Version classiqueVersion mobile

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 6. Prénoms, noms, surnoms

Texte intégral

1De l’étude des noms de personnes, le mieux qu’on puisse dire est que nous devinons en elle un instrument de sondage dont les résultats seront merveilleux lorsque nous en posséderons vraiment la technique… Le choix même des noms de baptême, leur nature, leur fréquence relative sont autant de traits qui convenablement interprétés, révèlent des courants de pensées ou de sentiments auxquels l’historien ne saurait rester indifférent. »

2Source : Marc Bloch, « Les noms de personnes et l’histoire sociale », Annales d’histoire économique et sociale, no 4, 1932.

1. L’attribution des prénoms

Chateaubriand et son prénom

3Lorsqu’il commence la rédaction des Mémoires d’outre-tombe, en 1811 (il a déjà 43 ans), Chateaubriand est persuadé qu’il est né le 4 octobre et qu’il se prénomme François-Auguste. Il écrit : « Ce 4 octobre 1811, anniversaire de ma fête (…). » C’est alors qu’il se penche sur son extrait d’acte de baptême et constate sa double méprise :

4Voici mon extrait de baptême :

5Extrait des registres de l’état civil de la commune de Saint-Malo pour l’année 1768.

6François-René de Chateaubriand, fils de René de Chateaubriand et de Pauline-Jeanne-Suzanne de Bedée, son épouse, né le 4 septembre 1768, baptisé le jour suivant par nous, Pierre-Henry Nouail, grand-vicaire de l’évêque de Saint-Malo. A été parrain Jean-Baptiste de Chateaubriand, son frère, et marraine Françoise-Gertrude de Contades, qui signent et le père. Ainsi signé au registre : Contades de Plouët, Jean-Baptiste de Chateaubriand, Brignon de Chateaubriand, de Chateaubriand et Nouail, vicaire-général.

7On voit que je m’étais trompé dans mes ouvrages : je me fais naître le 4 octobre et non le 4 septembre ; mes prénoms sont : François-René, et non pas François-Auguste. »

8Source : Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Gallimard, 1951, tome 1, p. 17.

2. Le rôle du parrain et de la marraine

Le prénom et le parrainage, à Nozeroy (Franche-Comté, auj. Jura) en 1533

9Les registres de la petite ville de Nozeroy, qui procurent non seulement les prénoms des parrains et marraines mais aussi ceux des parents, dès le début du XVIe siècle, nous permettent d’échapper aux impressions et nous offrent un reflet fidèle de la réalité concernant la transmission des prénoms. Nous avons mis ici en caractères gras les prénoms qui diffèrent de ceux des parrains ou des marraines.

fille

père

mère

parrain

marraine

Pernette
Jeanne
Jacqueline
Guillemette
Jacqueline
Anne
Jeannette
Denise
Huguette
Jeanne
Aymée
Antonia
Marie
Françoise
Marie
Renée
Claudia
Isabelle
Marie
Marie
Louise
Marie
Françoise
Anatolia
Isabelle
Alix
Antonia
Françoise
Etiennette
Perrenette

Richard Jean
Laurent
Guillaume
Claude
Jean
Guillaume
Pierre
Jacques
Sébastien
Antoine
Barthélemy
Jean
Jean
Claude
Jean
Aymon
Jean
François
Claude
Claude
Jacques
Pierre
Nicole
Pierre
Pierre
Lazare
Jean
Jacques
François

Jeanne
Marguerite
Perrenette
Jeanne
Jeannette
Marie
Perrenette
Perrenette
Anne
Aymonette
Jeanne
Catherine
Pierrette
Françoise
Jeanne
Catherine
Perrenette
Claudia
Claudia
Françoise
Alix
Gilette
Simone
Claudia
Jeanne
Etiennette
Jeanne
Marie
Christine
Antonia

Jean
Jean
Jacques
Claude
Antoine
Claude
Pierre
Pierre
Pierre
Jean
Aymé
Etienne
Antoine
François
Anatoile
René
Hugues
Pierre
Antoine
Philibert
Claude
Claude
Jean
Jacques
Jean
Guillaume
Jean
Georges
Georges
Pierre

Denise
Jeanne
Etiennette
Guillemette
Jacqueline
Anne
Jeannette
Denise
Huguette
Jeanne
Claire
Antonia
Louise
Françoise
Marie
Jeanne
Etiennette
Isabelle
Marie
Marie
Louise
Marie
Françoise
Anatolia
Isabelle
Alix
Antonia
Françoise
Etiennette
Philippa

Source : Roger Martine, Les habitants de la paroisse de Nozeroy (1533-1793), étude sociologique et économique (à partir des registres paroissiaux), Association des Amis de Nozeroy, 2005.

3. Prénoms des filles, prénoms des garçons

Prénoms attribués à Metz (auj. Moselle), paroisse Saint-Eucaire, en 1654 et 1655

  • Prénoms des filles

Anne : 5

Anthoinette : 2

Barbe : 3

Catherine : 3

Claire : 1

Didière : 1

Dion : 1

Elisabeth : 5

Françoise : 7

Gabrielle : 1

Jeanne : 2

Louise : 1

Lucie : 1

Magdaleine (3) et Magdeleine (3) : 6

Mangeotte : 3

Margueritte : 8

Marie : 3

Nicolle : 4

Reyne : 1

  • Prénoms des garçons

Anthoine : 1

Charle : 1

Claude : 2

Christophe : 1

Demange (1) et Domange (1) : 2

Didier : 3

Dominiq (2) et Dominique (1) : 3

Estienne : 2

François : 3

Girard : 1

Henry : 1

Jacque : 1

Jean : 11 ; Jean Baptiste : 1 ; Jean Geoffroy : 1 ; Jean George : 1 ; Jean

Louys : 1

Louis : 1

Martin : 1

Michel : 1

Nicolas : 6

Paul : 2

Philipe (1) et Philippe (2) : 3

Pierre : 1

Sébastien : 2

Vincent : 1

10Source : Archives municipales de Metz : GG 23 ; je remercie Victor Benz pour l’aide apportée.

Les prénoms à Bourg-en-Bresse (auj. Ain) au XVIe siècle

En 1540-1549, les principaux prénoms des garçons sont :

Jean : 16,1 %

Claude : 14,3 %

Pierre : 7,2 %

Antoine : 5,4 %

Philibert : 4,6 %

En 1540-1549, les principaux prénoms des filles sont :

Claude : 15,7 %

Jane : 14 %

Catherine : 7,6 %

Françoise : 6,7 %

Philiberte : 5,6 %

En 1590-1595, les principaux prénoms des garçons sont :

Claude : 12,2 %

Jean : 9,4 %

Pierre : 9,2 %

Antoine : 7,1 %

François : 4,1 %

Jacques : 3,9 %

Benoît : 3 %

Guillaume : 2,6 %

En 1590-1595, les principaux prénoms des filles sont :

Jane : 11,8 %

Claude : 10,3 %

Marguerite : 6,4 %

Marie : 5,2 %

Catherine : 5 %

Françoise : 4,9 %

Pernette : 4,7 %

Philiberte : 3,5 %

11N.B. : Denise Turrel observe la réduction des diminutifs donnés au baptême :

12Andrée, par exemple, se démultipliait en Andriane, Andrine, Drine, Drie. Les diminutifs, dont le nombre, en 1540-1549, représente l’équivalent de 7 % des prénoms masculins, et de 27 % des prénoms féminins, n’est plus en 1590-1595, respectivement que de 2 et 14 %. Cette diminution correspond sans doute, en partie, à une rationalisation de la langue française, en même temps qu’à celle des registres paroissiaux : à partir de la fin du siècle, les actes respectent des formules types rigides. La réduction est en fait surtout sensible chez les hommes : trois diminutifs seulement sont employés dans la seconde période (9 dans la première). Pour les femmes, on passe de 18 à 13 : les diminutifs restent donc une particularité féminine.

13Source : « Le choix des prénoms », dans : Denise Turrel, Bourg-en-Bresse au XVIe siècle, Paris, Société de démographie historique, 1986, p. 89-96.

4. Les prénoms en terre catholique

Les prénoms, à Tourcoing (Flandre wallonne, auj. Nord) du XVIe jusqu’au XIXe siècle

1, entre 1565 et 1570

Les prénoms des filles (452 prénoms étudiés)

Jeanne : 81 soit 17,9 %

Marie : 74 soit 16,3 %

Catherine : 54 soit 11,9 %

Peronne : 33 soit 7,3 %

Marguerite : 30 soit 6,6 %

Les prénoms des garçons (813 prénoms étudiés)

Jean : 186 soit 22,8 %

Jacques : 95 soit 11,6 %

Pierre : 74 soit 9,1 %

Philippe 32 soit 3,9 %

2, en 1620

14Les prénoms des filles (111 prénoms étudiés)

Marie : 24 soit 21,6 %

Catherine : 16 soit 14,4 %

Jeanne : 15 soit 13,4 %

15Les prénoms des garçons (107 prénoms étudiés)

Jean : 22 soit 20,5 %

Pierre : 14 soit 13 %

Antoine : 13 soit 12,1 %

3, en 1643

16Les prénoms des filles (194 prénoms étudiés)

Marie : 62 soit 31,9 %

Catherine : 27 soit 13,9 %

Marguerite : 24 soit 12,37 %

Jeanne : 20 soit 10,3 %

17Les prénoms des garçons (240 prénoms étudiés)

18Jean : 61 soit 25,4 %

19Pierre : 34 soit 14,1 %

20Jacques : 31 soit 12,9 %

21Philippe : 15 soit 6,25 %

22Antoine : 14 soit 5,8 %

4, entre 1698 et 1702

23Les prénoms des filles (178 prénoms étudiés)

Marie : 135 soit 75,8 %

Marguerite : 16 soit 8,9 %

Jeanne : 11 soit 6,1 %

Les prénoms des garçons (189 prénoms étudiés)

Jean : 64 soit 33,8 %

Pierre : 40 soit 21,1 %

Philippe : 9 soit 4,7 %

Jacques : 8 soit 4,2 %

5, entre 1815 et 1828

24Les prénoms des filles (414 prénoms étudiés)

Marie : 54 soit 13 %

Catherine : 25 soit 6 %

Sophie : 24 soit 5,8 %

Joséphine : 17 soit 4,1 %

25Les prénoms des garçons (435 prénoms étudiés)

Louis : 79 soit 18,1 %

Jean : 70 soit 16 %

Charles : 36 soit 8,2 %

Pierre : 35 soit 8 %

Auguste : 21 soit 4,8 %

26Source : Archives municipales de Tourcoing : registres paroissiaux, série GG ; cf. Paul Delsalle, dir., « Les prénoms », Tourcoing et le pays de Ferrain, no 11, 1988, p. 3-60.

Les prénoms, à Humes près de Langres (Champagne, auj. Haute-Marne), entre 1602 et 1622

27• Prénoms des garçons

André : 1, Antoine : 6, Blaise : 1, Ciprien : 1, Claude : 3, Denis : 1, Didier : 4, Estienne : 1, François : 3, Germain : 1, Guillaume : 1, Jacob : 1, Jacques : 1, Jean : 16, Laurent : 1, Laurey : 1, Médar : 1, Michel : 1, Nicolas : 10, Philibert : 1, Pierre : 6, Regnault : 1, Symon : 3, Thomas : 3, Toussaint : 2, Urbain : 1, Vinebault : 4

28• Prénoms des filles

Anne : 4, Antoinette : 1, Aymée : 1, Barbe : 4, Bernarde : 1, Catherine : 1, Claude : 4, Didière : 7, Françoise : 3, Guillaumette : 1, Huguette : 1, Imberte : 1, Jacquette : 2, Jehanne : 8, Laurence : 2

Marguerite : 3, Marie : 3, Martine : 1, Michelette : 1, Monette : 3, Nicole : 7, Odeline : 1, Pierrette : 4, Richarde : 1, Symone : 1

29Source : Archives départementales de la Haute-Marne : registres paroissiaux de Humes ; relevé effectué par Nelly Girard que je remercie.

5. Les prénoms en pays protestants

L’édit publié par Calvin sur les noms de baptême, en 1546

30L’acculturation genevoise passe également par l’octroi du prénom lors du baptême. Calvin est formel : ce nom doit figurer dans la Bible. Le 9 novembre 1546, on signale la colère des paroissiens du temple de Saint-Gervex quand le pasteur tente de les dissuader d’appeler un jeune garçon Aimé ou Martin. Calvin n’aima pas non plus le prénom Claude, sans doute à cause des risques de débordement superstitieux, vu la proximité de la ville de Saint-Claude. (B. Cottret)

31Calvin publie un édit sur les noms de baptêmes le 22 novembre 1546 :

S’ensuivent les noms qu’il semble n’être point convenables pour imposer au baptême.

Premièrement les noms des idoles qui ont régné au pays, pour ce qu’il y pourrait encore voir de la superstition, et aussi pour ce que c’est un mémoire de l’idolâtrie dont il a plu à Dieu délivrer le pays par sa grâce : Suaire, Claude, Mama (…)

Item les noms d’offices [Baptistes, Juge, Evangéliste]

Item les noms appartenant à Dieu seul ou à Notre Seigneur Jésus-Christ [Dieu le Fils, Espoir, Emmanuel, Sauveur, Jésus]

Item les noms ineptes où il y a quelque absurdité dont on se peut moquer [Sépulcre, Croix, Noël, Pâques, Chrétien,...]

Les doubles noms

Et autres semblables qui sonnent mal [Gomin, Mermet, Allemande,…]

Item les noms corrompus comme Tyvan, Thévenot au lieu d’Etienne, Monet au lieu de Simon.

32Source : Œuvres complètes de Calvin : Ioannis Calvini Opera quae supersunt omnia (éd.) G. Baum, E. Cunitz, E. Reuss, Brunswick et Berlin, Braunschweig, 1863-1900, 10, I, p. 49 ; cité par Bernard Cottret, Calvin, biographie, Paris, Payot & Rivages, 1998, p. 186.

Les prénoms attribués aux baptisés de la paroisse Saint-Martin (paroisse luthérienne), à Montbéliard, en 1671

33Prénoms donnés aux filles :

Alexandrine Catherine : 1

Anne : 2 ; Anne Catherine : 1 ; Anne Eleonore : 1 ; Anne Rose : 1

Catherine : 7

Claudine : 1

Eleonore Charlotte : 2

Elisabeth ou Elizabeth : 3 ; Elisabeth Magdelene : 1

Elise : 1

Eve : 2

Françoise : 1 ; Françoise Marguerite : 1

Jeanne : 4

Henriette : 4

Judith : 2

Marguerite : 5 ; Marguerite Judith : 1

Marie : 2 ; Marie Catherine : 1 ; Marie Magdeleine : 1 ; Marie Marguerite : 1

Marthe : 3

Susanne : 3

34Prénoms donnés aux garçons :

Abraham : 2

Adam : 1

André : 1

David : 3

Emanuel : 1

Estienne : 1

Frederic : 1 ; Friederich : 1

François Robert : 1

Henry : 1

Jaques : 2 ; Jacques Christophe : 1 ; Jaques Frederic : 1

Jean : 3 ; Jean Daniel : 1 ; Jean George : 4 ; Jean Jacque(s) : 7 ; Jean Pierre : 2

Jeremie : 2

Joseph : 2 ; Joseph Jeremie : 1

Leopold Eberhard : 1

Marc : 3 ; Marc Leopold : 2

Pierre : 7

Samuel : 1

Sebastien : 1

35Source : Archives municipales de Montbéliard : GG 12.

6. Les prénoms révolutionnaires (Révolution et Premier Empire)

Quelques exemples de prénoms attribués durant la Révolution et le Premier Empire, à Tourcoing (Nord)

Etienne Patriote Fidèle Cordonnier, 18 mars 1793. Profession du père, maître de pension

Désiré Joseph Citoyen Druez, 10 juin 1793. Profession du père, cordonnier

Angélique Justine Citoyenne Druez, 5 novembre 1793. Père décédé

Sophie Citoyenne Victoire Delecour, 4 messidor an II. Profession du père, peigneur

Pierre Antoine Citoyen Codron, 16 messidor an II. Profession du père, peigneur

Maximilien Patriote Mury, 17 messidor an II. Profession du père, vivandier, fournisseur aux armées

Marie Angélique Républicaine Desmarchelier, 20 messidor an II. Profession du père, tisserand

Louis Citoyen Casine, 24 thermidor an II. Profession du père, sergent dans le bataillon belge

Marie Anne Désiré La Liberté Lelong, 17 fructidor an II. Profession du père, garçon boulanger

Rosalie Citoyenne Delebarre, 16 brumaire an III. Profession du père : mécanicien

Bara Républicaine Wattel, 23 brumaire an III. Profession du père, hef de bataillon au dixième Calvados

Brumaire Joseph Monier, 30 brumaire an III. Profession du père, préposé des douanes

Citoyenne Frimaire Marie Joseph Duthoit, 28 frimaire an III. Profession du père, tanneur

Marie Augustine Humanité Beuque, 3 nivôse an III. Profession du père, peigneur

Charles Joseph La Liberté Leclercq, 12 pluviôse an III. Profession du père, peigneur de laine

Catherine Citoyenne Joseph Desrumeaux, 16 germinal an III. Profession du père, mécanicien

Isabelle Joacinthe Républicaine Desruelles, 17 prairial an III. Profession du père, fabricant

Fidèle Républicaine Joseph Lefebvre, 16 thermidor an III. Profession du père, peigneur de laine

Jacobine Joseph Gallois, 6 fructidor an III. Profession du père, tisserand

Brutus Wattel, 23 ventôse an V. Profession du père, chef de bataillon à la vingt-neuvième demi-brigade

Fleurus Wattel, 23 ventôse an V. Profession du père, chef de bataillon à la vingt-neuvième demi-brigade

Marie Justine Floréal Lebrun, 18 floréal an V. Profession du père, cordonnier

Brutus Joseph Bodin, 5 thermidor an V. Profession du père, peigneur de laine

Louis Hoche Joseph Lecomte, 2 brumaire an VI. Profession du père, cordonnier

Anne Egalité Liberté Glorieux, 10 pluviôse an VI. Profession du père, tisserand

Brutus Joseph Lepers, 19 germinal an VI. Profession du père, cordonnier Gracetius Publicola Wattel, 21 floréal an VI. Profession du père, chef de bataillon

Aimé L’Egalité Joseph Dhal, 7 messidor an VI. Profession du père, peigneur de laine

36On note l’absence de prénoms révolutionnaires en l’an IV. Au total, la proportion de prénoms révolutionnaire est faible : 28 sur 1674 prénoms (ici tous les prénoms des années 1789-1798 ont été étudiés), soit 1,67 % seulement. Il serait intéressant de voir, dans les registres de mariages et de décès des personnes concernées ce que sont devenus ces prénoms.

37Sous l’Empire, nous rencontrons des prénoms caractéristiques. Napoléon apparaît dès le Consulat et il se répand surtout à partir de l’instauration de l’Empire. C’est Antoine Joseph Duquennoy, un marchand, qui a donné à son fils le prénom Napoléon, pour la première fois dans cette ville. Il faut noter aussi les Napoléonine : il y en a deux en l’an XIII (1804-1805) et les Napoléonne, une en l’an XIV.

38Source : Archives municipales de Tourcoing : registres paroissiaux, série GG ; cf. Paul Delsalle, dir., « Les prénoms », Tourcoing et le pays de Ferrain, no 11, 1988, p. 3-60.

7. Les prénoms aujourd’hui

Les prénoms attribués à Belfort en 2008

39Nous donnons ici les prénoms dans l’ordre des déclarations de naissances faites à la mairie de Belfort, entre le 25 juin et le 3 septembre 2008.

40Alan, Yann, Camille et Théo, Luca, Alexandre, Chloé, Fadil, Noah, Lenny, Roméo, Tyméo, Alexandre, Jibril, Rémi, Ysé, Inès, Eslem, Kaïna, Noah, William, Myriam, Marion, Yanis, Maëlle, Marie-Eléane, Cloé, Antoine, Nathan, Ranida, Antowne, Yasmina, Evan, Lydia, Semih, Clémence, Loane, Charlotte, Olivia, Romain, Mélène, Mathias, Alexis, Axel, Jasmine, Mathis, Samir, Antalya, Lucie, Lana, Mathis, Louwane, Marie, Gwenn, Lohan, Julie, Agathe, Franck, Inès, Lola, Séfana, Simon, Juliette, Justine, Eden, Julian, Lola, Gwenaëlle, Alaïs, Léandro, Nolan, Raphaël, Yanis, Lauraline, Zélie, Emma, Alix, Emmy, Célia, Fatma, Clément, Kimia, Clément, Samy, Grégory, Léana, Lilouan, Lou-Anne, Timéo, Nisâ, Valentin, Luano, Flovéa, Inès, Thomas, Zoé, Titouan, Tom, Amine, Léo, Eylem, Ethan, Jade, Mariya-Line, Ilyes, Eloi, Lola, Syria, Noémie, Zakaria, Stacy, Silouan, Kellylan, Maéna, Kelyan, Jean-Baptiste, Aya, Louise, Mohamed, Noélie, Océane, Eliot, Atilla, Maxance, Nolan, Noah, Louise, Caroline, Wissam-Dine, Rafael, Lucas, Noélys, Shyrine, Claire, Lisa, Ilan, Julien, Mathis, Cybélia, Ilayda, Kylian, Anaëlle, Line, Sasha, Erblin, Timéo, Guillaume, Lilou, Bastien et Justine, Morgane, Iollan, Johan, Mathéo, Lucien, Océane, Alessandro, Nayla, Benjamin, Fiorenzo, Eva, Jules, Manon, Etan, Ilyesse, Célia, Quantin, Pauline, Amara.

41Source : Mairie de Belfort, service de l’état civil, Belfort mag, no 195, p. 28-29.

8. Les surnoms et les noms de famille

42Dans les registres paroissiaux, les surnoms apparaissent beaucoup moins souvent que dans les autres documents de la même période, par exemple les recensements de population.

  • 21 Voir les trois actes reproduits dans La revue française de généalogie, no 177, août-septembre 2008, (...)

43Rappelons que l’orthographe des noms de famille n’est pratiquement pas fixée avant le XVIIIe siècle. On trouve même des variantes surprenantes au cours du XIXe siècle, par exemple Gerbeau qui s’écrit aussi dans d’autres actes des mêmes années Gebaut ou Gébot.21

L’exemple du pays de Buch

44Le surnom désignait pleinement et exclusivement un individu. Il se substituait à la fois, au nom et au prénom et neuf personnes sur dix avaient un surnom. Lou Broy désignait, à la fin du XVIe siècle, le marchand testerin Jean Castaing, qui allait devenir baron d’Audenge en 1620. La Tortille désignait en 1700 Marie Rue, Veuve Ballan, sage-femme. Cependant, de nombreux surnoms étaient en fait des prénoms et ils devaient donc être associés aux noms de famille pour désigner la personne. Mais, pour la commodité, nous les classerons sous le chapitre des surnoms, car ils n’appartiennent pas au groupe des prénoms dérivés ci-dessus. L’influence de la langue gasconne était fondamentale dans la formation des surnoms et des prénoms de jadis. En effet, jusqu’au milieu du XIXe siècle, le gascon resta la langue en usage, plus spécialement dans les milieux paysans. Et ce gascon était aussi envahissant que peut l’être la langue anglaise de nos jours. On a vu ainsi que le surnom de « Facture » était la traduction gasconne du français facteur. On peut signaler aussi une transformation semblable du nom français de Hervé, porté par un des premiers sauniers d’Audenge (1770) et devenu au 19e siècle Herbet, nom de famille. Le surnom était dont établi selon les règles de la langue gasconne. Très généralement, il était donné aux enfants en bas âge. Souvent, il devenait héréditaire et, malgré les ordonnances de Villers-Cotterêts, on trouve encore des cas où le surnom élimine le nom de famille.

45Source : Pierre Labat, « Prénoms et surnoms d’autrefois en pays de Buch », Bulletin de la Société historique et archéologique d’Arcachon et du pays du Buch, no 29, 1981.

A la recherche des surnoms et des noms de famille en Nouvelle-France

46Que fait-on quand, dans un village, deux personnes portent le même nom ? Dans certains pays, on précise leur lieu de résidence.

47En France, dans plusieurs régions, on leur donnait des surnoms. Ainsi, quand mon ancêtre Pierre Jarret arriva à Vignieu, vers 1471 avec son père Barthélémy, il y avait déjà un autre Pierre Jarret. Pour les distinguer, on leur donna donc un surnom. Ainsi, nous voyons sur les documents d’époque, en latin, les noms de Barthélémy Hugon alias Jarret et un peu plus tard, sans doute quand il a hérité de son père, Pierre Hugon alias Jarret. Et l’autre Pierre est appelé Pierre Sibuet dit Jarret. On notera que le surnom est écrit avant le patronyme, mais il ne semble pas y avoir de raison sinon que Barthélémy serait le fils (ou le descendant) de Hugon Jarret et Pierre, celui de Sibuet Jarret (Sibuet étant un prénom dans cette région).

48Le surnom apparaîtrait donc, à cette époque comme le nom complet d’un ancêtre devenu nom de famille. On trouve d’ailleurs, en Nouvelle-France, les Paulhus descendants d’un Paul Hus (et non des Hus-Paul), tout comme des Gastonguay et Castonguay descendants de Gaston Guay.

49Tout comme les patronymes, les surnoms ont plusieurs origines. Ainsi, certains patronymes étaient des prénoms, même si ceux-ci ne sont plus utilisés (comme Bouchard ou Gaultier), d’autres des surnoms affectifs, des noms de métier, de lieux ou de guerre, etc. Les surnoms ont suivi la même mode.

50Voyons maintenant le problème. Mon ancêtre André Jarret, sieur de Beauregard, apparaît dans les registres avec son nom au complet, mais aussi comme Jarret ou comme Beauregard. Ses descendants peuvent avoir 4 noms de famille : Jarret dit Beauregard, Beauregard dit Jarret, Beauregard et finalement Jarret. Comme si ce n’était pas assez, plusieurs descendants de son fils Vincent ont aussi utilisé Vincent comme surnom, en plus de Jarret et de Beauregard. Ainsi, en 1888, nous avons le décès de Soeur St-Michel, sous le nom de Marie Céleste Jarret dit Beauregard dit Vincent. Par ailleurs, les surnoms sont portés par des familles, rarement par une seule personne. Il en résulte que l’on peut faire une liste de ces surnoms et ainsi savoir quels autres surnoms il faut rechercher. Dans certains cas, il y a peu de variations ou encore on peut trouver un acte sur un autre descendant de la personne recherchée et indiquant quel surnom a été utilisé. Mais dans d’autres cas, c’est une toute autre histoire et il faut rechercher pour les deux conjoints les différentes combinaisons possibles. De plus, il y a parfois des erreurs dans les retranscriptions ou encore des curés un peu sourds qui écrivaient les noms au son. Ainsi, des Jarret deviennent des Charest, ou encore, le nom Phaneuf, écrit Fanef, est lu comme Jarret.

51Source : Denis Beauregard, site FrancoGène, Québec, 2000.

Annexes

Annexe

Prénoms en latin

Nous indiquons ici les prénoms en suivant l’orthographe latine la plus fréquente dans les registres paroissiaux, et les variantes les plus communes.

Rappelons que beaucoup de prénoms sont mixtes à certaines périodes, par exemple, au XVIe siècle, les prénoms Anne et Jacques. Il en est de même pour Cécile, Philippe, etc.

Nous n’avons pas indiqué les prénoms qui s’écrivent de la même façon en latin et en français (Abraham, Lucas, Thobias, etc.), sauf s’il y a plusieurs possibilités de traduction, par exemple Anna, Barbara, Claudia, Maria, etc.

Les prénoms qui posent des problèmes particuliers de traduction (plusieurs possibilités, usages locaux, etc.) sont mis ici en caractères gras.

A

Achilleus : Achille

Adalbertus : Albert

Adamus : Adam

Adelais : Adélaïde

Adelhaidis : Adélaïde

Adelina : Adeline

Adryana : Adrienne

Adrianus : Adrien

Aegidius : Egide

Aemilia : Emilie

Agatha : Agathe

Agnus : Ange

Agnes : Agnès

Aimericus : Aymeric

Alanus : Alain

Albinus : Aubin

Albertus : Albert

Alexender : Alexandre

Alexia : Alexia

Alexius : Alexis

Alfonsus : Alphonse

Alix : Alice, Alix

Ambrosius : Ambroise

Aloisius : Loïc

Amalia : Amélie

Amalricus : Amaury

Amandina : Amandine

Amatus : Aimé

Ambrosius : Ambroise

Anatholia : Anatolia,

Anatolie

Anatolus : Anatoile

Andreas : André

Angela : Angèle

Anastasius : Anastase

Anna : Anna, Anne

Angeli : Ange

Anselmus : Anselme

Arnulfus : Arnoul

Antonia, Anthonia :

Antoinette, Toinette

Antonius Antoine

Appolonarius :

Appolinaire

Appolonia : Appolonie

Ariadna : Ariane

Armagila : Armelle

Armagilus : Armel

Armandus : Armand

Arnaldus : Arnaud

Arthurus : Arthur

Athanasius : Athanase

Augustinus : Augustin

Augustus : Auguste

Aurelia : Aurélie

Aurelianus : Aurélien

Aurora : Aurore

Auxilia : Axelle

Auxilius : Axel

B

Baptista : Baptiste (fille)

Baptistus : Baptiste (garçon)

Barbara : Barbara, Barbe

Barnabas : Barnabé

Bartha : Berthe

Bartholomea :

Bartholomée

Bartholomeus :

Barthélemy

Basilius : Basile

Beatrix : Béatrice

Beatus : Béat

Benedicta : Benoîte

Benedictus : Benoît

Beniamin : Benjamin

Benigna : Bénigne (fille)

Benignus : Bénigne (garçon)

Berangarius : Bérenger

Berengaria : Bérengère

Bernarda : Bernadette,

Bernarde

Bernardus : Bernard

Bertrandus : Bertrand

Blandina : Blandine

Blasia : Blaise (fille)

Blasius : Blaise (garçon)

Bona : Bonne

Bonaventura :

Bonaventure

Bonificius : Boniface

Brictius : Brice

Brigitta : Brigitte

C

Caelina : Céline

Caecilia : Cécile

Callistus : Calliste, Calixte

Camilia : Camille

Camillus : Camille

Carola : Charlotte, Carole

Carolina : Caroline

Carolus : Charles

Casimirus : Casimir

Catharin : Catherin ?

Catharina, Catherina :

Catherine

Cecilia : Cécile

Cerdicus : Cédric

Chloe : Chloé

Christianus : Chrétien,

Christian, Christophe

Christina : Christine

Christophorus :

Christophe

Clara : Claire

Clarissa : Clarisse

Claudia : Claude, Claudia

Claudius : Claude, Claudot

Claudina : Claudine

Clemens : Clément

Clementia : Clémence

Clementina : Clémentine

Clotildis : Clothilde

Columba : Colombe

Constantia : Constance

Coralia : Coralie

Corinna : Corinne

Cornelus : Corneille,

Cornil

Cosmas : Côme

Crescentia : Crescence

Cunigunda : Cunégonde

Cyprianus : Cyprien

Cyrillus : Cyrille

D

Damianus : Damien

Daniela : Danielle

Daphne : Daphné

Delphina : Delphine

Deodatus : Déodat, Dié,

Dieudonné

Desiderata : Désirée

Desideratus : Désiré

Desiderius : Didier

Diana : Diane

Dionisia, Dionysia : Denise

Dionisius, Dionysius :

Denis

Dominicus : Dominique

Domitilla : Domitille

Donatus : Donat

Dorothea : Dorothée

E

Edmondus : Edmond

Eduardus : Edouard

Egidius : Egide, Gilles

Elegius : Eloi

Elisabeth : Elisabeth,

Isabelle

Elodia : Elodie

Emericus : Emery

Emilia : Emilie

Emilius : Emile

Emmanuel : Emmanuel,

Emmanuelle

Ericus : Eric

Eugenia : Eugénie

Eulalia : Eulalie

Euphrosia : Euphrasie

Eusebius : Eusèbe

Eva : Eve

F

Fabianus : Fabien

Fabricius : Fabrice

Fannia : Fanny

Felicitas : Félicie, Félicité

Ferreolus : Ferréol

Fidelis : Fidèle

Flora : Fleur

Florens : Florent

Florentia : Florence

Florianus : Florian

Fortunatus : Fortuné,

Fortunat

Francisca : Françoise

Franciscus : Francis,

François

Frederica : Frédérique

Fredericus : Frédéric

G

Gabriel : Gabriel, Gabrielle

Gasparus : Gaspard

Genovefa : Geneviève

Genuveta : Geneviève

Georgia : Georgette

Georgina : Georgette,

Georgine

Georgius : Georges

Geralda : Géraldine

Geraldus : Gérald

Germana : Germaine

Germanus : Germain

Gertrudis : Gertrude

Gervatiu : Gervais

Girardus : Gérard

Gislena : Ghislaine

Gislenus : Ghislain

Godefridus : Geoffroy

Gregorius : Grégoire

Guarinus : Guérin

Guennaila : Gwenaelle

Guennailus : Gwenaël

Guido : Gui

Guilbertus : Gilbert

Guillelma : Guillaumette,

Guillemette

Guillelmus : Guillaume

Guillemeta : Guillemette

Guyeta : Guyette

Guyona : Guyone

Guzeta : ?

H

Halda : Aude

Hedvigis : Hedwige

Helena : Hélène

Heloisa : Héloise

Henrica : Henriette

Henricus : Henri

Henrieta : Henriette

Herveus : Hervé

Hieronymus : Jérôme

Hilarius : Hilaire

Hippolytus : Hippolyte

Hortensia : Hortense

Hubertus : Hubert

Hogo : Hugues

Huguettea : Huguette

Hyacinthus : Hyacinthe

I22

Ignatius : Ignace

Iolana : Violaine

Ionathas : Jonathan

Irenaeus : Irénée

Isabella : Isabelle,

Elisabeth

Isidorius : Isidore

Iudas : Jude

Iudicael : Gaël

Iudicaela : Gaelle

Iulia : Julie, Julia

Iulianus : Julien

Iustinus : Justin

Ivo : Yves

Ivona : Yvonne

J23

Jacintha : Hyacinthe

Jacoba : Jacques (fille)

Jacobea : Jacqueline

Jacobus : Jacques (garçon)

Jacquelina : Jacqueline

Jacqueta : Jacquette,

Jacqueline

Jaspardus : Garpard

Jeremias : Jérémie

Johanna : Jeanne

Johannes : Jean

Josepha : Josèphe,

Joséphine

Josephus : Joseph

Jossanus : Josse

Judas : Jude

Judoca : Judie

Judocus : Judoc, Jude

Julia : Julie

Juliana : Julienne

Julianus : Julien

Julius : Jules

Justinus : Justin

K

Katarina : Catherine

L

Launegisilus : Lionel

Laura : laure

Laurens : Laurent

Laurentina : Laurence

Laurentius : Laurent

Lauretia : Laurence ?

Leo : Léon

Leodegarius : Léger

Leonarda : Léonarde

Leonardus : Léonard

Leonoria : Eleonore

Lotharius : Lothaire

Lucas : Luc, Lucas

Lucia : Lucie, Luce

Ludovica : Louise

Ludovicus : Louis

Lurna : Laure

M

Magdalena : Madeleine

Marcelinus : Marcelin

Marcellus : Marcel

Marcus : Marc

Margarita, Margarita,

Marguareta (et les mêmes

avec deux T) : Marguerite

Maria : Maria, Marie

Marianna : Marianne

Marina : Marine

Marous : ?

Martha : Marthe

Martina : Martine

Martinus : Martin

Matheus : Mathieu

Mathildis : Mathilde

Matthaeus : Matthieu

Mauritia : Mauricette

Mauritius : Maurice

Maxentius : Maxence

Maximus : Maxime

Melania : Mélanie

Methodius : Méthode

Michael : Michel, Michael

Michaelissa : Micheline,

Michelette

Monica : Monique

N

Natalia : Nathalie, Noëlle

Natalis : Noël

Nicola : Nicole, Nicolette

Nicolaus : Nicolas

Nitherius : Nithier

Noemus : Noé, Noémi

Norbertus : Norbert

O

Odeta, Ondeta : Odette

Olivarius : Olivier

Oseus : Osée

Otho : Eudes

Odilia : Odile

P

Pancratius : Pancrace

Paschalis, Paschalius :

Pascal

Patricius : Patrice

Paula : Paule

Paulina : Pauline

Paulinus : Paulin

Paulus : Paul

Pelagia : Pélagie

Perpetua : Perpétue

Perreneta, Perrereta (et

les mêmes avec un seul

R et-ou avec deux T) :

Perrenette, Pernette, etc.

Petra : Perrine

Petreta : Perrine, Pierrette

Petronilla : Pétronille

Petrus : Pierre

Philiberta : Philiberte

Philibertus : Philibert

Philippa : Philippe (fille)

Philippus : Philippe (garçon)

Pierreta : Pierrette

Pius : Pie

Polycarpas : Polycarpe

Pontius : Pons

Q

Quintinus : Quentin

R

Radegudis : Radegonde

Raimundus : Raymond

Raffau : Raphaël

Raphael : Raphaëlle24

Regina : Reine

Reginaldus : Renaud,

Regis

Remigius : Rémi

Renata : Renée

Renatus : René

Robertus : Robert

Rodolphus : Rodolphe

Rogeria : Rogère

Rogerius : Roger

Rolandus : Roland

Romanus : Romain

Romaricus : Romaric

Romualdus : Romuald

Rosa, Roza : Rose

Rosalia : Rosalie

S

Sabina : Sabine

Sara : Sarah

Scholastica : Scholastique

Sebastianus : Sébastien

Severinus : Séverin

Soloncia : Solange

Sigfredus : Siegfried

Silvanus : Sylvain

Silverter : Sylvestre

Silvia : Sylvie

Simon : Siméon, Simon

Sixtus : Sixte

Sophia : Sophie

Stephana : Etiennette,

Stéphanie

Stephaneta : Etiennette,

Stéphanie

Stephanius : Etienne,

Stéphane

Susanna : Suzanne

T

Tanguidus : Tanguy

Tassanius : Toussaint

Teresia : Thérèse

Theobaldus : Thiebaud,

Thibault

Theodoricus : Théodore,

Thierry

Therasia : Thérèse

Thyrius : Thierry ?

Timotheus : Thimothée

Titus : Tite

Tossanius, Tossanus,

Toussannus : Toussaint

Tristanus : Tristan

Tussanus : Toussaint

Tyritius : Thierry ?

U

Uldaricus : Ulrich

Ursula : Ursule

V

Valentina : Valentine

Valentinus : Valentin

Valeria : Valérie

Valerianus : Valérien

Valerius : Valère

Venceslaus : Venceslas

Veronica : Véronique

Victoria : Victoire

Vincentius : Vincent

Virginia : Virgionie

Vitus : Vit

Vitalis : Vital

Notes

21 Voir les trois actes reproduits dans La revue française de généalogie, no 177, août-septembre 2008, p. 53.

22 Dans les écritures anciennes, I égale J et réciproquement : en conséquence, on peut trouver, par exemple, le prénom Jude écrit Judas mais aussi Iudas.

23 Voir la note concernant la lettre i.

24 Sauf si l’acte précise qu’il s’agit d’un garçon.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search