Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Conclusion

Guillaume Étienne

Texte intégral

1En parcourant ce catalogue et les cinq espaces de l’exposition, le lecteur/visiteur fait l’expérience du déplacement. Un déplacement physique, intellectuel aussi. Nous avons tous visité la même exposition. Et pourtant, nous n’y avons pas vu les mêmes choses, retenu les mêmes informations, ressenti les mêmes émotions face à une photographie ou un objet. Nous n’avons pas cheminé de la même manière, ni emprunté le même parcours : certains sont passés rapidement devant les récits ou une composition photographique, d’autres prennent leur temps, sont déjà venus deux fois ou relisent plusieurs fois le même passage de cet ouvrage qui leur « parle ».

2La métaphore du déplacement a ses limites, le temps et l’espace d’une visite ou d’une lecture, leurs enjeux et conséquences, sont incomparables avec le déplacement géographique, international, d’un pays à un autre. Elle permet tout de même de se rendre compte qu’une expérience commune ne gomme pas les trajectoires individuelles. Pour cela, « Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire » fait parler les objets, les photographies, les productions artistiques. Les objets présentés ne se suffisent pas à eux-mêmes, ils sont des « déclencheurs de mémoire » pour ceux qui nous les ont confiés. Et cette mémoire sera en partie transmise au visiteur. Ce qui est exposé conjugue donc à la fois le sujet et l’objet. Que seraient ces ustensiles de cuisine, ces vêtements ou ces bijoux sans le récit qui les accompagne ? Car ces objets, en somme, peuvent se trouver chez tout un chacun. Que seraient ces photographies des quartiers de villes ou ces cahiers d’écolier s’ils ne se rapportaient pas aux vécus des habitants et des anciens élèves, s’ils ne révélaient pas les expériences des un(e) s et des autres ?

3L’exposition ne propose pas la contemplation de l’objet par le visiteur. Elle met en relation des personnes, des perspectives, des points de vue, y compris avec des personnes qui ne la visitent pas. En effet, faire entrer les migrations au musée et les exposer n’a rien d’anodin. Cette démarche revêt une dimension politique et véhicule une certaine vision du « nous » patrimonial.

De la foire au musée

4Cet ouvrage et l’exposition ont nécessairement débuté par des mises au point préalables, et notamment terminologiques. Immigré, émigré, étranger… ne sont pas synonymes et renvoient à des réalités différentes. Ces précisions sont importantes lorsqu’il s’agit de comprendre le phénomène migratoire. Il fut une époque où les expositions n’avaient pour but que de divertir et montrer la différence. L’altérité mise en scène, on ne s’embarrassait guère de telles explications. Ce fut le cas au 19e et au début du 20e siècle, à l’époque de la colonisation.

5La curiosité à l’égard des populations colonisées amène alors les Français à devenir spectateurs de zoos humains, montrant des « indigènes » au cours d’expositions ou de spectacles de cirque. En 1898, au théâtre de Tours, les spectateurs assistent à des « scènes de la vie noire » jouées par une troupe d’« Amazones » du Dahomey. À Tours en 1899 et à Orléans en 1905 et 1929, de grandes expositions présentent les « villages noirs » où, dans un décor factice, une centaine de « villageois », hommes, femmes et enfants recrutés au Sénégal et au Soudan, miment des activités quotidiennes et festives. Entre 1941 et 1944, la Ligue maritime et coloniale diffuse l’idéologie coloniale dans toute la France avec la circulation d’un train-exposition, passant notamment par Tours, où le visiteur peut observer non pas des hommes mais leurs productions (artistiques, techniques) et leur apport à la France. Ces spectacles voulaient souligner l’importance de la mission civilisatrice de la colonisation française.

« Village noir » à l’exposition d’Orléans en 1905. [© Coll. personnelle P. Wadbled]

6Depuis, le regard de la société française sur ses anciennes colonies et sur les autres cultures d’une manière générale a changé. Les cultures jugées différentes, et surtout les non-Occidentales, ne sont plus perçues comme primitives, sauvages ou moins évoluées. Les migrants ne sont plus les spécimens des zoos humains du 19e siècle que l’on regarde avec curiosité. Les expositions et les médiations muséales posent toutefois d’autres questionnements.

7Maria-Beatriz Rocha-Trindade et Miguel Monteiro remarquent avec justesse que les musées dédiés au thème des migrations, que l’on trouve désormais dans de nombreux pays, appréhendent la thématique en fonction de leur propre histoire. D’un côté, les pays qui ont, au cours de leur histoire, connu de nombreux départs proposent des expositions portant davantage sur l’émigration. Réciproquement, les pays où se sont rendus de nombreux migrants axent leurs expositions sur l’immigration.

Récit national, local et patrimoine

8On reproche souvent aux musées de l’immigration et à leurs expositions d’enclore l’histoire migratoire dans le récit national. La notion de patrimoine et le patrimoine lui-même entretiennent en effet des rapports étroits avec l’État et les instances chargées de la gestion patrimoniale. De ce fait, ce qui est ou n’est pas patrimoine est toujours le produit d’une vision politique et rien n’est jamais patrimoine en soi. C’est en ce sens que les chercheurs parlent plutôt de patrimonialisation, insistant sur le fait que le patrimoine est le résultat d’un processus. C’est important de rappeler la généalogie du patrimoine, de repérer ses acteurs et d’observer la multiplication d’initiatives associatives, même temporaires, qui pourraient trouver place dans le champ si normé qu’est « le patrimoine ».

9On pourrait reprocher à l’exposition « Histoires de migrations » non pas d’épouser le récit national mais au contraire de rester enfermée dans l’échelle territoriale la région Centre-Val de Loire. Une telle accusation de provincialisme serait toutefois infondée. Depuis ses débuts jusqu’à la concrétisation du projet d’exposition, la volonté de se défaire d’un « nationalisme muséologique » envisageant la migration à la seule lumière de la société d’accueil, promouvant l’apport des migrations au récit national, régional, local et oubliant tout ce qui ne semble pas concerner ces échelles, a été soigneusement prise en considération.

10Bien entendu, la région se trouve au cœur du projet. Les lieux de vie, les entreprises, les associations ne sont pas celles de la région des Pays de la Loire ou d’Auvergne-Rhône-Alpes. La région Centre-Val de Loire a bien ses spécificités et les migrations qui l’ont traversée également. Au-delà des particularités (économiques, historiques, sociales…), de nombreuses analogies existent aussi avec d’autres territoires. Les quartiers de grands ensembles par exemple, dans lesquels de nombreux migrants se sont installés, fonctionnent sur des modes similaires en région Centre-Val de Loire comme ailleurs, car leur construction et les politiques de gestion relèvent d’un modèle structurel. Le procès en localisme ne se situe donc pas sur la question de l’échelle mais sur la question du point de vue. L’originalité de l’exposition réside justement dans l’association des points de vue de multiples acteurs à travers une diversité de médias. Chercheurs, associatifs, migrants, descendants de migrants, « immigrés », institutions patrimoniales, enseignants, artistes (catégories non exclusives) ont discuté et travaillé ensemble pour s’exprimer à travers des expositions, des événements artistiques, des productions culturelles. Mais un tel projet ne signifie pas pour autant que tout peut prendre place dans l’exposition.

11Au cours des discussions, des réunions de préparation dans différentes villes de la région, un fil directeur a émergé. Le cahier des charges de l’exposition au musée d’Histoire et d’Archéologie d’Orléans indique : « Cette exposition propose au visiteur de découvrir des facettes mal connues de la vie demigrants” désormais installés en région Centre-Val de Loire, à travers un parcours à la fois informatif et sensible. Le fil de ce parcours est celui du paradoxe de l’immigration qui, dans notre région, est à la fois invisible, à plusieurs égards, et hyper visible depuis quelques décennies, notamment dans son traitement politique et médiatique. » Le traitement politique et médiatique des migrations est effectivement paradoxal en ce sens que certains aspects focalisent l’attention au détriment des autres, laissés dans l’ombre. Ce sont ces autres aspects que l’exposition s’efforce de montrer.

Changer le regard, changer les représentations

12Enfin, derrière ce projet, il y a un engagement et une volonté de changer les regards sur les migrations et les migrants. Une exposition, « un musée peut-il changer les représentations sur l’immigration ? » se questionne Luc Gruson à propos du Musée de l’histoire de l’immigration. Son propos est plutôt pessimiste et pointe justement l’absence de représentations médiatiques des migrants, du musée, des grèves et de l’occupation par des sans-papiers d’octobre 2010 à janvier 2011.

13Bien que nous ne soyons plus à l’époque des zoos humains, les expositions sur les migrations et les migrants, demeurent des sujets délicats. Les regards sur les migrants, lorsqu’il y a regard, ne sont pas dénués de stigmatisation. L’interdiction d’une exposition par la municipalité d’Argenteuil en 2015 témoigne des difficultés de tels sujets (dans le double sens du mot) à trouver place dans le patrimoine de la France.

14Avec prudence et humilité donc, l’exposition n’a pas pour ambition de changer seule le regard sur l’émigration-immigration. Elle a l’ambition toutefois d’y contribuer par l’appropriation des visiteurs, par la continuité du projet par d’autres canaux (internet notamment), par l’impulsion qu’elle pourrait donner à d’autres projets. L’exposition elle-même s’inscrit dans cette continuité : d’autres expositions, d’envergures plus ou moins modestes, ont déjà eu lieu et se poursuivent dans la région à l’initiative d’associations par exemple. Gageons que celle-ci constitue une étape supplémentaire et fasse découvrir de nouveaux aspects de la vie de ces femmes et de ces hommes qui, adultes ou enfants, sont venus s’installer en région Centre-Val de Loire.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Blanchard Pascal et Boëtsch Gilles, « Races et propagande coloniale sous le régime de Vichy 1940-1944 », Africa : Rivista Trimestrale Di Studi E Documentazione Dell’Istituto Italiano per L’Africa E L’Oriente, 49.4, 1994, p. 531-561.

Grosfoguel Ramon, Le Bot Yvon et Poli Alexandra, « Intégrer le musée dans les approches sur l’immigration », Hommes et migrations, 1293, 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 26 août 2016. URL : http://hommesmigrations.revues.org.gate3.inist.fr/491.

Gruson Luc, « Un musée peut-il changer les représentations sur l’immigration ? », Hommes et migrations, 1293, 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 26 août 2016. URL : http://hommesmigrations.revues.org.gate3.inist.fr/495.

Mazaubrun Hélène du, « Faire un don au musée de l’histoire de l’immigration », Hommes et migrations, 1306, 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 26 août 2016. URL : http://hommesmigrations.revues.org/2835.

Rocha-Trindade Maria-Beatriz, Monteiro Miguel, « Museums devoted to migration : the Portuguese emigration museum », Museum International, vol. 59, no 1-2, 2007, p. 145-150.

Tornatore Jean-Louis, « Les formes d’engagement dans l’activité patrimoniale », dans V. Meyer et J. Walter (dir.), Formes de l’engagement et espace public, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2007.

Table des illustrations

Légende « Village noir » à l’exposition d’Orléans en 1905. [© Coll. personnelle P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540