Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 12. La mort et la sépulture

Texto completo

1Les registres qui contiennent les actes de sépultures ou de décès sont sûrement parmi les plus émouvants et les plus passionnants mais les plus anciens exigent une critique serrée avant d’être exploités.

1. Un point de méthode

Le conseil d’un spécialiste des registres de sépultures, en Anjou, François Lebrun

2L’étude de la mortalité s’appuyant essentiellement sur les données chiffrées des registres paroissiaux, il est indispensables de bien préciser la façon dont se présentent les registres utilisés et le degré de créance qu’on peut leur accorder. Même en Anjou ou les registres de catholicité sont depuis le début du XVIe siècle généralement mieux tenus que dans bien d’autres provinces du royaume, l’ordonnance de Saint-Germain de 1667 marque un tournant : alors que jusque-là, certains curés omettaient soit systématiquement, soit épisodiquement, d’enregistrer les décès d’enfants, désormais, l’obligation d’enregistrer tous les décès, avec mention de l’âge, est scrupuleusement respectée, en ce qui concerne du moins la tenue de la minute. C’est-à-dire que si une étude chiffrée de la mortalité ne pose pas de problème à partir de 1670, il convient, avant cette date, de faire à propos de chaque série paroissiale, un sérieux travail critique afin de déceler un éventuel sous-enregistrement des sépultures. »

3Source : François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p. 113.

2. Les actes de sépulture

Registre des mortuaires, paroisse Saint-Jean et Saint-Pantaleon de Troyes (Champagne, auj. Aube) en 1655-1656

4Registre de mortuaires ou sepultures pour la paroisse de St Jean et St Pantaleon et St Nicolas des secours dans la ville de Troyes dresse par moy curé soussigne depuis le jour de ma mise en possession de ladite cure le 17 mars 1655. Lardot.

5[en marge :] Notes qu’on ne tient point de registre des enfans inhumes a Croix basse.

Le jeudi 18 mars 1655 a St Jean on celebra le grand service de damoiselle Marie Perricard femme de noble Pierre Maillet [ ?] conseiller du roy au grenier a sel demeurant en la rue de la Trinité decedée et enterrée quelques jours auparavant.

Le dimanche 21 a St Nicolas l’enterrement de [ un blanc] servante domestique de noble Pierre Paillot bourgeois conseiller de ville demeurant au marché du bled et decedée en son logis.

Le lundi 22 à St Jean l’enterrement de Jeanne Guion femme de Pierre Joli demeurant rue de la Corderie.

Le mardi 23 à St Jean l’enterrement de Simon Beaumont maître savetier demeurant rue de l’Eau bénite.

Le jeudi 25 à St Jean l’enterrement de Jean Jaquemin maître epinglier demeurant en la rue de l’Eau bénite.

(…)

Le lundi 24 janvier [1656] à St Jean fut enterré le sieur Hierosme Amand marchand décédé en sa maison au marché aux aulx, rue de l’Epicerie il avoit légué et ordonné par son testament que les Jacobins et les Cordeliers porteroient chacun douze flambeaux de deux livres de cire a son enterrement et qu’ils leur demeureroient. Ce que empesché formellement comme contraire aux reigles ecclesiastiques et a l’usage qui attribue le luminaire des convoye au curé et ainsi fut executé ce qui fut porté de luminaire m’estant demeure sans contestation. Un particulier ne peut contrevenir par caprice et a sa volonté aux reigles establies pour les ceremonies et actions publiques politiques ou ecclesiastiques, par ceux qui en ont la direction et le pouvoir principalement quand leur disposition capricieuse est au prejudice du tiers. »

6Source : Archives municipales de Troyes (fonds ancien conservé à la Médiathèque) : registre no 27 bis. Je remercie la direction de m’avoir permis de consulter le volume original.

L’acte le plus bref

7mort hop Magdelene

8Source : registre BMS de Saint-Rémy-de-Provence, année 1716, acte relevé par Didier Verlaque, transmis par Jean-Paul Métailler, Revue française de généalogie, no 173, p. 53. Ici, hop signifie hôpital.

Actes de sépultures, paroisse Saint-Pierre de Dijon (Bourgogne, auj. Côte-d’Or) en 1622

Registre de ceux qui sont mortz et enterréz en l’église parroissiale St-Pierre a Dijon depuis le vintcinquieme de mars mil six centz vint deux.

Le vint cinquieme mars jour de l’Annonciation Notre Dame et vendredi saint 1622 mourut messire Jean Pons vivant prebtre et vicaire en ladite église St-Pierre et inhumé en ladite église devant la chaire.

avril 1622

  • 31 Cette expression est rare ; selon Jacques Gélis, que je remercie, l’enfant est probablement mort lo (...)

Le premier jour d’avril 1622 mourut un enfant de gesine31 de monsr. le conseiller de Chasan [ou Chasay ?] lequel fut inhumé en leur chappelle de la Croix en ladite eglise.

Le mesme jour mourut dame Marie Coqueverte [ou Coquenelle ?] femme de Jean Darmoysin hoste du berger.

Le dimanche troizieme avril mourut Maclotte pauvre femme laquelle fut inhumee au cemetiere dicelle eglise.

Le vendredy huictieme avril 1622 mourut Didier Parroquin âgé de vint quatre ans fils de Claude Parroquin maître blanchisseur fut inhumé en ladite eglise St-Pierre.

Le mesme jour mourut Remond Breton cordonnier et fut inhumé en ladite eglise.

Le quinzieme avril 1622 mourut Guillaume Tonnelier âgé de vint ans fils de Gille Tonnelier jardinier et fut inhumé au cemetiere d’icelle eglise.

Le seizieme dudit avril 1622 mourut une fille à maître Simon Bresson sergent general incontinent apres son baptesme.

Le treizieme avril mourut Benigne Tonnelier âgée de quatorze ans fille de René Tonnelier vigneron laquelle fut inhumée au cimetiere dicelle eglise.

juin 1622

Le septieme juin 1622 mourut en logis du beuf [au Logis du Bœuf] noble Gaspar de Canasse gentilhomme natif de Salvete fut inhumé le mesme jour aux Cordeliers.

Le treizieme juin 1622 mourut dame Marie Baquin [ou Bagnin] vefve de maître Fleutelot et le mesme jour fut inhumer en ladite eglise devant l’autel St-Jacques.

  • 32 Cette pauvre femme n’est donc pas enterrée dans sa paroisse.

Le vint troizieme juin 1622 mourut Jeanne Cassotte pauvre femme demeurant en la parroisse St-Michel et fut inhumee au cimetiere.32

Le mesme jour mourut Didier Melesson maître boulanger et fut inhumé au sepulchre de maître Jean Mathieu.

9Source : Archives municipales de Dijon : registres de la paroisse Saint-Pierre de Dijon ; B 506 (registre factice composé de plusieurs registres cousus entre eux). Ma gratitude s’adresse aux Archives municipales de Dijon qui m’ont permis exceptionnellement de travailler sur les registres originaux.

Actes de sépultures, en 1793, paroisse de la Malmaison (Aisne). Document communiqué par Mathilde Becker.

Le décès d’un bagnard, à Marseille (Provence, auj. Bouches-du-Rhône) en 1772

10Le document qui suit est un acte de décès qui provient du Bureau des chiourmes de Marseille.

11Pierre Pillion fils de feu Claude et de Jeanne Paillat marié a Marianne Clerc Charpentier agé de trente cinqt ans en 1769 natif de Charay en Dauphiné dioceze de Vienne taille basse cheveux et sourcils chataing et barbe rousse, visage ovale, les yeux gris, le nez long, marqué de lettres g.a.l. condamné à Grenoble par arrest du parlement du [ ?] may mille sept cent soixante huit, pour vols a trois années mort à l’hopital de la marine le 1er juillet 1769. Nous commissaire de la marine preposé à la police au détroit des chiourmes, certifions véritable le présent extrait auquel nous avons fait apposer le sceau royal. A Marseille le 28 mars 1772. »

12Source : Extrait des registres du Bureau des chiourmes du port de Marseille no 12578, publié par Gérard d’Arundel de Condé, « Transcription de l’acte de décès d’un bagnard, 1772 », Gé-Magazine, no 250, juillet-août 2005, p. 44-45. Texte relevé aux Archives départementales de la Drôme par Luc Clément.

3. Les causes de la mort

13Les registres paroissiaux indiquent rarement la cause de la mort. On profitera donc de ceux qui donnent cette précision.

Un homme assassiné, à Arc-en-Barrois (auj. Haute-Marne) en 1702

  • 33 Un scapulaire est une pièce d’étoffe que portent les religieux, et qui descend depuis les épaules j (...)

14Le samedy 25 novembre 1702, je soubsigné, prebtre curé d’Arc, certiffie avoir inhumé au cimetière de l’hôpital général de cedit lieu, le corps d’un homme trouvé mort par assassin, au milieu du bois de la petitte forest, au chemin appelle vulgairement le sentier des forestiers, après avoir remarqué en son cadavre des marques de sa religion et catholicité par le saint scapulaire33 qu’il portoit et ce encorre à la réquisition du corps de la justice de cedit lieu, et cette inhumation faicte avec les prières et suffrages ordinaires et tel cas accoutumés suivant l’ordre du diocèse et en présence de maître François Lambert, conseiller du Roy en son bailliage et siège présidial de Chaumont-en-Bassigny et du sieur Louis de Corme, commissaire aux reveues, d’honorable Claude Mortet, administrateur général au marquisat de cedit lieu et maître Pierre Ruot, chirurgien juré soussignez.

15Source : Archives départementales de la Haute-Marne, E dépôt 3993. Cf. Geneviève Lamontre, « Les étrangetés d’un registre paroissial d’Arc-en-Barrois de 1663 à 1708, Les cahiers haut-marnais, no 212-213, 1998, p. 68-73.

Acte de sépulture à Sauternes (Guyenne, auj. Gironde), en 1767

16L’an mil sept cens soixante sept le neuf avril est décédé de mort soudaine Catherine Dubourdieu âgée d’environ quarante cinq ans habitante de cette paroisse épouse de Gabriel Soulignac. A été inhumée le lendemain dans le cimetière de cette église en présence de Pierre Coutures et Bernard Castaing habitants de cette paroisse qui ont déclaré ne sçavoir signer. En foi de quoi : David, curé de Sauternes.

17Source : Archives départementales de la Gironde, registres paroissiaux de Sauternes ; documents transcrits et communiqués par Stéphane Minvielle

La mort des ouvriers et des ouvrières de la verrerie de Saint-Gobain (Picardie) au XVIIIe siècle

Antoine Lavigne, 46 ans, « lequel s’est trouvé mort la nuit précédente sans maladie », 1681

Pierre Brunet, chaudronnier originaire de Saint-Bonnet (évêché de Clermont en Auvergne), est « tué et massacré le 11 novembre 1686 sur la terre et instance de la paroisse de Saint-Gobain »

Elisabeth Gersiaux, environ 30 ans, décédée le 3 mars 1695

J. Fera, hostelain de la chasse ( ?) trouvé subitement mort sur le chemin, en 1695

Gobert Maillart « malheureusement tué par des soldats » est inhumé le 26 avril 1697

Nicolas Hourde, 20 ans, décédé subitement en 1697

Nicolas Courtenay, environ 26 ans, mort subitement le 13 novembre 1700

François Pringuet, tué par des faux-sauniers dans la forêt de Saint-Gobain, est inhumé le 14 septembre 1701

Marie-Anne Blin, décédée « tout subitement » en 1703

Barbe Cadot, 38 ans, trouvée morte le 9 novembre 1704

Marie-Anne Martin, 35 ans, décédée subitement en 1706

Legrand, époux de Suzanne Delamotte, est « malheureusement tué par une pierre qui lui est tombée sur le corps » en novembre 1706

Jeanne Eam, 42 nas, décédée subitement le 22 août 1709

Marie Detal, 40 ans, décédée subitement le 19 août 1710

Nicolas Cousin, mort subitement en 1712, à l’âge de 31 ans

J.-F. Martin meurt en 1737 « ayant été écrasé par un monceau de terre » Anne de Bourbon Guilbert, décédée subitement le 7 mars 1751

Joseph Aubert, domestique, originaire de Momigny-en-Hainaut, est trouvé noyé dans « le temps neuve » (l’étang neuf ?) en 1786

18Source : Relevés effectués dans les registres paroissiaux par Maurice Hamon et Dominique Perrin, Au cœur du XVIIIe siècle industriel. Condition ouvrière et tradition villageoise à Saint-Gobain, Paris, P.A.U., 1993, p. 697-698.

Maladies, blessures, accidents : les causes de décès à Plougonver, en Bretagne, au milieu du XVIIe siècle

19La paroisse de Plougonver fournit à elle seule 336 causes de décès entre 1640 et 1660, soit pour 41 % des décès enregistrés.

  • maladies des voies respiratoires : 63 sûres (58 pleurésies, quatre poulmonies ou phtisies, une esquinencie (angine) et 45 possibles (toutes « longues maladies » ou « maladies languissantes ». Quelques-unes au moins doivent être des hydropisies, parfois qualifiées elles aussi de « longues maladies »

  • fièvres éruptives : 14 ; soit dix petites véroles, une vérole plate, trois verettes (varicelles)

  • paludisme : 2 (une fièvre tierce et une fièvre quarte)

  • fièvres diverses : 61 soit 55 fièvres chaudes, une fièvre frénétique, trois fièvres continues et trois « fièvres »

  • maladies de l’appareil digestif : 43, soit 31hydropisies, sept « enfles » attribués à quelque venin ou poison, deux « gouttes, deux « dénoiements d’estomac » et une colique ; on peut y ajouter un décès dû à un vomissement de sang (total 44)

  • apoplexies, morts subites : 7

  • dysenteries : 19

  • infirmités diverses : 7 dont trois paralysies, trois cécités et « un muet et insensé »

  • traumatismes : 31, soit 24 décès lors ou des suites d’accouchements, deux à la suite de rixes et cinq à la suite d’accidents

  • divers : 3 (une « douleur de teste » pendant huit ans, une « suffocation de fleurs » et un mal caduc)

  • mort « de vieillesse » : 38 (les âges connus sont : neuf de 80 ans et plus, deux de 70 ans, un de 60 ans et un entre 50 et 60 ans).

20Source : Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles, la vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, tome 1, p. 227.

4. Les enfants ondoyés et inhumés

Inhumations d’enfants ondoyés à Aubervilliers (Ile-de-France, auj. Seine-Saint-Denis) en 1670

21Le 30 d’avril 1670 a este inhume le fils de Nouel Graune et de Marie le Gendre lequel n’a este qu’ondoyé et n’a vescu qu’une heure

22Le 19 desembre 1670 a esté inhumé la fille de Michel Paingard et de Marie Lesie laquelle a esté ondoyee a la maison

23Source : Archives municipales d’Aubervilliers : 1 E 3 ; je remercie Jean-Charles Virmaux, qui a guidé mes recherches.

5. L’âge au moment du décès

L’âge au moment du décès, à Dijon (Bourgogne, auj. Côte-d’Or), en 1625

24Nous avons relevé ici l’âge de chaque personne décédée et inhumée à Dijon, dans la paroisse Saint-Pierre, en 1625.

25On notera que l’âge des adultes n’est pas mentionné.

pas indiqué (femme mariée)

15 mois

15 ans

9 ans

2 ans

pas indiqué (femme mariée)

pas indiqué (homme adulte)

pas indiqué (homme adulte)

6 semaines

6 semaines

15 jours

5 jours

pas indiqué (c’est une veuve)

18 ans

pas indiqué (homme adulte)

3 semaines

6 ans

pas indiqué (homme adulte)

10 ans

7 ans

6 ans

pas indiqué (femme mariée)

pas indiqué (homme adulte)

5 semaines

le jour de sa naissance

le lendemain de sa naissance

3 ans et demy

2 ans et demy

2 ans et demy

pas indiqué (homme adulte)

1 mois

pas indiquée (femme adulte)

pas indiqué (homme adulte)

3 mois

pas indiqué (homme adulte)

6 semaines.

26Source : Archives municipales de Dijon : registres de la paroisse Saint-Pierre de Dijon ; B 506 (registre factice composé de plusieurs registres cousus entre eux). Je remercie les Archives municipales de Dijon qui m’ont permis exceptionnellement de travailler sur les registres originaux.

L’âge au moment du décès, à Montbéliard (principauté de Montbéliard, auj. Doubs) en 1745

27Nous avons relevé ici l’âge de chaque personne décédée et inhumée à Montbéliard, dans la paroisse luthérienne de l’Eglise française, durant l’année 1745.

28Comme à Dijon (voir ci-dessus), nous avons volontairement conservé l’ordre chronologique les actes afin de bien souligner « les injustices de la vie », visibles dans cette litanie où alternent les décès de très jeunes enfants et ceux des vieillards. Ici, l’âge est toujours mentionné. On observera la rareté des décès survenant entre 18 et 35 ans.

82 ans

2 mois

66 ans

20 ans

63 ans

10 ans

11 semaines

50 ans

2 ans

21 ans et 2 mois

6 ans

1 an et 5 semaines

53 ans

59 ans

8 jours

69 ans

13 ans

1 an

9 mois et quelques jours

34 ans

55 ans

75 ans

65 ans

1 an et 6 jours

6 ans et 6 mois

55 ans

10 ans

18 mois

54 ans

14 mois

58 ans

3 jours

6 mois

54 ans

6 ans

3 mois

57 ans

72 ans

1 an et 15 jours

39 ans et 6 mois

6 ans

9 mois

66 ans et 2 mois

55 ans

3 ans

80 ans

6 mois

42 ans

4 ans

1 an

10 semaines

6 ans

3 semaines

60 ans

64 ans

17 ans

38 ans

1 mois

1 an

17 mois

40 ans

26 ans

6 mois

4 ans

49 ans

septante [= 70] et quelques années

2 ans

3 ou 4 jours

88 ans

59 ans

3 mois

60 ans

2 ans et 6 mois

82 ans

40 ans

3 jours

29Source : Archives municipales de Montbéliard : GG 20 (« livre des mortuaires » d’une paroisse luthérienne, « l’Eglise française »).

L’âge au décès des enfants dans les familles d’ouvriers en soie de la paroisse Saint-Georges à Lyon au XVIIIe siècle.

Age au décès

Nombre de décès

 % du total

ondoyés

53

10

1 jour

36

6,9

Total morts à la naissance

89

16,9

2 jours à 1 mois

80

15,2

1 mois à 1 an

20

3,8

1 an à 2 ans

29

5,5

Total morts de 2 jours à 2 ans

129

24,5

2 ans à 4 ans inclus

152

29

5 ans à 9 ans inclus

113

21,5

10 ans à 19 ans inclus

41

7,8

Total des morts de 2 ans à 19 ans

306

58,3

Total des décès

524

100

Source : Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1975, p. 73.

L’âge au décès dans un village du Jura, Aromas (près Arinthod, Franche-Comté, auj. Jura) en 1750-1790

Age au décès

Nombre de décès

 % du total

1 jour

23

4

1 à 10 jours

72

12,5

10 jours à 1 an

162

28,2

1 an à 10 ans

115

20,1

10 à 20 ans

24

4,2

20 à 30 ans

10

1,7

30 à 40 ans

18

3,4

40 à 50 ans

28

4,8

50 à 60 ans

38

6,6

60 à 70 ans

34

5,9

70 à 80 ans

29

5,1

80 à 90 ans

15

2,6

Plus de 90 ans

5

0,7

Total

573

100

Source : Colette Merlin, Ceux des villages. La société rurale dans la « Petite Montagne » jurassienne à la veille de la Révolution, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 1994, p. 39.

L’âge au décès des enfants placés en nourrice à Saint-Nic, dans la presqu’île de Crozon (Bretagne, auj. Finistère), au XVIIIe siècle

30Pour chaque enfant, on a ici comparé l’âge mentionné dans l’acte de sépulture (dit ici « âge dans l’acte) et la date de l’acte de baptême, pour obtenir l’âge réel au moment du décès

Simon-Marie Descotte, âge réel : 4 mois et 1 jour ; âge dans l’acte : 6 mois

Jeanne Colin, âge réel : 2 ans 1 mois 18 jour ; âge dans l’acte : 2 ans

Jean-François Millour, âge réel : 5 mois 14 jours ; âge dans l’acte : 6 mois

Marie-Louise Calvez, âge réel 2 mois 23 jours : ; âge dans l’acte : 3 mois

Anne Godec, âge réel : 10 mois 1 jour ; âge dans l’acte : 10 mois

Goulven Messager, âge réel : 3 mois 15 jours ; âge dans l’acte : 3 mois

Marie-Louise Barban, âge réel : 8 mois 1 jour ; âge dans l’acte : 8 mois

Joseph-Marie Du Sotoire, âge réel : 1 an 9 mois 17 jours ; âge dans l’acte : 2 ans

François-M. Hamon, âge réel : 2 mois 8 jours ; âge dans l’acte : 3 mois

Anne-L.-R. Wandennez, âge réel : 1 an 10 mois ; âge dans l’acte : 2 ans

Claude-Louis Labillois, âge réel : 1 an 2 mois 20 jours ; âge dans l’acte : 15 mois

Louis-Henry-Marie, âge réel : 16 jours ; âge dans l’acte : 15 jours

31Source : Jean-Jacques Kerdreux, « Une famille nourricière dans la paroisse de Saint-Nic (seconde moitié du XVIIIe siècle) », Bretagnes : art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours, Mélanges offerts au professeur Jean Tanguy, Brest, Association des amis de Jean Tanguy, 1996, p. 387-405.

6. Les sépultures des protestants

Les sépultures des protestants dans le Trièves, région de Mens (Dauphiné, auj. Isère) au XVIIIe siècle

Date

Nom et prénoms

Age

Filiation

Lieu

10/10/1773

ALEXIS Marie

18 mois

nièce de Claude CLEMENT-GAILLARD

la Baume St. Arey

12/09/1789

ALLOARD Jean-Pierre

70 ans

père de Jean-Pierre ALLOARD

Boiras Mens

11/12/1791

ALLOARD Louise

76 ans

épouse de † Jacques RICHARD

Mens

16/09/1788

ALLOARD Marguerite

 ?

épouse de Pierre RICHARD

Mens

20/09/1792

ALLOARD Marie

78 ans

déclaré par Jean RAILLANNE

Mens

26/02/1773

ARCHER Jacques

10 mois

fils de Siméon ARCHER maçon

St. Jean d’Hérans

05/06/1792

ARCHER Jeanne

70 ans

épouse de † Jacques ARNAUD

Mens

21/02/1789

ARNAUD Jean-Pierre

8 mois

fils de Jacques et Marie CHARRUE

Mens

01/05/1791

ARNAUD Pierre

2 ans

fils de Pierre ARNAUD

Mens

18/10/1773

AUGIER Louise

65 ans

mère de Jean HELIX

Villard Julien Cornillon

../12/1767

AUVERGNE Élisabeth

18 mois

fille de Jean AUVERGNE

Château Méa Tréminis

26/03/1789

BACHASSE Étienne cordonnier

67 ans

oncle de Jean BACHASSE

Menglas Mens

01/01/1790

BARBE Jean

2 mois

fils de Jean et Magdeleine Sylvie GUICHARD

Mens

20/08/1773

BARET Pierre

15 mois

fils de Anne SENEBIER

Macheny St. Sébastien

17/07/1773

BERNARD Jacques Adam

5 mois

fils de Jacques BERNARD maréchal-ferrant

St. Sébastien

10/01/1766

BERNARD-GUERON Jacques

15 jours

fils de Jean BERNARD-GUERON

la Baume St. Arey

20/01/1768

BERNARD-GUERON Marguerite

51 ans

mère de Claude CLEMENT-GAILLARD

la Baume St. Arey

.../10/1765

BERTRAND Magdeleine

3 mois

fille de André BERTRAND

la Baume St. Arey

18/08/1785

BESSON Françoise

9 mois

fille de André BESSON

le Perrier St. Baudille

17/10/1765

BETHOUX Jean

80 ans

père de Pierre BETHOUX

Peylançon St. Arey

30/12/1788

BEYMOND Anne

2 ans

fille de Jean et Jeanne ARTHAUD

Mens

25/08/1773

BEYMOND Françoise

46 ans

mère Jacques DARIER

la Baume St. Arey

../02/1770

BEYMOND Pierre

8 mois

fils de Jean BEYMOND

la Baume St. Arey

17/08/1789

BONNET Sophie

13 ans

fille de Jacques et † Louise ALLOARD

Mens

11/02/1792

BONNIOT Pierre

 ?

frère de François BONNIOT

Mens

06/09/1773

BONNIOT Élisabeth

2 ans

fils de François BONNIOT

les Moulins Prébois

06/01/1770

BONNIOT François

14 jours

fils de François BONNIOT

les Moulins Prébois

25/03/1773

BONNIOT Jean

1 an 9 mois

fils de Jean BONNIOT menuisier

Château bas Tréminis

21/03/1773

BONNIOT Jean

9 mois

fils de François BONNIOT maçon

Château bas Tréminis

16/09/1770

BONNIOT Marie

6 mois

fille de Jean BONNIOT menuisier

Château bas Tréminis

10/05/1771

BONNIOT Marie

2 ans

fille de François BONNIOT maçon

Château bas Tréminis

28/04/1790

BOREL François

9 mois

fils de Jean et Suzanne SENEBIER

Mens

01/09/1789

BOUTILLON Jean-Louis

2 mois

fils de Louis et Magdeleine GIRARD

Mens

31/03/1791

BOUTILLON Louis

1 mois

fils de Pierre et Marie Anne AUBANEL

Mens

22/08/1791

BRACHET Marie

64 ans

épouse de Jean François BOUGET

Mens

12/07/1772

CARRIER Louis

22 ans

frère de Pierre CARRIER

les Rives St. Jean d’Hérans

24/04/1773

CARRIER Pierre

47 ans

père de Pierre CARRIER

la Baume St. Arey

14/04/1788

CHARRUE Magdeleine

66 ans

épouse de † Pierre GAILLARD

Mens

23/03/1791

CLARÉT Michel

 ?

déclaré par son gendre Louis GARCIN

Mens

12/07/1770

CLARET Suzanne

80 ans

mère de Jean BERNARD-GUERON

la Baume St. Arey

.../06/1769

CLEMENT Élisabeth

51 ans

sœur de Jacques CLEMENT

la Baume St. Arey

29/09/1768

CLEMENT Marie

45 ans

belle-sœur de Claude CLEMENT-GAILLARD

la Baume St. Arey

03/02/1769

CLEMENT-GAILLARD Claude

64 ans

père de Claude CLEMENT-GAILLARD

la Baume St. Arey

18/04/1772

CLEMENT-GAILLARD Françoise

31 ans

sœur de Claude CLEMENT-GAILLARD

la Baume St. Arey

16/05/1772

DARIER Élisabeth

4 jours

fille de Jean DARIER ménager

les Roussins Lavars

31/08/1789

DASPRE Catherine

67 ans

épouse de † Étienne CURTIL

les Serrons Mens

25/12/1788

DASPRE Marie

44 ans

épouse de Pierre BOREL laboureur

Menglas Mens

12/10/1773

DAVIN Alexandre

1,5 mois

fils de Pierre DAVIN maréchal-ferrant

St. Sébastien

16/11/1770

DEMAGNIN Pierre

35 jours

fils de Étienne DEMAGNIN noble

St. Baudille

20/09/1773

DORIOL Anne

18 mois

fille de Pierre DORIOL laboureur

St. Baudille

19/04/1773

DORIOL Louise

8 jours

fille de Jean DORIOL laboureur

St. Baudille

19/12/1772

DOROUZE Pierre

5 mois

fils de Pierre DOROUZE

Macheny St. Sébastien

16/10/1789

EYMERY Louise Marie

5 jours

fille de Antoine EYMERY

Mens

14/09/1759

FARÇAT Joseph

52 ans

frère de Jean FARÇAT

la Baume St. Arey

11/09/1774

FARÇAT Marguerite

51 ans

mère de Pierre CARRIER

la Baume St. Arey

25/04/1773

FARÇAT Marie

22 ans

fille de Charles FARÇAT

la Baume St. Arey

17/12/1787

FARÇAT Paul

?

époux de Catherine GAPIAND

la Baume St. Arey

07/02/1764

FARÇAT Pierre

58 ans

frère de Jean FARÇAT

la Baume St. Arey

04/07/1790

FIGARD Marguerite

60 ans

épouse de † Jean GUICHARD

Mens

15/01/1790

FIGARD Pierre

8 mois

fils de † Jean et Reine LUYA

Mens

02/07/1773

FRANCOU Jean-Pierre

9 mois

fils de Jean-Pierre FRANCOU maréchal-ferrant

St. Sébastien

05/08/1776

FREYCHET Louis

14 mois

fils de Jacques FREYCHET

la Peyre St. Sébastien

24/09/1723

FREYCHET Pierre

56 ans

père de Jean-Pierre FREYCHET

Mas Martinenc

24/10/1788

GACHET Jean

64 ans

déclaré par Jean François BOUGET cordonnier

Mens

04/04/1791

GAILLARD Magdeleine

65 ans

épouse de † Pierre BOREL

Mens

25/09/1763

GAPIAND Élisabeth

36 ans

belle-sœur de Jean FARÇAT

la Baume St. Arey

05/08/1773

GAUTIER Jean

3 ans

fils de Pierre GAUTIER laboureur

St. Jean d’Hérans

08/02/1778

GAY Antoine

8 jours

fils de Jacques GAY cordonnier

Ser clapi St. Genis

10/02/1772

GIRARD Daniel

4 ans

fille de François et Marguerite GIRARD

………

06/12/1786

GIRARD Françoise

68 ans

épouse de Jean-Pierre TOURRE cordonnier

Château Bas Tréminis

14/04/1773

GIRARD Jacques

20 mois

fils de Pierre GIRARD ménager

Château bas Tréminis

21/02/1787

GIRARD Jean

80 ans

grand’père maternel de Jean BLANC laboureur

Château Bas Tréminis

04/09/1791

GIRARD Jean-Louis

5 mois

fils de Jean et Élisabeth BOREL tisserand

Mens

31/10/1768

GIRARD Jean-Pierre

5 mois

fils de Jean GIRARD

Château Méa Tréminis

20/06/1773

GIRARD Joseph

7 ans 8 mois

fils de Pierre GIRARD ménager

Château bas Tréminis

13/03/1773

GIRARD Louis

4 ans

fille de Jean GIRARD cordonnier

Château bas Tréminis

16/06/1773

GIRARD Louise

5 mois

fille de Jean GIRARD ménager

Château bas Tréminis

03/07/1773

GIRARD Louise

9 mois

fille de André et Marianne FRANCOU

St. Sébastien

…/10/1767

GIRARD Magdeleine

9 mois

fille de François et Marguerite GIRARD

………

12/11/174

GIRARD Marguerite

3 ans 4 mois

fille de François et Marguerite GIRARD

………

23/09/1773

GIRARD Marie

17 mois

fils de Jean GIRARD

Château Méa Tréminis

18/10/1766

GIRARD Marie

1 an

fille de François et Marguerite GIRARD

………

21/01/1789

GIRARD Marie

80 ans

épouse de † Jean ALBERT

Milmase Mens

24/08/1791

GIRARD Marie

3 ans

fille de Jean et Élisabeth BOREL

Mens

30/10/1787

GIRARD Pierre

73 ans

grand’oncle de Jean BLANC laboureur

Château Bas Tréminis

23/06/1772

GIRARD Pierre Jacques

4 jours

fils de Louis GIRARD bourgeois

St. Sébastien

18/10/1772

GIRARD Suzanne

16 mois

fille de Jean GIRARD cordonnier

Château bas Tréminis

16/06/1773

GIRARD Suzanne

4 mois

fille de François et Marguerite GIRARD

………

20/04/1773

GIRARD Victoire

5,5 ans

fils de Louis GIRARD bourgeois

St. Sébastien

05/04/1792

GIRAUD Philippine

80 ans

épouse de † Pierre PATUREL

Mens

08/04/1770

GIRAUD Pierre

75 ans

père de Michel et Pierre GIRAUD

Villard Julien Cornillon

27/05/1771

GIRAUD Pierre

3 mois

fils de Michel GIRAUD ménager

Villard Julien Cornillon

27/02/1789

GOIRAND Jean

58 ans

père de Pierre GOIRAND

Mas Martinenc

04/01/1775

GUICHARD Louis

6,5 ans

fils de Jean et Jeanne ARNAUD

St. Jean d’Hérans

27/12/1788

GUICHARD Magdeleine

3 ans

fille de J-Jacques et Marguerite MICHELLOT

Mens

05/04/1774

GUICHARD Pierre

9 ans

fils de Jean et Jeanne ARNAUD

St. Jean d’Hérans

03/09/1773

HELIX Marguerite

5 ans

fille de Jean-Pierre GAUTIER

les Combes St. Jean d’Hérans

09/02/1774

ISAC Jean André

12 jours

fille de Jean Antoine ISAC

Château Méa Tréminis

16/06/1773

ISAC Marie

10 mois

fille de Jean ISAC tisserand

Château bas Tréminis

../03/1767

ISAC Pierre

13 mois

fils de Jean ISAC tisserand

Château bas Tréminis

25/09/1784

JULLIEN Jeanne Marie

8 mois

fille de Jean et Marie MOUNIER laboureur

Château Bas Tréminis

10/02/1783

JULLIEN Marguerite

3 mois

fille de Jean et Marie MOUNIER laboureur

Château Bas Tréminis

07/04/1780

JULLIEN Marie

15 ans

sœur de Jean JULLIEN

Château Bas Tréminis

17/10/1773

LATARD Jean-Pierre

1 an

petit-fils de Jean-Pierre LATARD ménager

Château bas Tréminis

14/07/1771

LEGAT Claudine

70 ans

femme de Claude BETHOUX

la Baume St. Arey

.../01/1771

LEGAT Claudine

63 ans

épouse de † Jean BETHOUX

Peylançon St. Arey

10/01/1768

LEGAT Suzanne

84 ans

mère de Jacques FARÇAT

Peylançon St. Arey

05/09/1789

LUYA Achille

35 ans

gendre de Jacques RAILLANNE

Mens

21/04/1789

LUYA Jean

13 mois

fils de Pierre et Catherine ROLLAND

Mens

22/03/1789

LUYA Louise

5 semaines

fille de Antoine et Marie BACHASSE

Mas Martinenc

18/07/1791

LUYA Marie Magdeleine

9 ans

fille de Jean et Magdeleine ODDOS

Mens

29/10/1788

LUYA Michel

3 ans

fils de † Jacques et Marie ODDELAY

Mens

03/04/1790

LUYA Pierre

14 mois

fils de Pierre et Magdeleine GAUTIER

Mens

16/08/1789

LUYA Suzanne

2 ans

fille de Jacques et Magdeleine ODDOS

Mens

24/03/1792

MAGNANT Louise

 ?

fille de César et † Jeanne LUYA

Mens

28/05/1771

MARCEL Marthe

62 ans

femme de Pierre ODDOS

la Baume St. Arey

29/08/1791

MATHIEU Élisabeth

75 ans

épouse de † Alexandre GUICHARD

Mens

05/04/1787

MORIN Jean-Pierre

3 mois

fils de Jean-Pierre MORIN

Château Méa Tréminis

16/09/1792

MUSSOT Marie Anne Cécile

20 ans

épouse de Claude DOURNON

Chenalbonne Cordéac

20/05/1773

ODDELAY André

25 ans

frère de Jean-Pierre ODDELAY

Vulson St. Jean d’Hérans

01/05/1773

ODDELAY François

4 ans

fils de Jean-Pierre ODDELAY

Vulson St. Jean d’Hérans

12/03/1790

ODDELAY Jean cordonnier

60 ans

déclaré par César RICHARD cordonnier

Mens

.../09/1772

ODDELAY Jean-Pierre André Louis

1 an

fils de Jean-Pierre ODDELAY

Vulson St. Jean d’Hérans

09/06/1773

ODDOS André

23 ans

frère de Pierre ODDOS

la Baume St. Arey

../07/1769

ODDOU Marthe

75 ans

mère de Pierre BERNARD

la Baume St. Arey

20/08/1792

PALANCHARD Jacques

50 ans

oncle de Jean PAYAN

Menglas Mens

05/08/1791

PALANCHARD Magdeleine

50 ans

épouse de Jean PAYAN

Menglas Mens

25/03/1788

PALANCHARD Pierre

76 ans

beau-père de Jean PAYAN

Menglas Mens

13/06/1791

PATUREL Jacques

14 ans

fils de Pierre et Catherine ROUSSIN

Mens

14/05/1790

PAYAN Jacques André

20 ans

déclaré par son frère Jean PAYAN

Menglas Mens

04/06/1778

PAYAN Jean Daniel

2,5 ans

fils de Jean PAYAN

Menglas Mens

06/07/1772

PELISSIER Pierre

2 mois

fils de Jean PELISSIER laboureur

St. Jean d’Hérans

31/07/1769

PELLAT Anne

36 ans

belle-sœur de Jacques DARIER

la Baume St. Arey

15/08/1773

PELLAT Françoise

18 mois

fille de Jacques PELLAT ménager

St. Baudille

12/08/1773

PEYROT Marie

3 mois

fille de Pierre PEYROT

Macheny St. Sébastien

24/02/1768

PIFFARD Françoise

65 ans

belle-sœur de Jean FARÇAT

la Baume St. Arey

20/04/1791

PUGNET Jean

9 ans

fils de Pierre et Marie ALBERT

Mens

13/07/1790

RAILLANNE Jacques

3 ans

fils de Jacques et Marie RAILLANNE

Mens

09/04/1792

RAILLANNE Jeanne

60 ans

épouse de Jacques PUOT

Mens

24/10/1788

RAPINE Pierre

63 ans

père de Pierre RAPINE maçon

Mens

17/08/1779

REY Marie

9 mois

fille de Pierre REY laboureur

Menglas Mens

04/02/1789

REY Pierre

42 ans

déclaré par Pierre ROLLAND laboureur

Menglas Mens

27/12/1788

REYNAUD Marie Françoise

4 jours

fille de Pierre et Marie ALBERT

Mens

17/02/1790

REYNAUD Marie Magdeleine

8 jours

fille de Pierre et Marie ALLOARD

Beaumet Mens

22/07/1789

RICHARD Euphrosyne

19 mois

fille de Sixte et Jeanne GUICHARD

Mens

08/06/1788

RICHAUD Marie

50 ans

épouse de Jacques PELLAT

Menglas Mens

29/01/1769

ROLLAND Daniel

9 mois

fils de Jean ROLLAND laboureur

St. Baudille

09/11/1788

ROLLAND Jean-Pierre

30 ans

fils de Pierre ROLLAND laboureur

Menglas Mens

.../09/1768

ROLLAND Marguerite

57 ans

mère de Pierre ODDOS

la Baume St. Arey

31/08/1791

ROLLAND Pierre

66 ans

déclaré par son gendre Jacques GUICHARD

Mens

20/01/1790

ROLLAND Siméon Benjamin

22 ans

fils de Siméon et Suzanne BESSON

Mens

20/07/1789

ROUSSIN Marie

4 ans

fille de Jean et Anne PELISSIER marchand

Mens

06/12/1773

SEGOND Magdeleine

 ?

épouse de César ALLOUARD puis épouse de François DEMASSET

Château bas Tréminis

07/06/1792

SINARD Suzanne

40 ans

épouse de Jean GIRAUD

Mens

Source : Archives départementales de l’Isère : VE 224-7 et VE 224-8. Publié avec l’aimable autorisation d’André Metge.

7. Les funérailles

Les services funèbres, les funérailles, à Tourcoing (Flandre, auj. Nord) en 1737-1742

32Dans certaines paroisses, le curé note le service funèbre, dont l’appellation et la qualité varient selon les lieux. Dans l’exemple qui suit, un service à 10 chandelles coûte un peu plus de 30 livres.

Service à 18 chandelles : 2

Service à 10 chandelles : 53

Service solennel : 4

Service à 8 chandelles : 96

Service à 6 chandelles : 351

Service à 4 chandelles : 233

Service à 2 chandelles : 315

Messe pauvreté : 45

Messe pauvreté chantée : 6

Messe d’ange : 101

Messe d’ange chantée : 25

Messe : 240

Messe chantée : 11

Messe enterrement : 2

Messe enterrement chantée : 3

Obit a commandas : 1

Inconnu, non précisé : 836

Total : 2324 personnes.

33Source : Registres paroissiaux ; relevés effectués par Nathalie Boutrou, Sépultures et funérailles à Tourcoing au XVIIIe siècle (1737-1790), Mémoire de maîtrise sous la direction d’Alain Lottin et Paul Delsalle, Université de Lille III, 1992, tome 1, p. 121-134.

8. Les lieux d’inhumation

34Depuis 1776, il est interdit d’inhumer ailleurs qu’au cimetière, sauf dérogation. Auparavant, il était possible de choisir un autre lieu d’inhumation, le plus souvent dans une église, un couvent, une abbaye, un oratoire particulier. Le lieu choisi pour le dernier repos est un reflet de la condition sociale.

Les lieux d’inhumation dans une paroisse de Dijon (Bourgogne, auj. Côte-d’Or) en 1622

fille d’un vigneron : cimetière

femme : cimetière

femme [du président du parlement de Bourgogne] : aux Cordeliers

femme de laboureur : cimetière

maître maréchal : église

femme : cimetière

homme : cimetière

femme : église

mendiant : cimetière femme : église

fille : cimetière

soldat : cimetière

  • 34 Les Damas de Thianges étaient seigneurs du Deffend, lieu près de Dijon ; je remercie Benoît Garnot (...)

madame de Tiange : fut emmenée au defend34

enfant : pas indiqué

vigneron : cimetière

35L’emplacement précis de la sépulture est parfois spécifié :

  • 35 On notera ici l’orthographe différente pour le même nom de famille dans un même document.

Le jeudy vint quatrieme de novembre 1622 mourut Marie Amiot deux jours apres sa naissance fille de Francois Amyot35 vigneron et fut inhumé pres les fontz [baptismaux]

Autres exemples :

pres les sainctz fontz (ceci apparaît souvent)

en la chapelle Notre-Dame

en la chapelle Saint-Antoine

pres de l’autel Saint Maire ( ?)

au sepulchre de maître Roussel

en la sepulture au maître Jean Lânier [ou Lavier]

pres la petite porte en ladite eglise

au cimetiere pres son filz

soubz la tombe de ses ancetres

devant l’autel St-Michel

au chœur de ladite église

pres de son mary sous les cloches

pres de son grand pere.

36Source : Archives municipales de Dijon : registres de la paroisse Saint-Pierre de Dijon ; B 506 (registre factice composé de plusieurs registres cousus entre eux). Je remercie les Archives municipales de Dijon qui m’ont permis exceptionnellement de travailler sur les registres originaux.

Les lieux d’inhumation à Thionville (Lorraine, auj. Moselle) au XVIIIe siècle

37On notera ici que l’interdiction d’inhumer dans les églises (1776) n’est pas respectée.

Source : Registres paroissiaux de Thionville ; Sylvain Chimello, Thionville de l’annexion par la France à la Révolution, 1659-1789, Thèse, 1987, tome 2, p. 103, annexe 73.

L’inhumation de mendiants, à Nielles-lès-Ardres (Calaisis, auj. Pas-de-Calais) en 1682 et à Oye-Plage (Calaisis, auj. Pas-de-Calais) en 1768

38Seuls les paroissiens pouvaient être enterrés dans le cimetière paroissial. Que faire alors des non-catholiques, des protestants, des étrangers de passage décédés dans la paroisse ? Sauf exception, les protestants étaient enterrés chez eux. Les enfants morts sans baptêmes étaient inhumés dans un espace réservé du cimetière, non béni. Pour les autres, on s’efforçait d’obtenir une marque de catholicité, par exemple la présence d’un chapelet, avant de procéder à l’inhumation en terre sainte.

39L’an de grâces 1682 est mort un pauvre soldat mendiant retiré par charité chez Alexis Poisson cabaretier par sa grande infirmité le mercredi vingt quatrième jour de juin et mis en terre sainte au cimetière de Nielles le lendemain, après réception du divin sacrement de nostre mère la Sainte Eglise par moy soussigné curé dudit lieu. Ledit soldat personne sachant son nom, aagé d’environ 40 ans ou environ.

40L’an 1768 et le deux de mars je soussigné prêtre vicaire ai inhumé le corps d’une femme connue seulement sous le nom de Marie à Locques [en patois local, des locques sont des hardes] mendiantes faible d’esprit décédée la veille sur les 4 heures du matin assés subitement en cette paroisse. A son enterrement ont assisté Chales Hecquet qui a attesté lui avoir vüe plusieurs marques de catholicité telles qu’un chapellet et des signes de croix (en foi de quoi ledit Charles Hecquet journalier de cette paroisse a fait sa marque ayant déclaré ne savoir écrire de ce interpellée) et Pierre Masson maître d’école avec nous soussignés.

41Source : registres paroissiaux de Nielles-lès-Ardres et de Oye-Plage, mentions transcrites et publiées par Gérard Ranson, Nord Généalogie, no 88, 1987, p. 477.

Notas

31 Cette expression est rare ; selon Jacques Gélis, que je remercie, l’enfant est probablement mort lors de l’accouchement, mais il ne s’agit pas d’un enfant mort-né ; il est cependant décédé trop tôt pour être baptisé.

32 Cette pauvre femme n’est donc pas enterrée dans sa paroisse.

33 Un scapulaire est une pièce d’étoffe que portent les religieux, et qui descend depuis les épaules jusqu’en bas du corps, par devant et par derrière.

34 Les Damas de Thianges étaient seigneurs du Deffend, lieu près de Dijon ; je remercie Benoît Garnot et Philippe Salvadori.

35 On notera ici l’orthographe différente pour le même nom de famille dans un même document.

Índice de ilustraciones

Leyenda Actes de sépultures, en 1793, paroisse de la Malmaison (Aisne). Document communiqué par Mathilde Becker.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/997/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 412k
Leyenda Source : Registres paroissiaux de Thionville ; Sylvain Chimello, Thionville de l’annexion par la France à la Révolution, 1659-1789, Thèse, 1987, tome 2, p. 103, annexe 73.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/997/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540