Version classiqueVersion mobile

Marx : la formation du concept de force du travail

 | 
Claude Morilhat

IV. Marx, L’appropriation de l’économie politique

Texte intégral

1Chacun sait que L’Idéologie allemande marque une importante rupture dans le développement de la pensée de Marx et Engels, selon la préface de la Contribution à la critique de l’économie politique il s’agissait de « dégager l’antagonisme existant entre notre manière de voir et la conception idéologique de la philosophie allemande : en fait, de régler nos comptes avec notre conscience philosophique d’autrefois ». Si la sixième des Thèses sur Feuerbach (« Mais l’essence humaine n’est pas une abstraction inhérente à l’individu pris à part. Dans sa réalité, c’est l’ensemble des rapports sociaux. ») explicite la base de la récusation de l’anthropologie spéculative caractéristique des Manuscrits de 1844, l’ouvrage proprement dit développe une première approche de quelques concepts fondamentaux du matérialisme historique.

  • 1 K. Marx et F. Engels, L’Idéologie allemande, trad. G. Badia et al., Paris, Éditions sociales, 1968.

2Ainsi la notion d’aliénation, pivot jusque-là de la critique de l’économie politique par Marx, voit sa pertinence restreinte, sa fonction de bonne à tout faire d’un certain discours philosophique se trouve mise en cause. Expliquant qu’avec la division du travail « l’action propre de l’homme se transforme pour lui en puissance étrangère qui s’oppose à lui et l’asservit, au lieu qu’il la domine », Marx évoque « cette aliénation », mais en précisant immédiatement qu’il reprend le terme « pour que notre exposé reste intelligible aux philosophes » (p. 63)1. Enfin il dénonce l’usage inflationniste que fait Stirner de « cette formule tout à fait abstraite : l’aliénation. Au lieu de se donner pour tâche de décrire les individus réels avec leur aliénation et les conditions empiriques de cette aliénation » (p. 312). De fait, la notion d’aliénation ne disparaît pas mais elle change radicalement de portée, alors qu’elle était supposée constituer précédemment le principe d’intelligibilité de la réalité économique et sociale, elle renvoie maintenant à l’impact des rapports économiques capitalistes sur l’existence concrète des individus. D’un thème à ambition explicative globale, la dépossession de l’essence étant censée rendre raison de l’ensemble des distorsions infligées à l’existence humaine, l’on passe à une notion plus descriptive qui se propose d’embrasser les différentes formes de l’asservissement des individus en faisant des antagonismes économiques leur ressort.

3Toutefois le communisme est toujours à concevoir comme émancipation radicale du travail, « transformation des individus en individus complets […] transformation du travail en manifestation de soi » ; perdure ainsi en partie l’idée du travail non aliéné comme expression de soi, d’une réalisation par les individus de leur essence générique. Mais par ailleurs l’invocation de « l’homme » à la place des individus existants, omniprésente dans les Manuscrits de 1844 à l’encontre des économistes, se trouve maintenant récusée : les philosophes « ont compris tout le processus que nous venons de développer comme étant le développement de ‟l’Homme” ; si bien qu’à chaque stade de l’histoire passée on a substitué ‟l’Homme” aux individus existants et on l’a présenté comme la force motrice de l’histoire » (p104).

4Enfin la notion de travail aliéné s’efface au profit de celle de division du travail :

« Du reste, division du travail et propriété privée sont des expressions identiques - on énonce, dans la première, par rapport à l’activité, ce qu’on énonce dans la seconde, par rapport au produit de cette activité » (p. 61).

  • 2 « Cette conception de l’histoire a donc pour base le développement du procès réel de la production, (...)

5Le foyer de la réflexion de Marx et Engels n’est plus l’homme mais la structure économique et sociale. Les rapports entre les individus, entre les classes sont à expliquer en partant de l’étude des activités productives qui se trouvent à la base de la société, du cours de l’histoire, et non plus à travers l’évocation de l’idée abstraite de l’aliénation du travail. Dans la mesure où L’Idéologie allemande développe un premier exposé d’ensemble du matérialisme historique elle souligne bien sûr l’importance de la sphère économique dans la structuration et le mouvement des sociétés2, les passages consacrés aux forces productives, à la division du travail, aux classes sociales… sont fort nombreux. Mais proposant un exposé des grands traits de la théorie matérialiste de l’histoire, Marx et Engels s’attachent à une appréhension abstraite de la place et du rôle des grandes formes économiques, de leurs transformations dans le cours de l’histoire, de l’évolution des classes sociales, ils n’ont pas ici affaire directement au discours des économistes en tant que tel.

  • 3 E. Mandel, op. cit., p. 45.

6Ernest Mandel indique3 toutefois deux passages qui semblent témoigner, à son avis, d’une première inflexion de la pensée de Marx et Engels quant à leur appréciation de la théorie de la valeur-travail, ils considéraient celle-ci jusqu’alors comme une abstraction face aux mouvements réels des prix déterminés par les variations de l’offre et de la demande. Ainsi peut-on lire dans L’Idéologie allemande à l’occasion des critiques dont Stirner fait l’objet : « dans le cadre de la concurrence, le prix du pain, loin d’être laissé au bon plaisir des boulangers, est déterminé par les frais de production » (p. 407), ceci en opposition à la perspective de La Sainte Famille où en raison des contradictions des économistes au sujet de la valeur ils semblent estimer qu’elle relève d’« une détermination purement accidentelle », la concurrence. De même un peu plus loin Marx écrit, « En ce qui concerne la monnaie métallique elle-même, elle est entièrement conditionnée par le coût de production, c’est-à-dire par le travail » (p. 439), le coût de production étant assimilé ici au travail, alors que dans La Sainte Famille Marx reprend la notion des économistes pour qui « les frais de production comprennent, outre le temps de travail et la matière première, la rente du propriétaire foncier, ainsi que les intérêts et le bénéfice du capitaliste » (p. 61). Mandel estime que cette évolution peut s’expliquer par les nouvelles lectures de Marx dans le domaine économique, lectures qu’il eut l’occasion de faire lors de son séjour de quelques semaines en Angleterre (été 1845) en compagnie d’Engels, en particulier sa découverte des socialistes ricardiens. Mais il s’agit là, dans L’Idéologie allemande, de remarques tout à fait ponctuelles, qui ne donnent lieu à aucune explicitation, c’est peu pour prétendre y voir la marque effective d’une étape importante dans la formation de la pensée économique de Marx. La nouvelle conception de l’histoire, la place qu’elle accorde à la production matérielle des conditions d’existence des groupes sociaux, en revanche s’avérera déterminante pour le développement ultérieur de sa pensée, donc pour son étude des économistes.

7Si l’économie politique n’était pas l’objet direct de La Sainte Famille et encore moins de L’Idéologie allemande, elle revient au premier plan avec Misère de la philosophie (ouvrage rédigé au cours de l’hiver 1846-1847) où Marx se livre à une critique ravageuse du livre de Proudhon, Système des contradictions économiques, ou Philosophie de la misère (1846).

  • 4 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Éditions sociales, 1961.

8Les Manuscrits de 1844 remarquaient que « Pour Ricardo, les hommes ne sont rien, le produit est tout » (p. 100), que parlant le langage de l’économie il ignore logiquement comme elle la morale, que s’attachant à l’accroissement des richesses ses analyses sont indifférentes à « l’existence de l’homme » (p. 182, 132). Dans Misère de la philosophie4 ce thème apparaît également : « le langage de Ricardo est on ne peut plus cynique. […] Mais ne crions pas tant au cynisme. Le cynisme est dans les choses et non dans les mots qui expriment les choses » (p. 62).

  • 5 Cette appréciation se retrouve dans Le Capital, Les Théories sur la plus-value.
  • 6 K. Marx, « Gloses critiques en marge… », in Œuvres. Philosophie, Paris, Pléiade, 1982, p. 402. Dans (...)

9Ainsi des jugements sensiblement identiques emportent des significations bien différentes. En 1844 Marx indique que l’ouvrage de Ricardo ne fait qu’accepter sans fard moralisant la logique économique et qu’il ne s’intéresse pas à l’homme, celui-ci constituant alors pour Marx la base de la critique de l’économie politique, de la mise en cause de son discours. En 1847 au contraire, il loue « le langage si précis, si clair, si simple de Ricardo » et son « interprétation scientifique de la vie économique actuelle » (p. 60, 61), le cynisme langagier n’étant que le produit superficiel d’une appréhension rigoureuse « du mouvement réel existant »5. En 1844 les économistes sont envisagés presque comme de simples porte-parole de l’ordre existant, trois ans plus tard Marx s’intéresse surtout à ce qu’il estime être maintenant la dimension scientifique de certaines de leurs analyses. L’on pourrait objecter qu’au moment même où il rédige les Manuscrits Marx parle déjà de science à propos de l’économie politique, ainsi peut-on lire dans un article dirigé contre A. Ruge : « L’expression la plus rigoureuse de l’intelligence que les Anglais ont du paupérisme […] c’est l’économie politique anglaise, c’est-à-dire le reflet scientifique des conditions économiques de l’Angleterre »6, les Manuscrits quant à eux précisent que « cette science de la richesse est […] en même temps la science du renoncement, de la privation » (p. 180). Partant, en 1844 la caractérisation de l’économie politique comme science, par opposition à la critique qu’il se propose d’en faire, emporte une dimension fortement négative. Marx pense alors que cette « science » ne fait que traduire sous forme théorique le point de vue biaisé de la bourgeoisie et du gouvernement anglais. Il n’en est plus de même en 1847 où son apport quant à la compréhension des phénomènes économiques et des sociétés modernes, sa dimension effective de savoir sont explicitement reconnus.

10Ainsi, Misère de la philosophie manifeste un changement fondamental du rapport de Marx avec l’économie politique, il ne s’agit plus d’en récuser la pertinence en raison de son ignorance délibérée de l’homme, de l’être générique de celui-ci, mais, afin de comprendre la société existante, de s’approprier de manière critique les considérations scientifiques développées par ses grands penseurs. Ceci, bien qu’il ne manque pas de souligner que, « Les économistes expriment les rapports de la production bourgeoise, la division du travail, le crédit, la monnaie, etc., comme des catégories fixes, immuables, éternelles » (p. 114). Cette dénonciation de la méconnaissance du caractère historiquement déterminé des rapports de production capitalistes restera une ligne de force de sa critique des économistes. Mais à la « rhétorique », aux « divagations » de Proudhon (p. 60 et 111), Marx oppose maintenant les analyses de Ricardo, il n’est plus question comme dans La Sainte Famille d’accorder au premier quelque louange que ce soit.

  • 7 R. L. Meek, Studies in the labour theory of value, London, Lawrence & Wishart, 1956, p. 144-145.

11La théorie de la valeur-travail exposée par Smith et de façon moins incertaine par Ricardo se trouve alors adoptée sans équivoque. Marx considère que, « La théorie des valeurs de Ricardo est l’interprétation scientifique de la vie économique actuelle […] Ricardo constate la vérité de sa formule en la faisant dériver de tous les rapports économiques, et en expliquant par ce moyen tous les phénomènes, même ceux qui, au premier abord semblent la contredire […] c’est là précisément ce qui fait de sa doctrine un système scientifique » (p. 61). Rappelons qu’en 1844 au contraire, il reprochait à l’économie politique son incapacité à saisir l’interdépendance, « l’enchaînement essentiel » des phénomènes qu’elle prétendait éclairer. Il y a donc bien un changement radical dans l’appréhension du discours des économistes. Dans Misère de la philosophie, comme le souligne R. L. Meek7, Marx reprend globalement les analyses ricardiennes, toutefois en dénonçant déjà la méconnaissance par Ricardo de la dimension historique et transitoire des formes et rapports économiques.

12Sur la base de la théorie de la valeur-travail empruntée à Ricardo il peut écrire, puisque pour le capital le travail n’est qu’une marchandise :

« Si la valeur relative d’une marchandise est déterminée par la quantité de travail requise pour la produire, il s’ensuit naturellement que […] Le salaire, c’est-à-dire la valeur relative ou le prix du travail, est donc déterminé par le temps de travail qu’il faut pour produire tout ce qui est nécessaire à l’entretien de l’ouvrier » (p. 61).

  • 8 Voir G. Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France de 1789 à 1848, Paris, Seuil, (...)

13Ainsi par-delà les fluctuations de l’offre et de la demande de travail, le montant du salaire se trouve déterminé par la logique marchande hors de toute considération morale, « humanitaire ». Si Marx estime, alors, que les salaires tendent vers le minimum indispensable pour « faire vivre le travailleur et le mettre en état de propager sa race » (p. 62), il ne fait en gros que prendre acte de la situation effective des populations ouvrières durant la première moitié du XIXe siècle (en témoignent à l’époque outre l’ouvrage d’Engels, La situation de la classe laborieuse en Angleterre (1845), les grandes enquêtes - celles de Buret, de Villermé -, les nombreux mémoires sur le paupérisme suscités par l’inquiétude des possédants, les rapports des inspecteurs des fabriques en Angleterre)8.

14Marx à la suite des économistes estime que le salaire correspond à ce qui est nécessaire à l’entretien de l’ouvrier, et remarquons bien sûr que reprenant avec le vocabulaire, les notions mises en œuvre par les économistes, il parle à propos du salaire, de « la valeur ou du prix du travail ». Il n’est pas encore en mesure de distinguer la force de travail et le travail effectué (objectivé), et donc de récuser l’idée de prix ou de valeur du travail, distinction qu’il considérera plus tard comme l’un de ses apports théoriques parmi les plus importants.

15Pourtant, Marx entrevoit les contradictions qui résultent de cette assimilation puisqu’il reproche à Proudhon (qui s’appuie sur A. Smith et sa notion de travail commandé) de confondre : « la valeur des marchandises mesurée par la quantité de travail y fixée avec la valeur des marchandises mesurée par la ‟valeur du travail”. Si ces deux manières de mesurer la valeur des marchandises se confondaient en une seule, on pourrait dire indifféremment : la valeur relative d’une marchandise quelconque est mesurée par la quantité de travail y fixée ; ou bien : elle est mesurée par la quantité de travail qu’elle est à même d’acheter ; ou bien encore : elle est mesurée par la quantité de travail qui est à même de l’acquérir. Mais il s’en faut bien qu’il en soit ainsi. La valeur du travail ne saurait pas plus servir de mesure à la valeur que la valeur de toute autre marchandise » (p. 65). D’une part Marx récuse ces équivalences qui supposeraient que le salaire de l’ouvrier soit égal à la valeur de ce qu’il a produit, les développements confus de Proudhon étant favorisés par la substitution chez A. Smith, s’agissant de la valeur, du travail commandé au travail dépensé. Marx constatant que « Proudhon renchérit sur l’erreur d’A. Smith en identifiant les deux choses, dont l’autre n’avait fait qu’une juxtaposition ». Il souligne d’autre part qu’il y a cercle vicieux à vouloir « déterminer la valeur relative par une valeur relative qui, à son tour, a besoin d’être déterminée » (p. 66).

  • 9 En dépit de ses développements confus, notons (malgré le persiflage de Marx) que Proudhon entrevoit (...)

16Il revient de nouveau sur la confusion par Proudhon des « deux mesures, la mesure par le temps du travail nécessaire pour la production d’une marchandise, et la mesure par la valeur du travail. ‟Le travail de tout homme, dit-il [Proudhon], peut acheter la valeur qu’il enferme”. Ainsi, selon lui, une certaine quantité de travail fixé dans un produit équivaut à la rétribution du travailleur, c’est-à-dire à la valeur du travail » (p. 66). Le problème9 se trouve cerné, mais faute de récuser radicalement la notion de valeur du travail Marx ne parvient pas à le reformuler de façon tout à fait explicite, à fournir une solution adéquate. Marx reste en partie prisonnier de cette notion, le montre clairement un de ses arguments et la façon dont il veut montrer l’erreur de Proudhon : « Si le muid de blé coûtait deux journées de travail au lieu d’une, il aurait le double de sa valeur primitive ; mais il ne mettrait pas en mouvement la double quantité de travail, car il ne contiendrait pas plus de matière nutritive qu’auparavant. Ainsi, la valeur du blé mesurée par la quantité de travail employé à le produire aurait doublé ; mais mesurée, ou par la quantité de travail qu’il peut acheter, ou par la quantité de travail par laquelle il peut être acheté, elle serait loin d’avoir doublé » (p. 65). La réfutation est loin d’être limpide, explicitons, elle revient à dire que : si une quantité de blé donnée voyait sa valeur multipliée par deux, la nourriture indispensable au travailleur restant elle identique, cette même quantité de blé ne permettrait pas de mettre en mouvement une quantité double de travail. Acceptant le problème dans les termes où le pose Proudhon (et avant lui les économistes), Marx met en œuvre un court-circuit qui le conduit à déplacer la difficulté du champ de la valeur dont elle relève (valeur de la force de travail / valeur de son produit) à l’espace de la valeur d’usage (la matière nutritive), ou plus exactement à faire se télescoper valeur et valeur d’usage comme si elles relevaient de la même dimension.

17Ceci alors qu’un peu plus loin, Marx invoque contre Proudhon la distinction entre valeur d’échange et valeur d’usage :

  • 10 Soulignés par nous C. M.

« Le travail, la force du travail10, en tant qu’il se vend et s’achète, est une marchandise comme toute autre marchandise, et a, par conséquent, une valeur d’échange. Mais la valeur du travail, ou le travail, en tant que marchandise, produit tout aussi peu que la valeur du blé, ou le blé, en tant que marchandise sert de nourriture. […] on l’achète [le travail] comme instrument de production, comme on achèterait une machine. En tant que marchandise, le travail vaut et ne produit pas » (p. 68).

18Comme les autres marchandises, le travail (n’étant pas encore distingué de la force de travail) peut être appréhendé selon deux perspectives, valeur d’échange et bien utile (valeur d’usage), mais ici l’unité contradictoire de ces deux dimensions de la marchandise ne retient pas Marx. Aussi, la conclusion, « En tant que marchandise, le travail vaut et ne produit pas », paraît surprenante ; en tant que quoi le travail produit-il ? La réponse, « comme instrument de production », comme une machine, montre que n’est pas conçue en tant que telle la nature spécifique de la valeur d’usage de la « marchandise travail », le caractère singulier de sa consommation par le capital. Le travail est appréhendé comme activité une, telle qu’elle se donne dans la représentation immédiate, fondamentalement la distinction entre travail concret et travail abstrait reste à venir. En témoigne clairement la remarque opposée à Proudhon, « c’est toujours un travail déterminé, ce n’est jamais le travail en général que l’on vend et que l’on achète ». D’où s’ensuit que travail et force du [et non de] travail sont assimilés, que Marx n’est pas à même d’abandonner et de récuser la notion de valeur du travail, la confusion cristallisant dans un simple petit mot, force « du » au lieu de force « de » (n’oublions pas toutefois que Marx alors ne possède qu’une maîtrise imparfaite du français). L’apposition, « le travail, la force du travail », témoignant peut-être d’une hésitation.

19 D’autre part, il reproche à Proudhon de changer d’avis (face aux incohérences qu’il ne peut dépasser) et d’en arriver à prétendre (justement bien que de façon purement intuitive), « que le travail n’est pas une marchandise, qu’il ne saurait pas avoir une valeur » (p. 69), ceci alors que les contradictions de Proudhon sont l’effet de la suspicion aveugle d’une obscure difficulté qu’il ne parvient pas à saisir de façon explicite. Si Marx montre bien la faible consistance théorique de l’ensemble du discours de Proudhon, en ce point précis sa pensée n’excède guère en clarté celle de l’auteur de Philosophie de la misère.

  • 11 Le Capital, éd. cit., L. I, p. 604.

20C’est dire la prégnance, alors, de la notion de valeur du travail dont le Capital considérera qu’elle « n’est qu’une expression irrationnelle »11. Outre cette prégnance inhérente à la reprise, avec les mots, des catégories des économistes, l’on peut penser que l’assimilation ci-dessus du « travail et de la force du travail » est induite également par une perspective philosophique inspirée d’Aristote, selon laquelle la force, la puissance (ici du travail) est indissociable de sa manifestation (l’activité de travail, le travail réalisé), la puissance du travail n’ayant de réalité que dans l’acte de travail, le travail effectif. Ceci d’autant plus que dans la société capitaliste, pour le travailleur salarié au chômage sa puissance de travail se trouve niée, s’avère comme inexistante en l’absence de sa mise en œuvre. À l’encontre du sens commun et de ses facilités, la dissociation du travail et de la force de travail ne sera acquise qu’au terme d’un procès d’abstraction se manifestant, comme nous le verrons, à travers une émancipation lexicale hésitante.

21Reste par ailleurs que le travail se présente sous des formes bien différentes. Dans sa critique de Proudhon Marx évoque la question en passant. « S’il y a échange de […] deux produits, il y a échange de quantités égales de travail », mais comme les économistes l’avaient déjà souligné cela suppose bien sûr que les travaux en question puissent être comparés. S’abritant derrière « un économiste américain » Marx estime que la concurrence opère « cette réduction de journées de travail compliqué à des journées de travail simple » (p. 64). Mais la concurrence n’est en mesure d’opérer cette réduction, le travail simple ne peut s’imposer comme étalon, que parce que la révolution industrielle avec la division du travail, la mécanisation, tend à faire du travail simple le mode dominant, « le travail simple est devenu le pivot de l’industrie ». Les qualités requises de l’artisan (habileté, grande maîtrise technique dans son domaine, amour du bel ouvrage…) n’ont plus lieu d’être avec l’essor du machinisme, « les travaux se sont égalisés par la subordination de l’homme à la machine ou par la division extrême du travail […] le balancier de la pendule est devenu la mesure exacte de l’activité relative de deux ouvriers […] Le temps est tout, l’homme n’est plus rien ; il est tout au plus la carcasse du temps […] Dans l’atelier automatique, le travail d’un ouvrier ne se distingue presque plus en rien du travail d’un autre ouvrier » (p. 64-65). Avec l’industrie moderne le travail tend à se réduire à la seule détermination quantitative : « La quantité seule décide de tout : heure pour heure, journée pour journée ; mais cette égalisation du travail n’est point l’œuvre de l’éternelle justice de M. Proudhon ; elle est tout bonnement le fait de l’industrie moderne ». Il s’agit d’un premier pas vers ce qui sera ultérieurement le concept de travail abstrait, mais que vient contredire formellement peu après l’affirmation opposée à Proudhon selon laquelle « c’est toujours un travail déterminé, ce n’est jamais le travail en général que l’on vend et que l’on achète » (p. 68). Marx adopte alors, sans plus, la théorie ricardienne qui rapporte directement la valeur d’échange à la quantité de travail immédiatement donnée.

22Mais, l’idéalisation du travail artisanal qui en arrière-plan informait la critique du travail aliéné dans les Manuscrits de 1844, est largement dépassée dans Misère de la philosophie où il s’agit du travail tel qu’il se développe dans la grande industrie. En témoigne sans équivoque la critique adressée à Proudhon, qui se voit reprocher de vouloir mettre un terme à la misère par l’instauration d’une société de petits producteurs indépendants : « Ce qui caractérise la division du travail dans l’atelier automatique, c’est que le travail y a perdu tout caractère de spécialité. Mais du moment que tout développement spécial cesse, le besoin d’universalité, la tendance vers un développement intégral de l’individu commence à se faire sentir. […] M. Proudhon, n’ayant même pas compris ce seul côté révolutionnaire de l’atelier automatique, fait un pas en arrière, et propose à l’ouvrier de faire non seulement la douzième partie d’une épingle, mais successivement toutes les douze parties. […] Voilà ce que c’est que le travail synthétique de M. Proudhon. […] En résumé, M. Proudhon n’est pas allé au-delà de l’idéal du petit bourgeois. Et pour réaliser cet idéal, il n’imagine rien de mieux que de nous ramener au compagnon, ou tout au plus au maître artisan du moyen âge » (p. 151). Probablement grâce à Engels, à sa connaissance directe du travail de fabrique, Marx a saisi rapidement l’importance de la révolution industrielle en cours.

23Bien loin de se contenter de la notion abstraite du « travail aliéné » qui selon les Manuscrits de 1844 caractériserait l’ensemble de l’histoire humaine jusque là, il convient de comprendre que la nature du travail dépend des rapports sociaux, elle change au cours de l’histoire selon les formes de la production.

24Notons pour résumer, que dès Misère de la Philosophie l’appréhension marxienne du discours des économistes se trouve radicalement modifiée, mais la reconnaissance de leur apport théorique (dont l’acceptation, alors, acritique de la conception de la valeur de Ricardo) ne s’accompagne pas de l’oubli de la dimension idéologique et politique de leur discours :

« Les économistes comme Adam Smith et Ricardo, qui sont les historiens de cette époque, n’ont d’autre mission que de démontrer comment la richesse s’acquiert dans les rapports de la production bourgeoise, de formuler ces rapports en catégories, en lois, et de démontrer combien ces lois, ces catégories, sont pour la production des richesses supérieures aux lois et aux catégories de la société féodale » (p. 132).

25Puisque chez eux, visée scientifique et justification de l’existant se confondent, l’analyse critique de leur discours, de leurs catégories reste donc à élaborer.

  • 12 J. F. Bray, Labour’s wrongs and labour’s remedy, Leeds, 1839.
  • 13 Il en a été question plus haut lorsque nous avons parlé des ouvrages d’Hodgskin et Thompson. Pour u (...)

26Ainsi par ailleurs avant même de reprendre, dès le début de son exil londonien, une étude approfondie de l’économie politique Marx est amené à soupçonner le caractère incertain de la notion de valeur ou prix du travail. À cette évolution a sans doute contribué sa découverte des socialistes anglais (Hodgskin, Thompson, etc.), auteurs qu’il évoque pour montrer l’absence d’originalité des développements de Proudhon en dépit de ses prétentions (il donne alors de larges extraits d’un ouvrage de J. F. Bray12). La plupart dénonçaient fort clairement l’exploitation dont étaient victimes les travailleurs, mais faute d’une analyse des rapports de production ils n’y voyaient que le résultat d’une inégalité au niveau des échanges entre capitalistes et ouvriers, échange marchand et rapport salarial se trouvaient plus ou moins confondus13.Cette absence de distinction entre échange marchand et échange salarial s’avère des plus explicites dans les pages de Bray reproduites par Marx, parmi d’autres passages : « les ouvriers ont donné au capitaliste le travail de toute une année en échange de la valeur d’une demi-année […] Le bénéfice de l’entrepreneur ne cessera jamais d’être une perte pour l’ouvrier – jusqu’à ce que les échanges entre les parties soient égaux » (p. 81-82).

  • 14 K. Marx et F. Engels, La Nouvelle Gazette Rhénane, trad. L. Netter, t. III, Paris, Éditions sociale (...)

27Fin décembre 1847, Marx prononce à Bruxelles une série de conférences, Travail salarié et capital, qui feront l’objet d’une rédaction après coup et seront publiées partiellement en avril 1849 dans la Nouvelle gazette rhénane14. Marx explique que le patron achète le travail des ouvriers comme il aurait pu acheter deux livres de sucre ou une marchandise quelconque. Ainsi, « Le salaire n’est donc que le nom particulier donné au prix du travail, au prix de cette marchandise particulière qui n’est en réserve que dans la chair et le sang de l’homme. […] Le salaire n’est […] pas une part de l’ouvrier à la marchandise qu’il produit. Le salaire est la partie des marchandises déjà existantes [comme le sont les moyens de production] avec laquelle le capitaliste s’approprie par achat une quantité déterminée de travail productif. Le travail est donc une marchandise que son possesseur, le salarié, vend au capital » (p. 228). Précisant ensuite : « Mais le travail, est l’activité vitale propre à l’ouvrier, sa façon à lui de manifester sa vie. Et c’est cette activité vitale qu’il vend à un tiers pour s’assurer les moyens de subsistance nécessaires. […] Pour lui-même, le travail n’est pas une partie de sa vie, il est plutôt un sacrifice de sa vie ». Le travail étant ici appréhendé encore globalement, pour une part, sous l’angle subjectif comme « activité vitale », comme manifestation de l’existence aliénée de l’ouvrier (perspective anthropologique) ; malgré une analyse plus précise de la forme du travail salarié, de son inscription dans le procès de production, la distinction entre ce que vend l’ouvrier et ce que s’approprie le capital ne peut être thématisée explicitement. Le salaire est toujours considéré comme le prix du travail bien que dans la même page Marx parle des marchandises que l’ouvrier « reçoit en échange de sa marchandise, la force de travail ». Ainsi s’agissant de ce que vend l’ouvrier il désigne à ce moment aussi bien le travail que la force de travail. En revanche, contrairement aux illusions récurrentes des socialistes anglais, les deux phrases mises en italiques par Marx indiquent que les rapports inégalitaires entre l’ouvrier et le capitaliste ne relèvent pas simplement de l’échange marchand inégal mais renvoient au domaine de la production, ce qu’il souligne un peu plus loin (p. 239).

28Le travail étant marchandise, le salaire se trouve déterminé par les lois qui règlent le prix des marchandises, donc par ses frais de production, « les frais qui sont nécessaires pour conserver l’ouvrier en tant qu’ouvrier et pour en faire un ouvrier ». Ainsi pour le travail qui « n’exige presque pas d’apprentissage et où la simple existence matérielle de l’ouvrier suffit, les frais de production nécessaires à ce dernier se bornent presque uniquement aux marchandises indispensables à l’entretien de sa vie de manière à lui conserver sa capacité de travail » (p. 235). Ce qui sous-entend inversement que les frais de formation des travailleurs qualifiés constituent un élément important quant à la détermination de leurs salaires.

29Mais surtout, il est on ne peut plus explicite quant à la nature du rapport capital/travail :

« Le capital ne consiste pas dans le fait que du travail accumulé sert au travail vivant de moyen pour une nouvelle production. Il consiste en ceci que le travail vivant sert de moyen au travail accumulé pour maintenir et accroître la valeur d’échange de celui-ci » (p. 239).

30D’une part ce n’est pas le travail qui utilise le capital mais l’inverse (contrairement à ce présupposaient Hodgskin et Thompson), rapport de domination incompréhensible si l’on demeure au niveau de la circulation marchande, d’autre part le capital n’a pas pour fin la production de valeurs d’usage mais l’augmentation de la valeur d’échange.

  • 15 Lors de la réimpression de 1891, les corrections d’Engels porteront essentiellement sur ce point. K (...)

31Marx explique que le capital comme « force sociale indépendante » n’est possible que si existe « une classe ne possédant rien que sa capacité de travail ». Logiquement donc elle ne devrait pouvoir vendre que cette unique possession, cette capacité, mais la distinction entre capacité et travail effectif n’étant pas thématisée, Marx dans le sillage des économistes considère encore que la classe laborieuse vend son travail15. Ainsi, « L’ouvrier reçoit des moyens de subsistance en échange de son travail, mais le capitaliste, en échange de ses moyens de subsistance, reçoit du travail, l’activité productive de l’ouvrier, la force créatrice au moyen de laquelle l’ouvrier non seulement restitue ce qu’il consomme, mais donne au travail accumulé une valeur plus grande que celle qu’il possédait auparavant » (p. 239). Ces incertitudes langagières malgré tout n’empêchent pas Marx de cerner clairement le procès d’exploitation, d’expliquer que le capital ne se maintient et ne s’accroît que grâce au travail vivant, que le partage entre salaires et profits constitue le pivot de la société bourgeoise. Produisant des marchandises, l’ouvrier « produit du capital. Il produit des valeurs qui servent à leur tour à commander son travail, afin de créer au moyen de celui-ci de nouvelles valeurs ».

32Par son activité productive l’ouvrier ne produit pas seulement des marchandises, il « produit la richesse étrangère qui le domine, la force qui lui est hostile, le capital » (p. 241). Si avec l’accroissement du capital productif et la croissance « des besoins et des plaisirs sociaux » qu’il entraîne, les « plaisirs de l’ouvrier » peuvent augmenter (p. 242), Marx estime que la position relative de la classe laborieuse par rapport à celle de la bourgeoisie se dégrade dans la mesure où les profits s’accroissent beaucoup plus rapidement que les salaires.

  • 16 K. Marx et F. Engels, Manifeste du parti communiste, trad. É. Bottigelli, Paris, GF-Flammarion, 199 (...)

33La critique de l’économie politique n’était pas l’objet du Manifeste du parti communiste, paru d’ailleurs un an plus tôt que les conférences il parlait bien sûr lui aussi du prix du travail. Selon Marx et Engels, « Ces ouvriers, obligés de se vendre par portions successives, sont une marchandise comme tout autre article de commerce et sont donc exposés de la même manière à tous les aléas de la concurrence, à toutes les fluctuations du marché. […] [l’ouvrier] n’est plus qu’un accessoire de la machine […] Les frais qu’occasionne l’ouvrier se limitent donc à peu près uniquement aux moyens de subsistance dont il a besoin pour son entretien et la reproduction de sa race. Or le prix d’une marchandise, donc aussi du travail est égal à ses frais de production » (p. 82)16. Ils considèrent alors que le salaire moyen de l’ouvrier s’établit au niveau « juste suffisant pour reproduire sa pure et simple existence » (p. 93). Ce point se trouve partiellement rectifié dans Travail salarié et capital où après avoir réaffirmé que le salaire se borne aux « frais d’existence et de reproduction de l’ouvrier » (p. 236), Marx admet que lorsque le capital s’accumule rapidement le salaire réel (en marchandises) peut croître bien que le salaire relatif (comparé au profit) régresse. Ainsi, « Si le revenu de l’ouvrier augmente avec l’accroissement rapide du capital, l’abîme social qui sépare l’ouvrier du capitaliste s’élargit en même temps, la puissance du capital sur le travail, l’état de dépendance du travail envers le capital grandissent du même coup » (p. 245). Avec l’essor du capital se développe la division du travail, s’étend le machinisme, qui conduisent à l’extension du travail simple au détriment du travail complexe (qualifié), et donc à une concurrence accrue parmi les ouvriers (p. 250-251).

34Durant cette première période de la vie de Marx, Misère de la philosophie représente sa confrontation la plus élaborée avec l’économie politique, Travail salarié et capital nous laisse entrevoir les acquis et le procès théorique en cours. Reconnaissant l’apport scientifique des économistes Misère de la philosophie précise en revanche nettement le vice qui affecte l’ensemble de leurs analyses, ils « expriment les rapports de la production bourgeoise, la division du travail, le crédit, la monnaie, etc., comme des catégories fixes, immuables, éternelles » (p. 114). Les économistes méconnaissent la spécificité du mode de production capitaliste au sein du cours de l’histoire, qu’il s’agisse de ses structures ou de sa logique. Ils envisagent les rapports de production bourgeois comme des rapports naturels. Toutefois par-delà cette critique globale, la rectification des catégories de l’économie politique, la production de nouveaux concepts restent à venir, elles seront fondamentalement le résultat d’une nouvelle confrontation approfondie avec les économistes, celle-ci entreprise dès le début de l’exil londonien de Marx, au prix d’un travail intensif poursuivi au long de cette deuxième étape de son existence.

Notes

1 K. Marx et F. Engels, L’Idéologie allemande, trad. G. Badia et al., Paris, Éditions sociales, 1968.

2 « Cette conception de l’histoire a donc pour base le développement du procès réel de la production, et cela en partant de la production matérielle de la vie immédiate ; elle conçoit la forme des relations humaines liées à ce mode de production et engendrée par elle, je veux dire la société civile à ses différents stades, comme étant le fondement de toute l’histoire […] », p. 69.

3 E. Mandel, op. cit., p. 45.

4 K. Marx, Misère de la philosophie, Paris, Éditions sociales, 1961.

5 Cette appréciation se retrouve dans Le Capital, Les Théories sur la plus-value.

6 K. Marx, « Gloses critiques en marge… », in Œuvres. Philosophie, Paris, Pléiade, 1982, p. 402. Dans les Notes de lecture il parle de « science de l’enrichissement », op. cit., p. 7.

7 R. L. Meek, Studies in the labour theory of value, London, Lawrence & Wishart, 1956, p. 144-145.

8 Voir G. Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France de 1789 à 1848, Paris, Seuil, 1983.

9 En dépit de ses développements confus, notons (malgré le persiflage de Marx) que Proudhon entrevoit la difficulté même s’il l’évacue de façon on ne peut plus superficielle en réduisant un problème réel à une simple question de vocabulaire, de rhétorique : « Le travail est dit valoir non pas en tant que marchandise lui-même, mais en vue des valeurs qu’on suppose renfermées puissantiellement en lui. La valeur du travail est une expression figurée, une anticipation de la cause sur l’effet. », cit. par Marx, p. 67.

10 Soulignés par nous C. M.

11 Le Capital, éd. cit., L. I, p. 604.

12 J. F. Bray, Labour’s wrongs and labour’s remedy, Leeds, 1839.

13 Il en a été question plus haut lorsque nous avons parlé des ouvrages d’Hodgskin et Thompson. Pour une présentation un peu moins succincte, voir C. Morilhat, « Thomas Hodgskin, le procès du travail contre le capital » et « William Thompson, l’inventeur du concept de survaleur ? », La Pensée, n° 378 et n° 379, 2014.

14 K. Marx et F. Engels, La Nouvelle Gazette Rhénane, trad. L. Netter, t. III, Paris, Éditions sociales, 1971.

15 Lors de la réimpression de 1891, les corrections d’Engels porteront essentiellement sur ce point. K. Jacobs considère que la simple substitution de force de travail à travail dans un texte (Travail salarié et capital) d’inspiration toujours ricardienne favorise la méconnaissance de la critique marxienne de la théorie de la valeur de Ricardo propre aux textes de la maturité, « Arbeitskraft », in W. Haug (éd.), Historisch-kritisches Wörterbuch des Marxismus, Bd1, Hamburg, Argument, 1994, p. 517.

16 K. Marx et F. Engels, Manifeste du parti communiste, trad. É. Bottigelli, Paris, GF-Flammarion, 1998.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search