ouvrages de droit canonique (Décrétales, Sexte et Décret) et civil (les Institutes, le Code), mais également un grand nombre d’ouvrages auxiliaires : « Vocabulaire de droict », Modus legendi abbreviaturas juris et Compendium juris civillis22.

  • 23 L. Febvre et H.-J. Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999 (1re éd. 1958), p. 309.

16Hommes de loi et ecclésiastiques : voilà circonscrit le lectorat potentiel des ouvrages de droit savant. Il constitue une clientèle forte de plusieurs milliers de lecteurs parisiens. « Escoliers » de la faculté de Décret, avocats et magistrats, prêtres et chapelains représentent pour le Soleil d’Or un marché rentable. Rien d’étonnant à ce que les ouvrages juridiques constituent de véritables succès de librairie. Les tirages, lorsqu’on les connaît, ont de quoi impressionner. Les chiffres cités par Lucien Febvre et Henri-Jean Martin pour le xve siècle paraissent déjà vertigineux : en 1471, Wendelin de Spire tire à plus de 1 000 exemplaires les Décrétales ; à Venise, en 1490-1494, Battista Torti tire le Code à 1 300 exemplaires et publie deux éditions successives des Décrétales, chacune imprimée à 2 300 exemplaires23. On peut donner ici les chiffres connus pour le Soleil d’Or : le Corpus juris civilis glosé, les Décrétales, le Sexte s’impriment sans doute à plus d’un millier d’exemplaires dans les années 1540 ; on tire plus de 1 300 volumes du Code théodosien en 1550 et 1 900 Institutes glosées sortent des presses en 1553 !

LE SOLEIL D’OR ET L’ÉDITION JURIDIQUE AVANT CHARLOTTE GUILLARD

Gering, Rembolt et l’œuvre de Jean Chappuis

  • 24 « Optimo cuique lectori Ioannes Hucherius Vernoliensis in typographica officina ad Solem aureum επα (...)

17En 1538, lorsqu’il rédige ce qui semble être la profession de foi de Charlotte Guillard, Jean Hucher rappelle l’œuvre de ses deux époux successifs. Si Chevallon se distingue par le travail accompli « dans toutes les disciplines », le correcteur insiste particulièrement sur la production juridique de Rembolt24.

18Le droit savant n’a pourtant pas toujours constitué la spécialité de l’atelier. Pendant les premières années de leur association, Ulrich Gering et Berthold Rembolt ne produisent aucun texte juridique. Leur catalogue compte quelques traités théologiques et des ouvrages que l’on classera dans la catégorie des belles lettres. L’atelier se spécialise surtout dans des livres de dévotion (bréviaires, missels, heures) qui occupent près des deux tiers de son activité en 1496-1498. Ce n’est qu’à compter de 1499 que Gering et Rembolt renoncent à cette production. Les Institutes de Justinien et les Décrétales de Grégoire IX paraissent en 1500. Dès lors, et jusqu’en 1508, la part des ouvrages juridiques dans la production se fera de plus en plus élevée. Le graphique présentant la répartition thématique de la production du Soleil d’Or (en feuilles) témoigne du caractère spectaculaire de cette évolution (fig. 56).

  • 25 Voir les notices qui lui sont consacrées dans le Dictionnaire de droit canonique (t. III, Paris, Le (...)
  • 26 Voir R. Metz, « La contribution de la France à l’étude du Décret de Gratien », Studia Gratiana, vol (...)

19Le principal artisan de cette « conversion » juridique est un modeste licencié en droit de l’Université de Paris : Jean Chappuis25. À la fin du xve siècle, Gering et Rembolt confient à Chappuis et à Vital de Thèbes le soin de préparer une édition des textes canoniques – c’est finalement Chappuis qui accomplit l’essentiel du travail. Les Décrétales « cum glossa Bernardi Parmensis » voient le jour le 16 mars 1500 (n. st.) ; le Sexte paraît le 15 octobre et le Décret le 4 août 1501. Ces textes ont déjà fait l’objet de diverses publications, dans lesquelles les imprimeurs ajoutaient parfois, en annexe, de façon désordonnée, de nombreuses décrétales ayant force de loi, promulguées postérieurement au pontificat de Boniface VIII. Chappuis, le premier, entreprend de les rassembler de manière systématique, en les classant selon un plan similaire à celui des collections officielles. Il réunit ainsi, sous le titre de Clementinarum constitutiones, les Décrétales de Clément V (elles sortent des presses le 15 novembre 1500). Voient ensuite le jour les Extravagantes communes (2 janvier 1501 n. st.) et les vingt Extravagantes de Jean XXII (ca. 1501). Tous ces textes sont accompagnés de gloses diverses. Chappuis complète notamment celles du Décret par des éléments annexes : casus, historiae, divisiones, compilés d’écrits antérieurs, mais qui seront maintenus dans presque toutes les éditions ultérieures munies de gloses26. Chappuis et Vidal de Thèbes donnent à cette collection le titre de Corpus juris canonici, établissant ainsi le parallèle entre la législation pontificale et celle des anciens empereurs romains. L’érection des Décrétales en un véritable « corps de droit canon », complet et organisé, est donc le fruit d’une initiative privée, celle d’Ulrich Gering et Berthold Rembolt, et l’œuvre d’un juriste parisien, Jean Chappuis. Quatre-vingt ans plus tard, le travail des Correctores romani et la publication de la bulle Cum pro munere de Grégoire XIII (1582) valideront les travaux canoniques de Chappuis, intégrant, à une collection désormais officialisée sous le titre de Corpus juris canonici, les recueils d’Extravagantes que l’éditeur parisien avait constitués.

Fig. 56. Répartition thématique des feuilles imprimées au Soleil d’Or (moyenne mobile sur trois ans).

  • 27 «Iohannes Chappuis Magistro Bertoldo Rembolt Impressori primicio».
  • 28 Pour ces trois volumes, voir B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, (...)
  • 29 Les liminaires des différents volumes de cette publication contiennent toute une série de poèmes ac (...)

20Si l’œuvre de Chappuis en matière canonique est reconnue, le Soleil d’Or ne délaisse pas non plus le champ du droit civil. On a mentionné les Institutiones glosées, au format in-quarto, qui voient le jour dès le 20 juin 1499 ; elles s’ouvrent sur une épître dédicatoire de Chappuis à Rembolt27, et seront réimprimées en 1503, 1505 et 1506. Le Code paraît le 18 août 1505, dans une édition également due à Chappuis. Manque encore au Soleil d’Or une version des Pandectes. Chappuis en donnera une, mais chez des concurrents de Rembolt : la première édition parisienne du Digestum vetus glosé voit le jour en 1509 chez André Bocard, Jean Bonhomme, Thielman Kerver et Jean Petit, associés pour l’occasion. L’Infortiat et le Digeste nove verront le jour l’année suivante chez les mêmes associés28. On ignore la raison de cette « infidélité » de Jean Chappuis à l’égard du Soleil d’Or. Peut-être faut-il l’expliquer par le récent déménagement de l’atelier : l’impression des trois gros volumes des Pandectes glosés au format in quarto monopolise plusieurs presses pendant de longs mois, et il n’est pas certain que Rembolt aurait pu se lancer dans une telle entreprise. Passé 1508, si les ouvrages de droit restent fortement représentés au catalogue de l’atelier, la présence des volumes de théologie et de lettres se renforce à nouveau et Rembolt prend soin de diversifier sa production. Il faut finalement attendre les années 1515-1516 pour que celui-ci, associé à Thielman Kerver et Franz Birckman, publie sa première édition des Pandectes29, accompagnée du Volumen parvum renfermant les Novelles.

  • 30 P.-F. Girard, « Les préliminaires de la Renaissance du droit romain », Revue historique de droit fr (...)

21Les commentaires juridiques trouvent également leur place dans le catalogue du Soleil d’Or. En 1509, Jean Chappuis donne l’édition princeps d’un traité de Luca di Penna sur les trois derniers livres du Code. Si l’on en croit Paul-Frédéric Girard, la méthode mise en œuvre par cet auteur du xive siècle dans ce texte atypique préfigure l’humanisme juridique. Sa publication vaut à Chappuis l’honneur d’être le seul Français cité par l’historien parmi les précurseurs de la Renaissance du droit30. Le texte remporte un certain succès et sera régulièrement réimprimé. Comme un écho à l’ouvrage de Luca di Penna, Rembolt donne en 1518 le commentaire d’un juriste orléanais contemporain, Jean-Pyrrhus d’Angleberme, sur les trois derniers livres du Code. En dehors de ces publications relativement innovantes, le Soleil d’Or se contente d’imprimer des textes conformes à l’enseignement traditionnel. En 1512 sort des presses la Lectura in quinque Decretalium Gregorianarum libros d’Henri de Suse. Suivront, en 1516, les commentaires de Bernard de Compostelle sur les Décrétales et ceux de Jacopo Bottrigari sur le Code. On peut enfin mentionner la présence au catalogue de divers abrégés et textes auxiliaires : le Modus legendi abbreviaturas de Schussenried et le Breviarum Sexti et Clementinarum de Johann Kölner Vanckel voient le jour en 1514 ; les Brocardica excerpta a toto corpore Juris civilis et canonici et les Flores Legum l’année suivante.

  • 31 Bibliothèque de la Sorbonne, MSAU 91.
  • 32 D’après R. Mortimer, Harvard College Library Department of Printing and Graphic Arts. Catalogue of (...)
  • 33 M.-B. Cousseau, Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier, Rennes/Tou (...)

22Le Soleil d’Or s’est ainsi rapidement fait une place dans le domaine de l’édition juridique grâce à l’œuvre de Jean Chappuis. Rembolt ne tarde pas à affirmer son attachement au droit. En tête du registre des comptes qu’il tient comme receveur de la nation germanique en 1506, il fait peindre un portrait de Charlemagne en majesté, dont la légende constitue déjà un véritable plaidoyer en faveur de la jurisprudence : Imperatoriam maiestatem non solum armis decoratam sed etiam legibus oportet esse armatam31 (fig. 57, pl. V). Dès 1499, Rembolt et Gering avaient fait graver un bois représentant Justinien en majesté32, dont la composition est attribuée par Marie-Blanche Cousseau au Maître des Très petites heures d’Anne de Bretagne et qui inspirera à son tour l’enlumineur Étienne Colaud33 (fig. 58). Après sa séparation d’avec Gering, Rembolt se contente de maintenir une production juridique de qualité, sans nécessairement chercher à innover en la matière. Dans les années 1520, Claude Chevallon va cependant tenter de donner un nouvel élan à la production juridique de l’atelier.

Fig. 57. Registre tenu par Berthold Rembolt comme receveur de la nation germanique, 1506 ; Paris, Sorbonne.

Fig. 58. Justinien, Argumentum Institutionum Imperialium, Paris, Rembolt, 1506, in-folio.

Les années 1520 : Louis Blaubloom et la refonte du Corpus juris civilis

  • 34 « De tous les manuscrits qui nous sont restés de l’antiquité, le plus célèbre, sans contredrit, cel (...)
  • 35 Sur cette édition, voir G. Gualandi, « Per la storial delle Editio Princeps delle Pandette fiorenti (...)
  • 36 Digestum vetus summis elucubratum ac castigatum vigiliis, Lyon, Nicolas de Benedictis, 1509.

23On sait quelle place occupe le Codex Florentinus dans la transmission du texte du Digeste à la Renaissance34. Seul manuscrit ancien des Pandectes, conservé d’abord à Pise (on parlera encore au xvie siècle de la littera pisana), puis, à partir du xve siècle, à Florence, il est l’objet de fantasmes pour nombre d’humanistes. On le suppose enfermé, inaccessible. Quelques érudits, tels Ange Politien, parviennent à l’entrevoir et à en établir des collations partielles qui, copiées à leur tour plus ou moins fidèlement, circulent sous forme manuscrite dans toute l’Europe. Ce n’est qu’en 1553 que le codex servira directement de base à une édition des Pandectes, donnée à Florence par l’humaniste Lelio Torelli35. Dès 1509, pourtant, avait paru à Lyon un Digeste comprenant une prétendue correctio omnium legum secundum litteram pysanam36. Dès lors, nombre d’éditions se présentent comme établies d’après le manuscrit florentin, quand elles ne bénéficient au mieux que d’un accès à des copies de collations partielles.

  • 37 Sur Blaubloom, voir P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens…, op. cit., t. IV.
  • 38 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, op. cit., t. III, nos 462 (t. (...)
  • 39 H.E. Troje, « Sobre la crítica y algunas ediciones de textos en la jurisprudencia humanistica », tr (...)

24Cette quête du meilleur texte engendre une certaine émulation éditoriale, à laquelle participe le Soleil d’Or. Épousant la veuve Rembolt, Claude Chevallon se fait à son tour, par la force des choses, éditeur juridique. De 1522 à 1529, il s’attache les services d’un jeune homme originaire de Gand, Louis Blaubloom (dit Cyaneus), qui prend en charge l’établissement d’une nouvelle édition du Corpus juris civilis37. Cette Blaublommiana editio, fort rare, n’a guère attiré l’attention des historiens38. Une récente étude de M. Hans Erich Troje démontre pourtant l’intérêt et la nouveauté du travail philologique accompli à cette occasion39. Une épître au lecteur, datée du 30 octobre 1523, résume la démarche de l’éditeur. Conscient de la dégradation dont le texte du Digeste a progressivement été victime, Blaubloom tente d’en restituer la lettre originale. Il entreprend alors une révision fondée sur les annotations de plusieurs savants et sur des exemplaires très anciens (ex doctorum virorum […] adnotationibus et vetustorum exemplarium). Guillaume Budé et André Alciat figurent parmi les auteurs consultés, aux côtés d’Ange Politien, Ulrich Zasius, Philippe Béroalde ou Raffaelo Maffei. Blaubloom précise en outre avoir collationné le texte du Digeste sur dix exemplaires : sept éditions imprimées antérieures et trois codices « in membranis ». Deux de ces manuscrits appartiennent à la bibliothèque de Saint-Victor de Paris tandis que le troisième, magna ex parte ad exemplar Angeli Politiani castigatum, lui aurait été apporté d’Italie par Lazare de Baïf. Blaubloom indique enfin avoir bénéficié des annotations inédites du jeune juriste Gilles van Bedtbrugges, qui a lui-même collationné les manuscrits conservés à Orléans, épargnant ainsi à l’éditeur un fastidieux travail. Il est donc en mesure d’établir une table des variantes considérées comme significatives, qui occupe à elle seule un dixième du volume du Digeste. La version des Institutes établie par Blaubloom avait été publiée dès 1522 ; le Digestum vetus la même année ; l’Infortiat, le Digeste nove, les Novelles l’année suivante. Le Code ne paraît qu’en 1526. Signe d’un relatif succès, l’ensemble est remis sous presse en 1527-1528, au format in-octavo, sans glose (fig. 59, pl. IV).

25Pendant qu’il travaille à la publication du droit civil, Claude Chevallon délaisse quelque peu le droit canonique : les Décrétales ne sont réimprimées qu’en 1527 et le Décret l’année suivante. Le Soleil d’Or abandonne également la publication des commentaires des juristes italiens et modernes et se contente de remettre sous presse les textes auxiliaires, comme le Vocabularius utriusque juris de Jodocus d’Erfurt (juin 1525) ou le Modus legendi abbreviaturas de Werner von Schussenried (août 1526).

Fig. 59. Un bel exemplaire du Corpus juris civilis, Paris, 1526-1527, en cinq volumes in-octavo, à la reliure de veau brun, aux titres dorés, aux tranches dorées et ciselées ; Orléans, Bibliothèque municipale.

Les années 1530 : Gilles Perrin adapte Haloander

26Si le travail philologique accompli par Blaubloom reste aujourd’hui méconnu, c’est parce qu’il a été presque immédiatement rendu obsolète par l’édition du Corpus juris civilis qu’établit Gregor Haloander à Nuremberg en 1529-1531. Celle-ci constitue une véritable rupture dans la transmission du texte de Justinien. L’histoire de la publication est bien connue. À l’occasion d’un séjour en Italie en 1525-1527, le jeune juriste allemand Haloander était parvenu à consulter un exemplaire du Digeste sur lequel l’humaniste Ludovico Bolognini avait recopié la collation du Codex Florentinus établie par Politien. Haloander peut ainsi réviser le texte du Digeste, opérant une synthèse entre la Vulgate de Bologne et la littera pisana. Le juriste incorpore aux Pandectes les fragments en grec qui manquaient à la plupart des manuscrits médiévaux et à toutes les éditions imprimées jusqu’alors. Haloander découvre également la collection grecque des Novelles, encore inédite, dont il donne à la fois le texte original et la traduction. Il rétablit enfin dans le Code les inscriptiones et subscriptiones qui renseignent le lecteur sur le lieu et la date de promulgation des lois, jusqu’alors absentes de toutes les éditions. Haloander est ainsi en mesure de publier un Corpus juris civilis intégralement revu. Il obtient pour ce faire une subvention de la ville de Nuremberg. Les Pandectes et les Institutes sortent des presses de Johann Petri dès 1529 et les douze livres du Code rassemblés en un volume paraissent l’année suivante. Le texte grec des Novelles, accompagné d’une traduction latine inédite, voit le jour en 1531. L’editio haloandrina (également désignée comme editio Norica d’après son lieu de publication) est saluée comme l’une des principales conquêtes philologiques de l’humanisme juridique naissant. Elle rend caduques les travaux antérieurs, fussent-ils aussi récents que ceux de Louis Blaubloom. Ainsi dépossédé de l’un des fleurons de son catalogue, Chevallon met immédiatement en chantier une nouvelle édition du « Cours de droit civil », qui intègre les innovations d’Haloander. Il en confie la préparation au juriste Gilles Perrin.

  • 40 Aegidius Perrinus campanus, Aegidius Perrinus Arremarensis. Il dédie d’ailleurs sa vita de Justinie (...)
  • 41 E. Coyecque, « La bibliothèque de Gilles Perrin, official de l’archidiacre de Josas, [10] avril 152 (...)
  • 42 BnF, ms. lat. 9952, f. 107vo : Magister Egidius Perrin alias Perrun procurator fiscalis alme facult (...)
  • 43 Auree Francisci Philelfi… satyrae centum… praemissa authoris vita nuper ex variis ejusdem operibus (...)
  • 44 M. Furno, « Les dictionnaires de Robert Estienne », Voces, 10-11, 1999-2000, p. 16-17.
  • 45 E. Coyecque, « La bibliothèque de Gilles Perrin… », art. cit.
  • 46 On y trouve les collections habituelles (Code, Digeste, Novelles, Décret, Sexte, Décrétales) ainsi (...)

27Originaire de Montieramey en Champagne40, official de l’archidiacre de Josas, Perrin est un professionnel du droit canonique. Cela ne lui évite pas quelques démêlés judiciaires dont Ernest Coyecque a retrouvé les traces41. Quittant le collège d’Autun vers 1525 (peut-être y a-t-il enseigné ?), il s’installe dans une chambre de l’hôtel de La Couture situé, comme on l’a vu, en face du Soleil d’Or. Lorsque l’abbé de La Couture tente de l’en expulser en 1529, Perrin prétend y avoir « tousjours demouré ». Il est impliqué dans la vie universitaire, assumant ainsi sous le rectorat de Jérôme de Salinas (mars-juin 1530) la fonction de procureur fiscal de la faculté des arts42. Gilles Perrin paraît jouir auprès de ses contemporains d’une solide réputation intellectuelle. Dès 1508, il participe à l’édition des Satyrae de Francesco Filelfo pour Robert et Jean de Gourmont43. Robert Estienne le mentionne parmi les collaborateurs de son Thesaurus Linguae Latinae en 154344. Deux plus tard, Perrin publie chez Jacques Bogard un court Dialogus de morte. L’inventaire d’une partie de son importante bibliothèque, comprenant 189 livres entreposés au collège d’Autun et objets de litige en 1528, nous renseigne sur ses lectures45. Sans surprise, les ouvrages juridiques y figurent en écrasante majorité46, mais ce catalogue témoigne également d’une certaine sensibilité aux belles lettres. Les classiques latins sont bien représentés (Macrobe, Plaute, Apulée, Aulu-Gelle, César, Pline, Ovide, Valère Maxime, Martial, Sénèque…). Les Grecs n’en sont pas absents (Xénophon, Justin, Hérodote). Érasme (les Adages) et Budé (Annotationes in Pandectas) comptent parmi les rares contemporains. La présence d’un Lexicum graecum et d’un « Callepin » confirme l’intérêt de Perrin pour les langues. Le juriste possède même un texte italien, le Canto in ottava rima de Marsile Lipo.

  • 47 Témoin de la tentative d’expulsion dont Perrin fait l’objet en 1529, Chevallon dépose devant notair (...)

28On l’a vu, à partir de 1525, Gilles Perrin loge en l’hôtel de La Couture, à moins d’une vingtaine de pas du Soleil d’Or. Claude Chevallon, qui le connaît47, n’a qu’à traverser la rue pour le solliciter. Dès 1527, Perrin fournit ainsi au Soleil d’Or un court Enchiridion des rubriques des droits civil et canon. Maigre volume, et de peu d’intérêt comparé à ce qui sera son opus magnum : l’établissement du nouveau Corpus juris civilis.

Fig. 60. Justinien, Institutium liber, Paris, Chevallon, 1537, in-4° ; Rouen, Bibliothèque municipale.

  • 48 Il n’est pas certain que le cardinal, qui meurt le 24 de ce mois, ait jamais reçu cette épître.
  • 49 « Reverendissimo in Christo patri ac domino D. Gabrieli a Gradimonte… Egidius Perrinus officialis d (...)
  • 50 «Que cum magna ex parte corrupte essent, Claudius Chevallon vir probus, & veri studiosus, me rogaui (...)
  • 51 Il s’agit peut-être d’une édition des Institutes glosées, imprimée à Lyon par Fradin pour Hugues de (...)
  • 52 «Quanquam non desunt, qui scribant, multum se in illis corrigendis, anno proximo laborasse, cum tam (...)

29Perrin décrit brièvement ce travail dans une épître dédicatoire au cardinal Gabriel de Gramont, datée du 1er mars 1534 (n. st.48), en tête de son édition des Institutes49 (fig. 60). Le juriste commence par y déplorer la corruption du texte, avant d’attribuer l’initiative de cette publication à Claude Chevallon, vir probus, & veri studiosus. Ce dernier a chargé Perrin de purger le texte de ses erreurs50. S’exécutant, le juriste révise l’intégralité du corpus, corrigeant les passages corrompus, réordonnant leur contenu, comblant les lacunes. Perrin prend soin de défendre son travail en attaquant assez férocement les maîtres d’œuvre d’une édition, celle d’Haloander, publiée « l’année précédente51 » : quoiqu’ils prétendent s’être beaucoup attachés à la correction du texte, ses éditeurs n’ont pas pris la peine de réviser la première page, confondant les papes Julius et Vigilius ! Les fautes qu’ils ont laissées dans leur publication sont d’autant moins pardonnables que ces hommes, très érudits dans le domaine de l’histoire et du droit, auraient été capables de les corriger sans peine. Mais « ils n’ont pas plus sué à la correction de cette œuvre que les statues des cariatides ne suent en portant les grands édifices52 ».

30Pour l’essentiel, le texte de Gilles Perrin est celui d’Haloander, augmenté de la glose et corrigé en quelques points (« en plus de mille passages », nous apprend l’éditeur). La page de titre reprend les vers grecs qui figurent en tête du manuscrit des Pandectes florentines. Perrin complète l’édition des Institutes par l’ajout d’une longue vie de Justinien, compilée de divers auteurs, qui sera reprise dans de nombreuses publications du Corpus juris civilis jusqu’à la fin du xvie siècle.

L’ŒUVRE JURIDIQUE DE CHARLOTTE GUILLARD

Modernisation de la production

31À la mort de Claude Chevallon, en 1537, Charlotte Guillard se trouve à la tête d’un atelier spécialisé depuis presque quarante ans dans le domaine juridique. L’édition d’Haloander a pourtant fait perdre de sa superbe à l’entreprise. Composés dans une lourde gothique de somme, les in-folio glosés en rouge et noir qu’imprime encore Chevallon en 1534 (fig. 61) ne correspondent plus aux nouveaux canons de la typographie savante et apparaissent comme archaïque face à l’editio Haloandrina.

Fig. 61. Mise en page des Institutes, Paris, Chevallon, 1534, in-folio ; Rouen, Bibliothèque municipale.

  • 53 « Novissima & admodum frugifera Exceptionum arbor : nunquam huusque impressa : edita per disertum v (...)

32Aussi l’édition de Gilles Perrin se vend-elle mal. Lorsqu’elle prend la tête de l’officine, Charlotte Guillard procède immédiatement à une remise en vente des Pandectes imprimés trois ans plus tôt et dont les stocks restant en magasin doivent être importants. L’ancienneté des volumes, que trahit le colophon inchangé, se trouve ainsi camouflée par une nouvelle page de titre datée de 1538 (pour le Digestum vetus) et de 1537 (Digestum novum, Infortiat). Charlotte Guillard tente de mettre la production à jour en ajoutant au Digestum novum un cahier supplémentaire reprenant la Declaratio arboris exceptionum de Pierre Rebuffi, dont Yolande Bonhomme avait publié en 1535 l’édition originale53. Les Institutes, d’un débit théoriquement plus rapide que les Pandectes, peinent également à s’écouler et Charlotte est contrainte, en 1542, de « rajeunir » à son tour la page de titre de l’édition glosée de 1534.

  • 54 Sur cet auteur luxembourgeois, né en 1500, mort vers 1567, voir J. Vannérus, « Nicolas Mameranus et (...)
  • 55 Il s’agit d’un romain de type « Jenson », sur un corps de gaillarde (R. 62), attribué à Prigent Cal (...)
  • 56 Il s’agit d’un petit texte romain (R. 52), dont la première apparition est repérée au Soleil d’Or d (...)
  • 57 « Pereruditis & honestis adolescentibus Matthaeo, Iohanni, & Ludovico Budaeis, Nicolaus Mameranus. (...)

33Il faut moderniser la production. Chevallon en avait pris conscience dès 1536, entreprenant de donner une nouvelle édition, non glosée, du Cor pus juris civilis dont la préparation avait été confiée à Nicolas de Mamer (Mameranus54). Les Novelles paraissent en août 1536 et le Code l’année suivante. L’édition est composée en caractères romains au format in-octavo. Ce choix de mise en page n’est pas tout à fait une nouveauté. Dès 1527 Chevallon s’y était essayé dans une édition d’un Corpus juris non glosé. Quelle différence d’aspect, cependant, entre ces deux éditions ! Le caractère romain très archaïque qu’employait Chevallon en 152755 cède désormais la place à une très élégante police gravée par François Gryphe56. Les premiers mots de l’épître adressée aux trois fils de Guillaume Budé par Nicolas de Mamer, en tête du Volumen Legum, insistent précisément sur cette toute nouvelle mise en page57.

34Après la mort de Chevallon, Charlotte Guillard confirme ces choix typographiques. Délaissant définitivement le gothique, elle donne dès 1538 une édition du Décret de Gratien composée avec les mêmes caractères gravés par François Gryphe. L’impression en rouge et noir, procédé coûteux impliquant deux passages sous la presse, est définitivement remplacée par un jeu sur les caractères typographiques. Plutôt que la couleur, c’est désormais l’alternance du romain et de l’italique qui permet de distinguer les rubriques du texte. Cette mutation formelle permet de réduire considérablement le prix des volumes du Corpus juris civilis. En 1538, Charlotte réimprime les Institutes au format in-seize. Elle publie deux ans plus tard les Pandectes au format in-octavo (fig. 62). Elle donne enfin en 1542 le Code et les Novelles latines dans le même format.

35Dès les années 1530, le Soleil d’Or adapte donc sa production aux nouveaux goûts typographiques. L’atelier reprend ainsi de l’avance sur ses concurrents parisiens. Il n’est que de comparer les deux éditions des Décrétales données respectivement par Charlotte Guillard en 1541 et par Yolande Bonhomme six ans plus tard, pour mesurer la distance qui sépare désormais les deux ateliers : tandis que le Soleil d’Or imprime en 1541 une version in-octavo composée en caractères romains (fig. 63), Yolande Bonhomme continue, en 1547, à publier les Décrétales dans un format identique à celui des éditions du début du siècle : texte glosé, caractères gothiques, impression en rouge et noir.

36La modernisation de la production juridique du Soleil d’Or atteint toutefois ses limites, et certains paris éditoriaux tentés par Charlotte Guillard aboutissent à des échecs. En 1542, elle est ainsi la première à remettre sous presse l’édition des Novelles grecques qu’avait donnée Haloander (fig. 64). Mais il n’y a pas de véritable marché français pour un tel livre. La marchandise peinant à s’écouler, Charlotte se voit contrainte, onze ans plus tard, de donner une nouvelle émission du volume avec une nouvelle page de titre, pour tenter de liquider ses invendus.

37Pendant les dix premières années du veuvage de Charlotte Guillard, la modernisation de sa production juridique n’est guère qu’une amélioration formelle. Les textes demeurent, pour l’essentiel, inchangés. Ce n’est qu’au milieu du siècle qu’intervient une véritable rupture, le Soleil d’Or renouvelant l’intégralité du contenu de ses éditions. Les années 1547-1552 constituent à cet égard un moment décisif.

Fig. 62. Justinien, Quiquaginta librorum Digestorum, t. II, Paris, 1540, in-8° ; La Haye, Bibliothèque nationale des Pays-Bas (photographie T. Uetani).

Fig. 63. Grégoire IX, Decretales epistolae, Paris, 1540, in-8° ; Le Mans, Bibliothèque municipale.

Fig. 64. Justinien, Νεαρῶν τῶν ἑν τῶ νῦνἙυρισκομένων καὶ ὡς ἑυρίσκονται βιϐλίον, Paris, 1542, in-8° ; Le Mans, Bibliothèque municipale.

Le Décret de Gratien (1547)

38Le Décret de Gratien (fig. 65) inaugure cette période d’effervescence, qui se traduit aussi par le remplacement des matériels typographiques. Ce titre figure au catalogue de l’atelier depuis 1501, mais la version qu’en donne Antoine de Mouchy en 1547 renouvelle intégralement l’état du texte.

  • 58 P. Feret, La Faculté de théologie de Paris…, op. cit., p. 51-55 ; V. Angelo, Les Curés de Paris…, o (...)

39De sombre réputation, Antoine de Mouchy, alias Democharès, compte parmi les « théologastres » bien connus58. Lorsqu’il entreprend d’éditer le Décret, Mouchy est depuis sept ans docteur en théologie ; il s’est déjà signalé par la publication de commentaires sur Aristote, Pierre Lombard, Thomas d’Aquin et a donné, chez Poncet Le Preux en 1544, une édition des œuvres d’Anselme de Canterbury. Il enseigne toujours au collège de Sorbonne et compte parmi les universitaires en vue, mais il ne s’est pas encore fait connaître comme le terrible défenseur de la foi qu’il deviendra à la fin des années 1550.

  • 59 Reverendissimo Cardinali Castellionensi Oddoni Collignio, archiepiscopo Tolosano episcopoque suo Be (...)
  • 60 D.N. Renato a Campis, viro et probitate vitae insigni & doctrina singulari eximio, ac in jure Ponti (...)

40Dans une longue épître dédicatoire qu’il adresse le 25 janvier 1547 à Odet de Coligny en tête de son édition du Décret, Antoine de Mouchy révèle ses intentions59. Associant la loi à la foi, il se fait défenseur de ces deux piliers de la société : le Décret lui semble un antidote contre les hérésies, les innovations et les mensonges des impies. C’est pourquoi il lui importe d’établir une édition fidèle aux manuscrits anciens, de combler leurs éventuelles lacunes et d’indiquer la source de chaque décret composant la collection. Mouchy conclut son épître en annonçant la publication prochaine d’un volume de commentaires qui semble n’avoir jamais paru. On ignore pour quelle raison Louis Miré rédige un mois plus tard une autre épître dédicatoire à René Deschamps, qui remplace celle de Mouchy dans un certain nombre d’exemplaires, mais qui ne sera pas reprise lors de la réédition de l’ouvrage en 155260. Si, par sa tonalité, cette deuxième épître tranche avec la première, le message qu’elle renferme n’en est guère éloigné. Employant de nombreuses métaphores et références antiques, Miré y témoigne de sa vaste culture littéraire. Comme Mouchy, il rédige un plaidoyer en faveur des lois de l’Église. Replaçant Gratien parmi les « Atlantes catholiques » soutenant la foi (Cyprien, Ambroise, Jérôme, Augustin, Origène, etc.), le correcteur en appelle à repousser l’ordure luthérienne (lutherana faex), à lutter contre « Luther le fustigateur du pape » (pappomastix Lutherus) par l’usage des saints décrets. Citant Virgile et Ulpien, Miré insiste, enfin, sur la nécessité pour le juriste de connaître l’un et l’autre droits, et de ne pas se contenter de fréquenter les seuls textes du droit civil.

Fig. 65. Gratien, Decretum collectanea, éd. A. de Mouchy, 2e éd., Paris, 1552, in-8° ; Tours, CESR.

  • 61 R. Metz, « La contribution de la France… », art. cit., p. 501.

41Aussi saint soit-il, le texte du Décret n’en est pas pour autant exempt de corruption. Depuis les années 1530, les progrès de l’humanisme juridique ont mis en évidence le caractère composite des collections canoniques. Confronté au problème de l’authenticité du texte, Mouchy réalise sur le Décret le « premier type de l’édition critique61 ». Le texte intégral, dépourvu de glose, ne comprend qu’un seul tome au format in-octavo, certes relativement épais (et d’ailleurs souvent relié en deux volumes). La mise en page de l’édition témoigne d’un souci de clarté et de lisibilité. Chaque canon fait l’objet d’un paragraphe indépendant. Un jeu typographique, fondé sur les lettrines et les lettres de deux points, permet de repérer distinctions et canons. Sont cependant ajoutés, dans la marge intérieure, des repères alphabétiques auxquels renvoient les entrées d’index, permettant ainsi la localisation facile des passages recherchés. Mouchy ajoute aux distinctions, causes et questions, les παράτιτλα résumant leur contenu et qui faisaient défaut dans les éditions précédentes. Mais c’est surtout le recul critique pris par rapport au texte qui constitue la principale innovation. Les variantes (parfois considérables) identifiées dans différents manuscrits sont explicitement signalées dans le texte par un astérisque (*) et reproduites intégralement en marge. Sans modifier le corps du texte, Mouchy signale par une croix (†) les termes qu’il juge obscurs ou impropres ; il en clarifie le sens en manchette, proposant une formulation alternative plus compréhensible, identifiant précisément les noms propres dans une orthographe normalisée. Chacune des sources du Décret est donc scrupuleusement identifiée, avec indication des titres, livres et chapitres éventuellement concernés.

  • 62 Ibid., p. 503.

42Livrant ainsi la première édition critique du Décret, Mouchy fait « œuvre de pionnier62 ». Son édition remporte, semble-t-il, un certain succès ; elle est remise sous presse au Soleil d’Or dès 1552 et Plantin la réimprimera à Anvers en 1570 et 1573.

Le Corpus juris Augustini (1548-1550) et l’editio Vintimilliana

  • 63 Andreae Guillardo filio, libellorum supplicum magistro ac Britanniae minoris consiliario Renatus Au (...)

43S’il renouvelle ainsi le texte du Décret de Gratien, le Soleil d’Or ne délaisse pas pour autant le droit civil. Au début de l’année 1548, René Aubert, neveu de Charlotte Guillard, alors avocat au Parlement de Paris, établit un volumineux index des Pandectes. Une épître adressée à André Guillard le jeune, alors conseiller au Parlement de Bretagne, relate les conditions d’élaboration de cet index. Aubert en attribue l’initiative à sa tante Charlotte Guillard. Il y annonce surtout la publication prochaine d’une nouvelle édition du Digeste, largement corrigée, établie « sur la base des Pandectes de Florence » et collationnée sur des manuscrits anciens63.

  • 64 La dédicace de Perrin à Gabriel de Grandmont datée de mars 1533 figure toujours en tête des Institu (...)

44C’est en réalité un tout nouveau Corpus juris civilis glosé que le Soleil d’Or met alors en chantier. Les premiers volumes de cette collection au format in-quarto paraissent dès 1548. La publication en est achevée en 1550 (fig. 66). Le texte de base demeure celui de Gregor Haloander revu par Gilles Perrin64. La principale nouveauté réside dans le fait d’y avoir intégré les conjectures et corrections du grand juriste espagnol Antonio Agustín.

Fig. 66. Justinien, Digestorum seu pandectarum… tomus tertius, Paris, 1550, in-4° ; Bourges, Bibliothèque municipale.

  • 65 J.-L. Ferrary, « Les travaux d’Antonio Agustín, à la lumière de lettres inédites à Lelio Torelli »,(...)

45Cette publication est en fait le fruit d’une habile manipulation éditoriale. Agustín avait édité à Venise en 1543 les quatre livres de ses Emendationes et opiniones sur les Pandectes d’après la collation du Codex Florentinus qu’il avait lui-même effectuée à l’occasion d’un séjour à Florence en 1541. Ces Emendationes devaient servir de complément à l’édition des Pandectes florentines que préparait alors Torelli65. En 1548, les Emendationes d’Agustín sont toujours disponibles, mais l’édition des Pandectes florentines se fait encore attendre. Le Soleil d’Or peut alors sans peine reconstituer la collation d’Agustín à partir de ses Emendationes, pour réintégrer les variantes repérées dans le texte même du Digeste. Cette habile manipulation fait du Corpus juris civilis de 1548-1550 un jalon important dans l’évolution du texte des Pandectes.

  • 66 « Philonomis omnibus Ludovicus Miraeus Rosetanus salutem », épître datée E typographia nostra, veil (...)
  • 67 « Io. Tilius Engolismensis lib. rationum quotidianarum primo. Qua nota digestorum libros antiqui ci (...)

46Les autres volumes du Corpus juris civilis sont également remis sous presse dans les années 1548-1550. Le texte des Institutes ne fait l’objet d’aucune modification significative et l’on se contente de reprendre l’édition établie par Gilles Perrin. Le Code est en revanche corrigé « en plus de 600 lieux » sur la foi de manuscrits anciens. L’édition est d’ailleurs protégée par un privilège royal. Louis Miré indique explicitement, dans une épître adressée aux amateurs de lois (Philonomoi omnes66), que trois manuscrits lui ont été prêtés par Aymar de Ranconnet et qu’un quatrième lui vient de Jean Du Tillet. Miré insiste en outre sur une autre innovation. Comme nous l’avons indiqué, la répartition traditionnelle du Corpus juris civilis glosé consistait à publier les neuf premiers livres du Code en un volume et à joindre les trois derniers aux Novelles. En 1548, il est déjà habituel de trouver les douze livres du Code réunis en un seul volume, dans des éditions ne contenant pas les Novelles. Plus surprenante est cependant la publication parallèle d’un volume d’Authentiques dépourvu, lui, des trois derniers livres du Code et ne comportant, outre les Novelles, que les textes annexes médiévaux et le Typus Feudorum de Pierre Rebuffi. Dans l’épître qu’il rédige en tête du Code et dans un court avis au lecteur au début de l’Authenticorum liber, Louis Miré insiste sur cette nouvelle répartition, plus conforme à l’organisation originale du corpus et à sa logique même. Ainsi, le travail accompli pour cette nouvelle édition renouvelle-t-il autant la forme que le contenu du texte. On considère à bon droit que Louis Miré assume la presque totalité du travail éditorial. La participation de Jean Du Tillet est plus modeste : outre le prêt d’un manuscrit du Code, il fournit une courte et intéressante préface au Digestum novum, livrant les résultats d’une enquête philologique et archéologique concernant l’origine des abréviations usuelles en droit67.

  • 68 Digestorum, seu Pandectarum juris civilis libri quinquaginta, nunc primùm ad fidem Pandectarum Flor (...)

47Le Soleil d’Or ne se contente pas de réimprimer l’intégralité du Corpus juris civilis glosé. En 1548 paraît également une édition des Pandectes « sine commento », au format in-octavo. La page de titre présente cette édition comme « corrigée pour la première fois en plus de six cents lieux sur la foi des Pandectes florentines68 ». Elle s’ouvre en effet sur une longue épître dédicatoire adressée à Jean-Paul Dauron et datée d’août 1547, dans laquelle l’éditeur Jacques de Vintimille explique avoir collationné le texte des Pandectes florentines lors d’un séjour en Italie et manifeste sa volonté de le faire imprimer, pour l’utilité publique. Suivent trente-huit pages présentant, sur deux colonnes, une liste des variantes répertoriées (à gauche, la lectio vulgaris, à droite la lectio castigata). Quelle que soit la valeur philologique de cette publication, l’editio Vintimilliana ne semble pas avoir marqué l’histoire des textes juridiques au même titre que le Corpus juris Augustini. Vintimille prendra tout de même la peine de rappeler son existence beaucoup plus tard, dans son Discours de l’estoc, évoquant ses divers travaux de traduction et d’édition :

  • 69 Discours de l’Estoc, éd. L. de Vauzelles, Lyon, Vingtrinier, 1873, p. 42.

En mesme temps je traduisis l’histoire grecque d’Hérodian des empereurs de Rome, et le Prince et la Guerre de Machiavelli, Italien, que je donnay à monsieur de Monmorancy, pour lors connestable de France ; et pour monstrer que je n’avois mal profité à l’estude des loix, je fis imprimer les Digestes à Paris, corrigez sur les Pandectes florentines, et y adioustay mille bons passages que j’avois recueillys en Italie plus de dix ans devant que le duc de Florence donnast les vrayes Pandectes à l’impression.69

Le Code théodosien (1550)

  • 70 Pour une bonne synthèse sur la réception du Code théodosien, voir P. Jaillette, « Le Code théodosie (...)

48D’un siècle antérieur à la rédaction du Corpus juris civilis, le Code théodosien en constitue l’une des principales sources. Un texte ancien de cette importance devait naturellement attirer l’attention des humanistes qui, dans leur volonté de redécouvrir le Code théodosien, se heurtaient à un obstacle de taille : aucun manuscrit ne contient l’intégralité des seize livres70. Dès 1517, Pierre Gilles avait donné à Anvers une première édition, très imparfaite, des huit premiers livres du Code de Théodose, ex vetustissimo archetypo. Onze ans plus tard, Johann Sichard avait repris le texte, considérablement amélioré, dans une édition imprimée à Bâle chez Heinrich Petri. On s’était provisoirement résolu à ne connaître que la première moitié du Code. La nouvelle édition, établie par Jean Du Tillet et publiée par Charlotte Guillard en 1550, modifie complètement la situation.

  • 71 C.H. Turner, « Jean Du Tillet… », art. cit., p. 53 et 58.

49La publication est annoncée par Du Tillet dès 1549. Cette année-là, le juriste donne chez Guillaume Morel une édition d’Ulpien. Dans l’épître dédicatoire adressée à Aymar de Ranconnet et datée du 1er décembre, Du Tillet indique avoir en sa possession un manuscrit du « bréviaire d’Alaric » (la lex romana Visigothorum) reprenant une large part du contenu du Code théodosien71. Des fragments de ce texte ayant été improprement publiés en 1528 sous le titre de Code théodosien, Du Tillet annonce qu’il se propose, pour sa part, de mettre au jour « dans quelques mois » le texte original du Code.

  • 72 Dans une épître adressée à Jean Bertrand, conseiller du roi, en tête de la seconde partie, Du Tille (...)
  • 73 Io. Tilius Engolism. Lectori (f. * 2ro et vo).
  • 74 Cuthbert Hamilton Turner (« Jean Du Tillet… », art. cit., p. 53) indique : « The promised editions (...)

50Son édition paraît l’année suivante. Elle se divise en deux parties, de longueur très inégale. La seconde contient, en édition princeps, les livres 9 à 16. Le texte de la première comprend les livres 1 à 8 qu’avait déjà publiés Sichard en 1528, largement corrigés et partiellement complétés. Dans un avis au lecteur daté d’avril 1550, Du Tillet explique avoir découvert un manuscrit contenant les huit derniers livres du Code théodosien72, sans toutefois disposer d’un texte équivalent pour les huit premiers. S’appuyant sur le texte de l’editio germanica (celle de Sichard), il a tout de même pu y apporter de sensibles améliorations, en le collationnant sur le « bréviaire d’Alaric73 ». Le texte y est ainsi purgé des additions qu’avait introduites Anianus, le chancelier d’Alaric ; la graphie originale y est restaurée ; Du Tillet reprend également les inscriptiones et subscriptiones permettant de connaître le destinataire, la date et le lieu de promulgation des différentes lois. L’éditeur annonce enfin la publication prochaine d’une nouvelle version du Code de Justinien (celle que donnera Louis Miré à la fin de l’année74) et une édition des écrits des premiers jurisconsultes.

  • 75 P. Jaillette, « Le Code théodosien… », art. cit., p. 26.

51Aussi imparfaite que soit cette édition du Code théodosien, l’apport de Du Tillet à la connaissance de ce texte est considérable et l’édition publiée par Charlotte Guillard en 1550 peut ainsi être décrite comme la « première étape décisive » dans sa transmission75.

52L’apport de l’atelier à l’histoire des collections juridiques est donc incontestable. La rude concurrence qui caractérise ce marché impose au Soleil d’Or une veille constante. Les travaux de compilation, d’ordonnancement, de collation et de correction des textes font de ces grands corpus apparemment figés des objets sans cesse renouvelés. L’investissement financier et intellectuel de l’atelier est considérable et l’originalité de sa production ne fait aucun doute.

  • 76 Il s’agit de : P. Rebuffi, Subtilissima necnon utilissima Legis unicae Codicis de sententia quae pr (...)

53Reste à expliquer une absence étonnante dans le catalogue du Soleil d’Or. On n’est guère surpris que l’atelier ne publie aucun texte de droit français ; il est étonnant qu’un atelier spécialisé dans l’édition du droit dit « savant » n’imprime presque aucun commentaire juridique. Les productions issues du mos gallicus, pas plus que les anciens commentaires des juristes italiens, ne trouvent de véritable place dans le catalogue de Charlotte Guillard. À peine peut-on y relever trois traités de juristes contemporains76. Si le Soleil d’Or délaisse ainsi les commentaires, c’est peut-être parce qu’il se fait une spécialité de l’édition des sources anciennes. À ce titre, le travail accompli en matière d’édition juridique peut être comparé à celui réalisé sur les textes patristiques, qui vise à la constitution d’une véritable collection des « sources chrétiennes ».

Notes

1 L’expression est d’Yves-Bernard Brissaud (« Pistes pour une histoire de l’édition juridique sous l’Ancien Régime », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, no 1, 2005, p. 33-136). Voir en outre M. Reulos, « Les droits savants dans l’édition française du xvie siècle », dans P. Aquilon et H.-J. Martin (dir.), Le Livre dans l’Europe de la Renaissance…, op. cit., p. 323-331, et D. Jacobi, « Les éditions des ouvrages de droit romain au xvie siècle, entre permanence et nouveauté », dans Les Représentations du droit romain en Europe aux Temps modernes, Marseille, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2007, p. 119-132.

2 A. Gouron et O. Terrin, Bibliographie des coutumes de France, éditions antérieures à la Révolution, Genève, Droz, 1975.

3 E. Spangenberg, Einleitung in das Römisch-Justinianeische Rechtbuch, Hanovre, 1817, notamment la 5e partie : « Bibliographischer Theil », p. 645-950.

4 Signalons une seule exception : la publication par Claude Chevallon en 1534 des Ordonnances, statutz et Instructions royaulx, accompagnée des Ordonnances et stilles tant du Grant Conseil de Parlement, des Requestes, que du Chastellet de Paris.

5 M. Reulos, « Les droits savants dans l’édition française… », art. cit., p. 323.

6 J. Hilaire, J. Turlan et M. Villey, « Les mots et la vie. La “pratique” depuis la fin du Moyen Âge », dans Droit privé et institutions régionales. Études historiques offertes à Jean Yver, Paris, PUF, 1976, p. 369-388.

7 M. Houllemare, Politiques de la parole. Le Parlement de Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 2011.

8 J. Krynen, « Le droit romain, droit commun de la France », Droits. Revue française de théorie, de philosophie et de culture juridique, no 38 : « Naissance du droit français », 2003, p. 21-35.

9 Voir, sur ce point, les belles phrases de Michel Villey en introduction et en conclusion de son Droit romain (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2002).

10 Cette répartition est le fait des glossateurs. Aussi les éditions de petit format, dépourvues de commentaires, respecteront-elles la distribution habituelle en sept parties.

11 Voir l’entrée « Corpus juris canonici » dans R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, t. IV, 1949, col. 610-644.

12 Pour une liste de titres plus complète des « ouvrages auxiliaires » circulant à la fin du Moyen Âge, voir P. Ourliac et H. Gilles, Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident, t. XIII : La période post-classique (1378-1500), vol. I : La problématique de l’époque. Les sources, Paris, Cujas, 1971, p. 120 et suiv.

13 Les analyses qui suivent s’appuient sur quelques recherches personnelles au Minutier central des notaires de Paris, sur différentes publications citées en notes et sur la documentation considérable, faite de photocopies d’actes inédits, assemblée par Pierre Aquilon pour ses deux contributions à l’Histoire des bibliothèques françaises : « Petites et moyennes bibliothèques (1480-1530) », dans Histoire des bibliothèques françaises, t. I, Paris, Promodis, 1988, p. 285-309, et « Petites et moyennes bibliothèques (1530-1660) », dans Histoire des bibliothèques françaises, t. II, Paris, Promodis, 1989, p. 182-205.

14 À cet égard, la section juridique de la vaste collection d’Antoine Du Prat constitue sans doute l’une des plus complètes qui puisse se rencontrer (M. Connat et J. Mégret, « Inventaire de la bibliothèque des Du Prat », BHR, t. III, 1943, p. 72-122).

15 Le juriste breton Bertrand d’Argentré dresse même à part la liste de ses livres de droit sur un fascicule spécifique intégré postérieurement à l’inventaire de sa bibliothèque considérable (trois mille volumes). Voir M. Walsby, « The library of the Breton jurist and historian… », art. cit.

16 H. Michaud, « Les bibliothèques des secrétaires du roi au xvie siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 126, 1968, p. 344.

17 Londres, The British Library, C. 64. C. 3.

18 L. Doüet d’Arcq, « Prisée de la bibliothèque du Président Lizet en 1554 », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 37, 1876, p. 372.

19 AN, MC, ET/XXIII/33.

20 Voir par exemple la bibliothèque de Jean Mouret, docteur en théologie, inventoriée en 1565 (A. Labarre, Le Livre dans la vie amiénoise, Paris, Nauwelaerts, 1971, p. 319-332).

21 Ainsi trouve-t-on dans la modeste bibliothèque (trente-deux entrées) de Pierre Grelier, prêtre, inventoriée le 30 mars 1530 (n. st.), un « petit livre couvert de cuyr noir lettre d’impression intitulé Institutiones imperiales » (AN, MC, ET/LIV/4).

22 23 juin 1570 ; AD de Normandie, G 3438.

23 L. Febvre et H.-J. Martin, L’Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1999 (1re éd. 1958), p. 309.

24 « Optimo cuique lectori Ioannes Hucherius Vernoliensis in typographica officina ad Solem aureum επανορθωτpής, correctorem vocant, S. », dans G. Pachymère, Paraphrasis in decem epistolas B. Dionysii Areopagitae, Paris, 1538 (BCG, no 17), f. n4ro.

25 Voir les notices qui lui sont consacrées dans le Dictionnaire de droit canonique (t. III, Paris, Letouzey et Ané, 1942, col. 610-611) et dans le récent Dictionnaire historique des juristes français (Paris, PUF, 2007).

26 Voir R. Metz, « La contribution de la France à l’étude du Décret de Gratien », Studia Gratiana, vol. II, 1954, p. 498-503.

27 «Iohannes Chappuis Magistro Bertoldo Rembolt Impressori primicio».

28 Pour ces trois volumes, voir B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, op. cit., t. I, no 56 (1509) et nos 71 et 72 (1510).

29 Les liminaires des différents volumes de cette publication contiennent toute une série de poèmes acrostiches dont l’un forme d’ailleurs le nom bertholdus rembolt.

30 P.-F. Girard, « Les préliminaires de la Renaissance du droit romain », Revue historique de droit français et étranger, 1922, p. 5-46.

31 Bibliothèque de la Sorbonne, MSAU 91.

32 D’après R. Mortimer, Harvard College Library Department of Printing and Graphic Arts. Catalogue of Books and Manuscripts. Part I : French 16th Century Books, Cambridge (Massachussets), 1964, no 152, p. 186.

33 M.-B. Cousseau, Étienne Colaud et l’enluminure parisienne sous le règne de François Ier, Rennes/Tours, PUR/PUFR, 2016, p. 145.

34 « De tous les manuscrits qui nous sont restés de l’antiquité, le plus célèbre, sans contredrit, celui qui a exercé sur la civilisation l’influence la plus profonde, la plus plus durable, la plus étendue, c’est le manuscrit des Pandectes florentines. » (C. Appletin, « La reproduction phototypique des Pandectes florentines », Nouvelle revue historique du droit français et étranger, vol. 32, 1908, p. 612.)

35 Sur cette édition, voir G. Gualandi, « Per la storial delle Editio Princeps delle Pandette fiorentine di Lelio Torelli », dans Le Pandette di Giustiniano. Storia e fortuna di un codice illustre, Florence, Olschki, p. 143-198.

36 Digestum vetus summis elucubratum ac castigatum vigiliis, Lyon, Nicolas de Benedictis, 1509.

37 Sur Blaubloom, voir P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens…, op. cit., t. IV.

38 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, op. cit., t. III, nos 462 (t. I), 647 (t. II) et 648 (t. III). Nous empruntons l’expression de Blaublommiana editio à A. Terrasson, Histoire de la jurisprudence romaine, Lyon, 1750, p. 379.

39 H.E. Troje, « Sobre la crítica y algunas ediciones de textos en la jurisprudencia humanistica », traduction de F.J. Andrés Santos, Revista de Estudios Histórico-Jurídicos, XXXI, 2009, p. 259-275.

40 Aegidius Perrinus campanus, Aegidius Perrinus Arremarensis. Il dédie d’ailleurs sa vita de Justinien à Jean Raguier, abbé de Montieramey.

41 E. Coyecque, « La bibliothèque de Gilles Perrin, official de l’archidiacre de Josas, [10] avril 1528 », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques, 1885, p. 776-785. Voir aussi Id., Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, nos 1032 et 1035.

42 BnF, ms. lat. 9952, f. 107vo : Magister Egidius Perrin alias Perrun procurator fiscalis alme facultatis artium dioc. Trecen.

43 Auree Francisci Philelfi… satyrae centum… praemissa authoris vita nuper ex variis ejusdem operibus ab Egidio Perrino, Paris, Robert et Jean de Gourmont, 1508, in-4°.

44 M. Furno, « Les dictionnaires de Robert Estienne », Voces, 10-11, 1999-2000, p. 16-17.

45 E. Coyecque, « La bibliothèque de Gilles Perrin… », art. cit.

46 On y trouve les collections habituelles (Code, Digeste, Novelles, Décret, Sexte, Décrétales) ainsi que trois exemplaires différents des Institutes et deux « lectures sur les Institutes escriptes a la main », qui témoignent probablement d’une activité d’enseignant. Une certaine ouverture à la pratique civile transparaît par la présence d’un Grant Coustumier de France, des coutumes d’Orléans et de Tours, et d’un manuscrit des Regles de droict, en français. Le canoniste possède naturellement un exemplaire de la Pragmatique Sanction. Les commentaires des juristes italiens composent cependant l’essentiel de cette imposante bibliothèque : Balde, Bartole, Azzon, Guido de Bayso, Bertachini da Fermo, Saliceto, Giovanni d’Andrea et bien d’autres y sont représentés.

47 Témoin de la tentative d’expulsion dont Perrin fait l’objet en 1529, Chevallon dépose devant notaire et dénonce les « grosses paroles » dont Perrin est la victime (E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, no 1032).

48 Il n’est pas certain que le cardinal, qui meurt le 24 de ce mois, ait jamais reçu cette épître.

49 « Reverendissimo in Christo patri ac domino D. Gabrieli a Gradimonte… Egidius Perrinus officialis de Josaio S.P.D. » (Institutionum civilium libri quatuor, Paris, 1534 ; épître reprise dans la réémission de 1537 et dans l’édition de 1548.)

50 «Que cum magna ex parte corrupte essent, Claudius Chevallon vir probus, & veri studiosus, me rogauit obnixius, ut eas accuratius emendarem perlegi quidem, & deprauatas, perperamque inuersas locis quam plurimis, ac dominutas, qua potui diligentia, emendaui.»

51 Il s’agit peut-être d’une édition des Institutes glosées, imprimée à Lyon par Fradin pour Hugues de La Porte, parue sous le titre Institutionum juris civilis libri quatuor, cum Accursiana interpretatione aliorumque juris peritorum annotationibus. Nous n’avons malheureusement pas encore pu consulter d’exemplaire de cette édition assez rare.

52 «Quanquam non desunt, qui scribant, multum se in illis corrigendis, anno proximo laborasse, cum tamen ne liminarem quidem earum paginam unquam correxerint. Illic enim falso legitur quintam synodum fuisse tempore Iulii papae, cum utique Vigilii esset legendum. […] Verum non magis ipsi in emendando hoc opere desudasse mihi videntur, quàm statuae Chariatides in ferendis magnatum edificiis, quae structuram tantum ornant, nec oneri incumbunt.»

53 « Novissima & admodum frugifera Exceptionum arbor : nunquam huusque impressa : edita per disertum virum magistrum Petrum Rebuffide monte Pessulano : iuris utriusque doctorem/in alma universitate Tholosana ordinarie legentem », dans Justinien, Digestum novum, Paris, Y. Bonhomme, 1535.

54 Sur cet auteur luxembourgeois, né en 1500, mort vers 1567, voir J. Vannérus, « Nicolas Mameranus et sa famille », Biographie nationale du Pays de Luxembourg, fascicule II, 1949, p. 299-321.

55 Il s’agit d’un romain de type « Jenson », sur un corps de gaillarde (R. 62), attribué à Prigent Calvarin par Vervliet, Conspectus, no 25.

56 Il s’agit d’un petit texte romain (R. 52), dont la première apparition est repérée au Soleil d’Or dès 1532 (Conspectus, no 12).

57 « Pereruditis & honestis adolescentibus Matthaeo, Iohanni, & Ludovico Budaeis, Nicolaus Mameranus. S. », dans Volumen Legum, Paris, 1536, f. aa1vo.

58 P. Feret, La Faculté de théologie de Paris…, op. cit., p. 51-55 ; V. Angelo, Les Curés de Paris…, op. cit., p. 682-684.

59 Reverendissimo Cardinali Castellionensi Oddoni Collignio, archiepiscopo Tolosano episcopoque suo Bellovaco, Antonius Demochares Ressonaeus foelicitatem, f. aa2-aa6.

60 D.N. Renato a Campis, viro et probitate vitae insigni & doctrina singulari eximio, ac in jure Pontificio prolytae doctissimo Ludovicus Miraeus Rosetanus, salutem, f. aa2-aa6.

61 R. Metz, « La contribution de la France… », art. cit., p. 501.

62 Ibid., p. 503.

63 Andreae Guillardo filio, libellorum supplicum magistro ac Britanniae minoris consiliario Renatus Aubertus Calesiensis S. (Index rerum et verborum quae in pandectis tractantur, copiosissimus, Paris, 1548 – BCG, no 114).

64 La dédicace de Perrin à Gabriel de Grandmont datée de mars 1533 figure toujours en tête des Institutes (1548).

65 J.-L. Ferrary, « Les travaux d’Antonio Agustín, à la lumière de lettres inédites à Lelio Torelli », Faventia, 1992, p. 73.

66 « Philonomis omnibus Ludovicus Miraeus Rosetanus salutem », épître datée E typographia nostra, veille des ides de novembre 1550, en tête du Code (BCG, no 135).

67 « Io. Tilius Engolismensis lib. rationum quotidianarum primo. Qua nota digestorum libros antiqui citarent », dans Digestorum seu pan dectarum iuris ciuilis tomus tertius, quod uulgò Digestum nouum appellant, 1550 (BCG, no 138), f. A1vo.

68 Digestorum, seu Pandectarum juris civilis libri quinquaginta, nunc primùm ad fidem Pandectarum Florentinarum sexcentis locis emendate, supra Gregorii Haloandri editionem.

69 Discours de l’Estoc, éd. L. de Vauzelles, Lyon, Vingtrinier, 1873, p. 42.

70 Pour une bonne synthèse sur la réception du Code théodosien, voir P. Jaillette, « Le Code théodosien de sa promulgation à son entreprise de traduction française. Quelques observations », dans Le Code théodosien. Diversité des approches et nouvelles perspectives, Rome, École française de Rome, 2009, p. 15 et suiv.

71 C.H. Turner, « Jean Du Tillet… », art. cit., p. 53 et 58.

72 Dans une épître adressée à Jean Bertrand, conseiller du roi, en tête de la seconde partie, Du Tillet donne quelques détails sur la présentation de ce manuscrit literis grandioribus descriptus. On a pu ainsi l’identifier à l’actuel Reginensis 886 de la Vaticane (voir C. H. Turner, « Jean Du Tillet… », art. cit., p. 54 et 58).

73 Io. Tilius Engolism. Lectori (f. * 2ro et vo).

74 Cuthbert Hamilton Turner (« Jean Du Tillet… », art. cit., p. 53) indique : « The promised editions of Justinian’s Code seems never to have appeared. » Nous croyons au contraire que Du Tillet évoque ici le Code publiée par Miré à la fin de l’année 1550 (la préface aux « amateurs de lois » est datée du mois de novembre), pour laquelle on a vu que Du Tillet avait prêté un manuscrit lui appartenant.

75 P. Jaillette, « Le Code théodosien… », art. cit., p. 26.

76 Il s’agit de : P. Rebuffi, Subtilissima necnon utilissima Legis unicae Codicis de sententia quae pro eo quod interest. olim apud Bituriges aperto pectore dictata repetitio, 1548 ; M. Mesnart, Legum pontificiarum Gregorii noni, seu Decretalium pentateuchus, 1555 ; M. Montan, Genialium dierum commentarii, 1555.

Table des illustrations

Légende Fig. 54. Reliure de maroquin mosaïquée (les initiales CVS, non identifiées, ont sans doute été poussées ultérieurement), sur Gratien, Decretum collectanea, Paris, 1551, in-8° ; Londres, The British Library, C. 64. C. 3.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 55. Reliure de veau brun doré à chaud, tranches ciselées, sur Justinien, Quiquaginta librorum Digestorum, Paris, 1540, in-8o ; La Haye, Bibliothèque nationale des Pays-Bas (photographie T. Uetani).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 56. Répartition thématique des feuilles imprimées au Soleil d’Or (moyenne mobile sur trois ans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 57. Registre tenu par Berthold Rembolt comme receveur de la nation germanique, 1506 ; Paris, Sorbonne.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 58. Justinien, Argumentum Institutionum Imperialium, Paris, Rembolt, 1506, in-folio.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 59. Un bel exemplaire du Corpus juris civilis, Paris, 1526-1527, en cinq volumes in-octavo, à la reliure de veau brun, aux titres dorés, aux tranches dorées et ciselées ; Orléans, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 60. Justinien, Institutium liber, Paris, Chevallon, 1537, in-4° ; Rouen, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 61. Mise en page des Institutes, Paris, Chevallon, 1534, in-folio ; Rouen, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 62. Justinien, Quiquaginta librorum Digestorum, t. II, Paris, 1540, in-8° ; La Haye, Bibliothèque nationale des Pays-Bas (photographie T. Uetani).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 63. Grégoire IX, Decretales epistolae, Paris, 1540, in-8° ; Le Mans, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 64. Justinien, Νεαρῶν τῶν ἑν τῶ νῦνἙυρισκομένων καὶ ὡς ἑυρίσκονται βιϐλίον, Paris, 1542, in-8° ; Le Mans, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 65. Gratien, Decretum collectanea, éd. A. de Mouchy, 2e éd., Paris, 1552, in-8° ; Tours, CESR.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Fig. 66. Justinien, Digestorum seu pandectarum… tomus tertius, Paris, 1550, in-4° ; Bourges, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10158/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access