Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 9. Les malheurs du temps

Texte intégral

1Dans les années 1950-1980, principalement, les historiens ont étudié la conjoncture démographique, et plus particulièrement les crises démographiques, en fondant leurs recherches et leurs analyses sur les registres paroissiaux.

1. Méthodologie : l’étude des crises

2Les registres paroissiaux permettent d’abord d’appréhender les structures démographiques et plus spécialement quelques grands aspects structurels de la mortalité (taux de mortalité infantile, par exemple), même si l’absence de recensements réguliers interdit de calculer des séries de taux de mortalité générale. Mieux encore, les registres paroissiaux rendent possible l’étude de la conjoncture démographique, c’est-à-dire essentiellement les grandes crises de mortalité. Alors que les auteurs de monographies paroissiales ne peuvent le plus souvent que constater à telle et telle date précise, les « clochers » de la surmortalité, le cadre d’une province – si petit que soit l’Anjou-permet d’étudier ces crises de façon aussi serrée que possible : on peut espérer les identifier – famine ? épidémie ? -, en cartographier l’extension, en mesurer, dans les meilleurs cas, les effets immédiats et lointains.

3Source : François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p. 10.

2. La peste

La peste de 1348, à Givry (Bourgogne, auj. Saône-et-Loire)

4Le registre paroissial de Givry, petite ville située près de Chalon-sur-Saône, est le plus ancien « registre paroissial » conservé en France. Ghislain Brunel en a donné une présentation synthétique : « Bien qu’il ne s’agisse pas d’un registre d’état-civil à proprement parler mais d’un livre de comptes des curés successifs de la paroisse, on y trouve consciencieusement notés les décès et les mariages des habitants entre 1334 et 1357. En effet, inhumations et cérémonies de mariage étaient tarifées, et le curé notait chacune des taxes perçues ; les baptêmes - donc les naissances - n’y figurent pas car leur paiement intervenait sans doute juste après la cérémonie. Les informations demeurent simples malgré tout : le nom du seul mari pour les mariages, le nom du chef de famille - celui qui acquittait le droit dû - pour les décès, avec l’âge uniquement pour les enfants ; mais les pauvres, qui ne pouvaient payer, étaient inscrits aussi dans le registre.

5Ce document est célèbre principalement parce qu’il illustre l’effroyable mortalité liée à l’épidémie de peste de 1348. De 20 à 40 décès en moyenne entre 1337 et 1347, on passe à 649 décès pour les seuls mois de juillet à décembre 1348, c’est-à-dire presque vingt années communes de décès. Quant aux mariages (de 10 à 30 par an habituellement), il n’y en a aucun en 1348 et, brutalement, après l’épidémie, 86 en 1349 dont la moitié entre le 14 janvier et le 24 février 1349. » (G. Brunel).

6« Ici sont contenus ceux qui sont morts au temps des fermies [=biens de l’Eglise] de l’année du Seigneur 1344.

  • 26 On se trouve désormais en 1345 puisque la Saint Hilaire est fêtée le 14 janvier.
  • 27 Cortiambles, Poncey et Sauges sont des hameaux de la commune de Givry.

7D’abord mourut la femme de Philibert de Turco, le jeudi après l’invention du corps de saint Etienne. Perret le Frisez mourut le vendredi suivant ; il nous a été accordé 10 sous. La fille d’Henri Belin mourut le mercredi après l’Assomption de sainte Marie. Le jeudi après la fête de Saint Barthélemy mourut la femme de Benoît Jullot. Le même jour mourut la femme d’Odet le Lionney, de Poncey ; il nous doit 20 sous. De même Renaud le Galoney de Breuil mourut le vendredi avant la fête de Saint Barthélemy. Jean Poulot mourut le samedi suivant. Le mardi après la fête de la décollation de Saint Jean-Baptiste mourut Simonet Genouay, de Poncey. De même, le dimanche après ladite fête mourut la femme de Robert Beaud ; le dimanche avant la fête de Saint Michel mourut Renaud fils du défunt Guillaume Saget ; on s’est accordé pour 22 sous […]. De même, ce jour là, mourut Chrétien, fils de Gérard Chapaise. De même, le mercredi, jour de la fête de Saint Michel mourut Guionet Bernerde, de Poncey. Le samedi jour de la fête de Saint Denis mourut la femme de Gérard Chapaise. Le jeudi avant ladite fête mourut la fille d’Hugues Pillat, héritière. Le samedi après la fête susdite mourut Gérard Chapaise. Perrelline Bertholomey, de Poncey, mourut le dimanche avant la fête de Toussaint. Le fils de Guillaume de Nollay mourut le vendredi après la fête de Saint Martin et le même Guillaume le samedi suivant ; il nous a été accordé 12 sous. De même Jean de Mangue mourut et il nous a été accordé 8 sous. La femme de Michel Valon mourut le vendredi après les octaves de la fête de la Saint-Martin d’hiver, pour laquelle on s’est accordé pour quatre messes jusqu’à la fête de Saint Jean-Baptiste, pour 17 sous. Le samedi suivant mourut la femme de Guionet marguillier de Cortiambles. De même Isabelle la Barisere mourut. De même ladite Quinade doit 3 sous. Le vendredi après la fête de Saint André mourut la femme d’Hugues Juanin. Le même jour mourut Martin Liberne ; il nous doit 5 sous pour le vin de l’office. Le même jour mourut la femme de Jean Meren. Le samedi jour de la Nativité du Seigneur mourut Huntier le Champenoy. Le jeudi suivant mourut Robert Rebrechot. Robert Olle mourut le samedi après la fête de Saint Hilaire26. Gaucher de Clanvillon mourut. Le fils de Laurent Adeleve mourut le lundi après la fête de Saint Vincent. Le dimanche après les octaves de la Saint-Vincent mourut la femme de Guillot Chambiloit. Le jeudi après la fête de la Chaire de Saint Pierre mourut Durand Boiadet. Le vendredi avant la fête de Saint Georges mourut la femme de Jean Olleir. Le jeudi de la Bénédiction mourut ladite la Grepillote. Le samedi après Quasimodo mourut Barthélemy, fils du défunt Salomon ; De même, la fille d’Ichet Simonet. Le vendredi après la Pentecôte mourut le dit Galiain, de Poncey. Le samedi suivant mourut Perret Cornu, de Sauges27. Jean de Denevy mourut le vendredi le lendemain de l’Eucharistie. Guillaume Chaderon mourut le mercredi après les octaves de la Pentecôte. Guillaume Pyegay, de Poncey, mourut le vendredi avant la fête de Saint Barnabé, pour lequel on s’est accordé pour 9 sous.

  • 28 C’est-à-dire la période s’étendant de Noël à l’octave de l’Epiphanie.

8Ici sont contenus ceux qui se sont mariés de notre temps : le fils dudit Chesteaul Morin ; Etienne Joso, dit Quoquit, Guillaume Sarazin est son fidéjusseur. Guillaumet de Vaisey. Après la Toussaint : Hugues Sagnet, de Givry, clerc ; Jean le Peret, clerc ; Hugues, fils de Pasquad Panipay, 3 sous. Après les Vingt Jours28 : Hugonet Lachot, Jean Valon. »

9Source : Archives municipales de Givry, GG 74, f ° 43r°-44v°. Traduction du latin. P. Gras, « Le registre paroissial de Givry (1334-1357) et la Peste noire en Bourgogne », Bibliothèque de l’Ecole des chartes, t. C, 1939, p. 295-308.

10Bibliographie : Henri Dubois, « Population et peuplement », dans : Jacques Dupâquier, dir., Histoire de la population française, tome 1, des origines à la Renaissance, Paris, PUF, 1988, p. 220 ; Sources d’Histoire médiévale, IXe -milieu du XIVe siècle, sous la direction de Ghislain Brunel et d’Elisabeth Lalou, éd. Larousse, Paris, 1992, p. 193-194.

La peste de 1636, à Metz (auj. Moselle)

11Dans un registre, toutes les victimes de la « peste » sont classées par paroisses, de janvier à décembre 1636, et jour par jour. On y trouve un récapitulatif, à la fin de chaque paroisse :

Saint-Jacques : 137 de la maladie contagieuse ; 118 d’autre maladie

Saint-Martin : 137 de la maladie contagieuse ; 174 d’autre maladie

Saint-Gergonne : 93 de la maladie contagieuse ; 220 d’autre maladie

Sainte-Croix : 97 de la maladie contagieuse ; 146 d’autre maladie

Sainte-Segolenne : 116 de la maladie contagieuse ; 197 d’autre maladie

Saint-Sumplice : 248 de la maladie contagieuse ; 236 d’autre maladie

Saint-Maximin : 188 de la maladie contagieuse ; 367 d’autre maladie

Saint-Victor : 163 de la maladie contagieuse ; 207 d’autre maladie

Saint-Gigoult : 42 de la maladie contagieuse ; 117 d’autre maladie

Saint-Eucquaire : 151 de la maladie contagieuse ; 236 d’autre maladie

Saint-Livier : 175 de la maladie contagieuse ; 171 d’autre maladie

Saint-Georges : 36 de la maladie contagieuse ; 75 d’autre maladie

Saint-Marcel : 125 de la maladie contagieuse ; 167 d’autre maladie

Saint-Jean et Saint-Victor : 19 de la maladie contagieuse ; 53 d’autre maladie

Saint-Sevroy : 55 de la maladie contagieuse ; 165 d’autre maladie

Total : 1782 de la maladie contagieuse et 2649 d’autre maladie = 4431.

Extrait :

Jacques Aubry cordonnier demeurant proche de St-Sauveur est mort d’une fiebvre continue le 28e janvier 1636.

(…)

L’enfant de feu Pierre Longris orfebvre et une femme qui estoit audict logis pour a.. ( ?) sonts morts de la maladie contagieuse le 2 aoust.

L’enfant Jean Floze cordonnie demeurant en la rue de la choeuvre est mort de la maladie contagieuse le 2 aoust.

La servante Estienne Willaume sergent de messieurs les Treizes demeurant a la place Saint-Jacques est morte de la maladie contagieuse le 5 aoust.

L’enfant Jacques Lison massoyer demeurant a la place Saint-Jacques est mort en Chartre le 5 aoust.

L’enfant mre Ausillon procureur demeurant derrier Saint-Sauveur est mort de la maladie contagieuse le 7 aoust.

Le fils du comte de Nassaux est mort d’une longue maladie au logis du sr Jean Gresset demeurant en la rue des Bons enfants le 8 aoust. (…)

La vefve de feu Bernard Marchalle demeurant en la rue de la Chevre est morte de la maladie contagieuse le 27e aoust

L’enfant Jacques Lison demeurant a la place St-Jacques est mort de la maladie contagieuse le 27e aoust

L’enfant Demange Pinpin demeurant au porte Enseigne est mort d’une longue maladie le dernier aoust.

12Source : Archives municipales de Metz : GG 222, f ° 6 ; je remercie Victor Benz pour l’aide apportée.

3. Les maladies mortelles, les épidémies

La grippe pulmonaire, dans les villages d’Anjou, en 1740

13Le tableau ci-contre indique les décès mensuels au cours du premier semestre. Les trois premières paroisses se situent dans les Mauges, les deux suivantes dans le Craonnais. Depuis Ménil jusqu’à La Flèche, on est dans « L’Entre-Mayenne-et-Loir. Baugé et Gizeux sont dans le Baugeois. Martigné-Briant appartient au Saumurois-Layon, tandis que Beaufort, La Pommeraie et Béhuard sont des villages de la Vallée.

14Le curé de Béhuard note dans son registre, à la date du 19 avril, que la maladie responsable des nombreux décès des deux mois précédents dans sa paroisse, était appelée « plurésie épidémique » ; causée par le grand froid, elle « prenoit par un mal de costé continu et dégénéroit en fluxion de poitrine, ou bien par un mal de costé et de cœur ; pour l’un et l’autre cas, l’émétique étoit très en usage » ; mais il ajoute que « les médecins ne connaissoient rien à cette maladie », dont la rechute était toujours mortelle. Le curé de Nyoiseau écrit, le 9 mars, en marge de la sépulture d’une jeune femme : elle est morte d’un grand mal de tête et d’un grand mal de costé, de même que tous les suivants ». Le curé de Challain, Pierre Maussion, écrit à la fin du registre de l’année 1740 : « la maladie étoit un point de costé et un violent mal de tête qui enlevoit le malade en cinq ou six jours. » La comparaison entre les âges au décès à Challain durant l’épidémie de mars-mai 1740 avec ceux relevés à Mouliherne en « temps normal » au cours du XVIIIe siècle, permet d’observer une relative immunité des enfants par rapport aux adultes et aux vieillards. Ces symptômes permettent d’identifier une grippe pulmonaire.

15Age au décès :

Challain mars-avril-mai 1740

Challain mars-avril-mai 1740

Mouliherne XVIIIe siècle

décès

 %

 %

Moins de 4 ans

14

13,8

39,2

De 5 à 19 ans

11

10,8

9,2

De 20 à 59 ans

52

50,9

32,8

Plus de 60 ans

25

24,5

18,8

Source : François Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p. 264-265.

Une épidémie dans le Jura en 1762

16Pendant le cours de l’année 1762, principalement pendant les six premiers mois avec les trois derniers mois de la précédente, il a régné dans la paroisse de Saint-Lupicin, surtout au village de Lavans [près de la ville de Saint-Claude] une épidémie qui a fait beaucoup de ravages.

17C’étoit une fièvre maligne, mais sans transport, accompagnée de poings au côté qui coupoient la respiration ; si le malade passait le septième jour qui était le moment critique et dangereux, il donnoit ordinairement dès ce jour-là des signes peu équivoques de convalescence : les remèdes qui opéroient le plus d’efficacité étoient de faire suer à force, dès l’instant que l’on étoit surpris, et de faire deux saignées ou trois au bras dans les deux ou trois premiers jours seulement, et donner force de tisane et du bouillon peu nourrissant et à demy fait.

18Et lorsque le mal paroissoit diminuer on faisoit évacuer au corps son reste de malignité de fièvre par de doux breuvages purgatifs, ce qui affaiblissoit extremement le malade pour quelques jours, mais ce qui le rétablissoit dans les suivants, de manière qu’au vingtième jour l’on étoit rétabli.

19Cette affliction dont on n’avait pas vu d’exemple depuis l’année 1689 et dont je viens de faire le triste détail a enlevé plus de cent grands corps dans l’espace d’une année.

20Source : Registre paroissial de Saint-Lupicin, en 1762 ; cf. Annuaire du Jura, 1865, p. 157-158.

4. La guerre

Les passages de troupes lors de la guerre de Trente Ans, en 1633 et 1634, en Alsace, à Belfort (auj. Territoire de Belfort) et à Lure (auj. Haute-Saône)

21L’an du Seigneur 1633, le 6 janvier, jour des Trois Rois, la ville de Belfort et son château furent pris par le Rhingrave, général des Suédois qui, en l’espace de deux mois, s’était emparé de toute l’Alsace qu’il avait dévastée, sans aucune résistance que celle de la ville de Benfeld qui soutint, pendant neuf semaines, les attaques et le siège dudit Rhingrave. Elle se rendit à composition honnête, le jour de la saint Martin 11 novembre 1632 (…).

22Le mardi 24 janvier 1634, tous les soldats tant français que lorrains qui, au nombre de 200, étaient restés quatre mois à Lure aux frais du duc de Lorraine sous le commandement du français de Vitrolles, quittèrent Lure pour l’Alsace.

23Le 27, environ 200 Allemands arrivèrent devant Lure ; d’abord pour des motifs certains, les habitants ne voulurent pas les laisser entrer. Ils campèrent pendant huit jours à Vouhenans et au Magny. Enfin, on en admit 80 environ pour protéger la ville de Lure.

24Le 14 mars 1634, environ 1200 impériaux tant cavaliers que fantassins fuyards, commandés par le marquis de Bade, défaits à Wattwiler près de Cernay, le 12 mars par l’impie luthérien Rhingrave arrivèrent à Lure où on les accepta pacifiquement au grand dam des habitants qu’ils pillèrent le lendemain. Le marquis exigea et reçut par la force 1000 francs des habitants et il s’en alla ; il en avait demandé 3000, mais il n’en obtint que 1000. Le 16 mars 1634, des soldats du marquis de Bade, il ne restait plus à Lure que 100 Allemands et 200 Lorrains.

25Le 18, à 3 heures après-midi, Lure fut de nouveau assaillie par 300 cavaliers de l’horrible Rhingrave qui assiégeait alors Belfort qu’il prit et pilla 8 jours plus tard ainsi que le château. Il désirait vivement s’emparer de Lure dont il était mortifié d’avoir abandonné le siège l’année avant. Mais grâce à Dieu, notre Révérendissime administrateur sollicita du sieur de La Haye la protection du Roi de France Louis XIII afin de protéger la foi catholique contre les hérétiques et l’impie Rhingrave qui désirait dévaster Lure ; il l’obtint pour le plus grand bien. Ainsi les 300 cavaliers s’éloignèrent le 19 mars 1634. Le dimanche 26 mars 1634, à 9 heures du matin, conformément à l’accord intervenu, les 100 soldats allemands et les 200 lorrains sortirent rapidement de Lure et à la même heure, environ 300 soldats français commandés par le colonel Hebron, pour le roi de France, qui attendaient devant la porte, entrèrent dans Lure pour la protéger et la défendre des entreprises du Luthérien Rhingrave. Ils y séjournèrent aux frais du roi en paix avec les habitants de Lure. Issue incertaine et douteuse. Que Dieu accorde bonne paix aux habitants.

26Source : Notes écrites par le curé Jean Rodolphe Elion dans le registre paroissial de Lure (Haute-Saône) ; original en latin, traduit et publié par Jean Girardot, L’abbaye et la ville de Lure des origines à 1870, Vesoul, Editions IMB, 1971, p. 347-350.

La famine de 1661-1662

27La crise de 1661-1662, dite « crise de l’Avènement » parce qu’elle correspond à l’avènement au trône de Louis XIV, est une des plus graves du XVIIe siècle.

28Le souverain lui-même en a parlé dans ses Mémoires pour l’Instruction du Dauphin : « Il survint, bientôt après, une occasion en elle-même fâcheuse, mais utile par l’événement, qui fit assez remarquer à mes peuples combien j’étais capable de ce même soin du détail pour ce qui ne regardait que leurs intérêts et leurs avantages. La stérilité de 1661, quoique grande, ne se fit promptement sentir qu’au commencement de l’année 1662, lorsqu’on eut consommé, pour la plus grande partie, les blés des précédentes ; mais alors elle affligea tout le royaume... Ceux qui en pareil cas ont accoutumé de profiter de la calamité publique ne manquèrent pas de fermer leurs magasins, se promettant dans la suite une plus grande cherté, et par conséquent un gain considérable. »

29Le terme de disette, employé autrefois pour qualifié cette crise, semble beaucoup trop faible. Elle surgit dans une atmosphère clémente. La peste a quasiment disparu depuis 1650 environ (elle reviendra ensuite). Cette crise serait donc uniquement liée à un gros problème de subsistance. Elle n’affecte pas tout le royaume mais frappe particulièrement la moitié septentrionale et ses terres à blé. Toutefois la Picardie, l’Artois, la Flandre et le Hainaut ne semblent pas concernées. Dans les paroisses situées au sud de Paris, la mortalité est excessive entre juin 1661 et janvier 1662 : trois ou quatre fois plus de décès que d’habitude.

30Entre Nogent-le-Rotrou et Brou, La Croix-du-Perche est une paroisse rurale du Perche, région située aux confins du Maine, de la Normandie et de l’Orléanais. C’est aujourd’hui une commune du département de l’Eure-et-Loir. Le curé n’a pas inscrit les décès dans l’ordre chronologique, comme souvent en cette période troublée. Bien souvent, sur les registres paroissiaux, le curé n’inscrit pas la cause du décès ; ici, il a pris soin de mentionner que la faim est à l’origine de la mort de ses paroissiens.

Le 4e mars 1662 fut enterré l’enfant de deffunt un nommé Bignon mort de faim effectivement.

Le 2 janvier 1662 fut enterré en notre Eglise l’enfant de deffunt Hean Vedye mort de faim en une estable.

Le 20 janvier 1662 fut enterré en notre simetière un nommé David et sa femme morts de faim aux Charnois, comme aussy un nommé La Gravière mort de faim.

Le 1er jour de mars 1662 a esté enterré en nostre semittière Jacques Drouin mort de faim.

Le 26e mars 1662 a esté enterré en nostre semittière Anne Rochette qui est morte de faim avec ses deux enfants.

Le 28e april 1662 fut enterré en nostre semittière le fils à deffunt Jacques Drouin mort de faim comme son père.

Le 1er may 1662 fut enterré en nostre semittière la femme à deffunt Jacques Drouin qui est morte de faim comme son mary et son filz.

Le 30 april 1662 fut enterré en nostre semittière Jean Pelaleu dit le Cles qui est mort de faim.

Le 2e may 1662 fut enterré en nostre semittière la fille à La Pelaude morte de faim comme sa sœur et son frère.

31Publié par Pierre Goubert, L’Ancien Régime, tome 1 : la société, Paris, Armand Colin, 1969, p. 49. Textes communiqués à Pierre Goubert par Marcel Couturier, maître-assistant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

5. La famine de 1692-1694

La famine selon le curé de Sainte-Radegonde, paroisse incorporée à Tours (Touraine, auj. Indre-et-Loire), en 1692-1694

32Les saisons de l’année 1692 ont esté si déréglées que, non obstant les plus belles apparances de bleds, vins et fruits, cependant les bleds n’ont presque peu être receuillis et la plus part ont esté brouis [rouillés], par les pluies continuelles de l’esté et les froidures. Les raisins n’ont peu meurir, à cause du froid de l’esté et de l’automne et des pluies continuelles ; on n’a pu vendanger qu’à la St-Martin, encore on y fut obligé par une gelée, qui gasta beaucoup le raisin, qui n’estoit point meur, et il vint une seconde gelée le 14 ou 15 novembre, qui acheva de tout perdre. Le vin vieil a vallu 150 l. (il y en a qui l’ont vendu 200 et 220 l. la pippe) ; le nouveau n’a point esté vendu à cause de sa méchante qualité. Les pois se sont trouvés si plains de gros vers, c’estoit des cossons qui n’avoient pu être formés en leur perfection, que l’usage en a esté interdit en plusieurs endroits.

33L’année 1693 a été stérile en toutes choses. Il a été ceully très peu de bled ; et sans la providence du Roy, qui en a fait venir des pais étrangers, le bled n’auroit point eu de prix. Il a valu jusques à 54 l. le boisseau, au mois de may 1694, ce qui n’est pas tant arivé manque de bled, car il en arive de très grandes quantités dans tous les ports du royaume, mais par le monopole des marchands. Quoy qu’il ait esté peu ceully de vin en 1693 et qu’il ne fut pas de mauvaise qualité, il ne s’est presque pas vendu, à cause de la grande misère et de la rareté de l’argent. Cette même année, il y a eu disette de toute sorte de fruits, excepté de marons. L’avoine a valu jusqu’à 12 l. le septier. En un mot, le pain, le vin, la chair, les fruits et tout ce qui estoit nécessaire à la vie de l’homme a esté estrêmement cher.

34Jamais il n’y a eu plus de pauvres ; on a taxé les particuliers, en conséquence d’arrêts de la Cour, pour les faire subsister ; ce qui n’a pas réussy. Le grand nombre des pauvres et la corruption de l’air a tant causé de maladies dans la ville, qu’il y a eu une très grande mortalité depuis Pasques 1694 jusques au mois de septembre, de sorte qu’on peut dire que Dieu a affligé son peuple, ces trois années, par tous les fléaux de sa justice ; la famine qui a esté excessive, la guère qui n’a jamais esté plus sanglante ny plus opiniatrée dans toute l’Europe et les maladies ou la mortalité qui a dépeuplé des villes et des paroisses entières.

35Source : Registre paroissial de Sainte-Radegonde ; publié par L. de Grandmaison, « Les registres de l’état civil du canton de Tours-Nord », Mémoires de la Société archéologique de Touraine, tome 44, 1905, p. 361-363 ; repris par Marcel Lachiver, Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi. 1680-1720, Paris, Fayard, 1991, p. 488-489.

7. Les crises démographiques

36« Il y a crise démographique chaque fois que la courbe des sépultures s’élève brusquement et de façon exceptionnelle, de telle sorte que le nombre de ces sépultures est alors supérieur pendant trois, quatre ou plusieurs mois, parfois une année ou deux, au double ou au triple, ou plus encore, au nombre moyen mensuel ou annuel des sépultures, pendant les mois ou les années qui suivent ou qui précèdent. » (Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis au XVIIe siècle).

Les crises à Millau (Rouergue, auj. Aveyron) aux XVIIe et XVIIIe siècles

37A Millau, ce phénomène se produit, selon les analyses de Jacques Frayssenge, quatorze fois en cent vingt-et-un ans (1668-1789) durant les années 1679, 1680, 1693, 1710, 1729, 1736, 1741, 1747, 1748, 1756, 1760, 1768, 1771, 1775, 1782 et 1787, soit trois crises pour la fin du XVIIe siècle et onze crises durant tout le XVIIIe siècle.

38La ville de Millau compte probablement 4800 habitants vers 1684, 3000 vers 1700, 5000 vers 1770.

39On notera la faiblesse de l’intensité des crises de 1693 et 1710, qui s’explique par le sous-enregistrement des sépultures, notamment celles des enfants antérieurement à 1719.

40La crise de 1768 (épidémie infantile)

41Répartition des décès par classes d’âges en temps de crise ; chiffres bruts

Source : Registres paroissiaux de Millau (Aveyron ; relevés effectués et publiés par Jacques Frayssenge, Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien Régime (1668-1789). Société catholique et société protestante, Millau, Librairie Trémolet, 1990, p. 127-129 et p. 140.

De la crise de 1693-1694 à celle de 1709-1710 à Dijon : approche démographique

42Relevé du nombre de baptêmes, de mariages et de sépultures dans les registres paroissiaux de Dijon. Nous n’avons pris en compte que deux paroisses : Saint-Pierre et Saint-Michel.

Source : C. Oursel, introduction au Répertoire des registres paroissiaux, 1910, p. VII ; document fourni par Eliane Lochot.

8. Le grand hiver de 1709

Le grand hiver à Saint-Martin-l’Ars (Poitou, auj. Vienne), en 1709

43Cette année 1709 a été le plus long et rude hyver qui aye jamais paru. Le commencement a été le 6 janvier environ à midy et a duré deux mois. Les neiges ont presque duré autant par six reprises. Il est mort premièrement tous les blés d’hiver et pour toutes mes dîmes n’aye eu de froment mesure de Charroux que 15 boisseaux et autant de seigle d’avoine d’hivert point du tout ; orge [d’hiver] environ demi-cart et on en a semé de mars sans quoi l’ordre en serait perdu ; du froment quelques uns en ont semé de mars qui a bien venu. Les arbres fruitiers sont presque tous morts, entrôtres les noyers il n’en a resté que des petits dans les petits noujerades [lieux plantés de noyers] des jardins, la majeure partie des chataigniers morts aussy, les pruniers en bien des endroits, cerisiers, pommiers et poiriers mesme jusqu’à bien des chaîgnes entrôtres ceux qui ont été étêtés. Les arbres gelés étaient entrouverts pendant le grand froid. Toutes les perdrix les rouges sont toutes mortes ; on n’en aurait point n’était que le reste le froid les tua… beaucoup de lapins que l’on trouvait morts dans les clapiers ; il mourut mesme jusqu’à des veaux de deux ans que l’on ne peut jamais « échauffer pour tout ce que l’on peut faire.

44Les hommes pensèrent geler de froid dans leurs maisons et entrautre dans leurs lits il en mourut plusieurs. Les femmes enceintes se blessèrent ou leurs enfants étant au monde ne se purent sauver à cause des grands froids qu’avaient eu leurs maires [mères]. Les vignes gelaient toutes à la réserve des cepts qui étaient couverts de neige qui les garantirent des gellées sans cela elles auraient toutes été perdues ce qui a été cause que le vin à Poitiers a valu le tonneau plus de 350 livres et en Angoumois et en Saintonge 300 livres et davantage. Le blé froment, le boisseau, mesure de Charroux, 6 livres, le seigle, 5 livres, l’orge, 5 livres à la semence, l’avoine 25 sous le boisseau. Les pois et les fèves ont suivi.

45Je certifie tout ce que dessus pour vray et ay signé : de Charenton curé de Saint-Martin.

46Pour les pauvres il ne s’est jamais vu une pareille pitié. Le pain de froment valu la livre 3 s. et le pain noir 2 s. la livre. J’oubliais de dire que le pain était tellement gelé qu’il fallait le scier avec un feillet [scie, en Poitou]. En bien des endroits on eut bien de la peine à faire de la farine.

47Source : Extrait du registre paroissial de Saint-Martin-l’Ars, publié par la revue : Les Amis du pays civraisien, 1983, no 54, p. 15 ; repris par Marcel Lachiver, Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi. 1680-1720, Paris, Fayard, 1991, p. 515-516.

L’hiver de 1709 à Velaines, près de Bar-le-Duc (Barrois, auj. Meuse)

48On ne parla pas même de faire vendange cette année ; on ne recueillit pas, sur tout le finage, des raisins pour faire un bon verre de vin. Par bonheur, on avoit encor, dans les caves, quelques pièces de vin des années précédentes, sans quoi on auroit fait triste figure pendant vingt deux mois. L’eau qui sert à rafraîchir les hommes, les animaux, les plantes et les campagnes, ne fut pas exempte de la rigueur de l’hyver. L’eau de la rivière [l’Ornain] estoit gelée de cinq quarts de pied et d’un pied et demi d’épaisseur. L’eau qui coule avec rapidité sur les écluses du moulin estoit entièrement gelée par dessus, et ne faisoit qu’une glace avec l’eau de dessous et de dessus les dites écluses. L’eau dans la maison, se gelait à un pied ou deux pieds proche d’un bon feu. La plupart des puits estoient gelez.

49Les petits enfans nouvellement nez mouroient quelques jours après leur naissance, ne pouvant résister à la rigueur du froid.

50De toutes les herbes potagères, il n’y eut que l’oseille qui résista et qui servit quelque tems après à donner le goût au potage qui nourrit le soldat, le père, la mère et les enfans.

51Source : F. Vivenot, curé de Velaines ; registre paroissial, extraits publiés par M. Chapellier dans la revue : Musée de la Société d’archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, 1881, p. 274-279 ; repris par Marcel Lachiver, Les années de misère. La famine au temps du Grand Roi. 1680-1720, Paris, Fayard, 1991, p. 505-507.

9. Les loups et les accidents

52Le document qui suit est composé de trois actes de décès accidentels d’enfants, causés soit par les loups soit par une chute. Ils se sont produits dans la paroisse de Hauterives.

Massacres et accidents à Hauterives (auj. Drôme), en 1691 et 1744

53« L’an 1691 et le 14e juillet est descédé Guillaume agé de 12 ans massacré par les loups fils à Micheil Charperin et à Estiennete Gauberd, et a esté ensevely le restant au cimetière le jour suivant, en foy de quoy j’ay signé. Signé : J. Blache curé. (...)

54Ce deuxième jour de juin année mille sept cent quarente quatre nous avons inhumé la principale partie du corps de Pierre Gontard âgé de cinq ans et six mois tué par un loup carnassier qui luy a mangé un bras une jambe et partie du ventre. Présens Pierre Gubet laboureur de Bonne Combe et Barthélemy. (...)

55Ce cinquième jour de juin mille sept cent quarente quatre nous avons inhumé le corps de Marie Jeanne Didier Brame âgée de six mois moins sept jours morte plutôt tuée par sa chute du berceau. Présent Pierre Bramme illitéré. F. Del’orme curé. »

56Source : actes publiés par Gérard d’Arundel de Condé, « Au hasard des registres paroissiaux, 1691-1744 », Gé-Magazine, no 249, juin 2005, p. 44-46. Textes relevés dans les registres paroissiaux par Luc Clément. On trouvera des milliers d’autres exemples, depuis 1580 jusqu’en 1918, dans l’ouvrage de Jean-Marc Moriceau, Histoire du méchant loup : 3000 attaques sur l’homme en France, XVe -XXe siècles, Paris, Fayard, 2007.

10. La crise pré-révolutionnaire

La crise de 1788-1789, vues par Lebroussart, curé de Belle-Eglise (auj. Oise)

57Les blés cette année étaient très faibles, les semences du printemps étaient passablement médiocres mais ce qu’il y avait en abondance, c’étaient les fruits, poires et pommes qui profitaient à vue d’œil.

58Le 13 juillet 1788 à jamais déplorable une grêle affreuse qui après avoir ravagé une part considérable du pays, entre autres les terres appartenant à Monsieur Pierre de St Germain, où l’on prétend avoir vu des grêlons de 5 à 10 livres, Pontoise, l’Isle Adam, passa par ce pays ci en direction de Clermont, Mont Didier et alla se perdre dans la ville dévastant tout sur son passage dans la campagne, les moissons, les vignes, les arbres, dans les villes les toits et les vitraux.

59Plu à Dieu que cette année était favorable pour la venue des fruits qu’une quantité considérable de ceux qui avaient été frappés de la grêle étaient restés aux arbres, leurs plaies se sont en quelque sorte cicatrisées et sont parvenus à une parfaite maturité. J’ai eu dans mon jardin des poires de bon chrétien qui ayant jusqu’à sept cognées de grêle ont bien mûries et se sont conservées. On aurait cru quelques jours après cet orage qu’il ne serait pas resté un fruit aux arbres, cependant un grand nombre étaient encore suffisamment fournis de fruits malgré le grand nombre qui en était tombé, mais malheureusement il n’en fut pas de même pour les moissons.

60La médiocrité des blés, seigles et orges jointe aux dégâts causés par la grêle que produisirent différents orages en même temps et à l’exportation des blés des récoltes précédentes causa une disette affreuse dans toute la France, disette dont on a point d’exemple.

61La moisson faite, on ne vit plus dans les marchés un grain de blé vieux. Il ne restait en France que la récolte de l’année et cette récolte suffisait à peine pour la moitié de l’année. S’il y avait des blés anciens on ne les connût pas. Le blé qui jusqu’à la moisson avait valu dans les marchés que depuis 18 à 22 livres se vendit 24, 25, 28, 30, 32, 34, 36 ces prix étant l’augmentation de chaque marché. En décembre et janvier il valait environ 40 livres le septier. Il a augmenté ainsi progressivement jusqu’au prix de 60 livres le septier, on vendait le pain de 12 livres, 3 livres 5 sols et on se disputait à la porte des boulangers qui ne pouvaient fournir tout le monde pour en avoir.

62Le roi, malgré le mauvais état de ses finances fit venir à grands frais des pays étrangers, des farines, du blé, du seigle et de l’orge, mais une partie de ces denrées étaient corrompues et avaient un fort mauvais goût. Les farines étaient mastiquées dans les tonneaux, il fallait les couper, les écraser et les repasser aux moulins pour s’en servir. Aussi passer de ces blés, seigle et orge dans les différents endroits où il y avait des marchés à grains d’abord on vendait à tout venant la quantité qu’ils voulaient, mais cela ne dura pas longtemps parce que des gens achetaient et allaient revendre ailleurs. Il fallut un certificat des curés ou syndics des paroisses pour les personnes qui n’étaient pas connues, alors on ne donna plus que quatre boisseaux de blé à deux moitié seigle et orge, ensuite on ne donna plus que deux boisseaux de froment seigle et orge. De ces grains les boulangers faisaient du pain très mauvais.

63La police qu’on mit dans les marchés empêcha bien des émeutes cependant il y en eut quelques unes dans différents endroits mais qui ne furent pas aussi considérables qu’on avait pu le craindre. Dans nos campagnes, on entendit pas parler de voleurs. Personne ne fut arrêté sur les chemins. Il est vrai que pendant l’hiver qui a été très vigoureux jusqu’aux temps des travaux, il y a eu des coureurs de nuits qui demandaient du pain aux portes, mais en général il ne firent pas de mal.

64Revenons aux semences de l’année 1788. L’été avait été très sec, l’automne ne le fut pas moins. Les semences se firent lentement par la difficulté de se les procurer. Les blés levèrent difficilement car la terre était trop sèche. Dans plusieurs lieux de terres à blé, le blé en terre restait aussi sec qu’il l’aurait été dans un grenier. Cet accident fut une espèce de bonheur car si la terre eut été germée il est probable que tout les blés auraient été gelés pendant l’hiver qui pour ce climat fut le plus violent dont on ait jamais entendu parler. La gelée se fit sentir dès les 22, 23 de novembre, mais le 25, elle prit vigoureusement et le froid fut bientôt à 10, 12 degrés en plus de congélation.

65Le 31 décembre, les thermomètres des différents observatoires de Paris à 7 heures du matin étaient à 19 degrés au dessous de zéro et le froid a excédé de 3 ou 4 degrés les hivers les plus rudes qu’on ait observé en France. Cette gelée a continué avec diverses modifications jusqu’au 12 janvier que le dégel a commencé à paraître. Des arbres ont été gelés dans différents pays, dans d’autres les chênes ont éclaté dans les bois en faisant une explosion semblable à celle d’un coup de fusil. Il y a eu aussi des blés de gelés surtout ceux qui n’étaient pas encore germés entièrement. (….).

66Il eut été à souhaiter qu’on en eut labouré un peu plus car les blés tardifs et à demi gelés ont été plein d’herbes comme le coquelicot, les blés brûlés n’ont que l’écorce, au lieu que les blés de mars, les orges sont donnés excellents ainsi que toutes autres semences printanières.

67Il faut cependant en excepter les poids verts dont on fait la pâtée en caserne et les haricots qui n’ont guère pris de coffre. Mais à cela près on peut dire que la récolte est bonne.

68Comme tout le monde est encore occupé à la moisson et qu’on en peut battre, les marchés ne sont pas encore fournis. Jeudi dernier, 26 du mois d’août, le marché de Beaumont manquait du blé nécessaire pour les environs de la ville sans parler de ce qui y avait été acheté pour les [] qui partent à Paris. La disette du pain se fait encore sentir plus vivement que jamais. Depuis un certain temps on y fait qu’une espèce de pain grossier et tout le monde est obligé d’en manger, riche et pauvre. La même chose se fait à Beauvais où on ne peut avoir du pain blanc qu’avec un certificat du médecin qui constate et certifie la maladie de celui pour qui on l’achète et on le paie 10 sols la levée de 14 onces.

69Ce récit suffit pour donner une idée de la misère qui a régné depuis la moisson dernière jusqu’à ce moment. Dieu nous en préserve et les races futures d’en voir de semblables.

70Il est bon aussi de rappeler ici que l’administration inconsidérée et peu régulière des meurtres qui se sont succédés depuis longtemps à la cour ont mis un si grand désordre dans les finances que les dépenses de l’état qui est très obéré par des emprunts considérables qui se sont fait successivement, surpassent la recette de plus de 50 millions et que le roi qui est le meilleur de princes qui aient monté sur le trône des Bourbons a été obligé pour se tirer de l’abîme où l’inconduite de ses ministres l’avait précipité, d’assembler les Etats Généraux de son royaume. Ce qu’ils ont fait et feront pourra être lu dans l’histoire. Les écrivains ne manquent pas et jamais les imprimeurs en France n’ont été si occupés que dans cette année.

71On lira que le renvoi de Monsieur Necker et de quelques autres ministres le 11 juillet a servi de prétexte au soulèvement de Paris ainsi qu’une horrible conspiration à ce qu’on prétend s’était formée contre les Etats Généraux. Paris a commencé à se soulever le 12, le 13 le tocsin sonnait de toutes les paroisses. Les bourgeois se sont armés et formés par corporations et ont enlevé les armes et l’artillerie des invalides, le 14 ils ont forcé le même jour la Bastille qui était une ancienne citadelle très forte qu’on a élevé dans un moment de détresse. Il y eut bien du sang de répandu. On ne sait pas le nombre de morts.

72Source : Archives départementales de l’Oise : 5 Mi 2431. Document communiqué par Evelyne Placet.

1789, un curé perspicace

73Le curé de Roquefort écrit dans le registre paroissial de l’année 1788 :

74« Enfin tout nous annonce une Révolution, les Lumières sont trop étendues, les esprits trop montés et l’opinion générale trop forte pour qu’elle n’arrive pas ».

75Source : Archives départementales de Lot-et-Garonne : E suppl. 616. Document communiqué par Pascal De Toffoli.

11. Le choléra de 1832

76Les registres d’état civil ne précisent pas forcément la cause du décès. Pour repérer les victimes du choléra, nous avons utilisé aussi les registres de la correspondance municipale. La confrontation des deux sources permet d’obtenir la liste suivante. On notera que le choléra a fait davantage de victimes parmi les gens d’âge mûr et qu’il a épargné les enfants. Il conviendrait d’ajouter les malades, que nos registres ne permettent pas de connaître.

Les victimes du choléra à Tourcoing (Nord) en 1832

5 septembre, Reine-Cécile Destombes, 57 ans, femme de peigneur

13 septembre, Louis-François Castelain, 47 ans, journalier

20 septembre, une jeune fille, 19 ans

2 octobre, un individu

2 octobre, Constance Roge, 90 ans

3 octobre, Louis Joseph Dervaux, 58 ans, aubergiste

5 octobre, Jules Auguste Roussel, 27 ans, fabricant de tapis

5 octobre, deux personnes

8 octobre, Azania Dujardin, 28 ans, revendeuse

8 octobre, Marie Desplechin, 76 ans, rentière

8 octobre, Jean Reignier, 30 ans, militaire

8 octobre, François Verin, 53 ans, marchand boisselier

9 octobre, Louis Desbonnet, 39 ans, fileur de coton

9 octobre, Louis Dervaux, 42 ans, peigneur de laine

9 octobre, Alexis Despature, 44 ans, ouvrier tanneur

16 octobre, Louis Verue, 50 ans, portefaix

16 octobre, Eugène Clays, 27 ans, servante

16 octobre, Jean-Baptiste Gros, 25 ans, filateur

16 octobre, Sophie Leveugle, 28 ans, journalière

22 octobre, Ursule Dupont, 40 ans, épouse d’un cabaretier

25 octobre, Aimé Dusouloir, 28 ans, enceinte de sept mois, épouse d’un tisserand

27 octobre, Célestine Heudeline, 51 ans, fileuse de laine

2 novembre, la femme d’Omer Dubois, 32 ans, ménagère

2 novembre, Floris Scalbert, 64 ans, militaire

5 novembre, Eléonore Lemaire, 58 ans, fileuse

5 novembre, Louis Joseph Dujardin, 82 ans, fileur de laine

5 novembre, François Delqueux, 46 ans, couvreur

14 novembre, François Joseph Bodin, 36 ans, peigneur de laine

14 novembre, Amélie Joseph Dumoulin, 37 ans, femme du précédent

3 décembre, Maris Louise Delaporte, 75 ans, veuve d’un fabricant.

77Source : Archives municipales de Tourcoing : registre des décès, année 1832, et registres de correspondance municipale (D 2 C 12).

Notes

26 On se trouve désormais en 1345 puisque la Saint Hilaire est fêtée le 14 janvier.

27 Cortiambles, Poncey et Sauges sont des hameaux de la commune de Givry.

28 C’est-à-dire la période s’étendant de Noël à l’octave de l’Epiphanie.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Source : Registres paroissiaux de Millau (Aveyron ; relevés effectués et publiés par Jacques Frayssenge, Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien Régime (1668-1789). Société catholique et société protestante, Millau, Librairie Trémolet, 1990, p. 127-129 et p. 140.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Source : C. Oursel, introduction au Répertoire des registres paroissiaux, 1910, p. VII ; document fourni par Eliane Lochot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540