Version classiqueVersion mobile

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Partie I. Gens du livre

Chapitre 2. Charlotte et les siens

Texte intégral

  • 1 A. Burgière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (dir.), Histoire de la famille, t. III, P (...)
  • 2 P. Jeannin, Les Marchands au xvie siècle, Paris, Seuil, 1967.
  • 3 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre…, op. cit., p. 185.

1Espace des solidarités fondamentales, la famille constitue l’un des cadres essentiels de la vie des hommes et des femmes de la Renaissance1. Elle est aussi l’une des structures décisives dans l’exercice des métiers de marchandise, car « la famille […] s’identifie d’abord dans une large mesure à l’entreprise2 ». On comprend dès lors l’importance économique des alliances matrimoniales qui sont autant d’associations à visées commerciales. Dans le monde du livre comme dans les autres corps de métier, l’endogamie est la norme. Les chiffres établis par Annie Charon révèlent l’ampleur du phénomène : 46 % des mariages contractés par les libraires et imprimeurs parisiens au xvie siècle sont endogamiques3.

  • 4 J. Dupèbe, Astrologie, religion et médecine à Paris. Antoine Mizauld (c. 1512-1578), thèse de docto (...)

2Veuve âgée, sans descendance, Charlotte Guillard est a priori exclue du jeu des alliances familiales qui structurent l’exercice du métier. Pour garantir la stabilité de son entreprise, il lui faut rompre cet isolement relatif. À défaut de progéniture, elle dispose d’une parentèle élargie : ses frères et sœurs lui ont donné des neveux et nièces, restés dans la province du Maine, qui peuvent faire, comme elle, carrière à Paris. Elle va donc les faire venir en nombre à la capitale et les aider à s’établir dans le monde du livre. Jean Dupèbe a remarqué la forte implantation des proches de Charlotte Guillard aux alentours de l’église Saint-Benoît, allant jusqu’à parler d’un véritable « clan4 ». Il convient dès lors d’étudier précisément les rapports que notre libraire a entretenus avec sa parentèle et de voir quelle part sa famille a pu prendre dans la gestion concrète du Soleil d’Or.

LE CLAN GUILLARD : AFFINITÉS MANCELLES DANS LA LIBRAIRIE PARISIENNE

Une famille dans les métiers du livre

3On a montré que Charlotte Guillard n’était probablement pas issue d’une famille de libraires. L’arbre généalogique (fig. 3), qui présente en grisé les artisans du livre, indique pourtant qu’un grand nombre de ses neveux et nièces font carrière en librairie.

  • 5 Philippe Renouard (Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 190) se trompe lorsqu’il prés (...)
  • 6 3 février 1558 ; AN, MC, ET/LXXIII/51 : « Guillaume Guillard et Alexandre Guillard, libraires ».
  • 7 3 octobre 1561 ; Musée Plantin-Moretus, arch. 36, f. 13ro : vente de livres à « Alexandre Guillard (...)

4Des six enfants de Jean Guillard, marchand à Bouloire, trois intègrent les métiers du livre. La fille, Michelle, épouse Guillaume Desboys au début des années 15405 ; associé à Charlotte Guillard dès 1547, il lui succédera au Soleil d’Or en 1557. Guillaume Guillard commence sa carrière de libraire en 1554 au Soleil d’Or, avant de s’installer dans une maison voisine, « à l’enseigne de Saincte Barbe », où il exercera jusqu’à sa mort en 1568. Moins connu, son frère Alexandre est également cité comme libraire dans un acte notarié6 et dans les archives comptables de Christophe Plantin7. Nous n’avons pas trouvé de publication à son nom, mais Du Verdier lui attribue la publication en 1567 d’un Discours de l’affliction du corps par Jacques Bourlé aujourd’hui perdu.

  • 8 Philippe Renouard se trompe lorsqu’il affirme (Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 2 (...)

5Les trois enfants de Jean Bogard, « marchand megissier demeurant à Saint-Aagnan pres la ville du Mans », rejoignent aussi leur tante à Paris. Jacques, le fils, est marié en 1541 à Émée Thouzat, nièce du lecteur royal Jacques Thouzat (alias Tusanus) et déjà veuve de l’imprimeur Conrad Néobar ; commence alors pour lui une carrière, courte mais brillante, d’imprimeur spécialiste en lettres grecques. Sa sœur Perrette épouse le libraire Martin Le Jeune, qui reprendra la boutique du Saint-Christophe à la mort de Jacques Bogard en 15488.

6Une autre nièce de Charlotte Guillard, Marie Challembert, fille d’un drapier de La Ferté-Bernard, gagne Paris dès 1523. Elle y épouse un chandelier de suif nommé Mathurin Baudeau, déjà veuf de Claude, la fille de Claude Chevallon. C’est donc l’union du gendre de Claude Chevallon avec une nièce de Charlotte Guillard que l’on célèbre le 17 janvier 1523. Les deux enfants issus de cette union intègrent à leur tour le monde du livre : l’aînée, Madeleine, épouse en 1548 Sébastien Nivelle, fils d’un grand papetier troyen, qui s’installe comme libraire à Paris en 1549 ; le cadet, Jean, qui se destine lui aussi au métier d’imprimeur, entre en apprentissage chez sa grand-tante le 17 avril 1554.

  • 9 Pour une mise en perspective sur le long terme de ces phénomènes d’exode des campagnes vers Paris, (...)
  • 10 « Renatus Aubertus Calesiensis », dans Index rerum et verborum quae in Pandectis Tractantur, Paris, (...)
  • 11 16 décembre 1543 ; AN, MC, ET/CXXII/1295.

7Nombreux sont donc les membres de la famille Guillard qui quittent le Maine pour s’installer à Paris et intégrer le monde du livre9. Ils n’en oublient par pour autant leur province d’origine. En 1548, René Aubert, neveu de Charlotte Guillard devenu avocat au Parlement de Paris, revendique le lieu de sa naissance (Saint-Calais) avec fierté dans la dédicace de son index des Pandectes10. Jacques Bogard se met quant à lui au service de la communauté mancelle de Paris en acceptant une charge de messager-juré de l’Université pour le diocèse du Mans. N’ayant pas le loisir d’effectuer les incessants voyages entre le Maine et Paris, Bogard recrute immédiatement un certain Jacques Rousseau, marchand à Connerré, pour « exercer led. estat de messager » et remplir « à son profit tous les demandes et pratiques pour les ports des pacquects des escolliers et autres gens11 ».

  • 12 D. Travier, « Imprimerie et librairie au Mans au xvie siècle », Revue historique et archéologique d (...)

8Si l’importance de la typographie parisienne dans le marché du livre manceau n’est plus à démontrer12, les ramifications parisiennes de la librairie mancelle n’ont jusqu’à ce jour jamais été étudiées. On devine pourtant, aux indices déjà examinés, l’attachement que conservent les neveux de Charlotte Guillard à l’égard de leur « petite patrie ». Les racines mancelles constituent, à n’en pas douter, un trait déterminant de l’identité familiale. Se pose dès lors la question de savoir si ces racines mancelles ont pu structurer les réseaux et les alliances professionnelles de la famille Guillard. Une branche de l’arbre généalogique de Charlotte Guillard, celle des Haultin, mérite à ce titre d’être analysée.

Les Haultin

  • 13 L’abbé Frédéric Lemeunier a, le premier, attiré l’attention sur cette lacune dans une note : « Le s (...)
  • 14 Sur la bibliographie de Pierre et Jérôme Haultin, voir L. Desgraves, Les Haultins, Genève, Droz, 19 (...)
  • 15 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 200. On ignore sur quel document se (...)
  • 16 Villaines-sous-Malicorne compte parmi les communes de la province d’Anjou qui furent rattachées au (...)
  • 17 C’est en tous cas l’hypothèse que nous avons proposée dans notre article : R. Jimenes, « Reconsider (...)

9Les origines mancelles de la famille Haultin n’ont pas encore fait l’objet d’une enquête spécifique13. Les bibliographes connaissent bien, pourtant, Pierre Haultin, qui exerce à Paris, à Lyon, puis à La Rochelle, et qui comptera parmi les imprimeurs protestants les plus actifs et les plus influents des années 1560-158014. Renouard nous apprend qu’il est originaire de « Villaine-sous-la-Flèche en Anjou15 » – aujourd’hui Villaines-sous-Malicorne, village situé dans la Sarthe, à quarante kilomètres du Mans16. Comme ses cousins, il gagne Paris au début des années 1540 pour se former aux métiers du livre. Il y apprend la gravure sur bois ainsi que la taille des caractères – peut-être sous la direction de Claude Garamond17 – et s’y établi comme libraire avant de s’exiler à Genève. Sa sœur, Marie, le rejoint à Paris pour épouser l’imprimeur Jean Ruelle. Leur frère, Jean, reste pour sa part au Mans, où il s’installe comme libraire.

  • 18 Voir, pour une approche plus complète, notre article citée note précédente.
  • 19 Il réceptionne par exemple une commande de livres envoyés par Plantin à Pierre Haultin : Anvers, Mu (...)
  • 20 M. Rooses (éd.), Correspondance de Christophe Plantin, t. I, Anvers, 1885, lettre 4, p. 13 : « Dava (...)
  • 21 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 200 pour l’enseigne de Pierre Hault (...)

10Nos recherches nous ont permis d’établir que Pierre, Marie et Jean Haultin comptaient également parmi les neveux et nièces de Charlotte Guillard18. Les liens qu’ils entretiennent avec leurs cousins attestent l’étroite cohésion de sa parentèle. Les comptes de Christophe Plantin nous apprennent par exemple que Martin Le Jeune, neveu par alliance de Charlotte Guillard, joue régulièrement un rôle d’intermédiaire avec Plantin pour le compte de Pierre Haultin19. Dans une lettre du 3 juin 1561, Le Jeune mentionne également un jeu de matrices expédiées à Plantin par son « cousin Hotin20 ». On sait par ailleurs qu’au cours des années 1550, Pierre Haultin partage l’adresse de Jean Ruelle, époux de Marie Haultin, « rue Sainct Jacques, à la queue de Renard21 ».

  • 22 « Que dirons-nous de la boutique de Jean Hautin, laquelle a esté pillée le 20. jour de juin dernier (...)
  • 23 Extraict des registres du Parlement contre les sediteux, rebelles et ceulx qui se dient et ventent (...)
  • 24 AD17, minutes du notaire Saleau, 30 mai 1572, d’après L. Desgraves, Les Haultin, op. cit., p. XVI.
  • 25 10 juillet 1557 ; AN, MC, ET/LXXIII/51.

11Si Pierre et Marie Haultin s’établissent à Paris, leur frère Jean demeure, lui, dans la province du Maine. En 1554, il publie en association avec Denis Gaignot, Macé Vaucelle, Alexandre Chouen et François Cocheri une édition des Coustumes du pays et comté du Maine. Jean Hautin partage de toute évidence les convictions religieuses de son frère Pierre : le 20 juin 1562, sa boutique est mise à sac et ses marchandises brûlées lors des troubles religieux22. Six ans plus tard, il est condamné avec ses coreligionnaires à être « prins au corps et admenez prisonniers soubz bonne et seure garde es prisons de la Conciergerie du Palais à Paris23 ». Signalons également la présence en 1572 à La Rochelle, auprès de Pierre Haultin, d’un nommé Denis Haultin, « natif de la ville du Mans24 », qui semble avoir exercé à Paris une activité de « graveur et tailleur d’hystoires à imprimer25 » et qui pourrait être un fils de Jean.

12La présence parallèle des Haultin au Mans et à Paris illustre le double ancrage de la famille Guillard qui, tout en se ramifiant dans la capitale, demeure très attachée à sa province d’origine.

Les Desboys

13L’existence d’un lien entre le clan Guillard et la librairie mancelle est confirmée par une autre union, celle de Michelle Guillard avec Guillaume Desboys.

  • 26 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, p. 111. Renouard orthographie le patronyme « Des (...)
  • 27 L’existence d’un frère de Macé Des Bois, ecclésiastique prénommé Guillaume, chanoine de Coutances e (...)

14On connaît très mal le libraire Macé Des Bois, dont Philippe Renouard évoque l’activité à Paris de 1526 à 156526, mais on le sait originaire du Maine27. La topographie parisienne témoigne de la proximité de sa librairie avec le Soleil d’Or : il tient en effet boutique au rez-de-chaussée de l’hôtel appartenant à l’abbaye de La Couture du Mans, sur la rive orientale de la rue Saint-Jacques, précisément en face du Soleil d’Or. Si les deux familles se connaissent et se côtoient quotidiennement à Paris, rue Saint-Jacques, il est possible qu’elles se soient connues dans le Maine. Homonymie, voisinage et communauté d’origine géographique : ces éléments convergents suggèrent l’existence d’un lien de parenté, probablement avunculaire, entre les libraires Guillaume « Desboys » et Macé « Des Bois ». Le jeune Guillaume a pu faire son apprentissage chez Macé ou dans l’atelier voisin de Charlotte Guillard. En 1546, sa formation achevée, il épouse Michelle, nièce de Charlotte, et s’installe à son compte à l’enseigne de la Croix-Blanche, rue Saint-Jacques.

  • 28 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, op. cit., t. III, no 1634. Su (...)
  • 29 15 juillet 1540 ; AN, MC/CXXII/172. Les libraires Robert Le Gendre et Pierre Moreau semblent parfai (...)
  • 30 Description détaillée dans D. Travier, « Imprimerie et librairie au Mans… », art. cit., p. 80, note (...)

15L’analyse des alliances commerciales de Macé et Guillaume Desboys nous permet d’étayer cette hypothèse. Ils entretiennent tous deux des rapports étroits avec les libraires du Maine. Dès 1529, Macé s’associe avec les libraires manceaux Pierre Cocheri et Macé Vaucelles pour la publication d’un antiphonaire28. Une donation faite par Macé Desboys à Pierre Moulnier, son « frère utérin », en 1540, nous renseigne également sur ses relations commerciales : Macé Desboys compte parmi ses clients « Robert Le Gendre, marchant libraire demourant au Mans », « Pierre Moreau aussi libraire demourant à La Ferté Bernard » et « Jacques de Tucé, religieux de l’abbaye de La Couture » à qui il vend pour 6 livres 15 sols de « marchandise de librairie29 ». Guillaume Desboys partage le réseau de clientèle de Macé : vers 1550, il s’associe à son tour à des libraires manceaux, François Cocheri et Alexandre Chouen, pour la publication d’un bréviaire à l’usage du Mans dont l’impression est confiée à Yolande Bonhomme30. Il est curieux de relever qu’Alexandre Chouen est installé au Mans, rue Saint-Julien, à l’enseigne de la Licorne (qui est aussi celle, parisienne, de Yolande Bonhomme), et François Cocheri à l’enseigne du Soleil d’Or (qui est aussi celle de Charlotte Guillard). Si ce n’est là qu’un effet du hasard, le hasard est heureux. En 1559, Guillaume Desboys fera encore imprimer par Jean Le Blanc, pour son compte et pour Guillaume Merlin, un autre missel à l’usage du Mans.

UNE GESTION COLLECTIVE DES AFFAIRES

L’atelier et ses satellites : aperçu d’un système solaire

16Charlotte Guillard se trouve donc au cœur d’un réseau étroit mais cohérent de libraires d’origine mancelle, nouant les uns avec les autres des alliances matrimoniales et économiques. L’existence de ce réseau se matérialise, dans le paysage urbain, par un très fort ancrage topographique (fig. 18).

Fig. 18. Ancrage topographique du clan Guillard.
Légende : – 1. Le Soleil d’Or (Charlotte Guillard) ; – 2. Le Rouet d’Or (Charlotte Guillard) ; – 3. Hôtel de La Couture (Macé Desboys) ; – 4. La Queue de Renard (Jean Ruelle, Pierre Haultin) ; – 5. L’image Sainte-Barbe (Guillaume Guillard) ; – 6. Le Croissant (Séba
stien Nivelle) ; – 7. La Croix-Blanche (Guillaume Desboys ; localisation approximative) ; – 8. Le Saint-Christophe (Claude Chevallon, Gervais Chevallon, Jacques Bogard ; localisation approximative).

17Rappelons que Charlotte Guillard possède, outre le Soleil d’Or, une grande maison, le Rouet d’Or, situé juste en face de son atelier, sur la rive orientale de la rue Saint-Jacques. Ce bâtiment lui sert de magasin.

  • 31 Acheté par l’abbé Gérard de Lorière le 2 décembre 1450, l’hôtel de La Couture sert de base parisien (...)
  • 32 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit. ; E. Coyecque, Recueil d’actes notariés (...)

18Jouxtant le Rouet d’Or se trouve le grand hôtel de La Couture (anciennement « de l’Étoile »), ainsi nommé du fait de son appartenance à l’abbaye de La Couture du Mans. C’est sans doute l’un des points de ralliement des étudiants manceaux à Paris31. Constituée de plusieurs corps de logis, cette maison accueille des locataires laïcs. C’est au rez-de-chaussée de cet immeuble que Macé Desboys tient boutique32.

  • 33 H. Carter (éd.), Sixteenth-Century French Typefounders : the Le Bé Memorandum, Paris, Librairie Jam (...)
  • 34 Ibid.

19À peine plus au nord, « devant la porte des charniers Sainct Benoist33 », à moins d’une cinquantaine de pas du Soleil d’Or, se situe la maison à la Queue de Renard, qu’occupent Jean Ruelle et Marie Haultin de 1538 à 1556, et où Pierre Haultin exerce également ses talents de graveur et de libraire. Si l’on en croit le Mémorandum de Le Bé, à partir de 1553, après le départ de Haultin, la maison sera occupée par « un nommé Guenet, fondeur de lettres, lequel Guenet travailloit pour Chevallon qui demeuroit au Soleil dor et depuis pour Michelle Guillard veufve des Bois34 ». Ces éléments nous donnent à penser que la Queue de Renard ne constitue pas pour le Soleil d’Or une simple boutique-relais tenue par un parent, mais qu’elle fait partie intégrante de la chaîne de production de l’atelier, puisque c’est probablement là que se trouve sa fonderie de caractères.

  • 35 H. Sauval, Histoire et recherche des antiquités de la ville de Paris, t. I, Paris, Moette et Chardo (...)
  • 36 A. Berty, Topographie historique du vieux Paris, t. V : Région occidentale de l’Université, Paris, (...)
  • 37 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, nos 325 et 1845, t. II, no 3776.
  • 38 AN, MC, ET/LXXXVI/6.

20À quelques pas, dans la rue Saint-Jean-de-Latran, se trouve la boutique historique des Chevallon, à l’enseigne du Saint-Christophe. Ce bâtiment, annoncé « rue Saint-Jean-de-Latran », s’inscrit en réalité sur l’étroite placette que forme l’élargissement de la rue et qui réunit les collèges de Tréguier, de Cambrai et le cimetière Saint-Benoît d’une part à la commanderie de Saint-Jean-de-Latran d’autre part – cet espace prendra plus tard le nom de « place » ou « terre de Cambrai35 ». La « maison de l’Ymaige Sainct Kristophe » est assise sur le flanc septentrional de la place de Cambrai, « près le presbytère de Saint-Benoît et devant le cimetière Saint-Benoît ». On sait qu’elle fait « séparation d’un jardin à la Commanderie36 », mais on manque de renseignements sur la topographie exacte des lieux. La boutique se situe sans doute au rez-de-chaussée du bâtiment, tandis que les étages semblent accueillir des locataires37. Tout au long de sa carrière, Claude a conservé cette maison située en face du collège de Cambrai, et dont il était propriétaire. À sa mort, en 1537, son fils Gervais occupe brièvement la librairie, mais la boutique retombe rapidement dans les mains des Guillard : le 15 juillet 1541, Jacques Bogard loue la boutique à Catherine Nicolas, veuve de Gervais Chevallon38. Bogard conserve la librairie jusqu’à sa mort en 1548, date à laquelle il est remplacé par Martin Le Jeune.

  • 39 A. Berty, Topographie historique du vieux Paris, op. cit., t. VI, p. 219.
  • 40 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, no 1891.

21À quelques mètres du Saint-Christophe se situe la Croix-Blanche, autre propriété du clan Guillard39. La Croix-Blanche avait été occupée par Conrad Néobar jusqu’à sa mort en 1540. Le 6 septembre 1542, le local avait été loué pour quatre ans au célèbre médecin Jacques Dubois, dit Silvius40. Le 27 novembre 1546, lorsqu’expire le bail de Silvius, la maison est louée à Guillaume Desboys, moyennant un loyer annuel de 86 livres tournois.

  • 41 J. Dupèbe, Astrologie, religion et médecine à Paris…, op. cit., p. 43-45. Voir notamment les docume (...)
  • 42 On aura garde de confondre ce local avec une autre maison portant la même « image Sainte-Barbe » et (...)

22Sur l’autre rive de la rue Saint-Jacques, en face de la Croix-Blanche se trouve la maison à l’image Sainte-Barbe. Elle a été clairement localisée et identifiée par Jean Dupèbe : « Coincée entre les maisons du Croissant Blanc et de l’image Saint-Jacques, entre les prisons de la collégiale, par-derrière, et la rue, par-devant, cette maison forme un corps d’hôtel étroit41. » Située au nord de l’Église Saint-Benoît, l’image Sainte-Barbe avait été occupée au début du siècle par le libraire Olivier Senant († 1526). Guillaume Guillard y installe sa librairie en 155542.

  • 43 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 325. Sur la maison du Croissant, vo (...)

23La maison voisine du Croissant est louée en 1550 par Sébastien Nivelle, qui y appose l’enseigne de sa boutique, aux Cigognes43.

24Le Soleil d’Or, le Rouet, La Couture, la Queue de Renard, Le Croissant, la Croix-Blanche, l’image Sainte-Barbe et le Saint-Christophe : dans un périmètre extrêmement resserré, le clan Guillard ne possède pas moins de huit boutiques. Cette proximité constitue, à n’en pas douter, un véritable atout pour l’exercice du métier : elle favorise les échanges, permet une mutualisation du stockage des marchandises ou du logement des ouvriers et témoigne de l’étroite cohésion qui règne au sein du clan Guillard dans l’exercice du métier.

La tante généreuse

  • 44 Pour une bonne synthèse sur les conditions sociales et juridiques de la transmission patrimoniale p (...)

25Charlotte Guillard apparaît comme le pilier central d’une vaste entreprise familiale. Elle entretient avec ses neveux et nièces des relations privilégiées. En témoigne la façon dont elle détourne, à leur profit, sa succession44. Puisqu’elle n’a pas d’enfants, la coutume (art. 110) prévoit que la succession s’applique en ligne collatérale, ce qui fait des frères et sœurs de Charlotte Guillard ses héritiers légaux. Charlotte va toutefois contourner le droit coutumier, en transmettant l’essentiel de ses biens directement à ses neveux et nièces, au détriment de ses frères et sœurs. Sans doute ces derniers ne sont-ils pas en état de profiter de sa générosité, qui ne trouve qu’à Paris sa pleine efficacité.

  • 45 AN, Y 94, f. 334 ; 25 avril 1549.
  • 46 3 décembre 1551 ; AN, MC, ET/LXXIII/16.
  • 47 AN Y 99, f. 148.

26Premier témoignage de sa générosité : le 25 avril 1549, pour le mariage de son arrière-nièce Madeleine Baudeau avec Sébastien Nivelle, Charlotte leur concède « en pur don irrevocable fait entre vifs » la « quarte partie de tous ses biens », dont elle se réserve l’usufruit45. Elle dote cependant sa nièce sans attendre, en lui versant 300 livres tournois. Trois ans plus tard, à l’occasion du mariage de Marie Bogard avec Pierre Ramier, Charlotte octroie à sa nièce la somme considérable de 600 livres tournois46. Enfin, le 9 juin 1553, elle donne à Perrette Aubert 200 écus d’or Soleil47.

  • 48 Comme le fait remarquer Marion Trévisi (Au cœur de la parenté. Oncles et tantes dans la France des (...)
  • 49 AN, MC, ET/LXXIII/48.

27La contribution de Charlotte Guillard à la dot de ses nièces et arrières-nièces est donc loin d’être négligeable. Elle vient également en aide à ses neveux en favorisant leur intégration au monde du livre. La plupart des parents de Charlotte qui ont exercé dans les métiers du livre ont probablement fait leur apprentissage au Soleil d’Or. C’est du moins ce que donne à penser le seul contrat d’apprentissage conclu par Charlotte qui nous soit parvenu48. Il concerne précisément l’un de ses arrière-neveux, Jean Baudeau, âgé de quatorze ans en 1554, auquel Charlotte s’engage à « faire monstrer, enseigner et apprendre […] led. estat et marchendise de librairye49 ».

  • 50 9 décembre 1550 (AN, MC/LXXIII/16), 31 août 1553 (AN, MC/LXXIII/19), 23 juin 1556 (AN, MC/LXXIII/50 (...)
  • 51 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre…, p. 137-138 ; B.H. Beech, « Charlotte Guillard… », art. cit (...)
  • 52 « Des deniers qui sont provenuz de la vente d’iceulx livres, lad. Guillard avoyt seulle le tout rec (...)
  • 53 23 juin 1556 ; AN, MC, ET/LXXIII/50.

28Mais il est un neveu par alliance auquel Charlotte Guillard prodigue une aide plus considérable encore : Guillaume Desboys, époux de Michelle Guillard. Si le premier contrat d’association signé entre la tante et son neveu le 28 février 1547 n’a pas été retrouvé, on a en revanche conservé les trois actes qui renouvellent l’association en 1550, 1553 et 155650. Comme l’ont remarqué tour à tour Annie Charon et Beatrice H. Beech, cette « sociation et comunaulté » n’instaure pas un rapport d’égalité entre les deux parties51 : Guillaume Desboys ne possède que le tiers des parts. Charlotte Guillard assume la garde de tout le stock de livres imprimés et s’occupe d’écouler la marchandise52. Desboys profite en revanche largement des prêts que lui accorde sa tante : le 9 décembre 1550, il reconnaît devoir à Charlotte la somme de 2 070 livres tournois. Trois ans plus tard, sa dette se monte encore à 1 501 livres 13 sols. Cela n’empêche pas la tante de continuer à l’aider : en 1556, Desboys reconnaît avoir encore reçu « tant en livres que argent, troys cens trente cinq livres troys sols sept deniers tournois, oultre lesd. quinze cens une livres treize sols tournois qu’il devoyt53 ». Desboys se trouve alors redevable de plus de 1 800 livres. Que le neveu s’endette auprès de la tante n’a rien de surprenant : Desboys est encore un imprimeur débutant ; il n’a ni l’expérience ni la fortune de Charlotte Guillard et sa position dans le monde des libraires parisiens demeure relativement fragile. Les conditions favorables dont il bénéficie de la part de sa créancière ont en revanche de quoi surprendre : par l’acte du 23 juin 1556, Desboys s’engage à rembourser sa dette à hauteur de 150 livres par an. À ce rythme, il lui faudrait douze années pour venir à bout de sa créance. Charlotte Guillard, alors âgée de plus de soixante-dix ans, n’a sans doute aucun espoir de rentrer dans ses fonds – elle meurt d’ailleurs au cours de l’année qui suit ce dernier contrat. Par cette association, l’éditrice subventionne donc l’entrée dans la carrière de son neveu, qui bénéficie en quelque sorte d’une avance sur héritage.

Le Soleil d’Or : entreprise familiale ?

29Le graphique présentant la part respective des éditions imprimées en collaboration avec des libraires étrangers à la famille et de celles n’impliquant que des parents de Charlotte Guillard (fig. 19) met en évidence une variation importante dans la stratégie de gestion de l’entreprise : jusqu’en 1546, la veuve Chevallon s’associait fréquemment avec des confrères étrangers à sa parentèle ; après cette date, le nombre d’éditions partagées diminue considérablement, Charlotte privilégiant les collaborations avec ses neveux Guillaume Desboys et Sébastien Nivelle. Leur influence s’accentue progressivement dans la décennie 1547-1556, l’entreprise familiale semblant ainsi se refermer sur elle-même.

30On distingue donc deux périodes dans la carrière personnelle de Charlotte Guillard : jusqu’en 1546, la veuve Chevallon a probablement administré son entreprise seule, aidée par de nombreux érudits et divers employés. Mais au cours de la décennie suivante, le Soleil d’Or devient une entreprise administrée collectivement, les neveux et les nièces assumant des responsabilités de plus en plus importantes.

  • 54 J. Thouzat, Lexicon Graecolatinum, Paris, 1552 (BCG, no 155), f. † 2ro, Carola Guillard candidis le(...)
  • 55 Saint Augustin, Opera, volume d’index, 1555 (BCG, no 172), Lectori cuique benevolo : « Quod sinon s (...)

31Le grand âge de Charlotte Guillard peut sans doute expliquer son retrait progressif de l’activité éditoriale. Dans le Lexicon Graecolatinum de Thouzat (Paris, 1552), Charlotte fait le bilan de sa longue carrière, n’hésitant pas à se représenter sous les traits de Sisyphe, portant à bout de bras la responsabilité, le poids de plomb de l’atelier : « Depuis cinquante années, sans répit, j’ai la charge d’imprimer des livres, c’est-à-dire de pousser et de faire rouler une masse énorme de dépenses et de tracas54. » En 1552, on n’imagine pas encore Sisyphe heureux, et la comparaison met bien en valeur les peines, et donc les mérites, de la patronne du Soleil d’Or. Le court avis au lecteur placé en tête des œuvres de saint Augustin en 1555 va plus loin encore, en la décrivant « presque décrépite et accablée par l’âge55 ». Il est vrai que la carrière de Charlotte Guillard touche ici à son terme.

Fig. 19. Part des éditions partagées au Soleil d’Or (moyenne mobile sur trois ans).

  • 56 31 juillet 1557 ; AN, MM 286, f. 219.
  • 57 AN, MC, ET/LXXIII/51.

32Le testament de notre libraire, dicté le 15 janvier 1557 (n.st.), comprend quelques legs pieux, de modiques sommes données à des serviteurs, des consignes pour ses obsèques. Il comporte en outre deux clauses par lesquelles Charlotte Guillard confirme la stratégie de partage qu’elle a progressivement mise en place depuis dix années : elle rappelle d’abord la validité des donations octroyées à ses neveux et nièces, avant d’en interdire toute contestation. Charlotte décède peu après avoir formulé ses dernières volontés. Au mois de juillet, Guillaume Desboys devient officiellement locataire du Soleil d’Or56. Il faut cependant attendre le 16 décembre 1557 pour voir les héritiers s’accorder57. Le partage de la succession jusqu’alors été différé en raison d’un conflit : Guillaume Desboys, formellement associé à Charlotte Guillard depuis dix ans, exige que soit préalablement procédé au retrait des stocks de livres de l’association, dont il est désormais seul propriétaire. Les descendants, étant « en voye de venir en proces », s’accordent enfin et, en cette fin d’année 1557, l’héritage est soldé.

Notes

1 A. Burgière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend (dir.), Histoire de la famille, t. III, Paris, Armand Colin, 1986 ; J.-L. Flandrin, Familles. Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Hachette, 1976.

2 P. Jeannin, Les Marchands au xvie siècle, Paris, Seuil, 1967.

3 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre…, op. cit., p. 185.

4 J. Dupèbe, Astrologie, religion et médecine à Paris. Antoine Mizauld (c. 1512-1578), thèse de doctorat d’État, Paris X-Nanterre, 1999, p. 43 (non publiée).

5 Philippe Renouard (Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 190) se trompe lorsqu’il présente Michelle Guillard comme une sœur de Charlotte. La responsabilité de cette erreur, fréquemment reprise, est imputable à Jean Bruté (Chronologie historique…, op. cit., p. 47).

6 3 février 1558 ; AN, MC, ET/LXXIII/51 : « Guillaume Guillard et Alexandre Guillard, libraires ».

7 3 octobre 1561 ; Musée Plantin-Moretus, arch. 36, f. 13ro : vente de livres à « Alexandre Guillard de Paris ».

8 Philippe Renouard se trompe lorsqu’il affirme (Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 261) que Perrette est la fille de Jacques Bogard. Martin Le Jeune est explicitement désigné comme le beau-frère de Jacques Bogard dans un document du minutier central (22 avril 1552 ; AN, MC, ET/LXXIII/17).

9 Pour une mise en perspective sur le long terme de ces phénomènes d’exode des campagnes vers Paris, qui seront toujours à l’œuvre au xixe siècle, voir Paul-André Rosental, Les sentiers invisibles. Espaces, familles et migrations dans la France du xixe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999.

10 « Renatus Aubertus Calesiensis », dans Index rerum et verborum quae in Pandectis Tractantur, Paris, 1548, f. a1vo (BCG, no 114).

11 16 décembre 1543 ; AN, MC, ET/CXXII/1295.

12 D. Travier, « Imprimerie et librairie au Mans au xvie siècle », Revue historique et archéologique du Maine, 4e série, t. IX, 2009, p. 69-94 : « On retrouve à tout moment la référence à Paris. C’est vers Paris […] que l’on se tourne en l’absence d’imprimerie locale ; même après, Paris continue d’alimenter le marché manceau. »

13 L’abbé Frédéric Lemeunier a, le premier, attiré l’attention sur cette lacune dans une note : « Le seizième siècle littéraire », La Province du Maine, 1972, p. 141-143.

14 Sur la bibliographie de Pierre et Jérôme Haultin, voir L. Desgraves, Les Haultins, Genève, Droz, 1960 ; sur sa carrière de graveur de caractères, voir H.D.L. Vervliet, « Printing types of Pierre Haultin ; c. 1510-1587 », Quaerendo, no 30, 2000, p. 87-129 et 173-227 (texte révisé repris dans The Palaeotypography of the French Renaissance, Leiden, Brill, 2008, p. 243 et suiv.).

15 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 200. On ignore sur quel document se fonde l’affirmation de Renouard.

16 Villaines-sous-Malicorne compte parmi les communes de la province d’Anjou qui furent rattachées au département de la Sarthe après la Révolution. Sur cette question, voir G. Naud, Guide des Archives de la Sarthe, Le Mans, Archives départementales, 1983, p. 19-20.

17 C’est en tous cas l’hypothèse que nous avons proposée dans notre article : R. Jimenes, « Reconsidering Pierre Haultin’s early career : root, training, beginnings (1546-1550) », The Library, vol. 18, no 1, 2017, p. 62-80.

18 Voir, pour une approche plus complète, notre article citée note précédente.

19 Il réceptionne par exemple une commande de livres envoyés par Plantin à Pierre Haultin : Anvers, Musée Plantin-Moretus, arch. 36, f. 3ro : « Ledit jour [7 avril] à Pierre Hottin audit tonneau qui s’addressoyt à Martin Le Jeune. »

20 M. Rooses (éd.), Correspondance de Christophe Plantin, t. I, Anvers, 1885, lettre 4, p. 13 : « Davantage vous trouverés ung paquet de matrisses que mon cousin Hotin vous envoie. »

21 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 200 pour l’enseigne de Pierre Haultin et 385 pour celle de Jean Ruelle.

22 « Que dirons-nous de la boutique de Jean Hautin, laquelle a esté pillée le 20. jour de juin dernier, & une partie de la marchandise embrasée à la porte ? » (« Remonstrance envoyée au roy par la noblesse de la religion réformée du païs et conté du Maine sur les assassinats, pilleries, saccagemens de maisons, séditions, violemens de femmes et autres excès horribles… présenté à sa majesté à Roussillon, le 10. jour d’aoust 1564 » publiée dans les Mémoires de Condé, 1565, et réimprimée dans l’édition de 1743, t. V, p. 277 et suiv.)

23 Extraict des registres du Parlement contre les sediteux, rebelles et ceulx qui se dient et ventent de la reformée et nouvelle opinion du pays du Maine, s. l., s. n., 1568 (seul exemplaire connu conservé à la bibliothèque Sainte-Geneviève – cette information m’a été aimablement communiquée par Malcolm Walsby).

24 AD17, minutes du notaire Saleau, 30 mai 1572, d’après L. Desgraves, Les Haultin, op. cit., p. XVI.

25 10 juillet 1557 ; AN, MC, ET/LXXIII/51.

26 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, p. 111. Renouard orthographie le patronyme « Des Bois » ou « Du Bois ».

27 L’existence d’un frère de Macé Des Bois, ecclésiastique prénommé Guillaume, chanoine de Coutances et chapelain de Saint-Benoît-le-Bien-Tourné, est connue par un acte du Minutier central (E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. II, no 3682). Son origine mancelle est attestée par les documents récemment publiés par James K. Farge, Students and Teachers at the University of Paris : the Generation of 1500. A Critical Edition of Bibliotheque de l’Université de Paris (Sorbonne), Archives, Registres 89 and 90, Leyde, Brill, 2006, p. 377, no 720). On retrouve en outre ce « magister Guilelmus Des Bois dioc. Cenoman. » dans le rôle des gradués de l’Université pour l’année 1532 (BnF, ms. lat. 9959, f. 340).

28 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes…, op. cit., t. III, no 1634. Sur Pierre Cocheri et Macé Vaucelles, voir D. Travier, « Imprimerie et librairie au Mans… », art. cit.

29 15 juillet 1540 ; AN, MC/CXXII/172. Les libraires Robert Le Gendre et Pierre Moreau semblent parfaitement inconnus des historiens de la librairie mancelle. Jacques de Tucé se rattache peut-être à la famille de Tucé, seigneurs de Bouër, à laquelle appartient notamment Jean de Tucé, abbé de La Couture de 1465 à 1485.

30 Description détaillée dans D. Travier, « Imprimerie et librairie au Mans… », art. cit., p. 80, note 24.

31 Acheté par l’abbé Gérard de Lorière le 2 décembre 1450, l’hôtel de La Couture sert de base parisienne aux abbés manceaux et de pension pour quelques novices de l’abbaye qui suivent à Paris des études de droit canonique ou de théologie, souvent au collège de Navarre. Sur cet hôtel, voir A. de Dieuleveult, La Couture, une abbaye mancelle au Moyen Âge, Le Mans, Vilaire, 1963, p. 129 ; A. Bouton, Le Maine, histoire économique et sociale, xive, xve et xvie siècles, Le Mans, Monnoyer, 1970, p. 416.

32 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit. ; E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, no 1783.

33 H. Carter (éd.), Sixteenth-Century French Typefounders : the Le Bé Memorandum, Paris, Librairie Jammes, 1967, p. 19.

34 Ibid.

35 H. Sauval, Histoire et recherche des antiquités de la ville de Paris, t. I, Paris, Moette et Chardon, 1724, p. 633.

36 A. Berty, Topographie historique du vieux Paris, t. V : Région occidentale de l’Université, Paris, Imprimerie nationale, 1887, p. 289, citant un acte de 1559.

37 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, nos 325 et 1845, t. II, no 3776.

38 AN, MC, ET/LXXXVI/6.

39 A. Berty, Topographie historique du vieux Paris, op. cit., t. VI, p. 219.

40 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés…, op. cit., t. I, no 1891.

41 J. Dupèbe, Astrologie, religion et médecine à Paris…, op. cit., p. 43-45. Voir notamment les documents cités en note.

42 On aura garde de confondre ce local avec une autre maison portant la même « image Sainte-Barbe » et attenante au Soleil d’Or. Voir sur ce point J. Dupèbe, Astrologie, religion et médecine à Paris…, op. cit.

43 P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens…, op. cit., p. 325. Sur la maison du Croissant, voir A. Berty, Topographie historique du vieux Paris, op. cit., t. V, p. 222.

44 Pour une bonne synthèse sur les conditions sociales et juridiques de la transmission patrimoniale par les femmes à Paris aux xvie et xviie siècles, on consultera avec profit R. Descimon, « La fortune des Parisiennes : l’exercice féminin de la transmission », dans S. Cavaciocchi (dir.), La Famiglia nell’economia Europea secc. XIII-XVIII, Florence, Firenze University Press, 2009, p. 619-634.

45 AN, Y 94, f. 334 ; 25 avril 1549.

46 3 décembre 1551 ; AN, MC, ET/LXXIII/16.

47 AN Y 99, f. 148.

48 Comme le fait remarquer Marion Trévisi (Au cœur de la parenté. Oncles et tantes dans la France des Lumières, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2008, p. 317), « peu de contrats d’apprentissages sont passés entre parents, car les liens de parenté entre le maître et ses apprentis entraînent souvent l’absence de contrat ».

49 AN, MC, ET/LXXIII/48.

50 9 décembre 1550 (AN, MC/LXXIII/16), 31 août 1553 (AN, MC/LXXIII/19), 23 juin 1556 (AN, MC/LXXIII/50).

51 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre…, p. 137-138 ; B.H. Beech, « Charlotte Guillard… », art. cit., p. 350-351.

52 « Des deniers qui sont provenuz de la vente d’iceulx livres, lad. Guillard avoyt seulle le tout receu. » (23 juin 1556 ; AN, MC, ET/LXXIII/50.)

53 23 juin 1556 ; AN, MC, ET/LXXIII/50.

54 J. Thouzat, Lexicon Graecolatinum, Paris, 1552 (BCG, no 155), f. † 2ro, Carola Guillard candidis lectoribus S. : « [Ego] quae hosce quinquaginta annos continuos hoc imprimendi munus administro, id est gravissimum & impensarum & curarum pondus volvo moveoque. »

55 Saint Augustin, Opera, volume d’index, 1555 (BCG, no 172), Lectori cuique benevolo : « Quod sinon satis, huic tamen Carolae Guillart, quae Reip. & literarum gratia tanta sustulit, hodie pene decrepitae et senio confectae, aliquid condonandum quaeso existimes. »

56 31 juillet 1557 ; AN, MM 286, f. 219.

57 AN, MC, ET/LXXIII/51.

Table des illustrations

Légende Fig. 18. Ancrage topographique du clan Guillard.Légende : – 1. Le Soleil d’Or (Charlotte Guillard) ; – 2. Le Rouet d’Or (Charlotte Guillard) ; – 3. Hôtel de La Couture (Macé Desboys) ; – 4. La Queue de Renard (Jean Ruelle, Pierre Haultin) ; – 5. L’image Sainte-Barbe (Guillaume Guillard) ; – 6. Le Croissant (Sébastien Nivelle) ; – 7. La Croix-Blanche (Guillaume Desboys ; localisation approximative) ; – 8. Le Saint-Christophe (Claude Chevallon, Gervais Chevallon, Jacques Bogard ; localisation approximative).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 19. Part des éditions partagées au Soleil d’Or (moyenne mobile sur trois ans).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search