Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Contextualisation. Le projet et ses trois piliers

Hélène Bertheleu

Full text

1En juin 2013, l’association-réseau Mémoires Plurielles, forte de ses liens avec quelques chercheurs de l’université de Tours, contactait le musée d’Histoire et des Beaux-Arts d’Orléans pour lui proposer le projet d’une grande exposition intitulée Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire. Les trois partenaires acceptèrent d’emblée l’idée de travailler ensemble, chacun apportant ses compétences : l’association proposera un projet en s’appuyant sur le réseau associatif qu’elle mobilisera pour la collecte, le laboratoire de recherche mettra à disposition le contenu de ses travaux et sollicitera ses réseaux et le musée finalisera et présentera le projet avec un budget adapté, à la ville d’Orléans.

  • 1 À propos des missions du réseau Traces en Rhône-Alpes, créé en 2000 réunissant divers acteurs s’in (...)

2Cet accueil favorable du musée constituait en soi une bonne nouvelle : bien que l’immigration n’ait jamais été, par le passé, constituée en élément significatif de l’histoire locale, il n’y aura pas besoin de « faire entrer l’immigration par effraction dans le patrimoine » comme le disait avec humour B. Vanderlick1 qui veut, comme l’association Mémoires Plurielles, « montrer que l’on peut interroger l’histoire autrement ». Puisqu’il s’agissait de porter cette question sur la place publique, il fallait le faire par le biais d’un lieu dédié à l’accueil du public et sur un mode sensible et accessible au plus grand nombre. Les premiers échanges amenèrent donc l’association et les chercheurs à souhaiter la participation des « concernés » au projet, en proposant aux migrants eux-mêmes et aux associations mobilisées auprès d’eux de contribuer au synopsis, à la collecte et à la conception de l’ensemble.

3Si le premier objectif de l’exposition était de faire œuvre scientifique, à travers la mise en valeur des connaissances historiques et sociologiques locales accumulées sur le sujet, l’ambition devint rapidement celle de toucher un public large, fait notamment de familles, de jeunes, issus de milieux sociaux les plus larges possible. Le parti pris d’une approche sensible fut affirmé dès le départ et orienta le choix des documents, des objets et l’importance des témoignages. S’il s’agissait certes d’apporter quelques clefs de lecture et de compréhension des migrations et ses espaces de vie, l’ambition était d’appréhender les enjeux de la diversité aujourd’hui dans une perspective citoyenne.

Le temps long de la « fabrique » de l’exposition

4Dès le mois de décembre 2013, l’association Mémoires Plurielles rassemble, dans l’hémicycle du conseil régional, de nombreux acteurs susceptibles d’être intéressés et de contribuer à la démarche : associations culturelles ou d’entraide entre migrants, associations de travail social ou de médiation culturelle, artistes, élus locaux, enseignants, travailleurs sociaux, professionnels de la culture, du patrimoine, de l’urbain, des bibliothèques, etc. Tous sont invités à se retrouver pour une journée d’échange autour de ce projet émergent. L’objectif était d’associer au projet les gens intéressés ou concernés, quels qu’ils soient, avant même que celui-ci soit clairement délimité et trop avancé, afin de pouvoir prendre en compte leur point de vue.

5Comment élaborer collectivement une exposition ? Comment construire cet événement à la fois scientifique et sensible, en s’appuyant sur la participation des « concernés » ? La « démarche participative » fut adoptée, visant à encourager l’implication d’individus peu familiers du « patrimoine » mais concernés par l’enjeu de reconnaissance des migrations et de leur inscription historique dans le territoire régional.

  • 2 À Rennes, en 2011, l’exposition portait sur les migrations en Bretagne.

6Cette journée d’étude permit de partager des expériences déjà menées ailleurs, avec notamment des témoignages de professionnels du musée d’histoire du château des ducs de Bretagne de Nantes2, du musée de Bretagne à Rennes, du musée national de l’histoire de l’immigration à Paris. Cette journée fut aussi l’occasion de rencontrer des associations partageant les mêmes objectifs que Mémoires Plurielles et ayant mené des expériences similaires d’exposition dans d’autres régions, comme l’association Trajectoires en Île-de-France, l’association Ancrage à Marseille, le réseau RAMHI en Aquitaine et l’association Traces en Rhône-Alpes.

7Pour le chercheur, la démarche qui consiste à « partager le pouvoir de patrimonialiser » et à travailler de façon participative est en soi particulièrement intéressante : la situation se présentait finalement comme une sorte d’expérience collective qui, d’ailleurs, intéressa le ministère de la Culture et de la Communication et notamment le groupement d’intérêt scientifique (GIS) institutions patrimoniales et relations interculturelles, animé par Hélène Hatzfeld. En juin 2014, une réunion du Conseil scientifique de l’exposition scellait le démarrage d’une recherche menée autour de ce projet d’exposition considéré comme un moment d’expérimentation et d’engagement patrimonial. L’équipe de chercheurs impliqués se donnait ainsi la possibilité d’observer les conditions d’élaboration d’un patrimoine commun, de saisir les conditions de patrimonialisation d’une mémoire des migrations, aux côtés d’une diversité d’acteurs impliqués et concernés par la démarche.

8Commença alors un long processus partenarial entre les « trois piliers » (associations, chercheurs et musée) et les groupes de travail constitués dans quatre villes.

Notes

1 À propos des missions du réseau Traces en Rhône-Alpes, créé en 2000 réunissant divers acteurs s’intéressant aux questions mémorielles liées à l’immigration.

2 À Rennes, en 2011, l’exposition portait sur les migrations en Bretagne.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540