Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Partie I. Gens du livre

Chapitre 3. La direction éditoriale

Texte intégral

1L’identité du personnel travaillant au Soleil d’Or échappe dans une large mesure à notre connaissance, tant sont rares les contrats d’embauche de compagnons ou de servantes conservés dans les archives notariales. La plupart des accords, conclus de gré à gré, donnaient lieu à l’établissement d’actes sous seing privé, qu’aucun notaire ne venait jamais authentifier. Dans son testament, Charlotte ne mentionne que deux employées, Marie Châtelain et Jeanne Tissier, une cousine de Guillaume Desboys, et deux « serviteurs » pour lesquels elle semble éprouver un attachement particulier, Amaury Warrancore et Thomas Brumen, qui ne tarderont pas à commencer leur propre carrière de libraire.

2Ces quelques noms ne rendent pas compte du nombre et de la diversité du personnel actif au Soleil d’Or. L’atelier possède cinq ou six presses. Il faut compter, pour chacune d’elles, au moins deux pressiers et deux compositeurs. Charlotte doit donc avoir sous ses ordres plus d’une vingtaine d’ouvriers affectés aux seules tâches « mécaniques » d’impression des livres, auxquels s’ajoutent un ou plusieurs correcteurs, souvent rémunérés à la tâche et donc moins étroitement attachés à l’atelier. Le secteur « commercial » est plus difficile à cerner. Il compte sans doute un ou plusieurs facteurs représentant l’entreprise en province ou à l’étranger, prospectant les foires européennes pour négocier ventes et achats auprès de confrères. On peut supposer que le Soleil d’Or dispose en outre d’un personnel dédié à la gestion de la librairie proprement dite : administration des stocks, accueil des clients, réception des achats effectués auprès de confrères, emballages des ouvrages prêts à être expédiés… Ces employés reçoivent des gages modestes, mais il faut les nourrir et les loger, ce qui implique, aux côtés de la veuve Chevallon, la présence d’un groupe de serviteurs chargés de l’entretien domestique, une tâche d’autant plus lourde que ce n’est pas une seule maison qu’il s’agit d’administrer, mais deux, le Rouet d’Or, situé en face de l’atelier, faisant probablement office d’annexe professionnelle. Charlotte Guillard a donc probablement sous ses ordres près d’une quarantaine d’employés.

3Une telle troupe doit être dirigée fermement. La question se pose donc de savoir quelle est la place exacte de la patronne dans l’atelier et quel rôle elle joue précisément dans la détermination de sa politique éditoriale.

CHARLOTTE GUILLARD, PATRONNE

La veuve laborieuse : aspects du mythe

  • 1 André Chevillier (L’Origine de l’imprimerie de Paris…, op. cit.) porte ici une grande responsabilit (...)

4Les préfaces publiées au Soleil d’Or insistent fréquemment sur les mérites personnels et les compétences de Charlotte Guillard, élaborant une représentation de la patronne en femme savante et affairée, prête à tous les sacrifices (notamment financiers) pour faire rouler ses presses. En dépit du caractère convenu de ces éloges, ces textes ont durablement orienté le discours des historiens, qui reprennent souvent mot pour mot les préfaces du Soleil d’Or1. Ils méritent à ce titre notre attention.

  • 2 R. Aubert, Index rerum et verborum quae in Pandectis tractantur, copiosissimus, 1548 (BCG, no 114), (...)
  • 3 Ambroise, Opera, Paris, Marnef, 1549-1550, f. 3y6 (BCG, no 130) : Ludovicus miraeus Rosetanus pio l (...)

5La postface rédigée par Jean Hucher en 1538, dont nous avons déjà résumé la teneur, ne constitue en effet que l’une des pièces d’un véritable arsenal rhétorique destiné à présenter Charlotte Guillard en véritable éditrice, impliquée dans le choix des ouvrages à publier. Ainsi René Aubert, arrière-neveu de Charlotte Guillard et auteur d’un copieux index des Pandectes de Justinien (1548), attribue-t-il à sa tante l’initiative de cette entreprise : « Comme ma tante s’apprêtait à publier les Pandectes au prix de beaucoup de diligence et de travail, […] elle m’a demandé d’établir ce petit index2. » En 1550, Louis Miré indique pour sa part avoir été chargé par Charlotte Guillard d’explorer les bibliothèques pour y découvrir des traités inédits de saint Ambroise3. Les préfaciers insistent régulièrement sur le soin, l’attention, le scrupule (diligentia) dont fait preuve leur patronne dans l’exercice de ses responsabilités. Ces motifs rhétoriques, autour desquels s’élabore la représentation de l’éditrice en femme « diligente », qui ne rechigne pas à la dépense, constituent de véritables lieux communs de l’épître dédicatoire.

  • 4 J. Thouzat, Lexicon Graecolatinum, op. cit., f. † 2ro.
  • 5 J. Hucher, « Ad lectorem Epistola », dans G. Pachymère, Paraphrasis in decem epistolas B. Dionysii (...)
  • 6 Le terme est biblique ; Genèse 2, 23 : Adam nomme la femme virago parce qu’elle est prise de l’homm (...)
  • 7 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107), f. † 2ro : Fortissimae huic viragini Carolae ex illustri familia (...)

6À ces topoï, les préfaciers du Soleil d’Or ajoutent parfois des considérations plus originales sur le genre. La préface du Lexicon de Thouzat met en scène un lecteur qui interpellerait Charlotte en termes méprisants : « Hé, toi ! Pauvre femme. » (Heus tu mulier4.) Mais les préfaciers renversent souvent l’argument, invoquant la féminité de notre libraire comme une preuve supplémentaire de son caractère exceptionnel. En 1538, Jean Hucher prête à sa patronne une âme si noble qu’elle transcende sa condition : Carlota Guillarda animo supra sexum generoso5. Quelques lignes plus loin, il emploie pour la désigner le lieu commun de fortissima virago, qui attribue à la femme des qualités viriles6. La préface de Louis Miré en tête des œuvres de Basile le Grand (1547) reprend les mêmes expressions : qualifiant à son tour l’éditrice de fortissima virago, le préfacier affirme qu’elle travaille supra sexus aetatisque conditionem7. Dans son épître à André Guillard, René Aubert perçoit l’ardeur au travail de sa tante comme un défi à sa virilité :

  • 8 R. Aubert, Index reum et verborum quae in Pandectis tractantur, copiosissimus, 1548 (BCG, no 114), (...)

J’aurais été impie si, alors que cette femme (mulier) entretient les presses avec beaucoup de peine, d’argent, de souci et de labeur pour le bien des Lettres, j’avais refusé d’exécuter ce petit travail à sa demande. Il aurait été déshonorant si, comme homme (pro mea virili), je n’avais fourni ce qui est utile aux savants.8

7Même si pro mea virili constitue une locution figée, que l’on traduit généralement par un simple « pour ma part », l’expression recouvre sans doute dans ce contexte, et par opposition à mulier, une connotation fortement sexuée.

Une femme savante ?

  • 9 J’emprunte l’expression à l’ouvrage polémique de M. Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Ge (...)
  • 10 C. Bénévent, « Créations d’ateliers bâlois. Érasme, Froben et le Ciceronianus », dans A. Réach-Ngô (...)

8Les préfaces publiées au Soleil d’Or dessinent ainsi le portrait d’une maîtresse femme, qui dirige son atelier, choisit les textes, contacte les auteurs, travaille avec soin sans regarder à la dépense. Il convient toutefois de se méfier de ce tableau haut en couleur et de désamorcer les pièges tendus, à cinq siècles de distance, par les préfaciers du Soleil d’Or. La maîtresse femme ici dépeinte n’est pour le moment qu’une créature de papier9, ou plus exactement une « création d’atelier10 », mise en scène par des textes à vocation publicitaire qui témoignent mieux d’une rhétorique commerciale d’entreprise que des compétences réelles de l’éditrice.

  • 11 Épître du 4 mai 1538, « Ad Robertum Stephanum nobilissimum », commentaire, texte et traduction publ (...)
  • 12 A. Grafton, The Culture of Correction in Renaissance Europe, Londres, The British Library, 2011.

9En dépit des nombreux travaux consacrés au rôle des femmes dans les métiers du livre, on évalue encore mal leur degré de compétences. On connaît le mythe forgé par Dorat sur l’atelier de Robert Estienne, dans lequel « l’épouse, les servantes, les clients, les enfants, parlent couramment chaque jour la langue de Plaute et de Térence11 ». Dans une épître à Zayas datée du 4 novembre 1570, Christophe Plantin prétend que ses quatre premières filles ont été employées à « lire les épreuves de l’imprimerie en quelque escriture et langue qui se soit offerte pour imprimer12 ».

  • 13 Nouvelles recreations et joyeux devis, Lyon, Granjon, 1558 (XIV : « de l’advocat qui parloit latin (...)
  • 14 Ibid., p. 81-82.
  • 15 Les historiens ont depuis longtemps remarqué que Froben est un piètre latiniste. On ne trouve écrit (...)
  • 16 M. Simonin, « Trois femmes en librairie… », art. cit.

10Si l’on peut être tenté d’accorder quelque crédit à ces propos, il faut toutefois se garder d’en généraliser la portée. On sait quelle réalité ils recouvrent. Les contes de Des Périers montrent assez quels risques encourent les maîtres à parler latin aux servantes13. Contrairement à ce que laissent entendre les préfaciers, le monde des typographes n’est pas exclusivement peuplé de philologues. Daniel Heinsius (1633) nous rappelle que l’on ne saurait juger des compétences d’un imprimeur à l’aune des seules préfaces signées de son nom : « Il est absurde de voir ces lettres rédigées en latin et parfois en grec signées par des imprimeurs qui sont, pour la plupart, incapables d’en comprendre le premier mot, et que certains ne sauraient même pas lire à voix haute14 ». Johann Froben, l’éditeur attitré d’Érasme, ne lit pas le latin – ce qui ne l’empêche pas de devenir l’un des grands propagateurs de l’humanisme en Europe15. Quant aux femmes issues de la librairie, il convient de rappeler, avec Michel Simonin, qu’elles sont souvent totalement analphabètes16.

  • 17 Ainsi, le Heus tu mulier cité plus haut évoque-t-il un vers du Curculio de Plaute.

11Charlotte Guillard, qui connaît le marché et fréquente la clientèle, peut sans doute orienter les choix éditoriaux de l’atelier, mais rien n’indique qu’elle soit en mesure de contrôler la qualité des textes qu’elle publie. Elle lit certainement le français, et il est probable qu’elle sache l’écrire, car cela semble nécessaire à son commerce. Il n’est pas impossible qu’elle ait acquis des rudiments de latin. Un seul texte est signé de son nom : la préface, largement autobiographique, du Lexicon de Jacques Thouzat (1552) (fig. 20). Elle est rédigée dans un latin excellent et ponctuée de références littéraires17. On peut raisonnablement mettre en doute, sinon son authenticité, du moins le processus de son élaboration. Si Charlotte a véritablement pris part à la rédaction de cette épître, elle s’est peut-être contenté de fournir ou de dicter un texte en français qu’un employé zélé se sera chargé de traduire ; mais il n’est pas impossible qu’elle s’en soit tenu à signer un texte rédigé en son nom par l’un de ses neveux ou correcteurs.

Fig. 20. Seul texte attribué à Charlotte Guillard, la préface latine du Lexicon Graecolatinum de Jacques Thouzat (Paris, 1552) ; Vendôme, Bibliothèque municipale.

12Que Charlotte Guillard n’ait pas le profil d’une femme de lettres n’implique pas qu’elle ignore les enjeux intellectuels de ses publications. Cela ne l’empêche pas non plus d’administrer elle-même son entreprise et d’en défendre farouchement les intérêts. Elle paraît souvent chez le notaire, jusqu’à six fois dans la seule année 1547. Elle n’hésite pas à engager des procédures judiciaires, allant jusqu’à faire emprisonner un confrère angevin, ou à faire plaider son avocat devant l’Université contre les papetiers jurés. Mais ce n’est sans doute pas elle qui décide des grandes orientations de la politique éditoriale de l’atelier.

  • 18 J. Hucher, « Ad lectorem Epistola », dans G. Pachymère, Paraphrasis in decem epistolas B. Dionysii (...)

13Si elle semble flatteuse pour Charlotte Guillard, la postface, ajoutée par Jean Hucher à l’édition de Georges Pachymère, limite en réalité sévèrement la responsabilité de la veuve Chevallon. Hucher lui reconnaît certes un imperium sur l’atelier, mais il ne lui attribue aucune part dans l’établissement des textes. À l’en croire, la patronne ne doit ménager ni sa peine ni son argent pour la préservation des humaniores litterae. Concrètement, son travail se limite toutefois à l’embauche d’un personnel compétent, et notamment de correcteurs qualifiés (« Correctores dixi, non interversores » !), seuls garants de la qualité du texte imprimé18.

DES DIRECTEURS LITTÉRAIRES

Nouveaux métiers : du correcteur au prote

  • 19 Anthony Grafton écrit, à propos du métier de correcteur : « Correction gradually became both more s (...)

14Au xvie siècle, le développement de l’imprimerie fait émerger des métiers spécialisés, la typographie offrant désormais aux hommes de lettres une foule de nouvelles occupations : compilation d’index, traduction, édition scientifique, correction d’épreuves, collation de manuscrits, autant de tâches jusqu’alors inconnues et dont la nécessité se fait de plus en plus sentir19.

  • 20 M. Simonin, « Profession traducteur : pour une histoire sociale de la traduction au XVIe siècle », (...)
  • 21 C. Sorel, Histoire comique de Francion, cité par M. Simonin, « Profession traducteur… », art. cit.
  • 22 S. de Sainte-Marthe, Éloge des hommes illustres, cité par M. Simonin, « Profession traducteur… », a (...)

15En ouverture d’une étude inédite consacrée à l’émergence du métier de traducteur20, Michel Simonin posait la question du recrutement de ces nouveaux acteurs. Il y mettait en évidence l’importance des milieux pédagogiques (précepteurs et régents), d’où sont issus un grand nombre de collaborateurs d’ateliers. Les collèges regorgent en effet de jeunes maîtres formés aux humanités et susceptibles d’accepter les rémunérations les plus modiques tant est grande la précarité de leur condition. Souvent issus de milieux modestes, passés « de la charruë à la chaire21 » et désireux de gloire littéraire, les régents forment « un vivier de plumes disponibles » pour tous types de travaux éditoriaux. Rares sont ceux qui se spécialisent d’emblée dans une tâche spécifique : la plupart des lettrés qui monnayent leurs talents auprès des imprimeurs développent une véritable polyvalence. Ainsi Jacques d’Estrebay, éditeur de Cicéron, « fut contraint de retourner encore à sa premiere profession qui estoit d’enseigner les enfans, et de faire l’office de correcteur dans quelques-unes des plus celebres imprimeries de Paris22 ». Ces hommes de lettres ne peuvent être assimilés à des professionnels de l’imprimé dans la mesure où, rémunérés à la tâche, ils ne tirent de cette activité qu’un complément de revenus. Correcteurs par occasion, ils restent d’abord et avant tout des hommes d’étude.

  • 23 Ces expressions sont citées par Baudrier H. et Baudrier J., Bibliographie lyonnaise. Recherches sur (...)

16Il existe, à leurs côtés, un grand nombre de lettrés plus modestes qui trouvent dans l’imprimerie leur principale, voire leur unique source de revenus. Il s’agit souvent d’étudiants, jeunes « martinets » dépourvus de pensions, qui n’ont d’autre choix que de gagner leur vie pour financer leurs études. Les archives les désignent comme « correcteurs », « prélecteurs de livres » ou « collationneurs d’imprimerie23 ». Ils sont la plupart du temps logés au sein même de l’atelier, et acquièrent de ce fait une étroite familiarité avec l’art typographique. Leur parfaite compréhension du processus de fabrication du livre fait d’eux de véritables techniciens de la correction, capables de reconstituer une imposition fautive et de donner des consignes aux compositeurs.

  • 24 R. Wackernagel, Rechnungsbuch der Froben und Episcopius, Bâle, 1881, passim.
  • 25 A. Grafton, The Culture of Correction…, op. cit. ; voir notamment la première partie.
  • 26 Voir aussi les plaintes de Jérôme Hornschuch sur son état : « Pendant plus de deux ans, pour m’ache (...)
  • 27 Cornelius Kiel, correcteur chez Plantin, dénoncera l’incurie et l’ingratitude des auteurs dans un b (...)
  • 28 Musée Plantin-Moretus, arch. 786, f. 15, cité par A. Grafton, The Culture of Correction…, op. cit.,(...)
  • 29 Ibid., p. 77.

17Par son savoir et son érudition, le correcteur professionnel domine les compagnons dont il contrôle le travail. Dans les registres de comptabilité des Bâlois Froben et Episcopius, il est systématiquement nommé en tête des listes d’employés24. Grafton décrit pourtant le correcteur d’imprimerie comme injustement maltraité25. Ses gages sont modestes, souvent inférieurs à ceux des bons compositeurs (mais son temps de travail est sans doute moindre26). Le patron ne témoigne pas toujours à son égard l’estime que le correcteur pense mériter, et les auteurs rejettent souvent sur lui la responsabilité des fautes27. Certains, tel Olivier de Fine, correcteur chez Christophe Plantin pendant treize ans, n’hésitent pas à claquer la porte, « malcontent[s] et sans dire adieu28 ». Grafton résume leur triste sort : « Their job mattered ; they themselves did not29. » On comprend pourquoi la plupart des correcteurs professionnels n’occupent cet emploi que pour une courte période et retrouvent, dès qu’ils le peuvent, l’estrade d’une salle de classe ou la chaire d’une église, la cure ou la pédagogie offrant sans doute un confort matériel et un statut social plus satisfaisants.

  • 30 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107).

18Il existe enfin, à côté de ceux qui corrigent par nécessité, de véritables correcteurs professionnels, recrutés à plein temps et qui se destinent explicitement à la carrière typographique. Ceux-là trouvent parfois une position plus digne de leurs compétences, et peuvent s’attacher durablement à un atelier d’imprimerie. Moyennant une rémunération plus élevée, ils deviennent de véritables auxiliaires du patron, associés à la direction éditoriale de l’entreprise. Ils ne se contentent pas de chasser les éventuelles coquilles dans les textes déjà composés : ils préparent, collationnent et corrigent les originaux, n’hésitant pas à procéder aux modifications syntaxiques ou grammaticales qu’ils jugent pertinentes ; ils commandent aux ouvriers et coordonnent leurs travaux ; ils prennent eux-mêmes la plume pour rédiger préfaces et épîtres dédicatoires. Leur statut est enviable. Ils continuent, la plupart du temps, à se présenter comme de modestes correctores. Mais au détour d’une brève formule, ces hommes tombent parfois le masque : Louis Miré, qui se déclare ’Επανορθωτής (correcteur) en tête de l’édition des œuvres de saint Basile publiée au Soleil d’Or en 1547, se présente quelques feuillets plus loin, dans un court texte inséré au beau milieu du volume, comme le véritable chef de l’atelier typographique : « typographico praelo praefectus30 ».

  • 31 L’expression latine typographico praelo praefectus correspond presque mot pour mot à la définition (...)
  • 32 Première occurrence de la forme française attestée par le Trésor de la langue française informatisé (...)

19Praefectus : le latin dit assez l’importance de la tâche. Traduisons-le par « prote31 », encore que le terme soit anachronique : emprunté à l’italien proto, lui-même dérivé du grec πρώτος (« premier »), il n’est attesté en français qu’en 1710 dans une amusante pièce de vers, la Misère des apprentis imprimeurs32. Cette entrée tardive dans la langue française explique sans doute la raison pour laquelle les chefs d’ateliers peinent encore au milieu du xvie siècle à déterminer précisément leur fonction et continuent à se définir comme de simples « correcteurs ». Ainsi s’explique le silence historiographique qui entoure cette fonction.

  • 33 Repris dans P. Minard, Typographes des Lumières, op. cit., p. 259-263 (texte établi d’après l’éditi (...)

20Exerçant dans l’ombre du patron imprimeur, auquel on attribue toutes les décisions prises, le prote reste discret. Ses responsabilités sont pourtant considérables. Relisons le chapitre consacré aux « fonctions protiques » dans les Anecdotes typographiques de Nicolas Contat (1762)33. À en croire cette source tardive, « le prote doit lire toutes les premières épreuves de tous les ouvrages qui s’impriment » ; « le prote veille à tout, fait imposer et corriger soigneusement » ; « il est encore chargé des menues dépenses qui sont continuelles, comme de faire faire les achats de la laine, cuir, bois de balles et cetera » ; « il prépare la copie pour les compositeurs, marque la ponctuation, l’orthographe et les accents, dirige les titres en marquant les caractères dont ils doivent être composés. Il impose […] les premières feuilles de chaque ouvrage » ; « le prote est encore chargé de diverses commissions concernant les Libraires et autres pratiques. Il doit répondre à tout le monde et fait prix pour certains ouvrages en l’absence ou par ordre du Maître. Il embauche et débauche, c’est-à-dire qu’il arrête les ouvriers, Compositeurs ou Imprimeurs suivant le besoin » ; « le samedi venu le Prote fait la banque ».

21À lire les Anecdotes de Contat, dont la crédibilité n’est pas douteuse, la part prise par le maître dans la marche de l’atelier est à peu près nulle. Le prote assume l’essentiel des responsabilités concrètes dans les choix de mise en page, dans l’encadrement des ouvriers, dans les négociations avec les auteurs et dans la gestion même des finances de l’entreprise. On comprend bien que Charlotte Guillard ne peut confier de telles responsabilités qu’à des hommes de confiance, proches parents ou employés de longue date.

1538-1541 : Jean Hucher et Jacques Bogard

  • 34 Une épître au lecteur, au premier tome de l’édition de saint Jean Chrysostome, est ainsi signée Joa (...)

22À la mort de Claude Chevallon, deux hommes semblent en mesure d’assumer ces « fonctions protiques » au Soleil d’Or. Originaire de Verneuil (sans doute Verneuil-sur-Seine), Jean Hucher est employé comme « correcteur » au moins depuis 153634. Nous savons par ailleurs que, dès 1538, Jacques Bogard travaille au côté de sa tante, pour laquelle il rédige une postface à l’édition des écrits de Pacien de Barcelone.

  • 35 BnF, ms. lat. 9951, mentions respectives aux feuillets 112ro, 112vo, 113ro et 113vo.

23Ces deux personnages se connaissent depuis longtemps car ils sont d’anciens camarades de classe. Les Acta rectoria attestent en effet que Gervais Chevallon (Gervasius Chevalon de Paris), Jean Hucher (Jo. Hucher Parisiensis diocesis), Jacques Bogard (Ia. Boysgard Cenomanensis diocesis) et Louis Chevallon (Ludovicus Chevalon de Paris) se sont inscrits simultanément à la faculté des arts sous le rectorat d’Hugues de Fontaines (octobre-décembre 152435) (fig. 21). Chevallon a donc recruté son correcteur parmi les condisciples de ses fils.

  • 36 Breviarium ad usum ecclesiae Abrincensis… recognitum et ab innumeris mendis repurgatum per Joannem (...)

24Hucher ne restera pourtant que quelques années au service du Soleil d’Or. Après 1538, nous n’avons plus trace de sa présence dans l’atelier. Il ne quittera pas pour autant le Quartier Latin puisqu’on le retrouvera dix ans plus tard chez Yolande Bonhomme pour le compte de laquelle il corrigera le texte d’un Bréviaire36. Tout porte à croire que Hucher part du Soleil d’Or peu après la mort de Chevallon. Son départ donne une coloration nouvelle à l’épître qu’il rédige pour l’édition de Georges Pachymère en 1538 et dont il a déjà été question : lorsqu’il exhorte sa patronne à employer des correcteurs compétents, Hucher tente peut-être de sauver sa place.

  • 37 Sur la carrière typographique que mène Jacques Bogard à partir de 1541, voir P. Renouard et al., Im (...)

25En dépit de cet appel, dès la fin de l’année 1538, Jacques Bogard assume apparemment seul le travail de direction éditoriale37. On le sait brillant helléniste. Élève de Jacques Thouzat, dont il épousera la nièce, Bogard ne manque pas de faire jouer cette relation pour recruter des collaborateurs. Mais en 1541, il quitte à son tour le Soleil d’Or pour s’installer à l’enseigne du Saint-Christophe, dans l’ancienne librairie de Claude puis de Gervais Chevallon, récemment décédé. Il reste proche de sa tante, s’associant avec elle pour la publication de différents livres grecs tout au long des années 1540, mais il ne peut plus jouer un rôle de direction au sein du Soleil d’Or.

Fig. 21. Inscription simultanée de Jean Hucher et Jacques Bogard à la faculté des arts en octobre-décembre 1524 ; Paris, BnF, ms. lat. 9951, f. 112-113.

1544-1552 : Louis Miré

  • 38 Les archives orthographient indistinctement son patronyme « Myré » ou « Miré ». J’adopte cette dern (...)
  • 39 Seul Paul-Frédéric Girard semble avoir perçu l’importance de Louis Miré dans l’histoire intellectue (...)

26Un homme, Louis Miré38, prend dès lors une importance grandissante au sein de l’atelier. De rares travaux historiques évoquent ce personnage, mais on n’a sans doute pas encore pris la mesure du rôle qu’il a joué dans l’édition parisienne et lyonnaise au milieu du xvie siècle. Rassemblons ici les éléments biographiques que quelques glanes au sein des archives nous ont permis de mettre au jour39.

  • 40 AD69, BP 3840, f. 9-10.
  • 41 AN, Y 88, f. 138vo.
  • 42 BnF, ms. lat. 9952, f. 32 : Ludovicus Mire Meldensis diocesis.
  • 43 AN, Y 88, f. 233vo.
  • 44 AN, Y 88, f. 138vo.

27Louis est fils de Nicolas Miré, « mareschal de Rozet en Brie40 » (Rozay-en-Brie), et de Catherine Tuté41. Au premier trimestre de l’année 1528, Miré est inscrit à la faculté des arts42. Le 6 juillet 1534, son beau-père Jean Mallet, « marchand et laboureur au Plessy-le-Haury près Rosaye-en-Brie », et son oncle Denis Tuté, prêtre vicaire de Saint-Étienne-du-Mont à Paris, lui accordent une donation importante afin qu’il « ayt mieux de quoy vivre et soy entretenir a l’estude en icelle Université, et acquerir science et degré ou temps advenir43 ». Les études du jeune homme seront encore longues : le 13 mai 1542, toujours « estudiant escollier en l’université de Paris », il bénéficie une nouvelle fois du soutien familial. Sa mère lui cède le douaire dont elle jouit depuis la mort de son troisième mari « pour la bonne amour maternelle qu’elle a aud. escollier son fils, qu’il ayt mieulx de quoy vivre et soy entretenir a l’estude44 ». Miré n’a certes pas achevé sa formation, mais son statut a déjà évolué, puisque le notaire le qualifie désormais de « maître ».

  • 45 R. Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne (...)

28Cet avant-nom est celui dont bénéficient couramment juristes et hommes de lettres45. Miré lui-même ne se présente jamais comme titulaire d’un quelconque diplôme universitaire. Nous n’avons pas trouvé mention de son éventuelle inceptio dans les registres des recteurs de la faculté des arts qui recensent pourtant, à chaque trimestre, le nom des nouveaux maîtres (mais certains fascicules manquent aux acta rectoria). La longueur de ses études nous conduit à penser que le jeune homme a achevé les arts et entamé un cursus juridique.

  • 46 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107), f. † 2ro : […] visum tandem est fortissimae huic viragini Carola (...)
  • 47 Il cite Jérémie en hébreu dans l’épître dédicatoire de l’édition du Décret de Gratien en 1547 (BCG, (...)

29Dans sa préface à l’édition des œuvres de saint Basile en 1547, Louis Miré indique qu’il gagne sa vie comme correcteur au Soleil d’Or depuis « plus ou moins dix ans46 ». Ce travail lui permet de financer les études qu’il poursuit parallèlement. Il commence donc sa carrière comme simple relecteur d’épreuves vers 1538, peut-être après le départ de Jean Hucher. L’atelier s’attache ainsi les services d’un excellent latiniste, rompu aux méthodes philologiques, qui possède en outre des rudiments de grec et d’hébreu47, capable de déchiffrer des manuscrits « antiques », et qui connaît bien pour les fréquenter quotidiennement les enseignants de l’Université et les juristes du Parlement. À partir des années 1543-1544, Miré semble acquérir de nouvelles responsabilités au Soleil d’Or. Il se présente comme le responsable de la première édition parisienne des Lucubrationes de saint Hilaire de Poitiers, collationnée sur des manuscrits de la bibliothèque de Saint-Victor – édition importante qui ajoute plusieurs textes inédits au corpus hilarien. Dès lors, Miré semble jouer un rôle déterminant dans le choix et la préparation des textes. Il multiplie préfaces et épîtres dédicatoires, signant ainsi des pièces liminaires pour le Décret de Gratien (1547), pour les Opera de Basile (1547), de Bernard (deux éditions en 1547 et 1551), d’Ambroise (1549), de Grégoire (1550), pour l’édition du Code (1550) ou celle des Pandectes (1552). De nombreuses autres préfaces, non signées, peuvent par ailleurs lui être attribuées.

30Les épîtres et préfaces signées par Miré valorisent généralement le travail d’érudits tels que Godefroy Tilmann, Jean Du Tillet ou François Mangeard, qui traduisent les textes ou découvrent des manuscrits inédits. Dans bien des cas, cependant, Miré ne se cantonne pas à ce rôle de préfacier et assume lui-même les travaux éditoriaux. Outre l’édition d’Hilaire de Poitiers déjà citée, nous pouvons lui attribuer celles des œuvres de Basile (1547) et d’Ambroise (1549) pour lesquelles il indique explicitement avoir recherché des manuscrits pour établir un texte correct. La préparation d’un nouveau Corpus juris civilis glosé en 1548-1550 peut également lui être imputée. C’est à lui, enfin, que nous attribuerons la préparation de l’édition de Tertullien en 1545.

31À partir de 1552, on n’a plus trace de la présence de Miré au Soleil d’Or. Celui qui fut, pendant près de dix ans, le praefectus de l’atelier publie encore en 1553 une Vie de Jésus-Christen français chez Sébastien Nivelle. Il quitte rapidement Paris pour Lyon, où sa présence sera attestée en 1558 : il exercera alors ses talents comme correcteur chez Jean de Tournes.

Les années 1550 : Guillaume Guillard ou Guillaume Desboys ?

  • 48 Tomus primus omnium operum divi Ioannis Chrysostomi, Paris, Charlotte Guillard et Guillaume Desboys (...)

32Au départ de Miré, Charlotte Guillard doit lui trouver un remplaçant. En 1556, bénéficiant d’un privilège royal pour six ans, elle imprime une édition revue par Philippe Montanus des Opera de Jean Chrysostome en cinq volumineux in-folio (fig. 22). Dans l’épître dédicatoire qu’il adresse à Odet de Coligny, Montanus évoque la responsabilité d’un certain Guillaume, chef de l’atelier : « Gulielmus officinae vidue illius praefectus, nouam omnium Chrysostomi operum editionem aggressurus48. »

33Cette courte mention est pour nous infiniment précieuse. Elle confirme d’abord l’importance du « chef d’atelier », ici présenté comme initiateur de la publication et pleinement responsable des choix éditoriaux. Elle nous révèle surtout, à travers son seul prénom, « Guillaume », l’identité du successeur de Louis Miré. On pense d’abord à Guillaume Desboys, neveu par alliance de Charlotte, formellement associé avec elle depuis 1546 et d’ailleurs associé pour cette publication. Mais une autre possibilité se présente à nous, celle d’un deuxième neveu de l’éditrice, Guillaume Guillard, qui exerce également dans le commerce du livre.

34En 1556, Guillaume Desboys et Guillaume Guillard possèdent déjà tous deux leur propre librairie, à l’enseigne de la Croix-Blanche pour le premier et celle de Sainte-Barbe pour le second. Desboys est formellement associé à Charlotte Guillard depuis 1547. Il ne publie aucune édition en dehors de celles qu’il partage avec sa tante et il peut d’ailleurs être considéré comme son véritable successeur : associé à Sébastien Nivelle après la mort de Charlotte Guillard, il rachètera l’ensemble de son héritage et s’installera à son nom au Soleil d’Or.

Fig. 22. Jean Chrysostome, Opera, t. I, Paris, 1556, in-folio ; collection privée.

  • 49 BnF, ms. lat. 9952, f. 40 : Gulielmus Guillart dioc. Cenomanensis.

35Guillaume Guillard est sans doute un peu plus jeune que Desboys. Il n’est inscrit à la faculté des arts qu’en 1536, sous le rectorat de Léon Albert49, et s’établit comme libraire huit ans après son cousin. Sa jeunesse en fait précisément un candidat potentiel au poste de prote. Tandis que Desboys est à son compte depuis une dizaine d’années, Guillaume Guillard, qui ne s’installe à l’enseigne Sainte-Barbe qu’en 1555, a pu rester employé au Soleil d’Or jusqu’à une date récente. Si Desboys travaille depuis longtemps en association avec sa tante, Guillaume Guillard utilise quant à lui l’adresse du Soleil d’Or pour des éditions dans lesquelles Charlotte ne semble pas impliquée. Il publie ainsi en 1555 les Problèmes d’Alexandre Aphrodise, imprimés « pour Guillaume Guillard, rue S. Iaques, à l’enseigne du Soleil d’Or » (fig. 23). Le Decretalium pentateuchus de Martin Mesnart paraît la même année à l’adresse de Guillaume Guillard et de sa tante, le privilège étant délivré à « Charlotte et Guillaume Guillard ». Signalons enfin que l’on ne connaît aucune pièce liminaire rédigée par Guillaume Desboys au sein des publications du Soleil d’Or, tandis que l’on dispose d’une courte préface signée explicitement « Guilelmus Guillardus », en tête de l’Enarratio in Esaiam de Jean Chrysostome (1555).

Fig. 23. Les problemes d’Alexandre Aphrodise, Paris, Guillaume Guillard, 1555 ; Paris, BIUS.

36Guillaume Guillard présente donc un profil parfait pour remplacer Louis Miré. Peu importe d’ailleurs pour notre propos que le Soleil d’Or soit dirigé par l’un ou l’autre des deux Guillaume. Il est en revanche révélateur qu’à la suite du départ de Louis Miré, Charlotte Guillard confie l’administration de son entreprise à ses neveux, preuve qu’elle ne peut désigner comme protes que des hommes de confiance.

37Au terme de ce chapitre, nous devons corriger la vision de Charlotte Guillard en patronne omnipotente : la politique éditoriale d’une entreprise de librairie est toujours une œuvre collective. Notre libraire a donc pour premier souci la qualité et la fiabilité de son entourage. Sans doute surveille-t-elle de près les finances de l’entreprise ; sans doute regarde-t-elle avec attention les choix éditoriaux de ses protes, s’assurant de leur cohérence avec l’identité de l’atelier. Mais c’est aux « correcteurs » que revient le mérite de la valeur et de la qualité des textes publiés. Ils sont les plus à même de choisir parmi les manuscrits qui leur sont proposés, de suggérer à un auteur ou à un traducteur la correction d’une phrase, de rechercher, enfin, parmi les innombrables clercs qui peuplent le quartier, ceux qui peuvent être utiles à la politique du Soleil d’Or.

Notes

1 André Chevillier (L’Origine de l’imprimerie de Paris…, op. cit.) porte ici une grande responsabilité : s’appuyant largement sur les préfaces, sans toujours les citer explicitement, il a permis le passage clandestin d’un discours publicitaire dans la production historiographique.

2 R. Aubert, Index rerum et verborum quae in Pandectis tractantur, copiosissimus, 1548 (BCG, no 114), f. a1vo.

3 Ambroise, Opera, Paris, Marnef, 1549-1550, f. 3y6 (BCG, no 130) : Ludovicus miraeus Rosetanus pio lectori Ambrosianaeque sapientiae candidato.

4 J. Thouzat, Lexicon Graecolatinum, op. cit., f. † 2ro.

5 J. Hucher, « Ad lectorem Epistola », dans G. Pachymère, Paraphrasis in decem epistolas B. Dionysii Areopagitae, Paris, 1538 (BCG, no 17), f. n4vo.

6 Le terme est biblique ; Genèse 2, 23 : Adam nomme la femme virago parce qu’elle est prise de l’homme (vir).

7 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107), f. † 2ro : Fortissimae huic viragini Carolae ex illustri familia Guillardorum oriundae.

8 R. Aubert, Index reum et verborum quae in Pandectis tractantur, copiosissimus, 1548 (BCG, no 114), f. a1vo : Impium enim fore rebar, si cum illa alioqui mulier praelis dietim sudantibus nullis impensis, curis, laboribusque parcat, ut bonum rei literariae provehatur : honestae eius petitioni industriolam meam denegarem, vicissimque pro mea virili in medium quod è re studiosorum foret non afferrem.

9 J’emprunte l’expression à l’ouvrage polémique de M. Huchon, Louise Labé, une créature de papier, Genève, Droz, 2006.

10 C. Bénévent, « Créations d’ateliers bâlois. Érasme, Froben et le Ciceronianus », dans A. Réach-Ngô (dir.), Créations d’atelier…, op. cit., p. 67-98.

11 Épître du 4 mai 1538, « Ad Robertum Stephanum nobilissimum », commentaire, texte et traduction publiés par Geneviève Demerson, « L’humaniste et l’imprimeur. Épître de Jean Dorat à Robert Estienne », Renaissance, Humanisme et Réforme, no 28, 1989, p. 5-27.

12 A. Grafton, The Culture of Correction in Renaissance Europe, Londres, The British Library, 2011.

13 Nouvelles recreations et joyeux devis, Lyon, Granjon, 1558 (XIV : « de l’advocat qui parloit latin à sa chambrière »).

14 Ibid., p. 81-82.

15 Les historiens ont depuis longtemps remarqué que Froben est un piètre latiniste. On ne trouve écrit de sa main que des lettres en allemand. Par ailleurs, dans sa lettre du 22 octobre 1518 (Allen, no 885), Érasme lui écrit : « Lis cette lettre avec Beatus [Rhenanus] ou avec quelqu’un qui sache le latin. » (Lege hanc epistolam cum Beato aut aliquo qui sciat latine.)

16 M. Simonin, « Trois femmes en librairie… », art. cit.

17 Ainsi, le Heus tu mulier cité plus haut évoque-t-il un vers du Curculio de Plaute.

18 J. Hucher, « Ad lectorem Epistola », dans G. Pachymère, Paraphrasis in decem epistolas B. Dionysii Areopagitae, Paris, 1538 (BCG, no 17), f. n4vo : « Typos parent elegantes, sed in primis sibi asciscant correctores. Correctores dixi, non interversores. Tali sanè impendio non perparco sed liberali, compendium sibi parabunt, suisque liberis haudquaquam illiberale. Iam, quando magna pars typographiam profitentium, neglecta reipublicae utilitate, avariciae student. »

19 Anthony Grafton écrit, à propos du métier de correcteur : « Correction gradually became both more specialised and less prestigious : an occupation for professionals with all implied in a society that had little respect for earned income. […] The earliest correctors were often men of substance, and sometimes of great distinction and self-confidence. They worked in many other places as well, as clerics, university professor and printers. » (A. Grafton, The Culture of Correction…, op. cit., p. 212-213.) Cette hypothèse avait été formulée dès 1924 par L.-E. Brossard (Le Correcteur typographe. Essai historique, documentaire et technique, Tours, Arrault, 1924) et reprise en 1974 par Annie Charon-Parent (Les Métiers du livre…, op. cit., p. 123).

20 M. Simonin, « Profession traducteur : pour une histoire sociale de la traduction au XVIe siècle », manuscrit inédit auquel Toshinori Uetani a bien voulu me donner accès et que Catherine Magnien-Simonin a bien voulu m’autoriser à utiliser. Voir en outre, sur la même problématique, T. Uetani, « La naissance d’un métier : traducteur », dans Gens de livres, gens de lettres à la Renaissance, Turnhout, Brepols, 2014, p. 33-61.

21 C. Sorel, Histoire comique de Francion, cité par M. Simonin, « Profession traducteur… », art. cit.

22 S. de Sainte-Marthe, Éloge des hommes illustres, cité par M. Simonin, « Profession traducteur… », art. cit.

23 Ces expressions sont citées par Baudrier H. et Baudrier J., Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvie siècle, Lyon, 1895-1921, passim. Voir aussi L.-E. Brossard, Le Correcteur typographe…, op. cit., p. 11-12.

24 R. Wackernagel, Rechnungsbuch der Froben und Episcopius, Bâle, 1881, passim.

25 A. Grafton, The Culture of Correction…, op. cit. ; voir notamment la première partie.

26 Voir aussi les plaintes de Jérôme Hornschuch sur son état : « Pendant plus de deux ans, pour m’acheter des livres, j’ai épargné sou par sou, sur le pauvre salaire qui me revenait pour ce travail de forçat, au point qu’entre-temps j’ai tellement négligé ma personne que j’ai fini par ressembler aux prisonniers de Pylos. » (Orthotypographia. Instruction utile et nécessaire pour ceux qui vont corriger des livres imprimés & conseils à ceux qui vont les publier [1re éd. Leipzig, 1608], traduction de S. Baddeley, introduction et notes de J.-F. Gilmont, Paris, Éditions des Cendres, 1997, p. 46.)

27 Cornelius Kiel, correcteur chez Plantin, dénoncera l’incurie et l’ingratitude des auteurs dans un beau poème latin, « Corrector Typographicus » (voir P. Simpson, Proof-reading in the Sixteenth, Seventeenth and Eighteenth Centuries, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 220).

28 Musée Plantin-Moretus, arch. 786, f. 15, cité par A. Grafton, The Culture of Correction…, op. cit., p. 71.

29 Ibid., p. 77.

30 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107).

31 L’expression latine typographico praelo praefectus correspond presque mot pour mot à la définition que Momoro donnera du prote en 1783 : « C’est le chef ou le directeur d’une imprimerie. » (Traité élémentaire de l’imprimerie, Paris, 1783.)

32 Première occurrence de la forme française attestée par le Trésor de la langue française informatisé. Voir le texte de la Misère des apprentis imprimeurs dans P. Minard, Typographes des Lumières, Seyssel, Champ-Vallon, 1989, p. 272. La forme italienne proto est attestée dans un texte français dès 1649.

33 Repris dans P. Minard, Typographes des Lumières, op. cit., p. 259-263 (texte établi d’après l’édition donnée à Oxford par G. Barber en 1980).

34 Une épître au lecteur, au premier tome de l’édition de saint Jean Chrysostome, est ainsi signée Joannes Hucherius Vernoliensis in Chevallonia officina ’Επανορθωτής.

35 BnF, ms. lat. 9951, mentions respectives aux feuillets 112ro, 112vo, 113ro et 113vo.

36 Breviarium ad usum ecclesiae Abrincensis… recognitum et ab innumeris mendis repurgatum per Joannem Hucherium, Paris, Y. Bonhomme, 1548, in-8o (unicum conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève, cote 8 BB 755 INV 928).

37 Sur la carrière typographique que mène Jacques Bogard à partir de 1541, voir P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens…, op. cit., t. V : Bocard-Bonamy. La notice biographique de Bogard est précédée d’un précieux dossier consacré à ses proches : Jacques Thouzat, Conrad Néobar, Émée Thouzat. La notice sur Bogard ne dit toutefois pas un mot des années qui précèdent son mariage avec Émée Thouzat (1541) et de son passage au Soleil d’Or.

38 Les archives orthographient indistinctement son patronyme « Myré » ou « Miré ». J’adopte cette dernière forme car Miré latinise systématiquement son nom en miraeus ; le titre de sa Vie de Jésus-Christ (1553), seul imprimé donnant la forme française, orthographie également le patronyme « Miré » (avec accent).

39 Seul Paul-Frédéric Girard semble avoir perçu l’importance de Louis Miré dans l’histoire intellectuelle du xvie siècle : P.-F. Girard, « Le manuscrit des Gromatici de l’évêque Jean Du Tillet », dans Mélanges Fitting, t. II, Montpellier, 1908, p. 235-286, et Id., « Le manuscrit Charpin du Code théodosien », Nouvelle revue historique de droit français et étranger, vol. 33, 1909, p. 493-506. Pour d’autres travaux évoquant Louis Miré, voir C. Perrat, « Les humanistes amateurs de papyrus », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 109, 1951, p. 173-192 ; I. Backus, Lectures humanistes de Basile de Césarée, Paris, Institut d’études augustiniennes, 1990, p. 55-56 ; J.-F. Maillard, M. Portalier, K. Kecskeméti et C. Magnien, La France des humanistes. Hellénistes I, Turnhout, Brepols, 1999, et J. Guillemain, « L’antiquaire et le libraire. Du bon usage de la médaille dans les publications lyonnaises de la Renaissance », Travaux de l’Institut d’histoire de l’art de Lyon, no 16, 1993, p. 35-66.

40 AD69, BP 3840, f. 9-10.

41 AN, Y 88, f. 138vo.

42 BnF, ms. lat. 9952, f. 32 : Ludovicus Mire Meldensis diocesis.

43 AN, Y 88, f. 233vo.

44 AN, Y 88, f. 138vo.

45 R. Descimon, « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne à l’époque moderne », dans F. Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social, Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 69-123.

46 Basile, Opera, 1547 (BCG, no 107), f. † 2ro : […] visum tandem est fortissimae huic viragini Carolae ex illustri familia Guillardorum oriundae, cui annos plus minùs decem έπανορθωτου nomine stipendia facio […].

47 Il cite Jérémie en hébreu dans l’épître dédicatoire de l’édition du Décret de Gratien en 1547 (BCG, no 113).

48 Tomus primus omnium operum divi Ioannis Chrysostomi, Paris, Charlotte Guillard et Guillaume Desboys, 1556 (BCG, no 181), f. † 2vo.

49 BnF, ms. lat. 9952, f. 40 : Gulielmus Guillart dioc. Cenomanensis.

Table des illustrations

Légende Fig. 20. Seul texte attribué à Charlotte Guillard, la préface latine du Lexicon Graecolatinum de Jacques Thouzat (Paris, 1552) ; Vendôme, Bibliothèque municipale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10137/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Fig. 21. Inscription simultanée de Jean Hucher et Jacques Bogard à la faculté des arts en octobre-décembre 1524 ; Paris, BnF, ms. lat. 9951, f. 112-113.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10137/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Fig. 22. Jean Chrysostome, Opera, t. I, Paris, 1556, in-folio ; collection privée.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10137/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 23. Les problemes d’Alexandre Aphrodise, Paris, Guillaume Guillard, 1555 ; Paris, BIUS.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10137/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access