Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de migrations

 | 
Guillaume Étienne

Préfaces

Sylvie Le Clech, Olivier Carré et Hélène Mouchard-Zay

Texte intégral

1La culture est cette preuve intangible, incontestable de ce qui nous unit. « Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire » convoque un pan de notre histoire. N’oublions jamais que l’altérité nous enrichit, nous porte vers de nouveaux horizons.

2La concrétisation de ce projet d’envergure repose sur ce que nous sommes : un peuple, une culture, une identité multiple. La culture n’est pas étrangère à l’individu, elle est un accès à soi-même, par la rencontre avec l’artiste, l’œuvre, l’acquisition de connaissances et la pratique. Elle participe pleinement à ce que chacun trouve sa place dans la société et en soit acteur. Ce catalogue retrace le parcours de scientifiques, étudiants, artistes, associations, institutions qui ont souhaité témoigner de ce qui fait société, de ceux qui font société.

3C’est au nom de ces valeurs partagées que le ministère de la Culture et de la Communication/Drac Centre-Val de Loire s’est engagé à soutenir cette démarche. Donner et porter la parole à ceux qui pensent ne pas en avoir. Préserver, conserver la mémoire de ce que nous avons été, de ce que nous sommes et de ce que nous serons.

4Nous vivons ensemble, unis.

5Restons ensemble, unis.

Sylvie Le Clech
Directrice Régionale des Affaires Culturelles Centre-Val de Loire

*

6L’hôtel Cabu-musée d’Histoire et d’Archéologie accueille en ses murs cette exposition temporaire proposée par une équipe d’enseignants-chercheurs de l’université de Tours, et l’association Mémoires Plurielles. Ainsi se côtoieront durant plusieurs semaines les objets de mémoire de notre histoire locale, pluri-centenaire, berceau de la langue et de la culture française, et les apports de la mémoire des migrations en région Centre-Val de Loire, éléments forts des différentes étapes de développement de cette région. Ce sera l’occasion d’embrasser la diversité et la richesse des communautés installées sur notre territoire et de donner à leurs histoires, devenues les nôtres, une valeur patrimoniale.

7Nos sociétés, depuis toujours, sont le fait de mouvements des populations. L’homme, nomade, s’est sédentarisé et a construit une politique d’accueil fondée sur l’échange, la réciprocité et le respect. Les cultures se sont mêlées, parfois sédimentées. Leur brassage n’a jamais autant influencé notre quotidien : littérature, musique, gastronomie… Comment ce temps de l’assimilation peut-il résister à l’accélération du temps ? Cette accélération bouscule-t-elle les principes qui fondent la communauté de destin qu’est notre nation ? C’est peut-être la question qui nous est posée par l’exposition « Histoires de migrations en région Centre-Val de Loire » à laquelle j’ai apporté mon soutien dès les premiers échanges avec ses concepteurs.

Olivier Carré
Maire d’Orléans, Député du Loiret

*

Que la France se nomme diversité…
F. Braudel

8« Histoire et mémoires des immigrations en région Centre » : tel fut l’objet d’un colloque qui s’est déroulé à Orléans en octobre 2008 et qui présentait les résultats des travaux menés, à l’initiative de l’ACSE, par des chercheurs en sciences humaines et sociales de l’université de Tours.

9Le vif intérêt qu’éveilla cet événement, les nombreux retours provenant d’acteurs institutionnels et associatifs, sans parler de nouveaux témoignages de migrants : tout fut alors de nature à susciter une envie collective de continuer ce cheminement. À l’évidence, il fallait construire ensemble cette histoire multiple, interroger la nature des liens qui peuvent se nouer entre des mémoires vivantes, penser des formes nouvelles de citoyenneté.

10Ainsi s’est constituée, en 2011, l’association Mémoires Plurielles. Ses objectifs sont de faire émerger une histoire donnant toute sa visibilité à la diversité du peuplement de la région, de transmettre expériences et témoignages, de recueillir toutes formes de contributions (traces orales et écrites, photos, productions artistiques et culturelles, recherches multiples), en les mettant à la disposition des particuliers, des associations, des établissements scolaires, des collectivités locales, etc., d’animer un réseau régional d’acteurs travaillant autour de cette thématique, et enfin de contribuer par là au combat contre les préjugés et contre les discriminations. Mes remerciements vont aux quelques-uns qui s’investirent dès le départ dans ce projet, et en particulier à Joëlle Richard, sans laquelle il n’aurait pu prendre cette ampleur.

11Dès lors, diverses actions ont été engagées : élaboration d’un site collaboratif, qu’usagers et associations doivent pouvoir s’approprier afin qu’il devienne un outil de participation et de citoyenneté ; réalisation, à destination des établissements scolaires, d’une frise chronologique, « Panorama historique des migrations en région Centre » (que le conseil régional a mise à disposition dans les lycées de la région) ; conférences et colloques, participations à diverses actions : recherches menées à la demande des collectivités, collaborations diverses avec d’autres institutions, en particulier le Musée de l’histoire de l’immigration, à Paris.

12Enfin, c’est durant ces années fertiles que des chercheurs membres de l’association ont fait paraître des travaux marquants, en particulier : Étrangers dans le berceau de la France, de S. Aprile, P. Billion & H. Bertheleu (dir.) aux PUFR, et Mémoires des migrations en France, du patrimoine à la citoyenneté, dir. H. Bertheleu, aux PUR.

13L’idée est alors venue, très logiquement, de prolonger ce travail par une grande exposition qui mettrait en valeur ce patrimoine immatériel méconnu que constitue l’histoire des migrations locales. Pour réaliser ce projet, on devait naturellement faire appel, autour de Mémoires Plurielles, aux chercheurs, aux multiples associations qui travaillent souvent dans l’ombre sur le territoire régional, et à l’institution patrimoniale qu’est le Musée historique d’Orléans, en liaison avec d’autres lieux dans la région. Cette exposition a pour ambition de donner une juste visibilité à ceux dont la présence, réelle et précieuse pour l’histoire de notre pays, n’est trop souvent évoquée que pour servir des propagandes indignes.

14L’intérêt qu’a rencontré ce projet et les nombreux soutiens qu’il a obtenus, seront détaillés un peu plus loin par Hélène Bertheleu, qui a mené ce grand et magnifique travail avec Pôleth Wabled, et les chercheurs, Julie Garnier, Guillaume Étienne et Véronique Dassié, qui se sont investis dans ce projet : qu’ils en soient tous chaleureusement remerciés. Ces multiples réactions nous ont encouragés à persister, malgré les difficultés, et à mener à bien ce projet dont on mesure plus que jamais les enjeux sociaux, culturels et politiques.

Hélène Mouchard-Zay
Présidente de Mémoires Plurielles

Auteurs

Directrice Régionale des Affaires Culturelles Centre-Val de Loire

Maire d’Orléans, Député du Loiret

Présidente de Mémoires Plurielles

© Presses universitaires François-Rabelais, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540