Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Espace 3. Inscriptions des migrants dans la ville

Julie Garnier et Hélène Bertheleu

Texte intégral

1Nouveaux venus il y a maintenant plus de quatre décennies en région Centre, les migrant(e) s se sont installé(e) s, souvent en famille, dans les agglomérations où ils ont trouvé aujourd’hui un certain ancrage. Leur inscription dans les aires urbaines et leur contribution au développement local reste toutefois peu documentée : comment se déroulaient leurs arrivées en ville ? À quel type d’espace accédaient-ils ? Quels sont les liens qu’ils y tissaient ? Et quelles représentations avons-nous de leur ancrage et de leurs mobilités ?

Arrivée en ville

2On associe couramment la présence des populations migrantes dans les villes aux quartiers d’habitat social situés en périphéries : les migrant(e) s se sont en effet installé(e) s – ou ont été installé(e) s – dans ces cités qu’ils ont bien souvent contribué à construire après-guerre. Le spectre du ghetto, corrélé aux grands ensembles de banlieue construits dans les années 1960, revient régulièrement dans les discours publics pour qualifier les quartiers où vivent les migrant(e) s. Mais leurs modes d’ancrage, d’appropriation des espaces occupés et de circulations dans la ville sont plus diversifiés qu’on ne le pense. Ils varient selon leur histoire, leur parcours, leur statut, le genre. Ils sont également fortement structurés par les conditions d’accès au marché du travail et du logement, ainsi que par les incitations des politiques publiques. Avant d’accéder à un logement à la périphérie des villes, certain(e) s migrant(e) s se sont en effet installé(e) s dans des petits villages de la Touraine ou du Berry. D’autres ont fréquenté des quartiers plus centraux.

Un habitat souvent contraint

3Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, la France recourut à une « immigration de masse » peu qualifiée, appelant les étrangers à venir travailler pour la reconstruction du pays, en leur offrant des emplois de manœuvre dans les exploitations agricoles, les travaux publics et les chantiers de construction. Mais la réduction progressive des besoins de main-d’œuvre rurale et la fin des grands travaux amènent au milieu des années 1950, les nouveaux venus à investir davantage les agglomérations de la région. À leur arrivée en ville, ils rencontrent bien souvent des difficultés pour accéder à un logement. Ceux qui n’étaient pas logés par leur entreprise, étaient généralement contraints à vivre dans les centres urbains dégradés, comme dans le vieux Tours ou le centre-ville d’Orléans, qui deviennent à cette période, des lieux majeurs des chaînes migratoires et des situations de transit. Dans le Loiret, un rapport de 1973 indique que seul un tiers des travailleurs étrangers occupaient des logements salubres. Pour la majorité d’entre eux, les conditions de logements restaient donc déplorables. Entre 1946 et 1970, les migrants et leurs familles seront en effet logés dans des baraquements, des foyers d’accueil, des logements de chantier, des exploitations agricoles, des chambres meublées, et des hôtels. Ils feront également l’objet de nombreuses malversations de la part des marchands de sommeil comme à Saint-Jean-le-Blanc, par exemple.

Mémoires de rues et centralités immigrées

4À Tours, le quartier de la gare mais également le quartier des Halles et celui des Tanneurs ont été des lieux importants d’installation et de sociabilité des familles italiennes, espagnoles, sépharades, ashkénazes arrivées dans les années 1920, 1930, puis, des travailleurs algériens. Plus que les rues elles-mêmes, ce sont les maisons qui rassemblent les Italiens dans le centre-ville de Tours dans les années 1920 : les Spuri, famille de petits commerçants, vivent par exemple, tous au 30 rue du grand Marché. Dès 1945, certains Algériens, s’installent également dans le centre de la ville de Tours en ruines et vont y conserver longtemps des lieux d’hébergement et de sociabilité (notamment dans le quartier des Halles) avant que d’autres groupes viennent recouvrir leurs traces. Il y a d’abord le restaurant d’Ali, un Kabyle vivant à Tours depuis les années 1940, où les immigrés vont manger « un couscous réputé dans toute la région » nous a-t-on assuré. Beaucoup se souviennent aussi de deux cafés hôtels tenus également par des Algériens, le café Amar et le Café Gharoubi qui, outre l’espace de rencontres qu’ils permettent, proposent couvert et gîte, quelques chambres à l’étage, le temps de trouver un logis moins vétuste. Ces deux cafés semblent gravés dans la mémoire des anciens, qui insistent sur le rôle d’abri de première nécessité que jouaient ces cafés :

« Les gens qui sont venus ici qui n’avaient pas de cousins et pas de cousines, vont chez lui. Parce que c’est facile de trouver une chambre pour dormir, et pour manger, pour tout. C’est facile ! »

5Mais la suite du témoignage de cet ancien migrant est teintée de reproche :

« Il a profité des gens, oui, je dis la vérité, il a bien profité de nous […] On travaillait, tout ce qu’on ramasse d’argent, tout ça, c’est pour lui ! Tu dors, tu manges chez lui, donc, à la fin du mois, il ne reste pas grand-chose ! »

Rue Eugène Sue du Vieux Tours. [© D.R.]

« Il nous hébergeait dans une chambre, à 4 ou 5, empilés les uns au-dessus des autres. Et il nous prenait 500 francs par mois à l’époque. Bon, j’ai pas le choix. J’ai pas de vaisselle, pas de lit, rien du tout. J’ai été le voir, il dit " oui oui y’a aucun problème". Ça fait un de plus dans une chambre. Ah on n’avait pas froid. On n’était pas couchés les uns contre les autres, encore heureux, mais il ne faisait pas froid dans la chambre. À cette époque, les douches, on allait aux halles en fin de semaine, sinon c’était la méthode ancienne : la bassine et on prenait la casserole pour balancer de l’eau sur la tête. »
João, 60 ans, né au Portugal.

6Ces « aires naturelles » transformées par la suite en « centralités immigrées » seront progressivement démantelées dans les années 1960 par les premières opérations urbaines, qui conduisent alors les familles à se disperser vers les périphéries de l’agglomération.

L’espace de la précarité

7La majorité des migrant(es), ouvriers, employés, commerçants, réfugiés, qui arrivent dans les agglomérations de la région connaissent des conditions de logement précaires.

8Certains migrants seront logés directement par leur entreprise mais ce n’est pas courant à Tours où une seule entreprise de travaux publics offre ce service à ses ouvriers. Il arrive aussi que les entreprises établissent des préférences, dans leur recrutement : ainsi l’usine Michelin de Tours ne recrutait pas de Nord-Africains, à cette période. Parmi eux, certains racontent qu’ils ont dû vivre en bidonville à leur arrivée.

9Dans les années 1950 et 1960, un certain nombre de ces jeunes gens vivent en effet dans des baraques de chantier, ou dans des cabanes sur les terrains maraîchers, dans les communes environnantes. Certains se souviennent aussi des « préfabriqués » place de Strasbourg qui, pendant un temps, ont permis à certains ouvriers de trouver un gîte. D’autres ont vécu près de Joué-lès-Tours, à Château Gaillard, dans des caravanes d’occasion achetées collectivement et installées sur un terrain prêté par la commune.

10Dans les entretiens, les migrants évoquent également un centre d’hébergement ouvert en 1953 rue Raspail dont la gérance est confiée à des Nord-Africains, jusqu’à sa fermeture en 1960. Originaire de l’Oranais, le gérant encourage ses compatriotes à venir s’installer à Tours ; une facilité d’hébergement qui favorise l’arrivée des Bosquetiens, ces travailleurs de Hadjadj (en Algérie), village proche de celui du gérant.

11Tout au long de ces années passées dans les villes de la région Centre, une partie des migrants n’ont pas connu de logement meilleur que le foyer. La vraie vie, dans une maison, faisait partie de ces « moments attendus et toujours différés », qui devaient accompagner la retraite :

« À mon arrivée en France, je vivais sur le chantier. J’y travaillais quarante heures, cinquante heures, on dormait mal et on travaillait tout le temps… Pas de logement, pas de foyer. On habitait dans des baraques, tu sais, ils disent “les bidonvilles”. Moi je m’en foutais parce que je me disais : je vais rentrer au Maroc. »

12Venus d’abord sans leur famille, d’autres ont connu les baraquements de Saint-Pierre-des-Corps ou ceux situés rue des Docks à Tours, qui ont ensuite été détruits. Aussi, devant la difficulté à trouver un logement convenable et un loyer accessible, certains renoncent à faire venir leur famille. D’autres décident de revenir avec femme et enfants au risque d’une période d’instabilité éprouvante :

« Avant, j’habitais dans des baraques, puis en chambre d’hôtel. En 1963, je suis venu avec la femme et les enfants. On a traîné par-ci par-là : chez des copains, puis, on a trouvé à Saint-Cyr, mais on payait trop cher… Après, j’ai trouvé dans des baraquements et en 1967, on est venu ici, à la cité des Sables. »
Chef de famille algérien, 40 ans.

13Pour beaucoup, le séjour en France se prolonge : les conditions de vie au pays ne s’améliorent guère, l’éloignement de la famille devient trop long. Dans ce contexte, nombre de migrants décident alors de faire venir femmes et enfants, les logeant difficilement au départ.

14Cette période de regroupement familial va sonner la fin des « baraques », des hébergements précaires que beaucoup avaient acceptés jusque-là. C’est le cas, par exemple, de cet homme arrivé en France en 1968 qui a vécu au foyer de l’Alouette à Joué-lès-Tours, jusqu’à son mariage au pays pendant une période de vacances : « Je me suis marié en 1972, au mois d’août, et j’ai laissé ma femme là-bas, chez mes parents. Je suis revenu ici, j’ai repris mon boulot. Et j’ai fait le nécessaire pour trouver un logement, pour ramener ma femme. » L’épouse arrivera près d’un an plus tard, une fois les formalités administratives accomplies. Alors, avec les habitudes prises en France mais surtout avec les enfants qui naissent ou grandissent sur place, le retour devient problématique et l’installation se fait durable.

15L’arrivée des familles constitue un changement radical dans les modes de vie de ces hommes qui avaient pris l’habitude de vivre chichement. Certains partent s’installer à La Riche, à partir de 1957, au moment de la construction des barres d’immeubles de la cité des Sables. Au début, les logements de la cité offraient un confort limité :

« À La Riche, les logements n’avaient pas de radiateurs. On se chauffait au charbon. […] Mais j’aimais bien, moi, allumer le feu. Je me souviens que tous les matins, il faisait froid, il fallait allumer le poêle. C’était une corvée. »

16Ces logements construits à la va-vite vont rapidement devenir à leur tour insalubres.

La Cité des Sables, La Riche. [© Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, extrait de J. Thaumiaux, Évolutiondu faiturbain, dansles communesvoisines deTours depuis lafin dusiècle dernier, Mémoire DES : géographie, université de Tours, 1960.]

« Avant le projet de démolition, on disait que les logements étaient insalubres. On nous accusait de ne pas aérer les logements correctement et que c’est pour cela qu’ils étaient humides. C’était la faute des locataires alors qu’il avait été prouvé que ce n’était pas à ce niveau-là. Les habitants refaisaient leurs logements tous les ans, les papiers peints, le lino, c’était noir, noir, on ne peut pas s’imaginer. En plus, le chauffage étant individuel, les notes d’électricité montaient vite ; mes parents, eux, ont connu le chauffage au charbon dans les poêles individuels. C’était très risqué à l’époque, les incendies, les fumées… mais on n’avait pas le choix, il fallait se chauffer et c’était leur premier logement après les baraquements en centre-ville de Tours. Il n’y avait aucune isolation, les fenêtres étaient en métal, on avait du mal à chauffer et cela contribuait à l’humidité. Après, ils ont réhabilité et mis le chauffage, changé les huisseries et les sanitaires mais malgré tout ce n’était pas vivable. »
Animatrice, secrétaire et interprète, née à la Cité des Sables.

17En Touraine, nombre de Portugais ont également transité par un habitat précaire, notamment à Monts (camp de Malicorne) et à Larçay (bidonville), qui rassemblent dans les années 1970, une quarantaine de familles pour le premier et plus d’une centaine d’habitants pour le second. Ces situations sont connues mais généralement peu évoquées par les témoins. Dans l’ouvrage de Robert Collet figure une photographie des baraques de Larçay, aujourd’hui disparues, mais l’évocation des conditions de vie dans ces dernières reste discrète. Lorsqu’un nouvel arrivant était annoncé, les baraquements étaient construits très rapidement, en 24 heures, afin de pouvoir l’accueillir. Robert Collet rapporte qu’un de ses élèves dans les années 1970 logeait dans ce bidonville jusqu’à l’âge de 13 ans. D’après ce dernier, les conditions sanitaires étaient déplorables : un robinet pour l’ensemble des baraquements, pas d’électricité ni de chauffage, éclairage à la lampe à pétrole. Les habitants étaient régulièrement dérangés par les rats lors du sommeil. Les restes du bidonville ont été détruits, le terrain devant accueillir de vrais logements dans le futur.

Baraquements portugais, « Les Brosses », Larçay. [© R. Collet]

Ouvrage de Robert Collet :Portugais en Touraine, Éditions Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2004.

  • 1 Témoignage de Perolina de Jesus Silva.
  • 2 Une Française d’origine juive arrivée du Maroc à Tours à la fin des années 1950 que nous avons renc (...)
  • 3 En cette période, les Rives du Cher et le futur quartier des Fontaines en sont en effet à l’étape d (...)

18À Tours, la précarité de l’habitat à l’arrivée et dans les premières années de vie en France est relativement bien documentée pour les Portugais avec des témoignages rapportant des phénomènes de méfiance voire de rejet par des voisins1. Antonio Paulino arrivé en 1965, évoque les conditions précaires de logement de quatre compatriotes du village d’Alpalhão près de Nisa, au cœur du quartier du Sanitas à Tours où ceux-ci logent dans une baraque d’entreprise près de l’église Saint-Paul et de la cheminée de chauffage, en face du Palais des Sports2 Antonio Paulino sera lui, logé par une entreprise dans le quartier des Fontaines encore à l’état de projet à cette époque3, durant un mois, dans une cabane. Une auberge, rue du Général Renault à Tours-Sud, ou d’autres chambres dans le vieux Tours procurent alors un hébergement un peu plus confortable. En 1971, 391 Portugais vivent à Tours dans des logements considérés comme insalubres.

Les foyers : une forme d’isolement urbain

19Si les premiers arrivés logent dans de petites chambres meublées ou dans des baraques préfabriquées, on observe ensuite une amélioration progressive de leurs conditions de logement en lien avec l’action des pouvoirs publics même si les différences avec la situation des nationaux persistent encore aujourd’hui.

20Le foyer, puis la cité de transit sont des formules promues par les politiques publiques à partir des années 1950 pour loger les populations migrantes et permettre la résorption des logements insalubres. En région Centre, les foyers se sont implantés, pour la plupart, au début des années 1970 en lien avec l’histoire des industries locales.

21Dans l’agglomération tourangelle, deux foyers accueillaient les travailleurs étrangers isolés et célibataires ainsi que des « migrants de l’intérieur », ouvriers venus d’autres régions, en situation de mobilité professionnelle. Dans le foyer Jolivet (à Tours), qui est le plus ancien, le loyer mensuel est, à cette période, de 100 francs, un dortoir rapportant ainsi 400 francs par mois à la Sonacotra. À chaque étage, les locataires disposent d’un réfectoire, d’une cuisine et d’installations sanitaires. Au rez-de-chaussée, le foyer comporte un bar et une salle de réunion où ont lieu les cours d’alphabétisation. Si le lieu est propre, les récits recueillis par la sociologue Françoise Bourdarias soulignent une atmosphère stricte, un environnement rébarbatif :

« On n’a pas de droit ici. Le gérant est un ancien colon. Il nous traite comme des colonisés. »

22Dans le foyer de Joué-lès-Tours, les travailleurs sont logés en chambre indépendante, quoi qu’extrêmement exiguë (7 m2). Le loyer, en passe d’augmenter sensiblement (de 120 à 137 francs en 1971) reste élevé. La vie y est organisée spatialement en « couloirs » de douze chambres, qui séparent les différentes nationalités cohabitant dans le foyer. On a ainsi le couloir des Algériens, celui des Français, celui des Yougoslaves, comme autant de « territoires » non mixtes.

23Comme ceux de Tours et de Joué-lès-Tours, le foyer de Saint-Jean-le-Blanc accueille principalement des travailleurs migrants originaires d’Algérie, du Maroc et d’Afrique subsaharienne (Mali, Sénégal, Mauritanie). Implanté en 1972 sur l’Île de Corse, il prend alors la place de baraquements provisoires qui avaient été installés au début des années 1950. Aujourd’hui démoli, des associations locales (ADAMIF, Accueil et Promotion) ont amorcé dans les années 2000, différentes actions pour valoriser la mémoire des immigrés vivant ou ayant vécu en foyer.

24Pour beaucoup d’anciens travailleurs rencontrés dans ces foyers, la chambre au foyer constitue un pied-à-terre leur permettant d’avoir une adresse en France. Le foyer, disent-ils, c’est la « boîte aux lettres » destinée à recevoir les fameux « papiers » si importants et qui conditionnent la plus grande partie de leurs revenus. La chambre ne fait alors l’objet d’aucun investissement décoratif : pas de photos, pas d’armoire, un simple lit, des bagages posés au sol, pas de bibelot ni autre élément de décoration. Manifestement, si le foyer permet d’« avoir un toit sur sa tête » comme disent plusieurs d’entre eux, ce n’est pas une fonction suffisante pour en faire un élément de construction de leur histoire, encore moins de leur mémoire.

25Plus rarement, certains ne retournent plus au pays et ont rompu avec leur famille, restée « là-bas ». Contrairement aux autres, leur chambre au foyer est alors aménagée et décorée. Chez l’un d’eux, par exemple, le sol est recouvert d’un tapis et, à côté du lit, est dressée une petite table, tandis que les murs sont décorés de photos souvent jaunies, anciennes.

« On connaît l’existence des foyers d’immigrés. Tout comme les hôpitaux, les maisons d’arrêt ou de retraite, ils semblent être là depuis toujours. Et pourtant, souvent, c’est comme s’ils n’y étaient plus : on ne les voit plus. »
Ouvrage collectif, Comme ici, comme là-bas, 2003, Adamif.

« Pourquoi restent-ils ? Certains ont choisi de vivre en France. " Je me sens français de caractère, si je pars là-bas c’est pour des vacances et puis je reviens. D’autres aimeraient peut-être repartir, mais ce n’est pas si simple. En Algérie, qui se souvient de moi ? J’ai travaillé toute ma vie en France. Là-bas, je n’ai droit à rien." »
Un jour, je repartirai, jaquette du film documentaire de Chantal Richard, 2002.

« Ma chambre, c’est ma maison, dit-il. Je sais, c’est petit mais c’est suffisant pour moi seul. J’ai pas besoin d’avoir plus grand. »

26Cette chambre est devenue pour lui le lieu d’une certaine sécurité. La vieillesse et l’inactivité aidant, certains migrants en viennent, dans leur discours, à comparer leur chambre à une prison « ahbess » ou à un caveau mortuaire « el kobr ». Pour ces migrants, la solitude n’est pas nouvelle mais elle leur apparaît aujourd’hui moins acceptable, maintenant que le labeur qui justifiait l’exil, a cessé.

Des quartiers « d’immigration »

27Dans les années 1970, une partie des familles accèdent au parc locatif social. Elles seront souvent logées dans les cités HLM comme celle de La Riche (la cité des Sables, délabrée) et de Saint-Pierre-des-Corps (la cité de la Rabaterie, toute récente), mais aussi à Joué-lès-Tours (cité de la Rabière, récente aussi) et à Tours même, dans le quartier du Sanitas ou dans celui de Maryse-Bastié, où le nombre de familles y est toutefois moins important. Enfin, des familles algériennes ont parfois trouvé un logement dans l’une des deux cités de transit de l’agglomération, l’une étant située à Ballan et l’autre à Monts (Malicorne). La première n’abritait plus en 1971 que des familles portugaises. La seconde a été détruite en 1972. À compter des années 1970, le logement en baraquement ou bidonville est désormais l’exception pour les Algériens bien qu’il concerne encore largement les Portugais arrivés récemment. En 1975, la question de l’habitat insalubre est donc bien loin d’être résolue.

La cité des Sables : stigmate et discrédit

28L’installation de ces familles dans ces quartiers dits d’immigration entraînera des réactions diverses de la part des populations résidantes. La cité des Sables, construite à la hâte après la guerre dans les années 1950 (des préfabriqués jusqu’au milieu des années 1970), et démolie dans les années 1990 (aujourd’hui le quartier du Petit-Plessis à La Riche), est un bon exemple de la stigmatisation par l’adresse, vécue par ces familles. Coupée de la ville par une voie ferrée, et mise à l’écart par le reste de la population, la cité des Sables accueillit jusqu’à 2 000 habitants en 1970.

La Cité des Sables, La Riche. [© Ville de La Riche - Jean-Michel Salaün]

« Si on avait voulu nous cacher et nous éliminer, on n’aurait pas fait mieux. On était à l’écart de tous, ignorés de tous, ce qui nous ralliait, c’était le centre social où on se retrouvait entre nous, notre seul lieu de vie, une halte-garderie et l’école primaire… Quand on cherchait du travail, on ne pouvait pas en avoir à cause de l’adresse et même si on ne donnait que le nom de la rue, les employeurs finissaient par trouver que ces rues faisaient partie de la Cité et les personnes devenaient inemployables. Les gens avaient presque honte de dire où ils habitaient en fait, tellement, il y avait une image négative. D’autres quartiers comme la Verrerie à Amboise, la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps, ou Joué-lès-Tours ont connu et connaissent encore les mêmes problèmes que ceux de la cité. »
Ancienne habitante de la Cité des Sables.

La ZUP de la Rabière : un grand quartier d’accueil

29Le quartier de la Rabière construit entre 1962 et le milieu des années 1970, à Joué-lès-Tours, accueille jusque dans les années 1980 nombre de Portugais, d’Espagnols, de Yougoslaves, puis plus tard des Marocains. En 1978, il rassemble 31 % de la population étrangère de la commune, ce qui en fait un lieu de référence de l’établissement de la population immigrée dans le logement social. Rapidement, la réputation du quartier préoccupa le maire. Dans le compte rendu d’une réunion qui s’est tenue en mairie dans les années 1970, on peut lire que « la dégradation actuelle de l’image du quartier » est un sujet d’inquiétude et l’office des HLM y explique qu’il a essuyé « 43 refus de la part d’ouvriers de l’usine Michelin » ne voulant pas résider dans les logements conventionnés de l’usine à cause de la présence des immigrés. Durant cette réunion, les participants s’interrogent alors sur la mise en place d’une « politique d’attribution lente » de logements sociaux pour freiner l’implantation des populations étrangères dans le quartier. Pourtant, dans les années 80 et 90, la vie sociale de ce quartier est intense, de nombreuses familles y vivent bien et aiment leur quartier. De nombreuses associations proposent toutes sortes d’activités sociales ou culturelles et le quartier bénéficie des services sociaux et d’équipements culturels importants. Il abrite aussi un immense marché tous les jeudis matin, véritable rendez-vous hebdomadaire d’une partie de l’agglomération. Comme bien d’autres, ce quartier n’échappe pas à la crise et aux formes variées de l’économie souterraine. Au fil du temps et du vieillissement du parc locatif, le quartier souffre de plus en plus de sa mauvaise réputation, marqué par la pauvreté et la population immigrée la plus démunie.

Bulletin municipal de Joué-lès-Tours, 1972.

Collages réalisés par des habitants du quartier de la Rabière

Collages réalisés par des habitants du quartier de la Rabière

Cette série de collages a été réalisée par des habitants du quartier de la Rabière, à Joué-lès-Tours. À partir de leur photo de profil, les auteurs ont disposé des éléments évoquant le pays de départ. [© D.R.]

Peintures réalisées par des habitants de la Rabière

Peintures réalisées par des habitants de la Rabière

« Je suis à Joué-lès-Tours, on est dimanche 10 juillet et ma vie en France commence aujourd’hui. Quarante ans plus tard, je suis un immigré ici et un " migri" là-bas. À les entendre, je suis toujours d’ailleurs et jamais d’ici. »

Fils d’un migrant algérien, 50 ans, directeur d’une association culturelle,
catalogue de l’exposition « La Rabière, Mémoire de nos aînés. »

La ZUP de la Rabière. [© M. Nejmi]

Le quartier de la Source : l’atout du cosmopolitisme

30Par sa proximité avec la capitale parisienne, l’agglomération Orléans Val de Loire a également très tôt suscité les échanges de populations, habitants des communes et départements limitrophes, réfugiés, militaires coloniaux, puis travailleurs étrangers. Mais, comme pour les autres agglomérations de la région, ces dynamiques resteront faibles jusqu’à la fin des années 1950.

31Au milieu des années 1970, les cités qui s’édifient dans les quartiers et les communes périphériques d’Orléans vont contribuer à modifier la visibilité de l’immigration dans l’agglomération. Le quartier de La Source, situé à une dizaine de kilomètres d’Orléans est, de ce point de vue, emblématique des images ambivalentes portées sur les quartiers dits d’immigration. Son histoire débute en 1963-1964 avec la réalisation des premières constructions (l’ensemble des logements Beauchamp, Bouleaux et Genêts) dont le premier bâtiment accueillera en priorité les rapatriés d’Algérie. Au milieu des années 1970, la plus grande partie de l’habitat collectif constitué d’immeubles à loyer modéré est achevée (Camille Flammarion, la « Tour 17 ») tandis que les premières maisons individuelles s’implantent au Sud du quartier. C’est à cette époque qu’arrivent les premiers migrants portugais, espagnols, chiliens et libanais. À la fin des années 1978, l’association des Habitants d’Orléans La Source (AHLS) dénonce le délabrement rapide des immeubles, qui ne sera pris en compte que bien plus tard, avec les opérations de renouvellement urbain des années 1990 et 2000 (GPV, ANRU). À cette même période et jusque dans les années 1980, alors que de nouveaux migrants originaires des pays du Maghreb, de Turquie, du Laos et d’Afrique subsaharienne s’installent dans le quartier, les employés, fonctionnaires et cadres moyens des entreprises et services publics quittent définitivement les immeubles collectifs pour s’installer dans les zones pavillonnaires, remplacés par des familles aux revenus plus modestes, signant ainsi la fin de la « mixité sociale d’usage ». En 1990, 52,2 % des familles migrantes résidaient dans le quartier dont 70 % dans la zone de logement à loyer modéré, mettant au jour les effets de la ségrégation socio-spatiale (paupérisation des familles, précarité économique, éclatement du tissu social), qui frappent bon nombre de quartiers en France à compter des années 1980. Présenté comme un quartier « jeune et sans passé », « en perpétuel devenir », il reste, dans les discours des habitants, malgré la reconfiguration urbaine, un espace valorisé pour sa dimension cosmopolite : « Plus de 60 nationalités y vivent ! »

Dreux : entre ségrégation urbaine et tensions politiques

32La présence de travailleurs migrants à Dreux n’est pas, dans les débuts des années 1980, une nouveauté. Sans revenir à l’importante communauté allemande sous l’Ancien Régime, la ville a attiré de nombreux migrants de l’intérieur, Normands, Bretons, anciens forçats interdits de séjour à Paris, puis des réfugiés espagnols et en 1962, 150 familles de Harkis installées dans le quartier de Murger Bardin. Aujourd’hui, beaucoup ont quitté les HLM du quartier pour devenir propriétaires.

33Toutefois, dans les années 1960 et 1970, la ville connait un véritable tournant et une forte croissance économique et démographique. Dreux se développe et sa proximité de Paris en fait un grand « atelier » de la région parisienne. Si la première greffe économique date de 1956 avec l’implantation de la Radiotechnique, puis Dana entreprise pharmaceutique en 1964, c’est l’automobile et la mécanique (Floquet monopole, Rossi et Renault) qui ont entraîné le développement de la ville et de l’immigration. De nombreux Portugais sont appelés pour travailler dans le bâtiment tandis que les immigrés d’origine maghrébine constituent une main-d’œuvre ouvrière pour les entreprises.

Allée Camille Flammarion, La Source. [© H. Jarboui]

La rue Camille Flammarion n’existe plus. Une partie des bâtiments a été démolie par un programme de rénovation urbaine. Néanmoins la mémoire des habitants reste vive. Dans les années 1990, les enfants s’étaient attelés, dans le cadre d’activités périscolaires et pendant les vacances, à embellir les cages d’escalier par la réalisation de fresques en mosaïques, sous la direction du plasticien Hamid Jarboui.

34Alors que la ville ne dénombrait que 1,5 % d’étrangers en 1954, elle en compte 15 % en 1975. En 1976, une première grande enquête est menée par la jeune Chambre économique de Dreux, il en résulte un constat qui est ensuite largement commenté : « les habitants se disent inquiets de la présence immigrée ». En 1982, une personne sur trois est d’origine étrangère à Dreux (en comptant les rapatriés français musulmans) et 50 % des jeunes ont au moins un parent immigré. S’y ajoute une forte ségrégation spatiale et une image dégradée aggravée par la fin des Trente Glorieuses et la crise économique qui touche de plein fouet un tissu industriel sans autonomie. Un fort sentiment « anti-arabe » se développe alors au sein de la population française, favorisant la montée du Front national qui fait son entrée au conseil municipal dès 1983, grâce à sa fusion avec la liste RPR de Jean Hieaux. La question de l’immigration y a été, bien plus tôt qu’ailleurs, au cœur du débat politique.

35Comme à Romorantin, dont nous évoquons la présence turque ci-dessous, Dreux fut rapidement marquée par une forte ségrégation spatiale et sociale entre le cœur ancien et les quartiers des « plateaux » : le plateau sud-est avec les cités Les Rochelles, Michelet, Les Chamards et le plateau nord-ouest avec les cités Foch et Les Bâtes. Le plan de la ville laisse clairement deviner l’enclavement des quartiers populaires séparés du reste de la ville par une route nationale, la voie ferrée et la rocade.

36Dans la plupart des esprits, cette concentration et cette ségrégation sont directement associées à un fort taux de délinquance, devenu un enjeu politique majeur. Si la délinquance est bien une réalité, les enquêtes montrent qu’elle constitue un phénomène complexe, difficile à analyser. Ainsi, seule la délinquance acquisitive et destructrice semble liée à la concentration de populations défavorisées, mais le taux de délinquance globale n’est pas corrélé à la concentration de populations d’origine étrangère, contrairement à ce que clame la section locale du Front national. Aujourd’hui, Dreux reste une ville à forte population immigrée : 18,7 % en 1999, 20,4 % en 2006 et 24 % aujourd’hui pour une moyenne départementale de 4,6 % et une moyenne nationale de 5,6 %. Les recensements successifs montrent, pour la population étrangère, une forte présence marocaine (particulièrement jeune), turque mais aussi portugaise. La ville est aujourd’hui surtout marquée par un très fort taux de chômage, 22 % en 2012, directement lié à la désindustrialisation, et la fermeture de la dernière usine Philips en 2010 (3 000 emplois supprimés).

Romorantin ou la survisibilité d’une communauté

37L’histoire contemporaine de Romorantin ressemble à celle de nombreuses villes moyennes en région : elle a été marquée par la construction de deux cités HLM venant pallier le manque de logements dans les années 1960. Venus travailler pour l’entreprise Matra alors fraîchement installée, de nombreux ouvriers migrants s’installent dans les quartiers des Favignolles et de Saint-Marc, zones d’habitat collectif érigées selon l’urbanisme typique des Trente Glorieuses.

38Rapidement, ces deux quartiers ont concentré les populations les plus modestes. Ouvriers agricoles et de l’industrie y constituent la majorité des locataires. Mais l’éloignement de ces nouveaux quartiers par rapport au centre-ville et leur enclavement à la fois social et géographique, ont contribué là aussi, au fil du temps, à la stigmatisation des populations migrantes venues y vivre. La population d’origine turque, la plus nombreuse, se met à focaliser, dans les années 2000, les représentations négatives. Arrivés alors depuis une vingtaine d’années, ils constituent une part relativement importante des habitants de ces quartiers. Dans une petite ville fragilisée économiquement, où sept logements sur dix sont des maisons individuelles, les quartiers d’habitat social ont progressivement focalisé toute l’attention et ont marqué durablement les représentations locales des migrations.

39En effet, à partir des années 2000, « l’après Matra » est devenu une préoccupation majeure de la municipalité. Partageant un sentiment d’« injustice sociale », les Romorantinais se sentent floués, abandonnés par l’entreprise qui fait le choix d’un site en Seine-Maritime pour produire de nouveaux modèles. Tandis que les élus tentent de réaffirmer et de mobiliser l’identité collective et les spécificités locales pour faire face à ces années de crise, la presse et certains acteurs locaux, n’hésitent pas à qualifier le quartier de Saint-Marc de « faubourg turc » et le maire appelle de ses vœux un projet de rénovation urbaine pour « casser l’hyper-dominance turque du quartier de Saint-Marc ». Cette vision contribue à invisibiliser les migrations portugaises et marocaines, loin d’être négligeables, et passe sous silence les trajectoires résidentielles de nombreuses familles turques qui, après vingt années de travail et d’épargne, ont aujourd’hui acquis un pavillon, fait construire une maison ou même acheté un fonds commerce. Si le quartier Saint-Marc incarne en effet le cœur de la « communauté turque » de Romorantin, le cadastre montre néanmoins que des familles habitent désormais un peu partout en ville où elles restent finalement peu visibles.

Marché du quartier de l’Argonne, Orléans.

Des situations urbaines variées et des trajectoires résidentielles complexes

40Si la difficulté d’accéder à un logement décent domine pour beaucoup toute une première période d’installation, cela n’empêche pas certaines familles, notamment portugaises, de poursuivre ensuite leurs trajectoires résidentielles vers de plus grands logements HLM ou des pavillons dans les communes résidentielles périurbaines. Ces trajectoires résidentielles sont complexes, elles donnent à voir la diversité des rapports des migrants dans l’accès à la ville et à l’habitat. À Langeais par exemple, l’implantation de l’entreprise Polyflex (devenue Plastivaloire) recrutant une main-d’œuvre immigrée explique leur implantation dans la commune. Si les plus âgés préfèrent rester dans les appartements de leur quartier (quitte à être propriétaire d’une maison « au pays »), une partie des familles issues de ces migrations, depuis une vingtaine d’années, s’installent dans des maisons individuelles, attirées notamment par la possibilité de disposer d’un petit jardin attenant, où les femmes cultivent des plantes aromatiques (menthe, coriandre, choux, tomates, etc.). Celles qui ont des revenus réguliers n’hésitent pas à acheter ou faire construire une maison non loin du quartier où vivent leurs proches.

  • 4 AD Indre-et-Loire, cote 1383 W 230.

41Dans le Loiret, cette mobilité résidentielle semble encore plus éclatée géographiquement (Montargis et Chalette, Gien et Briare, Pithiviers, Beaugency, etc.). Ainsi, dès 1975, seulement 45 % des Portugais du Loiret habitaient dans l’agglomération orléanaise alors qu’en Indre-et-Loire, l’agglomération tourangelle rassemble à la même date près de 74 % d’entre eux. Pour le Loir-et-Cher, une implantation rurbaine domine, puisque ce sont seulement 32,8 % des Portugais qui résident dans l’agglomération blésoise en 1975. À Orléans, la mobilité résidentielle intra-urbaine semble toutefois plus marquée et la distribution des Portugais dans les différents quartiers assez spécifiques. La carte des implantations résidentielles portugaises à Orléans réalisées dans les années 1990 donne une image symétriquement inverse à celle de l’ensemble des étrangers. À cette période, la majorité des Portugais habite en effet les quartiers rénovés, notamment ceux de la Mouillère, Saint Marceau et surtout la Madeleine où ils constituent à eux seuls parfois plus de 50 % des étrangers alors que le pourcentage de l’ensemble des étrangers dépasse rarement 8 % dans ces mêmes quartiers. En Indre-et-Loire, c’est la commune périurbaine d’Esvres qui concentre en 1970, la plus forte implantation portugaise de l’agglomération (23 %4). Cette insertion résidentielle plus éclatée va permettre aux Portugais des relations plus étroites et personnalisées avec les élus locaux et les instituteurs. Et cette particularité distingue sans aucun doute la migration portugaise des autres migrations qui lui ont immédiatement succédé et qui se sont insérées socialement dans un cadre plus urbain de grands ensembles nouvellement construits et de logements sociaux. Les conditions de logement des Portugais de la région Centre semblent toutefois avoir été plus favorables qu’ailleurs.

Mosaïque Novello au Grand Théâtre de Tours. [© P. Wadbled]

L’intégration à la ville

42L’empreinte des migrations dans la ville est ancienne et discrète mais néanmoins présente. Elle procède d’initiatives privées, parfois publiques dont la visibilité/invisibilité varie selon les espaces, les temps, les politiques, les groupes et les interactions. Des traces matérielles, parfois patrimonialisées comme c’est le cas du jardin du souvenir situé dans le parc du château royal d’Amboise ou des mosaïques en rosace réalisées par Joachim Novello dans le hall du Grand Théâtre de Tours et de la mairie d’Orléans, mais également des dispositifs collectifs plus ordinaires comme les marchés forains et les commerces spécifiques, les fêtes de quartier ou de fin d’année, produisent du sens symbolique, et rendent ces présences migrantes « visibles » dans la ville. De leur côté, les politiques urbaines cherchent à reconnaître et valoriser la diversité culturelle et tentent, selon les contextes, de mettre en valeur les apports de ces migrations passées, à des fins touristiques et commerciales.

Entre visibilité et invisibilité

43C’est au travers de signes visibles que la présence des populations migrantes est perçue dans un quartier. L’adresse, les commerces, les lieux de culte constituent des indicateurs utiles pour comprendre les formes d’ancrage et de mobilité des migrant(es) dans la ville ainsi que les représentations que nous en avons.

44Dans les « quartiers d’origine » ou de première installation, les populations migrantes vont fortement s’approprier l’espace public en s’investissant dans des commerces, en animant des associations culturelles, dites communautaires et en se dotant de lieux de culte. Ces quartiers vont jouer un rôle important dans les parcours individuels et les processus collectifs d’intégration dans la ville. Ils forment des « espaces transitionnels » au sein desquels s’acquièrent des compétences qui vont permettre l’intégration. Dans ces espaces d’arrivée ou de passage, les populations migrantes y trouvent en effet une certaine sécurité, construisent des réseaux d’entraide, entretiennent des échanges solidaires qui atténuent les difficultés, la désorganisation sociale et leur permettent de s’ouvrir sur leur nouvel environnement. Cette fonction d’intégration des quartiers d’origine ou de première installation est importante à rappeler car elle rompt avec l’image d’exclusion véhiculée par les cités banlieues.

45À Tours, « la communauté des gens de Hadjadj » forme un réseau d’entraide se manifestant par l’accueil des nouveaux migrants, par une aide matérielle en cas de maladie ou d’accident, ou plus simplement en rompant l’isolement de l’immigré et de sa famille, les gens se rendent visite le dimanche ou à l’occasion des fêtes musulmanes. L’installation de familles entières (parfois au sein d’une même cité HLM) favorise un relâchement des liens avec ceux restés en Algérie : les envois de lettres ou d’argent s’espacent voire sont supprimés progressivement. La venue de la femme et des enfants (souvent quatre à cinq ans après le père) amène le travailleur chef de famille à consacrer la majeure partie de son revenu aux dépenses du ménage et à l’éducation des enfants. Certains expliquent qu’ils ne sont pas retournés « au bled » depuis plusieurs années. La précarité, comme à la Cité des Sables, n’a pas empêché les liens d’être forts et certains sont nostalgiques de cette solidarité.

« Aujourd’hui, on pourrait croire que la cité des Sables n’a jamais existé. Une chose extraordinaire, c’est que les pavillons construits à la place s’arrachent dès qu’il s’en libère un et ce sont d’anciens locataires de la Cité qui les demandent. Certaines personnes que je retrouve me disent qu’elles regrettent le temps de la cité des Sables, où, bien que malheureux, ils y trouvaient une certaine solidarité, de la chaleur humaine et une ambiance qui n’existe pas là où ils sont relogés. »
Ancienne habitante de la cité, devenue animatrice en centre social.

Marchés forains et commerces : des lieux de sociabilité partagés

46Les marchés forains et les commerces spécifiques sont des hauts lieux de rencontre et de sociabilité pour les migrants. Ils constituent tout autant des lieux de consommation et d’entre soi communautaire, permettant de conserver un lien avec « l’origine », qu’une forme de présentation de soi et d’expérience publique de la diversité culturelle.

47À Tours, le marché des halles constitue, dans les années 1950, l’un des principaux lieux d’installation mais aussi de sociabilité des migrants dans la ville. Les jours de marché, les femmes se retrouvaient place Plumereau. Inès, née à Tours de parents venus de Turquie à cette époque, se souvient de deux commerçants qui revenaient régulièrement : une vieille marchande de quatre saisons qui connaissait quelques mots d’espagnol et un « Algérien » qui vendait des poules.

« Mon père était marchand-forain comme on disait à l’époque, il vendait lui aussi sur les marchés. Il avait juste une bicyclette et le grand carton sur le porte-bagages. Le banc, l’étal, où il posait ses affaires, était juste dans le prolongement de la rue Rabelais. Il étalait tout sur du papier craft : ses chaussettes, ses bas et ses culottes pour dames. Et voilà ! Il payait au placier ses quatre mètres. »

48Aujourd’hui, c’est le marché de la Rabière du jeudi matin, un des plus importants du département d’Indre-et-Loire, qui symbolise localement l’inscription de la diversité dans la ville, celle des commerçants, des produits comme des clients. Ici, la relation marchande est interindividuelle, des connivences se créent entre les « habitués », les clients venus de toute l’agglomération apprécient la diversité des produits proposés, les prix attractifs et l’ambiance cosmopolite.

La Rabière, sur le marché. [© M. Nejmi]

Femmes turques au marché, Orléans, La Source. [© B. Robert]

49Les commerces spécifiques (épiceries, restaurants exotiques, cafés de quartier), peu nombreux dans les villes de la région, sont néanmoins facilement repérables car ils affichent souvent clairement les noms de leur propriétaire, ou arborent des décorations évoquant le pays, ses produits ou sa géographie. Ils sont ouverts à tous mais on y rencontre aussi une large clientèle d’« originaires ». Si certains résident à proximité, d’autres n’hésitent pas à faire de longs trajets en bus ou en voiture, pour venir se ravitailler en produits « de là-bas », surtout alimentaires. C’est notamment le cas des épiceries installées à proximité des lieux de résidence des familles comme à Saint-Pierre-des-Corps ou à Joué-lès-Tours. Aujourd’hui, ces petites épiceries subissent la rude concurrence des grandes surfaces qui, cherchant à tirer parti de la diversité de leur clientèle, proposent désormais elles aussi des produits importés, à des prix avantageux. Elles perdurent cependant, demeurant une référence en matière de qualité, et le seul point de vente de certains produits comme telle ou telle variété d’olive, de chorizo, de riz ou de viande. Évoquant l’épicerie Casa Pico Açores, située dans le quartier de la Rabière, à Joué-lès-Tours, cette riveraine et cliente occasionnelle explique :

« Les Portugais viennent à l’épicerie autant pour acheter que pour se rencontrer. Vous avez des odeurs portugaises : la morue et d’autres odeurs. C’est leur épicerie de village, au centre de la Rabière ! »

Le café Evora à Chartres. [© P. Wadbled]

50Les restaurants, plus nombreux, reçoivent quant à eux, une clientèle plus diversifiée même s’ils sont régulièrement investis par une clientèle plus nettement « communautaire », notamment à l’occasion de fêtes familiales (les communions des enfants par exemple), amicales ou associatives. Ces commerces constituent des lieux que l’on pourrait qualifier « d’intermédiaires » et, pour peu qu’ils tiennent dans la durée, ils finissent par faire partie du paysage commercial local, répondant à la fois aux besoins spécifiques de la « communauté » et aux aspirations d’exotisme d’une population urbaine de classes moyennes.

51Les cafés de quartier constituent également des lieux d’accueil, de mémoire et de sociabilité importants pour les migrants. Ils jouent notamment un rôle précieux dans le développement de l’information, des solidarités voire des mobilisations. Ce sont surtout les hommes qui viennent prendre un café, un thé ou un verre de vin « du pays », pour discuter, échanger des nouvelles des uns et des autres, jouer aux cartes, avec en fond sonore la musique « de là-bas » ou bien les commentaires des matches de football diffusés par la télévision, toujours en bonne place. Les femmes, peu nombreuses en ces lieux, viennent de temps à autre, accompagner leur mari ou confectionner un repas quand l’association organise une soirée. Certaines viennent acheter des produits importés du pays (boissons, gâteaux, charcuterie) mis à disposition.

Restaurant Phnom Penh à Joué-lès-Tours. [© P. Billion]

Partie de domino au café Chalette, années 1970. [Bulletin municipal, décembre 1977 – archives municipales Chalette-sur-Loing]

Associations, fêtes et danses folkloriques : les autres signes de l’ancrage

52Dans la région, les associations sont présentes dans toutes les villes où se sont installés les migrants. Associations de solidarité et d’entraide, elles apparaissent dès les années 1960 et surtout au cours des années 1970 et elles se sont développées dans les années 1980, avec la libéralisation du droit d’associations des étrangers. Elles sont diverses par leurs objectifs, certaines proposent des activités de promotion de la sociabilité, d’autres sont sportives, culturelles ou religieuses.

53Dans les locaux des associations sportives et culturelles, la référence au pays est plus ou moins discrète, repérable par l’apposition sur la porte ou les murs du local de panneaux, inscriptions, sigles et autres logos, éventuellement accompagnés d’une peinture du drapeau national.

54Le sport, et notamment le football, a été une activité centrale de ces associations dans bien des villes, accentué par le fait que les hommes sont parfois venus seuls, dans un premier temps, en France. Aujourd’hui, cette activité est toujours très présente mais concerne davantage leurs enfants. Avec le temps, le profil des équipes a fortement évolué car elles comprennent une majorité de joueurs de nationalité française et d’origines diverses. Les joueurs d’autrefois, dont la moyenne d’âge est aujourd’hui de 60 ans, sont toujours intéressés par le foot mais ne participent plus aux entraînements. Ils se retrouvent plutôt le week-end, au local de l’association qui a souvent une allure de café villageois avec son bar, les tables et chaises où l’on peut s’installer pour deviser ensemble.

55Ces associations constituent des formes d’ancrage ethnique dans la ville, assurant une sociabilité et une vie collective particulièrement appréciée. Par un travail bénévole de longue haleine et à travers l’ensemble de ces activités culturelles, festives et sportives, les associations œuvrent au maintien de la « collectivité ethnique » pour reprendre des termes sociologiques, et participent à la communalisation du groupe :

« On est une communauté à part entière. On se rassemble autour des mêmes choses. […] Maintenant, on n’est pas dans le communautarisme à outrance. C’est-à-dire qu’on est ouverts aux autres. Mais on sent bien, quand même, que quand on est entre nous, on est bien ! »
explique ce jeune père, d’une trentaine d’années, employé de Pôle emploi.

56Ces associations disposent parfois d’un groupe folklorique où les membres peuvent apprendre à danser, chanter, jouer d’un instrument tout en participant aux présentations du groupe. Le dynamisme des groupes varie avec celui de l’association et les groupes peuvent se contenter de présentations modestes pour certains, là où d’autres veillent à la perfection sous l’autorité d’instances internationales, comme c’est le cas pour le prestigieux label de la Fédération du folklore portugais, distribué à des rares groupes français. À Chalette-sur-Loing, l’association Ronda Tipica perpétue également la tradition des danses portugaises. Mais d’autres folklores sont convoqués à l’occasion des fêtes interculturelles locales. Les ballets ukrainiens ont ainsi été nombreux depuis les années 1920. Ils ont même connu leur heure de gloire avec le ballet des Cosaques Zaporogue dans les années 1990. Faute d’avoir pu renouveler leurs troupes, ces ballets n’ont pas pu trouver de relève chez les Ukrainiens mais le ballet Hopak a repris la tradition des danses ukrainiennes. Aucun danseur d’origine ukrainienne n’y prend part désormais mais il accueille des jeunes danseurs du Montargois aux origines les plus diverses et qui contribuent à perpétuer la tradition des danses ukrainiennes locales. Les derniers ukrainiens présents sur le Montargois ont toutefois à cœur de maintenir également la tradition des chants ukrainiens. Rejoints par des « non-Ukrainiens » attirés par les chants slaves, ils se retrouvent au sein de la chorale Kobzar qui se produit régulièrement sur les scènes locales. L’association des citoyens originaires de Turquie de l’agglomération Montargoise (ACOTAM) propose quant à elle aux jeunes d’intégrer une des deux équipes de danse traditionnelles turques. La présence associative contribue ainsi à la diversité d’une offre de pratiques culturelles et des rassemblements festifs locaux.

Ballet Hopak (troupe de danse ukrainienne), fête « Ma ville est un monde », Chalette-sur-Loing, 2009. [© V. Dassié]

57Les fêtes associatives marquent durablement la vie sociale locale. À Aubigny-sur-Nère, dans le Cher, le festival Hmong rassemble des personnes venues de toute la France et même au-delà depuis 2015. Ces fêtes représentent des temps importants qui permettent aux migrants de maintenir leur identité culturelle, d’exprimer leur cohésion et de s’affirmer dans l’espace public. Mais ces fêtes associatives ne se réduisent pas à leur expression distractive et communautaire. Elles permettent aussi de renforcer les liens intergénérationnels et de travailler à la construction de leur place dans la société.

Le club de lutte : un lieu invisible de la transmission culturelle

58Dans le quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours, le club de lutte, installé depuis 1978 grâce aux fonds du programme Habitat et Vie Sociale, est un autre lieu important d’intégration et de transmission dans la ville. Sa création et sa pérennisation ont été soutenues du fait du caractère éducatif du club auprès des adolescents et jeunes adultes. La pratique de la lutte permet de socialiser les adolescents et l’association tâche d’impliquer les parents autour du tapis.

Club de lutte de Joué-lès-Tours. [© Kader Hamou]

Festivals Printemps berbère (Tours) et Ma ville est un monde (Chalette-sur-Loing).

Festival Hmong, Aubigny-sur-Nère, 2016. [© G. Étienne]

59Au-delà de leurs activités hebdomadaires ou mensuelles, certaines associations œuvrent aussi à la mémoire du groupe. Dans les conversations, les souvenirs du début, de la période de l’installation ou des premières activités associatives émergent souvent. Dans le cadre associatif, toutefois, peu de choses sont archivées. L’archivage est plutôt le résultat d’initiatives individuelles, notamment des responsables qui, tels des « gardiens de la mémoire », ont accumulé au fil des années, articles, photos, films, vidéos, rangés dans des classeurs, boîtes, et conservés au domicile. Les autres membres de l’association connaissent l’existence de ces documents et les consultent de temps à autre. C’est, pour le moment, une mémoire en friche.

60La création de radios associatives marque enfin, plus spécifiquement, le temps de l’associationnisme portugais : radio Arc-en-ciel pour l’agglomération orléanaise et radio Antenne Portugal pour l’agglomération de Tours, ont chacune plus de vingt ans d’existence. Si au départ, l’objectif est de pallier le manque de communication entre les Portugais installés, il s’est aujourd’hui élargi pour « favoriser les contacts entre les Portugais et les Français de la région » :

« Au départ, c’était le foot et les infos surtout, pour savoir tout ce qui se passait chez nous. Il y avait des gens qui étaient partis du Portugal, déjà avec un certain âge et la langue portugaise n’avait jamais été oubliée. Il manquait quelque chose d’information ou de folklore […] Il y avait les fêtes pour les associations, et beaucoup de gens disaient qu’il manquait quelque chose, les informations, les contacts. C’est un moyen d’avoir des connaissances des gens, une ouverture totalement différente, qu’on n’avait pas avant ! »
Responsable de radio Vanille, membre fondateur, Tours.

61Aujourd’hui, radio Antenne Portugaise est un média radiophonique de référence dans l’agglomération tourangelle, connu et écouté « par tout le monde », pour la diversité de ses programmes : émissions de divertissements dont une forte proportion de musique portugaise ou brésilienne, retransmissions sportives, émissions de cuisine et informations de proximité. Elle propose aussi un programme pour les enfants : ils peuvent y écouter le mercredi des contes en français et en portugais. À deux reprises, dans la semaine, une émission historique s’adresse aussi à eux en portugais et leur raconte les grandes périodes et les grands événements de l’histoire de « leur » pays. L’objectif de transmission paraît ici central. Il ne s’agit plus de divertir, ni d’occuper les enfants mais de leur transmettre l’essentiel de l’histoire de ce pays, le Portugal, qui est peut-être moins le leur que celui de leurs parents ou grands-parents.

Au studio de la radio portugaise. [© P. Wadbled]

62Mais l’histoire et la langue ne sont pas les seuls vecteurs de la transmission. La radio propose aussi depuis ses débuts une émission de cuisine portugaise : « l’assiette portugaise », le dimanche matin dans laquelle, l’animateur, s’appuyant sur un livre de cuisine portugaise, présente des recettes et traditions culinaires. Le bilinguisme de cette émission cherche manifestement à maintenir les liens avec les locuteurs lusophones tout en déjouant les lacunes linguistiques des luso-descendants. Le recours au français valorise également la culture portugaise auprès d’une plus large audience, française ou francophone, qui légitime ainsi la vocation d’une radio « pour tout le monde ».

63Toutefois, au cours de ces émissions, le phénomène de l’immigration lui-même n’est pas traité, il ne fait pas partie des sujets historiques abordés :

« Non, la mémoire, on ne fait pas ça, l’émigration, on tente de l’oublier. On tente d’oublier un peu le mot immigration. Je ne trouve pas que c’est une bonne idée de rappeler aux jeunes les anciens du temps passé. Je pense qu’il faut passer un peu l’éponge sur l’émigration ; nous sommes dans la communauté européenne. L’immigration, c’est une histoire que personne n’aime. L’histoire des " Maria" pour faire le ménage, des " Manuel" pour faire le maçon… Pff ! C’est l’histoire des émigrés ici. Je n’y trouve aucun intérêt. Parce que la jeunesse, aujourd’hui, elle s’en fout de ça ! Ils sont intégrés dans toute la France. Notre route, ce n’est pas de parler du passé, de l’émigration, notre route, c’est le présent ! »
Animateur de la radio.

Pèlerinage de Sainte-Solange, dans le Cher. [© G. Étienne]

La religion des migrants : vers une nouvelle visibilité des lieux de culte ?

64La présence migrante dans la ville est également marquée par les lieux de culte, qui jouent un rôle essentiel pour la préservation identitaire au même titre que les commerces spécifiques. Bien qu’en France, le statut des religions tende à restreindre les cultes à l’espace privé, les édifices religieux, les manifestations religieuses issues de l’immigration tendent aujourd’hui à davantage s’afficher dans l’espace public. La grande diversité des religions et des modes de pratiques ne permet pas de dresser un tableau global mais nous pouvons relever que les trois religions monothéistes – christianisme, islam, judaïsme – ainsi que le bouddhisme sont les plus visibles dans l’espace public, au regard du caractère collectif des cultes, mais aussi du traitement médiatique, particulièrement en ce qui concerne l’islam. Lorsqu’ils arrivent en ville, les nouveaux venus cherchent à poursuivre une pratique religieuse qu’ils pouvaient avoir avant la migration. La religion est en effet un lieu d’intégration dans la « communauté d’origine » autant qu’une passerelle d’intégration dans la société d’accueil comme on peut le voir avec la procession des Portugais dans le Cher, à l’occasion du pèlerinage de Sainte-Solange devenu un lieu de rendez-vous incontournable de la « communauté d’origine ». Les célébrations religieuses du lundi de Pentecôte mêlent les deux langues et la transcription des chants sur les livrets de messe permettent à tous de chanter en portugais sans pour autant le maîtriser.

65Comme dans les familles françaises, la pratique religieuse n’est pas systématique chez les migrants, les abandons, conversions et autres changements spirituels sont tout aussi fréquents. Par ailleurs, elle n’est pas envisagée de la même manière selon les individus et les groupes sociaux, les espaces et les époques, et surtout, elle est accueillie de façon assez variable en France, ainsi que d’une ville à l’autre. Ainsi, l’Islam focalise aujourd’hui souvent l’attention quand il est pratiqué par des migrants, alors que diverses formes de christianisme ou de bouddhisme sont considérées avec bienveillance et envisagées comme une facette normale voire négligeable de la vie des groupes. Cette différence de traitement socio-politique des religions doit être comprise à la lumière du passé, notamment des relations historiques entre la France et le pays d’origine des migrants. Passé colonial pour les uns, relations diplomatiques pour les autres, accords de coopération ici et là ont favorisé la venue de travailleurs et de familles dans des conditions sociales et politiques chaque fois différentes. Aussi faut-il se garder d’interpréter trop rapidement les comportements religieux et d’accorder à la religion elle-même une puissance cohésive qu’elle n’a pas dans nos sociétés : s’ils partagent régulièrement divers rituels religieux, ceux que nous avons rencontrés n’y voient pas pour autant une dimension majeure de leur identité mais plutôt une facette normale et plus ou moins importante de leur vie sociale.

Pagode laotienne à Orléans. [© Nadejda Tilhou]

Mosquée, Montargis. [© V. Dassié]

Église gréco-catholique ukrainienne Sainte-Olga à Corquilleroy (45). [© V. Dassié]

Deux églises orthodoxes, russe et ukrainienne, rue Gaston Jaillon à Chalette-sur-Loing. [© V. Dassié]

Bibliographie

Bibliographie indicative

ADAMIF,Comme ici, comme là-bas, Orléans, Éd. ADAMIF, 2003.

Bertheleu Hélène & Karraï Hakima, « Mémoires d’anciens ouvriers maghrébins en foyer : une transmission empêchée », dans H. Bertheleu (dir.), Au nom de la mémoire, Patrimoine des migrations en région Centre, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, p. 141-156.

Étienne Guillaume, « De la présence portugaise dans un culte berrichon », Ethnologie française, XLV, 2, 2015, p. 375-383.

Garnier Julie, « ‟ Faire parler les murs” ou l’effacement institué de la mémoire des migrations. L’exemple des territoires urbains soumis à démolition », dans H. Bertheleu (dir.), Mémoires des migrations en France. Du patrimoine à la citoyenneté, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 141-151.

Garnier Julie, « Patrimoine des migrations et imaginaire territorial : la construction d’un grand récit intégrateur. L’exemple de l’exposition ‟ Nantais venus d’ailleurs” », in Hélène Bertheleu (dir.), Mémoires des migrations en France. Du Patrimoine à la citoyenneté, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 231-241.

Raulin Anne, L’ethnique est quotidien. Diaporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan, 2000.

Rémy Jean, L’espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Éd. Érès, 2015.

Richard Chantal, Un jour, je repartirai, AGAT Films & Cie, Arte France, 2002, 54 minutes.

Simon Patrick, « L’intégration et les relations interethniques dans la ville », dans A. Penven, Y. Bonny, C. Roncin, Au cœur de la cité. Vivre ensemble, travailler, s’engager, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 73-86.

Notes

1 Témoignage de Perolina de Jesus Silva.

2 Une Française d’origine juive arrivée du Maroc à Tours à la fin des années 1950 que nous avons rencontrée au cours de notre enquête, témoigne elle aussi de cet habitat précaire au sein du Sanitas alors en construction, rejoignant aussi le récit d’un vieil homme maghrébin dans le film documentaire Quartier de Mémoire réalisé en 2001 sur le quartier.

3 En cette période, les Rives du Cher et le futur quartier des Fontaines en sont en effet à l’étape du grand chantier d’endiguement, d’assainissement et de remblaiement.

4 AD Indre-et-Loire, cote 1383 W 230.

Table des illustrations

Légende Rue Eugène Sue du Vieux Tours. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende La Cité des Sables, La Riche. [© Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, extrait de J. Thaumiaux, Évolutiondu faiturbain, dansles communesvoisines deTours depuis lafin dusiècle dernier, Mémoire DES : géographie, université de Tours, 1960.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Baraquements portugais, « Les Brosses », Larçay. [© R. Collet]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Ouvrage de Robert Collet :Portugais en Touraine, Éditions Alan Sutton, Saint-Cyr-sur-Loire, 2004.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende La Cité des Sables, La Riche. [© Ville de La Riche - Jean-Michel Salaün]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Bulletin municipal de Joué-lès-Tours, 1972.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Collages réalisés par des habitants du quartier de la Rabière
Légende Cette série de collages a été réalisée par des habitants du quartier de la Rabière, à Joué-lès-Tours. À partir de leur photo de profil, les auteurs ont disposé des éléments évoquant le pays de départ. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Peintures réalisées par des habitants de la Rabière
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende La ZUP de la Rabière. [© M. Nejmi]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Allée Camille Flammarion, La Source. [© H. Jarboui]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Marché du quartier de l’Argonne, Orléans.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Mosaïque Novello au Grand Théâtre de Tours. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende La Rabière, sur le marché. [© M. Nejmi]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Femmes turques au marché, Orléans, La Source. [© B. Robert]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Le café Evora à Chartres. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Restaurant Phnom Penh à Joué-lès-Tours. [© P. Billion]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Partie de domino au café Chalette, années 1970. [Bulletin municipal, décembre 1977 – archives municipales Chalette-sur-Loing]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Ballet Hopak (troupe de danse ukrainienne), fête « Ma ville est un monde », Chalette-sur-Loing, 2009. [© V. Dassié]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Club de lutte de Joué-lès-Tours. [© Kader Hamou]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Festivals Printemps berbère (Tours) et Ma ville est un monde (Chalette-sur-Loing).
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Festival Hmong, Aubigny-sur-Nère, 2016. [© G. Étienne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Au studio de la radio portugaise. [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Pèlerinage de Sainte-Solange, dans le Cher. [© G. Étienne]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Pagode laotienne à Orléans. [© Nadejda Tilhou]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Mosquée, Montargis. [© V. Dassié]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Église gréco-catholique ukrainienne Sainte-Olga à Corquilleroy (45). [© V. Dassié]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Deux églises orthodoxes, russe et ukrainienne, rue Gaston Jaillon à Chalette-sur-Loing. [© V. Dassié]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10071/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540