Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 11. La vie locale

Texte intégral

1. Informations contenues dans les registres

1Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de préciser que certains registres paroissiaux contiennent des informations autres que les actes de baptêmes, de mariages et de sépultures. Nous donnons ici quelques exemples pour les paroisses de l’actuel département du Jura.

2• Listes de confirmands :

Liste de confirmands d’Azans dans le registre de Dole en 1690

Liste des confirmands pour Brans et Offlanges, 1661-1666

3• Confréries :

Liste des confrères de la confrérie du Mont-Carmel érigée en 1709 dans l’église d’Auxange

Fondation de la confrérie du Saint-Rosaire, en 1713, du Saint-Esprit en 1715 et de la confrérie du Mont-Carmel en 1720, à Bersaillin

4• Bénédictions :

Bénédiction de la première pierre de l’église d’Augerans, 3 juillet 1783 Bénédiction des colliers qui préservent les animaux de la peste, au début du XVIIIe siècle, à Salins

5• Autres types d’informations :

Transcription des actes de baptêmes des enfants nés hors de la paroisse de Leschères, en 1747-1781

Promesses de mariage, à Mignovillard, en 1681-1685

Liste des habitants d’Azans avec indication de ceux qui ont communié pour la première fois en 1690 ; idem à Crissey

Liste des congréganistes de la paroisse de Bersaillin.

Annotations effectuées par le curé de Bersaillin sur la vie de la paroisse, concernant le temps, les récoltes, la construction de la cure, en 1736-1749

Notes sur la vie paroissiale de Chatonnay, les revenus de la cure, de 1741 à 1749

Déclarations de grossesse, à La Loye, en 1746 et 1747 et en 1810-1819.

Table des principaux événements survenus dans la paroisse de Les Moussières, en 1746-1778

Actes relatifs à une excommunication, en 1610-1612, à Parcey

Note sur la construction de l’église, du retable en 1718, et du tabernacle en 1727, à Peintre

Procès verbal sur l’état de l’église succursale de Prémanon, nouvellement bâtie en 1768

Mentions concernant des intentions de messes, à Rothonay, en 1762-1793

Amodiation des bancs et des places dans l’église de Savigna, en 1846-1873.

6Source : Nouveau guide du généalogiste et du biographe dans le Jura, Lons-le-Saunier, Archives départementales du Jura, 1999, p. 627-630.

2. Démographie paroissiale

Mouvement naturel de la population, à Saint-Trivier en Dombes (auj. Ain), aux XVIIIe et XIXe siècles

7La Dombes est un petit pays souverain (capitale, Trévoux), situé au nord de Lyon, rattaché au royaume de France en 1762. Il comprenait une soixantaine de paroisses, dont les habitants exploitaient une multitude d’étangs artificiels creusés au Moyen Age. Saint-Trivier-sur-Moignans comptait 1362 habitants vers 1786, 1253 habitants vers 1806, et 1818 habitants à son apogée en 1866.

décennies

naissances

décès

solde

1720-1729

512

607

-95

1730-1739

488

687

-199

1740-1749

584

773

-189

1750-1759

645

720

-75

1760-1769

654

723

-69

1770-1779

620

737

-117

1780-1789

670

798

-128

1790-1799

682

606

+ 76

1800-1809

484

658

-174

1810-1819

563

541

+ 22

1820-1829

523

699

-176

1830-1839

586

637

-51

1840-1849

602

526

+ 76

1850-1859

478

484

-6

1860-1869

482

387

+ 95

Ensemble 1720-1799

4855

5651

-796

Ensemble 1800-1869

3718

3932

-214

8Solde naturel et migration nette :

décennies

population moyenne

solde naturel

accroissement réel

migration nette

1800-1809

1263

-174

1810-1819

1460

+ 22

+ 197

+ 175

1820-1829

1566

-176

+ 106

+ 282

1830-1839

1580

-51

+ 14

+ 65

1840-1849

1585

+ 76

+ 5

-71

1850-1859

1609

-6

+ 24

-18

Source : Registres paroissiaux des paroisses de la Dombes, exploités par Guy Brunet et Alain Bideau, « Un régime démographique original : Saint-Trivier et la Dombes aux XVIIIe et XIXe siècles », L’ouvrier, l’Espagne, la Bourgogne et la vie provinciale, parcours d’un historien, Mélanges offerts à Pierre Ponsot, Madrid, Presses universitaires de Lyon, Casa de Velazquez, 1994, p. 297-306.

3. Marguilliers et confréries

Les activités et les comptes de la paroisse de Lacapelette-Renaud, à Agen (auj. Lot-et-Garonne), au XVIIIe siècle

9Dans les registres paroissiaux, le curé ou le vicaire a parfois noté des informations concernant la paroisse, les cérémonies religieuses, les objets du culte, les vêtements sacerdotaux, les confréries, les comptes de la fabrique, les marguilliers, etc.

Jours ou il y a vepres a la Capelette Renaud suivant l’usage

1   le jour de St Blaise, le 3 du mois de fevrier ; le jour de la Pentecote. Le jour de la fette Dieu. Notre Dame de septembre. Le jour de tous les saints, et celuy de Noël.

Il y a benediction le jour de la fette Dieu ; et celuy du patron.

En marge : le dimanche d’apres et le denier jour de l’octave

Vocabulaire utile pour la compréhension du document :
chape : sorte de manteau léger, long, sans plis et agrafé par devant, porté par les ecclésiastiques durant l’ office
crépine : sorte de frange tissue et ouvragée par le haut, que l’on emploie pour l’ ornement
livre : monnaie de compte ; une livre contient 20 sols (ou sous)
• marguillier : membre du conseil de fabrique, c’est-à-dire du conseil qui gère les biens temporels de la paroisse
pluvial : sorte de manteau porté par les ecclésiastiques pour se protéger de la pluie
taffetas : étoffe de soie, unie et brillante
vêpres : office divin, souvent en fin d’après-midi

(…)

  • 29 On notera ici l’utilisation du prénom Guilhaume pour une fille.

Reine de St Blaise Anne Gratia ; ses suivantes Jeanne Monié, Foy Binet, Marie Casse, Laurence Casse, Bertrande Binet, Guilhaume29 Chabrieres, Marie Mouton

(…)

Roy de St Blaise pour lannee 1742

Jean Biart, porte torche Toine Bichet

(…)

Premier marguilier Jean Coumet

  • 30 Il n’existe aucun lieu portant ce nom. Il s’agit probablement d’une allusion à la redevance en cire

Le 2 Antoine Delprat, le 3e le métayer de Mr. Bonnet [ou Bouvet ?] le 4e le metayer de Cires30 [=Cire]

(…)

Roy de St Blaise pour l’année 1747 Jean Barthe, et le porte torche Jean Chabrieres

(…)

Ont été nommes pour marguilliers de l’annee 1753

Francois Laclaverie metayer de religieuses carmelites pour le premier plat

le metayer de Costa pour le second

le metayer de la Couronne pour le troisième

Jean Biard pour le plat du purgatoire

10-------

Marguilliers et confrères, à Agen, en 1697-1698

George Laville sortant de charge a laissé a Francois Laclaverie 25 livres 13 sols. (…)

Estat des revenus et produits que Jean

Biard premier marguillier de l’annee 1755 a rendu et mis

en conte avec toute lexactitude ensenble les emplois quil

a fait pour leglise

Premierement je sous signié viquere de la presante eglise

sertifie que les marguilliers de la presante anne et moy voyant

que leglise manquoit de dus [deux] ornemens nesessaires qui est

une chape dont il ny en avoit jamais eu dans la presante

eglise et une baniere qui etoit sy brisee dont on

ne pouvoit se servir ; par le moyens des quetes qui ont été

faites panden l’été et de quelques arbres qui ont été coupes

par le consentement des principaux parroisiens ; moy

avec eux avons acheté un pluvial de satin en plusieurs couleur

qui a coute cinquante livres avons acheuté ausÿ une baniere

de tafetas a dus [deux] bleu [bleu] et blan avec une crepine

tres belle qui a coute ausÿ qrante [quarante] et trois livres ; nous

reconnaissons avoir tiré cet argent de nos paines et fatigues

sans que les chapitres ny Mr le cure y ait rien fourny, non

obstant cette depanse le margilier a fourny a leglise tout

ce qui luy a été nessaire [nécessaire] avec radition [reddition] de conte exac par

deven moy et a remis ausÿ en ma presanse au margilier de

lanne [l’année] suivante, nommé Nicolas Barte la somme de

quatorze livres avec sire [= cire] et autes linges et clais [=clefs] pour

en faire lenploy nessaire pour notre eglise.

En foy de quoy et pour la validité de ce ecrit sy desus

je viquere de la presante parroisse ay signie le 25 11bre [novembre] 1755.

11Source : Extraits du registre paroissial de Lacapelette-Renaud (Agen), Archives départementales du Lot-et-Garonne : 5 Mi 1 R 41 (E suppl. Agen, GG 127). Document transmis par Pascal De Toffoli, que je remercie vivement pour l’aide apportée dans la transcription de ces textes.

4. Confirmés et communiants

Les confirmés, à Arc-en-Barrois (auj. Haute-Marne), en 1672

12Etât des enfans et autres confirmés par Révérend Père en Dieu Messire Louis Marie Armand de Simiane de Gordes, illustrissime et révérendissime evesque, duc de Langres et pair de France, le vingt-neufiesme aoust mil six cent septante deux.

13Ont esté confirmés en l’églize parroissiale de Saint-Martin d’Arc-en-Barrois les jour et an que dessus les suyvants.

14Suit l’énumération des noms et prénoms, ainsi que de l’âge des enfants et adultes confirmés, cent soixante-sept personnes de sept ans à cinquante ans et plus. Le lieu d’habitation est indiqué, s’il ne s’agit pas d’Arc mais des hameaux dépendant de la paroisse. Autre précision, le décès de l’un des parents ou des deux si l’enfant a été recueilli par un membre de la famille, souvent une tante ou un oncle.

15Source : Archives départementales de la Haute-Marne, E dépôt 3993. Cf. Geneviève Lamontre, « Les étrangetés d’un registre paroissial. Extraits du registre paroissial d’Arc-en-Barrois de 1663 à 1708 », Les cahiers haut-marnais, no 212-213, 1998, p. 68-73. Malheureusement l’article ne contient pas la publication de la liste des confirmés.

Les communiants de Commer, près de Mayenne (Maine, auj. Mayenne) en 1696-1719

1696 (822 communiants)

Il y a eu cette année 1696 en la sainte quinzaine de Pasque durant laquelle il y a eu jubilé accordé par notre saint pere le pape Innocent XII, huict cent vingt-deux communians y compris ceux et celles qui ont gaigné deux fois ledit jubilé et les enfans qui ont fait leur première communion.

1697 (740 communiants et 28 enfants)

Il y a eu durant la quinzaine de Pasque de cette année sept cent quarante communians et vingt-huict enfans qui ont fait leur premiere communion.

1698 (810 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu huict cent dix communians.

1699 (812 communiants)

Durant la quinzaine de Pasque [1699] il y a eu huict cent douze communians.

1700 (806 communiants)

Durant la sainte quinzaine de Pasques en cette année 1700, il y a eu en cette paroisse huict cent six communians y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1701 (809 communiants)

Nota que durant la sainte quinzaine de Pasques il y a eu huict cent neuf communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1702 (843 communiants)

Durant la sainte quinzaine de Pasques il y a eu huict cent quarante trois communians.

1703 (855 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu huict cent cinquante-cinq communians.

1704 (872 communiants)

Durant la sainte quinzaine de Pasques il y a eu cette année huict cent soixante-douze communians.

1705 (836 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu huict cent trente-six communians, y compris les enfans qui ont leur premiere communion.

1706 (832 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques, il y a eu cette année huict cent trente-deux communians y compris les enfans qui ont leur premiere communion.

1707 (805 communiants)

Il y a eu cette année durant la quinzaine de Pasques huict cent cinq communians y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1708 (788 communiants)

Il y a eu cette année durant la quinzaine de Pasques sept cent quatre-vingt-huict communians y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1709 (746 communiants et 38 enfants)

Il y a eu cette année durant la quinzaine de Pasques sept cent quarante-six communians de grandes personnes, et le jour de la feste de la Pentecoste il y a eu trente-huict enfans qui ont fait leur premiere communion.

1710 (763 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu sept cent soixante-trois communians y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1711 (725 communiants et 32 enfants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu sept cent vingt-cinq communians et le jour de la Pentecoste trente-deux enfans qui ont fait leur premiere communion.

1712 (762 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu sept cent soixante et deux communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1713 (762 communiants)

Il y a eu cette année durant la quinzaine de Pasques sept cent soixante deux communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1714 (780 communiants)

Il y a eu cette année durant la quinzaine de Pasques sept cent quatre-vingt communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1716 (796 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu cette année sept cent quatrevingt seze communians y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion

1717 (822 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques finie ce jourdhuy (quatrieme d’avril 1717) il y a eu huict cent vingt deux communians, compris les enfans qui ont fait leur premiere communion.

1718 (821 communiants)

Durant la quinzaine de Pasque il y a eu huict cent vingt un communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion

1719 (807 communiants)

Durant la quinzaine de Pasques il y a eu huict cent sept communians, y compris les enfans qui ont fait leur premiere communion

16Source : Archives départementales de la Mayenne, registre BMS 1680-1700 ; registre BMS 1700-1715 ; registre BMS 1716-1732 ; informations relevées et publiées par Eric Hercent.

5. L’alphabétisation des paroissiens, religion et catégories sociales

17Les registres paroissiaux permettent de mesurer l’alphabétisation des conjoints et des conjointes, capables de signer leur acte de mariage.

18Il s’agit d’abord ici de l’alphabétisation de la population réformée (protestante) de la ville de Millau au XVIIe siècle, entre 1668 et 1685.

Catégories sociales

Nombre de conjoints ayant signé leur acte de mariage

Nombre total de conjoints

Pourcentage

Nobles

7

7

100

Professions libérales supérieures

13

13

100

Officiers civils

2

2

100

Bourgeois et professions libérales secondaires

19

19

100

Marchands

29

36

80

Cuirs et peaux

15

33

45

Textile, habillement

25

43

58

Métaux

7

9

77

Services

2

10

20

Bois

1

8

12

Arts du feu

2

2

100

Ruraux

5

78

6, 4

19Pour le XVIIIe siècle, la qualité des registres paroissiaux autorise une comparaison entre les communautés catholique et protestante. Le relevé ci-contre porte sur les années 1760-1789.

Source : Registres paroissiaux de Millau : GG 1 à GG 17 ; relevés effectués et publiés par Jacques Frayssenge, Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien Régime (1668-1789). Société catholique et société protestante, Millau, Librairie Trémolet, 1990, p. 222-225.

Proportion d’hommes capables de signer leur acte de mariage en 1790.

6. Comportements des paroissiens

Les paroissiens de Rumegies, près de Valenciennes (Hainaut, auj. Nord) à la fin du XVIIe siècle

20Pour ce qui regarde la paroisse, on n’y voit guère d’avancement pour leur amendement, quoique par la grâce de Dieu on ne manque ni dimanche, ni fête de prêcher à la grande messe et de catéchiser après vêpres, toutes les fois que la santé du pasteur l’a permis. Pour ce qui regarde la religion, les articles de foi, il n’y en a point un seul capable de soutenir le contraire à ce qu’on leur prêche ; mais comme ce village fut autrefois négligé, soit pendant les guerres ou autrement, il y en a qui ont toujours dans leur cœur de vieilles erreurs, qu’ils ne sauraient soutenir qu’à cause qu’ils l’ont ouï dire de leurs pères, et qu’ils soutiennent mordicus, comme par exemple qu’on peut être sauvé en toute sorte de religion, etc.

21Le deuxième défaut des paroissiens de Rumegies est une certaine négligence ou tiédeur pour les affaires du salut, par exemple, négligents au dernier point à fréquenter les saints sacrements, à fréquenter les saints offices qui se font dans la paroisse ; point de scrupule de ne point entendre la sainte messe, d’une négligence qui va jusqu’au mépris pour fréquenter les vêpres, particulièrement lorsque le temps est beau, car l’hiver, quand ils ne savent que faire, ils y viennent, mais toujours tardifs ; et quand il fait beau temps, à peine trouve-t-on bien tard des personnes pour sonner. De là vient le troisième défaut, ou plutôt le troisième défaut est la cause des autres, à savoir qu’ils sont attachés avec trop d’affection aux biens temporels, « sapientes quae sunt super terram, denique crudeles, blasphemiis addicti et dure cervicis inventi sunt » [affectionnés aux choses de la terre, c’est pourquoi on les trouve cruels, adonnés au blasphème et têtus]. Il y a bien pourtant des honnêtes gens et une grande partie de qui on ne saurait dire que du bien, particulièrement de presque toute la paroisse qu’ils ont beaucoup de charité pour les pauvres. Je crois que Dieu les sauvera par ce moyen.

22Source : Archives communales de Rumegies, registre paroissial des années 1678-1693 ; extrait publié par Henri Platelle, Journal d’un curé de campagne, Paris, Cerf, 1965, p. 76-77.

7. Les bénédictions

La bénédiction du bétail contre une épizootie, dans le diocèse d’Auch (Gascogne, auj. Gers), en 1682

23Je fis la bénédiction du bestail le jour de Saint Augustin et Soudain je partis pour le jubilé qui se gaigneroit au diocèse d’Auch pour mon bénéfice de Saint Elix où je fis une procession auprès de la Gimone le 5 septembre où je fis la benediction de l’eau, du sel et autres herbes et de tout le bestail de la paroisse sans qu’il en mourut aucun à cause du grand soing qu’on y prenoit il faloit visite le bestail troys fois le jour et autant la nuit dès qu’il paroissoit une tache verte ou violette ou noire à la langue. Il faloit racle cette tache avec une piece d’argent ou cuillère, cela fait, frotter la langue avec du vinaigre et du sel pendant deux ou trois jours et la beste estoit guérie avant que la maladie n’arriva en ces quartiers on scavoit les moyens dy remedier par plusieurs imprimés et ordonnances de plusieurs evesques qu’on debitoit par toutes les villes.

24Source : Archives départementales du Lot-et-Garonne : E supplément 186-187 et 188 ; publié par André Mateu, « La chronique de l’abbé Laplaigne, curé de Fals », Revue de l’Agenais, 1978, p. 215-250 ; document communiqué par Pascal De Toffoli.

Bénédiction de cloches, à Rioz (Franche-Comté, auj. Haute-Saône), en 1779

25L’an mil sept cent soixante dix neuf le second septembre, je soussigné et à ce délégué par l’ordinaire ai bénéi une cloche de la paroisse de Rioz pesante douze cent quatre vingt dix livres fondue par Bourguignon à Besançon, elle a été nommé Henriette Louise ; le parain est messire François Henry de Rosières marquis de Sorans, brigadier des armées du roy, colonel d’un régiment de grenadiers royaux, seigneur des marquisats de Sorans, de la baronnie de Fondremand, Rosières, Provenchères, Cromary, Rioz et autres lieux... La maraine est dame madame Marie Louise Elisabeth de Maillé Carma, marquise de Sorans, dame de compagnie de madame Elisabeth de France... ont été présents messieurs Buffe curé de Quenoche, Longchamps curé de Montarlot, Racine ancien curé de Rioz et Doroz prêtre chapelain de Sorans qui ont signé avec nous. »

26Source : Archives départementales de la Haute-Saône : 447 E suppl. 11 ; publié dans : L’état civil, Vesoul, Association des Amis des Archives, 1981, p. 22.

Bénédiction de cloches, à Ronquerolles (Ile-de-France, auj. Val-d’Oise) en 1750-1782

27L’an 1750, le 17 mai, jour de la Pentecôte à l’issue des vêpres a été bénie par nous prêtre curé soussigné, la croix de bois sise à Renouval sur le chemin qui conduit de l’église de Ronquerolles audit Renouval, plantée le jour d’hier par Pierre Chartier le jeune en présence des témoins soussignés. Curé Boival, Louis Charpentier, Pierre Maubert, Vincent Bridoux, De Bresle.

28L’an 1754, le huitième septembre jour et fête de la nativité de la sainte vierge a été faite la bénédiction de la croix percée posée par Jacques Maillet sur le chemin qui conduit de Ronquerolles au voisseaux ou de Chambly à la Rousse magne, par moy prêtre curé de Ronquerolles soussigné. Curé Boival, Saunier

29L’an 1782, a été bénite le dimanche 23 juin, par moi curé soussigné, la croix qui est placée au dessous de la fontaine des Thuilleries. Curé Rigaut.

30Source : Archives départementales du Val-d’Oise : 3 E 146-3 et 3 E 146-5. Documents communiqués par Evelyne Placet.

Bénédiction du petit cimetière de Commer (auj. Mayenne) en 1724

31Le second novembre 1724 nous curé de Commer sousigné suivant la commission à nous adressée de monseigneur l’illustrissime et reverend[issime] eveque du Mans en datte du cinquieme may audit an signé Froullay eveque du Mans, avons fait la benedi[ction] du petit cimetiere qui est autour de l’eglise de Commer pour servir à l’inhumation des enfa[nts] en presence des srs ecclesiastiques de ladite paroisse et des habitans, en foy de quoy avons signé le present. (Signature :) Boullevraye

32Source : Archives départementales de la Mayenne : registre BMS 1716-1732 ; transcription par Eric Hercent.

8. Travaux aux édifices paroissiaux

Un curé entrepreneur à Saint-Pierre-du-Charaix (auj. Drôme), en 1778

33Dans le registre paroissial, le curé inscrit parfois des mentions concernant les différents travaux réalisés pour les édifices de la paroisse : réfection du chœur de l’église, construction du presbytère, canalisation d’une source, réparation des murs et d’une fenêtre, édification d’une tribune et d’une avancée couverte pour la porte de l’église, reconstruction du clocher. On y rencontre tous les problèmes financiers : les comptes paroissiaux, le bénéfice, la dîme, le cens, les relations avec les entrepreneurs, etc. Le curé se retrouve parfois au cœur de conflits rudes avec les paroissiens.

Vocabulaire utile pour la compréhension du document :
bourneau : élément de conduite, de canalisation
cens : redevance périodique, souvent annuelle, et perpétuelle due au seigneur
couverte : couverture, toiture
grouette : terrain caillouteux, pierreux
prieur : religieux qui est chargé de la direction d’un prieuré, annexe d’une abbaye
retabler : réparer
terrier : recueil, souvent sous forme de registre, d’informations concernant les terres ; s’apparente parfois à un cadastre
toize : toise, mesure de longueur variable selon les lieux ; en général, un peu moins de deux mètres, parfois beaucoup plus (2,56 m. à Lyon).

34En ma qualité de curé de cette paroisse de Saint-Pierre de Charaix et Saint-Honorat dans le courant de la présente année j’ay forcé les prieurs à reffaire à neuf le chœur de l’église et à contribuer pour la moitié à la voute qui at été faite pour amener la source qui flue dans le basse cour de la cure prèz du salon, dont j’ay fourny à mes frais trois cent trente bourneaux, et le ciment et j’ay obligé les habitants à faire rétabler à neuf et reffaire environ quatre toizes de mur, et une fenetre du coté du vent, et une tribune à l’église, et mettre une couverte en pierre sur la grande porte de l’église, et à faire un clocher quarré à neuf tel qu’il subsistay.

35J’ay poursuivi ceux des habitants qui n’ont voulu ny reconnoitre payer les cens qu’ils doivent au terrier de la communautée qui est applicable aux réparations de ladite église, et à celles de la cure et à deffaut de réparations au proffit des pauvres, ainsi que je l’ay fais délibérer dans cette assemblée tenu l’année dernière, je prie mes successeurs qui verront sur les registres les biens que j’ay fait et procuré de prier Dieu pour moy.

36Outre cela, les prieurs ont fait icy par député trois voyages pour dépouiller le bénéfice des fonds dont je joüi, j’ay essuyé toutes leurs menaces, et ay tenu ferme ainsi que le verront mes successeurs par les réponses renfermé dans les lettres desdits prieurs insérés dans les papiers essentiels de la cure, et enfin ils m’ont laissé joüir paisiblement. »

37Source : Texte relevé aux Archives départementales de la Drôme par Luc Clément et publié par Gérard d’Arundel de Condé, « Les vicissitudes d’un curé, 1778 », Gé-Magazine, no 244, juillet-août 2005, p. 44-45.

Comment j’ai créé le verger de la cure, moi curé de Belle-Eglise (auj., Oise)

38D’après tous ces travaux que mon successeur et les siens jugent s’ils prennent la peine de savoir combien il m’en a coûté pour tous ces ouvrages qui leur permettront de trouver ici un jardin qui leur produira quelques légumes et un peu d’excellents fruits. J’ose le dire ici, l’église y a gagné en beauté et en bonté.

39Monsieur mon successeur, que je ne connaîtrai probablement jamais à moins que les morts ne fassent de nouvelles connaissances dans ce sépulcre de l’éternité, c’est un tout que j’ai fait pour ma satisfaction et conséquemment pour votre bien. Non, vous n’êtes pas redevable.

40J’ai fait plus et bien plus. Il est vrai qu’il peut y avoir des choses qui vous seront inutiles si vous n’êtes plus dans le cas par la suite de jouir des dîmes attachées à cette cure car Messieurs les députés en ont fait la cession le 10 du mois d’août dernier dans l’Assemblée Nationale qui doit faire un nouveau traitement aux curés et autres ecclésiastiques du royaume.

41J’ai fait en deux ans une tranchée de dix pieds de large sur quatre de profondeur dans le jardin d’en bas à prendre depuis le puits jusqu’au mur sur les champs et cela le long du mur qui sépare les deux jardins dans cette partie. Même extraction de craie, même apport de terre. Cette nouvelle terre ne vient pas de Capette, ce sont des boues que j’ai fait amasser dans le bas du village, que j’ai taillées et transportées dans la tranchée l’année suivante. Je m’étais appliqué à fumer et à terreauter des baudes qui m’avait parus pleins de vigueur à mon arrivée dans ce pays.

42J’ai planté au moins quatre fois des arbres avant de faire cette tranchée et j’ai fait réparer le mur qui était plus qu’à désirer, fendu. J’ai fait planter de nouveaux arbres dans cette tranchée et je n’ose trop me flatter de les voir prospérer.

43Enfin, j’ai fait planter en 1768 au mois de novembre des ( ?) qui sont dans le clos de quatre pieds de large.

44Monsieur Guillaume Renault de Beauvais, curé de cette église, attaqué d’une maladie incurable à l’âge d’environ 44 ans et qui l’empêchait par instant de remplir les fonctions avait pris la résolution en cette année 1767 de résigner sa cure contre un bon ecclésiastique qui avait beaucoup de délicatesse et de cœur. En conséquence, il ne voulut point choisir lui-même son successeur et ne voulut résigner qu’à celui que lui donnerait Monsieur le Cardinal de G. évêque de Beauvais. Ce digne prélat que regrettent tous ceux qui l’ont connu, m’a désigné. La cure me fut résignée dans le mois de mai, j’en pris possession le 6 juillet suivant.

45J’ai eu l’agrément de trouver un presbytère tout neuf, mais tous les bâtiments de la basse-cour et les murs de clôture étaient dans le plus grand désordre. Il a fallu presque tout reconstruire à neuf ce que je n’ai fait que successivement.

46Quoi que je connusse le local du presbytère presque dès mon enfance étant né et élevé à Anserville jusqu’à l’âge de 16 ans, jusqu’à mon départ pour terminer mes études à Beauvais ; ma surprise fut sans égale en trouvant le presbytère placé dans un terrain spacieux mais inutile pour faire un jardin. Ce n’était partout qu’une mauvaise girouette ou rien n’aurait pu venir qu’à force de travail et encore à la première sécheresse tout périssait. Ma passion dominante était comme elle l’est encore celle du jardin. Je voulais des arbres et il ne pouvait pas en venir dans un terrain aussi aride et aussi peu propre à la végétation. Ici, je m’aperçois que mon caractère était vraiment très contrarié et quoi que sans fortune j’entrepris de faire en petit des travaux qui ne conviennent qu’aux grands seigneurs et aux fortunés généreux.

47Le curé qui me succédera ne me doit pas d’obligation parce que je n’ai fait ces travaux que pour ma propre satisfaction ; cependant, lorsqu’il mangera quelques fruits de son jardin, il pourra se souvenir qu’il me les doit entièrement et s’il a quelques sentiments de reconnaissance il pensera à moi au moment de sa messe en me recommandant au Père des miséricordes.

48Je voulais des arbres, j’y voulais un espalier mais il n’y avait pas lieu de planter des arbres dans la craie. Je fis donc creuser sur la longueur du mur une tranchée de cinq pieds de large dans la surface, quatre pieds de large dans le fond en laissant à la craie un pied de huit pour soutenir la fondation du mur. On a enlevé de cette tranchée au moins trois pieds d’épaisseur de craie dans tout la largeur et longueur de la dite tranchée. J’ai fait creuser également dans les carrés du jardin devant la maison des trous de quatre pieds en carré desquels on a enlevé plus ou moins de craie ; car plus on descend du côté de l’église plus la craie est profond : mais il faut observer que c’est une terre molle dans laquelle aucun arbre ne peut pousser. J’ai fait apporter des terres nouvelles qu’on allait chercher dans cette petite commune à droite du chemin de Chambly pour remplir tout le vide de la craie. J’ai fait planter des arbres qui ont bien pris et poussé la première et seconde année. J’ai fait planter également dans l’autre carré et tout le long du mur dans les jardins et dans le clos comme j’avais fait mettre partout des terres nouvelles ces arbres ; comme les premiers poussèrent assez bien la première et seconde année, mais à la troisième pousse ils s’arrêtèrent et toutes les feuilles jaunirent. Nouveau chagrin qui me fit regretter d’avoir fait voiturer de Capette au moins 400 voitures de terre. Il avait également fallut voiturer la craie qui était sortie de la tranchée. J’ai fait combler les trous dans la rue, certains ayant eu plus de 6 pieds de profondeur.

49En 1770, j’ai fait reconstruire et augmenter ma grange de deux travées. Du côté du cimetière, le pignon de la grange faisait un coude rentrant dans la cour. J’ai demandé et obtenu de Monsieur L’abbé de Fleury, alors archevêque de Tours de la mettre sur la même ligne droite du mur qui sépare le jardin du cimetière, ce qui produit une plus grande largeur d’environ 7 pieds en face du chemin. Je serais porté à croire que Monsieur Renault avait déjà donné un peu plus de largeur à sa cour. Il a laissé tout le terrain dont je viens de parler dans la rue parce que du temps de l’ancien presbytère la porte d’entrée faisait face à la rue qui conduit au pont et au moulin de Belle-Eglise.

50Source : Archives départementales de l’Oise : 5 Mi 2431. Document transcrit et communiqué par Evelyne Placet.

9. Abjurations

Actes d’abjuration à Grigny près d’Evry (Ile-de-France, auj. Essonne) en 1673-1676

51La foi protestante est fortement ébranlée lorsque le curé Juliain Cousin obtient le jour de Pâques de 1673, l’abjuration de Louis Mercier. La transcription de cet acte dans le registre paroissial sonne comme une victoire, d’autant que cette conversion s’accompagne de réjouissances publiques

« Gaudium Angelis et Hominibus »

52Le dixhuitiesme de la présente année Louis Mercier, seigneur de la Norville, de Grigny et du Plessis-le-Comte, estant au lict malade, a faict abjuration de son hérésie entre les mains de son pasteur, fist profession de la foy de l’Eglise catholique apostolique et romaine, se confessa et comunia deux jours après avec de grands sentimens de piété et dévotion où le Saint sacrement fut accompagné deux à trois cens personnes, le te Deum chanté avec la messe du St-Sacrement, le tout suivy de la joye publique qui se passa toute la journée en actions de grace, disans avec leur pasteur : Haec dies quam fecit Dnus exultemus et letemur in ea, paroles qui avoient servy de themes à l’action et à la s. communion.

53Juliain Cousin est sans doute très fier de cette victoire sur la R.P.R. qu’il n’hésite pas à transcrire de nouveau cet acte en tête du second registre paroissial, y ajoutant le nom des témoins : « en présence de Messieurs les curés de Morsan et de la Norville, Mr de la Bretonnière, Mr Riquard maître des Requestes, Mr de Coindy, secrétaire du Roy et d’aultres de plusieurs paroisses les jour et an que dessus ».

54Un peu plus tard, Jacques Mercier, fils de Louis, se convertit à son tour : Le vingtseptiesme de juin audit an, Jacques Le Mercier, fils de Monseigneur de la Norville estudiant en phie à Paris touché de Dieu à l’exemple de son père a faict abjuration de son hérésie dans l’église de Saint-Sulpice à Paris entre les mains de Monsieur le vicaire dudit lieu. Et le quinziesme d’aoust audit an, jour de l’Assomption de Madame fist sa première communion avec beaucoup d’édifications dans l’église de Grigny, où il y eut exhortation, le te Deum chanté, les feux de joye le soir, avec la joye de tous les habitans et aultres qui rendirent leur recognaissance à la majesté de celuy qui avoit joint le fils au père par le lien de la charité et de la religion.

55Comme pour le père, le curé recopie aussi cet acte d’abjuration dans le second registre, avec une variante particulièrement emphatique, dans laquelle se ressent tout l’orgueil de ce curé : « où il y eut exhortation qui commença par le texte de l’Evangile du jour : In travit in quoddam castellum, en présence de Monsieur son père et plusieurs personnes de qualité louans Dieu par leurs larmes et prières pour les grâces extraordinaires qu’il répondoit sur la famille et sur la paroisse par nous Curé soussigné de Grigny. »

56Juliain Cousin, dont l’orgueil était si patent dans l’acte d’abjuration de Jacques Mercier, a certainement été bien désappointé à la mort de Louis Mercier, lequel s’éteint loin de Grigny, à Forêt-le-Roi, entre Etampes et Dourdan, à cinq lieues de la Norville. Il meurt relaps trois mois après son abjuration et son acte de décès laisse transparaître tout l’embarras du curé qui l’avait converti « Inhumation de Louis Mercier, seigneur de ce lieu ».

57Le vingtcinquiesme de septembre de la mesme année a esté inhumé au haut du cœur du costé de l’Evangile le corps de sire Louis Mercier seigneur de Grigny, de la Norville et du Plessis-le-Comte lequel décéda le vingt troisième dudit mois à Forest-le-Roi, diocèse de Chartres.

58Louis Mercier revenait de Notre-Dame de Chartres et a sans doute succombé au mal qui l’avait cloué au lit le printemps précédent. Les mots « estant dans l’hérésie », rayés puis rajoutés prouvent que le seigneur de Grigny n’avait pas abandonné sa première religion. Toutefois, le curé considère sa conversion comme étant acquise, puisqu’il l’inhume dans son église. En outre, la précision « il y avoit 15 ans » peut être comprise par « il avait soixante-quinze ans », portant la date de naissance de Louis Mercier en 1598. Il est donc imaginable qu’il fut parmi les premiers enfants à être baptisés à Grigny, lorsque l’Eglise réformée de Paris y séjournait.

59Une troisième et dernière abjuration a lieu à Grigny en 1676. Une demoiselle Anne de Fauconnier est convertie, en présence de plusieurs notables du village :

60Le vingthuitiesme de Janvier de l’année mil six cens septante six, damoiselle Anne de Fauconnier ditte de Franymon et Damien, fist abjuration de l’hérésie et profession de la foy de l’Eglise catholique, apostolique et romaine entre les mains de Mr Juliain Cousin, prestre curé de Grigny, en présence de Marin Lampérier, procureur fiscal, Louis Desduits, Pierre Robert, Denys Chaudet, Antoine Blot et aultres paroissiens soussignez le jour et an que dessus et le jour de la purification seconde de febvrier fist sa communion publique où il y eut exhortation qui commença par ces paroles Congratulamini mihi inveni quia ovem quae perierat.

61Une fois encore, le curé fait une copie de cet acte dans le second registre, voulant certainement donner, par ce moyen, plus de poids à cette conversion. De plus, il y ajoute deux éléments nouveaux. D’une part, il mentionne la qualité de Louis Desduits, qui est « laboureur à l’Autruche », d’autre part, il précise qu’Anne de Fauconnier avait « esté catholique dans ses premières années ». Trois mois plus tard, la nouvelle convertie est la marraine de Simon Dubot, fils de Nicolas Dubot et de Marguerite Rebut.

62Ces trois abjurations doivent sans doute mettre un terme à l’exercice du culte protestant à Grigny. Après 1676, les registres paroissiaux ne comportent plus trace d’aucune autre religion que catholique.

63Source : Registre paroissial de Grigny. Document transcrit et publié par l’Association d’histoire locale de Grigny ; site de la ville de Grigny.

Les abjurations, après la révocation de l’édit de Nantes, à Layrac (auj. Lot-et-Garonne) en 1685

64Je particulariseroy la conversion des messieurs de Layrac, a qui on a donné force temps à songer à eux, par le ministère de monseigneur Jean-Baptiste-Michel Colbert, evesque de Montauban et prieur dudit Layrac. MM. Du Brana, Larroque, Langlois, Moudens et Merle furent à Montauban dans le moys d’aoust, faire leur adjuration entre les mains dudit seigneur evesque et voyant que les autres ne vouloint, il y feust envoyé troys compagnies d’infanterie logées à Agen, le vendredi septiesme, dont les deux passèrent au passage de Layrac et l’autre à Saint-Pey-de-Gaubert et n’arrivèrent qu’au soleil couché, ne firent battre le tambour qu’en entrant en la ville, lesquels en même temps coururent à l’esglise qu’ils trouvèrent fermée criant qu’ils étoient catholiques, apostoliques, romains, pourtant ils y logèrent cette nuit. Le matin de la nativité de la Sainte Vierge se feist une procession où tous ces nouveaux convertis en apparence se trouvèrent. On leur donna pour les contenter le melheur predicateur du pays le Reverend père Gabriel, hermite d’Astaffort, prêchant très bien et très doctement. Ils escoutent la prédication mais ils ne regardent ny l’autel ny le sacrificateur. Ils entrent dans l’église et s’en vont asseoir. Le sermont dit, ils s’en vont, sans assister à pas un office, pas mesme à la procession du très auguste et adorable sacrement de l’autel. Dieu touche leur cœur et les convertisse, et moy tous les pêcheurs !

65Source : Archives départementales du Lot-et-Garonne : E supplément 186-187 et 188 ; publié par André Mateu, « La chronique de l’abbé Laplaigne, curé de Fals », Revue de l’Agenais, 1978, p. 215-250 ; document communiqué par Pascal De Toffoli.

10. Les excommunications

66Suit le registre des excommunications de l’église Saint Etienne d’Etrepigney [diocèse de Besançon] inscrites par moi Jean Robinet de Loye prêtre curé dudit lieu le neuf du mois d’octobre année du Seigneur mille cinq cent quatre vingt.

67(…)

68Par autorité du seigneur official de la curie de Besançon a été excommunié Jean Juhand fils d’Henri Juhand d’Etrepigney à l’instance d’Anatholia fille de Désiré Goullu d’Etrepigney pour somme de sept francs onze gros et deux engroignes. J’ai reçu le mandement le vingt trois du mois de janvier année du Seigneur mille cinq cent quatre vingt deux.

69Source : Acte transcrit, traduit (du latin) et publié dans Généalogie franc-comtoise, no 117, 2009, p. 59-61.

11. Le culte des reliques

Une relique de St-Didier, à Hautevelle (auj. Haute-Saône), en 1720

70Je soussigné Nicolas Massey prêtre curé d’Hautevelle lieu de la Prévôté de Conflands en Bassigny atteste et certifie qu’en l’an mille sept cent dix-neuf, le sieur Antoine de Quennerville chanoine de l’église cathédrale de Langres, Prieur du Prieuré des Ordres de la dite ville, a envoyé un ossement de Saint Didier évêque paroissiale du dit Hautevelle érigée à l’honneur et sous l’invocation de Saint Didier évêque de Langres, martir et patron de la dite paroisse d’Hautevelle, lequel ossement, le dit Sieur de Quennerville l’a tiré de la grande châsse des dits Ordres de la ville de Langres le vingt six juin mille sept cent dix neuf pour d’icelle précieuse relique en faire un don à l’église paroissiale et pastorale du dit Hautevelle et lequel ossement m’à été remis en main, bien cacheté avec une attestation qui sera insérée au bas du présent arrêtez, et re-soussigné atteste que j’ai reçu le dit ossement dans un paquet bien cacheté lequel m’à été adresser par m. Henriot, curé de….(illisible)…. diocèse de Langres et remis en main propre par le Sieur St Claude François du dit Hautevelle avocat en parlement et beau-frère du dit Henriot, et l’ayant reçu, j’ay fait faire un reliquaire d’argent selon le petit pouvoir de la paroisse de la dite église d’Hautevelle dans lequel l’ai déposé, et ou cette relique est conservée et exposée a la vénération des fidèles tant de la dite paroisse que des étranger qui vienne fréquemment en pèlerinage en cette église pour y invoquer ce saint martir en leurs besoins, sur tout pour obtenir la guérison des enfants infirmes et malades, dont par la bonté de dieu et par l’intercession de ce grand saint plus qu’annuellement obtienne l’effet de leurs mérites laquelle précieuse attestation a été mise en registre de la paroisse d’Hautevelle pour conservé la mémoire du trésor qu’elle a le bonheur de posséder, se prouvant à pouvoir glorifier qu’elle a une véritable relique de sont saint patron lequel ai prié d’être favorable à moi soussigné curé et à tout les fidèles qui comprennent sa parole et à ceux et celles qui l’invoqueront dans la dite église. En foi de quoi j’ai signé le présent arrêter N. Massey prêtre

71Teneur de l’attestation du Sieur de Quennerville. Certification à tous qu’il appartiendra que cet ossement a été tiré de la grande chasse de Saint Didier et de la ville de Langres le vingt six juin mille sept cent dix neuf par nous Antoine de Quennerville chanoine en premier du mérite de Saint Didier de la ville soussigné pour le donner à la paroisse d’Hautevelle qui nous a fait demander par l’abbé Michet chanoine de la même église. En Foy de quoi nous avons fait apposer le sceau de nos armes. Fait au-dit Langres les jours et ans que dessus. Signé de Quennerville et scellé du sceau de ses armes--- Signé Michet Chanoine. La dite attestation sera conservée parmi les papiers de l’église d’Hautevelle.

72Le dit ossement fut d ‘ abord mis en main du dit Michet chanoine a Langres, Le dit Michet le donnant o dit Henriot curé de Conflans et le dit Henriot me l’a envoyé et l’ai reçu bien cacheté par le dit….. (phrase illisible)…. et ai pris…. (illisible) toutes les précaution nécessaire en pareil cas de foi de quoi j’ai signé N. Massey prêtre

73J’ay mis le (dit ossement dans un reliquaire et l’ay cacheté et ay inclus avec une attestation signée de moy par lequel il fait foy que c’est un ossement de saint Didier et que je l’ai reçu de Langres N. Massey prêtre

74Source : registre paroissial de l’année 1720 conservé à la mairie de la localité d Hautevelle. Transcription et publication : Serge Thevenin.

12. Les célébrations de messes

Le semainier paroissial de l’année 1662, paroisse Saint-Christophe à Tourcoing (Flandre wallonne, auj. Nord)

Janvier

1 dimanche Circoncision

6 vendredi Epiphanie

17 mardi Messe solennelle de Saint-Antoine à 9 h. à l’intention des bouchers

22 dimanche Fête de Saint-Vincent

25 mercredi Messe solennelle de la conversion de Saint-Paul à l’intention des tourneurs de cette ville [les semainiers des autres années indiquent aussi les banseliers (fabricants de paniers) et les cordiers]

29 dimanche Messe de Saint-Antoine à l’intention des sonneurs de cette ville [on ne trouve plus les sonneurs ensuite sauf en 1710]

31 mardi Messe solennelle de Notre-Dame avec veni creator et procession à l’intention des manants du vinage [rue] de la Croix [le veni creator est un hymne religieux invoquant le Saint Esprit]

février

3 vendredi Messe solennelle de Saint-Roch avec veni creator et procession à l’intention de plusieurs bons manants de cette ville. [Les bons manants sont des paroissiens généreux.] Messe solennelle de Saint-Blaise à l’intention des peigneurs de cette ville

5 dimanche Messe de Saint-Blaise

19 dimanche Messe solennelle de Saint-Barthelemy à l’intention des manants de la rue de Tournai

21 mardi Messe solennelle de Sainte-Venise à l’intention des filloires [fileuses] de cette ville

22 mercredi Grand messe

Abstinence de beurre et de lait

24 vendredi Messe solennelle de Saint-Mathias à l’intention des cuveliers [fabricants de tonneaux et de cuves] de cette ville

Mars

3 vendredi Messe solennelle de Saint-Roch avec veni creator et procession à l’intention de plusieurs bons manants de cette ville

19 dimanche Messe solennelle de Saint-Joseph à l’intention des charpentiers de cette ville

26 dimanche Passionis [dimanche de la Passion]

75Source : Archives municipales de Tourcoing : semainier de 1662, inscrit dans le registre des mariages de la période 1661-1667 ; pour l’intégralité de la transcription, cf. Paul Delsalle, « La vie paroissiale au XVIIe siècle », dans Tourcoing sous l’Ancien Régime, Tourcoing, Archives municipales, 1987, p. 135-140.

13. Les processions

Une procession à Saint-Donat-sur-L’Herbasse (auj. Drôme) en 1744

76Le vingt neuf du mois de juin présente année jour et fete de St Pierre patron de cette paroisse j’ay fait autour de St Donat la procession avant la grand messe, et officié pour la premiere fois, les Srs chanoines pretendoint avoir ce droit dont ils ont été déboutés par les sentences rendues a St Marcellin le 25 may et 20 decembre 1743 mrs les curés de Tournay, de Charmes, de St Mury, de Baternay, de Bren, de Chavanes, de Veaunne, de Clérieu et de St Bardoux ont assisté a la solemnité revetus de surpelis et de chapes ainsi l’attestent Me Louis Jullien Notaire royal et Sieur Marc Legentil secretaire greffier du comté de Charmes sousignés Sieur Jean François Maisonneufve bourgeois. Gilhon, curé.

77Source : Archives départementales de la Drôme : registre paroissial de Saint-Donat-sur-L’Herbasse, relevé par Thierry Sabot.

14. Vie politique

Discours révolutionnaire

78Discours du 9 janvier 1791

79Discours que j’ay prononcé à l’Église en présence de la municipalité, Notables et la paroisse à l’occasion du serment qu’on exige des fonctionnaires et qui fait tant de bruit.

80Digne élite du patriotisme ! Conseil choisi du général de la commune ! Vous mes chers compatriotes, mes chers paroissiens, il s’agit de ma part de faire un serment relatif à l’article 29 du décret du 24 juillet [c’est la Constitution civile du clergé] dernier confirmé par les articles 21 et 28 du décret du 27 novembre [décret demandant au clergé de prêter serment dans les huit jours sous peine de destitution] aussi dernier, sanctionné, accepté et ordonné par le roy. Voilà la formulle : « Je jure de veiller avec soin sur les fidels de la paroisse qui m’est confiée, d’être fidèle à la Nation, à la Loi et au Roy, de maintenir de tout mon pouvoir la constitution décrétée par l’Assemblée Nationale et acceptée par le Roy. »

81Quelle différence y a t il de ce serment à celuy que tout le monde a prosté avec empressement à la fédération du 14 juillet ? [allusion à la fête de la Fédération, le 14 juillet 1790]. Cependant on s’efforce d’y jetter des [nuages], on en vient jusqu’à dire qu’il n’y a pas d’honeste homme qui puisse le prononcer. Dans la nécessité où je suis de le faire, je vous dois une instruction pour vous dessilier les yeux et abattre les impressions que vous pouriez avoir conceû. Je vais vous analizer ce serment et le diviser dans tous ses membres et je vous prouve [...] n’est defectueux vous devez que tout est bon et déposer toute prévention.

821. je jure de veiller avec soin sur le fideles de la paroisse qui m’est confiée : de tout

83tempt mes chers paroissiens, vous m’avez appelé curé. Ce terme dérive a cura curam habere qui veut dire avoir soin. Vous m’avertissiez tacitement par ce nom de curé que la solicitude devait faire mon partage, que je devais vivre suivant mon état et condition, que le soin devait faire ma charge d’office. J’ay rempli mon obligation la dessus, je vous en atteste tous, comme Samuel en attestoit le Christ, vous devez me connoistre depuis 35 ans que je suis avec vous, St Paul souhaittoit cet anathème pour ses frères, Dieu m’est témoin qu’avec satisfaction je donnerois la dernière goutte de mon sang pour votre interest spirituel. Jugez mes chers paroissiens, si j’auray tort de jurer d’avoir soin des fidèles de la psse qui m’est confiée. j’attend votre advis.

842. Je jure d’estre fidéle à la nation ; cette nation autem est un corps des plus respectables dont j’ay l’honneur d’estre membre, je peux compter sur elle, elle doit compter sur moy. Elle a droit de se faire un gouvernement auquel je dois me faire gloire d’estre soumis ? Cy devant la France étoit divisée en différents duchés et principautées. Chaque canton avoit son gouvernement et sa coutume, tout le Berry étoit conduit par sept différentes coutumes, il falloit suivre la locale, chacun obéissant sans répugnance, c’est le point de la coutume, personne ne réclamoit. Nous sommes tous François, frères et enfants d’une mesme mère qui est la Nation. Elle a droit de tout résoudre, et de faire une loi généralle et commune. Oui il y avoit de la folie à ne pas vouloir être régi, ay je tort de lui jurer fidélité, je demande votre avis, qu’en pensez vous ?

853. Je jure la fidélité à la loy ; Jésus Christ mon Dieu lui a été sousmis, il a subi celle de la circonsition, celle de la rédemption, rédempteur qu’il étoit, il a été rachepté, il nous a recommandé la sousmission, « Je ne suis pas venu », nous disoit il, « nous abroger la loy, mais pour la remplir », Maudit celuy qui ne suivra pas un tel exemple, tel doit estre notre langage à tous.

864. Je jure la fidélité au Roy ; Jésus Christ luy a obéi, en se rendant à Bethlehem où il fut méconnu et rebutté, dans sa translation de Caïphe a piloté suivant l’ordre de judicature établie par le roy, Hérode mesme qui le regarda comme fol Jxt nous a recommandé de éraindre Dieu, d’honorer le roy, Oui je dois lui jurer fidélité, par la proclamation qu’il en fait, il le veut ainsi il l’ordonne ainsi, j’obéie.

875. Je jure enfin de maintenir de tout mon pouvoir la constitution décrettée par l’assemblée nationnalle, et acceptée par le roy. J’accepte ce serment, la nation a le droit de l’exiger, le roy me l’ordonne, je viens de lui jurer fidélité, ils savent que je n’ay pas le pôuvoir exécutif ny la voye coactive, mais je ne m’écarteray jamais de la voye directive, je peux et je dois toujours enseigner cette voye par mon exemple, et en preschant la sousmission. Voila mon serment rempli, il est prouvé par l’oracle de Jésus Christ, on pouvoit en rapporter cent passages de l’écriture, je serais fol, mal instruit et puni de ne pas le faire parce que le scais que le jurement fait honneur à Dieu quand il est accompagné des jugements, justice et vérité.

88Mais me direz vous, n’y a t il point quelque schisme à craindre avec l’église romaine, Notre St Père le pape, que nous devons reconnoistre comme la pierre angulaire de l’église, comme le vicaire de Jésus Christ ; c’est là le crime des grecs [les Orthodoxes], leur salut est impossible avec cette désunion ; tous les vendredys saints nous prions pour eux comme pour les payens et les juifs. Je responds qu’on ne peut augurer de schisme, les contestations avec le pape ne le sont pas. St Paul résista à St Pierre touchant la circoncision, les orientaux ne résistèrent dans leur coutume de célébrer la pasque le 14 de la lune de mars, malgré le décret de Victor pape, St Ciprien eut une longue dispute avec Étienne touchant le baptesme et cependant son nom est inséré au canon de la messe. L’evesque de Lincolne défendit avec chaleur la juridiction des ordinaires contre Innocent IV. La république de Venise résista à Paul V, l’église de France de tout tempt, n’eut elle pas ses droits et ses libertés, personne ne s’est jamais séparé de l’église romaine pour ces contestations. La Nation a décreté l’unité avec le chef de l’église, et enjoint au nouvel evesque de luy communiquer son élection, d’ailleurs tous nos débats ne regardent que la politique et la discipline, et en rien du tout le dogme, s’il fut jamais occasion de schisme, ce fut au tempt de la pragmatique sanction, tenue en 1438. Elle rétablissoit les élections pour le peuple, abolissait les réserves, les induttes, les grâces expectatives, et les annattes. Elle a duré sans schisme jusqu’en 1517 quelle fut abolie par le concordat de Francois Ier et Léon X.

89S’il fut jamais occasion de schisme, ce auroit du estre à l’occasion du concile général et œcuménique de Trente qui avoit commencé en 1545 et qui n’a fini qu’en 1563. Du Ferrier, ambassadeur de France au concile, fit ses protestations contre la discipline ; le cardinal de Lorraine en apporta les décrets qui furent receus avec respect, quand au dogme comme sains, bons et déterminés par un concile général et légitime, mais quand à la discipline elle fut absolument rejetée comme dérogeante aux droits et prérogatives du roy et privilèges de l’église gallicane, cependant nous avons vécu sans schisme depuis ses époques. Mais touttes les bulles que le pape adressoit aux evesques, abbés et bénéficiers consistoriaux, ne contenoint elles pas quelque chose de dogmatique relativement à l’élection et à la mission. Non ce n’étoit qu’une pure discipline et déférance pour le pape dont on pouvoit assigner l’époque, la formule sanctae sedis gratiâ ne remonte pas au dela du 13esme siècle, l’apôtre St Paul ordonna Timothée et Tite evesques, ils n’en ont jamais communiqué à St Pierre. L’assemblée nationnale prescrit au nouvel evesque d’écrire au souverain pontife, en signe de communion. Qu’ont fait de plus St Athanaze, St Basile, St Grégoire de Naziance, St Augustin, plusieurs n’écrivoient point ; d’esprit et de cœur ils étoient attachés au St Siège. Des le commencement, on donoit ces bulles gratis, à raison de la dépense des bureaux, on s’est accoutumé à prendre de l’argent, et cela a augmenté de beaucoup.

90Depuis l’Assension de notre seigneur, jusqu’au milieu du onziesme siècle, le peuple entroit en concurrence avec le clergé, pour l’élection, dans cet interval il y eut quelque changement, le clergé accorda la concurrence au roy, il nommoit quelque fois, et demandoit l’agrément du clergé et du peuple, qui nommoient aussi de leur costé, avec l’agrément du roy. Enfin en 1050, le peuple fut depouilé de ce concours, ce fut l’époque de tous les abus possibles.

91Pour réformer ces abus, de touttes parts, on crioit qu’il faloit réformer l’église dans son chef et dans ses membres, et on fut obligé d’indiquer le concile de Constance qui fut dissout. Après la dissolution, les cris redoublèrent, et on fut comme forcé d’indiquer le concile de Basle qui ne marchandoit pas sur la réformation. On prétendit le transférer à Ferrare, dix y furent, ils n’y pouvoint rien faire, en prétendit encor le transférer à Florence, les pères tinrent encor bon à Basle. L’église gallicane s’assemlbla en 1438. Dans la Ste Chapelle de Bourges, y coppia les décrets du concile de Basle touchant l’élection quelle rendoit au peuple, l’abolition des réserves, des grâces expectatives, des induttes, et des annattes, nous avons tous vécus sous ce régime de la pragmatique sanction, jusqu’à l’an 1517 où François Premier fit publier son concordat avec Léon X par lettres de jussion, malgré les oppositions du clergé, des universités, et des parlements. L’abolition de cette pragmatique sanction a mis le comble à bien des abus que la Nation entend réformer aujourd’hui, en nous rappelant à la primitive église, et en conservant nos privilèges de l’église gallicane qui n’ont jamais contrariés le dogme. Maint cependant la Nation paroist s’ingérer à donner une juridiction spirituelle qu’elle n’a pas, il est vray qu’elle ne l’a pas, mais aussi elle ne la donne pas, nous avons receus cette juridiction spirituelle dans le sacrement de l’ordre d’évesque et de prestre, ce pouvoir étoit lié, jusqu’à la mission, sans laquelle on n’auroit mal fait d’agir (hors le cas de nécessité). La nation change t elle quelque chose dans cet ordre ? Je enjoint au nouvel évesque d’en communiquer au pape, de se présenter au métropolitain, d’en recevoir l’institution canonique et la chaine de Jesus Christ, conformément au code de Sardique tenu en 347 et au concile de Nicée tenu en 707 [703 a été biffé] elle enjoint au nouveau curé de ce présenter à l’évesque pour en recevoir vizat, au vicaire pour l’approbation. De tout tempt cela s’est fait, qu’est ce que change l’Assemblée Nationale ?

92Mais encor me direz vous, vous ne scavez pas ce que c’est, que la constitution, elle n’est pas finie, la Nation est votre mère, elle peut exiger le serment, vous le devez mais si après votre serment on vous commande la vol, la rapine, l’homicide, l’adultère, la renonciation à la catholicité, le divorce.

93On ne peut augurer ces choses déraisonnables, le caractère de l’honeste homme est de penser en bien de son prochain, mais si cela arrivoit, vous scavés tous que le serment n’est pas un lien de l’iniquité, Jephté ayant fait vœu d’immoler la première personne qu’il rencontreroit sur son chemin, fut regardé comme impie, en faisant mourir sa fille qu’il avoit vu la première en arrivant.

94Je crois avoir respondu à touttes les objections que j’ay auguré, si vous en avez quelques autres, j’offre de vous les lever dans cette chaire de vérité, parlez. Puisque vous n’avez rien à dire, je vais prononcer le serment, non en levant la main comme le font les laïcs, mais en la mettant sur la poitrine comme ecclésiastique, je Philippe Bastide jure. [Malheureusement, le serment n’est pas transcrit.] On ne peut dire combien ce serment m’a procuré d’ennemys.

95Source : Archives municipales de Le Blanc : registres paroissiaux, paroisse Saint-Etienne ; document transcrit et publié par Patrick Texier.

Notes

29 On notera ici l’utilisation du prénom Guilhaume pour une fille.

30 Il n’existe aucun lieu portant ce nom. Il s’agit probablement d’une allusion à la redevance en cire.

Table des illustrations

Légende Marguilliers et confrères, à Agen, en 1697-1698
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Source : Registres paroissiaux de Millau : GG 1 à GG 17 ; relevés effectués et publiés par Jacques Frayssenge, Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien Régime (1668-1789). Société catholique et société protestante, Millau, Librairie Trémolet, 1990, p. 222-225.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Proportion d’hommes capables de signer leur acte de mariage en 1790.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540