Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Introduction. Collaborations et expérience participative autour de l’exposition

Texte intégral

1L’exposition et le catalogue n’auraient jamais vu le jour sans l’implication et l’engagement de nombreuses personnes, associations et institutions.

2C’est d’abord à Mémoires Plurielles, association régionale présidée par Hélène Mouchard-Zay et portée activement par Pôleth Wadbled, sa chargée de mission, que l’on doit l’initiative de ce projet, étroitement épaulées par Joëlle Richard, très impliquée dans les activités de l’association et par une équipe de chercheurs de l’université de Tours (CNRS Citeres), Hélène Bertheleu, Julie Garnier et Guillaume Étienne et Véronique Dassié (Idemec, Université d’Aix-en-Provence).

3Dès le début, le projet a pu s’appuyer sur la confiance des collectivités locales et des institutions culturelles qui ont rendu possible, concrètement, ce projet. En premier lieu, il faut remercier la région Centre-Val de Loire, qui soutient l’association Mémoires Plurielles depuis ses débuts et qui l’a suivie et confortée dans nombre de ses projets. La Direction régionale des affaires culturelles, en lien avec ses missions d’accompagnement du développement culturel des territoires et de promotion de la démocratie culturelle, nous a fait confiance tout au long de ce projet : elle a fortement soutenu le projet d’exposition mais aussi, ce qui nous tenait à cœur, la démarche participative et multi-située qui a été la nôtre. La Direction régionale de la Jeunesse Sports et Cohésion sociale, a aussi répondu présent dès nos premières sollicitations : sans son soutien et les conseils avisés de Fatima Hamou, chargée de mission, nous n’aurions pu nourrir l’ambition d’un tel projet.

4Ce projet régional a été suivi avec intérêt par le musée national de l’histoire de l’immigration (Paris, Palais de la Porte dorée), notamment par Jean Barthélemi Debost et Mikaël Petitjean, du service réseau et partenariats du musée qui, par leur présence à nos côtés et leurs judicieux conseils, nous ont encouragés à développer et mettre en œuvre nos idées. La réflexion menée tout au long de ce projet doit aussi beaucoup au GIS IPAPIC du ministère de la Culture et de la Communication et à sa directrice Hélène Hatzfeld qui a animé plusieurs années durant, avec Sylvie Grange, un séminaire passionnant (proposant à des associations, des chercheurs et des institutions patrimoniales de constituer les trois piliers d’un travail commun) et est venue plusieurs fois à Orléans nous soutenir auprès des partenaires locaux, attestant de l’intérêt de notre démarche.

5Les premières heures de ce projet ont connu aussi l’intérêt du musée d’histoire et des Beaux-Arts d’Orléans et de sa directrice Isabelle Klinka, aujourd’hui retraitée, qui s’est alors enthousiasmée pour la proposition originale qui lui était faite, d’une exposition portée par un consortium hybride fait d’une association-réseau et de chercheurs, étayée par une collecte participative. Ce crédit alloué par l’institution patrimoniale fut précieux lorsque, pendant quelques mois, nous avons été amenés à douter de l’engagement de la ville d’Orléans qui peinait à retrouver une nouvelle direction pour les musées de la ville. Olivia Voisin, la nouvelle directrice du musée, arrivée plusieurs mois plus tard, au moment où l’exposition prenait déjà, dans nos esprits, une forme scénographique, a accompagné alors le projet avec dynamisme et compétence. Olivier Carré, maire d’Orléans et Sophie Ferkatadji, directrice du service culturel de la ville ont vivement soutenu ce projet permettant qu’il arrive à son terme et que, notamment, le photographe Christophe Camus travaille à donner à la collecte d’objets une dimension visuelle dont le catalogue est ici directement issu.

6Dans cette démarche au long cours, le projet d’exposition a concrètement été élaboré au sein de différents groupes de travail, animés par Pôleth Wadbled et les quatre chercheurs dans les agglomérations suivantes : Orléans, Tours, Bourges, Montargis/Chalette. La participation bénévole de nombreuses personnes, qu’elles soient directement concernées par la migration, professionnels (du social, de la culture) ou artistes, a permis de construire la scénographie dans une intelligence collective qui doit à chacun de ces participants. Nous remercions donc chaleureusement :

  • le groupe de travail d’Orléans, et plus particulièrement Hamid Jarboui, Bérangère Allimonier de Défi, Liliane et Claude Ledoux, Fatim Labib de l’ASELQO, Nadejda Tilhou de l’association Cent Soleils, les enseignants professeurs documentalistes du collège Jean Rostand, Colette Robert de l’association Femmes Plurielles, Marie-Thérèse Dugué élue à Saint-Jean-de-la-Ruelle, Jean-François Le Borgne de la Ligue de l’Enseignement, Gérard Sustrac de Convergence à la Source, Mme Lam de l’association Les amis du Cambodge, François Juszezak de l’association La tortue magique, Agnès Thouvenin-Flesher, Seynabou Gueye de l’association Teranga ;
  • le groupe de travail de Tours, et plus particulièrement Yasmina Chabane, Marie-Véronique Panas, Marie-Laure Tending, Ida Tesla de la compagnie Pih Poh, Josette Blanchet, Fernande Lopez, Thomas Lacroix du laboratoire Migrinter, Adèle Mabed de l’agence régionale Ciclic, le collectif Sans Canal Fixe, en particulier Jean-Baptiste Giuliani, et le centre social Pluriel(les), notamment Abdou Marzouki ;
  • le groupe de travail de Bourges, et plus particulièrement Christiane Berthommier d’Accueil et Promotion, Arbia Chaïbi du Petit musée de Fatma, Maithy Goin, Aline Vang d’Asia’s Jeunesse Hmong, Colette Puynège-Batard de la médiathèque, Patrick Pottier du Contrat urbain de cohésion sociale de la ville de Bourges ;
  • le groupe de travail de Montargis/Chalette qui a bénéficié de l’engagement de Formalis, association de développement culturel du Montargois qui fut très présente, notamment en la personne de Gloria Buhr, qui s’est impliquée au démarrage du projet régional, puis dans la coordination du groupe de travail de Montargis et des projets artistiques locaux. Participants et contributeurs doivent être chaleureusement remerciés, notamment Sylvie Orlyck, Daniel Szawarskuj, Nicole Bedez, Christine Lander, Christian Corbes, Guy Kayser, Serge Catanèse, Sandrine Henri, la chorale Kobzar, Jacques Bourgon et l’association des Amis du Vieux Montargis, Peiwen Wang et l’association Amitié Chine Montargis, l’Agglomération Montargoise Et Rives du Loing, les villes de Chalette-sur-Loing et de Montargis, la médiathèque et Pascale Gardes, conservatrice du musée Girodet.

7L’exposition doit beaucoup à l’ensemble de ces participants et notamment à ceux qui, particulièrement impliqués, ont apporté leur aide sous différentes formes : certains ont participé directement à la collecte, s’exerçant à poser un regard « patrimonial » sur des objets d’affection et collectant chez eux ou chez des connaissances, des objets ou des documents susceptibles de figurer dans l’exposition ; d’autres ont apporté une proposition ou une idée qui fut travaillée, discutée et souvent adoptée ; d’autres encore se sont faits « intermédiaires », de façon à mettre un membre de l’équipe porteuse du projet en contact avec des personnes dont l’expérience migratoire devait être recueillie ou dont l’activité ancienne auprès des migrants méritait d’être soulignée ; d’autres, enfin, professionnels ou représentants d’institutions locales, ont ouvert leurs réseaux ou offerts leurs propres compétences, scientifiques, militantes, artistiques.

8La coordination du travail entre ces groupes locaux a été assurée par Hélène Bertheleu et Pôleth Wadbled, au cours de longues réunions organisées dans les locaux de l’université de Tours, où l’activité de recherche et la « fabrique » de l’exposition se mêlaient inextricablement, bousculant les habitudes des chercheurs, et questionnant en retour les pratiques des associations.

9Pendant cette longue période de préparation, nous avons eu la chance de bénéficier, pendant plusieurs mois, du concours particulièrement actif de Savine Le Goff, archiviste, qui a assumé seule la tâche ingrate d’explorer patiemment les fonds d’archives des départements de la région et surtout ceux des différentes communes (Tours, Orléans, Dreux, Bourges, Montargis, Chalette, Blois) et de certaines associations. Savine Le Goffa aussi participé à de nombreuses réunions de l’équipe porteuse du projet, apportant sans compter son dynamisme, ses compétences et ses idées. L’association Mémoires Plurielles a aussi bénéficié de la contribution de Florent Sautereau qui, travaillant à son master de sociologie, a rencontré et interviewé les participants du groupe de travail de Tours, afin de mieux comprendre la nature de leur engagement dans ce projet d’exposition.

10Le projet de l’exposition, depuis ses débuts, s’est développé sous l’attention bienveillante d’un Conseil scientifique constitué de personnes-ressources qui ont su nous écouter, comprendre nos questionnements, orienter nos recherches, apaiser nos doutes et apporter des réponses précises aux obstacles rencontrés. Nos remerciements vont notamment à Sylvie Aprile (historienne, université de Lille), Philippe Rygiel (université de Paris 1), Nathalie Grenon (directrice du Cercil), Isabelle Klinka (ancienne directrice du musée) et Hélène Mouchard-Zay (présidente du Cercil et de l’association Mémoires Plurielles) pour leur temps, leur aide et leur soutien à des étapes clés du projet.

11Enfin, il nous faut remercier l’université de Tours, les laboratoires CNRS Citeres et Idemec qui ont soutenu les chercheurs en leur dégageant du temps de recherche et des espaces de travail adéquats, ainsi que Guillaume Étienne et les PUFR qui ont permis que ce catalogue soit réalisé avec compétence et dans les meilleurs délais.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540