Version classiqueVersion mobile

Charlotte Guillard

 | 
Rémi Jimenes

Introduction

Texte intégral

  • 1 AN, MC, LXXIII/50, f. 637.
  • 2 Icy est la danse macabre des femmes toute hystoriee, Paris, Guyot Marchand, 1491, f. a5ro.

1Le 15 janvier 1557, dans une maison de la rue Saint-Jacques, à quelques pas de l’église Saint-Benoît où elle demande à être enterrée, Charlotte Guillard dicte son testament. Elle n’est ni alitée, ni malade ; le notaire la décrit au contraire « en bonne disposition et santé de son corps1 ». En ce jour de Saint-Maur – patron des fossoyeurs –, la septuagénaire sent pourtant le froid la gagner. Peut-être a-t-elle gardé le souvenir des Danses macabres, désormais passées de mode, qui se publiaient dans sa jeunesse ; elle avait pu y lire l’exhortation que la Mort adresse à celles de son état : « Femme vefve, venez avant. […] Il convient une foys finir2. » (Fig. 1).

2En ce 15 janvier 1557, Charlotte Guillard convoque donc les notaires. Ils couchent sur le papier ses dernières volontés. Les formules d’usage prennent ici tout leur sens : « considerant son antien aage, les biens et graces qu’il a pleu a Dieu luy departyr et donner », Charlotte veille à mettre ses affaires en ordre, « ne voulant pas demeurer intestate ». Son testament institue quelques légataires, principalement des serviteurs. Nous verrons que les héritiers sont déjà pourvus : voilà plusieurs années que Charlotte Guillard multiplie les donations à ses proches, ne conservant pour elle que l’usufruit de ses biens. La petite fortune ici en jeu est le résultat d’une carrière typographique brillante, longue de près d’un demi-siècle. Épouse successivement de Berthold Rembolt et de Claude Chevallon, Charlotte Guillard les a accompagnés dans leur travail, avant d’exercer sous son propre nom pendant près de vingt ans le métier d’imprimeur-libraire. C’est sa carrière de marchande et d’éditrice que nous tentons ici d’appréhender.

ÉTAT DES LIEUX

  • 3 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre à Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 1974 ; P. Renouard,(...)
  • 4 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, t. I : 1501-151 (...)
  • 5 P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, série alphabétique, 5 tomes + (...)
  • 6 Voir M.B. Winn, Antoine Vérard, Parisian Publisher (1485-1512). Prologues, Poems and Presentations,(...)

3Le monde du livre parisien de la Renaissance constitue un espace bien balisé, dans lequel le chercheur n’a guère de mal à s’orienter. On dispose de bons répertoires biographiques, d’une riche documentation archivistique et d’une excellente étude de synthèse sur les conditions d’exercice des producteurs de livres3. Le répertoire exhaustif des éditions parisiennes est bien entamé4. Les abondantes notes manuscrites laissées par Philippe Renouard font l’objet d’une révision et d’un patient travail d’édition par les équipes de la Bibliothèque nationale de France5. La production de quelques-uns des typographes parisiens les plus célèbres a déjà été minutieusement étudiée ou est en passe de l’être6.

  • 7 Sur les origines du Soleil d’Or, la meilleure synthèse est probablement celle établie par H.-J. Mar (...)

4L’atelier du Soleil d’Or, où exerce Charlotte Guillard, occupe une position particulière dans l’histoire du livre parisien. Il ne souffre pas d’un total désintérêt historiographique car ses origines sont illustres : fondé par Ulrich Gering en 1473, il constitue la plus ancienne imprimerie française et c’est à ce titre qu’il a souvent été étudié7. On ne s’est pourtant guère intéressé au devenir de l’entreprise après la mort de son fondateur en 1510. À voir le grand nombre d’in-folio portant sa marque conservés aujourd’hui dans les collections publiques, on devine que l’entreprise est restée puissante tout au long du xvie siècle. Ses patrons font l’essentiel de leur chiffre d’affaires sur deux marchés éditoriaux très spécifiques : les livres de droit savant et les œuvres des Pères de l’Église, dont ils s’assurent le monopole en France. Par sa puissance économique et par les particularités de son positionnement éditorial, le Soleil d’Or ne pouvait donc manquer d’attirer notre attention.

  • 8 http://en.wikipedia.org/wiki/Charlotte_Guillard (lien vérifié le 9 octobre 2017).
  • 9 http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlotte_Guillard (lien vérifié le 9 octobre 2017).
  • 10 E. Armstrong, Robert Estienne, Royal Printer, op. cit., p. 5.
  • 11 L. Chang, « The gender of the book : Jeanne de Marnef edits Pernette du Guillet », dans J.D. Campbe (...)
  • 12 « Charlotte Guillard was a mover and shaker in the publishing and printing industry in 16th Century (...)

5Si son activité éditoriale reste méconnue, Charlotte Guillard jouit aujourd’hui d’une certaine réputation. Comme sa consœur Yolande Bonhomme (veuve Kerver), elle est une figure exceptionnelle, tant par la durée de sa carrière typographique que par la puissance économique de son entreprise. Les travaux récents en histoire des femmes ou du livre la citent comme une figure marquante des débuts de l’imprimerie. Charlotte Guillard serait, à en croire la version anglaise de Wikipédia, « the first woman printer of importance8 » ; la version française de cette encyclopédie collaborative en fait même abusivement « la première femme à avoir exercé ce métier [d’imprimeur]9 ». Elisabeth Armstrong, plus sérieuse, qualifie la libraire d’« intrépide10 ». Leah Chang évoque « the most prolific of female printers11 ». Certains historiens féministes vont encore plus loin, voyant en elle une agitatrice (« a mover and a shaker12 »). Cette avalanche de superlatifs doit d’emblée nous mettre en garde contre une vulgate qui, s’enrichissant de publications en publications, dresse de Charlotte Guillard un portrait sans doute trop beau pour être vraiment fidèle.

  • 13 J. de La Caille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, Paris, 1689, p. 111-112.

6Justifiée ou non, cette notoriété s’explique par une série d’études, parfois anciennes, qui ont mis en valeur le rôle et la personnalité de Charlotte Guillard. La Caille (1689), le premier, la mentionne en quelques lignes qui ne sont pas pour nous d’un grand secours : il remarque qu’il est« considérable pour une femme d’avoir imprimé durant son veuvage presque deux fois tous les Pères de l’Église13 », mais il néglige entièrement sa biographie et donne peu de détails sur les publications.

  • 14 A. Chevillier, L’Origine de l’imprimerie de Paris. Dissertation historique et critique, Paris, 1694 (...)
  • 15 Dans la préface de son livre, Chevillier explique : « Il me reste à dire touchant ce petit Ouvrage, (...)
  • 16 A. Chevillier, L’Origine de l’imprimerie de Paris…, op. cit., p. 148.
  • 17 Nous adoptons ici la forme « Thouzat », attestée (avec la forme Tusan dérivée du latin) par les doc (...)

7Plus riche et plus précise est la « dissertation » d’André Chevillier sur les origines de l’imprimerie à Paris (1694), qui commente en plusieurs pages la carrière et la production de Charlotte Guillard14. Bibliothécaire du collège de Sorbonne, Chevillier a eu toute latitude pour consulter les éditions du Soleil d’Or dont il cite abondamment les préfaces et les épîtres liminaires15. Il livre un vibrant éloge de notre libraire, « femme célèbre dans l’imprimerie, qui a surpassé toutes celles de son sexe dans la pratique de ce grand Art16 ». Il vante la beauté des mises en page et la correction de ses publications. Il commente les éditions les plus significatives : les œuvres des Pères de l’Église au premier chef, mais également les commentaires bibliques de Lippomano ou le Lexicon Graecolatinum de Jacques Thouzat17. À travers les pages que Chevillier lui consacre, c’est le portrait d’une femme laborieuse qui se dessine, « digne veuve, à qui on peut avec vérité appliquer ces paroles de l’Écriture : Panem otiosa non comedit ».

  • 18 M. Maittaire, Annales typographici, t. III, La Haye, 1725 ; [J. Bruté], Chronologie historique de m (...)

8Citée par quelques auteurs au xviiie siècle (Maittaire, Bruté18), Charlotte Guillard tombe ensuite dans l’oubli. S’ils s’intéressent aux gloires de la typographie humaniste, les bibliophiles des xviiie et xixe siècles ne témoignent guère de curiosité pour les éditions latines des Pères de l’Église ou du « Cours de droit civil ». Il faut donc attendre l’intervention d’un jeune chartiste, à l’extrême fin du xixe siècle, pour que Charlotte Guillard reparaisse au grand jour.

  • 19 Joseph Dumoulin (1875-1953) entre à l’École des chartes en 1893. Voir sa notice nécrologique par J. (...)
  • 20 Peut-être fut-il aidé en cela par Philippe Renouard, qui publie ses Documents en 1901.
  • 21 J. Dumoulin, Vie et œuvres de Fédéric Morel, Paris, J. Dumoulin et A. Picard, 1901.

9C’est en 1896 que Joseph Dumoulin publie dans le Bulletin du bibliophile un court article de six pages entièrement consacré à notre libraire. Cette étude ne manque pas de défauts : son auteur, qui s’inspire principalement de Chevillier et de La Caille, n’a pas vu les publications du Soleil d’Or – il masque maladroitement cette lacune en expliquant qu’« il serait trop long d’énumérer les éditions sorties des presses de la veuve Chevallon ». Dumoulin fait illusion en citant de nombreuses préfaces et épîtres : il se contente, en fait, d’emprunter ses citations à Chevillier… Ce travail mérite pourtant quelque indulgence. À défaut d’être un coup de maître, c’est un bon coup d’essai : l’auteur, âgé d’à peine vingt et un ans, fait ici ses premiers pas dans la recherche historique19. Si Dumoulin n’a pas consulté les publications du Soleil d’Or, il a repéré et exploité de nombreux documents d’archives concernant Charlotte Guillard, éclairant ainsi quelques aspects de sa biographie20. Remarquons enfin que cette évocation de Charlotte Guillard n’est pas sans conséquence pour son auteur : c’est à l’occasion de cette enquête que Dumoulin découvre la figure de Fédéric Morel, auquel il consacrera bientôt sa thèse de l’École des chartes21.

  • 22 B.H. Beech, « Charlotte Guillard : a sixteenth century business woman », Renaissance Quarterly, t.  (...)
  • 23 Signalons enfin la publication récente d’un article de Thierry Boillot qui s’intéresse de près à la (...)

10Au début des années 1980, bénéficiant d’une bourse de la Western Michigan University, l’historienne américaine Beatrice H. Beech entreprend de mener une vaste enquête sur les veuves d’imprimeurs parisiens de la Renaissance. Ce travail aboutit à la publication d’études consacrées à Yolande Bonhomme ou à Madeleine Boursette, ainsi qu’à la rédaction d’un article de synthèse sur le rôle des femmes dans les métiers du livre. B. H. Beech publie en outre en 1983 une étude entièrement centrée sur la figure de Charlotte Guillard22. Pour la mener à bien, l’historienne choisit d’exploiter presque exclusivement les documents du Minutier central des notaires de Paris. Mettant au jour un nombre considérable d’actes inédits relatifs à la carrière de Charlotte Guillard, B.H. Beech est alors en mesure de rédiger une étude biographique d’excellente qualité – on aimerait disposer de travaux équivalents pour les nombreuses autres figures du livre parisien qui attendent toujours leurs monographies23.

  • 24 En introduction à son article sur Yolande Bonhomme, Beatrice H. Beech indique : « By studying these (...)

11Cependant, ce n’est pas en bibliographe que B.H. Beech a travaillé, mais en historienne du fait social : son véritable objet d’étude n’était pas la production éditoriale, mais le statut et la place de la veuve dans le monde de la Renaissance24. C’est ce qui explique qu’elle ait privilégié l’apport des archives, qui éclairent les aspects économiques (les comptes, les rentes) et généalogiques (la famille) de son sujet. Elle n’a donc pas entrepris une étude précise de la production éditoriale du Soleil d’Or, se contentant de l’appréhender à travers les notes de travail de Philippe Renouard.

12Ces quelques réserves, qui n’enlèvent rien aux qualités indéniables de la recherche entreprise par B.H. Beech, justifient de rouvrir ce dossier pour réexaminer le parcours et la carrière de Charlotte Guillard à nouveaux frais, en recourant tout à la fois aux documents d’archives et aux ouvrages conservés. Elles justifient également d’élargir le cadre chronologique de cette enquête, pour replacer la carrière personnelle de Charlotte Guillard dans l’histoire longue du Soleil d’Or afin de mieux mesurer l’héritage laissé à la veuve par ses époux. B.H. Beech décrivait l’éditrice comme une femme d’affaires, une « business woman » particulièrement douée ; nous dessinerons la même figure en affinant le trait et en travaillant les zones d’ombre. Derrière la « femme d’affaires », figure un peu abstraite, c’est la patronne concrète du Soleil d’Or qu’il va s’agir de retrouver.

UN PROBLÈME : L’INDIVIDUEL ET LE COLLECTIF

  • 25 « L’action des femmes de l’Ancien Régime dans la production et la diffusion des livres est un lieu (...)
  • 26 J. Balsamo, « Abel Langelier et ses dames : les dames des Roches, Madeleine de L’Aubespine, Marie L (...)
  • 27 R. Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003.
  • 28 N. Zemon Davis, « Women in the Arts mecaniques in sixteenth century Lyon », dans Lyon et l’Europe, (...)

13Le rôle des femmes dans l’imprimerie n’est plus un domaine tout à fait « inexploré25 ». Depuis une trentaine d’années, la question fait l’objet de nombreuses publications. On dispose désormais de plusieurs enquêtes monographiques26, d’un précieux répertoire prosopographique27 et même de travaux de synthèse28. D’ampleur et de qualité variables, ces publications composent un corpus solide de connaissances qui nous permet de mieux appréhender la place des filles, des épouses et des veuves dans l’industrie et le marché du livre à la Renaissance.

  • 29 R. Chartier, « Fabrique du livre et fabrique du texte », dans A. Réach-Ngô (dir.), Créations d’atel (...)

14L’étude des femmes dans les métiers du livre a ainsi contribué utilement à l’écriture d’une histoire renouvelée des rapports de genres. Il n’est toutefois pas sûr qu’une approche dite « genrée » éclaire en quelque façon le processus d’élaboration et de fabrication du livre imprimé. Au contraire, le risque semble réel, pour l’historien qui ne s’attacherait qu’à décrire le rôle de la femme dans l’imprimerie, de passer à côté d’un phénomène essentiel : c’est que « le processus de publication, quelle que soit sa modalité, est toujours un processus collectif29 » dont aucun patron (homme ou femme) ne saurait être tenu pour seul responsable.

15Loin d’être le sujet exclusif de notre étude, Charlotte Guillard est donc l’occasion d’investigations plus larges concernant le fonctionnement de l’imprimerie parisienne au xvie siècle. Plutôt que sur la problématique du genre, nous concentrons ici notre attention sur le caractère collectif de l’entreprise de librairie, dont nous nous attachons à décrire les rouages. À travers l’activité de Charlotte Guillard, c’est le monde de la typographie parisienne, son fonctionnement économique, sa constitution en milieu social et son poids sur la vie culturelle que nous souhaitons restituer. La figure de la patronne s’y dessinera autant en négatif qu’en positif : c’est lorsque nous aurons identifié la fonction et les responsabilités de chacun de ses collaborateurs que nous pourrons appréhender le rôle exact de Charlotte Guillard.

16À travers cette étude, nous cherchons donc à connaître les conditions d’élaboration de la politique éditoriale du Soleil d’Or. C’est là, nous semble-t-il, une question-clef pour l’interprétation de l’activité savante et littéraire à la Renaissance. S’interrogeant en 1985 sur le processus de création littéraire, Michel Simonin examinait les possibilités d’existence d’une véritable « politique éditoriale » au xvie siècle et posait avec clarté le problème de la responsabilité :

  • 30 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au xvie siècle ? Le cas de Vincent Sertenas, l (...)

L’un des lieux où il est aujourd’hui le plus facile de saisir ces mouvements fugitifs [de la création littéraire], c’est encore le catalogue du libraire, cette rencontre, sous une même enseigne, d’écrivains et de titres qui paraissent, vus d’ici, partager quelque chose de commun. De là notre question : est-ce le fruit d’une politique ourdie et, le cas échéant, par qui ? Ou, à l’opposé, l’édition enregistre-t-elle de la sorte une activité culturelle qui s’est développée sans elle, son rôle se bornant à offrir ses presses et ses moyens de diffusion à une production qui lui préexiste ? Et dans le cas où il nous faudrait supposer une volonté organisatrice, de qui émane-t-elle ? D’un libraire-éditeur conscient, éclairé, lointain ancêtre des Poulet-Malassis, Lemerre et autres Gaston Gallimard ? D’actifs conseillers, prototypes d’un Jean Paulhan ? Cette tentation d’assimilation du passé aux époques plus récentes est trop forte, bien que latente et seulement induite par l’expression de « politique éditoriale », pour qu’on ne la soumette pas à l’épreuve des faits.30

17Les questions que Michel Simonin soulevait à propos de la création littéraire se posent à nous avec plus d’acuité encore. Le Soleil d’Or est en effet spécialisé dans la publication de textes antiques ou médiévaux. Dans le paysage que compose son catalogue, la silhouette de l’auteur tend à s’estomper pour céder la place à de nombreuses figures intermédiaires : chasseurs de manuscrits, philologues éditeurs, traducteurs assurant le passage de l’original grec au latin, compilateurs d’index, correcteurs révisant les épreuves, protes assurant la coordination des différents travaux et, en amont, éventuels mécènes finançant ces coûteuses opérations. Cette multiplication des fonctions intermédiaires (qui ne sont pas nécessairement secondaires) pose la question de l’origine du projet éditorial : à laquelle de ces figures attribuer l’initiative d’une édition ? Peut-on y voir la marque d’un projet collectif ? Si oui, qui le structure et dans quel cadre ?

  • 31 Notre intérêt pour les figures intermédiaires s’inscrit en effet dans une dynamique historiographiq (...)
  • 32 L. Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, PUF, 1999 (1re éd. 1928), avant-propos à la première éd (...)

18On se cherchera donc ici à déterminer la part de l’individuel et du collectif dans la définition d’une politique éditoriale. Sans prétendre fournir une réponse universelle à cette importante question, nous espérons que les analyses que nous livrons à propos du Soleil d’Or seront susceptibles d’alimenter les nombreuses réflexions en cours sur le rôle des « passeurs de textes » à la Renaissance31. Et c’est tout l’intérêt de la démarche monographique que de poser « ce problème des rapports de l’individu et de la collectivité, de l’initiative personnelle et de la nécessité sociale » dont Lucien Febvre faisait « le problème capital de l’histoire32 ».

Notes

1 AN, MC, LXXIII/50, f. 637.

2 Icy est la danse macabre des femmes toute hystoriee, Paris, Guyot Marchand, 1491, f. a5ro.

3 A. Charon-Parent, Les Métiers du livre à Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 1974 ; P. Renouard, Répertoire des imprimeurs parisiens, libraires, fondeurs de caractères et correcteurs d’imprimerie, nouvelle édition par J. Veyrin-Forrer et B. Moreau, Paris, Minard, 1965 (1re éd. 1898).

4 B. Moreau et al., Inventaire chronologique des éditions parisiennes du xvie siècle, t. I : 1501-1510, Paris, Imprimerie municipale, 1972 ; t. II : 1511-1520, Paris, Imprimerie municipale, 1972 ; t. III : 1521-1530, Abbeville, Imprimerie F. Paillart, 1985 ; t. IV : 1531-1535, Abbeville, Imprimerie F. Paillart, 1992 ; t. V : 1536-1540, Paris, Association Paris Musées, 2004 ; Voir également en ligne la base BP16 : http://bp16.bnf.fr/ (lien vérifié le 11 juillet 2014).

5 P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle, série alphabétique, 5 tomes + divers fascicules monographiques, Paris, 1964→.

6 Voir M.B. Winn, Antoine Vérard, Parisian Publisher (1485-1512). Prologues, Poems and Presentations, Genève, Droz, 1997 ; A.-A. Renouard, Annales de l’imprimerie des Estiennes ou Histoire de la famille des Estienne et de ses éditions, Paris, Renouard, 1837-1843 ; E. Armstrong, Robert Estienne, Royal Printer, Cambridge, Cambridge University Press, 1954 ; P. Renouard, Bibliographie des éditions de Simon de Colines, Paris, Paul, Huard et Guillemin, 1894 ; F. Schreiber, Simon de Colines : an Annotated Catalogue of 230 Examples of his Press, 1520-1546, Provo (Utah), Friends of the Brigham Young University Library, 1995 ; P. Renouard, Bibliographie des impressions et des œuvres de Josse Badius, Paris, Paul, Huard et Guillemin, 1908 (et bibliographie mise à jour dans le tome III de P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens…, op. cit.) ; J. Dumoulin, Vie et œuvres de Fédéric Morel, Paris, 1901 ; P. Renouard, I. Pantin, S. Postel-Lecocq et G. Guilleminot-Chrétien, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle : fascicule Cavellat, Marnef & Cavellat, Paris, Bibliothèque nationale, 1986 ; M. Simonin et J. Balsamo, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain, Genève, Droz, 2002 ; S. Rawles, Denis Janot, Parisian Bookseller, Leyde, Brill, 2017 ; P. Renouard, « Quelques documents sur les Petit, libraires parisiens et leur famille », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 1896, p. 133-153 ; P. Delalain « Notice sur Galliot Du Pré, libraire parisien de 1512 à 1560 », Journal général de l’imprimerie et de la librairie, 1890 ; A. Charon-Parent, « Aspectde la politique éditoriale de Galliot Du Pré », dans P. Aquilon et H.-J. Martin (dir.), Le Livre dans l’Europe de la Renaissance. Actes du XXVIIIe colloque international d’études humanistes de Tours, Paris, Promodis, 1988, p. 209-218 ; C. Du Bus, Vie et œuvres de Michel de Vascosan, thèse inédite de l’École nationale des chartes, 2 volumes dactylographiés, 1906 (consultable à la Bibliothèque nationale de France).

7 Sur les origines du Soleil d’Or, la meilleure synthèse est probablement celle établie par H.-J. Martin, La Naissance du livre moderne (xive-xviie siècles), Paris, Cercle de la Librairie, 1999, p. 96-115 (« La Sorbonne entre scolastique et novation ») et 116-131 (« Imprimerie et humanisme à Paris : les presses dites de la Sorbonne »). Voir également A. Claudin, Histoire de l’imprimerie en France aux xve et xvie siècles, t. I, Paris, Imprimerie nationale, 1900 ; J. Veyrin-Forrer, « L’atelier de la Sorbonne », dans L’Art du livre à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1973, p. 32-53 (texte repris dans La Lettre et le texte, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1987) ; P. Aquilon, « Les trente pionnières », dans F. Barbier (dir.), Paris, capitale des livres. Le monde des livres et de la presse à Paris, du Moyen Âge au xxe siècle, Paris, Paris-Bibliothèques/PUF, 2007, p. 59-61.

8 http://en.wikipedia.org/wiki/Charlotte_Guillard (lien vérifié le 9 octobre 2017).

9 http://fr.wikipedia.org/wiki/Charlotte_Guillard (lien vérifié le 9 octobre 2017).

10 E. Armstrong, Robert Estienne, Royal Printer, op. cit., p. 5.

11 L. Chang, « The gender of the book : Jeanne de Marnef edits Pernette du Guillet », dans J.D. Campbelle et A.R. Larsen (dir.), Early Modern Women and Transnational Communities of Letters, Farnham, Ashgate, 2009, p. 102.

12 « Charlotte Guillard was a mover and shaker in the publishing and printing industry in 16th Century France » (Wild Women Archives, http://tarotbroad.com/WWArchive2.html [lien vérifié le 27 août 2014]).

13 J. de La Caille, Histoire de l’imprimerie et de la librairie, Paris, 1689, p. 111-112.

14 A. Chevillier, L’Origine de l’imprimerie de Paris. Dissertation historique et critique, Paris, 1694, p. 148-150.

15 Dans la préface de son livre, Chevillier explique : « Il me reste à dire touchant ce petit Ouvrage, que j’ai pris un grand soin de le rendre exact, & de ne rien avancer qui ne soit conforme à la verité. On y voit plusieurs livres, & beaucoup d’anciens Imprimez citez ; je puis assûrer qu’il n’y en a aucun que je n’aye vü, ou dans la Bibliotheque de Sorbonne, ou en d’autres de cette ville, ou qui ne soit rapporté par de bons Auteurs, que j’ai presque toûjours nommez. »

16 A. Chevillier, L’Origine de l’imprimerie de Paris…, op. cit., p. 148.

17 Nous adoptons ici la forme « Thouzat », attestée (avec la forme Tusan dérivée du latin) par les documents en français de l’époque et qui semble être le véritable patronyme du lecteur royal. La francisation du latin Tusanus en « Toussain » ou « Toussaint » semble être le fait des historiens du xixe siècle et n’est pas attestée par les sources du xvie : voir sur ce point P. Renouard et al., Imprimeurs et libraires parisiens…, op. cit., t. V, p. 7, note 1.

18 M. Maittaire, Annales typographici, t. III, La Haye, 1725 ; [J. Bruté], Chronologie historique de messieurs les curés de saint Benoît, Paris, Desprez, 1752, 2e partie (consacrée aux imprimeurs de la paroisse Saint-Benoît – il faut toutefois se méfier de ce texte, qui fourmille d’erreurs).

19 Joseph Dumoulin (1875-1953) entre à l’École des chartes en 1893. Voir sa notice nécrologique par J. Guignard, Bibliothèque de l’École des chartes, t. 113, 1955, p. 359-360.

20 Peut-être fut-il aidé en cela par Philippe Renouard, qui publie ses Documents en 1901.

21 J. Dumoulin, Vie et œuvres de Fédéric Morel, Paris, J. Dumoulin et A. Picard, 1901.

22 B.H. Beech, « Charlotte Guillard : a sixteenth century business woman », Renaissance Quarterly, t. XXXVI, no 3, 1983, p. 345-375.

23 Signalons enfin la publication récente d’un article de Thierry Boillot qui s’intéresse de près à la figure de Charlotte Guillard, sans pour autant apporter d’élément inédit : « À propos d’une traduction des Apophtegmes d’Érasme imprimée par Charlotte Guillard », Revue française d’histoire du livre, no 133, 2012, p. 229-246.

24 En introduction à son article sur Yolande Bonhomme, Beatrice H. Beech indique : « By studying these women [i.e. les veuves], I hope to show how they played a significant role in the success (or failure) of their firms, and how they often made substantial contributions to the economic life of their city. » (« Yolande Bonhomme : a renaissance printer », Medieval Prosopography, 1980, p. 79-100, ici p. 79.) Dans son article de synthèse consacré aux femmes dans les métiers du livre, B.H. Beech affirme explicitement que le monde de l’édition ne l’intéresse pas en lui-même, mais pour ce qu’il révèle de la situation de la femme dans le monde des affaires : « Sixteenth-century Parisian printing/publishing is an interesting trade to study for women’s business history because some women printer/publisher leftrecords of their activities. » Elle ajoutait : « I am not studying the workers in the printing shops but the owner-managers of the businesses. » (« Women printers in Paris in the sixteenth century », Medieval Prosopography, 1985, p. 75-93, ici p. 76.)

25 « L’action des femmes de l’Ancien Régime dans la production et la diffusion des livres est un lieu de recherche pour ainsi dire inexploré » (R. Arbour, Les Femmes et les métiers du livre en France de 1600 à 1650, Chicago (Illinois)/Paris, Garamond Press/Didier érudition, 1997).

26 J. Balsamo, « Abel Langelier et ses dames : les dames des Roches, Madeleine de L’Aubespine, Marie Le Gendre, Marie de Gournay », dans D. de Courcelles et C. Van Julian (dir.), Des femmes & des livres. France et Espagnes, xive-xviie siècle, Paris, École nationale des chartes, 1999, p. 117-136 ; B.H. Beech, « Yolande Bonhomme : a Renaissance Printer », art. cit. ; Id., « Charlotte Guillard : a sixteenth century business woman », art. cit. ; Id., « Madeleine Boursette : femme d’imprimeur et veuve », dans N. Pelégrin (dir.), Veufs, veuves et veuvage dans la France d’Ancien Régime, Paris, Champion, 2003, p. 146-156.

27 R. Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003.

28 N. Zemon Davis, « Women in the Arts mecaniques in sixteenth century Lyon », dans Lyon et l’Europe, hommes et sociétés, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1980, p. 139-167 ; M. W. Driver, « Women printer and the page. 1477-1541 », Gutenberg Jahrbuch, 1998, p. 139-153 ; R. Arbour, Les Femmes et les métiers du livre…, op. cit. ; B.H. Beech, « Women printers in Paris… », art. cit. ; S. Broomhall, Women and the Book Trade in the Sixteenth Century France, Aldershot, Ashgate, 2002 (elle y expose surtout le cas des femmes de lettres, plus que celui des femmes libraires) ; A. Charon-Parent, « À propos des femmes dans les métiers du livre dans le Paris de la Renaissance », dans D. de Courcelles et C. Van Julian (dir.), Des femmes et des livres…, op. cit., p. 137-148 ; M. Simonin, « Trois femmes en librairie : François de Louvain, Marie L’Anglier, Françoise Patelé », dans D. de Courcelles et C. Van Julian (dir.), Des femmes et des livres…, op. cit., p. 149-170 ; A. Erdman, My Gracious Silence, Luzerne, Gilhofer and Ranschburg, 1999 ; A.-M. Legaré (dir.), Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen Âge et Renaissance, Turnhout, Brepols, 2007 ; S. Lenky, « Printers’ wives in the age of humanism », Gutenberg Jahrbuch, 1975, p. 331-337 ; S. Postel-Lecocq, « Femmes et presses à Paris au xvie siècle : quelques exemples », dans P. Aquilon et H.-J. Martin (dir.), Le Livre dans l’Europe de la Renaissance…, op. cit., p. 253-263 ; J. Tombeur, Femmes et métiers du livre, Soignies, Talus d’Approche, 2004. Voir aussi, pour les périodes postérieures au xvie siècle, les articles de S. Juratic, « Marchandes ou savantes ? Les veuves des libraires parisiens sous le règne de Louis XIV », dans C. Nativel (dir.), Femmes savantes, savoirs des femmes. Du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, 1999, p. 59-68, et « Les femmes dans la librairie parisienne au xviiie siècle », dans F. Barbier, S. Juratic et D. Varry (dir.), L’Europe et le livre. Réseaux et pratiques du négoce de librairie. xvie-xviiie siècle, Paris, Klincksieck, 1996, p. 247-276.

29 R. Chartier, « Fabrique du livre et fabrique du texte », dans A. Réach-Ngô (dir.), Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 7-20, ici p. 10.

30 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au xvie siècle ? Le cas de Vincent Sertenas, libraire du Palais », dans P. Aquilon et H.-J. Martin (dir.), Le Livre dans l’Europe de la Renaissance…, op. cit., p. 264-281, ici p. 264-265.

31 Notre intérêt pour les figures intermédiaires s’inscrit en effet dans une dynamique historiographique actuelle. Martine Furno a publié en 2009 un recueil d’études dont titre et sous-titre éclairent les ambitions : Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte, Lyon, ENS éditions/Institut d’histoire du livre, 2009 ; son entreprise se prolonge d’ailleurs sous la forme d’un séminaire mensuel qu’elle codirige avec Raphaële Mouren à l’ENS de Lyon [M. Furno et R. Mouren (dir.), Auteur, traducteur, collaborateur, imprimeur… qui écrit ?, Paris, Classiques Garnier, 2013]. En 2009 et 2011, deux colloques tenus respectivement à Paris et à Tours se sont intéressés aux figures des « passeurs de textes », intermédiaires entre l’auteur et son lecteur : C. Bénévent, A. Charon-Parent, I. Diu et M. Vène (dir.), Passeurs de textes. Imprimeurs et libraires à l’âge de l’humanisme, actes du colloque international, 30-31 mars 2009, Paris, École nationale des chartes, 2012 ; C. Bénévent, I. Diu et C. Lastraioli (dir.), Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, actes du LIVe colloque international d’études humanistes, 27 juin-1er juillet 2011, Turnhout, Brepols, 2014. De récentes études se sont attachées à mettre en évidence les relations de l’auteur avec ses imprimeurs (voir par exemple la thèse de A. Vanautgaerden, Érasme typographe, Genève, Droz, 2012, et celle de G. Berthon, L’Intention du poète. Clément Marot, Paris, Classiques Garnier, 2014). Anne Réach-Ngô a organisé un colloque à Paris sur ces questions sous le titre Créations d’atelier. L’éditeur et la fabrique de l’œuvre à la Renaissance (31 mai-2 juin 2012), dont les actes sont parus en 2014. Enfin Anthony Grafton a consacré une étude aussi riche que stimulante au rôle des correcteurs dans les ateliers typographiques (A. Grafton, The Culture of Correction in Renaissance Europe, Londres, The British Library, 2011).

32 L. Febvre, Martin Luther, un destin, Paris, PUF, 1999 (1re éd. 1928), avant-propos à la première édition.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search