Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Espace 4. Apprendre, travailler, s’engager : quelle vie !

Pôleth Wadbled

Texte intégral

1La migration porte souvent en elle la perspective d’une vie meilleure. Pour autant, pour les nouveaux venus, s’installer en France suppose des adaptations, des changements, parfois des ruptures qui touchent des aspects importants de leur vie. Les difficultés rencontrées, nombreuses et parfois profondes, n’ont guère été anticipées. Que c’est difficile de devoir communiquer et travailler dans une nouvelle langue, s’insérer dans la vie économique et sociale, saisir les subtilités culturelles du pays ! Avec le temps, le processus d’accommodation, puis d’adaptation fait son œuvre. Ceux qui sont les plus à l’aise n’hésitent pas à s’investir dans les associations d’entraide ou socioculturelles ; les plus militants préfèrent se mobiliser politiquement, dans l’espoir de changer le régime politique du pays qui a contribué à leur départ, ou bien dans des luttes sociales ici, en France, pour de meilleures conditions de vie et de travail. Plus récemment enfin, certains anciens vivant en France depuis des décennies ou parfois leurs enfants troublés par des problématiques interculturelles, s’engagent « au nom de la mémoire » et défendent une meilleure reconnaissance de l’apport des migrations à la société française, dans un souci de transmission.

Questions de langue

2La langue est au cœur des échanges sociaux. C’est l’une des premières difficultés auxquelles sont confrontés les migrants, à leur arrivée. Quelle qu’elle soit, la langue constitue un enjeu important : bien plus qu’un simple outil de communication, chaque langue est associée à un univers de pensée spécifique, une façon de voir le monde, un mode d’organisation des relations sociales.

3La langue façonne profondément l’individu et celui qui fait l’effort de la maîtriser s’engage nécessairement dans un processus d’acculturation souvent plus profond qu’on ne l’imagine. C’est ce qu’a vécu ce jeune homme, arrivé en 1971 comme étudiant, venu du Maroc faire ses études à Orléans et qui constate en lui, au fil des années, un véritable « basculement » linguistique de l’arabe au français :

« Quand je suis arrivé en France, je pensais, je réfléchissais en arabe et je traduisais en français. À un moment, il y a eu un basculement, et je m’en suis vraiment rendu compte à mon retour au Maroc. Je faisais l’inverse : je réfléchissais en français et je traduisais en arabe ! Là, je me suis dit, il y a quelque chose qui s’est passé en moi. C’est ce qui m’a intéressé d’ailleurs ensuite, la question de l’interculturel, qu’est ce qui fait qu’on se transforme, qu’on s’acculture de cette manière ? »
H., 58 ans, responsable d’une association de travail social.

Bulletin municipal, Joué-lès-Tours, 2013.

  • 1 Le contrat comprend également un volet formation et évaluation aux valeurs de la République.

4Élément culturel majeur, la langue comprend une dimension identitaire mais aussi politique forte en France où le français est élevé au rang de composant emblématique de l’identité nationale. Depuis 2006, elle est aussi entérinée comme un indicateur officiel d’intégration par l’administration française, qui en a fait un élément important du traitement social et juridique des nouveaux-venus, dans les dispositifs d’accueil les plus récents. Alors qu’autrefois, pendant les périodes de l’entre-deux-guerres, et jusqu’aux années 1970, la question de la langue n’était guère prégnante, du moins pour les adultes, elle est devenue un point central de la politique d’accueil des étrangers et un pré-requis pour obtenir un titre de séjour. Les candidats à l’installation doivent désormais faire la preuve d’une connaissance de la langue1 suffisante et à défaut, suivre une formation linguistique dans le cadre du CIR (Contrat d’Intégration Républicaine).

5La maitrise de la langue est très variable, à l’arrivée en France. Ceux qui viennent de pays anciennement colonisés, sont déjà familiarisés avec le français, comme l’explique cette femme :

« En Algérie, on a toujours parlé français, on parlait pas couramment dans nos familles mais on allait à l’école française. Quand je suis arrivée ici, je parlais très mal mais j’écrivais. Je faisais des fautes, mais j’écrivais le français, je connaissais l’alphabet, c’était pas facile mais ça a été quand même […] Avec le français, on n’était pas dépaysé. »
F. Algérie, Tours, 64 ans.

6Pour celles et ceux qui ne maitrisent pas le français en arrivant, son acquisition souvent rapide dépend néanmoins beaucoup de l’âge. Elle inscrit d’emblée les individus dans une relation sociale souvent inégale, jalonnée de représentations réciproques que viennent nourrir l’accent, plus ou moins fort ou familier, les mauvaises tournures de phrase et les signes non verbaux. Ceux qui, arrivés adultes, ne maîtrisaient pas ou peu le français au début, gardent un vif souvenir de leurs premiers échanges à leur arrivée en France. Certains en parlent avec humour, comme cet homme, arrivé d’Algérie depuis peu, qui explique :

« Au début, c’est un peu dur, là, parce qu’on ne connaît personne ! On ne sait pas parler, on ne comprend rien. Parce que certains, ils ne comprennent rien du tout, hein ! Vous me parlez, je dis "oui, oui" mais alors, on ne sait pas c’est quoi ! »

7De même, cette femme, mère de famille laotienne récemment installée dans son appartement, qui veut se montrer accueillante :

« J’ai proposé à la femme française de lui servir un café, mais je n’ai pas compris la réponse ! Elle m’avait dit non, mais moi j’ai pas compris et je suis quand même allée à la cuisine lui faire un café ! »

8C’est parfois une expérience douloureuse, comme le montre le propos de la fille de cette femme portugaise dans ses relations de travail :

« Quand elle est arrivée chez ses patronnes qui lui disaient de faire ci, de faire ça, déjà qu’elle avait des problèmes de langue, donc, elle ne comprenait pas tout. Et, au début, c’était un peu difficile, quand même, elle en pleurait ! »

9Pour les adultes, l’apprentissage du français se fait souvent « sur le tas », de façon informelle mais aussi lors de cours organisés par le foyer, le centre social ou par un organisme spécialisé comme ACM formation à Orléans. Cet homme, arrivé de Dakar en 1973, explique l’importance qu’a constituée pour lui, la maîtrise de la langue :

« Dès mon arrivée en France j’ai éprouvé la nécessité d’apprendre la langue française puis, peu à peu, de m’y perfectionner. Dans le foyer où j’étais hébergé, un compatriote, lettré en français, dispensait des cours du soir aux résidents qui le souhaitaient. C’est grâce à lui que certains d’entre nous ont eu la chance de pouvoir lire et écrire en français. […] C’est cette formation de base qui m’a donné le courage et la possibilité de continuer mes apprentissages, toujours en cours du soir, organisés par la Formation permanente, dans des établissements scolaires, comme à Chartres, pendant trois ans. »

10Avec le regroupement familial opéré à partir de 1975, des cours de français ont également été mis en place pour les femmes, plus particulièrement celles issues des migrations du Maghreb, de Turquie qui, sans activité extérieure n’ont pas pu développer leur connaissance de la langue française.

Couvertures de méthodes d’apprentissage du français, utilisées dans les organismes de formation, années 1990 et publication de textes d’apprenants adultes par l’association Accueil et Promotion (Bourges).

11Si l’importance de la maîtrise du français n’échappe pas aux migrants, la priorité donnée au travail relègue ou écourte parfois le temps de l’apprentissage. Celui-ci est souvent de courte durée ou est pris sur le temps libre du soir ou en fin de semaine, si bien que pour certains adultes, la connaissance du français reste partielle, reposant plutôt sur la compréhension que l’expression. Cet ouvrier retraité, venu autrefois d’Algérie, explique qu’il a plus appris à écouter le français qu’à parler, évoquant à peine les relations de subordination dans le travail sur les chantiers qui étaient associées aux échanges en français :

« J’ai passé trente ans en France et j’ai jamais appris le français ! Pourquoi ? Je ne veux pas te dire des choses qui fâchent. Le français, je le comprends très bien, mais je le parle pas. Tout le vocabulaire est dans ma tête, mais il ne sort pas de ma bouche. Je ne réponds pas. »

12Toutefois, pour la plupart, l’expression devient plus fluide avec le temps, l’accent et certaines tournures de phrase continuant à révéler une altérité qui, selon les interlocuteurs, sera plus ou moins perceptible. L’accent contribue à la catégorisation comme « étranger » comme s’en souvient cette femme, née à Tours de parents turcs, dans les années 1940 :

« Je n’avais pas l’impression d’être une fille d’étranger. Jamais je n’ai eu cette impression-là sauf un jour, où ma meilleure copine, j’avais quinze ans, je n’étais plus une petite fille, elle était venue à la maison. C’était la fille du prof de français, et puis elle m’a dit : "je ne comprends rien à ce que dit ta mère". Je l’ai regardée et je me suis mise à écouter ma mère. Alors qu’avant je ne l’écoutais pas, je comprenais tout ce qu’elle me disait que ce soit en judéo-espagnol ou en français. Je n’avais pas de problème. Et je me suis mise à écouter mes parents et effectivement, je me suis mise à entendre leur accent. C’est drôle ! »

Avec les plus jeunes

13Pour les enfants, la situation linguistique est différente. Arrivés très jeunes ou nés en France, ils assimilent plus rapidement la nouvelle langue et sont même souvent plus à l’aise en français, qu’avec la langue de leurs parents :

« Ils [les parents] parlaient français mais on parlait beaucoup espagnol à la maison, mais pas moi, je répondais en français et mon frère aussi, les enfants on ne parlait qu’en français. Les rares fois où j’ai essayé de dire quelques mots je me suis trompée, donc… »

14Dans les familles où est maintenue la pratique de la langue du pays d’origine, le français s’infiltre tout de même comme pour cette fille de Portugais née en France :

« Nous, on parlait portugais en permanence. J’ai découvert qu’on parlait " une sorte" de portugais ! C’était un portugais un petit peu francisé, on va dire. Je m’en suis aperçu un peu plus tard en allant au Portugal et en prononçant… en disant des choses, des mots qui n’étaient pas portugais du tout mais que, pour moi, je les ai toujours associés à des mots portugais mais, en fait, c’était un portugais francisé, un mélange des deux langues. »

15Et dans bien des cas, le français finit par supplanter la langue dite « d’origine ».

16Récemment, dans une classe maternelle, un petit exercice proposait aux enfants de parler de leur langue et de leur expérience migratoire. Les dessins des enfants révèlent, mieux que des mots, les attachements linguistiques et les trajectoires complexes, impliquant une circulation migratoire.

17Cependant, certains parents souhaitent maintenir la pratique de la langue maternelle au sein de la famille pour la transmettre aux enfants et qu’ils puissent communiquer avec les membres de la famille lors de vacances ou d’un éventuel retour. Il s’agit aussi de ne pas oublier « les racines » et de continuer à partager, au-delà de la langue, la même culture.

Bibliothèque (ensemble et détail) où sont rangés des méthodes d’apprentissage de la langue et des livres en portugais, Association des Portugais de Chartres. [© P. Wadbled]

Livre d’apprentissage de l’alphabet cyrillique ukrainien (daté de 1964) et classe à Vésines en 1955. [© V. Dassié]

18La langue est alors pratiquée en famille mais aussi dans des cours mis en place à différentes périodes par les associations d’immigrés comme ce fut le cas pour les enfants des migrations anciennes, Polonais et Ukrainiens, dans les années 1920-1930 ou plus récemment les associations portugaises. Mais souvent, les enfants se désintéressent de ces cours mis en place dans le cadre associatif ; organisée hors du temps scolaire, « l’école du samedi » est perçue comme une contrainte pesant sur les temps de loisir :

« Les enfants aussi, ils y vont deux, trois fois et après, ils commencent à en avoir marre : " Je ne veux pas, je ne veux pas !" La dame vient tous les samedis mais je crois qu’il n’y a pas beaucoup de classes. »
raconte ce responsable d’association portugaise d’Eure-et-Loir.

19Et peu à peu, faute d’enseignants et d’élèves, les cours se font moins nombreux et tendent à disparaître.

20Les projets créés avec les jeunes, dans le cadre de l’école ou dans d’autres lieux, servent également de modes d’expression, mobilisant divers registres : artistiques, scientifiques, éducatifs, etc. En 2014, à Tours, une enseignante chercheure a par exemple effectué un travail basé sur la photographie avec des jeunes d’un quartier populaire et dont le résultat a donné lieu à une exposition. La présentation de l’exposition explique que « les jeunes scolarisés dans le quartier Sanitas, à Tours, ont été invités à scénariser leurs propres portraits. Comment souhaitent-ils être perçus ? Quels effets visuels mobiliser pour mettre en récit telles expériences migratoires, scolaires, personnelles ? » En participant à ce projet, les jeunes nous amènent à saisir leurs constructions identitaires et représentations sociales de jeunes tourangeaux tout en valorisant leurs parcours, langues et cultures.

21L’auteure de ces photos est Elatiana Razafi, enseignante chercheure en socio-linguistique. Elle rapporte son parcours personnel :

« Mon parcours reflète une certaine pluralité en termes de migrations (Madagascar, Kenya, Canada, France, Angleterre), de langues (malgache, swahili, anglais, français, espagnol) ou d’intérêts disciplinaires. Ce travail photographique traduit et interroge ces différentes expériences, il s’intéresse aux parcours, langues et cultures des autres. En l’occurrence, j’ai travaillé avec Eva, Anne-Louise, Demonas, Nicaise, Hovik, Axel et Joffray : des jeunes tourangeaux scolarisés dans le quartier du Sanitas au moment des prises (2012-2013). »

Soi en scène. [© Elatiana Razafi]

La langue des parents à l’école

22Les pouvoirs publics se sont également intéressés aux questions de langue et de culture. Dans les années 1970, certaines écoles proposent un enseignement dit « de langues et cultures d’origine », initié par le biais de conventions entre la France et les pays d’émigration, comme le Maroc, le Portugal et la Turquie par exemple. Cet enseignement, facultatif, ouvert à tous en principe mais fréquenté uniquement par les enfants des immigrés, est dispensé dans les établissements scolaires du premier et second degré. Controversé par les chercheurs, cet enseignement n’est pas toujours apprécié des parents immigrés qui le voient comme préjudiciable à la scolarité qui reste prioritaire comme le montre ce témoignage d’une fille de Portugais :

« On n’a pas fait de cours de portugais parce qu’à l’époque, il existait déjà des cours mais qui étaient le mardi après-midi et mes parents ne voulaient pas que j’y aille parce que c’était pendant les cours de français. Ils estimaient qu’il fallait déjà que j’apprenne bien la langue française. Pour eux, leur priorité, c’était que j’apprenne à parler correctement le français parce qu’ils ne pouvaient pas m’aider plus que ça… Mon père était quasiment illettré quand il est arrivé. Il ne sait toujours pas lire et écrire, très peu. Et du coup, pour lui, c’était une priorité. Il fallait à tout prix qu’on sache lire, écrire et bien connaître la langue française. »

Des projets se réalisent aussi avec des primaires, comme l’ont fait Marie-Laure Tending et Joanna Lorilleux (socio-linguistes) en 2012 avec les élèves de CE2, CM1 et CM2 de l’école primaire Michelet de Tours. Il s’agissait d’évoquer avec les enfants leur rapport aux langues et au français. Dans ce premier dessin, Brixty, 9 ans, explique qu’elle apprécie de vivre en France et de maîtriser le français. Née à Brazzaville, au Congo, elle a suivi sa mère en Chine où sa mère était partie faire du commerce. Son dessin représente une école où elle a appris le français en Afrique, puis en Chine. Dans le second dessin, l’enfant de 10 ans, née en Inde, a dessiné un alphabet tamoul. Pour le réaliser, elle a souhaité solliciter ses parents qui lui ont donné un modèle, qu’elle a reproduit durant l’atelier.

Dessins d’Ohana et Brixty. [© M.-L. Tending, J. Lorilleux]

Classe d’Inès au lycée Balzac à Tours en 1955. [Coll. personnelle d’Inès]

23Pour la plupart des parents, l’école est le principal vecteur de l’ascension sociale, le moyen d’avoir une situation meilleure encore que celle des parents comme se souvient Inès issue d’une famille judéo-espagnole venue de Turquie :

« Mon père disait toujours : "Ne soyez pas une cloche comme moi, soyez fonctionnaire." Pour lui c’était ça. Être dans l’enseignement, être institutrice c’était très bien. Ils ont tout fait pour qu’on fasse des études, ils se sont saignés les veines pour qu’on fasse des études. »

  • 2 Les linguistes ont cependant montré que l’apprentissage de deux langues ne nuit en rien aux perform (...)

24Et dans cette perspective, pour nombre de parents, des migrations passées à celles d’aujourd’hui, la réussite scolaire, qui doit mener à la réussite professionnelle et sociale, passe par une bonne connaissance du français avec en contrepartie l’étiolement de la langue dite « d’origine2 ». La langue, quelle qu’elle soit, constitue, on le voit, un élément important à prendre en compte dans toute histoire migratoire.

Du travail avant tout !

25Le travail occupe une place prépondérante dans l’histoire des migrations, il en occupe même la place centrale car c’est pour travailler que la majorité des migrants sont venus en France, espérant ainsi améliorer leurs conditions de vie. L’immigration de travail, modeste dans la région, au 19e siècle, se développera peu à peu dans l’entre-deux-guerres pour reconstruire le pays après la première guerre mondiale, puis après la seconde guerre mondiale, pendant la période des Trente Glorieuses. Les premières années, les migrants sont à l’août des meilleures opportunités de travail, ils restent donc mobiles, ne s’installent pas et économisent une grande partie de leurs salaires pour leur famille dans l’optique du retour. Pour certains, cette mobilité professionnelle dure dans le temps et les amène à circuler au-delà du département ou de la région, tel cet ouvrier algérien :

« Moi, j’ai travaillé partout mais la plupart, j’ai travaillé à la gare de Tours, nettoyage. J’ai travaillé en 71 jusqu’à 88 à la gare de Tours, nettoyage. Après, 88, j’ai travaillé par intérim, travaux publics, un mois par là, deux mois par là. J’ai travaillé un an au commissariat de Tours, le nouveau et j’ai travaillé au parking de la gare, un an aussi. Après, je suis retourné à la gare de Saint-Pierre. »

26La stabilité arrive souvent avec l’arrivée de la famille.

27Au cours de cette période, des ouvriers de différentes nationalités viennent pallier le manque de main-d’œuvre dans différents secteurs, l’agriculture, l’industrie, la construction, et ils sont généralement affectés aux tâches les plus ingrates et les moins rémunérées.

28Entre 1950 et 1975, période de plein-emploi, les migrants sont présents dans tous les secteurs d’activités : l’agriculture notamment le maraîchage dans les environs de Tours, Orléans, les grands chantiers de construction (routes, chemin de fer, barrages, grands ensembles), dans l’industrie, les services. Trouver du travail n’est pas un problème, où qu’ils aillent, les chantiers ne manquent pas et même :

« Avant dans le temps, le patron vient dans la rue et demande : "Tu veux travailler ?" ou encore : "Le boulot, il y en a plein, c’était comme les champignons." »
se plaisent à raconter les Algériens originaires de Hadjadj aujourd’hui installés à Saint-Pierre-des-Corps.

29Certains commencent à travailler le lendemain même de leur arrivée.

La cité ouvrière de Rosières. [© P. Wadbled]

Ouvriers à la fonderie de Rosières, années 1930. [Coll. personnelle de J. Kopec]

Dans le Cher, près de Lunery, la fonderie de Rosières recrute ainsi de nombreux travailleurs étrangers dans l’entre-deux-guerres. Au début, Nord-Africains, Portugais, Russes ne restent pas. Le succès vient avec les Polonais qui constituent progressivement une part importante de la main-d’œuvre de Rosières dans l’entre-deux-guerres. En 1929, plus de la moitié des habitants de la cité ouvrière sont des Polonais (943 sur 1 867 personnes).

« C’est un homme de mon village qui m’a aidé à me faire embaucher pour la première fois comme manœuvre, dans une usine qui fabriquait des cartons. »
explique ce jeune sénégalais.

30Le travail ne manque pas mais il est pour beaucoup circonscrit au secteur du bâtiment et des travaux publics et le plus souvent aux postes les plus bas. L’un d’eux raconte qu’après une dispute, un ouvrier a bousculé son chef :

« Il n’a pas été licencié pour autant, à cette époque, les patrons avaient besoin de main-d’œuvre… Je ne suis resté que quelques mois dans cette entreprise. »

31En 1952, 47,5 % des Algériens par exemple travaillent dans le bâtiment et sur un total de 120 ouvriers, 79,2 % sont manœuvres. Ils constituent une main-d’œuvre flottante et leurs perspectives d’emploi dans la grande industrie locale sont faibles. En Touraine par exemple, seules deux sociétés ont plus de 500 ouvriers dans la période de l’immédiat après-guerre et elles ne recrutent pas de main-d’œuvre étrangère, se satisfaisant du vivier local de population peu qualifiée venue des campagnes environnantes.

32Pour ces jeunes gens qui quittent leur pays dans les années 1950-1960, la France représente une promesse d’enrichissement, de liberté, de vie meilleure. Promesse tenue à certains égards mais au prix de conditions de vie souvent plus rudes que celles qu’ils avaient imaginées car leur nouvelle vie est désormais rythmée par un travail qui occupe entièrement les journées de la semaine, où ils occupent souvent les postes les plus ingrats, dangereux mais aussi les moins rémunérés.

« Moi, je me rappelle – dit un Algérien arrivé à Tours dans les années 1960 –, on faisait 80 heures par semaine, on touchait 400 francs ! 400 francs, le mois ! 80 heures par semaine ! C’était la misère, hein ! On était payés au lance-pierre, hein ! »

« On travaillait 24 heures sur 24 ! J’ai travaillé 22 mois de 5 heures du matin à 10 heures du soir ! »
se souvient cet autre homme recruté sur un chantier de construction d’un parking, voulant ainsi souligner l’ampleur et l’intensité de la tâche.

33La plupart enchainent de longues journées de manœuvre : « la pelle, la pioche, c’est tout ! » résument-ils aujourd’hui, avec le recul du temps. Sur les chantiers, on leur réserve souvent le « gros œuvre », les tâches nécessitant peu de qualifications voire celles qui sont particulièrement pénibles.

34L’un d’eux, venu du Sénégal au début des années 1970, raconte la tâche qui lui a été confiée lors de son premier emploi :

« Nous devions empiler à deux de grands cartons sur des palettes. Le carton était coupant, il fallait faire attention de ne pas se blesser ou de ne pas blesser son collègue. […] La tâche était extrêmement fatigante et cela entraînait chaque jour des disputes entre les ouvriers et le chef d’équipe. »

35Embauché dans une entreprise de la région parisienne, il décrit le travail d’usine avec les cadences à tenir :

« Autrefois, les cadences de travail étaient importantes. En soudure j’étais un des plus rapides. À 13h, j’avais souvent fini mon quota de soudures. Les performances des uns et des autres étaient commentées, le soir, au foyer […] Personne n’aurait voulu être traité de "mbaaddi", que l’on pourrait traduire par" celui qui ne tient pas la route" ! »

36Soudeur, aujourd’hui retraité, il reste de nombreuses années dans la même entreprise, et explique les dangers associés aux tâches :

« J’ai des cicatrices de brûlure partout sur les mains et même autour des yeux. Pendant le travail de soudure, les étincelles passaient à travers les gants et nous sautaient au visage autour des lunettes. Le plus inquiétant, c’était la fumée. L’usine n’était pas équipée de ventilateurs et quand tout le monde était au travail, on ne voyait pas devant soi. Nous crachions du goudron, ce qui nous impressionnait tous et nous inquiétait… non sans raison. »

37Avec le temps cependant, et l’expérience, certains se forment et parviennent à briguer des emplois plus qualifiés. Longtemps maçon, l’un d’eux devient plâtrier par exemple. Certains parviennent plus rarement à créer leur entreprise, comme ce tailleur de pierre portugais qui bénéficie toutefois de l’expérience de son propre père. Un de ses ouvriers, lui-même portugais, raconte :

« Il y avait une très grosse entreprise de taille de pierre, de maçonnerie. Et quand j’ai commencé à travailler chez eux, j’ai travaillé 8 jours dans la maçonnerie et ils m’ont mis à couper de la pierre. J’ai dit "attendez, mon métier c’est pas ça". "Il faut bien que t’apprennes à couper de la pierre si tu veux devenir un tailleur de pierre". Bon je travaillais de la pierre mais de la pierre dure au Portugal. Ils m’ont dit "t’inquiète pas ici c’est pas du granit, la pierre elle est beaucoup plus tendre". Et petit à petit, comme je savais déjà travailler le granit, en peu de temps il a dit "tu te débrouilles bien". Au bout de deux mois j’étais OHQ, ouvrier hautement qualifié. Quand on passe ce niveau-là, c’est qu’ils voient quand même qu’on sait travailler. »
H., 60 ans, arrivé en France à 16 ans.

38La position d’immigré est souvent inconfortable : appelés en période de plein-emploi, ils sont parfois exploités par des patrons peu scrupuleux qui profitent de leur méconnaissance de la langue et des lois. C’est ce que raconte ce retraité originaire du Maroc venu dans les années 1960 :

« J’ai pas tous mes droits, parce que j’ai travaillé des années sans être déclaré. Personne nous a expliqué avant qu’il fallait être déclaré ! Aujourd’hui, évidemment, je regrette. Je savais pas… J’ai travaillé des années dans le bâtiment, à l’usine, etc. et pas déclaré ! Les travaux publics, pendant longtemps, et rien à la fin… C’est ça la France, on te dit pas tous tes droits ! Et moi je parlais pas bien le français, je connaissais pas tout ça ! Avant, il y avait pas des gens comme ça qui nous aidaient, qui parlaient l’arabe et qui venaient nous voir. Sur le chantier et au foyer, il n’y avait que le patron qui nous parlait. Il s’occupait de nous. Mais il ne m’a jamais dit qu’il faut être déclaré. J’avais des fiches de paye, normales, mais en fait toutes les heures n’étaient pas indiquées dessus. »

39Ils sont les premiers à subir les revers des crises économiques et estiment leur travail non reconnu :

« Ils sont venus nous chercher ! Et moi, j’ai choisi la France pour travailler, pas le Maroc. J’aurais pu rester travailler pour mon pays, mais il n’y avait rien, alors j’ai choisi la France. J’ai donné ma santé pour elle ! On est beaucoup à avoir choisi la France, on lui a permis de se redresser, on a construit les bâtiments, nettoyé les rues, et maintenant on nous demande de partir ! »

40La dure condition de travailleur immigré est une constante, le lot de nombreux migrants quelle que soit la période. Inès, à nouveau, se souvient des rudes conditions de travail de son père commerçant forain en bonneterie dans les années 1950 :

« Mon père avait juste une bicyclette et deux barres de bois de la taille d’un grand carton. Il mettait deux cartons sur le porte-bagages et il partait à bicyclette faire les marchés. L’hiver, il partait avec des journaux sous ses pulls. Il revenait, il avait froid, ils étaient quand même sacrément courageux mes parents ! »

Travailleurs portugais dans une entreprise de taille de pierre à La Riche. [Coll. personnelle de M. Ferreira]

41Le travail est à ce point associé à l’immigré, que les deux termes étaient systématiquement accolés : la presse et les citadins parlaient des « travailleurs immigrés ». C’est par le travail que l’immigré est communément défini et c’est une valeur forte. Le propos de cette fille de Portugais est à ce titre représentatif du rapport au travail d’un grand nombre d’immigrés :

« Je pense que nos parents, même nous, en tant qu’enfants, on nous a toujours dit que de toute façon, il fallait en vouloir dans la vie et qu’il fallait à tout prix travailler pour avoir un maximum et que sans ce travail-là, on arrivera à rien, quoi ! Et ça, ça a toujours été. Et nous, on a été élevés comme ça et on n’envisageait pas autre chose. Là, c’est plus difficile parce que nos enfants, justement, on essaie de leur inculquer ça et, à l’heure actuelle, c’est encore plus compliqué, je trouve. »

LE « TRAVAILLEUR IMMIGRÉ » EST AUSSI UNE FEMME

Les femmes sont loin d’être absentes de ces migrations de travail, même si elles restent majoritairement masculines dans la région. À la fin du 19e siècle, déjà, on remarque des Anglaises employées comme domestiques et gouvernantes, puis dans l’entre-deux guerres, plusieurs centaines de jeunes femmes viennent d’Europe de l’Est, polonaises en majorité, recrutées sous contrat comme vachère ou bonne dans les fermes d’Indre-et-Loire. Plus de 60 % d’entre elles ont moins de 25 ans. Elles viennent temporairement en France pour gagner de l’argent et améliorer la vie de leur famille dans leur pays. Certaines, exploitées, mal traitées ou abusées par les patrons vivent là des moments difficiles qu’elles relatent dans les lettres qu’elles adressent à l’assistante sociale qui leur est affectée par le Département. Les femmes portugaises qui rejoignent leur mari déjà en France, constituant dans les années 1970 une autre migration de travail féminin. Elles sont souvent employées dans le maraîchage comme à la Riche, puis cherchent des emplois de service dans le ménage ou le gardiennage d’immeuble. Dans cet extrait, une jeune femme, arrivée toute jeune en France et aujourd’hui élue locale, évoque la vie professionnelle de ses frères et sœurs : « Ma sœur aînée, évidemment : femme de ménage ! Mes sœurs sont toutes femmes de ménage. L’aînée n’a pas pu faire d’études, les autres ont fait des études de couturière mais n’ont jamais pu travailler dans la couture ici en France. Donc, elles se sont tournées vers le ménage. Mes deux frères sont carreleurs. Donc, on est tous dans le bâtiment ! »

« Il est bon de signaler que nous n’avions en 1934 qu’une seule ouvrière internée à l’asile d’aliénés. […] cela montre que les conditions de leur travail et leur état moral se sont grandement améliorés. »
Lettre du préfet à Julie Duval, comité d’aide et de protection aux femmes immigrantes, vers 1934. [AD 37, 10M38]

42Si la migration est souvent envisagée comme un temps de travail laborieux de quelques années avant le « retour au pays », dans les faits, peu nombreux sont ceux qui rentrent définitivement. La majorité s’installe et avec le temps, diversifie ses activités ; certains créent leur entreprise, s’élevant ainsi peu à peu dans l’échelle sociale.

43C’est parfois « sur le tas » ou par la formation continue que certains parviennent à se qualifier, dans un pays où les certificats de compétences sont importants pour évoluer dans l’emploi. Ce fut la stratégie d’un certain nombre d’Africains (Sénégalais, Maliens notamment) qui, au fil des années, sont devenus de véritables « développeurs » dans le pays, multipliant les allées et venues entre la France et leur région d’origine, de façon à faire bénéficier leur famille et plus largement la population de leur village de toutes les connaissances (notamment techniques) acquises en France. L’un d’eux raconte :

« De 1976 à 1984, j’ai bénéficié de plusieurs formations dans des domaines aussi différents que la mécanique, la fabrication de pompes artisanales et l’agriculture, sans interrompre la formation générale qui me demandait beaucoup d’efforts mais que j’ai poursuivie avec obstination, en cours du soir, puis par correspondance. »

44Cet ouvrier sénégalais raconte qu’il a ainsi été à l’origine d’une école dans son village d’origine, incitant les parents à scolariser et alphabétiser leurs enfants :

« C’est en France que j’ai débuté ma formation " scolaire" en langue pulaar avec un étudiant qui venait de Paris à Étampes pour dispenser ses cours. Ensuite, j’ai continué à me perfectionner pour pouvoir à mon tour enseigner dans le foyer mais aussi au village, quand je rentrais en " vacances". C’est ainsi qu’en 1983, j’ai créé une école en pulaar dans mon village. J’y ai enseigné pendant deux mois cette année-là. Puis à chacun de mes retours, tous les deux ans, j’ai donné des cours et organisé des concours, avec des prix, pour motiver les jeunes dans leur apprentissage. Tout cela a permis aux jeunes de pouvoir lire et écrire dans leur langue. »

45Cet engagement pour son village a entraîné de nombreux développements : outre les améliorations techniques apportées au village, l’enseignement a ainsi « gagné de village en village, de manière bénévole », jusqu’à la formation d’enseignants et la rédaction de manuels scolaires de 1er cycle !

46Aujourd’hui, après des décennies de circulation entre là-bas et ici, ces hommes âgés qui ont beaucoup œuvré pour leur pays sont fatiguées. Certains sont devenus des élus dans leur pays, continuant à œuvrer pour la collectivité, forts de leurs compétences acquises en migration. D’autres s’établissent en France, aux côtés de leurs enfants et petits-enfants, ne rentrant au pays que pour de grands événements familiaux ou quelques semaines de vacances.

Se mobiliser pour… la culture, les droits, la mémoire

47Les migrants s’insèrent rapidement dans la vie économique, on l’a vu. Après la première période d’adaptation, certains s’engagent dans des associations ou des mouvements politiques. Les objectifs des associations sont divers : certaines regroupent des familles venues du même pays ou région, et apparaissent alors, à tort ou à raison, comme des associations « communautaires » ; d’autres préfèrent organiser leurs activités à partir du territoire de résidence, rassemblant les habitants du quartier. Un troisième type d’associations propose des actions à caractère social et politique dont une partie est orientée en direction des « populations immigrées ». Ces associations diverses ont leur vie propre mais elles se connaissent et sont souvent en interrelation.

48Dans la région, les associations d’« originaires » sont présentes dans tous les départements et, comme partout en France, elles se sont développées à partir de 1981, avec la libéralisation du droit d’associations des étrangers. Certaines vivotent et peinent à rassembler tandis que d’autres jouent un rôle important d’accueil et d’entraide, tenues par de bénévoles qui ne comptent pas le temps et leur énergie.

49La plupart s’attachent à valoriser des éléments culturels du pays d’origine et à promouvoir la solidarité entre les membres ; l’association permet d’assurer un certain entre soi à ses membres, offrant un lieu et des moments de convivialité rassurants et souvent appréciés dans les premiers temps de la migration :

« On est une communauté à part entière. On se rassemble autour des mêmes choses. C’est-à-dire qu’on va se rassembler autour de la musique portugaise, de danses portugaises, de fêtes portugaises, avec des traditions et des plats portugais. C’est ce qui fait l’esprit communautaire, en fin de compte. C’est aussi dans le cadre du boulot. Quand je rencontre des Portugais. Du coup, on facilite le dialogue par le fait qu’on a un point commun. Je pense que c’est là-dessus. Bon, on n’est pas dans le communautarisme à outrance. C’est-à-dire qu’on est ouverts aux autres. Mais on sent bien, quand même, quand on est entre Portugais, on est entre Portugais. On est bien ! »
dit le membre d’une association portugaise de l’Eure-et-Loir en 2010.

Association des Portugais à Chartres. [© P. Wadbled]

50Les membres, qu’ils soient immigrés ou réfugiés politiques, s’y retrouvent autour de pratiques culturelles comme les groupes de danses traditionnelles, les chorales, les groupes de musique, l’apprentissage de la langue et l’histoire du pays d’origine, la gastronomie. Le sport y a souvent une place importante : clubs de football des associations portugaises, par exemple, volley-ball dans les associations hmong. L’association joue aussi souvent un rôle de vitrine en direction de la société d’accueil dont on invite volontiers les représentants aux diverses manifestations : repas de fête, manifestation du Nouvel An, spectacles de danses, musique, chants, rencontres sportives, etc.

51Cette configuration associative existe depuis longtemps puisque les plus anciennes datent de l’entre-deux-guerres : Polonais à Rosières, Ukrainiens à Vésines, près de Chalette-sur-Loing. Les migrants des décennies suivantes, Portugais, populations issues du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, les Turcs, par exemple, ainsi que les réfugiés venus d’Asie du sud-Est ou d’Amérique latine dans les années 1970, ont aussi leurs associations où ils retrouvent un peu de l’atmosphère du pays.

Affiches d’événements associatifs : La « fin de l’histoire » de l’Adamif (45), Chorale Kobzar (45), Festival folklorique portugais (18).

Entraide et défense des droits

52Souvent confrontés à des travaux pénibles, peu avantagés sur le plan économique, les étrangers sont souvent malmenés sur le plan social. Selon les époques, notamment lors des crises économiques, la présence des immigrés a souvent suscité des réactions hostiles et xénophobes au sein de la population. Sollicités en temps de pénurie de main-d’œuvre, ils sont rapidement perçus comme indésirables et même incités à quitter le pays en temps de crise. Ce fut ainsi le cas dans les années 1930 et depuis la première crise du pétrole en 1974. Au-delà, les étrangers mais aussi les immigrés et leurs descendants, notamment issus des anciennes colonies françaises, dénoncent un traitement discriminant à leur égard aussi bien au travail qu’à l’école, mais aussi dans les médias et les arts.

53Une manière de se prémunir contre les pratiques inégalitaires a consisté à créer des réseaux d’entraide et de sociabilité visant d’une part, à échapper aux regards réprobateurs ou hostiles et, d’autre part, à construire des solidarités sociales, économiques et parfois politiques. À Tours par exemple, il faut mentionner l’engagement de S. Chelaghendib qui a longtemps œuvré pour l’intégration des Algériens par le biais de l’AENA (Association d’Entraide Nord-Africaine) créée dès 1952 et soutenue par les autorités locales. L’association, qui avait pour but l’hébergement, a ouvert dans le quartier du Sanitas un centre d’accueil et de secours qui deviendra ensuite un foyer Sonacotra. En 1965, la mission de Sayah Chelaghendib est élargie à l’accueil des étrangers à Tours, quelle que soit leur nationalité. Il assiste les nouveaux venus dans les démarches administratives, la recherche d’emploi, de logement et prodigue des conseils.

54Cet esprit d’entraide, pour améliorer les conditions de vie et défendre les droits sociaux, s’est particulièrement développé dans les années 1980. Certains estiment, comme cet ancien étudiant marocain aujourd’hui formateur dans une association d’insertion sociale, que l’engagement dans le social et le militantisme politique sont étroitement liés :

« Je faisais du soutien scolaire dans les centres sociaux, et c’est comme ça que j’ai eu envie de travailler dans le social. Cela m’a permis de rencontrer le public immigré, les parents, etc. Mais j’étais déjà engagé politiquement, j’avais participé aux manifestations pour les sans-papiers, par exemple, au début des années 1980. »

55Les étudiants étrangers sont parfois interpellés par l’actualité politique de leur pays. Dans les années 1970-1980, les étudiants marocains d’Orléans, par exemple, sont très organisés pour lutter à la fois contre le régime marocain qui était alors très répressif et défendre les migrants les plus faibles :

« Très vite, je me suis engagé politiquement : quand j’ai eu ma chambre universitaire, le lendemain, j’hébergeais des sans-papiers, des ouvriers, qui travaillaient dans le maraichage ou à l’usine, il y avait beaucoup de gens sans papiers, comme aujourd’hui d’ailleurs. Le lien se faisait par la CGT et le Parti communiste. On était porteurs de valeurs marxistes-léninistes, on soutenait le mouvement du 23 mars, etc. J’ai pris des responsabilités politiques, et ça a eu un effet bizarre : je partais du Maroc avec un élan très fort, il fallait que je réussisse en France, que ma famille soit fière de moi ; et après, en France, je découvre plein de choses, je me retrouve engagé dans de nombreux mouvements, très politisés, ça m’a pris beaucoup d’énergie et finalement les études sont un peu passées au second plan. »

56À Orléans, ce militantisme a conduit certains anciens étudiants marocains à participer activement à la création de l’association Convergence à La Source » en 1985 dont les objectifs étaient à la fois sociaux, politiques et culturels.

57La question de la régularisation des travailleurs sans-papiers est un sujet de luttes récurrent du fait de l’instauration par l’État d’un contrôle accru et restrictif des flux migratoires à partir de 1972. Dans toute la France, des travailleurs en situation irrégulière appelés « sans-papiers » protestent et sont accompagnés dans leurs actions par des comités de soutien tout au long des décennies qui suivent. En région Centre, de 1998 à 2000 à Orléans, pour défendre 154 sans-papiers de différentes origines, menacés d’expulsion, des citoyens, des personnalités politiques et syndicales, des associations et des artistes constituent un imposant « comité de parrainage des sans-papiers du Loiret » qui accompagne une lutte longue et intense dont le slogan est « Sans-papiers, tu vis pas ! ». Manifestations, occupation du porche de la cathédrale, puis du théâtre, grève de la faim, les actions menées au cours de cette lutte ont marqué les esprits orléanais. Elle prendra fin en 2000 avec la régularisation de 124 personnes mais d’autres mouvements de « sans-papiers » suivront comme celui des Mauritaniens en 2008. Dans la région, la situation des Sans-papiers reste d’une vive actualité et fait régulièrement l’objet de débats et rencontres.

Couverture du livre Sans papiers tu vis pas écrit par le comité de parrainage des sans-papiers du Loiret en 2000.

Un allié culturel, social et politique : Convergence à La Source

58L’association Convergence à La Source a été créée en 1985 à la suite de la seconde mobilisation des jeunes issus des migrations de 1984. Dès sa création, les objectifs de l’association allient lutte sociale et approche interculturelle au sein du quartier. Comme l’explique le document de présentation de l’association, il s’agit de : « promouvoir l’expression sociale et culturelle des diverses communautés résidentes à La Source ; favoriser l’échange fraternel entre communautés sur les problèmes rencontrés dans la cohabitation, en tenant compte des aspirations de chacun ; développer la solidarité contre les situations d’injustice et contre les inégalités dont sont victimes les diverses communautés ; œuvrer à une plus grande participation de tous les habitants à toutes les actions qui visent à l’amélioration des conditions de vie à La Source, ainsi qu’à l’animation culturelle et sociale du quartier ». Les activités de l’association sont variées, elles vont de l’organisation de grandes fêtes annuelles avec concerts et spectacles, à des rencontres régulières avec les habitants de La Source pour aller au-devant de leurs besoins, en passant par des actions de solidarité ou de lutte pour les droits, en passant par l’organisation de débats autour de la citoyenneté, la démocratie, l’éducation des enfants, etc. Très dynamique, elle fédère les associations locales :

« Quand on a lancé Convergence à La Source, on a fait la semaine interculturelle, on occupait la halle des sports de l’université d’Orléans, la salle était pleine ! C’était vraiment un événement génial ! On a réussi plus ici qu’à Tours. Parce qu’on s’y est vraiment investis en tant que militants politiques. On était impliqué dans plein d’associations ici, à La Source. À un moment, on est arrivé à 80 associations dans le quartier de La Source ! Quand on menait ce combat, ça prenait de l’ampleur, c’était génial ! Aujourd’hui, cette dynamique-là n’existe plus. »
se souvient l’un des leaders de l’époque.

59Il évoque le paysage politique de l’époque, et la concurrence avec SOS Racisme, œuvrant sur le même terrain :

« Il y avait une dynamique importante avec Convergence, les jeunes, etc. Mais le PS, à cette époque-là, très rapidement, a senti le danger. Il fallait contenir le mouvement Convergence qui venait des territoires, contenir la revendication sur les droits : alors le PS a créé SOS Racisme. Et SOS Racisme ne portait pas les mêmes revendications. Convergence c’était les Beurs qui sortaient de leurs quartiers et demandaient l’égalité ; SOS Racisme c’était " Touche pas à mon pote" et là, en fait, pour nous c’était comme une mise sous tutelle ! Une logique très différente ! Bon, on a vécu toute cette période, on est monté à Paris, etc. Avec SOS Racisme, le PS se posait en protecteur. " Touche pas à mon pote", c’était vraiment une mise sous tutelle : mon pote, c’est l’immigré, c’est l’autre ! On nous défaisait de notre revendication ! À Orléans, SOS Racisme n’a pas réussi à s’implanter, ici c’était Convergence. Il y a eu quelques tentatives, mais Convergence tenait le territoire. »

60Le monde syndical constituait un cadre d’engagement plus difficile pour les « travailleurs immigrés » du fait des conséquences potentielles sur leur droit de séjour en France. Peu d’entre eux se sont syndiqués, ont affiché leurs idées ou participé à des grèves, par crainte d’être renvoyés dans leur pays. D’autre part, au sein même des syndicats, les étrangers ne sont pas toujours reçus avec bienveillance, parfois perçus comme des concurrents de la main-d’œuvre française. Mais ce ne fut pas toujours le cas : certains s’engagent et sont alors solidaires de luttes communes avec les ouvriers français autant que pour leurs propres combats :

« Dans les années 1980, je suis entré à la CFDT au moment où mes compatriotes étaient solidaires des combats des salariés français dans l’entreprise où je travaillais. Nous étions entraînés dans cette lutte par un jeune collègue qui vivait aussi au foyer d’Étampes. C’est grâce à lui que les travailleurs étrangers, surtout africains, ont obtenu de pouvoir partir chez eux, en congé sans solde, jusqu’à six mois, tout en étant assurés de retrouver leur emploi au retour. »

61La participation à la vie syndicale supposait de s’acculturer aux formes locales de débat et d’action collective :

« Au début, ma présence aux réunions n’était que symbolique, comme celle de beaucoup de mes camarades. Je ne m’exprimais guère, je ne maîtrisais pas la langue française et je n’avais aucune expérience de ce genre d’action collective. […] Les travailleurs immigrés ont beaucoup appris des syndicats français, même si leur participation n’y était pas toujours très active. Mais dans le monde du travail, l’immigration devait faire face à un certain nombre de problèmes spécifiques et la nécessité d’avoir ses propres syndicats est apparue peu à peu. »
explique ce soudeur sénégalais.

62Comme pour le travail, les femmes ne sont pas en reste. Dès la seconde guerre mondiale, l’Union des femmes antifascistes espagnoles, émanation du Parti communiste, existait à Tours.

63Plus récemment, à Saint-Pierre-des-Corps, une femme d’origine algérienne forte de son expérience, crée une association d’aide et de conseil, surtout destinée à épauler les femmes seules :

« Je pensais que c’était facile le divorce et la séparation. Je me suis trouvée plus ou moins dans le pétrin, mais j’étais toute seule, je savais lire, je savais écrire… Alors, j’ai créé une association pour venir en aide à ces femmes-là, qui sont comme moi. J’aide des amis, les personnes qui ne savent pas lire, à faire leurs papiers. J’aide aussi les enfants pour les devoirs. Comme ces femmes qui viennent, posent des questions. Elles me font confiance, j’ai toujours travaillé pour elles et je leur dis carrément ce qu’il en est : " vous y avez droit, vous avez pas le droit, pourquoi vous vous cassez la tête", je leur donne des conseils. »

En mémoire de…

64Au-delà des revendications sociales, politiques ou culturelles, certains anciens migrants ou leurs enfants se mobilisent pour la transmission de la mémoire de leur histoire singulière et pour lui donner une place dans le patrimoine commun. Cette dimension mémorielle s’exprime à travers des initiatives individuelles, culturelles ou artistiques. Certains mobilisent cette mémoire à travers leur art : c’est le cas par exemple du plasticien Michel Talata sur les Harkis de Dreux ou encore du photographe orléanais Malik Nejmi qui traite de ce thème, avec Kader Hamou de l’association Terra Ceramica, dans une exposition intitulée Mémoires de nos aînés réalisée dans le quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours. D’autres s’attellent à un ouvrage comme Fernande Lopez qui a écrit Les mémoires de Manuel Lopez Lozano, rédigé en français et traduit en espagnol en souvenir de son père militant républicain espagnol ou celui de Robert Collet, sur les Portugais de Touraine.

65Le théâtre est également un support mémoriel des migrations : on peut prendre l’exemple de la comédienne Elsa Pereira originaire de Touraine, qui rend hommage à sa grand-mère portugaise dans une création théâtrale intitulée La petite fille de l’immigrée et jouée en 2011 à l’Espace Malraux, ou encore celui de Serge Catanese, dans le Montargois, à propos de l’émigration italienne et espagnole.

66La dimension mémorielle est également développée dans les activités des associations de réfugiés politiques où elle constitue une part importante des activités et prend des formes variées : expositions, témoignages dans les établissements scolaires sur l’histoire de la guerre civile antifranquiste, pour les membres de l’association Retirada 37 en Indre-et-Loire ou l’association des Amis du Cambodge à Orléans. Certaines associations proposent des lieux ou moments commémoratifs comme celui qui rappelle l’histoire particulière d’Abdel Kader et sa tribu (19e siècle) dans le parc du château d’Amboise sous la forme d’un « jardin oriental ». La mémoire prend souvent la forme d’une inscription pérenne, obtenue souvent après de longues années de quête de reconnaissance, laissant ainsi une trace matérielle commémorative.

67Citons quelques exemples parmi d’autres : à l’abbaye de Noirlac une plaque rappelle que des familles de réfugiés espagnols y séjournèrent en 1939 ; à Saint-Jean-de-la-Ruelle où des réfugiés chiliens furent arrivés dans les années 1970 ; à Semoy, près d’Orléans, une stèle rappelle l’exil des « pieds noirs » et celui des Français musulmans, appelés « Harkis » ; à Chalette-sur-Loing, on trouve un monument commémoratif des Ukrainiens ; à Aubigny-sur-Nère, dans le Cher, un monument rend hommage aux « Hmong morts pour la France » entre 1945 et 1954. Le travail de mémoire est parfois long avant d’aboutir à une expression matérielle : la stèle de Noirlac, par exemple, a été inaugurée plus de soixante-dix ans après le séjour des Espagnols dans l’abbaye. Ces exemples évoquent des expériences migratoires difficiles parfois dramatiques mais certaines inscriptions renvoient à des situations simplement historiques comme celle de la présence américaine à Châteauroux dans les années 1950-1960 ou encore celle d’ancêtres écossais venus s’installer dans le Berry au 15e siècle ! On le voit, des plus anciennes aux plus récentes, douloureuses ou non, il n’est guère d’histoire migratoire qui ne fasse l’objet d’une mémorialisation.

Ouvrage de Fernande Lopez.

Michel Talata, François Benoît, Le choix de l’ogre. Rue des harkis, Paris, Somogy Éditions d’art, 2012.

Exposition Mémoires de nos aînés, M. Nejmi.

Bibliographie

Bibliographie indicative

École

Bertheleu Hélène & Étienne Guillaume, « L’intérêt pédagogique des mémoires des migrations », dans H. Bertheleu (dir.), Au nom de la mémoire, Patrimoine des migrations en région Centre, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, p. 245-260.

Dossier « La place des jeunes issus de l’immigration dans le système éducatif français », dans Migrations Société, vol 16, nos 93-94, mai-août 2004, Paris, CIEMI, p. 91-150.

Lorcerie Françoise, L’école et le défi ethnique. Éducation et intégration, Paris, INRP-ESF, coll. « Actions Sociales/Confrontations », 2003.

Poiret Christian, « La construction de l’altérité à l’école de la république », Diversité : Ville, école, intégration, no 121, juin 2000, p. 148-177.

Travail

Aprile Sylvie, Laurent Maryla, Ponty Janine, avec une préparation documentaire de Łatka E. et Salmon-Siama M., Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935), Paris, Numilog, Coll. « Le Rocher de Calliope », 2015.

Comité de parrainage des sans-papiers du Loiret, Sans papiers, tu vis pas, Paris, L’Harmattan, 2000.

Hommes & Migrations, no 1263, septembre-octobre 2006 : Immigration et marché du travail.

Luttes

Pingault Jean-Baptiste, « Jeunes issus de l’immigration portugaise : Affirmations identitaires dans les espaces politiques nationaux », Le Mouvement Social, 209, 2004, p. 71-89.

Pitti Laure, « Les luttes centrales des O. S. immigrés », Plein droit, no 63, 4, 2004, p. 43-47.

Pitti Laure, « Grèves ouvrières versus luttes de l’immigration : une controverse entre historiens », Ethnologie française, vol. 31/3, 2001, p. 465-476.

Notes

1 Le contrat comprend également un volet formation et évaluation aux valeurs de la République.

2 Les linguistes ont cependant montré que l’apprentissage de deux langues ne nuit en rien aux performances linguistiques de l’enfant, au contraire.

Table des illustrations

Légende Bulletin municipal, Joué-lès-Tours, 2013.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-1.jpg
Fichier image/, 268k
Légende Couvertures de méthodes d’apprentissage du français, utilisées dans les organismes de formation, années 1990 et publication de textes d’apprenants adultes par l’association Accueil et Promotion (Bourges).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-2.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Bibliothèque (ensemble et détail) où sont rangés des méthodes d’apprentissage de la langue et des livres en portugais, Association des Portugais de Chartres. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-3.jpg
Fichier image/, 56k
Légende Livre d’apprentissage de l’alphabet cyrillique ukrainien (daté de 1964) et classe à Vésines en 1955. [© V. Dassié]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-4.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Soi en scène. [© Elatiana Razafi]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-5.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Dessins d’Ohana et Brixty. [© M.-L. Tending, J. Lorilleux]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-6.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Classe d’Inès au lycée Balzac à Tours en 1955. [Coll. personnelle d’Inès]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-7.jpg
Fichier image/, 72k
Légende La cité ouvrière de Rosières. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-8.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Ouvriers à la fonderie de Rosières, années 1930. [Coll. personnelle de J. Kopec]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-9.jpg
Fichier image/, 36k
Légende Travailleurs portugais dans une entreprise de taille de pierre à La Riche. [Coll. personnelle de M. Ferreira]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-10.jpg
Fichier image/, 28k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-11.jpg
Fichier image/, 28k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-12.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Association des Portugais à Chartres. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-13.jpg
Fichier image/, 468k
Légende Affiches d’événements associatifs : La « fin de l’histoire » de l’Adamif (45), Chorale Kobzar (45), Festival folklorique portugais (18).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-14.jpg
Fichier image/, 276k
Légende Couverture du livre Sans papiers tu vis pas écrit par le comité de parrainage des sans-papiers du Loiret en 2000.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-15.jpg
Fichier image/, 44k
Légende Ouvrage de Fernande Lopez.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-16.jpg
Fichier image/, 160k
Légende Michel Talata, François Benoît, Le choix de l’ogre. Rue des harkis, Paris, Somogy Éditions d’art, 2012.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-17.jpg
Fichier image/, 24k
Légende Exposition Mémoires de nos aînés, M. Nejmi.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10074/img-18.jpg
Fichier image/, 45k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540