Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 7. Le mariage

Volltext

1Après les registres de baptêmes, les registres de mariages sont souvent les plus anciens dans une paroisse. Nous avons rassemblé ici un florilège qui souligne la variété des informations contenues dans ces actes, qu’il s’agisse d’actes de mariages catholiques ou d’actes de mariages protestants. On peut y observer l’âge au moment du mariage, tenter de mesurer les écarts d’âge entre les conjoints, mais encore rechercher les lieux d’origine des époux. Ces actes concernent parfois des oppositions ou des divorces. Enfin, il est possible d’étudier l’importance des remariages.

1. La publication des bans et la consanguinité entre les conjoints

Publications de bans, à Aubervilliers (Ile-de-France, auj. Seine-Saint-Denis), en 1637-1650

Le ban de Christophe Bordier et Magdaleinne Boucquet tout deux de ceste paroisse ont estes publies le 24 may 1637

Le ban de Claude Fely et Louisse Gaurez tout deux de ceste paroisse ont estes publies le 24 may 1637

Le ban de Pierre Caier et Marie Hanar tout deux de ceste paroisse ont estes publies le premier de juin 1637 (…).

Le ban de Nicollas Bondie et Fleurence Pocquet tout deux de ceste paroisse ont estes publies le 28ème juin 1637 (…).

Les trois bans de mariage entre Charle Fautré de la paroisse de Saint-Laurent à Paris et Jeanne Gauderlot de cette paroisse ont esté proclames par trois dimanches continuels aux prosne des messes paroissiales le premier le dernier dimanche de decembre 1649 le 2ème le dimanche 2ème janvier le 3ème le dimanche 9ème janvier 1650 ausquel proclamations personne ne s’est oposé.

2Source : Archives municipales d’Aubervilliers : 1 E 3 ; je remercie Jean-Charles Virmaux, qui a guidé mes recherches.

Acte de mariage à Teilhet (Auvergne, auj. Puy-de-Dôme) en 1773

3L’an mil sept centz soixante treize et le cinq juin apres la publication des trois bans faite dans cette eglise par trois dimanches consecutifs ou fetes scavoir le vingt, le vingt trois et le trente may vue la dispense du secon au troisième degre d’affinité du trois au quatrieme degre de onsanguinite du trois au troisieme degre de consanguinite qui se trouvent entre les parties accordées par monseigneur l’eveque signe signne par sa grandeur en date du seize may dernier insinue et contrôle aupres des insinuations esclesiastiques de ce diocese le seize may de la presente annee apres les fiancailles duement observees ont ete par nous conjoint en mariage Jaque de Corps et Gilberte Peyrony parents ou du secon ou troisieme degre d’affinite Jaque de Corps veuf en premieres noces de Magdeleine Gauron Gilberte Peyrony veufve en premieres noces d’Antoine Barat parents du trois au quatrieme degre Jean de Corps et Ani Barat parents du trois au qutrieme de consanguinite Jean de Corps et Marguerite Barat parents du trois au quatrieme degre de consanguinite des villages de des Mosnier et des Haiyes le dit Jaque de Corps age d’entour quarante ans cinquante ans ladite Gilberte Peyrony age d’entour quarante quatre ans le dit Jean de Corps fils a Jaque age d’entou vingt trois ans la dite Ani Barat agee d’entour dixsept ans le dit Jean de Corps fils a feu Antoine et a Simone Peyrony age d’entour dix sept ans la dite Marguerite Barat ainsi qu’Anni de defunct Antoine et de Gilberte Peyrony du village de Hayes agee de treize ans en presence de Pierre Gauron beau frere de Jaque au trois de consanguinite avec Gilberte de Simone Peyrony mere de Jean qui a authorise le mariage par sa presence de Jean Chabasiere oncle a Jean de Corps fils a defunct Antoine et autre qui ont declare ne scavoir signe de ce requis.

4Source : Registre paroissial de Teilhet ; acte transcrit et publié par Roger Pouzat dans le courrier des lecteurs de la Revue française de généalogie, no 175, avril-mai 2008, p. 54. J’ai rétabli les majuscules, les apostrophes et ajouté des notes pour faciliter la compréhension.

Inscription de la proclamation des bans. Dans certains registres, comme ici à Tourcoing (Nord), le curé a tracé un, deux ou trois traits, correspondant au nombre d’annonces du mariage proclamées en chaire.

Une opposition à un mariage, à Gémenos (Bouches-du-Rhône), en 1829

5L’an mil huit cent vingt neuf et le seize août, jour de dimanche, nous André Bistagne, adjoint à la mairie de Gémenos, officier public de l’état civil par délégation nous étant transporté devant la principale porte d’entrée de la maison commune nous avons annoncé et publié pour la seconde fois la promesse de mariage entre Nicolas Viriot, verrier, âgé de trente trois ans, né à Portieux (Vosges) domicilié à Gémenos, ainsi que sa mère, fils majeur de feu Charles Viriot, verrier en son vivant, et de survivante Catherine Thiery, d’une part ; et Marie Magdelaine Mille, couturière, âgée de vingt et un ans, née à Camps (Var) domiciliée ainsi que ses père et mère à Gémenos, fille majeure de Pierre Mille, ex instituteur, et de Magdelaine Castillon, d’autre part, laquelle publication a été lue à haute et intelligible voix devant la porte d’entrée de la maison commune à l’heure de midi suivant la loi, et avons, de tout ce que dessus, dressé le présent acte que nous avons signé.

1. Nom de lieu [Anthon]
2. Mention du type d’acte
3. Nom du marié
4. Publication des 3 bans
5. Dispense de consanguinité
6. Signature du marié
7. Signature d’un témoin (notez la différence d’orthographe : ici avec 2 L)
8. Date
9. Prénom
10. Noms et prénoms des parents du marié et de la mariée [tous décédés “furent” = ]
11. Témoins
12. Prêtre


Un acte de mariage

  • 25 Dans l’acte de publication, ci-dessus, son père est pourtant prénommé Pierre. Les erreurs ne sont p (...)

6En marge :
Opposition au mariage cy-dessus de Viriot
L’an mil huit cent vingt neuf et le deux septembre à midi, par devant nous André Bistagne, adjoint à la mairie de Gémenos, officier public de l’état civil par délégation, est comparu le sieur François Mathieu Baudin, huissier, à Aubagne, lequel nous a signifié, à la requête de Catherine Thiery, veuve de Charles Viriot, n’exerçant aucune profession, domiciliée et demeurant à Gémenos, un acte d’opposition au mariage que se propose de contracter Nicolas Viriot, son fils et celui de feu Charles Viriot son mari, avec Marie Magdelaine Mille, fille de Joseph25 et de Marie Magdelaine Castillon, tous domiciliés et demeurant à Gémenos, l’original duquel acte ayant été par nous visé et copie nous ayant été laissée ; avons dressé le présent procès-verbal que nous avons signé.

7Source : Archives départementales des Bouches-du-Rhône : registres paroissiaux de Gémenos (microfilm 5 Mi 473) ; document relevé par Luc Clément, de Marseille, et publié par Gérard d’Arundel de Condé, « Opposition à un mariage, 1829 », Généalogie-Magazine, no 258, avril 2006, p. 40-41.

2. La rédaction de l’acte de mariage

La rédaction d’un acte de mariage, à Bouillargues (Languedoc, auj. Gard) en 1617

L’an mil six cens dis et sept et disiesme jourt du moys de septembre ay espousé en face de sainte mère Eglise Blaze Gasagne et Isabeau Daireboudouse en présance de Vidau Gautier et de Simon Girard. Faict par moy Dauzelle, curé.

Ces quelques lignes, en apparence anodines, apportent une multitude d’informations. Nous empruntons le commentaire qui suit à Gabriel Audisio :

La brièveté de cette mention ne permet pas une analyse de la langue, notamment le vocabulaire ou la syntaxe. Nous pouvons tout au plus remarquer quelques éléments. Ainsi confirmation est ici donnée du flottement qui existait dans l’utilisation du « s », du « z » et du « x ». Si le curé a bien écrit « six », il a très clairement formé les mots « dis » sur la même ligne et, à la ligne suivante, « disiesme », préférant dans les deux cas le « s » au « x ». Peut-être faut-il y voir une influence de la langue d’oc : « dix », malgré diverses orthographes possibles, ne comporte en effet jamais de « x » mais, le plus souvent, soit un « s » soit un « z », suivant les variantes régionales : « des », « dies », « diez », « dech »… Ce bref document nous rappelle également que le « y » et le « i » étaient souvent interchangeables, comme ici dans « moys » ou, avant la signature, « moy ». C’et que l’orthographe est encore très flexible ; on le vérifie avec « jourt » ou « présance ».

Acte de mariage, à Bouillargues (Gard) en 1617

8Le présent document mérite notre attention pour deux raisons. La première est qu’il s’agit d’un mariage. Même si les registres paroissiaux ont existé dans les paroisses françaises bien avant, c’est l’ordonnance de Villers-Cotterêts d’août 1539 qui les a rendus obligatoires mais seulement pour les enterrements et les baptêmes (articles 50 à 53). C’est l’ordonnance de Blois (mai 1579) qui constitua l’équivalent pour les mariages (article 40). Le rituel romain de Paul V de 1614, diffusé en France à partir de 1623, rendait obligatoire l’enregistrement des baptêmes, mariages et sépultures. De sorte qu’il faut attendre généralement la deuxième moitié du XVIIe siècle pour trouver des registres paroissiaux régulièrement tenus et le plus souvent seulement pour les baptêmes et les sépultures. Or ici c’est un mariage. Ce n’est pas si fréquent pour ce début de siècle.

9La seconde raison est que le curé en écrivant simplement « ay épousé » considère que c’est lui qui marrie les fiancés, traduisant ainsi une erreur théologique manifeste. En effet, la doctrine catholique, confirmée par le concile de Trente clos en 1563, spécifie que ce sont les époux qui se donnent le sacrement de mariage, le curé n’en étant que le témoin officiel et privilégié. Il importe de saisir ici, sur le vif, comment cette erreur, communément répandue chez les fidèles jusqu’à une période très récente, était transmise et entretenue par les prêtres, contribuant ainsi à une cléricalisation de la communauté catholique. (G. Audisio).

10Source : Archives communales de Bouillargues (Gard) : registres paroissiaux, GG 1. Transcrit et publié par Gabriel Audisio, « Mariage à Bouillargues », Revue française de généalogie, no 172, octobre-novembre 2007, p. 46-47.

3. Actes de mariages : du latin au français

Acte de mariage, en latin, à Vuillafans (Franche-Comté, auj. Doubs) en 1684

11Celebratum fuit matrimonium inter Joannem Claudium Vaillandet et Stephanetam Cler, publicatis bannis, obtenta dispensatione super vetito tempore die seconda martii anno quo supra [1684], praesentibus honorabili Claudio Maistre Humbert, Joanne Claudio Cordier, Claudio Bailly et pluribus aliis.

12Source : Archives municipales de Vuillafans : GG 4 ; acte relevé et communiqué par Maurice Gresset.

Acte de mariage, à Picauville en Normandie (auj. Manche), en 1723

13Le vingt cinquiesme jour de novembre mil sep cens vingt trois messire Julien Goueslard escuier fils de Jean Goüeslard escuier et de damoiselle Marie de la Mare de la parroisse de Hienville, d’une part et damoiselle Marie Henriette Joüan, fille de Jean Baptiste Joüan escuier seigneur de Baudienville et de damoiselle Marie Anne Pinel de la parroisse de Piccauville d’autre part après une publication de bans faite tant en cette église qu’en celle de Hienville pour première et dernière sans opposition suivant l’attestation du sieur vicaire dudit lieu en datte du vingt trois du présent mois, et après dispense obtenüe des deux autres bans de monsieur Laillier grand vicaire de monseigneur de Coutances en datte du vingt quattre dudit présent mois, et autres cérémonies de l’Eglise duement observéz ont été légitimement mariéz par nous Jean Daircaux prêtre curé de Piccauville en la présence de Jean Goueslard escuier.

14Signé : Marie Hanriet Jouhan, Jüllien Goueslard, Marie Anne Pinel, Jean Goüeslard, Jacques Hue, François Jouhan, Pierre Dusaussey, Antoine Pontuz, Daircaux.

15Source : Texte relevé dans les registres paroissiaux par Alexandre Ménard, de Parthenay ; acte publié par Gérard d’Arundel de Condé, « Au hasard des registres paroissiaux, 1691-1744 », Généalogie-Magazine, no 249, juin 2005, p. 44-46.

Acte de mariage, à Faucogney en Franche-Comté (auj. Haute-Saône), en 1750

16Le neuf février 1750, les trois bans publiés à Faucogney et à Saint-Pierre, mariage a été célébré en face de notre mère la sainte Eglise par devant le curé soussigné, entre le sieur Jean-Claude, âgé d’environ quarantedeux ans, fils de François Demange et d’Anne Richard, originaire de la paroisse de Fontenoy en Voge, emploié dans les fermes du Roy, domicilié à Faucogney d’une part, et Anne-Marie, âgée d’environ trente ans, fille de Dominique Choley et de feu Agathe Challet des Granges, de la paroisse d’autre, de l’agrément des parents des parties, du consentement de M. Paillard, curé dudit Fontenoy et en présence de Georges Ninquerier, du sieur Desgranschamps, du sieur Antoine Moterre, du sieur Claude duprit, emploiés dans la brigade dudit Faucogney soussignés, l’épouse illiterée.

17Source : Archives départementales de la Haute-Saône : fonds de la paroisse de Melisey, 339 E suppl. 6, f° 126, acte relevé et communiqué par Maurice Gresset.

Acte de mariage, à Saint-Lupicin (Franche-Comté, auj. Jura), en 1760

18L’an 1760, le vingt cinq du mois de novembre, ensuitte de deux publications canoniquement faites aux prônes de l’église paroissiale de Saint-Lupicin, les parties ayant obtenues dispense de la troisième publication de Monseigneur l’évêque de Saint-Claude le quinze du mois et an susdits, n’ayant découvert aucun empêchement que celui du troisième au quattrième degré de consanguinité dont les parties ont encore obtenues la dispense de mondit Seigneur évêque, cette dernière dispense de même datte que celle de troisième publication, j’ai donné la bénédiction nuptialle à Isidore, fils d’Alexis André, cy présent l’authorisant et de défunte Marie Passoz du Petit Villard d’une part, et à Marie Joseph, fille de feu Nicolas Latour et de Marie Humberte Vuillet, cy présente et authorisante laditte épouse, assistée et authorisée de Claude Philibert latour, son curateur du Petit Villard d’autre part, en présence d’Humbert Joseph Delatour, Joseph Brun, Ambroise Clement, Antoine David, témoins requis et soussignés, le premier du Petit Villard, le second du Grand Villard et les deux autres de Saint-Lupicin, l’époux également soussigné, son père, la mère de l’épouse, ainsi que l’épouse et son curateur illiterés de ce enquis.

19Source : Archives municipales de Saint-Lupicin : registre paroissial de 1758-1785, f° 42 v°, acte relevé et communiqué par Maurice Gresset.

Acte de mariage, à Libourne (Guyenne, auj. Gironde), en 1790

20L’an mille sept cent quatre vingt dix et le sept de juin les fiançailles célébrées en notre église entre François Constantin matelot fils légitime de feu Jean Constantin et de Jeanne Maureze d’une part et Marie Lamit fille légitime de Jacques Lamit et de Marie Verniaut d’autre part ; toutes parties habitantes de Libourne ; la publication des bans faite es prônes de notre messe paroissiale par trois jours de dimanche ou fête consécutifs, sans avoir découvert aucun empêchement ni rien d’opposition nous soussigné curé leur avons imparti la bénédiction nuptiale en présence de André Marmes, Antoine David, Pierre Monerot et de Mathieu Cochet qui n’ont pas signés. Ont déclaré ne sçavoir ainsi que les époux.

21Source : Archives municipales de Libourne, registres paroissiaux, documents transcrits et communiqués par Stéphane Minvielle

4. Actes de mariage protestant

Actes de mariages protestants, Eglise réformée de Metz (auj. Moselle), en août 1604

Les mariaiges qui sont esté fait
en ceste eglise en ceste presente annee
l’an 1604 et premier le 18 de janvier. (…)

Le dimanche premier d’aoust 1604

Abraham Jolly retondeur de draps fils de feu Gugnin Jolly luy vivant demeurant a Ars sur Meuselle et Anne Maigny fille de Samuel de Maigny aussy retondeur de ceste ville.

Bastien Gloris chappellier de ceste ville et Anne Parmentiere natisve de Maigniere en Loraine servante a Marys le Pois veuve de feu sieur Regnault Sarrasin demeurant a Metz.

Le dimanche 8

Abraham Gainé fils de feu Jan Gainé luy vivant bouchier de ceste ville et Marye Moret fille de M. Nicolas Moret tailleur de ceste ville.

Le dimanche 15

Humbert Fremy fils de feu Charle Fremy luy vivant demeurant a Metz et Elisabeth fille de feu Claudin Georga luy vivant demeurant a Marly

Daniel Hostant cordonnier fils de feu Didier Hostant de Charly et Susenne fille d’André Cramaux vigneron de Metz

Le dimanche 22 d’aoust

Pierre Contault [ou Coutault] fils de feu Clauda Contault luy vivant demeurant en ceste ville et Susenne Bussselot aussy bourgeois en ceste ville

Source : Archives municipales de Metz : GG 242 ; je remercie Victor Benz pour son aide. Note : les mariages sont toujours célébrés le dimanche.

Un mariage au Désert, en 1745

22A partir de la révocation de l’édit de Nantes (1685), le protestantisme entre dans la clandestinité ; cette situation dure jusqu’en 1787. C’est la période dite du Désert. Les réformés clandestins tiennent parfois des registres paroissiaux.

23Le troisième de janvier reçurent la bénédiction nuptiale par le ministère du Sr Viala, ministre de la parole de Dieu, Pierre Barbery, fils du Sr Estienne Barbery et de feue demoiselle Marthe Cadours, habitans de Mauvezin, diocèse de Lombes, et demoiselle Isabeau Saint-Faust, fille de Sabastian Saint-Faust et de demoiselle Jeanne Casemajor, habitans de Mauvesin, en suite de la publication des bans et sans qu’il parut aucun empêchement civil ni canonique, en présence des témoins soussignés, au désert, les an et jour que dessus. Viala, ministre.

24Source : Transcrit et publié par Michel Nicolas, « Les registres de baptêmes, mariages et décès des protestants de Montauban du 17 décembre 1564 à la fin de 1792 », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, tome XXIII, 1874, p. 31-37, 506-519, 558-565.

5. Âge au moment du mariage

L’âge au premier mariage dans les villes et les campagnes

a) Villes

localité

période

âge moyen des hommes lors du premier mariage

âge moyen des femmes lors du premier mariage

Lyon

1700-1750

29

25,2

Reims

1668-1724
1725-1791

27,7
28,1

25,2
26,2

Rouen

1668-1724
1725-1791

27,6
28,6

25,3
27

Verdun

1750-1790

27,8

26,3

Tourcoing (ouvriers textiles)

1749-1755

26,5

24,7

Vézelise (en Lorraine)

début XVIIe siècle

24,5

22,9

Vaucouleurs (en Lorraine)

début XVIIe siècle

22,6

20

b) bourgs et villages

Cysoing (près de Lille)

XVIIIe siècle

29

27

Crulai (en Normandie)

1674-1742
1770-1789

27,5
27,2

25,1
26,8

Tourouvre-au-Perche

1665-1699
1735-1770

26,7
26,8

22,8 25,9

villages du Bas-Quercy

1700-1739
1767-1792

27
27,1

23,7
26,3

Sainghin-en-Mélantois (près de Lille)

XVIIIe siècle

28-31

26-28

Comines (près de Lille) tous gens du textile

XVIIIe siècle

28-31
25,1

27-29
25

Thézels en Quercy

1700-1766
1767-1792

26,8
27,1

23,8
26,3

Chatenois (en Lorraine)

Début XVIIe siècle

23,4

20,7

Ecarts d’âge entre les conjoints à Rouen (Normandie, auj. Seine-Maritime) aux XVIIe et XVIIIe siècles

période de mariage

officiers, négociants, avocats, marchands

artisans

ouvriers

1670-1699

5,52

2,69

1,09

1700-1729

5,78

1,45

0,29

1730-1759

5,08

2,14

0,83

1760-1792

5,2

1,71

1,09

Source : Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983, p. 257.

L’âge au premier mariage du prolétariat charbonnier, à Anzin (Hainaut, auj. Nord) au XVIIIe siècle

25Les registres paroissiaux permettent d’observer la précocité de l’âge au moment du premier mariage dans les régions en voie d’industrialisation. Les mineurs d’Anzin (où la houille est découverte en 1734) se marient beaucoup plus tôt que les mulquiniers (ouvriers textiles) de Valenciennes.

Age moyen des mineurs d’Anzin

Age moyen des épouses des mineurs d’Anzin

Age moyen des mulquiniers de Valenciennes

Age moyen des épouses des mulquiniers de Valenciennes

1740-1749

24,8

22

26

27,1

1750-1759

25,8

22,6

28

26,2

1770-1779

25,1

22,5

31,2

29,5

1780-1789

24,4

22,5

27,8

27,8

Source : Philippe Guignet, « La genèse des petites villes du bassin minier du Valenciennois au XVIIIe siècle, contribution à l’étude des effets démographiques du développement des charbonnages », Revue du Nord, tome LXX, no 279, p. 691-716.

6. Saisons et jours du mariage

L’impact des migrations professionnelles : les mariages en Livradois (Auvergne, auj. Puy-de-Dôme et Haute-Loire) au XVIIIe siècle

26En pays migrant, les mariages ont lieu en fin d’été et au début de l’automne, malgré le dicton connu « A Pâques, on marie les ânes, à la Saint-Jean les bons enfants. » Cumulés sur plusieurs années, les mariages culminent nettement avant la période des départs des migrants du Livradois :

27Nombre de mariages pour chaque mois

Source : Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Aubier, 1983, p. 304.

Le jour du mariage, à Rouen (Normandie, auj. Seine-Maritimes), aux XVIIe et XVIIIe siècles

En 1650-1652

lundi : 20

mardi : 16

mercredi : 5

jeudi : 7

vendredi : 3

samedi : 11

dimanche : 38

En 1750-1752

lundi : 30

mardi : 44

mercredi : 7

jeudi : 9

vendredi : 1

samedi : 10

dimanche : 0

28Source : Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles : les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983.

7. Lieux d’origine des époux

Lieux d’origine des conjoints, à Montréal (Nouvelle-France, auj. Québec) en 1647-1689

Source : Registres paroissiaux de l’île de Montréal ; Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle : essai, Montréal, Boréal, p. 103.

Les témoins à Samois-sur-Seine (Seine-et-Marne) entre 1837 et 1856

29Nous avons dépouillé les 192 mariages civils célébrés à Samois entre 1837 (date immédiatement postérieure au premier recensement communal disponible) et 1856, soit deux décennies où le village conserve ses structures socio-économiques traditionnelles. Obéissant aux prescriptions du Code Napoléon, chaque acte de mariage comporte mention de 4 témoins, de sexe masculin et âgés de plus de 21 ans. L’analyse agrégée de ses 768 témoins fournit d’ores et déjà un certain nombre d’éléments utiles. Signalons que, grâce à la bonne qualité des registres de mariage de Samois-sur-Seine, nous connaissons avec précision les renseignements habituels sur les conjoints, tout comme les prénoms, le nom, l’âge, la commune de domicile et la profession des témoins. De surcroît, sauf un cas douteux, il apparaît que les deux premiers témoins cités sont systématiquement ceux désignés par le futur marié, tandis que les troisième et quatrième sont ceux de l’épouse. Fait plus rare : le lien au conjoint qui les a choisis est toujours spécifié, conformément à l’article 76 du décret du 11 mars 1803. Non seulement la relation de parenté particulière unissant le témoin à celui des promis qui l’a choisi est explicitée quand il y a lieu, mais encore à Samois le rédacteur indique la qualité d’« ami » dans le cas contraire, ce qui lève heureusement l’ambiguïté présente dans de nombreux registres où l’on ne peut trancher entre l’absence de lien familial et le simple oubli de la mention de ce lien.

30Source : Vincent Gourdon, « Aux cœurs de la sociabilité villageoise : une analyse de réseau à partir du choix des conjoints et des témoins au mariage dans un village d’Ile-de-France au XIXe siècle », Annales de démographie historique, 2005, no 108, p. 61-94.

8. L’abondance des remariages

31En raison de l’importante mortalité, le remariage est une donnée fondamentale de la démographie d’Ancien Régime. Il reste pourtant un domaine encore très mal connu en raison de la nature des sources. Les registres paroissiaux sont souvent lacunaires, particulièrement en ce qui concerne les hommes veufs et dans la reconstitution des familles, le destin d’une grande partie des veufs et des veuves nous échappe du fait des migrations. Ceux qui restent n’ayant pas forcément la même nuptialité que ceux qui partent, il est difficile de quantifier la part des migrations qui s’explique par le désir de remariage.

32Les remariages, bien que nombreux, sont donc toujours délicats à appréhender au plan quantitatif. Ils sont influencés par de nombreux facteurs d’ordre démographique, économique et culturel : mortalité en général et âge au veuvage, structure du marché matrimonial et effectifs des mariables, isolement et taille des villages, nombre d’enfants à charge, situation économique et sociale du veuf ou de la veuve, coutumes d’héritage, religion et enfin facteurs psychologiques. Il faut ajouter à cela que les attitudes à l’égard du remariage sont ambiguës et, bien qu’il soit une pratique très étendue, il est souvent mal accepté, voire décrié.

33Source : Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Paris, Belin, 1999, p. 121-122.

« Des secondes nopces »

34On appelle les secondes nopces (pour n’y estre employées les benedictions susdictes) qui sont secondes de la part de la femme, combien qu’elles soyent premieres pour le regard du mary.

35Source : Rituel romain, pour bien et duement administrer les sacremens de l’Eglise, Lyon, Rigaud et Obert, MDCXXIX, supplément p. 43. Exemplaire de la Bibliothèque diocésaine de Besançon ; je remercie vivement Manuel Tramaux.

Anmerkungen

25 Dans l’acte de publication, ci-dessus, son père est pourtant prénommé Pierre. Les erreurs ne sont pas rares dans les actes d’état civil des périodes anciennes.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Inscription de la proclamation des bans. Dans certains registres, comme ici à Tourcoing (Nord), le curé a tracé un, deux ou trois traits, correspondant au nombre d’annonces du mariage proclamées en chaire.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/979/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 232k
Bildunterschrift 1. Nom de lieu [Anthon]2. Mention du type d’acte3. Nom du marié4. Publication des 3 bans5. Dispense de consanguinité6. Signature du marié7. Signature d’un témoin (notez la différence d’orthographe : ici avec 2 L)8. Date9. Prénom10. Noms et prénoms des parents du marié et de la mariée [tous décédés “furent” = ]11. Témoins12. Prêtre
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/979/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 224k
Bildunterschrift Acte de mariage, à Bouillargues (Gard) en 1617
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/979/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 208k
Bildunterschrift Source : Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Aubier, 1983, p. 304.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/979/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 128k
Bildunterschrift Source : Registres paroissiaux de l’île de Montréal ; Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle : essai, Montréal, Boréal, p. 103.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/979/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 82k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540