Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Seconde partie. L’exploitation des registres

L’exploitation des registres

Texte intégral

Le point de vue d’un historien-démographe précurseur

1On peut imaginer toute une gamme de procédés de « dépouillement » des registres paroissiaux. Le plus élémentaire est le simple comptage, opéré annuellement, des trois séries d’actes qu’ils contiennent ; il a été très souvent pratiqué, notamment par les curieux d’histoire locale. La fréquente précision des actes de mariage, surtout après 1667 (plus encore, après 1697), autorise bien d ‘ autres recherches : statistique des âges au mariage, des remariages, de l’origine géographique des époux, des signatures… Plus rarement, lorsque les actes de sépultures ne se réduisent pas à une sèche mention, des statistiques d’âge au décès ou de situation matrimoniale au décès peuvent être envisagées. Les actes de baptêmes permettent l’étude des naissances illégitimes, des naissances gémellaires, du taux de masculinité à la naissance. L’ensemble des actes fournit le moyen de recouper, de fortifier des enquêtes de structure sociale ; il peut fournir d’abondants matériaux à des études de linguistique historique, d’anthroponymie et, par l’intermédiaire des noms de baptême, de piété populaire. La plupart de ces types de recherches présentent en commun un élément d’incertitude, plus ou moins grave selon les cas : ils ne portent pas sur une population « fermée », ni « stable », sur une population dont la composition par sexe, par état matrimonial et (surtout) par âge soit exactement connue ; ils n’autorisent donc pas à présenter les taux démographiques classiques avec une réelle sécurité scientifique. »

2Source : Pierre Goubert, Cent mille provinciaux au XVIIe siècle : Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, SEVPEN, 1960, réédition (version abrégée) Paris, Flammarion, 1968, p. 51.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540