Version classiqueVersion mobile

Marx : la formation du concept de force du travail

 | 
Claude Morilhat

II. L’économie orthodoxe contestée

Texte intégral

  • 1 J.-C.-L. Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique, [1819], Paris, Calmann-Lévy, 1971, p. 4 (...)
  • 2 Ibid., p. 267.

1Initialement adepte de la doctrine économique libérale, J.-C.-L Sismondi confronté aux crises commerciales et aux « souffrances cruelles des ouvriers des manufactures », sans renier son admiration pour A. Smith, va être conduit à « mettre en doute des principes qu’on regardait comme arrêtés », à attaquer « l’orthodoxie »1. À ses grands prédécesseurs il reproche de s’intéresser presque exclusivement à la seule accumulation du capital, à la croissance des richesses sans guère se préoccuper de leur juste répartition entre toutes les classes ; à l’encontre de l’enrichissement de quelques-uns, l’augmentation du bonheur, des « jouissances » de tous justifie seule, à ses yeux, les maux qu’entraîne leur production. Il dénonce la loi des débouchés adoptée par Say et Ricardo et à l’inverse souligne le rôle de la trop grande accumulation des capitaux dans le déclenchement des crises2.

  • 3 Ibid., p. 106.

2Le diagnostic global de Sismondi se révèle sévère : « Ainsi le progrès de l’industrie, le progrès de la production comparée avec la population, tend à augmenter l’inégalité parmi les hommes. Plus une nation est avancée dans les arts, dans les manufactures, et plus est grande la disproportion entre le sort de ceux qui travaillent et celui de ceux qui jouissent ; plus les uns ont de peine, plus les autres étalent de luxe, à moins que, par des institutions qui semblent contraires au but purement économique de l’accroissement des richesses, l’État ne corrige leur distribution et n’assure une plus grande part dans les jouissances à ceux qui créent tous les moyens de jouissance »3. L’accumulation s’impose comme fin en elle-même, ignorante des débouchés effectifs elle prépare les catastrophes à venir.

3Aussi insiste-t-il sur l’importance des proportions nécessaires entre production, consommation et population. Considérant, contrairement à l’axiome libéral, que la libre concurrence ne suffit pas à faire coïncider l’intérêt privé et l’intérêt public, Sismondi explique qu’il revient au gouvernement de contribuer au maintien des proportions dans la production et la distribution, de « régulariser » les mouvements de la machine économique afin d’éviter les crises de surproduction et le cortège de souffrances qu’elles engendrent.

  • 4 Ibid., p. 118.
  • 5 Ibid., p. 89.
  • 6 Ibid., p. 111. Marx dira de même, « une marchandise semble une chose tout ordinaire qui se comprend (...)

4Selon Sismondi le travail a « créé trois sources permanentes de richesses dans la société », ces trois sources sont : la terre avec sa force spontanée, le capital et « la vie qui donne la puissance de travailler »4. Il déclare hautement : « Nous professons, avec Adam Smith, que le travail est la seule origine de la richesse, que l’économie est le seul moyen de l’accumuler ; mais nous ajoutons que la jouissance est le seul but de cette accumulation, et qu’il n’y a accroissement de la richesse nationale que quand il y a aussi accroissement des jouissances nationales »5. N’est richesse pour l’auteur des Nouveaux principes que la chose qui répond à trois conditions : il faut qu’elle ait « reçu sa valeur d’un travail médiat ou immédiat », qu’elle soit utile, satisfasse un désir, mais encore qu’elle puisse s’accumuler. Aussi, tous les biens matériels ne sont pas des richesses mais celles-ci ne comprennent que des biens matériels, pour Sismondi le travail qui ne se matérialise pas dans un produit (i.e. un service) et ne peut s’accumuler, est un travail improductif même s’il s’avère très utile ou s’il procure des jouissances. Les rapports entre valeur d’usage et valeur d’échange demeurent chez lui assez indécis, même si à propos de la valeur se métamorphosant dans le corps de différents biens il déclare, « elle demeurait comme une quantité métaphysique et insubstantielle […] elle revêtait seulement des formes différentes »6. Il soupçonne ainsi que lui échappe en partie le rôle déterminant de la valeur d’échange dans les sociétés capitalistes, mais il ne va pas plus loin, son appréhension de l’économie capitaliste reste largement déterminée, lestée, par la concrétude trompeuse de sa conception de la notion de richesse.

  • 7 Ibid., p. 119 ; (les italiques sont de notre fait, C. M.).
  • 8 Ibid., p. 275 et 276.

5Sa rupture avec la doctrine libérale conduit Sismondi à une appréhension originale des rapports entre « la faculté de travail et le capital qui le salarie » : « Lorsque ces deux puissances sont réunies, elles possèdent en commun une force expansive, et le travail, que l’ouvrier fera dans l’année, vaudra toujours plus que le travail de l’année précédente, avec lequel cet ouvrier s’entretiendra. C’est à cause de cette mieux-value, qui est d’autant plus grande que les arts, ou les sciences dans leur application aux arts, ont fait plus de progrès, que l’industrie procure un accroissement constant de richesses. […] Il en est résulté un partage plus ou moins inégal entre le capitaliste et l’ouvrier, partage dans lequel le capitaliste s’efforce de ne laisser à l’ouvrier que justement ce qu’il lui faut pour maintenir sa vie, et se réserve à lui-même tout ce que l’ouvrier a produit par-delà de cette vie. L’ouvrier, de son côté, lutte pour conserver une part un peu plus considérable dans le travail qu’il a accompli »7. Aucune équivoque pour le critique de l’économie orthodoxe, c’est le travail qui crée les richesses mais il ne lui en revient que la moindre part. De ce rapport inégalitaire, saisi au niveau de la distribution des revenus, Sismondi, à la suite de Smith, en situe le fondement dans la situation de dépendance économique où se trouve l’ouvrier vis-à-vis du propriétaire du capital, domination encore renforcée par des lois partisanes. Par ailleurs viennent favoriser la baisse des salaires, le travail des enfants et la taxe pour les pauvres, les employeurs profitant de celle-ci pour diminuer d’autant les rémunérations des ouvriers8.

  • 9 Ibid., p. 112, 126.

6Malgré la différence énorme entre une notion évoquée en passant et un concept explicitement analysé, construit, qui joue un rôle crucial au sein d’une théorie développée, il est difficile de ne pas rapprocher la « mieux-value » de Sismondi et la plus-value de Marx. Remarquons aussi que Sismondi a saisi l’importance du progrès technique dans l’augmentation de cette « mieux-value ». Bien sûr la notion de « mieux-value » ne fait chez lui l’objet d’aucune élaboration consistante, d’aucune articulation avec celles de rente et de profit. Enfin ses remarques sur le revenu des classes laborieuses, sur l’appropriation par les capitalistes des richesses engendrées par le travail ne le conduisent nullement à mettre en question la trinité des revenus « sous les noms de rente, profit et salaire, comme provenant de trois sources différentes, la terre, le capital accumulé et le travail ». Bien qu’évoquant « la puissance de travailler », « la faculté de travail » il continue comme les autres économistes à envisager le salaire comme le prix du travail, à considérer de même que ses collègues orthodoxes, avec le sens commun, que l’ouvrier vend son travail9.

  • 10 Ibid., p. 112, 290, 291.

7Sa prise de distance vis-à-vis du discours économique dominant l’engage seulement à dénoncer l’exploitation excessive, « la dépendance des ouvriers et l’état de misère de ceux qui créent la richesse », à insister sur le devoir du gouvernement de veiller au bon fonctionnement des rouages économiques, de parer à une marche économique précipitée et par là cause de souffrances. Le tout accompagné de l’inévitable moralisme dont la pensée économique n’a jamais été avare10.

8Les premières critiques virulentes de l’économie politique classique seront l’œuvre de penseurs qui veulent opposer au point de vue du capital celui du travail, ils sont généralement regroupés, plutôt à tort, sous l’étiquette de « socialistes ricardiens ». En effet s’ils s’appuient sur l’opposition entre profit et salaire thématisée par Ricardo, le fondement de leurs critiques réside dans l’opposition smithienne entre l’état primitif où le travail seul jouant un rôle déterminant dans la production des richesses le travailleur bénéficiait de son produit entier, et les sociétés modernes. S’agissant de la critique des économistes, les deux auteurs qui ont eu le plus d’influence sur le mouvement ouvrier anglais au milieu du XIXe siècle sont Thomas Hodgskin (1787-1869) et William Thompson (1775-1833).

  • 11 Lettre du 20-4-1820 à Francis Place, in É. Halévy, Thomas Hodgskin (1787-1869), Paris, SNLE, 1903, (...)

9Hodgskin récuse les opinions de Ricardo « parce qu’elles tendent à justifier la situation politique actuelle de la société et à mettre des limites à nos espérances de progrès futur », il juge son livre « vide de faits […] il repose tout entier sur des définitions arbitraires et des postulats étranges »11, il réclame un retour à A. Smith. La conception duelle de celui-ci quant à la valeur (travail incorporé aux débuts de la société/travail commandé dès qu’intervient un capital), constituera le ressort sous-jacent de l’ensemble de ses développements, sa critique de la société existante repose sur l’opposition fondamentale entre un ordre social conforme aux lois naturelles où l’ouvrier s’appropriait l’intégralité du produit de son travail et l’état de civilisation vicié par les réglementations sociales.

  • 12 Défense du travail contre les prétentions du capital ou l’improductivité du capital prouvée en réfé (...)
  • 13 Ibid., p. 103.
  • 14 Ibid., p. 102.
  • 15 Ibid., p. 124.
  • 16 Ibid., p. 139.

10Son premier ouvrage s’intitule, Labour defended against the claims of capital ; or the improductiveness of capital proved. With reference to the present combinations amongst journeymen, (1825)12. Le caractère partisan de la brochure se trouve clairement revendiqué dans l’énoncé de son titre. De plus, le texte vient encore préciser la nature de la conjoncture sociale et politique qui suscite, qui impose cette Défense du travail : « à présent, alors que la pratique [du capital] provoque la résistance, nous sommes tenus, si cela est possible, de ruiner la théorie qui la fonde »13. L’abrogation en 1824 des Combination Acts, textes qui interdisaient les coalitions ouvrières, s’est traduite tant par un développement des luttes des travailleurs que par une offensive de la bourgeoisie au niveau du Parlement pour faire échec à leurs demandes d’augmentation des salaires et s’opposer à la mise en cause de sa domination. C’est parce que se développe alors une résistance ouvrière qu’il devient possible et impératif selon Hodgskin, d’étayer théoriquement cette résistance en étant audible, de dénoncer « un corps législatif composé exclusivement de capitalistes et de propriétaires fonciers qui ne représentent aucun intérêt si ce n’est le leur »14, de récuser surtout « les doctrines de l’économie politique », étant entendu que si « les capitalistes peuvent bien trouver du charme à une science qui justifie leurs prétentions et les propose à notre admiration comme ceux par qui il sera possible de civiliser et de faire progresser le monde »15, cette science s’oppose directement à l’intérêt des travailleurs. Il s’agit donc, pour Hodgskin, à l’encontre du sens commun des économistes, de montrer « que ces nombreux avantages qui profitent à la civilisation, ces vastes améliorations de la condition de la race humaine, qui ont été en général attribuées au capital, ont en fait leur cause dans le travail, la connaissance et l’habileté qui informent et dirigent le travail »16.

  • 17 Ibid., p. 104.

11Puisque l’économie politique (avec Ricardo) a établi que « les salaires varient en proportion inverse des profits, [… que] ce sont par conséquent les profits, ou la part prise par le capitaliste sur le produit national, qui s’opposent aux salaires, ou part du travailleur »17, le bien-fondé des revendications ouvrières ne peut être établi qu’en montrant que les prétentions du capital n’ont aucune légitimité. Étant donné que les économistes justifient le profit (« cette énorme part de tout le produit du pays ») par le rôle fondamental de l’accumulation du capital quant à la production des marchandises, l’auteur de Défense du travail va s’efforcer de montrer que le capital en lui-même n’est rien (« une sorte de nom cabalistique »), qu’il est réductible au travail.

  • 18 Ibid., p. 111 et 112.

12Pour ce faire, il part de la distinction entre capital fixe et capital circulant, ce dernier étant assimilé aux produits (nourriture et vêtements) consommés par les travailleurs. Alors que l’économie politique argue de la nécessaire accumulation préalable de ce capital circulant pour que puisse se dérouler le procès de production, Hodgskin se propose de démontrer que le prétendu capital circulant n’est en réalité que du « travail coexistant ». Pour rendre les choses plus compréhensibles il expose de façon concrète la dépendance entre les divers métiers, ainsi par exemple, pendant que le tisserand travaille sur son métier le boulanger cuit le pain qu’il viendra lui acheter, dans le même temps le meunier prépare la farine dont le boulanger aura ultérieurement besoin, l’agriculteur sème le blé tandis que le forgeron lui prépare sa nouvelle charrue, etc. Hodgskin peut ainsi conclure : « chaque sorte de travailleur ne cesse à tout moment de dépendre pour ses provisions du travail coexistant de quelques autres travailleurs » (souligné par C.M.). Là où les économistes évoquent le rôle déterminant du capital, Hodgskin ne voit que l’interdépendance généralisée des travailleurs à travers l’échange des produits de leurs différents travaux : « C’est le travail qui produit toute les marchandises au fur et à mesure des besoins, et la seule chose dont on puisse dire qu’elle est en réserve ou qu’elle est préparée d’avance, c’est l’habileté du travailleur »18. Le capital circulant se trouve ainsi réduit au travail mis en œuvre, simultanément, parallèlement par les différents corps de métiers.

  • 19 Ibid., p. 115 et 116.

13Reste bien sûr l’existence du capital fixe (outils, machines, bâtiments), Hodgskin ne nie pas que « par l’utilisation de ces instruments, l’homme augmente merveilleusement son pouvoir ». Il pose alors la question : « qu’est-ce qui produit machines et instruments, dans quelle proportion contribuent-ils à la production indépendamment du travailleur de telle sorte que leurs propriétaires aient des droits sur ce qui est de loin la majeure partie du produit total du pays ? ». Les défenseurs du profit invoquent la nécessité d’un stock de machines et d’instruments produits par un travail antérieur, argument qui suscite la même critique de la part d’Hodgskin : « la fabrication d’instruments et d’outils est tout aussi ininterrompue que la fabrication de nourriture et de vêtements ». Ces instruments sont le produit du travail, d’autre part ils ne sont que « de la matière inerte, putréfiée, morte, dépourvue de toute utilité, de tout pouvoir productif, sauf lorsqu’ils sont conduits, dirigés et mis en exercice par des mains habiles ». Si le travail n’utilise pas ces instruments, non seulement ils ne produisent rien mais ils se détériorent, leur valeur diminue. Sa valorisation du travail vivant afin de ruiner les exigences du capital et le discours économique qui les justifie, s’accompagne d’une méconnaissance radicale du rôle des conditions objectives quant au déroulement de l’activité de production elle-même. Aussi peut-il conclure que « L’utilité du capital fixe ne provient pas du travail antérieur, mais du travail présent ; et il ne rapporte pas un profit à son propriétaire parce qu’il a été stocké, mais parce que c’est un moyen d’obtenir un commandement sur le travail »19.

  • 20 Ibid., p. 123.

14Envisagé comme objet de consommation de l’ouvrier ou comme objet destiné à faciliter le travail, le capital ne produit rien, c’est parce que le capitaliste dispose avec le capital d’« un pouvoir sur le travail du travailleur », d’« un commandement sur le travail » qu’il peut s’approprier une grande part du produit. Le profit, loin d’être la juste rétribution du capital n’existe qu’en raison de la domination, de l’asservissement des travailleurs par le pouvoir des capitalistes ; à l’aristocratie féodale a succédé l’aristocratie « fondée sur l’argent et nourrie par le profit ». Le capitaliste s’est insinué, imposé peu à peu comme « intermédiaire entre les travailleurs » : « Entre celui qui produit de la nourriture et celui qui produit des vêtements, entre celui qui fabrique des instruments et celui qui les utilise, s’interpose le capitaliste qui ne les fabrique ni ne les emploie et s’approprie le produit des uns et des autres »20. Le capital ne consiste pas dans un ensemble de choses (les denrées de consommation, les instruments de production) il se confond avec les rapports de domination qui pèsent sur le travail.

  • 21 Ibid., p. 128.

15Telle est la ligne de force de la critique développée par Hodgskin, de sa dénonciation de l’usurpation constituée par le profit qui le conduit à considérer, et c’est là sa thèse centrale, « que le produit tout entier du travail devrait appartenir au travailleur »21.

  • 22 Ibid., p. 136, (souligné par C.M.).

16« Il y a d’un côté le travailleur, de l’autre le capitaliste », l’antagonisme étant reconnu, le bien-fondé et l’utilité des coalitions ouvrières pour obtenir une augmentation des salaires se trouvent établis. Mais c’est à travers l’appropriation en cours des différents savoirs par les travailleurs (grâce aux instituts ouvriers), que Hodgskin envisage le futur renversement de l’ordre établi : « Il doit être bien aveugle, l’homme politique qui ne voit pas en ceci les symptômes d’un changement dans la structure sociale plus important qu’il n’y en eût jamais. Ce n’est pas la violence qui effectuera ce changement et la force ne pourra le contrecarrer. Aucune Sainte-Alliance ne peut abattre la tranquille insurrection par laquelle la connaissance renversera tout ce qui n’est pas fondé sur la justice et la vérité »22. La diffusion du savoir dans le peuple, le développement de la juste compréhension du fonctionnement de la société existante de la part des travailleurs, la prise de conscience du vol dont ils sont victimes conduiront à la subversion de l’ordre établi.

  • 23 Ibid., p. 131.

17Prolongeant l’esprit des Lumières, la perspective illusoire esquissée par Hodgskin renvoie, pour une grande part, aux limites de son appréhension du mode de production capitaliste envisagé non pas à travers les grandes entreprises qui se développent alors en Angleterre, mais compte tenu du poids à l’époque encore important de l’artisanat, comme association de producteurs indépendants, le système économique regroupant des petits patrons qui emploient quelques compagnons : « Il est évident que les maîtres sont des travailleurs tout autant que leurs journaliers. Dans cette optique, leur intérêt est précisément le même que celui de leurs hommes. Mais ils sont aussi des capitalistes, ou les agents du capitalisme, et à cet égard leur intérêt est radicalement opposé à l’intérêt de leurs ouvriers »23. Il s’agit donc de modifier l’équilibre entre eux en s’appuyant sur la double nature des maîtres.

  • 24 Cette édition a fait l’objet d’une reproduction par « ULAN Press », 268 p., (sans l. ni d.), à laqu (...)

18Le second ouvrage, Popular political economy : four lectures delivered at the London Mechanics’ Institution (1827)24, est issu d’un cours donné par Hodgskin dans le cadre de cette association qui se proposait de contribuer à « l’amélioration de l’éducation des classes laborieuses », et par là à terme dans l’esprit d’Hodgskin de provoquer la réforme du système social.

19Ce texte est approximativement cinq fois plus long que la brochure de 1825, Hodgskin y reprend ses thèses antérieures : la réduction du capital fixe et circulant au travail combiné, composé, d’un grand nombre d’individus, l’opposition radicale du travail et du capital, l’illégitimité du profit. À l’encontre de Malthus qui faisait de l’accroissement immodéré de la population la cause de la pauvreté du peuple, Hodgskin y voit le ressort du progrès, avec l’essor de la population s’accroissent les besoins et la division du travail qui vont susciter le développement des connaissances et donc le développement économique.

  • 25 Ibid., p. 19.
  • 26 Ibid., p. 51.
  • 27 Ibid., p. 241.
  • 28 Ibid., p. 238.

20Faisant référence à A. Smith, Hodgskin rappelle que « toute richesse est créée par le travail, et qu’il n’est nulle richesse qui ne soit le produit du travail »25, la terre fournissant simplement la matière de nos productions. Tout travail, qu’il s’agisse de travail intellectuel ou manuel est dit productif s’il procure la subsistance à celui qui l’exerce. Mais le capital ne respecte pas ce principe naturel, il permet à l’ouvrier de travailler non seulement si son labeur remplace ce qu’il use et ce qu’il consomme pour sa subsistance, mais de plus « donne aussi un profit au capitaliste en rapport avec tout le capital qu’il utilise ou qu’il emploie pendant l’activité de production »26. Pour le capitaliste le seul travail productif est celui qui rapporte un profit. Empruntant là encore à Smith, Hodgskin précise que « la seule et simple circonstance qui donne à quelque fraction du produit du travail la détermination (relation) comprise sous le terme Capital, est, qu’elle se trouve mise en œuvre, employée, consommée, non pas afin de procurer quelque jouissance à ses propriétaires […] mais en vue d’un profit ultérieur »27. Le capital n’a pas pour fin la production de biens utiles mais n’est mû que par la quête du profit. En soulignant avec force la réalité sociale (domination, commandement) du capital, Hodgskin s’écarte ainsi de la plupart des économistes qui appréhendent trivialement le capital comme un ensemble de produits physiques (denrées, machines). À l’encontre des chantres des bienfaits de l’accumulation du capital, il considère que le capital entrave le progrès des richesses dans la mesure où il n’emploie les travailleurs que s’ils produisent au-delà de leur subsistance un profit, ce qui s’oppose à ses yeux aux lois naturelles qui règlent la production28.

  • 29 Ibid., p. 185.
  • 30 Ibid., p. 220.

21D’une part il reprend la théorie de la valeur-travail : « Comme toutes les marchandises sont exclusivement le produit du travail, il n’y a d’autre règle, et il ne peut y avoir d’autre règle, pour déterminer leurs valeurs relatives que la quantité de travail requise pour produire chacune d’entre elles »29. Mais au prix naturel déterminé uniquement par le travail nécessaire s’oppose ce qu’Hodgskin appelle le prix social : « c’est le prix naturel rehaussé par les régulations sociales. Quelle que soit la quantité de travail nécessaire pour produire une marchandise, le travailleur doit toujours dans l’état social actuel, donner une plus grande quantité de travail pour l’acquérir et la posséder qu’il n’est requis pour l’acheter de la nature. Le prix naturel ainsi accru pour le travailleur, c’est le PRIX SOCIAL »30. Qu’une large part de son produit échappe au travailleur cela est dû selon Hodgskin aux lois, aux réglementations sociales qui prétendent régler le commerce, qui entravent le trafic et l’industrie. En raison des restrictions et des exactions qui affectent les lois naturelles, le travailleur ne bénéficie plus de leur bienfaisance.

  • 31 Ceci parce qu’il n’a pas compris que Ricardo substituait une théorie cohérente de la valeur à l’app (...)

22Mais le procès de l’économie politique ne va pas sans contradictions. Que l’auteur de la Défense du travail et de l’Économie politique populaire dénonce l’appropriation d’une part du produit du travail par le capital, i.e. un prélèvement, mais que par ailleurs pour expliquer le « prix social », il fasse du profit un ajout au prix naturel (correspondant au travail dépensé) ne contribue guère à la clarté de ses développements ; ainsi la même notion de travail renvoie dans un cas à la quantité totale du travail fournie par l’ouvrier, dans l’autre à la fraction qui correspond à son salaire31. Cette confusion règne chez les économistes orthodoxes comme chez leurs critiques à travers la notion de « prix du travail ».

23Toutefois, plus globalement, ce deuxième ouvrage permet de comprendre qu’en dépit de la dénonciation de la domination et de l’exploitation dont sont victimes les travailleurs, de l’insistance sur l’antagonisme entre ouvriers et capitalistes, les analyses de Hodgskin ne débouchent sur aucune proposition de réorganisation sociale (fût-elle irréaliste) ; dans la Défense déjà il se bornait à juger « que le produit tout entier du travail devrait appartenir au travailleur » sans donner la moindre indication sur les moyens de faire advenir cet ordre économique conforme aux lois naturelles, aux « principes de la justice ». La diffusion des connaissances au sein du peuple étant censée constituer le ressort de la future transformation sociale, aux prétentions du capital il opposait simplement le droit des travailleurs.

  • 32 Ibid., p. XIX et p. 266.

24L’arrière-plan philosophique qui transparaissait à peine à la fin de la brochure, se trouve clairement exposé dans son Économie politique populaire. Attribuant un rôle fondamental à la Providence, à « la sagesse et à la bonté de ce Pouvoir, qui soutient, informe, et dirige aussi bien le monde moral que le monde matériel »32, Hodgskin est conduit, tout au long de l’ouvrage, à opposer radicalement les lois naturelles qui se trouvent au fondement des sociétés et les interventions des hommes politiques, les réglementations, qui faute de respecter celles-là produisent la plupart des maux sociaux. « L’ensemble du système social de production doit être considéré, comme le système solaire, en tant qu’une partie de l’univers, que l’homme peut observer et connaître, mais qu’il ne peut réguler ». Il est alors logique que lui-même s’abstienne de toute proposition de réforme sociale, et se borne à évoquer le bienfaisant respect des lois naturelles qui règlent la production des richesses comme le reste des choses.

  • 33 Ibid., p. 235.

25Mais il va beaucoup plus loin, à travers ses condamnations réitérées des réglementations, des interventions législatives des hommes politiques il se livre à une apologie sans retenue du libéralisme économique. Il estime que le jeu de l’offre et de la demande constitue « l’indicateur des besoins de la société ; ou le doigt de Dieu, montrant à tous les hommes comment ils peuvent employer leur temps et leurs talents de la façon la plus profitable pour eux-mêmes, et la plus bénéfique pour l’ensemble de la société »33.

  • 34 Ibid., p. 266, 267.

26Dans la conclusion de l’ouvrage il oppose de nouveau le rôle déterminant des lois naturelles favorables aux progrès de la société, les vues bienveillantes du Créateur, et les grands dommages causés à l’humanité par ses législateurs. Il dénonce les économistes qui prétendent eux aussi régler la société et avec le clergé déclarent que la pauvreté des travailleurs fait partie de l’ordre voulu par la Providence, qui considèrent « comme un phénomène naturel l’actuelle distribution des richesses, bien qu’elle constitue une évidente violation de la loi naturelle qui donne la richesse au travail et au travail seulement, bien que cet ordre [actuel] soit maintenu par la force armée et par des lois cruelles et sanguinaires »34.

  • 35 T. Hodgskin, The natural and artificial right of property contrasted, 1832, p. 101, cité par Halévy (...)

27Ainsi en dépit de sa virulente dénonciation de la situation faite aux travailleurs, de leur domination et exploitation par le capital, l’anarchisme individualiste de Hodgskin le conduit à n’envisager d’autre ordre social souhaitable qu’une imaginaire société de petits producteurs indépendants, d’individus réunissant « le double caractère du travailleur et du capitaliste »35, où l’harmonie du tout social bien loin d’être le produit de la législation résulte du libre jeu des instincts, des passions et de l’intérêt des individus. Assez logiquement il en viendra plus tard, devenu journaliste à l’Economist, à faire tout simplement sienne l’idéologie libérale, à adopter le point de vue de la bourgeoisie et à condamner en 1854 les coalitions ouvrières qu’il défendait en 1825.

  • 36 Voir N. W. Thompson, The people’s science. The popular political economy of exploitation and crisis (...)
  • 37 R. Pankhurst, op. cit., p. 140.

28Les interventions de W. Thompson et celles de T. Hodgskin sont contemporaines, elles s’inscrivent dans le même contexte social et politique et se développent à partir du même arrière-plan idéologique36. On peut parler à leur sujet d’économie politique d’inspiration prolétarienne, celle-ci conduisant alors la presse populaire à dénoncer la partialité de l’économie classique, son indifférence à la situation des classes laborieuses, dénonciations qui suscitaient l’inquiétude des défenseurs de l’économie politique orthodoxe, tels Francis Place et James Mill, face à la diffusion de ces idées anticapitalistes37.

29Mais la pensée du premier s’avère beaucoup plus cohérente et sa critique de l’ordre économique existant le conduit, contrairement à Hodgskin, à proposer une réorganisation complète de la société. En effet, disciple critique d’Owen et avec lui leader du mouvement coopératif il développe dans ses deux ouvrages économiques une virulente dénonciation des inégalités sociales, et tout au long de son existence il se montre un propagandiste inlassable en faveur de la création de communautés fondées sur le principe de la coopération.

  • 38 P. Dardot et C. Laval, Marx, prénom : Karl, Paris, Gallimard, 2012, p. 75 ; C. Laval, L’ambition so (...)

30De plus, l’on a pu lire récemment que : « ce n’est pas Marx qui a fait de la surplus value le concept fondamental d’une théorie de l’exploitation mais un dirigeant du mouvement owéniste benthamo-ricardien comme Thompson ». Celui-ci d’après ces auteurs « est en effet le véritable inventeur du concept en question »38, emprunt qui aurait été occulté par toute la pensée marxiste à la suite d’Engels. C’est là une raison supplémentaire pour s’intéresser à Thompson.

  • 39 W. Thompson, An inquiry into the principles of the distribution of wealth most conductive to human (...)

31Sa pensée économique et sociale se trouve développée dans deux ouvrages : Une enquête sur les principes de la distribution des richesses (1824) et Le travail récompensé (1827)39.

32La philosophie utilitariste de Bentham constitue l’arrière-plan des réflexions de Thompson, ainsi se propose-t-il d’expliciter les formes de la distribution des richesses favorables au plus grand bonheur du plus grand nombre. Il estime qu’étant donné la structure inégalitaire des sociétés existantes, l’augmentation de la richesse se traduit de façon contradictoire par la diminution du bonheur global, telle est la thèse fondamentale qui sous-tend les analyses de Thompson.

  • 40 « le principe des échanges volontaires doit régler l’ensemble des rapports humains et régner sur to (...)
  • 41 Ibid., p. 223.
  • 42 Ibid., p. 103, 145 ; « All the products of labor should be secured to the producers », p. 177.

33Comme les autres socialistes anglais (Hodgskin, Gray, Bray…), il oppose à l’ordre social dominant les lois naturelles de la distribution. Il appréhende l’inégalité, l’exploitation (plunder) de la grande masse de la population au niveau de la circulation, comme l’effet des entraves, des distorsions qui affectent les mécanismes du marché, le libre jeu des échanges40. En effet, dans le sillage de A. Smith il estime que l’échange volontaire constitue l’instrument naturel d’un accroissement de bien-être pour chacune des deux parties concernées, et donc globalement pour l’ensemble de la société. De là les lois naturelles de la distribution selon Thompson : « Travail libre, jouissance de la totalité de ses productions, et échanges volontaires » (Free labor, entire use of its products, and voluntary exchanges)41. L’ordre social respecte ainsi les deux principes essentiels, security et equality ; la sécurité, i.e. « l’assurance pour chacun de la libre disposition du produit intégral de son travail »42, mais tous les individus ne faisant pas preuve de la même ardeur au travail la sécurité est à ses yeux la seule limite justifiée à la promotion de l’égalité.

34Mais nulle part ces principes ne sont respectés, le pillage (plunder), le vol, l’appropriation (abstraction) par la force ou la tromperie des produits du travail sont les causes des inégalités extrêmes propres aux sociétés existantes. Les réglementations, les gratifications, les corporations, les monopoles, les privilèges en faveur des puissants s’opposent à la liberté des échanges, à la sécurité et à l’égalité, augmentant les profits des individus favorisés au lieu d’accroître la masse de la richesse nationale, multipliant les maux pour la plupart des membres de la société. Aussi les menaces, la terreur et la violence, la tromperie et l’ignorance s’avèrent indispensables pour maintenir cet ordre injuste, forced inequality.

  • 43 Ibid., p. 165.

35Cette violation des principes de sécurité et d’égalité, à travers l’adultération de la règle d’équivalence des échanges, malgré leur apparente liberté, Thompson l’explique par la situation des travailleurs productifs qui n’ont d’autre possession que leur capacité de travail quand les moyens de subsistance et les moyens matériels d’exercer leur pouvoir productif appartiennent à d’autres individus aux intérêts opposés. Les travailleurs se trouvent donc soumis aux exigences exorbitantes (exactions) des capitalistes qui peuvent s’emparer d’une grande part du produit de leur travail43. Si l’importance de l’extorsion, de l’exploitation (abstraction, defalcation) varie selon les lieux, les époques et les différents types de travail, Thompson estime qu’en Angleterre le prélèvement (rente et profit) au détriment des travailleurs représente au moins la moitié du produit du travail, cela même lorsque la forte concurrence entre capitalistes s’avère plutôt favorable aux salariés. Pour éclairer la nature de ce prélèvement (the immense abstraction made under the name of profits) Thompson recourt aux notions de additional value et de surplus value que nous envisagerons plus loin.

  • 44 Ibid., p. 241.

36Il considère le capital comme « cette part des produits du travail, qu’ils soient de nature durable ou non, qui peut être utilisée comme instrument de profit »44. Toutefois faute d’une analyse effective du procès de soumission du travail au capital et saisissant l’ordre économique au niveau des échanges, il part de l’idée que ce sont les travailleurs qui utilisent (empruntent) les moyens de production qui appartiennent aux capitalistes, il est donc juste qu’ils paient les propriétaires du capital pour cet usage. Mais s’affrontent alors deux points de vue (two different measures) quant à la détermination de la rétribution due pour cette utilisation. Selon le travailleur il convient simplement de remplacer le capital consommé et d’accorder au capitaliste pour la possession du capital et le travail de direction une rétribution comparable à celle des travailleurs les plus qualifiés, le capitaliste quant à lui estime que la totalité de la valeur nouvelle, la surplus value, produite grâce à l’utilisation de son capital, lui revient légitimement.

  • 45 Ibid., p. 167.

37S’opposent donc un système d’égalité presque parfaite où le travailleur recevrait l’intégralité de son produit (i.e. la valeur nouvelle créée par son travail moins la rémunération normale du capital) et les systèmes ayant jusqu’ici existé qui combinent richesse excessive et pauvreté extrême au moyen de la contrainte45. Selon Thompson les travailleurs ont été jusqu’ici les victimes de conditions d’échange défavorables.

  • 46 Ibid., p. 384.
  • 47 Ibid., p. 403, 424.
  • 48 Ibid., p. 387, 422.

38Il convient donc d’instaurer un système fondé sur des principes rationnels, qui associe une égale distribution des richesses et une parfaite sécurité (i.e. travail libre, possession du produit entier de son travail, échanges volontaires), qui conduira au plus grand bonheur pour le plus grand nombre, l’œuvre d’Owen en donnant les principes46. Il s’agit de mettre en place des communautés regroupant selon Thompson de 300 à 2000 personnes, fondées sur les principes du travail organisé selon la coopération mutuelle et la possession commune. Chaque travailleur, chaque coopérateur étant copropriétaire et capitaliste, la production et la consommation sont partagées également par tous47. La communauté produisant les biens nécessaires au bonheur mutuel (mutual happiness) de ses membres, l’offre et la demande sont ainsi proportionnées l’une à l’autre, d’où, résultat essentiel, le dépassement des incohérences économiques, à la fois surproduction et misère, propres aux sociétés existantes48.

  • 49 Ibid., p. 532 et 590.
  • 50 Ibid., p. 413.

39À l’encontre des systèmes d’insécurité il est loisible d’évoquer alors « ces communautés capitalistes-travailleuses avisées », les travailleurs privés des moyens de subsistance et de production ayant laissé place aux « travailleurs tous devenus capitalistes, travail et capital se trouvant dans les mêmes mains »49. À l’économie politique préoccupée de la seule accumulation de la richesse et du capital, Thompson oppose une économie morale en quête du bonheur du plus grand nombre50.

  • 51 W. Thompson, Labor rewarded, p. 12-13.
  • 52 Ibid., p. 65, 97.
  • 53 Ibid., p. 23, 26, 91.
  • 54 Ibid., p. 115.

40Lors de la parution trois ans plus tard de Labor rewarded Thompson reprend ses analyses antérieures, il fait toujours des échanges injustes le ressort de l’effroyable inégalité de richesse, de l’ensemble des maux physiques et sociaux qui s’ensuivent51. Mais sa pensée se radicalise, s’il estime comme dans son premier ouvrage que la concurrence constitue un progrès important face aux systèmes antérieurs basés sur la contrainte, Thompson souligne surtout, maintenant, qu’elle est indissociable de l’égoïsme, de l’opposition des intérêts individuels, de tous les maux engendrés par ces antagonismes. L’appropriation par le travail de l’intégralité de son produit est cette fois déclarée incompatible avec la concurrence individuelle, seul le système de la coopération mutuelle et de la possession commune est à même d’assurer le bonheur social52. Enfin il se prononce fermement en faveur de l’égalité complète des rémunérations, la complexité des processus productifs ne permettant pas de déterminer le produit propre au travail individuel mais surtout le travail de chacun contribuant au bien commun53, c’est donc l’ensemble de la communauté des coopérateurs qui s’approprie le produit entier de son travail et non chaque individu en particulier54.

  • 55 La traduction des termes allemand et anglais utilisés par Marx, Mehrwert et surplus value, par « pl (...)

41Venons-en à l’invention du concept de surplus value évoquée par Dardot et Laval. La notion de survaleur (surplus value)55 intervient au sein de l’ensemble théorique dont nous venons de restituer très schématiquement les grandes lignes, quand Thompson vers la fin du premier chapitre de An inquiry qui explicite les lois naturelles de la distribution des richesses, se demande quelle part du produit de leur travail les travailleurs doivent céder aux capitalistes en paiement pour l’usage du capital.

  • 56 An inquiry…, p. 164-165.

42Puisque le travail est le seul créateur de richesse (Labor is the sole parent of wealth), les taxes et impôts versés au gouvernement, la rente, les profits des capitalistes, ne peuvent provenir que des prélèvements opérés sur le produit du travail (immense deductions, forcible abstractions, defalcations). Le travailleur n’ayant d’autre propriété que sa capacité de travail ne peut exercer son pouvoir productif qu’en utilisant les moyens matériels qui appartiennent à d’autres, et dont les intérêts s’opposent aux siens. Il ne peut déployer son activité qu’avec le consentement de ceux-là à cet usage des instruments de production, le travailleur se trouve donc à la merci des capitalistes quant à la part du produit de son travail qu’il doit leur céder56, ces derniers ne lui laissant que le nécessaire pour qu’il puisse subsister et continuer à travailler.

  • 57 Ibid., p. 166.
  • 58 Ibid., p. 167.

43Selon Thompson, le travail ajoute une valeur nouvelle à la valeur des biens qui composent le capital : « Il ne peut y avoir d’autre source de profit que la valeur ajoutée au matériau brut par le travail guidé par l’habileté employé sur lui. Les matériaux, les constructions, la machinerie, les salaires, ne peuvent rien ajouter à leur propre valeur. La valeur additionnelle (additional value) provient du travail seul ». C’est le travail qui a donné leur valeur aux biens qui constituent le capital avant que l’ouvrier ne les utilise, « et par le seul ajout de son travail (additional labor) leur valeur peut être encore accrue ». Mais « Le travailleur ne comprend pas le mécanisme par lequel les fruits de son travail lui sont soustraits, il regarde l’opération comme inévitable et prend ce qu’il peut obtenir comme le plus que la nature des choses lui accorde »57. Nul doute, selon Thompson, si les travailleurs productifs acquéraient la connaissance de ce mécanisme, de l’importance du prélèvement (immense abstractions) effectué sur le produit de leur travail sous le nom de profit, ils saisiraient l’injustice d’un tel arrangement et s’efforceraient de devenir eux-mêmes possesseurs de tous les biens qui constituent le capital. Quant au capitaliste il n’a guère une meilleure compréhension de cette question que l’ouvrier, pour lui la valeur additionnelle produite par le travail en conséquence de l’usage de la machinerie ou autre capital, « la totalité de la survaleur (surplus value) doit lui revenir en raison de son intelligence supérieure et de son habileté à accumuler et avancer aux travailleurs son capital ou l’usage de celui-ci »58. C’est donc fort clairement que Thompson explique que la valeur nouvelle (additional value, surplus value) issue du travail se trouve appropriée par le capital.

44L’origine du profit explicitée, Thompson consacre le reste de cette sous-section (qui compte neuf pages) à montrer que la rémunération normale du capital devrait être quatre fois moindre qu’elle ne l’est dans le système existant, ce qui constituerait une situation plus favorable à l’augmentation des richesses dans la mesure où l’accumulation du capital concentrée dans les mains d’un petit nombre d’individus se traduit par le gaspillage dans les dépenses de luxe ou les guerres étrangères.

45Selon W. Thompson le travail étant seul créateur de richesse, de valeur, et la valeur (surplus value) qui excède l’entretien des travailleurs - la reproduction de la capacité de travail (capability of producing) - étant appropriée par les propriétaires des moyens de productions, il est manifeste que l’auteur de An inquiry donne de fait une première formulation de la notion de survaleur, toutefois il ne saurait, à notre sens, être considéré comme le « véritable inventeur du concept » de survaleur ainsi que le déclare C. Laval. Bien sûr il ne s’agit pas là d’une simple question lexicale. Chacun sait qu’il convient de ne pas réduire l’existence d’un concept à la présence d’un mot, celui-ci évoque simplement un objet (idéel ou réel) quand celui-là dans un procès de connaissance réglé se propose d’en expliciter les dimensions pertinentes et n’acquiert sa portée véritable qu’au sein du réseau constitué avec les autres concepts de la théorie où il s’inscrit.

46 Une approche tout à fait superficielle conduit à remarquer que le développement consacré précisément à la notion de surplus value représente six pages au plus, sur un ouvrage qui en compte six cents. Mais s’avère beaucoup plus important le fait que la notion ne réapparaît nullement dans les quatre cent trente pages qui suivent cet exposé original, la notion n’intervient pas dans le reste des prolixes développements de l’auteur de An inquiry, elle ne s’articule avec ni ne fonde d’autre proposition théorique. Avec la notion de surplus value Thompson dépasse l’évidence immédiate qui fait du salaire le prix du travail, mais il ne va pas plus loin. C’est dire que nous avons affaire à une importante intuition de Thompson, laquelle soutient son appréhension globale de la société capitaliste, ses jugements moraux sur la société anglaise de l’époque, mais certainement pas à un concept dont la mise en œuvre systématique le conduirait à une analyse plus rigoureuse des « different modes of production and distribution » qu’il évoque. Si tel avait été le cas, il n’aurait pu voir dans les États-Unis, et plus globalement dans « the system of equal individual security », un ordre économique et social où les travailleurs peuvent, ou du moins tendent à disposer du produit entier de leur travail, comme il le fait dans An inquiry.

  • 59 Labor…, p. 113.

47Il dépassera clairement ce point de vue dans Labor rewarded, précisant alors, contre Hodgskin, que le système de la concurrence individuelle est incompatible avec l’appropriation par les travailleurs de l’ensemble de leur production. Mais la notion de surplus value est absente de ce dernier ouvrage, ce qui semble bien indiquer qu’elle ne joue pas un rôle théorique fondamental chez Thompson. Et si l’on trouve une occurrence pour surplus produce59 celle-ci n’est pas liée à la dénonciation du prélèvement opéré par les détenteurs des moyens de production mais intervient à propos des ressources dont disposeront les travailleurs œuvrant selon les principes de la coopération mutuelle.

48Si la notion de surplus value permet à Thompson d’éclairer le rapport d’échange entre capitalistes et ouvriers, elle ne constitue pas le ressort de son analyse de la société capitaliste. Avec la notion de surplus value se trouvent de fait différenciés échange marchand et échange salarial, mais la distinction n’étant pas thématisée en tant que telle, la société capitaliste demeure simplement appréhendée comme un monde de rapports marchands. C’est l’antagonisme entre le principe général d’utilité (le calcul des bonheurs) et l’ordre capitaliste inégalitaire qui constitue la base fondamentale de sa critique (ce qui est précisé dès les premières lignes de An inquiry et abondamment réaffirmé tout au long de l’ouvrage). L’écart entre l’idée de l’exploitation appréhendée par Thompson et le concept de survaleur qui constitue le pivot des analyses du Capital correspond à l’écart existant entre une vigoureuse dénonciation, fortement moralisante, des énormes inégalités, des maux engendrés par le capitalisme, et une théorie conceptuellement structurée du mode de production capitaliste. Or, c’est bien parce que Thompson en reste à la surface des relations sociales, aux rapports d’échange, que son appréhension de l’exploitation avec la notion de surplus value demeure une intuition sans véritables conséquences théoriques au niveau du développement de son analyse de la société capitaliste dans la suite de l’ouvrage.

49Faire de Thompson « le véritable inventeur » du concept de survaleur, c’est un peu comme voir en saint Augustin « le véritable inventeur » du cogito.

  • 60 Ainsi s’agissant du point particulier qui nous intéresse ici, Marx renvoie par exemple, tant dans l (...)

50C. Laval et P. Dardot font remarquer avec raison combien il est surprenant que Marx ne parle nulle part de l’invention par Thompson du terme de surplus value et de sa conception encore rudimentaire de l’exploitation. Cette absence s’avère étonnante dans la mesure où Marx semble volontiers reconnaître ses dettes théoriques et signaler de bonne grâce les auteurs qui ont joué un rôle dans le développement de sa pensée60. L’on pourrait même plutôt lui reprocher parfois d’appréhender les théories économiques antérieures au filtre de ses propres acquis, et de prêter par là même à leurs auteurs un peu plus qu’ils ne disent effectivement.

  • 61 K. Marx et F. Engels, Correspondance, t. II, Paris, Éditions Sociales, 1971, p. 296.

51W. Thompson, est évoqué ou parfois cité assez brièvement dans toutes les œuvres de la maturité. C’est assez peu si l’on prend en compte la facilité avec laquelle en général Marx retranscrit dans le cours de ses analyses des extraits de ses prédécesseurs. Mais ce qui s’avère fortement incompréhensible c’est que le nom même de W. Thompson n’apparaisse pas dans les manuscrits qui constituent les Théories sur la plus-value, dans cette « histoire de l’économie politique entreprise depuis des années »61 comme il l’indique dès 1851. Dans ce cadre des économistes d’un intérêt bien moindre que Thompson, dont Marx même souligne la médiocrité, sont pris en compte ; d’un autre côté, par exemple, l’évocation d’Hodgskin contemporain et penseur d’une importance assez comparable à celle de l’auteur de l’Inquiry, est elle le point de départ d’un développement d’une soixantaine de pages… Dans ce contexte l’absence dans les Théories de toute référence à Thompson, à son appréhension de l’exploitation des travailleurs à travers la notion de surplus value apparaît des plus déconcertantes.

52Mais cet oubli a peut-être été facilité par la nature de son objet même, par la forme et le contenu de l’ouvrage de Thompson, l’Inquiry s’étend au long de six cents pages particulièrement prolixes, fastidieusement répétitives, par ailleurs l’ouvrage s’avère plutôt mal construit. Enfin les quelques pages où se trouve envisagée la notion de surplus value apparaissent noyées au milieu d’un texte aux considérations souvent moralisantes, de plus la notion, n’intervient pas, ne se trouve pas mobilisée dans le reste de l’ouvrage. L’on peut comprendre alors que Marx n’en ait pas forcément gardé un souvenir marquant.

53Que Marx ait été un très grand penseur, un travailleur intellectuel particulièrement scrupuleux ainsi qu’en témoigne sa correspondance, n’en faisait pas pour autant un Sujet souverain, un auteur absolument maître de sa pensée.

Notes

1 J.-C.-L. Sismondi, Nouveaux principes d’économie politique, [1819], Paris, Calmann-Lévy, 1971, p. 47,50.

2 Ibid., p. 267.

3 Ibid., p. 106.

4 Ibid., p. 118.

5 Ibid., p. 89.

6 Ibid., p. 111. Marx dira de même, « une marchandise semble une chose tout ordinaire qui se comprend d’elle-même. On constate en l’analysant que c’est une chose extrêmement embrouillée, pleine de subtilités métaphysiques et de lubies théologiques. », Le Capital, L. I, p. 81.

7 Ibid., p. 119 ; (les italiques sont de notre fait, C. M.).

8 Ibid., p. 275 et 276.

9 Ibid., p. 112, 126.

10 Ibid., p. 112, 290, 291.

11 Lettre du 20-4-1820 à Francis Place, in É. Halévy, Thomas Hodgskin (1787-1869), Paris, SNLE, 1903, p. 54 et 69.

12 Défense du travail contre les prétentions du capital ou l’improductivité du capital prouvée en référence aux coalitions actuelles des journaliers, dans, J.- P. Osier, Thomas Hodgskin. Une critique prolétarienne de l’économie politique, Paris, F. Maspero, 1976.

13 Ibid., p. 103.

14 Ibid., p. 102.

15 Ibid., p. 124.

16 Ibid., p. 139.

17 Ibid., p. 104.

18 Ibid., p. 111 et 112.

19 Ibid., p. 115 et 116.

20 Ibid., p. 123.

21 Ibid., p. 128.

22 Ibid., p. 136, (souligné par C.M.).

23 Ibid., p. 131.

24 Cette édition a fait l’objet d’une reproduction par « ULAN Press », 268 p., (sans l. ni d.), à laquelle nous renvoyons ci-après.

25 Ibid., p. 19.

26 Ibid., p. 51.

27 Ibid., p. 241.

28 Ibid., p. 238.

29 Ibid., p. 185.

30 Ibid., p. 220.

31 Ceci parce qu’il n’a pas compris que Ricardo substituait une théorie cohérente de la valeur à l’approche contradictoire de Smith, le montre un passage de la lettre à F. Place déjà évoquée : « Ricardo me semble avoir confondu […] le prix naturel réel et la valeur échangeable. Le premier est exactement mesuré par la quantité de travail nécessaire pour obtenir de la nature un produit ; la seconde, au contraire, c’est la quantité de travail augmentée du montant de la rente et des profits. », op. cit., p. 67.

32 Ibid., p. XIX et p. 266.

33 Ibid., p. 235.

34 Ibid., p. 266, 267.

35 T. Hodgskin, The natural and artificial right of property contrasted, 1832, p. 101, cité par Halévy, op. cit., p. 134.

36 Voir N. W. Thompson, The people’s science. The popular political economy of exploitation and crisis 1816-1834, Cambridge, Cambridge U. P., 1984, p. 153 sq. ; R. Pankhurst, William Thompson (1775-1833), [1954], London, Pluto Press, 1991.

37 R. Pankhurst, op. cit., p. 140.

38 P. Dardot et C. Laval, Marx, prénom : Karl, Paris, Gallimard, 2012, p. 75 ; C. Laval, L’ambition sociologique, [2002], Paris, Gallimard (coll. Folio), 2012, p. 482.

39 W. Thompson, An inquiry into the principles of the distribution of wealth most conductive to human happiness, London, 1824, 600 p. ; éd. reproduite par « Forgotten Books », 2012. Labor rewarded. The claims of labor and capital conciliated ; or, How to secure to labor the whole products of its exertions, London, 1827, 127 p. ; éd. reproduite par « Nabu public domain reprints ».

40 « le principe des échanges volontaires doit régler l’ensemble des rapports humains et régner sur toutes les institutions humaines », An inquiry…, p. 57.

41 Ibid., p. 223.

42 Ibid., p. 103, 145 ; « All the products of labor should be secured to the producers », p. 177.

43 Ibid., p. 165.

44 Ibid., p. 241.

45 Ibid., p. 167.

46 Ibid., p. 384.

47 Ibid., p. 403, 424.

48 Ibid., p. 387, 422.

49 Ibid., p. 532 et 590.

50 Ibid., p. 413.

51 W. Thompson, Labor rewarded, p. 12-13.

52 Ibid., p. 65, 97.

53 Ibid., p. 23, 26, 91.

54 Ibid., p. 115.

55 La traduction des termes allemand et anglais utilisés par Marx, Mehrwert et surplus value, par « plus-value » ou « survaleur » a suscité un assez vaste débat que L. Sève évoque dans K. Marx, Manuscrits de 1863-1867 – Le Capital, livre I, Chapitre VI, Paris, E.S./GEME, 2010, p. 263-270. C. Laval et P. Dardot proposent quant à eux de traduire par « plus-de-valeur », op. cit., p. 78.

56 An inquiry…, p. 164-165.

57 Ibid., p. 166.

58 Ibid., p. 167.

59 Labor…, p. 113.

60 Ainsi s’agissant du point particulier qui nous intéresse ici, Marx renvoie par exemple, tant dans les Grundrisse que dans les Manuscrits de 1861-1863 et Le Capital à une brochure anonyme, The source and the remedy of the national difficulties, Londres, 1821, où se trouvent les notions de surtravail et de surproduit.

61 K. Marx et F. Engels, Correspondance, t. II, Paris, Éditions Sociales, 1971, p. 296.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search