Version classiqueVersion mobile

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

Chapitre 5. La naissance, le baptême, la famille

Texte intégral

1Les registres paroissiaux permettent de connaître non seulement les naissances et les baptêmes mais aussi de reconstituer les familles. Après l’exposé de la méthode de base, nous présenterons successivement les différentes possibilités d’exploitation de ces actes.

1. Un point de méthode : des baptêmes à la reconstitution de la famille

2La méthode de reconstitution des familles a été mise au point par le démographe Louis Henry, au milieu du XXe siècle, comme le raconte Pierre Goubert le pionnier des applications historiques :

Pratiquement, cette méthode peut se ramener à deux séries d’opérations :d’abord, relever avec le plus grand soin tous les mariages célébrés dans une certaine paroisse, pendant une certaine période ; puis suivre pas à pas, acte par acte, l’histoire des ménages constitués en notant tous les événements démographiques datés qui surviennent dans leur sein. C’est la méthode de la « reconstitution des familles ». En Beauvaisis, nous l’avons appliquée à la paroisse d’Auneuil, à partir de tous les mariages célébrés entre 1656 et 1735. Le seul inconvénient de cette tâche passionnante, mais très lente, est son caractère limité et réduit. Mais sa sécurité suffit à l’imposer. Plusieurs autres « reconstitutions » ont été entreprises hors du Beauvaisis. La multiplication des applications de cette technique permettra seule d’atteindre, en matière de démographie ancienne, des résultats qu’on pourra présenter, ou peu s’en faut, comme des certitudes. Ils permettront même d’interpréter, de corriger, d’utiliser avec plus de discernement des procédés de travail plus simples, et bien plus rapides : on saura alors la marge de sécurité qu’il convient de leur attribuer. Du simple comptage aux « reconstitutions », toute une gamme de procédés a donc été mise en œuvre pour tirer le maximum de renseignements sérieux de registres paroissiaux soigneusement critiqués.

3Source : Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle : Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, S.E.V.P.E.N., 1960, réédition (version abrégée) Paris, Flammarion, 1968, p. 51.

2. Symboles conventionnels pour l’étude des familles

Source : Peter Laslett, « La famille et le ménage : approches historiques », Annales économie, société, civilisation, juillet-octobre 1972, p. 847-872.

3. Actes de baptêmes et de naissances : banalité et originalité

Acte de baptême, à Juicq (Saintonge, auj. Charente-Maritime) en 1672

4Le premier novembre mil six cent septante deux, je soussigné ais baptisé Isaac Besnard, né la nuit du vingt huitième octobre dernier, venant au vingt neufiesme vers la minuit, fils légitime de Me Jacques Besnard maistre chirurgien et d’honeste femme Marthe du Casse habitants dans la présente paroisse, à été parein honorable homme Isaac Ducasse sieur de Citieres habitant du bourg de Saint-Just-lès-Marennes [auj. St-Just-Luzac] et marenne honeste femme Marie Mareschal, femme du sr. Louis Durand marchand et messager de Paris habitant de la ville de Saintes, qui ont signes avec moy ainsi signé Ducasse, Marie Mareschal, L. Durand, et Rives curé de St-Pierre de Juïc.

5Source : registre paroissial de Juicq (Charente-Maritime), copie communiquée par Jean Prieur que je remercie.

Actes de baptêmes à Sauternes (Guyenne, auj. Gironde), en 1767

6L’an mil sept cens soixante sept le quinze avril, j’ai baptisé un fils légitime de (blanc) Poujarbieu et de Marie Lafon habitans de cette paroisse. Cet enfant est né aujourd’hui. On lui a donné le nom de Jean parrein Jean Besiade, marraine Jeanne Lafon habitans de cette paroisse qui on déclaré ne sçavoir signer. En foi de quoi : David, curé de Sauternes

7L’an mil sept cens soixante sept le seize avril, j’ai baptisé une fille légitime de Martin Barbe et de Marie Lados habitans de cette paroisse. Cette fille est née aujourd’hui. On lui a donné le nom de Thérèse parrein Bernard Lados marraine Thérèse Puzos habitans de la paroisse de Preignac qui ont déclaré ne sçavoir signer. En foi de quoi : David, curé de Sauternes.

8L’an mil sept cens soixante sept le trente avril, j’ai baptisé une fille légitime de Jean Latestère et de Jeanne Léglise habitans de cette paroisse. Cette fille est née aujourd’hui. On lui a donné le nom de Marguerite parrein Pierre léglise habitant de la paroisse de Roaillan, marraine Marguerite Latestère habitant de cette paroisse lesquels ont déclaré ne sçavoir signer. En foi de quoi : David, curé de Sauternes.

9Source : Archives départementales de la Gironde, registres paroissiaux de Sauternes ; documents transcrits et communiqués par Stéphane Minvielle

Un second baptême, à La Tour-d’Aigues (auj. Vaucluse) en 1562

10S’ensuivent ceulx que sont esté baptisés en l’esglise parrochiale de La Tour d’Aigues tant de ceulx que avion testés baptisés par les ministres de hérésie prêchantz l’hérésie au païs de Provence et mesmement en la val d’Aygues que aultres que n’estions point encores baptisés estantz en fuite en ce présent lieu de La Tour d’Aigues par occasion de la deffette que fut faicte au dict pays de Provence.

11Et premièrement l’an 1562 et le mecredi XXIIIIe du mois de jung, jour de feste de la nativité moussieur sainct Jehan Baptiste, feurent baptizés toulz ceulx que s’ensuivent :

12Et premièrement le susdict jour feut baptisé Jehan filz de Angelin Michel de La Bastide en Jourdan, que avoit esté baptizé par le ministre de Cabrières audict Cabrières, parrin le seingeur de la Bastide en Jourdan, marrine honneste Anne, femme de Jaques Vian.

13Le mesme feut baptisée Marie filhe de Anthoine Pasquau de Cabrières, parrin Honourat Guissor de Ais, marrine doumayselle Marie de Bourredon, femme de maître Charles de Sainct Roman.

14Source : Archives départementales du Vaucluse : série E ; publié par Gabriel Audisio et Isabelle Bonnot-Rambaud, Lire le français d’hier, manuel de paléographie moderne, Paris, Armand Colin, 1991, p. 156.

Acte de baptême de Vauban, à Saint-Léger-de-Fourcherets (auj. Yonne) en 1633

15Le quinzième de may mil six cent trente-trois a esté baptisé Sébastien, fils de Albin Prestre, escuyer, et de damoiselle Edmée Carmignolle. Son parrain, Messire Sébastien Clairin, curé de Cordois. Sa marraine, Judith d’Ham, veuve de Messire Georges Bierry.

16Source : Archives municipales de Saint-Léger-Vauban (Yonne). Saint-Léger-de-Fourcherets a pris le nom de Saint-Léger-Vauban en 1867. Acte publié par Anne Blanchard, Vauban, Paris, Fayard, 1996, p. 21.

Acte de baptême d’un adolescent « nègre » à Cuers (Provence, auj. Var), en 1737

17Du second du mois de février mil sept cens trente sept, Jaques François, nègre de nation du royaume de Congo, province Solanne, ne sachant ni le nom ni le surnom de ses père et mère, âgé d’environ treize ou quatorze ans, emmené en cette ville par Mr Jaques de Varaine, originaire de Paris, nous ayant témoigné plusieurs fois qu’il désiroit ardamment depuis longtems de recevoir la grâce du saint baptême, nous soussigné, prévôt de cette église collégiale et paroissiale, après l’avoir éprouvé pour conoître si son désir étoit sincère et l’avoir instruit des mistères de notre sainte religion et selon les ris [=rites] de notre sainte mère l’Eglise catholique, apostolique et romaine, l’avons baptisé sous condition, ensuite de la permission expresse qui nous a été donée par Mgr l’évêque de Toulon en date du seize du mois de janvier dernier ; son parrein a été Mr Jaques de Varaine et sa marreine damoiselle Henriette de Varaine, sa fille, veufve de Me François Pelegrin, en son vivant procureur du roy aux juridictions de cette ville, en présence de Mrs Destienne et Pomet, curés de cette paroisse et des témoins et Messire Basile d’Entrechaux, capistol, et de Messire Louis Gueirard, chanoine, qui ont signé avec les parrein et marreine et nous.

18N.B. : Le baptême est célébré « sous condition » peut-être parce que personne ne peut prouver que l’enfant n’a pas déjà été baptisé. Par ailleurs, deux curés sont mentionnés pour la même paroisse : les signatures sous l’acte montrent que Pomet est le curé, Destienne étant peut-être un vicaire.

19Source : registre paroissial de Cuers (Var), Archives départementales du Var : 2 Mi EC 1170 ; document relevé par Luc Clément, transcrit et publié par Gérard d’Arundel de Condé, Généalogie Magazine, no 274, octobre 2007, p. 44-45.

Acte de baptême, à Dambenois (Franche-Comté, auj. Doubs), en 1752

20Catherine, fille illégitime d’Anne Catherine Menegaux, fille de Jean Menegaux et d’Anne Catherine Bermon de Dambenoy, et selon qu’elle l’a déclaré, de Pierre Fontaine, fils de feu jean Fontaine et de Vuillemette Donzel, aussi de Dambenoy, naquit audit lieu le 26 mars 1752 et fut batisée le même jour dans le temple de Dambenoy, présentée au Saint Sacrement du baptême par Jean Georges Menegaux laboureur audit lieu en qualité de parrain et par Anne Catherine Barbier, femme d’honorable Jean Christophe Menegaux, ancien de l’église de Dambenoy, en qualité de marraine, l’avant nommé Ancien Menegaux aïant représenté le père. Dieu la bénisse et la fasse plus sage que les père et mère.

21Source : Archives municipales de Dambenois (Doubs) : registre paroissial de 1720-1756, acte relevé et communiqué par Maurice Gresset.

Acte de baptême protestant, à Montauban (auj. Tarn-et-Garonne), en 1684

22Le 8 octobre 1684, à Montauban dans la maison de Mr Daniel Rossaldy, avocat, à neuf heures du matin, par moi Jean Bories, ministre de Montauban de ceux de la Religion prétendue réformée, en présence de Mr Antoine Roucoules, conseiller plus ancien du Sénéchal et Présidial de Montauban, député par arrêt du conseil du 18 août 1684, a esté baptisé un fils dudit Rossaldy et demoiselle Olimpe de Petit, mariés, né le même jour, environ cinq heures du matin. Parrain le sieur Daniel Sepais, bourgeois, habitant de Montauban, marraine demoiselle Esther de Lami, femme de Mr Jean Petit, ministre de Laparade, absente, demoiselle Marie de Petit, veuve de M. Philippe de Latouche, docteur en médecine, habitante audit Montauban, faisant pour elle, et lui a esté imposé nom Daniel. Les père, parrain et ladite demoiselle Petit sa tante se sont signés.

Sepais, parrain

M. de Petit

De Rossaldy, père

Bories, ministre

Le susdit baptême de Daniel

Source : Transcrit par Michel Nicolas, « Les registres de baptêmes, mariages et décès des protestants de Montauban du 17 décembre 1564 à la fin de 1792 », Bulletin de la Société d’histoire du protestantisme français, tome XXIII, 1874, p. 31-37, 506-519, 558-565.

Acte de baptême du père d’Honoré de Balzac, en 1746

23Bernard François Balssa, fils de Bernard Balssa, laboureur et de Jeanne Granier, mariés de la Nougayrié, paroisse de Canezac, est né le vingt deux juillet mil sept cent quarante six, environ les six heures du matin et batisé le même jour dans l’église dudit Canezac : parrain, François Granier, ayeul, et marraine, Jeanne Nouvialle, ayeule du batisé, de la Pradelle, illetrés. Signé Vialar, prêtre.

24Source : registre paroissial de Saint-Martin de Canezac (commune actuelle de Montirat), Archives départementales du Tarn ; acte publié par Roger Pierrot, Honoré de Balzac, Paris, Fayard, 1994, p. 5.

Actes de baptêmes, paroisse de Rioz (Haute-Saône) en 1600.

Un baptême protestant, clandestin, près de Die (auj. Drôme), en 1771

25L’an mil sept cent soixante onze et le cinquième septembre j’ai baptisé, em présence de plusieurs témoins, Jean Estié, né le vingte troizième du mois d’aoust dernier, au lieu des Gallands, hamau de Minglon diocèse de Die, fils légitime de François et de Margueritte Athenol, son parrain a esté Jean Estié, son oncle, et sa maraine Margueritte Estié, sa tante, tous du dit lieu des Gallands ; ainsi je l’ateste pour servir à ce que de besoin. Marcel, ministre du saint Evangile.

26Source : document publié par Gabriel Audisio, « Un baptême clandestin », Revue française de généalogie, avril-mai 2006, no 163, p. 45.

Une naissance dans l’Océan Indien, en 1817

27Ce jour dix sept avril mil huit cent dix sept à six heures et demie du soir, par la latitude de cinq degrés vingt huit minutes sud et quatre vingt deux degrés cinquante huit minutes de longitude, a accouché Mme Borgnis-Débordes, née Elisa de Boistel, âgée de vingt ans, d’un enfant mâle auquel on a donné les prénoms de Eugène, épouse de Mr Jean Baptiste Rémy Borgnis Débordes, lieutenant de vaisseau embarqué à bord de ladite flûte la Licorne, faisant son domicile à Brest département du Finistère.

28Le présent acte de naissance est dressé en vertu de l’article cinquante sept du code civil, en présence du père, Mr Jean Baptiste Rémy Borgnis Débordes, âgé de trente cinq ans lieutenant de vaisseau chargé du détail à bord de la flûte du roi la Licorne, domicilié à Brest, département du Finistère, de Mr Herbert comte de Saint-Simon, capitaine de frégate commandant ladite flûte du roi la Licorne, âgé de quarante trois ans, domicilié à Rochefort, département de la Charente inférieure et de Mr Alphonse Stanislas Demaré, lieutenant de vaisseau, âgé de vingt neuf ans et embarqué aussi sur ladite flûte du roi la Licorne ; domicilié à Brest département du Finistère.

29Signés, A. Demaré, Borgnis Débordes, lieutenant de vaisseau, le commis aux revues remplissant les fonctions d’officier civil, signé Virebent, le comte de Saint-Simon. Vu et enregistré sur le rôle d’équipage du bureau des armements. Le commissaire de marine, signé Clémansin.

30Source : Archives de la Marine, Vincennes ; document relevé par Luc Clément, de Marseille, et publié par Gérard d’Arundel de Condé, « Naissance en mer, 1817 », Gé-Magazine, no 260, juin 2006, p. 34-35.

Le père est absent

Pour se conformer à la déclaration royale de 1736, les curés devaient mentionner la présence ou l’absence du père lors d’un baptême. Dans la pratique, ils ignorent souvent cette prescription. Tel est le cas dans la région de Lille.

A Mouvaux :

Le père absent, parce que selon la coutume du lieu il n’assiste pas au baptême de leur enfans selon la déclaration de Monsieur Simon, défunt curé de la paroisse (1778)

Je n’ai point marqué dans les baptêmes le père absent ou présent parce qu’il n’y s’y trouvent jamais (1781)

Je soussigné déclare que je n’ai point marqué dans les enregistrements de baptêmes le père absent ou présent parce qu’ils n’y assistent jamais, mais ils sont toujours censés présens, parce que ce sont les pères qui viennent avertir le curé pour baptiser leurs enfants. (1783)

Je soussigné déclare : Messieurs les conseillers de la gouvernance que je n’ai point marqué dans les actes de baptêmes le père présent ou absent parce qu’ils ne se trouvent jamais aux baptêmes de leurs enfans, mais ils sont censés présens parce que les pères viennent prier le curer de baptiser leurs enfans. (1786)

Source : Registres paroissiaux de Mouvaux, relevés par Gérard Ranson, « Le père absent », Nord Généalogie, no 94, 1988, p. 447-448.

A Tourcoing :

Je soussigné vicaire de cette paroisse ay baptisé Marie Anne Joseph, née ce jour en légitime mariage de Stanislas Joseph Lemaire, peigneur, et de Marie Anne Joseph Delescluse, domiciliés en cette paroisse. Parrain Louis François Joseph Daudenarde, marraine Marie Anne Joseph Noulet. Le père absent. Ils ne savent écrire. P.C. Delcourt, vicaire.

C’est donc par son absence que le père se distinguait au XVIIIe siècle. Rien de commun avec les époques postérieures où la mère seule était retenue à la maison par la coutume des relevailles et représentée au baptême par la marraine. Sous l’Ancien Régime, à Tourcoing, le père n’assistait pas au baptême, en général : sur les cent premiers baptêmes célébrés cette année-là, 1772, trois pères seulement parurent à la cérémonie : un marchand, un apothicaire, un chapelier. Le commun des mortels poursuivait son labeur. Mais il n’en était pas de même dans la première moitié du XVIIIe siècle (vers 1737-1745). Sa présence est alors certaine au moins une fois sur trois. En 1743, le père est présent deux fois sur trois, et en 1756 une fois sur deux. Ensuite, il n’apparaît plus guère.

N.B. Avant 1736, les registres ne précisent pas la présence ou l’absence du père.

Source : Archives municipales de Tourcoing : registres des baptêmes de 1737 à 1792 ; cf. Paul Delsalle, « Sur les fonts baptismaux », Tourcoing et le pays de Ferrain, no 11, 1988, p. 5-17.

4. La dimension des familles

Maternité et familles à Bourg (Bresse, auj. Ain) au XVIe siècle : méthode et résultat

31Le nombre d’enfants nés dans une famille augmente régulièrement avec la durée de l’union : il est donc en relation avec l’importance de la mortalité des adultes. Pour isoler l’influence de ce facteur, on étudie d’abord les familles complètes (qui n’ont pas été brisées avant la fin de la période féconde de l’épouse), puis l’ensemble des familles observées.

32Pour utiliser le plus grand nombre de fiches possibles, ont été considérées comme complètes les unions qui n’ont pas été rompues avant le quarante-quatrième anniversaire de la femme. Si l’on exclut les femmes mariées après 30 ans, sont ainsi disponibles 29 fiches de familles ouvertes dans la période 1560-1599.

33Les femmes observées ont leur dernier enfant entre 29 et 47 ans, à 39,1 ans en moyenne. [Ici l’auteur publie un tableau détaillé]

34Cet âge moyen à la dernière maternité était de 39,8 à Pont-de-Vaux dans la période 1582-1610, de 39,4 ans en Lorraine. Il est de 40,3 ans dans les monographies du Bassin parisien sous Louis XIV : les femmes ont donc, à cette époque, leur dernier enfant un an plus tard qu’au XVIe siècle.

35Cet âge moyen de 39,1 ans est lié à un mariage précoce (21,4 ans pour ces 29 femmes, qui sont donc représentatives de l’ensemble), si bien que la constitution de la famille (durée moyenne de l’union à dernière naissance) s’échelonne sur 17,6 ans en moyenne. On peut vérifier que l’âge à la dernière naissance n’est pas indépendant de l’âge au mariage :

femmes mariées

nombre

âge à la dernière naissance

temps constitution famille

nombre d’enfants

Avant 20 ans

12

37,8

20,3

9,3

A 20-29 ans

17

40

15,8

8,4

36Les femmes mariées avant 20 ans ont donc leur dernier enfant deux ans plus tôt que celles qui se marient entre 20 et 29 ans : le temps de constitution de la famille dépasse rarement vingt ans. La stérilité survenait sans doute dans de nombreux cas après des accouchements répétés.

37Source : Extraits de Denise Turrel, Bourg en Bresse au XVIe siècle, les hommes et la ville, Paris, Société de démographie historique, 1986, p. 223-231.

5. La natalité

Le rythme des naissances, à Metz (auj. Moselle), paroisse Saint-Eucaire, de 1645 à 1649

38Il s’agit ici du nombre mensuel des baptêmes qui traduit probablement une partie de celui des naissances : on ignore en effet le nombre d’enfants nés mais non baptisés.

Source : Archives municipales de Metz : GG 23

6. Le nombre d’enfants

Le nombre d’enfants dans les ménages d’ouvriers en soie à Lyon, paroisse Saint-Georges, en 1769

nombre d’enfants

ménages

veuves

total

1 enfant

35

7

42

2 enfants

55

6

61

3 enfants

46

2

48

4 enfants

44

2

46

5 enfants

35

1

36

6 enfants

14

2

16

7 enfants

7

7

8 enfants

4

1

5

9 enfants

3

3

10 enfants

1

1

39Le tableau complémentaire suivant permet d’observer l’étonnante natalité des familles d’ouvriers en soie du quartier Saint-Georges :

enfants par familles

nombre de familles

total des enfants

3 enfants

3

9

4 enfants

14

56

5 enfants

28

140

6 enfants

42

252

7 enfants

25

175

8 enfants

25

200

9 enfants

25

225

10 enfants

18

180

11 enfants

20

220

12 enfants

15

180

13 enfants

9

117

14 enfants

4

56

15 enfants

4

60

16 enfants

6

96

17 enfants

2

34

20 enfants

1

20

total

240

2020

Source : Maurice Garden, Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1975, p. 48-50.

7. Familles nombreuses : forte fécondité, forte mortalité infantile

40Les registres paroissiaux permettent la reconstitution des familles : on y mesure la forte fécondité, souvent, mais aussi la très forte mortalité infantile. Voici quelques exemples choisis dans des milieux pourtant privilégiés, en Franche-Comté. Partons d’un cas très connu, celui de Nicole Granvelle. Epouse de Nicolas Perrenot de Granvelle, chancelier de Charles Quint, elle met au monde son premier enfant à l’âge de 21 ans et son dernier à l’âge de 46 ans.

22 mai 1514 : un fils, mort en bas âge

2 septembre 1515 : Jeanne, morte en bas âge

16 juillet 1516 : Marguerite, qui aura huit enfants

26 août 1517 : Antoine (le futur cardinal)

28 mars 1518 : Etiennette

28 mars 1519 : Henriette (qui aura sept enfants)

9 juin 1521 : Thomas (qui aura onze enfants)

28 novembre 1522 : Jacqueline, décédée en bas âge

14 mai 1524 : Jérôme (ou Hiérosme)

20 octobre 1525 : Marguerite

  • 20 Ce qui est impossible, compte tenu de la date de naissance de Marguerite. Il y a ici, à l’évidence, (...)

5 janvier 152620 : Anne

3 mars 1527 : Laurence

9 janvier 1531 : Françoise ; décédée à six mois

9 janvier 1531 : Charles (son frère jumeau)

2 avril 1536 : Frédéric.

Elle met donc au monde quinze enfants, dont quatre décédés en bas âge. Même dans ce milieu social protégé et privilégié, la mortalité infantile reste importante.

Claudine Blanchoz, épouse de Jean Froissard, un parlementaire de Dole, donne de la même façon de nombreux enfants à son mari :

Claudine, en novembre 1573 ; décédée en avril 1574

Claude, en octobre 1574

Une fille (Anne ?), en février 1576 ; décédée trois semaines plus tard

Symon, en avril 1577 ; décédé en octobre 1578

Catherine, en novembre 1578 ; décédée en août 1580

Une fille (Charlotte ?), en mai 1580

Anne, en août 1580

Jean-Baptiste, en août 1582 ; décédé quelques jours après

Magdelaine, en août 1583

Jehan Symon, en mai 1586

Une naissance (mais lacune du manuscrit en 1587 et 1588)

Jehan, en mars 1589

Marie Xprainne (Chrétienne ?), en juillet 1591

Une fille, en octobre 1593 ; quatorzième enfant (en vingt ans) « que fut une fille, assez heureusement (graces à Dieu) ».

A un niveau social probablement comparable, Renobert de Mesmay, de Quingey, épouse en l’église d’Arguel, à la Saint-Michel 1538, Philippe (sic) de Boisset, qui lui donne sept enfants, quatre fils et trois filles. Or, ils meurent tous, très certainement en bas âge, sauf l’une des filles, Anne, née rue des Granges à Besançon, le lundi après le dimanche des Brandons 1546. Le destin s’acharne sur la pauvre Philippe de Boisset : elle meurt elle-même en couche, en août 1550, à la naissance de son dernier fils. En douze ans, cette femme a mis au monde sept enfants.

Descendons encore un peu dans l’échelle sociale. François Goubot et Anathoile Mairot, domiciliés rue d’Arans, à Dole, ont neuf enfants en seize ans :

Claude (fille), née le 14 février 1584

Ancely (fille), née le 29 octobre 1585 ; décédée le 9 mars 1588

Marguerite, née le 19 février 1588

Etienne, né le 16 mars 1590 ; décédé le 6 octobre 1591 : « il mourut pendant certaine vérolle qui feit mourir une infinité d’enffans »

Claude François, né le 7 mars 1592 ; décédé le 8 juin 1592

Charlotte, née le 8 juin 1593 ; décédée le 29 septembre 1595 (d’une rougeole suivie d’une « fièvre » : elle n’avait plus que la peau sur les os, selon le témoignage de ses parents)

Jehan, né le 18 mai 1595 ; décédé le 3 février 1597 : « en estant sur l’eaige de XVIII mois, sa mère le voulant détrier [=sevrer] il eust une si grande maladie que l’on pensoit il deust mourir » Anathoile (fille), née le 31 mars 1597

Elisabeth, née le 3 avril 1600.

En somme : neuf enfants dont cinq morts en bas âge.

Un sort encore plus cruel est jeté sur Etienne Picard et sa femme Catherine Mairot, à Pesmes. Ils ont aussi neuf enfants, mais en vingt-et-un ans :

Pierre, né le 18 février 1571, décédé le 29 octobre 1586 à cause de la peste

Claudine, née le 22 juin 1573, décédée le 24 octobre 1586 à cause de la peste aussi

Claude (fille), née à la fin du mois d’août 1575, décédée le « jour de sainct

Siforian » 1586, elle aussi en raison de la peste

Jehan, né le 28 mars 1578

Henryette, née le 25 février 1583, décédé en juin 1585

Etienne, né le 26 juillet 1586

Jehanne, né le 6 avril 1588

Claude (fille) et Jacques, des jumeaux nés le 8 octobre 1590 : Claude est décédée le 12 septembre 1595 et Jacques le 30 septembre de la même année Loyse, née le 10 décembre 1592, décédée en 1595.

Autrement dit, sur ces neuf enfants, sept sont morts.

41Source : Registres paroissiaux et livres de raison ; cf. Paul Delsalle, Les Franc-comtoises à la Renaissance, Saint-Cyr, Sutton, 2005, p. 26-36.

Famille nombreuse à Rouvres-en-Multien (Ile-de-France, auj. Oise), au XVIIIe siècle

Prénom de l’enfant

date de naissance

intervalle

âge de la mère

destin

Claude Louis

22 octobre 1715

15 mois

17 ans

marié à 26 ans

Marie Marguerite

14 janvier 1717

14 mois

18 ans

mariée à 22 ans

Guillaume

1er octobre 1718

20 mois

20 ans

mort à 10 ans

Renée

14 septembre 1719

11 mois

21 ans

vivante à 12 ans

Marie Anne

5 décembre 1720

14 mois

22 ans

morte à 1 an

Geneviève Angélique

4 février 1722

13 mois

23 ans

mariée à 18 ans

Madeleine Henriette

16 avril 1723

14 mois

24 ans

morte à 5 jours

Claudine

16 avril 1723

24 ans

mariée à 20 ans

Bernard

8 septembre 1724

16 mois

26 ans

mort à 3 ans

Claudine Félicité

11 janvier 1726

16 mois

27 ans

mariée à 25 ans

Marie Anne Catherine

14 mai 1727

16 mois

28 ans

inconnu

Anne Dorothée

8 août 1728

14 mois

30 ans

vivante à 15 ans

Charles

2 décembre 1729

15 mois

31 ans

marié à 25 ans

Thérèse Eléonore

13 février 1731

14 mois

32 ans

vivante à 48 ans

Jeanne Thérèse

6 juillet 1732

16 mois

34 ans

inconnu

Ursule

21 octobre 1733

15 mois

35 ans

vivante à 46 ans

Rose Cécile

19 mai 1735

18 mois

36 ans

morte à 3 mois

Agathe

5 juin 1738

18 mois

38 ans

vivante à 42 ans

Alexandre François

20 juin 1738

18 mois

40 ans

inconnu

Béatrice

20 juin 1738

40 ans

inconnu

Source : Archives communales de Rouvres-en-Multien, registres paroissiaux ; d’après Jean-Marc Moriceau, Les fermiers de l’Ile-de-France, l’ascension d’un patronat agricole, XVe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1994, p. 571.

« Les enfants que Dieu m’a donnés » (Besançon, Franche-Comté, auj. Doubs) au XVIIIe siècle

42Le notaire Alexandre Barbier, à Besançon, a tenu un « livre de raison » ou journal. Il y évoque ses quinze enfants, nés d’un premier mariage, sans la moindre complaisance. On y relève parfois des contradictions avec les informations consignées dans les registres paroissiaux.

43Au début de chaque volume de son journal, le notaire place une liste de ses enfants. Le dernière est assortie d’appréciations marginales, où seuls les disparus échappent à la rancœur paternelle.

• Thérèse Danielle, née le vendredi 22 février 1742 à une heure après midi. Morte en 1747, brave enfant.

N.B. : Le registre de la paroisse Saint-Jean-Baptiste mentionne ce décès à la date du 15 avril 1748.

• Etiennette Gabrielle, née le vendredi 18 avril 1743 à 5 heures du matin. Morte à deux ans.

N.B. : en réalité, elle avait plus de trois ans.

• Anne Victoire, née le jeudi 7 mai 1744, à 2 heures du matin. Enfant décidé.

• Claude Nicolas, né le jeudi 1er avril 1745 à 3 heures du matin. Enfant errant et vagabond.

• Jeanne Françoise, née le vendredi 2 septembre 1746 à 9 heures du soir. Belle enfant et aimable, morte en 1750.

• Jeanne Josèphe, née le vendredi 15 septembre 1747, à 2 heures du matin. Enfant trompeur et débauché.

• Jacques Josèphe, né le vendredi 30 août 1748, à 6 heures du matin. Mort en 1749.

• Gabrielle Françoise, née le vendredi 1er septembre 1749, à 6 heures du matin. Enfant rebelle.

• Charles Jérôme Protade, né le mercredi 30 septembre 1750. Enfant beau et vertueux, mort en 1761.

• Jean Charles, né le dimanche 14 mai 1752. Enfant laid et rempli de malice, dénaturé et vrai monstre, infâme et malheureux suivant les paroles du Saint-Esprit proférées par la bouche du Sage, ayant affligé son père.

• Marguerite, née le mardi 8 mai 1753. Enfant cachée, indocile et volontaire, voulant vivre à sa fantaisie.

• François Frédéric, né le dimanche 11 mai 1755, à 5 heures du matin. Enfant dissimulé et d’un génie presque atroce.

• Jean Louis, né le dimanche 11 juillet 1756, à 6 heures du matin. Mort en 1757.

• Joseph Bonaventure, né le samedi 14 septembre 1757, à 7 heures du soir. Bel enfant, né bien conforme, trompé par sa nourrice, ce qui l’a rendu mal venant et difforme, au surplus annonçant bien, mais inspirant de la crainte à cause de la difficulté qu’il y a à le conduire.

• Jeanne Pierrette, née le lundi 8 janvier 1759, à 3 heures du matin. Jolie enfant et très bien conformée, je l’ai mise à la Visitation d’abord, après la mort de sa mère, à l’âge de neuf ans, pour la soustraire aux mauvais exemples de ses frères et sœurs, où elle a demeuré quatre ans, et on me l’a rendue difforme. Pour les mœurs, l’enfant ayant été élevée dans l’inutilité et la dissipation comme ses sœurs, elle a fait peu de progrès dans le couvent pendant quatre ans et a exécré ses supérieures et maîtresses de pension, et en est sortie avec l’esprit d’indocilité et d’inapplication qu’elle y avait porté et un maintien défiguré.

44Source : Maurice Gresset, Une famille nombreuse au XVIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1981, p. 14-14 et 73-74.

8. La mise en nourrice

Les enfants mis en nourrice à Pommard (Bourgogne, auj. Côte-d’Or) au XVIIIe siècle

45Des femmes de Pommard prennent en nourrice des enfants de la ville voisine, Beaune, le plus souvent. Ils vivent peu de temps.

Source : Archives départementales de la Côte-d’Or : registres paroissiaux de Pommard, en série E, no 492 ; relevés effectués par Benoît Garnot.

9. Les naissances illégitimes

L’inscription des mentions de l’illégitimité sur les registres, en Lorraine au XVIIe siècle

46Les rédacteurs des registres paroissiaux portaient mention des enfants illégitimes. Parfois avec un certain humour : à Vaudeville, le 27 juillet 1634, baptêmes d’Anne, « fille de Claudon, fille de Mathis Bouvier de Vaudeville et pour le père le nom restera dans ma plume ». Quelquefois, le nom du père était indiqué « selon le serment de la mère ». Mais le plus souvent « le père ne se déclare point » [à Vézelise, en 1600]. Leur nombre variait sensiblement d’une localité à l’autre : 13 sur 1475 nouveaux-nés à Gondreville, soit 8,1 pour mille ; 6 sur 3878 à Vézelise et Ognéville, soit 1,5 pour mille ; 6 sur 1142 à Châtenois, soit 5,3 pour mille. Sur l’ensemble donc, des chiffres faibles : 3,5 pour mille.

47Le pourcentage le plus élevé, enregistré à Gondreville, peut s’expliquer par la proximité de Toul : sur cinq pères connus, trois étaient des religieux de Saint-Evre et de Saint-Léon, peu respectueux des règles de leur ordre. D’autre part le faible nombre des enfants illégitimes à Vézelise et Ognéville doit être corrigé par l’existence de dix mariages hâtifs, suivis d’une naissance dans les sept mois, contre trois seulement à Gondreville et trois à Châtenois.

48Source : Guy Cabourdin, Terres et hommes en Lorraine, 1550-1635, Toulois et comté de Vaudémont, Nancy, Annales de l’Est, Mémoire no 55, 1977, tome 1, p. 173 ; on y trouvera les références archivistiques et des informations complémentaires.

Acte de baptême d’une fille illégitime à Eschau (Alsace, auj. Bas-Rhin) en 1760

49« Hodie decima septima decembris anni millesimi septingentesimi a me infra scripto parocho rectore in Eschau baptizata est Dorothea filia (Prout infra scripta jurata obstetrix Maria Magdalena Hautz commorans in Eschau ex declaratione matris sibi in partus doloribus facta, nobis sub fide officii sui retulit) Mathiae Prevot et Ursulae Spenerin oriundae ex Erstein uti dixit, a tribus circiter septimanis in Eschau commorantis, nata die decima sexta decembris dicti anni : Patrinus fuit, etc. »

Dessins indiquant des naissances illégitimes, fin XVIIe siècle. Relevés dans les registres jurassiens par Roger Martine.

50Ce que l’on peut traduire ainsi :

« Aujourd’hui 17 décembre 1760, par moi soussigné curé recteur d’Eschau, a été baptisé Dorothée fille (selon le rapport que m’a fait sous le serment M. Mad. Hautz, sage-femme jurée à Eschau, soussignée, d’après la déclaration de la mère dans les douleurs de l’enfantement) de Mathias Prevot et d’Ursule Spener, native d’Erstein, à ce qu’elle dit, demeurant depuis trois semaines à Eschau, née le 16 décembre 1760. »

On voit ici que l’enfant porte le patronyme de son père ; il n’est pas qualifié d’illégitime.

51Source : Actes transcrits et publiés par Christian Wolff, Guide des recherches généalogiques en Alsace, Strasbourg, Editions Oberlin, 1975, p. 47.

Acte de naissance d’un enfant illégitime à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1842

52A Strasbourg, à dix heures du matin, le quinze avril 1842 est né hors le mariage, le quatorze du mois courant, à l’heure de midi, et nommé Jean Pierre.

53Père de l’enfant : x. Mère de l’enfant : Louise Adam, âgée de vingt deux ans, née à La Robertsau, mairie de Strasbourg, fille d’Antoine Adam, batelier, et d’Anne Marie Cécile Vogel. L’accouchement a eu lieu en la maison no 51 Robertsau. Suivent l’énoncé des deux témoins et les signatures.

54Source : Actes transcrits et publiés par Christian Wolff, Guide des recherches généalogiques en Alsace, Strasbourg, Editions Oberlin, 1975, p. 35.

Acte de baptême de la fille d’un couple illégitime, à Beauvais-sur-Tescou (auj. Tarn), en 1678.

55Le 5 juillet 1678, est née Jeanne Marty. Elle a été baptisée le 10 juillet de la même année. Antoine Marty, laboureur, soi-disant père d’icelle, prétendant avoir légitimement épousé en la paroisse Saint-Jacques de Montauban Raymonde Saint-Amans, mère de ladite Jeanne Marty, nonobstant mes oppositions et insistances à ne publier pas leurs annonces, attendu qu’ils n’ont point pu justifier la mort d’Antoine Rivières, mari légitime de ladite Saint-Amans, de sorte que ledit Marty et ladite Saint-Amans par une cauteleuse et criminelle surprise se disant habitant de Villenouvelle de Montauban où ils n’ont jamais habité, il fut procédé à la célébration de leur mariage clandestin suivant le certificat qu’ils ont présenté de Monsieur Rougian, vicaire de la paroisse Saint-Jacques de ladite ville, prétendant par là qu’il soit légitime.

56Ce qui étant venu à ma notice a fait que j’en ai averti Monsieur Rougié, le promoteur [= sorte de procureur] du diocèse, afin que par la rigueur du droit la poursuite fut faite contre leur attente et que, par ce moyen, le désordre du commerce scandaleux que l’Eglise reçoit en leur cohabitation fut puni selon les lois.

57Néanmoins, comme le baptême est un sacrement, il a été administré comme j’ai dit ci-dessus. Le parrain fut Pierre Saint-Amans, aïeul et la marraine Jeanne Marty, épouse d’Antoine Rivières, habitant La Mothe paroisse de Verlhac.

58N.B. : Antoine Rivières est revenu dans le pays depuis ce désordre.

59Source : registre paroissial de Beauvais-sur-Tescou (Tarn) ; document communiqué par Stéphane Cosson, d’Albi, que je remercie.

A Millau au XVIIIe siècle

années

Enfants de père et mère inconnus

Enfants de mère inconnue

Enfants de père inconnu

total

1760-1769

43

1

10

54

1770-1779

48

8

0

56

1780-1789

93

0

0

93

total : 203

Source : Registres paroissiaux de Millau (Aveyron ; relevés effectués et publiés par Jacques Frayssenge, Millau, une ville du Rouergue sous l’Ancien Régime (1668-1789). Société catholique et société protestante, Millau, Librairie Trémolet, 1990, p. 160.

Naissances illégitimes à Lille au XVIIIe siècle

60A Lille, sur l’ordre du vicaire général de Tournai [qui a alors son siège dans les Pays-Bas autrichiens], les curés doivent noter les baptêmes d’enfants illégitimes dans un registre spécial, différent de celui où sont enregistrés les baptêmes d’enfants légitimes et ce « pour obvier a de grands inconvénients ». Cette disposition paraît faciliter la tâche de l’historien. En réalité, elle la complique, car les registres conservés sont assez disparates d’une paroisse à l’autre. Ils commencent en 1701 à Saint-André, en 1717 à La Madeleine, en 1727 à Saint-Etienne, en 1728 à Saint-Maurice. Ils finissent pour la plupart en 1736 propter edictum regium. Les curés de Sainte-Catherine et de Saint-Pierre apparemment, inscrivent tous les baptêmes dans le même registre. Enfin de 1715 à 1736, tous les registres de catholicité de la populeuse paroisse Saint-Sauveur sont perdus. A partir de 1737, dans les sept paroisses de Lille, les baptêmes d’enfants illégitimes figurent dans les registres paroissiaux normaux. Donc jusqu’à cette date, en raison des pertes, de la disparité et de la complexité des registres de catholicité, une étude démographique des naissances illégitimes serait très délicate à partir de ce type de source uniquement. (A. Lottin).

(1) : D’après le registres paroissiaux de baptêmes. De 1715 à 1736 celui de Saint-Sauveur est perdu. Nous avons ajouté de façon distincte les chiffres recueillis dans les registres spéciaux aux naissances illégitimes (voir ci-dessus).
(2) : D’après les rapports des sages-femmes
(3) : Nous citons les chiffres de décès calculés par E. Crépy [érudit local] à titre purement documentaire et sans prendre position sur leur valeur. Aux décès mentionnés dans les registres paroissiaux il a ajouté ceux survenus dans les hôpitaux.
Source : Alain Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1970, article repris dans Etre et croire à Lille et en Flandre, XVIe-XVIIIe siècles, Arras, Artois Presses Université, 2000, p. 15-68.

10. Les enfants trouvés

Acte de baptême d’un enfant trouvé, à Besançon (Franche-Comté, auj. Doubs) en 1702

61Anne Françoise, enfant trouvé sur la boutique du sieur Paillot sans avoir pû connoitre un jeune homme qui avoit un manteau bleu une perruque blonde qui s’enfuit après l’avoir posé, a esté batisée le vint deuxiesme de janvier ; le parrain a esté Laurent Billey et la marraine Anne Françoise Cordier.

62Source : Archives municipales de Besançon : GG 11.

Acte de naissance d’un enfant trouvé, à Strasbourg (Bas-Rhin) en 1842

63L’an 1842, le 12 octobre, par devant nous, est comparue Caroline Koepfel laquelle nous a déclaré que le 24 août dernier, elle a trouvé exposé, près du débarcadère du chemin de fer, hors la Porte Nationale de cette ville, un enfant tel qu’elle nous le représente, vêtu d’une chemise en percale grise, d’un pantalon en toile de coton bleu clair, d’un mouchoir en toile de coton bleu clair, d’une blouse en toile grise, d’un bonnet en drap bleu foncé et d’une paire de souliers.

64Après avoir visité l’enfant avons reconnu qu’il était de sexe masculin, âgé d’environ cinq ans, et qu’il n’avait sur son corps aucune marque ou signe propre à le faire reconnaître. De suite avons inscrit l’enfant sous les prénom et nom de George Railway et l’avons fait transporter à l’hospice civil [hospice des enfants trouvés] de cette ville. De quoi avons dressé acte en présence de [deux témoins].

65Source : Acte transcrit et publié par Christian Wolff, Guide des recherches généalogiques en Alsace, Strasbourg, Editions Oberlin, 1975, p. 36.

Notes

20 Ce qui est impossible, compte tenu de la date de naissance de Marguerite. Il y a ici, à l’évidence, une erreur ; il faut sans doute comprendre 1527 ; de même pour Laurence qui est probablement née en 1528.

Table des illustrations

Légende Source : Peter Laslett, « La famille et le ménage : approches historiques », Annales économie, société, civilisation, juillet-octobre 1972, p. 847-872.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Actes de baptêmes, paroisse de Rioz (Haute-Saône) en 1600.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Source : Archives municipales de Metz : GG 23
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Source : Archives départementales de la Côte-d’Or : registres paroissiaux de Pommard, en série E, no 492 ; relevés effectués par Benoît Garnot.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Dessins indiquant des naissances illégitimes, fin XVIIe siècle. Relevés dans les registres jurassiens par Roger Martine.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende (1) : D’après le registres paroissiaux de baptêmes. De 1715 à 1736 celui de Saint-Sauveur est perdu. Nous avons ajouté de façon distincte les chiffres recueillis dans les registres spéciaux aux naissances illégitimes (voir ci-dessus).(2) : D’après les rapports des sages-femmes(3) : Nous citons les chiffres de décès calculés par E. Crépy [érudit local] à titre purement documentaire et sans prendre position sur leur valeur. Aux décès mentionnés dans les registres paroissiaux il a ajouté ceux survenus dans les hôpitaux.Source : Alain Lottin, « Naissances illégitimes et filles-mères à Lille au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1970, article repris dans Etre et croire à Lille et en Flandre, XVIe-XVIIIe siècles, Arras, Artois Presses Université, 2000, p. 15-68.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/973/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search