Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Espace 1. Une longue histoire !

Hélène Bertheleu et Pôleth Wadbled

Texte intégral

1Pour bien situer le propos de cet ouvrage dans un champ de connaissances plus large, cette première partie présente les migrations comme une réalité ancienne dans la région Centre-Val de Loire. Quelques connaissances historiques sont nécessaires à la compréhension des « histoires » et des objets présentés dans ce qui suit. Les migrations constituent un phénomène universel, très ancien, y compris dans notre région !

2Avant de visualiser avec des cartes, les mobilités de « nos ancêtres », quelques définitions sont utiles : migration, émigration, immigration, étranger, réfugié.

De quel phénomène parle-t-on ?

3La migration, au sens large, désigne le déplacement géographique de personnes ou de populations pour diverses raisons (économiques, politiques le plus souvent). Les migrations peuvent se dérouler au sein d’une région, d’un pays (migrations intérieures ou internes), entre les pays (migrations internationales). On distingue les migrations volontaires (travail, regroupement familial, études) et contraintes ou forcées (exil politique, déportation, rapatriement). Toutefois, dans certains contextes, cette distinction n’est pas pertinente quand les raisons politiques et économiques de quitter le pays se conjuguent ou se renforcent mutuellement.

4La notion de migration recouvre deux facettes complémentaires : l’émigration et l’immigration, comme le souligna le sociologue Abdelmalek Sayad. On parle de l’une ou de l’autre selon le point de vue adopté, celui du pays de départ ou celui du pays d’arrivée. L’émigré est celui qui part ou qui a quitté son pays ; l’immigré est celui qui arrive puis s’installe dans le pays de destination. Quand, en France, on envisage l’immigration, on oublie souvent que l’immigré est aussi et d’abord un émigré. Tenir compte de cette double dimension permet de comprendre la situation souvent difficile des personnes en situation migratoire.

5La migration ne se limite pas au seul déplacement géographique : elle a souvent des racines historiques et des conséquences sociales et culturelles, pour les migrants eux-mêmes et pour les membres des sociétés de départ comme d’arrivée. Pour le migrant, changer de pays, c’est changer d’environnement social, mais aussi de langue, de cadre culturel (coutumes, lois, religion), de mode de vie, de situation sociale et politique. Le changement de pays peut affecter certains ou l’ensemble des aspects de la vie. Pour le pays d’immigration, la présence des immigrés est source d’apports variés : démographique, économique, mais aussi techniques, culturels (cuisine, arts, etc.). Même si on retrouve parmi eux une diversité de trajectoires professionnelles, les étrangers connaissent souvent une forme de déqualification avec la migration : ils occupent ainsi majoritairement les emplois au bas de l’échelle sociale. De ce fait, on considère qu’ils ont contribué à l’ascension sociale des Français, de façon non négligeable. Pour le pays d’émigration, la migration est aussi une source de revenus, les migrants envoyant régulièrement de l’argent à leur famille, parfois aux collectivités locales, voire investissent dans les infrastructures de leur commune d’origine.

De qui parle-t-on ?

6Les termes utilisés varient selon les périodes et les contextes. Certains termes sont des catégories juridiques, comme les notions d’étranger ou de réfugié, avec des implications légales. Mais souvent les mots ont une valeur sociale bien plus que juridique. Les mots sont porteurs de représentations, positives ou négatives, avec de lourdes conséquences sociales. Le mot « immigré », souvent utilisé, n’a aucune valeur juridique. Il désigne une personne née étrangère à l’étranger et résidant en France. Si cette personne acquiert la nationalité française, elle demeure immigrée : c’est la naissance à l’étranger et non la nationalité qui définit la qualité d’immigré. Ainsi, les Français par acquisition, nés en France, comme c’est souvent le cas des enfants de migrants, ne sont pas des immigrés.

7La notion d’étranger signale l’extériorité nationale. D’un point de vue juridique, est étrangère, toute personne qui, indépendamment de son lieu de naissance, n’a pas la nationalité du pays. Le statut d’étranger implique une inégalité des droits par rapport aux nationaux (droit de séjour, droit de vote, accès à certains emplois) qui varie selon que la personne ressort ou non de la communauté européenne. Du côté des représentations sociales, l’étranger est surtout celui qui est « extérieur », une personne dont on se méfie, qui n’appartient pas au « nous » de la communauté nationale. Une personne peut ainsi être perçue ou considérée comme étrangère, alors qu’elle ne l’est pas juridiquement.

8La notion de réfugié renvoie au droit d’asile, un droit ancien longtemps exercé par les religieux et les monarques sans juridiction formelle. Il est inscrit dans la constitution de 1793 mais c’est surtout au 20e siècle qu’il est formalisé. Selon la convention de Genève de 1951, est réfugiée toute personne qui, craignant d’être poursuivie en raison de son origine ou couleur de peau, sa religion, sa nationalité ou son appartenance à un groupe minorisé ou persécuté, se trouve hors de son pays et ne peut recourir à sa protection. Le statut de réfugié a une valeur juridique, il est obtenu (ou non) après une demande d’asile auprès de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA). Les demandeurs d’asile qui n’ont pas obtenu le statut de réfugiés sont dits « déboutés du droit d’asile » et n’ont plus le droit de résider sur le territoire national. S’ils peuvent contester cette décision administrative, les demandeurs se retrouvent alors dans une situation particulièrement précaire.

9La notion d’exil renvoyait dans l’Antiquité à un châtiment qui consistait à éloigner les personnes de leur lieu de vie. Aujourd’hui, ce terme a surtout une dimension affective, il renvoie à l’idée d’une expérience douloureuse, traumatique, un déchirement du fait de devoir vivre loin des siens et de son pays d’origine. L’exil est souvent associé aux migrations forcées mais cette expérience douloureuse est parfois celle des migrants économiques qui eux aussi ressentent souvent les affres de l’éloignement et de la nostalgie.

10La notion d’intégration est souvent utilisée pour désigner les processus d’inclusion sociale des immigrés au sein de la société. C’est un terme flou et polysémique qu’il est préférable de qualifier (intégration économique, culturelle, linguistique, politique, etc.) afin d’être précis, car on désigne alors des processus distincts et indépendants les uns des autres. Délaissée par les chercheurs, cette notion d’intégration est devenue, depuis les années 1980 une notion très politique, aux définitions fluctuantes. Son usage est désormais ambigu, et on la confond souvent avec d’autres notions comme insertion, acculturation ou encore assimilation, dans un contexte de forte réaffirmation des valeurs républicaines. Le chercheur rappelle souvent que l’intégration n’est pas le seul fait de l’immigré mais qu’elle se joue dans un rapport d’interdépendance entre les acteurs d’une même société, dans une dynamique réciproque d’échange. Elle renvoie en fait à un rapport social complexe et inégal qui engage tout autant celui (le nouveau venu) qui s’intègre que ceux (la société d’accueil) qui l’intègrent, au sein de situations variées.

11La stigmatisation désigne une façon négative d’appréhender un individu ou un groupe : on lui attribue des « stigmates ». C’est la représentation d’un écart à la norme qui entraîne l’octroi d’attributs négatifs, dévalorisants, discriminants pouvant s’observer dans tous les domaines de la vie sociale. La sociologie, grâce aux travaux de Goffman, montre que les stigmates ne sont pas des attributs mais le résultat de relations sociales et doivent donc, pour être compris, toujours être analysés en tant que processus et non d’états. Les migrants sont stigmatisés en raison des représentations dont ils font l’objet, que ce soit dans le registre du travail, de la religion, ou plus généralement de la culture. La stigmatisation mène alors à la discrimination.

12La discrimination est le fait d’établir un traitement différentiel et inégal à un groupe ou une collectivité, en fonction d’un trait ou d’un ensemble de traits. C’est le fait de refuser à certains individus l’égalité de traitement qu’ils sont en droit d’attendre. La discrimination est un délit et fait l’objet d’une législation propre dans le droit français et européen. Sont déclarées illégales et passibles de sanctions les distinctions fondées sur une vingtaine de critères : l’âge, l’apparence physique, l’état de santé, l’appartenance ou non à une ethnie, l’orientation sexuelle, la grossesse, la situation de famille, le handicap, le patronyme, le sexe, les activités syndicales, les caractéristiques génétiques, les mœurs, les opinions politiques, la religion, l’origine, le lieu de résidence, la perte d’autonomie, la vulnérabilité économique. La discrimination peut être directe ou indirecte. Directe, elle est souvent intentionnelle et facilement repérable. Elle est dite indirecte lorsqu’une règle, une pratique a priori neutre a pour conséquence un traitement inégalitaire. On rencontre davantage ce type de discrimination dans les collectivités, les entreprises, les institutions. La discrimination est alors souvent invisible. En France, le Défenseur des droits poursuit depuis 2011 le travail entamé par la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Égalité depuis 2005. Son objectif est d’identifier, prévenir et combattre les discriminations et d’aider les personnes qui en sont victimes. Dans son rapport 2015, le Défenseur des droits révèle que le premier motif de réclamation est celui de l’origine et l’ethnie (22,6 % des dossiers traités).

13La xénophobie se fonde sur le mépris, la haine, le rejet de l’étranger perçu comme dangereux pour le groupe, qu’il faut protéger des influences extérieures. Les immigrés, perçus comme porteurs de traits culturels distincts sont confrontés à cette attitude. Mais il y a des degrés dans la xénophobie et elle ne s’exerce pas de la même façon selon les nationalités, les milieux sociaux, politiques et conjonctures.

14La xénophobie est donc liée au racisme, idéologie basée sur l’existence de plusieurs races humaines et prônant la supériorité naturelle de l’une d’elles, vouée à dominer les autres. Cette notion est développée au 19e siècle pour tenter de classifier les groupes humains. Le racisme a servi à justifier la mise en place de régimes politiques autorisant la domination, l’exploitation de certains groupes (l’esclavage dans les colonies des Amériques…), leur élimination (génocide des Juifs d’Europe par les nazis…) ou encore l’organisation de la société selon une stricte séparation raciale (ségrégation aux États-Unis, l’Apartheid en Afrique du Sud…). De nos jours, l’existence des races humaines a été balayée par la génétique, la biologie et l’anthropologie : il n’existe qu’une race humaine. Mais la disparition des théories dites « racialistes » a-elle emporté avec elles les relations sociales racistes ? De nos jours, le racisme se niche dans d’autres recoins du social, prenant appui sur les différences culturelles.

15Stigmatisation, xénophobie, racisme s’alimentent de stéréotypes. Les stéréotypes sont des images réductrices et totalisantes, des associations d’idées simplificatrices qui s’appliquent à un pays, une culture, un groupe (genre, classe d’âge, profession, etc.). Les stéréotypes sur les migrants prennent souvent appui sur la culture, alors envisagée comme essentielle, fixe. Pourtant, la culture n’est pas une chape de plomb qui s’abat fixement sur chaque individu, c’est au contraire une dimension dynamique et toujours en mouvement de la vie des hommes et des femmes. D’une certaine façon, on peut dire que les stéréotypes « organisent » les relations sociales, comme lorsqu’ils justifiaient des châtiments corporels affligés aux esclaves noirs ou aux Indiens par les colons espagnols en raison de leur soi-disant insensibilité à la douleur.

16On découvre, dans cette partie, les mobilités et les migrations qui ont marqué le Val de Loire et notamment la Touraine et l’Orléanais, mais aussi la Sologne et le Berry tout au long des siècles passés, accompagnant le développement économique, industriel, culturel et artistique.

Nos ancêtres, des migrants ?

Les migrations humaines depuis le « berceau africain ». [© P. Wadbled]

Des migrations très anciennes

Présence des Celtes dans la région.

17Dès la préhistoire, il y a près de 40 000 ans, de petits groupes de chasseurs, nomades, parcourent les vallées du Cher et de la Loire. Ils ont laissé des traces de leur présence dans la région comme en Loir-et-Cher (site de l’Épau) ou en Indre-et-Loire, près de Langeais. Puis, les Celtes (Carnutes, Turones, Bituriges) et les Romains, les Wisigoths, les Francs, apportent de nouvelles populations qui développent les réseaux routiers, les villes et les campagnes.

Des rois de France ont favorisé l’installation d’étrangers

18Écossais au Moyen Âge, Italiens et Espagnols à la Renaissance s’installent en Touraine et dans le Berry. Souvent ingénieurs, architectes, armuriers, artisans soyeux ou artistes, ils disposaient de compétences particulières jugées précieuses qui contribuèrent à développer la région. Les rois de France favorisent cette immigration d’étrangers sollicités pour leurs savoir-faire dans différents domaines, c’est particulièrement remarquable en Touraine du fait de l’installation des rois dans la région du 15e au 16e siècle. On rencontre également, parmi les Italiens et les Espagnols, des marchands et des banquiers.

19En 1440, Charles VIII fait appel à des armuriers étrangers, des Italiens de Lombardie mais aussi des Flamands, des Allemands et des Espagnols experts en fabrication d’armes et d’armures. Certains fondent de véritables dynasties à Tours comme les Meriglia, dont le nom sera francisé en Merveilles ou encore les Daussone. Leur intégration est facilitée par le statut privilégié octroyé par le roi et une participation active à la vie locale. Certains, nantis de noms francisés et de lettres de naturalisation, sont nommés échevins et maires. Ils « disparaissent » alors comme étrangers pour devenir tourangeaux. En 1470, Louis XI fait venir des artisans soyeux lyonnais et italiens dans son château de Plessis-Lès-Tours à La Riche, et crée la première manufacture royale de soie en France.

20La Renaissance, on le sait, fut marquée par une forte influence italienne dans différents domaines en Touraine et dans le Berry, où séjournent les rois et la cour à cette époque. On a alors souvent recours aux Italiens, experts en orfèvrerie (Bienvenutto Cellini), en peinture (Andrea del Sarto) en architecture (Giovanni Giocondo et Dominique de Cortono dit « Boccador »), etc. Ils exercent leur art auprès des monarques et séjournent de façon temporaire ou durable dans la région. Ce fut ainsi le cas de l’illustre Léonard de Vinci, invité comme ingénieur auprès de François Ier, à Amboise. Son grand projet, la ville royale nouvelle à Romorantin, fut entamé mais resta inachevé.

Léonard De Vinci. [© D. R.]

Fiole de parfum Perrotto, maître verrier du 17e siècle. [© Musée des Beaux-Arts d’Orléans]

Le « Nègre Paul » de Desfriches, 18e siècle. [© Musée des Beaux-Arts d’Orléans]

21Un siècle plus tard, c’est Colbert qui favorise l’implantation de verriers italiens. Ainsi, en 1662, le verrier Bernardo Perrotto (devenu Perrot) s’installe à Orléans et reçoit une autorisation royale. Il utilise la technique du verre de Venise en l’adaptant au goût français. Il innove en inventant le verre coulé sur table, permettant de fabriquer des miroirs de grande taille.

Des Noirs au bord de Loire, au 18e siècle

22Contrairement aux ports maritimes, les activités des ports fluviaux sur la Loire ne sont pas directement impliquées dans la traite négrière. Néanmoins, les relations commerciales entre les villes ligériennes et les Antilles amènent de nombreux produits et échanges. Dans le sillage de ce commerce colonial, quelques centaines de « gens de couleur », domestiques ou militaires, vivent dans la région. Ainsi, à Chambord, résident 75 Noirs du régiment de Uhlans du maréchal de Saxe et à Tours 49 domestiques de couleur sont ainsi enregistrés. Ailleurs, cette population est dispersée ; on retrouve quelques personnes à Montargis, Romorantin, Chartres, Loches, Châteauroux, Châteaudun, Saché, Villegongis. À Orléans, Zunga, baptisé le Nègre Paul, fut domestique et homme de confiance d’Aignan-Thomas Desfriches, dessinateur et négociant. C’est une figure connue dont le buste a été sculpté par Jean-Baptiste Pigalle en 1761. Il est inhumé à Orléans en 1794.

23Comme pour toute présence étrangère, on rencontre alors quelques familles « mixtes » comme ce Joseph Maria, domestique noir établi à Châteauroux qui en 1778 demande en vain au Parlement d’intercéder en sa faveur face au refus du curé de le marier à Anne Auget, une femme blanche, dont il ne pourra reconnaître l’enfant. On connaît aussi l’histoire de Jean-François Zamor, Nègre libre, cuisinier, qui vivait à Saché avec son épouse et ses enfants.

Des étrangers fortunés

24Au cours du 19e siècle, quelques étrangers dotés d’une grande fortune s’installent et développent l’industrie locale par leurs investissements. Ils contribuent au développement économique de la région. Dans le Cher par exemple, le porcelainier suisse Pillivuyt s’installe à Foëcy en 1818 et son fils développe l’entreprise en fondant une nouvelle usine à Mehun-sur-Yèvre, employant plus de 800 personnes en 1870. De nos jours encore, la porcelaine Pillivuyt jouit d’une grande renommée.

25À Orléans, l’Alsacien François-Antoine Fritsch crée une brasserie faubourg Bannier, reprise ensuite par son gendre et successeur, le prussien Julien Schmetz. Le second gendre, Albert Hornung, alsacien lui aussi, ouvre une brasserie à Chartres.

26En 1853, l’industriel américain Hiram Hutchinson fonde une usine de caoutchouc dans l’ancienne papeterie royale de Langlée à Chalette-sur-Loing, dans le Loiret. Il séjourne un an dans la région pour la mise en route de l’usine et en confie la gestion à son fils. Cinquante plus tard, l’embauche de travailleurs étrangers devient de plus en plus importante et se poursuivra tout au long du 20e siècle : Chinois, Russes, Ukrainiens, Polonais, Tchécoslovaques… En 1968, 17 % de la population de Chalette-sur-Loing est étrangère, principalement espagnole et portugaise. Beaucoup sont ouvriers chez Hutchinson : en 1979, ils représentent plus d’un tiers des salariés. Chalette fera partie des rares municipalités qui ont su reconnaître l’histoire des migrations locales. En 1979, le bulletin municipal relève : « La municipalité est au service de tous les Chalettois. Elle ne trie pas, parmi les Chalettois, ceux qui sont d’origine française et ceux qui sont d’origine étrangère. […] Les travailleurs immigrés sont des Chalettois comme les autres. »

Affiche publicitaire de la brasserie Schmetz-Fritsch à Orléans. [© D.R.]

Les usines Hutchinson, Montargis. [© D.R.]

27Certains de ces étrangers fortunés innovent par de nouvelles méthodes comme dans l’agriculture en Touraine et en Sologne. Ainsi, en 1824, le riche William Lee, féru d’agronomie, achète un vaste domaine de 30 fermes et un château. Ses innovations en matière de technique agraire sont rejetées de la population locale, parfois violemment. Les conflits perdurent avec ses héritiers sur fond de différent religieux, la population catholique locale n’appréciant guère leurs principes protestants et ce qu’elle considère comme du prosélytisme.

Des réfugiés aidés et surveillés

28Les troubles politiques qui traversent l’Europe du 19e siècle entraînent l’arrivée d’opposants qui trouvent refuge en France. L’accueil des réfugiés varie en fonction du statut social. L’État accorde des secours aux démunis mais exerce une surveillance étroite par crainte d’agitation politique. Des Espagnols (carlistes, partisans de Don Carlos) séjournent à Châteauroux, en 1833, assignés à résidence. Quelques années plus tard, en 1837, certains sont réquisitionnés sur le chantier du canal de Berry. Entre 1832 et 1863, quelques centaines de Polonais, souvent de condition aisée et opposés au régime tsariste, trouvent refuge dans la région, surtout dans le Cher et dans le Loiret. Les plus riches acquièrent de grandes propriétés comme en Touraine, où le comte polonais Xavier Branicki et sa famille s’installent à Montrésor, dont il deviendra le maire de 1860 à 1870.

29En 1850, les réfugiés polonais sont près de 500 dans la région, exerçant différents métiers : médecins, typographes, relieurs, professeurs de langue, etc.

Xavier Branicki. [© D.R.]

Photo d’Abdel Kader, château d’Amboise. [© D.R.]

Un illustre prisonnier au château d’Amboise

30À Amboise, l’Émir Abdel Kader, figure de la lutte contre la colonisation française en Algérie, à la suite de sa reddition en 1847, est retenu prisonnier au château pendant quatre ans. Il y vit avec une suite de 97 personnes, hommes, femmes et enfants de sa famille et des proches. Le château est alors désaffecté et quasi insalubre. Au cours de cette période vingt-cinq membres de son entourage, dont son épouse et deux enfants, meurent et sont inhumés sur place. Le visiteur du château peut, de nos jours, remarquer le jardin du souvenir, où ont été érigées, après le départ de l’émir, des stèles en mémoire des membres de la suite morts à Amboise. Toujours en mémoire des compagnons d’Abdel Kader, un jardin paysager oriental est réalisé en 2005 par l’artiste algérien Rachid Koraïchi.

Un apport modeste, peu visible mais continu de 1850-2000

Une histoire migratoire liée au développement économique

31À partir de 1850, des Belges, Allemands, Suisses, Italiens, Espagnols, Britanniques, Polonais, Austro-hongrois, Russes s’installent dans les villes et dans les campagnes. Ils occupent des emplois divers, ouvriers, artisans, étudiants, entrepreneurs. De la fin du 19e siècle jusqu’en 1921, les Belges occupent le premier rang des migrations. Ils constituent près d’un tiers des étrangers dans la région, environ 2 000 personnes. Dans le Loiret, ils représentent plus de 40 % de la population étrangère. Souvent, ce sont des ouvriers peu qualifiés, ils sont embauchés dans le terrassement sur les chantiers de chemin de fer ou comme saisonniers agricoles en Eure-et-Loir par exemple.

Piqueteurs belges cherchant du travail au moment de la moisson. Le Petit Journal Illustré, 28 juin 1908. [© Coll. musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, Paris]

Des migrantes aussi…

32Parmi ces migrants présents dans tous les secteurs économiques, on note la présence plus circonscrite de femmes (écossaises, anglaises) souvent employées dans l’éducation ou la domesticité, comme nurses ou gouvernantes. Certaines, irlandaises, sont religieuses dans les couvents de Bourges, Dreux et Chartres. Elles représentent 2 500 personnes étrangères alors que les hommes sont plus de 4 000.

Nationalités en région Centre, 1851-1911. [Insee]

Montargis, berceau de la révolution chinoise ?

33Des liens d’une autre nature se tissent entre la municipalité de Montargis et des étudiants chinois. En effet, tout a commencé en 1903 avec cet étudiant Li Yu Ying de l’école agricole du Chesnay, à Montargis. Devenu agronome et admirateur de la France, il crée le mouvement « Travail-études » et intervient auprès de la ville de Montargis pour faire venir des étudiants chinois. En 1913, ils sont 43 répartis dans les collèges de la ville et impressionnent la population locale avec leurs tenues traditionnelles et leurs nattes. Entre 1912 et 1927, 400 étudiants dont une cinquantaine de femmes résidèrent ainsi quelque temps à Montargis, où ils étudient au collège tout en travaillant à Hutchinson pour subvenir à leurs besoins et se payer leurs études.

34Dans le but de transformer la société chinoise, certains se retrouvent régulièrement dans le parc Durzy, autour de penseurs et leaders politiques : Cai He sen et Xiang Jing yu, sa compagne ainsi que Zou En Laï. Parmi ces jeunes révolutionnaires, figure également Tegn Hi Hien, un jeune homme de 18 ans, employé à l’atelier de galoches chez Hutchinson entre 1922 et 1923, qui deviendra sous le nom de Deng Xiao Ping, un dirigeant de la Chine communiste de 1978 à 1992.

Les guerres accentuent les mobilités… et les contrôles

35Au cours de la première guerre mondiale, des travailleurs coloniaux originaires d’Afrique du nord et d’Asie sont employés principalement dans les usines d’armement (1 200 « musulmans » à Bourges, 400 « coloniaux » et 40 Tunisiens à Vierzon) et dans les bases américaines (300 « Chinois » à Mehun-sur-Yèvre et Issoudun, d’autres coloniaux » Pontlevoy, Montrichard et Gièvres). Parmi eux, des contingents de soldats noirs.

Travailleurs coloniaux de la guerre 14-18. [© D.R.]

36La guerre développe un climat de méfiance envers les étrangers, notamment les sujets allemands et autrichiens, souvent de nationalité ou d’origine polonaise, ressortissants du pays ennemi, mais aussi envers les nomades. Par des contrôles renforcés, une législation contraignante, les autorités surveillent étroitement ces populations. Dans notre société qui privilégie la sédentarité, les populations nomades ont très tôt été perçues comme différentes, potentiellement menaçantes pour l’ordre social. Ainsi, stigmatisées par un mode de vie peu connu et accepté, pendant la seconde guerre mondiale, elles seront internées dans des camps comme celui de Jargeau où 1 190 d’entre eux sont retenus.

37Manouches, Sinti, Gitans, Roms, Yéniches, les Tsiganes sont aussi appelés « gens du voyage », expression qui ne rend pas compte de la diversité des populations qu’elle englobe. Bien que français dans leur majorité, ils sont perçus comme des étrangers de l’intérieur et tout au long du XIXe siècle jusqu’à nos jours, ont été soumis à des obligations légales contraignantes. Le carnet anthropométrique, en vigueur de 1912 à 1969, comportant de nombreux détails et mesures corporelles (empreintes digitales, mesures de la tête, du nez, de l’iris…) les oblige à déclarer leur présence aux autorités locales où ils stationnent tous les deux jours. La législation s’assouplit avec le carnet de circulation et l’obligation de déclaration trimestrielle, puis annuelle. Il faut attendre 2015 pour que l’Assemblée Nationale supprime totalement la législation spécifique à cette population.

38Bien que modeste, l’immigration augmente de façon notable. Alors qu’en 1911, ils représentaient moins de 4 000 personnes dans la région, en 1921 ils sont plus de 10 000 personnes et dix ans plus tard, en 1931, ils sont plus de 30 000 personnes, représentant 1,7 % de la population. Palliant les importantes pertes humaines de la première guerre mondiale, ils travaillent à la reconstruction dans les villes, les campagnes et sur les grands chantiers. La configuration des nationalités changent : les Belges qui représentaient plus de 41 % des étrangers jusqu’en 1921, ne sont plus que 9 % dix ans plus tard.

Migration rime avec colonisation

39La colonisation a tissé des liens forts entre la France et les pays colonisés. De nombreuses migrations sont étroitement liées à l’histoire coloniale, c’est le cas pour les travailleurs venus du Maghreb, notamment d’Algérie, mais aussi d’Afrique subsaharienne et d’Asie du Sud-Est.

Étrangers en région Centre, 1921-1936. [Insee]

40Aujourd’hui, ces « couples migratoires » entre pays colonisateur-colonisé ne sont plus aussi déterminants. C’est la mondialisation qui prévaut, contribuant à la diversité des pays de départ.

Émigrés de Russie et Polonais dans le Loiret, dans le Cher et en Indre-et-Loire

41Fuyant la révolution russe de 1917, des Russes « blancs » et des Kalmouks trouvent refuge dans la région de Montargis, notamment à Chalette-sur-Loing, où la société Hutchinson leur propose du travail. Ils sont 1 200 en 1922 et les arrivées s’étalent jusqu’en 1926.

42Dans le quartier de Vésines où ils sont regroupés en fonction de leur appartenance, ils reconstituent leurs univers sociaux et culturels : commerces, cours de langue maternelle pour les enfants, école. En 1925, l’entreprise prête un local pour pouvoir organiser un lieu de culte où officie un pope. La vie culturelle est intense : fêtes religieuses, chœur, scoutisme, théâtre, projections de films, etc.

Des Polonaises dans les campagnes

43Plusieurs centaines de jeunes femmes sont recrutées sous contrat comme vachère ou bonne dans les fermes d’Indre-et-Loire. Plus de 60 % d’entre elles ont moins de 25 ans. Elles viennent temporairement en France pour gagner de l’argent et améliorer la vie de leur famille dans leur pays.

44Dans les années 1930, la crise économique sévit et les travailleurs étrangers ne sont plus les bienvenus. À cette époque, la main-d’œuvre étrangère est peu visible dans la région, elle est disséminée dans les industries locales, comme à Issoundun à la fonderie du Pied-Selle, ou aux tuileries et usines à chaux de Paviers, Saint-Benoît ou Rivarennes qui a recruté des travailleurs marocains.

Indochinois, Juifs et soldats indigènes

45Les travailleurs indochinois sont présents dans la région pendant toute la durée de la seconde guerre mondiale. Ils travaillent surtout dans les usines d’armement. Ils sont ainsi huit compagnies, soit près de 1 800 personnes à Bourges, 300 personnes à Salbris et trois compagnies près de Tours, à la poudrerie Ripault de Montlouis.

46Entre mai 1941 et juillet 1943, des milliers de Juifs (polonais, tchécoslovaques, ukrainiens, lituaniens, hongrois, allemands…) sont internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. Ils sont arrêtés à la demande des Allemands, mais les deux camps sont gérés par la préfecture d’Orléans.

47À partir de juin 1942, ils sont déportés depuis les gares de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers vers Auschwitz. En juillet et août 1942, 4 400 enfants en sont également déportés et assassinés à Auschwitz-Birkenau après avoir été séparés de leur mère.

48Au début de la seconde guerre mondiale, à Orléans, Chartres, Châteaudun, Montargis ou encore Pithiviers, de nombreux soldats coloniaux sont détenus dans des front stalag, dans des conditions de détention très difficiles. Ils constituent une main-d’œuvre captive dans le charbonnage, les travaux agricoles, forestiers et de terrassement.

Prisonniers « indochinois » travaillant dans un camp de travail allemand en France dit « front stalag ». [© D.R.]

Migrer pour trouver refuge

49Les réfugiés fuient les troubles politiques de leur pays : dans les années 1920, des familles arméniennes arrivent en Touraine et des « Russes » s’installent à Montargis et Chalette dans le Loiret.

50Entre 1936 et 1939, près de 500 000 Espagnols fuient le franquisme et ce sont plus de 20 000 Espagnols qui sont accueillis dans la région, comme à Noirlac dans le Cher ou à Lucé en Eure-et-Loir. Entre 1936 et 1939, par son éloignement des frontières, la région Centre est au cœur du dispositif d’accueil des réfugiés espagnols de la guerre civile. Plus de 20 000 personnes sont réparties dans les six départements, majoritairement des femmes, des enfants et des personnes âgées. Les préfets sollicitent les communes pour organiser tous les hébergements possibles comme ce fut le cas dans des écoles, des centres de vacances, des châteaux ou de grands bâtiments désaffectés. Ce fut ainsi le cas à l’abbaye de Noirlac, dans l’ancienne prison de Châteaudun ou encore dans le camp militaire de Lucé, en Eure-et-Loir.

Une immigration modeste, qui fait partie de l’histoire régionale

51Après-guerre, l’immigration en région Centre reste modeste mais s’inscrit dans le grand mouvement de migration de travail vers la France. Jusqu’aux années 1960, une partie de cette immigration reste rurale, avec notamment de nombreux Polonais. Les Espagnols travaillent souvent dans le bâtiment et sont suivis un peu plus tard par les Portugais qui vont bientôt constituer la migration la plus importante de la région.

52Pendant cette période, la région connaît des migrations maghrébines, notamment algériennes et marocaines. La reconstruction et les nombreux chantiers nécessitent une importante main-d’œuvre constituée pour partie de ces travailleurs issus des colonies d’abord, puis qui continuent d’être sollicités par les entreprises françaises après les indépendances. Ainsi en 1968, 1 200 Algériens sont recensés en Indre-et-Loire ; mais ils sont désormais moins nombreux que les Espagnols (2 000 personnes) et les Portugais (5 000 personnes).

53On parle rarement d’une migration douloureuse, celle des Français-musulmans qui, à l’indépendance de l’Algérie, fuient les massacres et migrent en France avec l’aide d’officiers français qui refusent de les abandonner. Dans l’indifférence générale, ces anciens supplétifs trouvent refuge en France en 1963. 150 familles arrivent par exemple à Dreux, où les hommes sont embauchés à l’usine Renault de Flins. Elles sont logées dans une cité HLM construite par la Sonacotra, à la périphérie de l’agglomération. C’est le cas aussi à Semoy, dans la banlieue d’Orléans, où elles sont logées dans des bâtiments préfabriqués sans confort, à l’écart de la ville, la cité Herveline aujourd’hui démolie. Les familles sont relogées dans les communes à proximité, Fleury-les-Aubrais, Saint-Jean-de-la-Ruelle, Ingré, Saint-Jean-de-Braye ou encore à Orléans. Bien accueillies à Château-Renault où la commune jumelée avec celle d’Arris dans les Aurès, en Algérie, leur procure des logements neufs et les faits embaucher dans l’industrie locale de la chaussure. Elles sont en revanche rejetées à Rosières dans le Cher et plus généralement dans le Cher, où les autorités policières les jugent « moralement indésirables ».

54En 2015, en France, le nombre de demandes d’asile enregistrées approche 80 000. Les ressortissants de certains pays (notamment Syrie, Soudan, Irak, Afghanistan, Kosovo et Haïti) demandent protection à l’État français, mais le taux d’obtention du statut de réfugié est variable : en 2015, 97 % des demandeurs d’asile syriens se sont vu octroyer une protection, mais, globalement, le taux est aujourd’hui beaucoup plus faible que dans les années 1980.

55Aujourd’hui, on comprend que l’ensemble de ces migrations passées et présentes font partie de l’histoire régionale. On sait qu’elles ont contribué et contribuent toujours aujourd’hui au développement économique et démographique régional. Elles sont constituées d’une diversité de populations, Marocains, Portugais, Algériens, Turcs, Africains, mais aussi des Européens venus des pays de l’Est ou encore quelques agriculteurs hollandais.

56Si les principales arrivées ont lieu dans la période 1962-1975, les migrations portugaises, en constante augmentation depuis les années 1970, constituent aujourd’hui un tiers des migrations dans la région. Les hommes sont souvent dans le bâtiment, les travaux publics, mais aussi dans l’agriculture et le maraîchage. Les femmes sont surtout dans le secteur des services, notamment à domicile. Avec le temps toutefois, les formes d’insertion professionnelles se diversifient.

57Faible jusqu’à la fin des années 1960, l’immigration marocaine prend de l’ampleur dans les années 1970. À partir de 1975, elle devient la deuxième migration la plus nombreuse, après les Portugais, avec plus de 8 000 ressortissants. En 1990, ils sont au nombre de 26 000 personnes, dont un tiers de femmes. Beaucoup d’entre eux sont ouvriers, mais certains sont des étudiants envoyés par le gouvernement marocain pour devenir les futurs cadres du pays. Des accords de coopération sont signés dans ce sens en 1973 entre la France et le Maroc. Du fait de la situation économique et politique du Maroc, beaucoup s’installent en France et occupent des postes à responsabilité dans les secteurs social et éducatif.

58Dans les années 1980, les frontières sont officiellement fermées aux migrations économiques ; le regroupement familial prend alors de l’ampleur, encouragé par les difficultés à circuler de part et d’autre des frontières, et par la sédentarisation consécutive des migrants. D’autre part, certaines entreprises continuent d’avoir besoin de main-d’œuvre, comme c’est le cas dans l’agriculture ou la sylviculture, certaines filières migratoires restent donc actives. Enfin, les migrations de refuge sont importantes et mobilisent les pouvoirs publics et l’opinion, aux dépens des « immigrés » qui eux, commencent à être associés aux « problèmes » des banlieues. Cet amalgame va aller grandissant, entretenu par la montée du Front national qui contribue, à partir de cette période, à politiser la question des migrations et à en faire un enjeu électoral.

59La fermeture des frontières entraîne très vite des parcours dangereux pour les migrants, qui veulent rejoindre la France, les contraignant à emprunter des chemins longs et tortueux, comme on voit ici, dans le récit de Samba Touré, jeune Sénégalais, qui relate la fin de sa longue route depuis l’Afrique :

« Pendant la nuit, j’avais perdu mes compagnons de route, j’ai passé la frontière entre l’Espagne et la France à pied et je suis arrivé dans une petite ville, épuisé de fatigue et de faim. J’avais froid. Une boulangerie ouvrait ses portes. J’ai demandé où j’étais : " Nous sommes en France, la frontière est à 9 kilomètres." C’est tout ce que j’espérais entendre ! Je ne parlais ni français ni espagnol mais je lui ai fait comprendre que je voulais aller à Paris. Il était 5 heures, il m’a expliqué qu’un car passait à 7h le matin pour la gare d’où partaient les trains pour Paris. Je n’avais en poche que quelques francs CFA qui ne suffisaient même pas pour acheter un peu de pain. On était en février, il faisait si froid ! Je n’avais jamais auparavant ressenti un tel froid. J’étais tellement fatigué que je me suis endormi là, assis par terre. J’ai été réveillé par le boulanger qui m’offrait une miche de pain chaud. Peu après le car est arrivé et je suis monté, comme si j’avais un titre de transport. Heureusement, il y avait dans ce car, deux de mes compagnons de voyage, qui m’ont aidé à payer le billet ! Quelques semaines plus tard, j’ai appris que deux de nos compagnons de voyage depuis Casablanca étaient morts. Ils avaient été refoulés plusieurs fois à la frontière espagnole et avaient fini par mourir d’épuisement, de faim et de froid. Le voyage vers la France avait été leur dernier voyage. »

Depuis les années 1990-2000 : les migrants sont aussi des femmes !

60Si les migrants sont généralement perçus comme une majorité d’hommes, les femmes sont présentes dès le 19e siècle mais sont plus invisibles : nurses et gouvernantes britanniques, religieuses irlandaises dans les couvents, ouvrières agricoles polonaises, espagnoles et portugaises dans les services. Aujourd’hui, elles constituent un peu plus de la moitié des populations migrantes en région Centre-Val de Loire.

Part des hommes et femmes migrant(e) s dans la région. [Insee, 2013]

Part des immigrés selon le pays d’origine. [Insee, recensement 2008]

Bibliographie

Bibliographie indicative

Aprile Sylvie, Bertheleu Hélène & Billion Pierre, Étrangers dans le berceau de la France. L’immigration dans la région Centre du XIXe siècle à nos jours, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2013.

Mondher Kilani, « Stéréotype (culturel, racial, sexiste) », dans R. Gallissot, M. Kilani & J. Rivera, L’imbroglio ethnique, Lausanne, Paris, Payot, 2000, p. 249-266.

Rygiel Philippe, « La formation de la colonie polonaise de Rosières. 1922-1929 », Cahiers d’histoire et d’archéologie du Berry, no 129, 1997, p. 40-51.

Wadbled Pôleth/Mémoires Plurielles, Panorama historique des migrations en région Centre, Ploërmel, Les oiseaux de papier, 2014.

Table des illustrations

Légende Les migrations humaines depuis le « berceau africain ». [© P. Wadbled]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Présence des Celtes dans la région.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Léonard De Vinci. [© D. R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fiole de parfum Perrotto, maître verrier du 17e siècle. [© Musée des Beaux-Arts d’Orléans]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Le « Nègre Paul » de Desfriches, 18e siècle. [© Musée des Beaux-Arts d’Orléans]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Affiche publicitaire de la brasserie Schmetz-Fritsch à Orléans. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Les usines Hutchinson, Montargis. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Légende Xavier Branicki. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Photo d’Abdel Kader, château d’Amboise. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Piqueteurs belges cherchant du travail au moment de la moisson. Le Petit Journal Illustré, 28 juin 1908. [© Coll. musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée, Paris]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Nationalités en région Centre, 1851-1911. [Insee]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Travailleurs coloniaux de la guerre 14-18. [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Légende Étrangers en région Centre, 1921-1936. [Insee]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Prisonniers « indochinois » travaillant dans un camp de travail allemand en France dit « front stalag ». [© D.R.]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Part des hommes et femmes migrant(e) s dans la région. [Insee, 2013]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Part des immigrés selon le pays d’origine. [Insee, recensement 2008]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/10062/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540