Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 8. Activités, professions, métiers

Texte intégral

1A partir des registres paroissiaux et d’état civil, il est possible d’appréhender les métiers. Les actes de sépultures mentionnent parfois la profession, de plus en plus souvent au cours du XVIIIe siècle. Il en est de même des registres de baptême (profession du père) et des registres de mariages (professions des conjoints, des parents, parfois des témoins). Des relevés systématiques sont donc envisageables.

2Toutefois, il faut prendre garde et se poser la question de la fiabilité de cette source documentaire. En effet, certains métiers ne sont pratiquement jamais mentionnés alors qu’on sait pertinemment, par d’autres documents, qu’ils existaient en bon nombre, dans le même lieu à la même période. Par exemple, dans de nombreuses villes, la domesticité représentait entre 5 et 10 % de la population. Il en était ainsi à Besançon aux XVIe et XVIIe siècles ; or, dans cette même ville, les registres paroissiaux n’indiquent aucune servante, aucun serviteur, aucune chambrière, sauf exception rarissime. C’est aussi le cas de Dijon, évoqué ci-dessous.

1. Les métiers à travers les registres de baptême

Les métiers à Dijon (Bourgogne, auj. Côte-d’Or) dans la première moitié du XVIIe siècle

3Le métier que nous indiquons est tiré d’un registre de baptêmes, vers 1625 ; il s’agit donc du métier du père de l’enfant, le plus souvent. La liste est fournie dans l’ordre chronologique des actes.

4Pour les abréviations, nous avons transcrit me ou me par maître et md ou md par marchand.

maître charpentier, prêtre chapelain

maîtresse de garde de l’hôpital Saint-Jacques

huissier en la chambre des causes du Roy

marchand (à Arc-en-Barrois), praticien

fermier du moulin Saint-Etienne, maître maréchal, vigneron

recteur des escholes, marchand tanneur

maître tailleur d’habitz, maître carreleur

jardinier, marchand tailleur

vigneron, vigneron, manœuvrier, vigneron

maître carreleur, maître estassonnier,

vigneron, vigneron, blanchisseur de toiles, cuisenier

cordier, maître carreleur, huissier, vigneron

maître tissier, praticien, vigneron, vigneron

carreleur, avocat au parlement, maître carreleur

vigneron, hoste [hôtelier] du logis du Bergier

huissier, blanchisseur

maître boulanger, blanchisseur de toiles

avocat au parlement, vigneron

maître boulanger, vigneron

maître blanchisseur, marchand.

5Source : Archives municipales de Dijon : registres de la paroisse Saint-Pierre de Dijon ; B 506 (registre factice composé de plusieurs registres cousus entre eux). Je remercie les Archives municipales de Dijon qui m’ont permis exceptionnellement de travailler sur les registres originaux.

2. Les métiers à travers les registres de mariage

Les métiers et les statuts sociaux, à La Ferté-Bernard (Sarthe) au milieu du XIXe siècle

6Les registres de mariages sont très riches en informations concernant les professions, métiers ou statuts sociaux, puisqu’ils les mentionnent souvent non seulement pour les deux conjoints mais aussi pour les parents et témoins, qui peuvent être très nombreux dans l’acte.

7s.p. = sans profession

Année 1843

Profession du mari

Profession de la femme

boulanger

domestique

tisserand

ouvrière

ouvrier peignier

ouvrière au linge

maréchal

domestique

marchand tailleur

s.p.

licencié en droit

s. p.

serrurier

ouvrière en robes

marchand libraire

s. p.

garçon roulier

ouvrière en robes

domestique

s. p.

ouvrier tisserand

s. p.

agent voyer de l’arrondissement

s.p.

garçon boulanger

s.p.

ouvrier chapelier

ouvrière en linge

journalier

journalière

journalier

journalière

journalier

domestique

marchand

s. p.

tisserand

ouvrière en robes

Année 1844

Profession du mari

Profession de la femme

ouvrier menuisier

marchande de chapeaux

ouvrier peignier

ouvrière en robes

charpentier

domestique

scieur de long

domestique

ouvrier chapelier

domestique

tailleur d’habits

couturière

cafetier et marchand de bois

domestique

marchand sabotier

domestique

tailleur de pierre

lingère

jardinier

domestique

tailleur d’habits

domestique

perruquier

s. p.

tourneur en bois

domestique

tisserand

ravaudeuse

pâtissier

s. p.

journalier

fileuse

Source : Archives départementales de la Sarthe, registre des mariages de la ville de La Ferté-Bernard, années 1843-1852, 5 Mi 140-30.

3. Les métiers à travers les registres de sépulture

Les métiers et les statuts sociaux, à Troyes (Champagne, auj. Aube), en 1656

8Il s’agit ici du métier ou du statut social du défunt, dans la paroisse Saints-Jean-et-Pantaleon de Troyes. Les âges ne sont pas indiqués, sauf exception.

9Maître cirier, fille, femme d’un jardinier, fille, femme, peintre, vieille fille, bourrelier, compagnon épinglier, manœuvre, vieille fille, domestique, vieux garçon tanneur, seigneur, femme d’un ouvrier en soie, maître torcheur, femme veuve, marchand chapelier, charretier, vigneron, femme d’un marchand tanneur, veuve d’un pâtissier [Nicolas Potier], fille, veuve, maître cordonnier, veuve, garçon de boutique, femme, femme d’un maître cordonnier, femme, vieille servante, maître teinturier, maistre patissier, maître teinturier, veuve, femme, femme, maître boulanger [noyé au moulin de Saint-Quentin], demoiselle, garçon aagé de quarante ans et plus, maître orfèvre, fille, vigneron.

10Source : Archives municipales de Troyes (fonds ancien conservé à la Médiathèque) : registre no 27 bis. Je remercie la direction de m’avoir permis de consulter le volume original.

La domesticité dans les établissements monastiques

11Ce jourd’hui vingt huitieme jour de janvier mil sept cent soixante et quinze le corps de Nicolas Drouhot d’Igny domestique de l’abbaÿe de Corneux décédé du jour précedent a été inhumé au cimetiere de l’abbaÿe de Corneux par moi soussigné prieur de laditte abbaÿe en presence de son frere Gaspard Drouhot et de Jean Claude Macheret son cousin tous deux d’Igny.

12Idem pour Jeanne Claude Boudot, servante commensale en 1780 de Nottey sur Saone, environ 60 ans.

13Idem pour Bernard Fretaud, du village de Solives paroisse Saint-Julien diocèse de Clermont en Auvergne, environ 19 ans, domestique.

14Source : Archives départementales de la Haute-Saône, H 824. Registre de vêtures, professions et sépultures de l’abbaye de Corneux (Ordre de Prémontré).

4. Les changements de métiers

Le changement de métier à Roubaix (Flandre wallonne, auj. Nord) aux XVIIIe et XIXe siècles

15Pierre Joseph Cheval est domicilié à Roubaix, rue Pellart. Il apparaît sous des professions différentes dans les registres paroissiaux, et dans d’autres sources contemporaines :

journalier en 1774

fabricant en 1794

lamier en 1805

journalier en 1807

tisserand en 1808

roselier en 1814

tisserand en 1815

lamier en 1815

et enfin fabricant, dans un document post mortem

16Source : Archives municipales de Roubaix, registres d’état civil ; relevés effectués par Pierre Deveugle.

5. Des activités économiques spécifiques

Les métiers dans trois paroisses de Bretagne au XVIIe siècle

17Le relevé des métiers mentionnés dans les actes paroissiaux peut mettre en évidence les caractéristiques économiques des localités. On le voit ici au Tréhou, village textile, qui compte environ 800 habitants, avec ses trèves (hameaux) vers 1667.

18On note aussi le grand nombre de laboureurs à Garlan, tandis que Plouguin et Le Tréhou sont peuplés de ménagers : voir ci-dessous le paragraphe sur les noms de métiers

Source : Alain Croix, La Bretagne au XVIe et XVIIe siècles, la vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, tome 1, p. 132.

6. Professions, qualification, état social

19La classification socioprofessionnelle, à partir des registres paroissiaux et d’état civil, est un exercice délicat. A toutes fins utiles, on peut signaler l’existence de propositions standardisées utiles pour l’ensemble de l’Europe et dont l’application permet des comparaisons à l’échelle continentale, par exemple la classification HISCO. Voir à ce sujet : Marco Van Leeuwen, Ineke Maas et Andrew Miles, HISCO, Historical International Standard Classification of Occupations, Louvain, Leuven University Press, 2002.

Les métiers dans la cité impériale de Besançon (Franche-Comté, Doubs) au début du XVIIe siècle

20Nous avons relevé les mentions de métiers, de professions (ou de qualification, d’état social) dans tous les actes, soit 480, en 1604-1608. Dans 21 % des cas (101 actes), la profession n’est pas indiquée. Les documents originaux sont en latin, la traduction pose parfois un petit problème, qui sera spécifié ci-dessous. Rappelons qu’une même personne pourrait apparaître plusieurs fois (on peut être père en 1606 puis en 1607). On obtient la répartition suivante, qui peut faire l’objet d’une classification socio-économique.

apothicaires : 4

bouchers : 2

boulangers : 11

charpentiers : 7

chirurgiens : 2

citoyens : 5 (les citoyens sont équivalents aux bourgeois, habitants privilégiés ; ce titre honorifique est obtenu par hérédité ou peut être accordé par les gouverneurs de la ville)

cochers ou conducteurs : 2

cordonniers : 18 (la profession de cordonnier est très répandue dans toutes les villes aux XVIe et XVIIe siècles)

corroyeur : 1

cultivateur : 1

docteurs en droit : 2

docteurs en médecine : 3

écorceurs : 2 (nous avons traduit delibratoris par écorceur ; il s’agit sans doute de leveurs d’écorces pour la fabrication du tan destiné aux tanneries de la ville)

gardiens des portes de la ville : 2

gouverneurs : 4 (co-gouverneurs : personnages élus, dirigeant la cité en un collège de 14 gouverneurs élus pour un an et présidant à tour de rôle chacun pendant une semaine)

honorables : 8 (on ne connaît pas la signification exacte de ce qualificatif)

libraire : 1

marchands : 14 (dont un marchand de légumes)

maréchaux : 4

meunier : 1 (il s’agit en fait d’un minotier, les moulins locaux étant d’énormes structures pré-industrielles)

nobles : 26

notaires : 11

orfèvre : 1

peintres : 3 (il s’agit probablement de peintres en bâtiment mais rien n’est certain, il peut s’agir d’artistes-peintres dans cette ville à cette période)

polisseur : 1

prêtre : 1 ; il s’agit du curé de Bucey ; (la mention d’un prêtre peut surprendre, puisque nous relevons la profession du père dans le registre des baptêmes, mais le cas n’est pas rare à cette période)

soldats : 43

tailleurs : 15 (il s’agit de tailleurs de vêtements puisque les tailleurs de pierres sont désignés spécifiquement, voir ci-dessous)

tailleurs de pierres : 11

tanneur : 1

tisserands : 7

vignerons : 165 (nous avons traduit viticola, ae par vigneron ; voir à ce sujet le paragraphe ci-dessous sur les noms de métiers en latin)

21On remarquera que la domesticité n’apparaît pratiquement jamais (cf. l’introduction de ce chapitre).

22Source : Archives municipales de Besançon : GG 1, paroisse Saint-Jean-Baptiste.

7. Métiers par tradition familiale et groupes socio-économiques

Familles d’artisans et de marchands à Mens (Dauphiné, auj. Isère) au XVIIe siècle

23Mens est un petit centre urbain, capitale du Trièves, pays de montagne situé au sud de Grenoble, peuplé de 1216 habitants en 1698, presque tous de religion réformée. P. Bolle a utilisé les registres paroissiaux pour peindre un tableau de la société marchande et artisanale de cette localité entre 1650 et 1685.

24Le nombre relativement important des hôteliers – nous en comptons sept durant cette période – s’explique par les marchés et les foires ; de plus Mens est une étape sur la route de Die à La Mure ou sur celle de Die à Bourg d’Oisans par le col d’Ornon. Ces aubergistes sont très mal vus dans cette petite Genève : c’est chez eux que l’on boit avec plus ou moins de modération le vin du Diois et de Provence ; car celui du Trièves est d’une qualité très médiocre. C’est chez eux que l’on fait du tapage nocturne, que l’on joue aux cartes de jour et de nuit – une véritable passion ! – que l’on se dispute avec « grands jurements ». Aussi ne font-ils jamais partie du Consistoire. Les artisans, au nombre de 255, constituent près des deux tiers des gens à métier connu (66 %) et le quart de la population totale.

25Certains travaillent le fer : ce sont les plus nombreux (cent-six). Le minerai extrait de la montagne du Thaud, au nord-ouest du Vercors, à proximité des forêts de sapin. Le métal revient à Mens et permet une importante fabrication de clous : nous trouvons en effet cinquante-et-un cloutiers ; mais aussi quarante-et-un maréchaux et treize serruriers.

26Le travail du cuir rassemble soixante-quatre artisans : corroyeurs, bottiers et surtout cordonniers (cinquante-neuf), utilisent soit les peaux des moutons et des agneaux de la haute vallée, soit celles des bovins des « montagnes » environnantes.

27Enfin le textile représente la troisième activité industrielle essentielle avec cinquante artisans où dominent les cardeurs, tisserands et tailleurs d’habits. La laine des moutons qui pâturent sur les jachères, les chaumes et les friches de la cuvette permet la fabrication des « demi-draps » de pure laine et des serges de chanvre et de laine. Le troupeau local est souvent insuffisant et les toisons du Dévoluy, du Bochaîne et d’une partie du Vercors arrivent jusqu’à Mens. Mais une activité beaucoup plus importante que la draperie occupe les cardeurs et tisserands : ils utilisent la production des chènevières locales et fabriquent des toiles de chanvre qui, depuis le XIVe siècle, ont fait la renommée du Trièves.

28L’activité de ces artisans présente un caractère familial très marqué : nous avons constaté l’existence de véritables dynasties de cloutiers, de serruriers ou de cardeurs : père, fils et petit-fils, oncle et cousins travaillent dans la même spécialité. Certains ne se contentent pas de l’aide familiale : ils engagent des ouvriers. (…)

29Les marchands ne forment qu’un petit groupe social de quarante-cinq individus, soit 11,8 % des professions dénombrées. (…)

30Les actes de baptêmes attestent des nombreuses relations amicales entre parents, parrain et marraine de niveau social différent. Les nobles acceptent de parrainer des enfants d’artisans et de paysans. Inversement des enfants nobles ont des parrains et marraines roturiers. Marchands et artisans ont naturellement entre eux de nombreux liens familiaux, ayant ensemble des intérêts économiques communs. Enfin des filles de marchands épousent des notables dont la fortune est souvent née du négoce.

31Source : Extraits de l’étude de P. Bolle, « Structure sociale d’une paroisse réformée en Dauphiné au XVIIe siècle : Mens-en-Trièves (1650-1685) », Actes du 85ème congrès national des sociétés savantes, Chambéry-Annecy, 1960, p. 419-432.

8. Les migrations professionnelles

32Les registres paroissiaux et d’état civil permettent de suivre les phénomènes migratoires, notamment les artisans qui se déplaçaient d’une province à l’autre. L’extrait mortuaire ci-dessous évoque un chaudronnier d’Auvergne mort lors d’un déplacement dans le sud de la Champagne. Saint-Mary-le-Plain et Fons sont à 30 km au nord de Saint-Flour, tandis que Charmoy se situe à 30 km à l’est de Langres. Il y a presque 500 km entre Saint-Flour et Langres.

33L’an mil sept cents soixante deux, le dix du mois de février, j’ai soussigné prêtre et vicaire de Charmoy, inhumé au cimetière de l’église dudit lieu le corps de Pierre Soulier, vivant chaudronier, âgé d’environ cinquante ans décédé d’hier après avoir reçu les sacrements de l’Eglise, qui s’est dit du village de Fons, diocèse de Saint-Flour dans la Haute-Auvergne, au convoy et enterrement duquel ont assisté Jean Massain laboureur, Nicolas Drouot laboureur, Clément Colon laboureur, Jean Muthus couvreur, tous de cette paroisse soussignés, de ce interpellés, et Antoine Derieux son associé qui a déclaré ne sçavoir signer. Signé à la minutte, Jean Massin, Droüot, Clément Colon, J. Muthus, Surjet prêtre vicaire de Charmoy.

34Je soussigné certifie a qui il appartiendra avoir reçu l’extrait cy dessus et l’avoir coppié mot à mot et que foy doit y être ajoutée, en foy de ce ai signé ce 21e septembre 1762, Pagès, curé de la paroisse de Saint-Mary-le-Plain.

35Source : Archives départementales du Puy-de-Dôme : C 3511. Transcrit et publié par Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France, XVIIe -XVIIIe siècles, Paris, Aubier, 1983, p. 304.

9. Du village paysan à la cité industrielle

Les métiers à Mouvaux (Nord) en 1793

36Le registre de l ‘ année 1793 comporte un recensement de population (incomplet) du village, situé près de Roubaix et Tourcoing. Pour chaque chef de famille, il indique la profession. On obtient la liste suivante :

1 barbier

2 bouchers

1 boulanger

2 cabaretiers

2 charpentiers

1 chirurgien

1 clerc

2 couvreurs

3 employés

1 fabricant

18 fermiers

4 fileuses

8 journaliers

1 maçon

4 marchands

4 marchands de veaux

1 marchand de toile

1 mercier

4 peigneurs (de laine)

2 rentiers

1 sergent

1 tailleur

71 tisserands

1 tisserand-peigneur

1 tonnelier

37et trois personnes pour lesquelles il n’y a pas de profession indiquée.

38Source : Archives municipales de Mouvaux, registre d’état civil de 1793 consulté à la mairie.

Les métiers à Tourcoing (Flandre, auj. Nord) au XVIIIe siècle

39Nous avons relevé les mentions de métiers à Tourcoing, ville spécialisée dans le peignage de la laine, dans les registres paroissiaux des années 1737-1742, 1775, 1780, 1785 et 1790.

accoucheuses : 2

berger : 1

bouchers : 12

boulangers : 14

boutiquière : 1

boutonniers : 2

brasseurs : 4

brouteurs (transporteurs à brouette) : 3

bûcherons : 12

cabaretières : 12

carioleur : 1

censiers (fermiers) : 85

chapeliers : 2

charbonnier : 1

charpentiers : 22

charron : 1

chartiers (charretiers) : 6

chaudronniers : 3

cordier : 1

cordonniers : 23

corroyeur : 1

couteliers : 2

couturières : 5

couvreurs : 2

domestiques : 8

épicières : 2

employés des Etats : 2

ermite : 1

fabricant : 1

fabricante : 1

fermiers : 9

fileurs : 21

fileuses : 761

gardien : 1

graissiers : 2

graissières : 2

horloger : 1

jardinier : 1

journaliers : 27

laboureurs : 103

laveuse : 1

licenciés en médecine : 4

lingères : 5

maçons : 6

manœuvres : 7

marchands : 159

maréchaux (ferrants) : 5

mendiants : 2

menuisiers : 2

messagers : 2

meuniers : 2

meunière : 1

négociant : 1

oilieur (fabricant d’huile) : 1

orfèvre : 1

ouvrier : 1

peigneurs (de laine) : 312 ; ce grand nombre de peigneurs confirme que la main-d’œuvre textile de cette ville se compose principalement de peigneurs. Il s’agit du peignage de la laine.

peignerons (fabricants de peignes à laine) : 2

perruquiers : 5

poissonnier : 1

prêtres : 4

receveur des fermes du roi : 1

rentières : 19

repasseuse : 1

retordeur : 1

sabotiers : 2

savetier : 1

scieurs : 4

sergent : 1

serrurier : 1

soldats : 3

tailleurs : 16

teinturiers : 3

tisserands : 16

tonnelier : 1

tordeur d’huile : 1

tourneurs : 9

travailleur aux serges : 1

trésorier de l’église : 1

valet de brasseur : 1

valets de maçon : 2

voiturières : 2

voyageur : 1

Il faut y ajouter :

enfants : 1526

statut non précisé : 246

40Source : Registres paroissiaux ; relevés effectués par Nathalie Boutrou, Sépultures et funérailles à Tourcoing au XVIIIe siècle (1737-1790), Mémoire de maîtrise sous la direction d’Alain Lottin et Paul Delsalle, Université de Lille III, 1992, tome 2, p. 276-280.

10. A propos des noms de métiers : quelques pièges

41Certes, le sens de nombreux termes est clair. Toutefois, il n’est pas inutile d’attirer l’attention sur un certain nombre de mots, qui désignent des métiers, où se cachent parfois des pièges. La définition peut varier d’un lieu à un autre, une époque à une autre. On saisit alors qu’il est très important de tenir compte du contexte local.

apothicaire : sorte de pharmacien ; l’apothicaire vend toutes sortes de produits, drogues ou denrées, y compris des épices ou des marchandises de Carême (harengs saurs, par exemple)

blanchisseur : le terme ne désigne pas toujours celui qui blanchit les toiles ; il peut correspondre à un plâtrier, comme nous l’avons constaté à Gray (Haute-Saône) au milieu du XVIe siècle

carlier : brasseur ; charron ; il semble bien que dans la plupart des cas un carlier corresponde à un charron ; terme fréquent dans les régions du Nord

charpentier : le charpentier ne se contente pas de confectionner des charpentes ; il peut participer aussi, selon les régions et les types de bâtiments, à l’édification de l’ensemble de l’armature de la maison

chirurgien : la distinction entre barbier et chirurgien s’opère à partir du XVIe siècle ; en règle général, le médecin se situe au-dessus du chirurgien dans la hiérarchie professionnelle et sociale jusqu’au XVIIIe siècle

cordonnier : certains cordonniers peuvent vendre autre chose que des souliers, pour compléter leur salaire ; c’est ainsi que Symon Bory, cordonnier à Dole (Jura), est autorisé à vendre des chandelles, de l’huile, des marrons et même des harengs, en 1599

fruitier : selon le contexte local, le terme désigne un producteur de fruits, un vendeur ou marchand de fruits, ou encore (comme dans le massif jurassien franco-suisse) un fromager (qui travaille pour une « fruitière » fromagère, sorte de coopérative

journalier : attention au terme de journalier, qui n’est pas forcément synonyme d’ouvrier agricole ; c’est ainsi que Dominique Gremion est journalier puis laboureur la même année, en 1792

magnan, magnier, magnin : dans la plupart des lieux, ces mots (nombreuses orthographes) signifient étameur, réparateur de chaudrons ; en Chalonnais et en Franche-Comté, il signifie châtreur de bétail ; en Picardie, ce terme désigne un meunier

ménager : dans la plupart des lieux, ménager signifie petit paysan, tout petit propriétaire dépendant d’un autre paysan assez souvent ; en Normandie, c’est un petit fermier ; voir ci-dessus le tableau sur les métiers dans trois paroisses de Bretagne

paysan : le terme est peu utilisé avant le XVIIIe siècle ; dans le Jura, à Nozeroy, il est mentionné pour la première fois en 1697, pour désigner Jean-Nicolas Nicod, alors que les registres existent depuis 1533

praticien : selon le contexte, soit un juriste (du simple greffier à l’avocat ou au procureur), soit un médecin (rarement), soit un vétérinaire (encore plus rare) ; parfois écrivain public ; la plupart du temps le praticien est un homme de loi chargé de conseiller les plaideurs

recouvreur : couvreur

relieur : selon le contexte, soit un relieur de livres (en ville), soit un réparateur de tonneaux (dans les pays de vignoble)

tailleur : en général, il s’agit d’un tailleur de vêtement, surtout si la paroisse est urbaine ; sinon il peut s’agir d’un tailleur de pierre ; observons, une fois de plus, que le latin lève toute ambiguïté à ce sujet

taicier, tessier, texier, tisserand, tisseur, tissier, tixier : il y a parfois, dans un même lieu à un même moment, des tisseurs et des tisserands, ou des tissiers et des tisseurs ; il est difficile de dire si ces mots sont synonymes ; il faut une étude précise des registres paroissiaux de la région étudiée pour tirer des conclusions qui ne soient pas fragiles

vigneron : beaucoup de vignerons ont une autre activité durant les saisons creuses ; ils sont alors employés à la journée, travaillent dans la construction, le bâtiment, les carrières, etc.

11. Des noms de métiers peu connus

42Dans les registres paroissiaux et d’état civil, le chercheur est confronté à une multitude de noms de métiers. Certains sont peu connus, n’existant que dans telle ou telle région. Nous en donnons ici quelques exemples.

admodiateur : amodiateur, locataire (ce n’est donc pas une profession)

affaneur : journalier, manœuvre (principalement dans la région de Lyon)

badestamier : ouvrier qui fabrique des bas de laine d’estame (laine peignée)

bailli : administrateur des biens d’un seigneur ; officier à la tête d’un bailliage

banselier, bansteleur, banstelier : fabricant de paniers

barralier : tavernier et ayguadier c’est-à-dire porteur et marchand d’eau ; typique de la région d’Arles

bochier : bûcheron

bocquillon : bûcheron

chasse-marée : voiturier qui apporte la marée, poissonnier ambulant

coutre : employé de la paroisse chargé de régler les cérémonies

crassier : fabricant d’huile, suif, chandelles

drousseur : ouvrier textile, cardeur de laine

escandalier : épicier qui vend de l’huile et du vin à la petite mesure (dans les provinces du Midi)

escarpier : cordonnier

escrignier : menuisier fabricant des coffres

faivre : forgeron

feuillardier : homme des bois, préparant les feuillards (cercles des tonneaux, perches, etc.)

febvre : forgeron

granger, grangier : paysan qui cultive une « grange », une exploitation agricole ; ouvrier de ferme (de la Bourgogne au Dauphiné) ; maître-valet (en Provence, dans le Var)

hottelin : fabricant de hottes en osier

hotteur : vendangeur

hottier : porteur de harengs (à Dieppe)

houardeux : berger (en Champagne)

houpier ou houppier : préparateur et vendeur de toisons

laboureuse : le terme est rare

labourier : laboureur

lamier : ouvrier qui prépare des lames d’or ou d’argent pour les étoffes

mandelier ou mannelier : fabricant de paniers

marguillier : administrateur des biens temporels de la paroisse (ce n’est donc pas une profession, simplement une responsabilité)

navieur : batelier

paulmier : tenancier d’un jeu de paume

roselier : fabricant de peignes (pour peigner la laine)

saiteur, sayetteur, sayteur : en Picardie, en Flandre, ouvrier qui travaille la sayette, c’est-à-dire le fil de laine peignée et filée au petit rouet

sonneulx de vez : joueur de cornemuse ; exemple : Jehan Bidault est « sonneulx de vez » en 1545 à Saint-Aubin-du-Pavoil (auj. Maine-et-Loire)

terminaire : prédicateur ou quêteur d’un ordre religieux mendiant

12. Les noms de métiers (ou de statuts social) en latin

43Les noms en latin de métiers, de professions, de statut social, d’état, de titres, se retrouvent fréquemment dans les registres paroissiaux. Nous avons mis en gras les termes qui posent un problème de traduction et d’interprétation.

acicularius : aiguilleur, fabricant d’aiguilles

advena : étranger

advocatus fiscalis : avocat fiscal

agricola : cultivateur, paysan, agriculteur

apparitor : intendant, administrateur d’un domaine

artifex : artisan

aurifaber : orfèvre

auriga : cocher, conducteur

bibliopola : libraire

caementarius : tailleur de pierres

calcari faber : faiseur de calcaire (pierres)

canonicus : chanoine

cappellanus : chapelain

capitanus : capitaine

captivus : prisonnier

caupo : aubergiste

cellarius (on trouve aussi écrit cenarius) : sommelier, chargé du cellier et l’approvisionnement de la table

chirurgus : chirurgien

civis : citoyen

clavis sartor : fabricant (ou réparateur) de fermetures, de serrures, de clefs

clerus : clerc

cogobernator : co-gouverneur

coriarius : tanneur, corroyeur

crispator crinium : perruquier

culterarius : coutelier

custos : gardien portier

delibrator : écorceur

doctor medicina : docteur en médecine

dolabrarius : faiseur de haches

doliarus : tonnelier

dominus, i : seigneur

ensifactor : faiseur d’épées

eques, equitis : chevalier

faber ferrarius, fabri ferrarri : forgeron

faber lignarius, fabri lignarii : charpentier

famula : servante

forestarius : forestier

hortulanus : jardinier

hospes, hospitis : hôtelier, aubergiste

judex : juge

jur. doct. ; mis pour : juris doctor : docteur en droit

J.V.D. = Juris utrius[que] doctor[is] :

honorabilis : honorable

laborator : journalier, laboureur

laniger : travailleur de la laine

lanius : boucher

lapicida : tailleur de pierres

lapidarius : tailleur de pierres

laterarius : briquetier

latomus : carrier, travailleur dans une carrière de pierres ; peut aussi signifier maçon

legumentarius : marchand de légumes

librarius : libraire

lignarius : menuisier ou charpentier

ludimagister : maître d’école

ludimoderator : maître d’école

magister : maître

magister saltationum : maître de danse

marechalis : maréchal ferrand

medicus : médecin

medicinae doctor : docteur en médecine

mercator : marchand

mercator farinae : marchand de farine (= marchand de grains ?)

mercenarius : commerçant mais aussi journalier, voire mercenaire

miles : soldat, mercenaire

molitor : meunier

monachus : moine

murarius : maçon ?

negociator : négociant

nobilis : noble

notarii : notaire, tabellion

nuntius : messager

obstetrix : sage-femme

operarius : ouvrier

opifex : artisan

pannarius : toilier

pellipecarii : tanneur, peaussier, préparateur de peaux

pharmacopolae : apothicaire, pharmacien

pictor : peintre (selon le contexte, peintre en bâtiment ou artiste-peintre)

pileolum artifex : fabricant de bonnets de feutre

piscator : poissonnier ou pêcheur

pistor : boulanger, panetier

plaustrarius : charron ou charretier, voiturier

politor : polisseur

presbiter : prêtre

procurator : procureur

sapientis : sage

sartor : tailleur, racommodeur

satelles : garde, garde du corps

scolasticus : écolâtre, maître d’école

scriba : scribe, greffier

scriniarius : bibliothécaire, archiviste

scutifer : écuyer

secretarius : greffier, scribe, secrétaire

sericarius : marchand de soierie

stamni fictilis : potier de terre

sutor : cordonnier

tabernae praepositus : tavernier, serveur d’auberge

tector mis au lieu de textor : tisserand

tegularius : tuilier

textor : tisserand

textor tibilarium : fabricant de chausses

tibicen : joueur de flûte

tonsor pannorum : tondeur de draps

tornator : potier

vietor : vannier

villicus : fermier

vinitor : vigneron, viticulteur, parfois vendangeur ; dans les registres paroissiaux de Besançon, ville où la moitié de la population s’occupait de viticulture, ce terme est rarement employé, à la différence de viticola, ae ; on serait donc tenté de le traduire par vendangeur mais ce n’est pas un métier, juste une occupation saisonnière ; alors pourquoi le curé utilise-t-il ce terme ?

viticola : vigneron ; cf. vinitor, vinitoris

vitriarius : vitrier, faiseur de verre

Table des illustrations

Légende Source : Alain Croix, La Bretagne au XVIe et XVIIe siècles, la vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, tome 1, p. 132.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/982/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/982/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540