Version classiqueVersion mobile

Marx : la formation du concept de force du travail

 | 
Claude Morilhat

III. Marx, la récusation critique de l’économie politique

Texte intégral

  • 1 Voir, A. Cornu, Karl Marx et Friedrich Engels, Paris, PUF, t. II, 1958 ; P. Lascoumes et H. Zander, (...)

1Grâce aux quelques indications de Marx lui-même sur sa biographie intellectuelle (dans sa correspondance, dans la préface de la Contribution à la critique de l’économie politique), mais également aux travaux qui lui ont été consacrés, nous savons que son activité de journaliste à la Gazette rhénane (d’avril 1842 à mars 1843) l’a amené à prendre conscience par-delà le champ politique de l’importance des « intérêts matériels », des questions sociales, contribuant à son éloignement vis-à-vis des discours purement spéculatifs des jeunes hégéliens1. Mais on peut également évoquer sa découverte des penseurs socialistes, et en particulier l’insistance de Saint-Simon sur le rôle déterminant des activités productives. Cette évolution est sensible dans ses deux articles publiés dans l’unique numéro des Annales franco-allemandes qui paraît en mars 1844 à Paris.

  • 2 K. Marx, « Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction » in Critiq (...)

2La Question juive à travers sa critique de Bruno Bauer souligne que la logique de l’État politique trouve son ressort dans la société bourgeoise. Dans la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction (rédigée en janvier 1844) Marx note que s’agissant de la critique de « la réalité politico-sociale moderne », « les rapports de l’industrie, d’une manière générale, du monde de la richesse, avec le monde politique, sont un problème essentiel de l’époque moderne »2. Il s’agit là d’une simple remarque qui témoigne toutefois d’une inflexion quant à l’approche de la réalité ; cependant quelques lignes après il affirme qu’à la différence de l’Allemagne attardée, « l’alternative posée, en France et en Angleterre, est : économie politique ou domination de la société sur la richesse ». Autrement dit, au niveau théorique, l’économie politique n’est que l’expression immédiate de l’ordre social existant, il convient donc d’emblée de se situer sur un autre terrain (celui de la transformation sociale) et nullement d’entreprendre l’analyse critique du discours des économistes, appréhendé alors fondamentalement comme simple justification de l’état de choses régnant. Même si selon une indication d’Engels dans la préface au Livre II du Capital, Marx « avait commencé ses études économiques en 1843, à Paris [où il arrive début octobre], par les grands auteurs anglais et français », il ne semble pas que ces premières lectures l’aient conduit, au moment de la rédaction de ce deuxième article des Annales, à prendre la mesure de l’importance cruciale des théories des économistes, de la nécessaire analyse de leur apport à la compréhension de la réalité sociale. Cela bien que soit déjà entrevue la place déterminante de l’économie dans les sociétés modernes.

  • 3 Ibid., p. 203.
  • 4 Ibid., p. 204 et 212.

3Ainsi Marx estime encore, qu’en Allemagne, les Allemands s’étant bornés à penser ce que les peuples avancés ont réalisé, en prenant pour objet « la philosophie, notre critique se trouvera au centre des problèmes, dont l’actualité dit : That is the question »3. Bien sûr un grand pas se trouve par ailleurs franchi, les épigones de Hegel ne sauraient plus être censés inspirer les bouleversements à venir, un nouvel acteur en charge de l’émancipation entre en scène : « La philosophie trouve dans le prolétariat ses armes matérielles comme le prolétariat trouve dans la philosophie ses armes intellectuelles ». Mais l’on constate que la philosophie est loin de résigner sa position éminente quand son abolition passe par sa réalisation, quand sa réalisation se confond avec l’abolition du prolétariat4.

  • 5 F. Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique, trad. H. A. Baatsch, Paris, Aubier Mont (...)

4La parution dans ces mêmes Annales de l’essai d’Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique, paraît bien avoir joué un rôle fondamental quant à la décision de Marx d’entreprendre un peu après une critique de l’économie politique. En effet, l’article d’Engels est évoqué dès la préface des Manuscrits de 1844 et de nouveau dans le corps du texte, Marx reprenant en outre certaines des formulations d’Engels. Quinze ans plus tard, dans la préface à la Contribution Marx parle toujours à son propos de la « géniale esquisse d’une contribution à la critique des catégories économiques », le Livre I du Capital la cite plusieurs fois dans les notes. Ces faits témoignent de l’importance que l’article du jeune Engels a revêtue quant au développement de la pensée de son ami ; cela en dépit de ses limites, de la dimension souvent essentiellement morale qui affecte les dénonciations, les critiques de l’économie politique développées par l’Esquisse. L’article souligne aussi bien les contradictions engendrées par la propriété privée, les querelles des économistes concernant la valeur (les uns la définissent par les frais de production, les autres par l’utilité), l’opposition du capital et du travail, que « l’immoralité du commerce », « l’hypocrisie de l’économiste ». Concurrence et propriété privée sont indissociables : « en dernière instance la propriété privée fait de l’homme une marchandise dont la fabrication et la destruction ne dépendent, elles aussi, que de la concurrence ». Dans la concurrence exaltée par les économistes, Engels appréhende la source des crises et de l’aggravation des antagonismes sociaux, il estime que : « chacune [des crises commerciales] qui viendront doit être plus universelle et donc pire que celle qui la précède, elle doit paupériser un plus grand nombre de petits capitalistes et augmenter l’effectif de la classe qui ne vit que du travail, dans une proportion croissante, et donc agrandir à vue d’œil la masse du travail à occuper, - ce qui est le principal problème de nos économistes - et provoquer pour finir une révolution sociale »5. Cette virulente critique de la réalité économique (de la propriété privée, de la concurrence) et des discours qui prétendaient en rendre raison devait convaincre Marx de la nécessité d’approfondir la question.

  • 6 K. Marx, Manuscrits économico-philosophiques de 1844, introduit, traduit et annoté par F. Fischbach (...)
  • 7 L’ouvrage dirigé par É. Renault, Lire les Manuscrits de 1844, Paris, PUF, 2008, propose des études (...)

5Issus de cette première fréquentation soutenue des économistes, « Le fruit des lectures de Marx, de ses commentaires sur ses lectures, ce sont trois manuscrits inachevés, écrits entre avril et août 1844, aujourd’hui connus sous le titre de Manuscrits économico-philosophiques ou Manuscrits de 1844 » comme l’indique Franck Fischbach dans sa présentation du texte6. Travail abandonné pour entreprendre avec Engels la rédaction de La Sainte Famille, textes inachevés donc, qui de plus nous sont parvenus incomplets7.

  • 8 Pour les citations de Marx, l’édition utilisée ayant été précisée en note, nous donnons simplement (...)

6À partir d’extraits tirés principalement des Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations de A. Smith, du Traité d’économie politique de J.-B. Say, du Mouvement de la production (1843) de l’économiste critique W. Schulz, Marx opère tout d’abord une sorte de cartographie thématique du discours de l’économie politique (qu’il désigne alors sous le terme économie nationale). Il lui suffit dans un premier temps de savoir lire, les textes alors retenus (qu’il cite ou qu’il paraphrase) paraissent offrir immédiatement les éléments d’une critique de la réalité économique et sociale moderne. Ainsi par exemple, Smith dans le chapitre qu’il consacre aux salaires du travail explique on ne peut plus clairement la situation d’infériorité où se trouvent les travailleurs vis-à-vis des capitalistes, leur dépendance économique, il évoque de plus le rôle de l’État, quant à leur soumission, avec la loi qui réprime les coalitions ouvrières. C’est en lisant Smith que Marx peut écrire, « Le taux le plus faible et le seul taux nécessaire pour le salaire du travail est la subsistance du travailleur pendant la durée du travail, plus ce qu’il faut pour qu’il puisse nourrir sa famille et que la race des travailleurs ne s’éteigne pas », qu’il souligne que sous l’effet de la concurrence, « L’existence du travailleur est ainsi réduite à la condition de tout autre marchandise » (p. 77)8. De même peut-il conclure, par exemple, à partir des analyses de Smith consacrées à « l’état croissant ou décroissant de la richesse nationale » que le capital s’accumule « à la condition qu’une part toujours plus grande de ses produits soient soustraits au travailleur, que son propre travail vienne toujours davantage lui faire face en tant que propriété étrangère, et que les moyens de son existence et de son activité se concentrent toujours davantage entre les mains du capitaliste » (p. 79). D’où, la tendance de la société à « se diviser entre les deux classes des propriétaires et des travailleurs non propriétaires » (p. 116). L’économie nationale anglaise dévoile la structure antagonique de la société, elle montre que si « la division du travail augmente la force productive du travail, la richesse et le raffinement de la société, elle appauvrit le travailleur jusqu’à en faire une machine » (p. 82) ; s’impose ainsi clairement « le fait que le salaire du travail et les intérêts du capital se tiennent dans un rapport inversement proportionnel, et que le capitaliste - en règle générale - ne peut gagner qu’en pressant le salaire du travail vers le bas, et réciproquement » (p. 132-133). C’est l’économie nationale elle-même qui conduit à voir que « le travailleur est rabaissé au rang de marchandise ».

7Délaissons les nombreux autres points particuliers qui retiennent l’attention de Marx au profit de la considération de son appréhension globale du discours des économistes, c’est alors l’opposition entre les individus, entre les classes (travailleurs, capitalistes, propriétaires fonciers) qui lui apparaît comme l’une des caractéristiques dominantes de la société moderne mise au jour par leurs travaux. « Nous trouvons partout dans l’économie nationale l’opposition hostile des intérêts, la lutte, la guerre, reconnues comme la base de l’organisation sociale » (p. 105). Comme moteurs du mouvement social l’économiste ne connaît que la cupidité et la concurrence. De même s’avèrent inséparables la croissance de la richesse et celle de la misère : « Le travailleur devient d’autant plus pauvre qu’il produit plus de richesse, que sa production s’accroît en puissance et en extension. Le travailleur devient une marchandise au prix d’autant plus vil qu’il engendre plus de marchandises » (p. 117). Contradiction inhérente au développement des richesses dans la société capitaliste, déjà amplement dénoncée par les premiers penseurs socialistes que Marx pouvait alors connaître. Mue par son seul intérêt pour l’augmentation des richesses de la société, l’économie politique ne s’intéresse pas à l’homme, elle n’envisage le prolétaire qu’en tant que travailleur, « elle ne le considère pas dans le temps où il ne travaille pas, c’est-à-dire en tant qu’homme, mais elle abandonne cette considération à la justice criminelle, aux médecins, à la religion, aux tableaux statistiques et au prévôt des mendiants » (p. 83). Pour elle le travail n’est qu’une chose, une marchandise, son vice fondamental consiste dans son ignorance de la réalité vécue par la grande majorité des membres des nations capitalistes au profit d’abstractions. Le travers rédhibitoire de l’économie politique réside dans la seule considération de la production des richesses quand il conviendrait d’envisager essentiellement la condition réelle des hommes au sein des sociétés modernes.

8Les Manuscrits de 1844 se situent ainsi dans le prolongement de l’Esquisse d’Engels, mais la critique de Marx s’avère d’une tout autre ampleur et surtout d’une tout autre nature, s’appuyant sur la notion cardinale d’aliénation elle soumet le discours des économistes au tribunal philosophique. Les économistes ne fournissent pas une analyse véritable du monde économique et social qui les entoure, leurs discours développent seulement une description de la réalité existante à partir du point de vue du capitaliste :

« L’économie nationale part du fait de la propriété privée. Elle ne nous l’explique pas. Elle perçoit le processus matériel de la propriété privée que celle-ci parcourt dans la réalité et elle l’exprime en formules générales, abstraites qui valent ensuite pour elle en tant que lois. Elle ne conçoit pas ces lois, c’est-à-dire qu’elle ne montre pas comment ces lois proviennent de l’essence de la propriété privée. L’économie nationale ne nous donne aucune explication quant à la raison de la séparation du travail et du capital, du capital et de la terre. Par exemple, lorsqu’elle détermine le rapport du salaire du travail au profit du capital, vaut pour elle comme raison ultime l’intérêt du capitaliste ; ce qui signifie qu’elle suppose cela même qu’elle doit développer » (p. 116).

9Bref, les économistes en restent à la réalité telle qu’elle apparaît, ils adoptent le point de vue de la bourgeoisie, ils appréhendent les relations sociales existantes comme les seules possibles, ils ne s’interrogent pas sur les contradictions propres aux sociétés modernes, parcourant l’ordre existant tel qu’il se donne ils n’en rendent aucunement raison.

10Non seulement ils considèrent la propriété privée comme un fait qui ne requiert aucune explication, mais de plus ils s’avèrent incapables de « concevoir l’enchaînement essentiel entre la propriété privée » et les phénomènes économiques qu’ils envisagent, incapables de comprendre leurs liaisons et leurs contradictions. Aussi leurs discours s’avèrent loin de répondre à leurs ambitions théoriques.

11De même que le théologien prétend expliquer l’existence du mal en évoquant le péché originel, ils se contentent de justifier la réalité existante en s’appuyant sur la « fiction d’un état originel » (les premiers échanges imaginés par A. Smith par ex.) qui leur permet d’admettre sans plus, ce dont ils devraient rendre raison. À cette fiction Marx oppose l’exigence de partir « d’un fait actuel », de la réalité saisie dans sa dimension fondamentale où : « Le travailleur devient d’autant plus pauvre qu’il produit plus de richesses, que sa production s’accroît en puissance et en extension. Le travailleur devient une marchandise au prix d’autant plus vil qu’il engendre plus de marchandises. Avec la valorisation du monde des choses s’accroît en rapport direct la dévalorisation du monde de l’homme. Le travail ne produit pas que des marchandises ; il se produit lui-même ainsi que le travailleur en tant que marchandise et cela sous le rapport même où il produit en général des marchandises » (p. 117-118). Le fait cardinal, le « fait actuel » qui règle l’ensemble de la réalité sociale moderne, aux yeux de Marx c’est l’opposition radicale du travail et du capital, la réduction des travailleurs au statut de simples marchandises dans un monde où les choses dominent les hommes.

12Alors que les économistes font du travail le principe de l’économie, de la richesse, l’essence de la propriété privée, ils n’en proposent aucune analyse véritable. Ils ignorent tout de l’activité effective du travailleur, considérant « abstraitement le travail comme une chose » (p. 87) ils y voient une marchandise parmi les autres. Ils ne s’intéressent qu’à l’accroissement des richesses, « Pour Ricardo, les hommes ne sont rien, le produit est tout » (p. 100). Acceptant sans plus s’interroger sur l’état de la société existante, « l’économie nationale a seulement exprimé les lois du travail aliéné » (p. 127). Face aux discours de l’économie politique qui ne font que dépeindre la réalité phénoménale Marx oppose l’exigence de saisir l’essence du monde moderne, l’accumulation conjointe de la richesse et de la misère, en son principe l’aliénation de l’homme.

13Marx lit les économistes à travers et contre Hegel, lui-même lecteur d’Adam Smith. Il dénonce la démarche spéculative, idéaliste de Hegel pour qui, « L’appropriation des forces essentielles de l’homme qui sont devenues des objets et des objets étrangers est ainsi, premièrement, une appropriation qui a seulement lieu dans la conscience, dans le penser pur, c’est-à-dire dans l’abstraction, c’est l’appropriation de ces objets en tant que pensées et mouvement de la pensée » (p. 161). Envisageant « l’homme seulement comme conscience de soi […] les différentes figures de l’aliénation qui apparaissent ne sont par suite que différentes figures de la conscience et de la conscience de soi », l’activité réelle de l’homme, ses produits, se voient transfigurés en « des êtres de pensée ». Toutefois, Marx voit l’un des grands mérites de Hegel, dans « le fait qu’il saisisse l’essence du travail et qu’il comprenne l’homme objectif, l’homme vrai parce que réel comme le résultat de son propre travail », même s’il lui reproche de ne considérer « que le côté positif du travail, pas son côté négatif […] Le seul travail que Hegel connaisse et reconnaisse est le travail spirituel abstrait » (p. 162-163). C’est l’explicitation du rôle formateur du travail pour l’homme dont Hegel se voit ici crédité, même si l’expression de ses « forces génériques » s’effectue tout d’abord sous des formes aliénées.

  • 9 Manuscrits…, p. 118 à 129. Sur le concept d’aliénation et son devenir dans l’œuvre de Marx voir la (...)
  • 10 L. Sève, op. cit., p. 98.

14Emprunté à la philosophie de son époque (pour l’essentiel, Hegel et Feuerbach), le concept qui permet d’expliquer, de comprendre ce que les économistes se bornent à constater, c’est pour le jeune Marx le concept d’aliénation9. Dans sa première critique de la réalité économique et sociale il va mettre en œuvre pour l’essentiel le schéma utilisé par Feuerbach dans sa critique de l’illusion religieuse, l’homme se trouve dominé par le produit de son travail devenu étranger, comme le croyant par un Dieu qui est le seul produit de sa croyance, de l’objectivation mystifiante de son essence générique. Mais comme le souligne L. Sève, chez lui contrairement à Feuerbach « l’aliénation ne renvoie plus du tout à une simple méconnaissance, à un processus de la simple conscience, mais bien à un asservissement pratique qui comporte aussi des formes d’aliénation de la conscience, mais seulement à titre corollaire »10. Ce concept constitue le pivot des Manuscrits de 1844.

15Marx consacre une douzaine de pages denses au concept de travail aliéné :

« Le produit du travail est le travail qui s’est fixé dans un objet, qui s’est fait chose […] La réalisation du travail est son objectivation. Cette réalisation du travail apparaît, dans la situation de l’économie nationale, comme déréalisation du travailleur, l’objectivation [apparaît] comme perte de l’objet et asservissement à l’objet, l’appropriation [apparaît] comme aliénation, comme perte de l’expression » (p. 118).

16Aliénation globale qui voit le travailleur tout à la fois dessaisi de l’objet, du produit de son travail et lui être asservi comme par un objet étranger (aliénation de la chose), son activité de travail s’avérer « tournée contre lui-même, indépendante de lui, ne lui appartenant pas » (aliénation de soi), l’activité vitale empêchée de se déployer à travers de libres rapports à la nature et aux autres hommes (aliénation de sa vie générique). L’activité humaine se retourne contre elle-même, travaillant, l’homme travaille à la dépossession de lui-même, à son asservissement par la « puissance autonome » et hostile de l’objet.

  • 11 M. Hess, L’essence de l’argent, texte reproduit en appendice par É. de Fontenay dans Les figures ju (...)

17S’inspirant de l’article de M. Hess, L’essence de l’argent11, Marx considère que l’aliénation trouve sa figure par excellence dans « l’argent, qui apparaît comme moyen, [alors qu’il] est la vraie puissance et l’unique but », puissance qui renverse, inverse toutes choses, l’argent est « l’essence générique de l’homme aliénée » ; tout ce dont l’homme se voit dépouillé se trouve dans l’argent :

« Il est la capacité de l’humanité qui a perdu son expression » (p. 185 et 196).

18Le concept d’aliénation, étant donné notre objet, ne nous intéresse pas ici en lui-même, mais seulement dans la mesure où il fixe le rapport critique de Marx à l’économie politique en 1844. À partir du concept de travail aliéné Marx estime être à même de rendre raison de l’ensemble des phénomènes dont les économistes étaient incapables de « concevoir l’enchaînement essentiel ». Ceci, parce qu’au lieu de faire, comme eux, de la propriété privée un présupposé non questionné, il pense avoir montré que « La propriété privée est […] le produit, le résultat, la conséquence nécessaire du travail ayant perdu son expression, du rapport extérieur du travailleur à la nature et à lui-même » (p. 126). En partant du concept de travail aliéné et de celui de propriété privée, « toutes les catégories de l’économie nationale peuvent être déployées » (p. 127). Ainsi voit-on que, « la division du travail est l’expression de l’économie nationale pour dire le caractère social du travail à l’intérieur de l’aliénation » (p. 188).

19Marx souligne que « si la propriété privée apparaît comme le fondement et comme la cause » du travail aliéné, « elle est en réalité bien plutôt une conséquence de ce dernier » même si « ce rapport se renverse ultérieurement en action réciproque ». L’économie politique ignore, « dissimule », l’aliénation parce « qu’elle ne prend pas en considération le rapport immédiat entre le travailleur (le travail) et la production » (p. 119), en d’autres termes parce qu’elle se contente d’adopter le point de vue du capitaliste préoccupé par le seul essor de la richesse, l’ordre existant borne son horizon. À l’inverse l’analyse du travail aliéné conduit à envisager la nécessité de son dépassement dans le communisme où « L’homme s’approprie son être omnilatéral d’une manière omnilatérale, et donc comme homme total » (p. 149), à montrer la nécessité d’un ordre social où l’homme à travers le travail affirmera, développera son essence générique.

20L’analyse du travail aliéné permet selon Marx de comprendre la réalité économique et sociale moderne, i.e. d’expliquer l’ensemble du mouvement de la propriété privée, sa réalité sociale (cupidité, séparation entre le travail, le capital et la propriété foncière, entre le monopole et la concurrence…). Plus, selon Marx, « La religion, la famille, l’État, le droit, la morale, la science, l’art, etc., sont seulement des modes particuliers de la production et ils tombent sous sa loi universelle. […] L’aliénation religieuse en tant que telle n’apparaît que sur le terrain de la conscience, de l’intériorité humaine, tandis que l’aliénation économique est celle de la vie réelle, - aussi sa suppression englobe-t-elle les deux côtés » (p. 146). Globalement, Marx applique à l’économie (où règne la propriété privée) l’analyse de l’aliénation développée par Feuerbach à propos de la religion, mais l’aliénation religieuse se trouve maintenant située en position seconde. « La vie réelle », l’activité économique se voient reconnaître un rôle englobant, déterminant au sein du tout social, celle-là joue un rôle structurant pour les différentes sphères de l’existence sociale, qu’il s’agisse des institutions (l’État, la famille) ou de l’univers de la culture. Ainsi, avec la suppression « positive » de la propriété privée disparaîtront selon Marx les diverses formes de l’aliénation humaine.

  • 12 « la vie humaine avait besoin de la propriété privée pour sa réalisation […] elle a maintenant beso (...)

21Mais comment s’explique l’aliénation, le travail aliéné ? Force est de constater que la réponse de Marx paraît quelque peu fuyante : « nous avons déjà beaucoup fait lorsque nous avons transformé la question portant sur l’origine de la propriété privée en la question qui porte sur le rapport entre le travail qui a perdu son expression et le cours du développement de l’humanité. En effet lorsqu’on parle de propriété privée, on croit avoir affaire à une chose extérieure à l’homme. Lorsqu’on parle du travail, alors on a immédiatement affaire à l’homme. Cette nouvelle manière de poser le problème y inclut déjà sa solution » (p. 128). Autrement dit pour éclairer la réalité sociale il faut partir de l’homme, de l’essence humaine, alors que l’économie politique ne connaît que des choses et des abstractions. L’aliénation du travail est inhérente au déploiement de la réalité humaine, elle constitue une étape, un moment nécessaire du développement de l’humanité12, de même que l’aliénation religieuse chez Feuerbach.

  • 13 K. Marx, « Notes de lecture », Œuvres. Économie II, Paris, Pléiade, 1979, p. 29.
  • 14 Dans les Notes de lecture, la propriété apparaît comme la base de l’aliénation : « En supposant la (...)

22Nous l’avons vu plus haut, Marx affirme nettement que la propriété privée est « le produit, le résultat » du travail aliéné. Or à considérer l’ensemble des Manuscrits (et les notes de lecture contemporaines), les choses sont beaucoup moins claires, propriété privée et travail aliéné peuvent apparaître comme deux dimensions d’une même réalité : « La propriété privée matérielle, immédiatement sensible est l’expression matérielle sensible de la vie humaine aliénée » (p. 146). Il semble que dans le cours de l’histoire humaine ce soit (avec le dépassement de l’état sauvage13) la division du travail qui engendre le travail aliéné : « la division du travail n’est également rien d’autre que le fait de poser sous forme aliénée, comme expression perdue l’activité humaine en tant qu’activité générique réelle ou en tant qu’activité de l’homme comme être générique » (p. 188). En passant d’une activité globale dans son rapport à la nature, aux autres hommes, à une activité partielle, spécialisée à travers la division du travail, l’homme se voit séparé, privé, dépossédé d’une bonne part de la réalité, de son être générique. Or « la division du travail et l’échange reposent sur la propriété privée […] sont des figures de la propriété privée » (p. 193). Propriété privée et division du travail semblent ainsi cette fois au principe du travail aliéné, plus, la division du travail repose sur la propriété privée. Enfin Marx envisage le communisme accompli en tant que, « La suppression positive de la propriété privée, en tant qu’appropriation de la vie humaine, est par suite la suppression positive de toute aliénation, et donc le retour de l’homme […] dans son existence humaine, c’est-à-dire sociale » (p. 146). Ici également la propriété privée apparaît comme la base de l’aliénation, la suppression de la première induisant celle de la seconde14. La propriété privée, cause ou conséquence ? Ainsi cette première critique de l’économie politique entreprise par Marx dans les Manuscrits de 1844 débouche sur ce qui ressemble fort à une aporie.

  • 15 Ibid., p. 10, 16.
  • 16 F. Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique, éd. cit., p. 72-73 ; « La valeur abstra (...)

23Envisageant le discours des économistes tel qu’il se donne immédiatement, avec ses présupposés, « sa langue et ses lois », Marx dénonce sa pertinence quant à l’appréhension de la réalité. S’agissant de la démarche de l’économie politique, Marx lui reproche (dans ses Notes de lecture) d’inverser les choses, de considérer « la réalité comme accidentelle et l’abstraction comme réelle », de négliger le « mouvement réel », i.e. les fluctuations de l’offre et de la demande, au profit de lois abstraites15. Attribuant un rôle déterminant à la concurrence Marx fait sien le jugement d’Engels pour qui « en définitive tout se ramène à la concurrence aussi longtemps qu’existe la propriété privée », mais également ses remarques critiques concernant l’abstraction et la notion de valeur chez les économistes16.

  • 17 J. Rancière, « Le concept de critique et la critique de l’économie politique des Manuscrits de 1844(...)

24Marx toutefois enregistre un progrès au sein de l’économie politique : après les mercantilistes « adorateurs de fétiches » qui réduisent la richesse à l’argent viennent les physiocrates chez qui, à travers leurs développements contradictoires, « l’essence subjective de la richesse est déjà déplacée dans le travail » (p. 141), mais c’est avec Smith et Ricardo que le travail est reconnu « comme l’unique essence de la richesse », de plus à travers leurs discours contradictoires les économistes laissent entrevoir les contradictions du système économique. Ainsi Marx souligne-t-il, que « Ce fut également un progrès important et conséquent de la récente économie nationale anglaise que de mettre au jour et de placer en même temps dans la plus complète clarté – comme elle le fit, elle qui élève le travail au rang de principe unique de l’économie nationale – le fait que le salaire du travail et les intérêts du capital se tiennent dans un rapport inversement proportionnel, et que le capitaliste – en règle générale – ne peut gagner qu’en pressant le salaire du travail vers le bas, et réciproquement » (p. 132). En dépit de ces aspects positifs, dont chez Ricardo l’abandon de tout enjolivement des choses, Marx considère que l’économie politique adoptant le point de vue de la bourgeoisie ne fait que décrire l’aspect superficiel de la réalité au lieu d’en mettre au jour l’essence. Elle n’est à ses yeux que « le mouvement autonome de la propriété privée devenu pour soi dans la conscience, l’industrie moderne en tant que soi » (p. 139), au mieux selon le commentaire de J. Rancière une sorte de « miroir où se réfléchissent les faits économiques »17. De cette faible consistance théorique, au jugement de Marx, témoigne le fait, noté par plusieurs auteurs, que dans les Manuscrits de 1844 la notion d’économie nationale désigne à la fois la réalité et le discours dont elle est l’objet.

  • 18 Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction, éd. cit., p. 205.

25Marx ne met pas en œuvre alors une appropriation critique de l’économie politique qui conduirait à des reformulations, à des rectifications de ses catégories, voire à l’élaboration de nouveaux concepts. Il développe une récusation critique du bien-fondé de ce discours, il s’agit de changer de terrain : au lieu de la production des richesses se préoccuper de l’homme. Comme il le proclamait dans les Annales, « Être radical c’est prendre les choses à la racine. Or la racine, pour l’homme c’est l’homme lui-même »18. Les Manuscrits de 1844 opposent ainsi à l’économie politique intéressée par les seules richesses l’exigence de prendre l’homme et son état d’aliénation comme foyer de la réflexion, ils proposent une critique anthropologique, fondamentalement philosophique. Ceci bien que Marx explique de nouveau, dans le prolongement des déclarations flamboyantes sur lesquelles s’achevait l’article consacré à Hegel dans les Annales franco-allemandes, que « la solution des oppositions théoriques […] n’est aucunement une tâche de la seule connaissance, mais une tâche vitale réelle, dont la philosophie ne pouvait pas s’acquitter justement parce qu’elle la concevait comme une tâche seulement théorique » (p. 152). L’exigence étant formulée, restent à opérer les mutations nécessaires pour rompre avec les spéculations philosophiques.

26Il convient de remarquer cependant que Marx, sur certains points, dès sa première fréquentation des économistes peut faire preuve d’une singulière acuité théorique. Ainsi, il entrevoit déjà la signification complexe, la tension qui anime la doctrine physiocratique où le développement du capitalisme se voit appréhendé sous un travestissement féodal :

« La physiocratie est immédiatement la dissolution nationale-économique de la propriété féodale, mais pour cette raison tout aussi immédiatement la transformation nationale-économique, la restauration de cette même propriété féodale, sauf que sa langue n’est plus féodale et devient économique » (p. 141).

27Ce thème fera l’objet d’importants développements dans les Théories sur la plus-value. En revanche, comme le souligne F. Fischbach dans une note, si les Manuscrits parlent de « travail abstrait » (p. 83), Marx entend alors « le travail en tant qu’il est une activité qui n’exprime pas le tout de l’individu […] qu’il est une activité unilatérale » (n., p. 204), il ne s’agit nullement de la distinction conceptuelle, travail concret /travail abstrait, que Marx présentera bien plus tard dans une lettre à Engels comme l’un de ses principaux apports.

  • 19 Voir, A. Artous, Travail et émancipation sociale, Paris, Syllepse, 2003, p. 36.

28Dans les Manuscrits de 1844 Marx fait sienne alors une conception prométhéenne, romantique du travail, sous-tendue en partie par une représentation idéalisée du rapport artisanal à la nature, à la matière19. Ainsi que le souligne L. Sève le travail n’est pas appréhendé comme rapport social mais comme manifestation de soi. Avec la suppression de la propriété privée, maîtrisant son procès de travail, l’individu à travers son activité productive déploie son savoir pratique, exerce son habileté technique, exprime sa sensibilité. « L’objet du travail est ainsi l’objectivation de la vie générique de l’homme » (p. 123). En revanche, sous la domination de la propriété privée, le travail industriel propre au monde moderne apparaît « comme déréalisation du travailleur, l’objectivation [apparaît] comme perte de l’objet et asservissement à l’objet, l’appropriation [apparaît] comme aliénation, comme perte de l’expression » (p. 118). Soumis au capital le travail s’avère étranger à lui-même. Au contraire, avec le communisme comme « appropriation de la vie humaine, […] retour de l’homme dans son existence humaine, c’est-à-dire sociale » (p. 146), le travail s’affirme « comme appropriation sensible de l’essence et de la vie humaine, de l’homme objectif, de l’œuvre humaine pour et par l’homme ». À travers l’activité de travail, « L’homme s’approprie son être omnilatéral d’une manière omnilatérale, et donc comme un homme total » (p. 149). Individualité et socialité vont alors de concert, l’activité individuelle est en même temps activité générique.

  • 20 G. Jorland retrace précisément les étapes successives de l’élaboration de l’œuvre économique de Mar (...)

29C’est dans l’activité réelle, pratique, à la fois dirigée vers les autres humains et prenant pour objet la nature, que l’homme une fois dépassé le travail aliéné exprimera véritablement son essence. Ignorant toute analyse critique du travail aliéné, l’économie politique en dépit de ses prétentions scientifiques ne propose qu’une description superficielle de la société moderne. Alors qu’elle ne se préoccupe que de l’accroissement des richesses, c’est la situation effective de l’homme dans la société moderne qu’il convient de prendre pour objet. Cette première confrontation de Marx avec les économistes le conduit, en s’appuyant sur la notion de travail aliéné, à dénoncer leur perspective globalement erronée plutôt qu’à prendre note de leurs analyses effectives, de leurs apports partiels à la compréhension de la société moderne. Même si l’on y découvre quelques grands thèmes qui subiront de profondes reformulations, transformations, dans l’œuvre de la maturité, les Manuscrits de 1844 sont donc assez loin d’annoncer l’énorme travail d’appropriation critique auquel il consacrera une grande part de son existence. Entre le projet initial et Le Capital, l’entreprise marxienne va connaître plusieurs inflexions, l’ouvrage consacré au dépassement du discours de l’économie politique être envisagé selon des plans différents et conduire à la production de nombreux manuscrits, se traduire par des réécritures toujours susceptibles elles-mêmes de reprise20.

  • 21 Voir, Marx et Engels, Correspondance, t. I, Paris, Éditions sociales, 1971, p. 393.

30Les cahiers furent délaissés au bout d’environ trois mois, au profit de la rédaction avec Engels de La Sainte Famille et ensuite de L’Idéologie allemande. De plus, Marx (il est alors âgé de 26 ans) s’est peut-être rendu compte que sa connaissance des économistes était encore insuffisante. Les cahiers ne furent pas repris bien qu’il ait projeté21, dès le début de 1845, de rédiger une Critique de la politique et de l’économie politique, ouvrage qui ne vit pas le jour malgré plusieurs allusions à ce travail en suspens que l’on trouve dans la correspondance de Marx et Engels. Si l’entreprise de rédaction de La Sainte Famille fut la cause matérielle de l’abandon des manuscrits, la raison profonde de leur non utilisation ultérieure réside peut-être aussi dans l’impasse théorique sur laquelle débouchait cette première critique (le cercle travail aliéné/propriété privée). Enfin et surtout, la profonde révolution théorique opérée à travers l’écriture de L’Idéologie allemande allait invalider radicalement la démarche spéculative, anthropologique des Manuscrits, démarche qui domine aussi La Sainte famille.

31Marx va reprendre son étude des économistes une fois terminée l’écriture de cet ouvrage polémique (fin novembre 1844) et la poursuivre à Bruxelles (où il arrive le 3 février 1845) à la suite de son expulsion par le gouvernement français ; de cette période nous sont parvenus outre les cahiers où Marx recopiait de nombreux extraits des livres lus, le manuscrit incomplet et inachevé (une trentaine de pages) d’une critique de l’ouvrage de F. List, Le système national de l’économie politique. De même il profitera, semble-t-il, de son séjour en Angleterre avec Engels en juillet et août pour étudier plus avant l’économie anglaise.

  • 22 K. Marx et F. Engels, La Sainte Famille, trad. E. Cogniot, Paris, Éditions sociales, 1969.

32La Sainte Famille22 (qui paraît fin février 1845), critique pointilliste et quelque peu fastidieuse des frères Bauer et de leur cercle de jeunes hégéliens, ne consacre, mise à part sa défense de Proudhon, que des remarques limitées à l’économie politique, elles se situent dans le prolongement des Manuscrits. Ainsi Marx considère que à l’encontre de l’économie politique qui voit dans « la puissance objective du capital et de la propriété foncière » l’essentiel, Proudhon a justement « fait de l’aspect humain l’élément décisif » et rétablit « l’homme dans ses droits », même s’il ne parvient pas à rompre fondamentalement avec la logique des économistes (p. 61-62).

33Toutefois la trentaine de pages consacrées à la critique des commentaires d’E. Bauer ayant trait à Proudhon laisse entrevoir une démarche assez différente de celle des Manuscrits de 44. Confronté à la dénonciation proudhonienne de l’ordre économique existant, Marx délaissant le lyrisme plein d’assurance des Manuscrits s’efforce de saisir au plus près la logique à la fois du discours de Proudhon et de son rapport à l’économie politique.

34Il estime à ce moment de son évolution que l’ouvrage de Proudhon Qu’est-ce que la propriété ? (1840) représente, en dépit de ses limites, une première étape dans la critique de l’économie politique, c’« est un manifeste scientifique du prolétariat français » (p. 41 et 53). Le mérite essentiel de Proudhon est de s’attaquer à la base même de l’économie politique, la propriété privée : « C’est là le grand progrès scientifique qu’il a réalisé, un progrès qui révolutionne l’économie et rend pour la première fois possible une véritable science de l’économie politique » (p. 42). Ainsi Proudhon met au jour la duplicité des économistes en dévoilant la « réalité inhumaine » des rapports économiques, mais à la différence d’Engels dans l’Esquisse il ne saisit pas le salaire, le commerce, la valeur, le prix, l’argent « comme des formes de la propriété privée » (p. 42). Partant sa critique, selon Marx, ne dépasse pas « le point de vue » de l’économie politique (p. 44), elle reste prise dans son « langage », dans sa logique faute de disposer de la catégorie de travail aliéné. Somme toute il demeure prisonnier « des présuppositions de l’économie politique, la réappropriation du monde objectif lui-même reste conçue sous la forme que la possession revêt dans l’économie politique » ; aussi, Proudhon « supprime l’aliénation économique dans le cadre de l’aliénation économique » (p. 54).

35 C’est la catégorie d’aliénation qui permet d’outrepasser le discours des économistes afin de comprendre la réalité de la société moderne et saisir le « rôle historique » qui revient au prolétariat. « Dans le prolétariat, l’homme s’est en effet perdu lui-même, mais il a acquis en même temps la conscience théorique de cette perte ; […] la misère qui s’impose à lui inéluctablement - expression pratique de la nécessité -, le contraint directement à se révolter contre pareille inhumanité ; c’est pourquoi le prolétariat peut, et doit nécessairement, se libérer lui-même » (p. 47). À travers le prolétariat l’humanité prend conscience de l’inhumanité, la perte de son essence générique, imposée par la propriété privée.

36Seul le dépassement effectif de la logique de l’économie politique permet d’appréhender véritablement les contradictions que les économistes parfois soupçonnent, ou celles qui les opposent entre eux, comme inhérentes au discours, au point de vue de l’économie politique. Si son point de départ présuppose avec la propriété privée, « des rapports humains et rationnels », de fait son analyse des différents phénomènes économiques laisse bientôt apparaître les contradictions réelles. Ainsi : « Au début, la valeur semble déterminée d’une façon rationnelle par les frais de production d’une chose et par l’utilité sociale de celle-ci. Mais on s’aperçoit, par la suite, que la valeur est une détermination purement accidentelle, qui n’est pas nécessairement proportionnelle aux frais de production ni à l’utilité sociale » (p. 43). Cette dimension accidentelle résulte des oscillations de l’offre et de la demande, à l’encontre du rôle déterminant que les économistes assignent aux frais de production. Même caractère illusoire des prétendus « rapports humains et rationnels » évoqués, s’agissant du montant du salaire, « on s’aperçoit par la suite que l’ouvrier est forcé de laisser déterminer son salaire, tout comme le capitaliste est forcé de le fixer aussi bas que possible. La liberté des parties contractantes a fait place à la contrainte » (p. 43). Cette contrainte qui pèse sur tous les membres de la société moderne et règle l’ensemble des faits économiques, pour Marx comme pour Engels c’est alors la concurrence. Prétendant faire œuvre de science, ignorant la réalité, « l’humain », les économistes leur substituent des abstractions.

37Mais la pensée de Marx ne va pas sans flottements, si d’une part à la suite d’Engels (et des contradictions des économistes au sujet de la valeur) il minore fortement le rôle des frais de production dans la détermination de la valeur au profit de la concurrence, d’autre part, un peu plus loin, s’appuyant sur Smith il écrit : « En ce qui concerne la production matérielle directe […] à la question de la valeur de l’objet, on répondra essentiellement en fonction du temps de travail que coûte sa production. C’est le temps en effet qui décide si la société a, ou n’a pas le temps de se développer humainement » (p. 62). La valeur n’est plus maintenant, comme quelques pages auparavant, une grandeur incertaine. Précisons toutefois que le terme valeur n’est pas ici dépourvu d’une certaine connotation subjective puisque dans sa critique d’Edgar Bauer, Marx s’appuie sur l’ambiguïté sémantique (Geltung/Wert) dont joue celui-là dans sa traduction de Proudhon. De plus, quelques lignes après, Marx reproche à Proudhon, « critique de l’économie politique du point de vue de l’économie politique », de métamorphoser « l’importance du temps pour le travail humain en importance du temps pour le salaire, pour le travail salarié ». C’est-à-dire de rester dans l’univers de l’économie politique, d’admettre avec elle les formes aliénées de l’activité humaine, au lieu de mettre en œuvre sa critique d’un point de vue anthropologique.

38Contrairement à ce que pourrait laisser croire une lecture plus que superficielle, Marx ne reprend pas ici à son compte la théorie de la valeur-travail. Mais surtout le discours de l’économie politique se voit encore globalement délégitimé en raison de sa méconnaissance de l’aliénation du travail.

39L’idée d’aliénation reste le pivot de l’appréhension de la société capitaliste :

« La classe possédante et la classe prolétaire représentent la même aliénation humaine. Mais la première se sent à son aise dans cette aliénation ; elle y trouve une confirmation, elle reconnaît dans cette aliénation de soi sa propre puissance, et possède en elle l’apparence d’une existence humaine ; la seconde se sent anéantie dans cette aliénation, y voit son impuissance et la réalité d’une existence inhumaine » (p. 47).

40Marx oppose à la « réalité inhumaine » des rapports économiques reconnue par Proudhon (p. 44), la nécessaire abolition pratique de la propriété, du capital, de l’argent, du travail salarié, ces « résultats très pratiques, très concrets de l’aliénation de leur être ». Abolition qu’à travers la formation d’associations d’entraide où ils prennent conscience de leur force les ouvriers anglais et français commencent à envisager. Abolition nécessaire « pour que l’homme devienne homme non seulement dans la pensée, dans la conscience, mais dans l’être de masse, dans la vie » (p. 66). Marx ne montre pas l’inadéquation ou l’insuffisance théorique des concepts des économistes, il oppose à ces derniers la réalité des conditions d’existence de la grande masse des individus. Le discours de l’économie politique, comme celui des jeunes hégéliens, se voit récusé au nom de l’homme réel, des exigences véritables de sa nature, de son essence générique.

Notes

1 Voir, A. Cornu, Karl Marx et Friedrich Engels, Paris, PUF, t. II, 1958 ; P. Lascoumes et H. Zander, Marx du “vol de bois” à la critique du droit, Paris, PUF, 1984 ; E. Kouvelakis, Philosophie et révolution de Kant à Marx, Paris, PUF, 2003.

2 K. Marx, « Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction » in Critique du droit politique hégélien, trad. A. Baraquin, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 201-202. Sauf indication contraire, les termes soulignés dans les citations le sont toujours par Marx lui-même.

3 Ibid., p. 203.

4 Ibid., p. 204 et 212.

5 F. Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique, trad. H. A. Baatsch, Paris, Aubier Montaigne, 1974, p. 95, 79. Voir J.-M. Vincent, « Engels, précurseur de Marx », in Un autre Marx, Lausanne, Page deux, 2001.

6 K. Marx, Manuscrits économico-philosophiques de 1844, introduit, traduit et annoté par F. Fischbach, Paris, Vrin, 2007, p. 7.

7 L’ouvrage dirigé par É. Renault, Lire les Manuscrits de 1844, Paris, PUF, 2008, propose des études fouillées sur la démarche philosophique de Marx dans ces textes.

8 Pour les citations de Marx, l’édition utilisée ayant été précisée en note, nous donnons simplement à la suite du texte l’indication de la page.

9 Manuscrits…, p. 118 à 129. Sur le concept d’aliénation et son devenir dans l’œuvre de Marx voir la présentation de F. Fischbach, et surtout l’important ouvrage de L. Sève, Aliénation et émancipation, Paris, La Dispute, 2012.

10 L. Sève, op. cit., p. 98.

11 M. Hess, L’essence de l’argent, texte reproduit en appendice par É. de Fontenay dans Les figures juives de Marx, Paris, Galilée, 1973. Hess y mobilise la conception feuerbachienne de l’aliénation : « Ce que Dieu est à la vie théorique, l’argent l’est à la vie pratique, dans ce monde à l’envers : le pouvoir aliéné des hommes, leur activité vitale mise à l’encan. », p. 124.

12 « la vie humaine avait besoin de la propriété privée pour sa réalisation […] elle a maintenant besoin de la suppression de la propriété privée. », p. 193.

13 K. Marx, « Notes de lecture », Œuvres. Économie II, Paris, Pléiade, 1979, p. 29.

14 Dans les Notes de lecture, la propriété apparaît comme la base de l’aliénation : « En supposant la propriété privée, le travail est aliénation de la vie, car je travaille pour vivre, pour me procurer un moyen de vivre. Mon travail n’est pas ma vie », ibid., p. 34.

15 Ibid., p. 10, 16.

16 F. Engels, Esquisse d’une critique de l’économie politique, éd. cit., p. 72-73 ; « La valeur abstraite et sa détermination par les frais de production ne sont en effet que des abstractions, des monstruosités. », p. 54-55.

17 J. Rancière, « Le concept de critique et la critique de l’économie politique des Manuscrits de 1844 au Capital », in Lire le Capital, Paris, F. Maspero, 1965, t. I., p. 104.

18 Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel. Introduction, éd. cit., p. 205.

19 Voir, A. Artous, Travail et émancipation sociale, Paris, Syllepse, 2003, p. 36.

20 G. Jorland retrace précisément les étapes successives de l’élaboration de l’œuvre économique de Marx dans, Les paradoxes du capital, Paris, O. Jacob, 1995, p. 17 à 27.

21 Voir, Marx et Engels, Correspondance, t. I, Paris, Éditions sociales, 1971, p. 393.

22 K. Marx et F. Engels, La Sainte Famille, trad. E. Cogniot, Paris, Éditions sociales, 1969.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search