Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Fil d’Ariane. De l’intimité à l’espace public

Guillaume Étienne

Texte intégral

Un projet polymorphe

1Face à un sujet d’actualité fortement médiatisé, notre démarche, dont l’exposition et ce catalogue sont l’un des aboutissements, est celle d’une sociohistoire régionale de la mémoire et du patrimoine des migrants, en articulant autant que possible les dimensions objectives et subjectives de la migration, de l’installation, de l’intégration en France et, plus particulièrement, dans la ville et la région.

2L’exposition « Histoires de migrations » traite du phénomène méconnu des migrations en région Centre-Val de Loire, sous l’angle historique, anthropologique et sociologique, associant des apports scientifiques et un regard artistique. C’est donc un objet polymorphe qui oscille entre les points de vue sensible et critique ou objectif, entre différentes mémoires, entre différents objectifs, entre différents médias, enfin, entre différents sites.

Entre expérience sensible et distanciation

3Si l’objectivité est souvent mise en avant dans les travaux scientifiques pour justifier une connaissance dégagée des partis pris idéologiques, de l’émotion ou de l’expérience immédiate, la réalité du travail scientifique est bien souvent marquée par des va-et-vient et des dialogues entre ces différentes postures. Si l’on distingue souvent les rôles des uns (chercheurs, professionnels du patrimoine) et des autres (anciens migrants, militants associatifs ou travailleurs sociaux) par commodité, les faits révèlent une réalité sociale plus complexe, où parfois le chercheur, l’associatif et le migrant sont une même personne et où les chercheurs ne sont pas dénués d’émotion pas plus que les migrants dépourvus d’objectivité et de capacité à prendre du recul.

4Dans le projet de cette exposition, la dimension sensible occupe une place prépondérante. Aussi, le lecteur de ce catalogue ne sera pas étonné de remarquer la grande place donnée à la parole des personnes – place qui ne devrait d’ailleurs pas « être donnée » puisqu’elle leur revient de droit. Le fil conducteur du sensible se dégage à travers l’importance accordée délibérément aux mémoires et souvenirs des acteurs. Il est coutume d’illustrer les théories sociologiques par l’appel aux récits des personnes ; ici les divers récits recueillis ne constituent pas des illustrations mais bien les fondations du projet, ils sont présents dès le début pour élaborer l’exposition. Il n’est bien sûr pas aisé de convoquer des mémoires d’époques variées, de personnes et groupes hétérogènes, ayant migré dans des contextes différents. Même si elle est recherchée, l’exhaustivité est impossible face à la diversité des migrations. Il est plus intéressant d’aller chercher le détail affectif ou sociologique et la biographie historique des objets que d’accumuler des photographies d’objets en négligeant le contexte qui fait leur sens. C’est donc bien l’aspect sensible qui est ici mis en avant, la place étant faite au(x) sens donné(s) par les propriétaires des objets, aux expériences qu’ils (les objets et les individus) ont vécues.

Entre différentes mémoires

5Aucune mémoire n’a à être évacuée, aucun récit n’a moins d’importance qu’un autre. Les trajectoires de réussite sociale ne doivent pas masquer les difficultés, tout comme le misérabilisme ne doit pas masquer les aspects plus banals de la vie quotidienne.

6Les mémoires des migrations sont plurielles. Elles varient tout d’abord dans le temps et l’espace : les migrations du début du 19e siècle ne sont pas celles de l’an 2000. D’ailleurs, la mémoire collective ne suit pas un chemin linéaire ; ce que l’on retient ou oublie en 2017 des Polonais venus en 1920 ne permet pas de prévoir ce que les années 2100 garderont des actuels migrants syriens ! La construction de la mémoire collective est un processus complexe et se construit au présent. D’autre part, les migrations varient selon les territoires, y compris à l’échelle régionale. Toute la région Centre-Val de Loire n’a pas connu le même développement ni les mêmes installations et l’on sait que le contexte socio-économique, les opportunités d’emploi et la présence de compatriotes sont des facteurs importants dans le choix de la ville d’arrivée. Les mémoires sont liées à ces cadres sociaux et à des territoires précis. Par exemple, de nombreuses familles originaires de la petite ville de Hadjadj (Mostaganem) en Algérie se sont installées en Touraine dans les décennies 1950-1960, et on retrouve aujourd’hui nombre d’entre eux à Saint-Pierre-des-Corps et dans l’agglomération de Tours. Enfin, les mémoires sont aussi étroitement liées aux trajectoires individuelles. De ce fait, si la décision de migrer est souvent attachée à la recherche d’une vie meilleure, les récits de vie montrent la complexité des situations de départ, et font état des espoirs, des illusions et des déceptions. C’est ce que nous avons tenté de restituer dans ce catalogue et dans l’exposition, où les objets ont souvent servi de support à la mémoire, à l’expression des sentiments quant au parcours individuel ou familial.

Entre différents objectifs

7Trois grandes orientations façonnent l’exposition et le catalogue.

8Il s’agit tout d’abord de valoriser et diffuser les connaissances acquises sur les migrations en région Centre-Val de Loire. Les associations présentes sur le territoire œuvrent depuis longtemps dans différents domaines. Les associations d’aide aux migrants, de valorisation de la culture, d’entraide, d’alphabétisation, qu’elles soient devenues « historiques » au regard de leur ancienneté ou actions, sont une dynamique régionale très importante eu égard à leur contribution sociale, culturelle et scientifique. Les travaux de recherche, plus récents, contribuent également à une meilleure connaissance des réalités migratoires. Les institutions patrimoniales comme les archives, les bibliothèques, les musées, également plus récemment investies dans la valorisation du phénomène migratoire, contribuent elles aussi à la connaissance et la valorisation des migrations. Tous ces acteurs ont donc tout intérêt à travailler ensemble.

9Un deuxième objectif réside dans la sensibilisation de la population locale à un phénomène évoqué plus souvent comme un « problème » que comme une ressource sociale et historique. Il s’agit d’une part de montrer que la richesse réside aussi dans le quotidien, la vie de tous les jours, dans cette « banalité » de la diversité des pratiques sociales, culturelles, linguistiques. On ne devra donc pas s’étonner que les objets d’affection des anciens migrants ou de leurs enfants fassent appel aux mêmes schémas que les non-migrants : la famille, le souvenir d’un moment marquant de la vie comme le mariage, la transmission intergénérationnelle de pratiques culinaires, vestimentaires, musicales, décoratives, etc. Tout le monde possède en effet des photos, des souvenirs, des objets que l’on garde précieusement à l’abri du regard ou qui, au contraire, sont exposés dans un salon au visiteur. D’autre part, il s’agit de montrer que les migrations contribuent à la richesse collective cette fois-ci de notre région à travers la participation à la vie citoyenne, économique, patrimoniale, sociale ou associative locale.

10Enfin la troisième orientation consiste à privilégier les « regards croisés » entre les « nouveaux venus » et les « établis » plutôt que contribuer au « grand récit de l’intégration » qui privilégie le seul regard de la société réceptrice. En donnant la parole aux concernés, aux associations, aux institutionnels et aux chercheurs, ce sont de multiples points de vue qui se confrontent, s’accordent, s’alimentent mutuellement. Valoriser cette histoire et la faire connaître comme une part majeure de l’histoire collective est aussi une façon, discrète mais efficace, de prévenir les préjugés et de lutter contre les discriminations. L’exposition n’est donc pas une finalité mais une entreprise à poursuivre.

Entre différents médias

11C’est également un travail qui oscille entre différents médias, dans le sens de « plusieurs moyens ». Les dispositifs mobilisés relèvent aussi bien de l’outillage scientifique que pédagogique ou patrimonial. L’exposition et ce catalogue se veulent donc être mobilisables dans des perspectives de recherche, par les connaissances produites, mais aussi dans des perspectives pédagogiques ou didactiques, par la transmission aux publics, jeunes ou adultes, sans oublier les dimensions patrimoniales, esthétiques et artistiques, par la richesse des objets, des œuvres, des témoignages présentés dans l’exposition.

12Ce catalogue n’est pas le reflet fidèle de l’exposition. Les objets de l’exposition y sont bien sûr présentés, mais pas de manière exhaustive. De même, certains objets, documents et photographies y figurant ne seront exposés. Nous avons souhaité donner une certaine autonomie à l’ouvrage pour qu’il puisse être consulté et utilisé au-delà de l’exposition, comme support pédagogique par exemple. C’est aussi pour des raisons pratiques que l’on trouvera dans ce catalogue des expôts ne figurant nulle part ailleurs : les choix, forcément difficiles, quant au contenu de l’exposition ont laissé de côté certains objets, qui en raison de leur intérêt esthétique, scientifique, historique ou mémoriel, méritaient de figurer dans ce catalogue.

Entre différents sites

13L’exposition au musée d’histoire et d’archéologie d’Orléans est un élément central de restitution du projet. Au-delà, la volonté de créer des dynamiques locales a abouti à l’organisation d’événements et à la présentation d’expositions dans différentes villes et quartiers de la Région. Des thématiques plus précises sont dégagées dans les expositions de dimensions plus restreintes, comme celle des femmes en migration à Bourges ou à Tours, ou encore celle de la transmission à Montargis. Des événements « hors les murs » permettent de rendre plus vivants ces témoignages. C’est pourquoi l’association Mémoires Plurielles s’est associée à des projets déjà existants, comme c’est le cas à Bourges avec le concours d’écriture de l’association Accueil & Promotion Quand l’écrit prend la parole. Depuis une dizaine d’années, ce travail d’écriture réalisé tout au long de l’année est restitué publiquement par le biais de pièces de théâtre, et par l’édition d’un agenda sur lequel figurent des extraits des écrits. À Tours, c’est en partenariat avec la compagnie de théâtre Pih Poh que des lectures de textes et de témoignages sur l’immigration sont réalisées, ou encore avec les associations de production audiovisuelle Cent Soleils et Sans Canal Fixe. Le projet s’inscrit également dans le cadre de projets scolaires, comme à Orléans, où une classe du collège Jean Rostand, encadrée de plusieurs enseignantes et documentalistes, travaille sur l’immigration en voulant « donner la parole aux familles ». Dans le Montargois, enfin, un travail de création artistique avec des familles aboutit à une représentation théâtrale et musicale des récits de vie et chants du pays de départ.

Le fil d’Ariane du visiteur

14Insister sur la diversité des parcours de migrant(e) s ne devait pas, toutefois, nous amener à présenter aux visiteurs une exposition d’objets hétéroclites, simplement compilés. L’exposition propose plutôt de découvrir des facettes mal connues de la vie de « migrants » désormais installés en région Centre-Val de Loire, à travers un parcours à la fois informatif et sensible. Le fil de ce parcours est celui du paradoxe de l’immigration qui, dans notre région, est à la fois invisible, à plusieurs égards, et hyper-visible depuis quelques décennies, notamment dans son traitement politique et médiatique. Organisée en cinq espaces distincts, l’exposition propose une progression dans l’échelle de la visibilité, depuis les pratiques relevant de la sphère domestique, intimes et peu visibles, jusqu’aux questions sociales et politiques, souvent constituées comme des problèmes dans l’espace public. Ce catalogue reprend ces cinq espaces.

15Après avoir posé quelques éléments historiques et contextuels sur les migrations et rappelé quelques questions encore en suspens, le parcours propose au visiteur d’entrer d’abord dans l’intimité de la migration, où les objets souvenirs racontent la dimension affective et quotidienne de la migration. Progressivement, le visiteur pénètre dans des espaces de sociabilité plus « partagés », au sein du quartier et de la vie associative, pour finalement reconnaître des situations où l’immigration est mieux repérée, comme à l’école ou au travail, mais aussi au sein d’espaces publics où on ne l’attend pas comme celui des luttes sociales. Par le biais d’un tel parcours qui mène de l’invisible au visible et de l’intime au public, le visiteur appréhende le processus migratoire par le biais d’espaces sociaux qui constituent autant de facettes de la vie des « immigrés » dans la région Centre-Val de Loire.

Une longue histoire !

16Dans l’exposition, ce premier espace propose des éléments de connaissances simples et accessibles à propos de l’histoire, de la géographie et de la sociologie des migrations. Il s’agit de proposer quelques connaissances nécessaires à la compréhension des espaces suivants et notamment de revenir sur quelques idées souvent tenaces. Par exemple, le caractère moderne des migrations : certes, le 20e siècle a connu de grands mouvements migratoires à travers le monde et l’intensification de la mondialisation et des mobilités au 21e siècle vont dans le sens d’un accroissement des déplacements involontaires et des migrations, que leurs ressorts soient économiques, politiques ou les deux inextricablement mêlés. Cela ne signifie pas, toutefois, que ces mouvements n’existaient pas les siècles précédents. Les migrations ne sont pas un phénomène récent : elles sont en réalité le fait de toute l’histoire (et la préhistoire) humaine. C’est aussi le point de vue de la société d’arrivée qu’il s’agira d’interroger : comment les migrations ont-elles été envisagées au fil du temps ? À partir d’exemples concrets, choisis dans l’histoire passée ou contemporaine de notre région, il s’agit d’illustrer les approches juridiques, économiques, sociales et statistiques de la réalité migratoire en région.

Histoires d’intimités

17Le deuxième espace invite à entrer dans l’intimité de la vie en migration à travers les espaces de la maison, la cuisine et l’alimentation, les parures et bijoux, et les « petits trésors » de l’intimité. Nous plongeons dans des espaces confidentiels, des ambiances d’intérieur et de la vie familiale. Les objets servent de support ou de prétexte pour évoquer tel ou tel aspect de la vie en migration. En ce sens, ils ne sont pas les témoins d’une culture – limiter une culture à un objet serait bien sûr réducteur – mais chargés de souvenirs, d’affects, de sens. C’est dans ce quotidien que les valeurs qui fondent une société se recomposent. Le lieu de l’intime est bien sûr la maison, espace que l’on arrange et aménage, qu’il s’agisse d’habitats précaires ou plus confortables. L’alimentation peut aussi servir de support à la mémoire : les aliments, leur mode de préparation, leur lieu d’achat, les ustensiles convoquent parfois le souvenir lorsqu’il s’agit de préparer une recette « du pays », telle cette femme qui, montrant sa théière marocaine, explique que « la tradition m’accompagne en France ».

Inscriptions des migrants dans la ville

18Continuons notre visite dans des lieux de vie et de contact plus visibles : ambiances de marché, de quartier, vie associative, pratiques ou mobilisations mémorielles évoquent l’ancrage local des personnes et les relations tissées dans des territoires qui vont du quartier à la ville, d’un pays à l’autre. La vie associative est particulièrement dynamique : les associations œuvrent à valoriser les cultures d’un pays par la présentation et la transmission aux plus jeunes des danses, de la langue, ou servent de médiateurs pour se retrouver. Certains lieux sont véritablement marqués, autant symboliquement que physiquement, par des monuments rendant hommage à telle population comme c’est le cas à Tours avec le monument d’hommage aux victimes du génocide arménien. Ce sont aussi des bornes touristiques, comme à Montargis, indiquant que dans tel parc, des étudiants chinois avaient l’habitude de se réunir, dans les années 1910. La ville vit également de ses commerces, et notamment ceux s’adressant aux migrants – mais pas seulement – ou tenus par d’anciens migrants et affichant plus ou moins explicitement la culture, la nationalité ou l’ethnicité, dans le nom donné à un restaurant ou bien par les couleurs d’un drapeau affichées sur la devanture de tel bar.

Apprendre, travailler, s’engager : quelle vie !

19Dans l’exposition, l’espace suivant aborde trois registres de la vie sociale : l’apprentissage, le travail et les luttes. Le message est celui de la rencontre ou d’une vie tissée de liens divers, des migrants au cœur d’un tissu social dont ils sont un composant. À l’école, dans les centres de formation, dans les associations, l’apprentissage prend des formes variées, et a des contenus divers. Les nouveaux arrivants y apprennent les bases d’une langue peu ou mal maîtrisée, apprennent à l’écrire, à rédiger un CV. L’apprentissage concerne aussi les enfants qui, arrivés jeunes dans un nouveau pays, intègrent l’école française et apprennent la langue et les usages souvent plus vite que les adultes. Lorsqu’il est arrivé du Portugal avec ses parents en 1965, alors âgé d’une dizaine d’années, cet homme se souvient par exemple que les adultes venaient parfois le chercher à l’école pour lui demander de les aider dans des démarches administratives urgentes. Deuxième aspect abordé, les situations de travail, une problématique qui a longtemps retenu tous les regards de la société d’accueil lorsqu’il était question des migrations. Le travail justifiait en quelque sorte la migration, pour les « établis » comme pour les « nouveaux venus ». Pendant longtemps, d’ailleurs, les Français parlaient de « travailleurs immigrés ». Le travail est en effet un aspect important : les migrants ont l’espoir de mieux gagner leur vie, veulent ainsi aider la famille restée au pays. Pourtant, ce sont les travaux pénibles, les plus difficiles et mal payés qui, au début tout au moins, leur reviennent souvent : chantiers du bâtiment ou de travaux publics, maraîchage, bucheronnage, atelier de fonderie, etc. Et lorsque cet espoir d’une vie meilleure paraît s’amenuiser, les mobilisations collectives dans le cadre de luttes – sociales, politiques, syndicales – viennent conforter des liens sociaux établis au-delà du seul groupe des « migrants ».

Portraits et trajectoires

20Au regard des thèmes envisagés dans le parcours proposé au visiteur, nous pouvons désormais appréhender plus globalement la complexité des réalités de l’immigration. C’est pourquoi un dernier espace présente des trajectoires d’individus, de familles qui, en insistant sur un aspect de leur vie, une anecdote, révèlent l’hétérogénéité d’un phénomène souvent envisagé, par facilité de langage, au singulier : la migration. La structure placée dans l’exposition rend compte de l’emboitement de ces parcours, anciens ou récents, banals ou extraordinaires. Cet ouvrage ne peut rapporter l’aspect visuel et les « rencontres » proposées au visiteur pour lui faire découvrir ces portraits. Cependant, le catalogue offre un avantage, celui de pouvoir s’attarder plus longuement sur un récit. Narrations et exposition s’alimentent donc mutuellement pour le visiteur/lecteur souhaitant poursuivre la découverte d’aspects moins connus de la migration.

21Privilégiant le croisement des approches sensibles et scientifiques, l’exposition ne prétend pas à l’exhaustivité. Les objets présentés, les récits, les propos scientifiques se complètent mutuellement, chacun exposant une facette particulière d’une même réalité. Cette perspective implique une sélection, c’est-à-dire, un nombre limité « d’objets » choisis pour leur pouvoir d’évocation en évitant profusion et redondance pour ne pas « noyer » le visiteur ou le lecteur.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540