Version classiqueVersion mobile

Marx : la formation du concept de force du travail

 | 
Claude Morilhat

Conclusion

Texte intégral

1Dans le chapitre du Capital intitulé, Transformation de la valeur ou du prix de la force de travail en salaire, Marx présente rapidement la façon dont l’économie politique envisageait la question du salaire :

« Ayant emprunté naïvement, sans aucune vérification préalable, à la vie ordinaire la catégorie « prix du travail », l’économie politique classique se demanda après coup comment ce prix était déterminé. Elle reconnu bientôt que, pour le travail comme pour toute autre marchandise, le rapport entre l’offre et la demande n’explique rien que les oscillations du prix de marché au-dessus ou au dessous d’une certaine grandeur. […] Ce prix-là, ce centre de gravitation des prix du marché, se présenta ainsi comme le véritable objet de l’analyse scientifique. […] L’économie classique croyait avoir, de cette façon, remonté des prix accidentels du travail à sa valeur réelle. Puis, elle détermina cette valeur par la valeur des subsistances nécessaires pour l’entretien et la reproduction du travailleur. À son insu elle changeait ainsi de terrain, en substituant à la valeur du travail, jusque-là l’objet apparent de ses recherches, la valeur de la force de travail […] Le résultat auquel l’analyse aboutissait était donc, non de résoudre le problème tel qu’il se présenta au point de départ, mais d’en changer entièrement les termes.
L’économie classique ne parvint jamais à s’apercevoir de ce quiproquo, exclusivement préoccupée qu’elle était de la différence entre les prix courants du travail et sa valeur, du rapport de celle-ci avec les valeurs des marchandises, avec le taux de profit, etc. Plus elle approfondit l’analyse de la valeur en général, plus la soi-disant valeur du travail l’impliqua dans des contradictions inextricables. »

  • 1 L. Althusser, op. cit., p. 18 sq.

2De ces deux pages (dont nous n’avons retenu que les grandes articulations) consacrées à l’impossibilité pour les économistes de s’affranchir de la notion irrationnelle de valeur ou prix du travail, L. Althusser a fait le point de départ d’amples considérations1 sur le procès de connaissance théorique. À l’encontre de l’empirisme, du « mythe spéculaire de la connaissance comme vision donnée, ou lecture d’un texte établi, qui ne sont jamais que la transparence même à l’œil de l’homme », il montre qu’il ne s’agit pas simplement de bien savoir regarder. Un objet, un problème sont visibles ou invisibles, sont susceptibles ou non d’une analyse réglée selon qu’ils peuvent ou non s’inscrire dans la problématique théorique propre à l’état de la discipline théorique concernée. Pour être à même de dépasser l’expression irrationnelle « valeur du travail », il s’agissait donc selon les mots mêmes de Marx de « changer de terrain », de « changer complètement les termes » dans lesquels était posé le problème.

3En nous limitant au concept de force de travail il devrait être possible d’indiquer schématiquement quelles sont les conditions qui ont permis à Marx de développer une problématique neuve.

4Étayée par les pratiques quotidiennes (circulation simple entre le capitaliste et le travailleur, paiement du salaire après l’exécution du travail…) la notion de prix du travail trouve chez les économistes sa justification théorique globale dans le cadre de la doctrine des trois sources des revenus, avec ce que Marx appelle la formule trinitaire :

  • 2 K. Marx, Le Capital, L. III, p. 750 et 751.

« Dans la formule capital/profit, ou, mieux, capital/intérêt, terre/rente, travail/salaire, dans cette trinité économique qui veut établir la connexion interne entre les éléments de valeur et de richesse et leurs sources, la mystification du mode capitaliste de production, la réification des rapports sociaux, l’imbrication immédiate des rapports de production matériels avec leur détermination historico-sociale se trouvent accomplies [...] les agents réels de la production se sentent parfaitement chez eux dans ces formes aliénées et irrationnelles : capital/intérêt, terre/rente, travail/salaire : car ce sont les formes illusoires au milieu desquelles ils se meuvent tous les jours et auxquelles ils ont affaire. […] Cette formule correspond en même temps aux intérêts des classes dirigeantes, puisqu’elle proclame la nécessité naturelle et la légitimité éternelle de leurs sources de revenus, en les élevant à la hauteur d’un dogme »2.

  • 3 K. Marx, Théories sur la plus-value, t. III, p. 592.

5Si Marx crédite dans le même temps, un peu trop généreusement, l’économie classique « d’avoir dissipé ces fausses apparences et ces illusions », il précise toutefois que « les meilleurs de ses porte-parole restent plus ou moins captifs des apparences ». Et de fait les économistes pouvaient difficilement voir dans le salaire autre chose que le prix du travail sans ébranler les justifications de la rente et du profit. Puisque les différents revenus sont supposés avoir des sources différentes, « l’un vient de la terre, l’autre du capital, le dernier du travail. Ils ne se trouvent donc pas dans un rapport hostile du fait qu’il n’existe pas entre eux de connexion interne »3. À l’inverse, la démystification opérée par Marx consistera à montrer que le profit et la rente ne sont que des formes de la survaleur, résultant de l’appropriation dans le cadre des rapports sociaux capitalistes de la valeur nouvelle engendrée par le travail. Où les économistes classiques reconnaissaient seulement des oppositions d’intérêts susceptibles de s’estomper grâce au progrès, à l’accumulation des richesses, Marx met au jour un antagonisme essentiel.

6L’on peut en simplifiant repérer les grands moments à la fois politiques et théoriques qui ont permis à Marx de « changer de terrain » :

  • 4 Voir A. Cornu, op. cit.

7- La mise en doute du bien-fondé de la notion de prix du travail supposait ainsi tout d’abord la récusation de cette théorie des trois sources de revenus, donc une rupture avec le point de vue des classes dirigeantes, ce qui était impossible pour l’économie politique bourgeoise à moins de se nier comme telle. Cette rupture a lieu très tôt chez Marx : l’évolution politique amorcée au cours de son activité journalistique à la Gazette rhénane s’accentuera en 1844 à Paris avec sa fréquentation des artisans et ouvriers révolutionnaires, sa proximité avec la Ligue des Justes qui deviendra un peu plus tard la Ligue des Communistes4. Mais l’adoption du point de vue des travailleurs pour être nécessaire n’était évidemment pas suffisante, le montre l’exemple des penseurs socialistes anglais que nous avons évoqués plus haut (Hodgskin, Thompson), ou semblablement celui de Proudhon. D’une part leurs développements s’avèrent largement déterminés par des considérations morales, mais surtout malgré leurs dénonciations de l’exploitation ils continuent d’appréhender les rapports entre capitalistes et travailleurs au niveau de la circulation simple comme un échange marchand ordinaire. Cela, en partie parce qu’en raison de la place toujours importante de l’artisanat au début du siècle, ils voient dans le capitalisme un ensemble complexe de relations entre producteurs indépendants, sans comprendre le rôle alors croissant de la grande industrie.

8- La démarche matérialiste développée lors de l’écriture de L’Idéologie allemande constitue un premier moment nécessaire avec l’élaboration de concepts fondamentaux tels ceux de forces productives et de rapports sociaux, à la fois, pour que Marx s’affranchisse de sa perspective anthropologique antérieure et qu’il soit à même de saisir et d’analyser l’insuffisante consistance théorique des discours socialistes. Ayant posé qu’il convient de partir « des homme dans leur activité réelle », que la morale et les autres formes de l’idéologie « sont des sublimations résultant nécessairement du processus de leur vie matérielle que l’on peut constater empiriquement et qui repose sur des bases matérielles », il ne pouvait que se détourner du moralisme envahissant de ces discours au profit de l’analyse du procès de vie réel, de la considération des rapports sociaux. Par ailleurs sa reconnaissance et son insistance sur le rôle de la grande industrie, « l’utilisation des forces de la nature à des fins industrielles, le machinisme et la division du travail la plus poussée », le conduisait à une appréhension des formes de production propres au capitalisme.

9- L’Introduction de 1857 nous permet de préciser comment ses années de travail d’appropriation critique de l’économie politique l’ont conduit à changer les termes du problème. En posant que dans la totalité organique constituée par la production, la distribution, l’échange, la consommation, par delà leurs interactions, la production joue un rôle fondamental Marx pouvait préciser la place de l’échange au sein du mouvement économique, abandonner le terrain dont restaient prisonniers ses prédécesseurs. À travers le rapport aux moyens de production se nouent le rapport de classes fondamental et ses différentes formes au sein du tout social. Mais c’est également, par rapport à ses textes antérieurs, une évolution philosophique concernant la question de la connaissance qu’enregistre l’Introduction. Marx dénonce toujours les abstractions idéologiques et spéculatives, toutefois avec la distinction entre « concret réel » et « concret de pensée » le rôle déterminant de l’élaboration de concepts théoriques, scientifiques, se trouve alors fermement souligné : « la méthode qui consiste à s’élever de l’abstrait au concret n’est que la manière pour la pensée de s’approprier le concret, de le reproduire en tant que concret de pensée ». À défaut de pouvoir recourir au microscope ou au réactif chimique, « l’analyse des formes économiques [… doit] les remplacer par la force d’abstraction » nous dit la préface de la première édition du Capital.

10Mais dans le procès (dialectique) de développement de la pensée marxienne qui conduit à l’élaboration de la théorie du mode de production capitaliste, et donc dans le dépassement des théories alors existantes, à partir desquelles et contre lesquelles celle-là se constitue, il convient cependant de ne pas sous-estimer le rôle de la somme de connaissances empiriques qu’avait accumulée Marx à travers, entre autres par exemple, la lecture de nombreux rapports et enquêtes officiels (en des domaines divers), ce dont témoignent avec évidence les multiples renvois et emprunts à ces textes tout au long du Capital. L’appréhension de l’insuffisance, de l’inadéquation, des contradictions, entre les discours des économistes et la réalité vécue par la masse des individus soumis aux rapports sociaux capitalistes, mais plus encore entre ces discours et ce premier niveau de mise en forme (constitué par la systématisation de données factuelles, les statistiques) des représentations immédiates de la réalité économique et sociale, appelait la production de nouvelles analyses théoriques de cette réalité, l’élaboration de concepts neufs.

11En faisant du travail d’abstraction le ressort de la pensée scientifique, Marx pouvait délaisser le trop évident problème imposé par la vie quotidienne, celui du prix du travail, pour s’enquérir de ce que vendait réellement le travailleur, dans le même mouvement qui le conduisait à travers l’analyse du procès de production à la mise au jour de la survaleur par delà le profit, l’intérêt et la rente.

12Enfin dernier élément déterminant, ou plutôt base de l’ensemble, la grande puissance intellectuelle de l’individu Karl Marx et les années de travail consacrées à l’étude des transformations économiques et sociales des sociétés, à l’analyse du discours des économistes, qui lui ont permis d’élaborer les concepts neufs qui constituent l’ossature de ce maître ouvrage, Le Capital.

13Besançon, septembre 2015

Notes

1 L. Althusser, op. cit., p. 18 sq.

2 K. Marx, Le Capital, L. III, p. 750 et 751.

3 K. Marx, Théories sur la plus-value, t. III, p. 592.

4 Voir A. Cornu, op. cit.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search