Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Troisième partie. Les enjeux socio-discursifs de l’information : manières de faire, manières de dire

La mise en débat de l’événement par la blogosphère journalistique

Gilles Gauthier

Texte intégral

Il me parle de DSK
 - Je vous embête ?
 - Non, mais je ne sais pas quoi vous dire pour DSK, de toute façon, il faut attendre…
 - Ça n’empêche pas d’avoir une opinion. Faut avoir le courage de ses opinions…
 - Je pense qu’avec toutes les conneries qui se disent et s’écrivent, pas seulement sur DSK, le vrai courage est
de ne pas avoir d’opinion sur rien.
Pierre Foglia

1Les deux idées qui seront ci-après explorées sont que :

  • La blogosphère journalistique accentue les oppositions afférentes à l’événement, voire confère à l’événement des oppositions dont il n’est pas à l’origine porteur et l’institue de la sorte en débat.
  • Par les modalités de cette mise en débat de l’événement, la blogosphère journalistique contribue fortement à modifier la dynamique du débat public contemporain en atténuant son caractère dialogique.
  • 1 À titre d’illustrations mentionnons l’édition électronique de La Presse de Montréal qui comprend un (...)

2Pour les fins du présent texte, la blogosphère journalistique est simplement définie comme l’ensemble des blogues tenus par des journalistes professionnels et hébergés par les sites en ligne des grands médias d’information. Il s’agit donc du lieu d’exercice de cette pratique journalistique relativement récente utilisant des ressources du Web. Dans le journalisme d’opinion, la blogosphère journalistique est un prolongement numérique de genres comme l’éditorial et la chronique où les lecteurs peuvent intervenir et échanger avec les journalistes1.

3 Bien sûr, une part importante de l’actualité est, dans sa nature même, constituée de controverses, désaccords et autres conflits de toutes sortes dont l’information journalistique a pour fonction de rendre compte. De même, la prise de position et le commentaire journalistiques proposent de l’actualité une lecture qui tend à faire ressortir les antagonismes qui l’habitent. Il arrive même qu’à la faveur de la prolifération contemporaine des chroniques d’opinion l’événement soit assimilé à un affrontement. La blogosphère journalistique pousse plus avant cette inclination pour ainsi dire en la naturalisant. Elle exacerbe d’entrée de jeu les antagonismes sous-jacents aux événements allant même parfois jusqu’à en fournir une définition qui leur impute des oppositions dichotomiques n’en faisant pas partie au point de départ de telle sorte qu’est décuplé leur potentiel de confrontation. Ce faisant, la blogosphère journalistique établit d’emblée l’événement en objet de controverse. Sous l’effet de cette identification, informer, ce n’est plus seulement mettre en récit et mettre en scène, c’est aussi essentiellement mettre en débat. Dans la blogosphère journalistique, l’événement est caractérisé par les journalistes et les différents autres intervenants dans un cadre critique ou polémique de manière telle qu’il y devient essentiellement matière à conflit, matériau d’affrontement. C’est dans l’aménagement d’une mise en contraction atypique, par dissociation, distinct du mode de mise en contradiction standard, par réfutation, que la blogosphère journalistique opère cette métamorphose de l’actualité.

4J’illustrerai d’abord le processus de mise en débat par la blogosphère journalistique en considérant un événement particulier : l’interdiction du port du turban décrétée, en juin 2013, par la Fédération de soccer du Québec. J’établirai comment les différentes interventions au sujet de cet événement le modulent dans des dimensions oppositionnelles qui ajoutent à sa réalité d’origine pour le constituer en débat. En un second temps, je m’efforcerai de montrer que la confrontation accolée à l’événement par la blogosphère journalistique est animée par une mise en contradiction non pas par réfutation, mais par dissociation. Cet éclairage permettra ensuite d’établir que l’affrontement constitutif de la mise en débat par la blogosphère journalistique a pour propriété d’être asymétrique. En élargissant l’analyse à d’autres exemples de débats, je creuserai après-coup pour elles-mêmes deux autres idées d’amplitude et de dynamique en faisant ressortir comment la distinction entre mise en contradiction par réfutation et mise en contradiction par dissociation ainsi que celle entre symétrie et dissymétrie s’appliquent à l’ensemble des débats publics. Finalement, je chercherai à expliquer en quoi la blogosphère journalistique, du fait de la mise en contradiction par dissociation et de l’effet de dissymétrie qu’elle opère, intensifie l’amplitude du débat public contemporain en en abaissant le coefficient dialogique.

1. Comment la blogosphère journalistique transforme en débat l’événement de l’interdiction du port du turban au soccer

  • 2 Globalement, les nouvelles publiées dans les autres grands quotidiens francophones québécois ont eu (...)

5Sur le strict plan informatif, l’interdiction du port du turban au soccer a donné lieu à cinq moments bien découpés dans un laps de temps relativement court d’une quinzaine de jours. Les voici tels que rapportés par Le Devoir2 :

  • Le 1er juin, la Fédération de soccer du Québec (FSQ) interdit le port du turban, du patka et du keski en faisant valoir qu’elle ne peut juger ces couvre-chefs sécuritaires.3
  • Le 3 juin, la FSQ justifie explicitement son interdiction par la réglementation de la Fédération internationale de Football association (FIFA) tout en annonçant qu’elle se conformera à toute clarification apportée par la FIFA.4
  • LE 10 juin, l’Association canadienne de soccer (ACS) suspend la FSQ en en référant à la position de la FIFA.5
  • Le 14 juin, la FIFA confirme à l’ACS l’autorisation du port du turban.6
  • Le 15 juin, la FSQ lève l’interdiction décrétée au début du mois.7
  • 8 Dont le point de départ n’est pas véritablement neuf comme le souligne l’article, le port du turban (...)

6Au cœur de cette trame événementielle8 loge un élément factuel : la réglementation de la FIFA. C’est sur une présumée imprécision de celle-ci que la FSQ fait reposer son interdiction et c’est également en se réclamant de la FIFA que l’ACS suspend la FSQ. Quand la FIFA autorise expressément le port du turban, la FSQ lève son interdiction et l’ACS sa suspension de la FSQ. Techniquement, l’événement résulte donc d’un conflit d’interprétation.

7L’événement acquiert toutefois une dimension conflictuelle d’une toute autre nature dans l’écho que lui donne la blogosphère journalistique. Y sont intégrées des composantes oppositionnelles qui n’ont rien de factuelles et qui transfigurent l’interdiction du port du turban en débat de société dépassant la simple divergence de vue au sujet de la réglementation de la FIFA. La blogosphère journalistique opère cette mise en débat en proposant de l’événement des lectures qui lui attribuent une portée ou prétendent en dégager un sens inapparents. Ces interprétations greffent au port du turban des extensions qui ont trait à deux questions principales : l’expression du religieux dans l’espace public et l’intégration des immigrants à la société québécoise.

1.1. Le port du turban et l’expression du religieux

  • 9 Exemples : Baril, D., « Quand la religion s’invite dans le sport », Voir – Montréal, 12 juin 2013, (...)
  • 10 Exemples : Asselin, P., « La foi qui dérange », Le Soleil, 21juin 2013,http://www.lapresse.ca/le-so (...)

8Aux yeux de certains intervenants, le port du turban est l’expression d’une croyance religieuse inappropriée dans la mesure où elle marque la préséance du religieux sur le social ou la supériorité d’une foi particulière sur les autres visions du monde. Ceux-là considèrent que le port du turban relève d’un prosélytisme contrevenant au principe de laïcité9. Pour d’autres, au contraire, le port du turban est une manifestation d’appartenance religieuse relevant des droits de la personne qui n’affecte en rien la laïcité. Il devrait conséquemment être vu comme une affirmation d’ordre uniquement personnel sans véritable impact social. Légitime et inoffensif, il serait abusif de le contraindre10.

1.2. Le port du turban et l’intégration

  • 11 Exemples : Bock-Côté, M. « Turban : qui est fermé d’Esprit ? », Le Journal de Montréal, 11 juin 201 (...)
  • 12 Exemples : Asselin, P., « Un turban sur les yeux », Le Soleil, 11 juin 2013,http://www.lapresse.ca/ (...)

9Sur un tout autre registre, d’autres interventions dans la blogosphère journalistique interprètent le port du turban comme un refus de s’intégrer à la société québécoise et, corrélativement, comme une volonté de maintenir un particularisme inacceptable11. Aux tenants de ce point de vue s’opposent ceux qui considèrent que le Québec a tout à gagner de la reconnaissance des différences culturelles et que leur occultation est signe de peur, de manque d’assurance et d’exclusion12.

10Cette opposition débouche en partie sur une controverse politique mettant aux prises le nationalisme identitaire et le multiculturalisme ou l’interculturalisme.

11Les extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants sont formulées soit séparément, soit conjointement, soit en négation l’une de l’autre : le port du turban est interprété comme l’expression uniquement d’une appartenance religieuse ou comme ayant trait uniquement à l’intégration, comme étant relatif à l’une et l’autre extensions ou comme étant relatif à l’une des extensions mais pas à l’autre.

2. Une mise en contradiction par dissociation

12Le débat public implique la contradiction. On peut l’entendre dans deux sens distincts bien qu’apparentés. En un premier sens, l’affirmation pose qu’il faut, pour qu’il y ait débat, opposition de deux points de vue contraires. La contradiction est ainsi une condition formelle du débat. Mais, en un second sens, elle en est aussi le principe actif. Un débat ne fait pas que donner lieu à une divergence de vues purement formelle. Il est aussi une confrontation au cours de laquelle les protagonistes ont pour objectif de faire prévaloir leur position sur celle de l’opposant. Dans cet affrontement, ils ne visent pas uniquement à promouvoir le point de vue qu’ils défendent, mais à mettre en cause celui de l’adversaire : à lui porter la contradiction, comme le dit l’expression. En ce second sens, tout débat implique plus précisément une mise en contradiction : les belligérants cherchent à se contredire les uns les autres.

13Le mode de mise en contradiction du débat le plus naturel apparaît être celui où les positions rivales se présentent dans une relation explicitement antinomique. Elles sont élaborées en référence directe l’une par rapport à l’autre et se déterminent dans leur interrelation oppositionnelle, a contrario l’une de l’autre. Ce mode de mise en contradiction peut être dit « par réfutation » ; il procède au moyen d’objections, infirmations, répliques, ripostes et autres manœuvres réactives. Cette confrontation sans détour rend manifeste l’opposition constitutive d’un débat : les points de vue en présence y sont en concurrence directe.

  • 13 J’ai proposé une première caractérisation de ces deux modes de mise en contradiction dans Gauthier (...)

14Il n’y a pas un tel antagonisme frontal dans les affrontements définis par les extensions de l’expression du religieux dans l’espace public et l’intégration des immigrants à la société québécoise données par la blogosphère journalistique à l’événement de l’interdiction du port du turban au soccer. Bien que les positions qui y sont défendues soient diamétralement opposées, elles n’interagissent pas : elles ne tiennent aucun compte du point de vue adverse et se déploient en parallèle l’une de l’autre. Les affrontements procèdent d’une mise en contradiction dont le mode peut être dit « par dissociation » afin de le distinguer du mode de mise en contradiction conventionnelle par réfutation13.

15Il peut sembler paradoxal que tout à la fois la blogosphère journalistique institue l’événement de l’interdiction du port du turban au soccer en débat et paraisse atténuer l’acuité de celui-ci en le façonnant dans un mode de mise en contradiction par dissociation. Comment expliquer qu’il y ait du même coup mise en débat et établissement d’une confrontation non pas directe mais « parallélique » ? Comment comprendre elle-même la disjonction au cœur de la mise en contradiction par dissociation ? Le traitement de ce paradoxe s’avère riche d’enseignement à propos non seulement de la mise en débat de l’événement par la blogosphère journalistique, mais également, ainsi qu’il en sera plus loin rendu compte, de ses effets sur le débat public contemporain.

16Le mode de mise en contradiction par dissociation s’explique essentiellement par le fait que les points de vue divergents qui y forment opposition relèvent d’opinions construites à partir de convictions intimes autonomes par rapport à la réalité sur laquelle elles portent. Pour le dire autrement, les positions contraires procédant de la mise en contradiction par dissociation sont prises dans un rattachement extrêmement lâche et ténu à l’égard du fait qui en est à l’origine.

17C’est tout à fait ce qui ressort de la mise en débat de l’événement de l’interdiction du port du turban au soccer par la blogosphère journalistique. Les extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants donnent lieu à des interprétations qui n’émanent pas de la trame événementielle de l’interdiction par la FSQ du turban, du patka et du keski eu égard à la réglementation de la FIFA en matière de sécurité. Elles ne sont pas partie prenante de l’événement. Les positions qui l’une considère le port de ces attributs vestimentaires comme l’expression d’un prosélytisme religieux et l’autre qui l’identifie à l’exercice d’un droit de la personne d’exprimer son appartenance religieuse confèrent une étendue nouvelle à l’interdiction décrétée par la FSQ. Elles le couvrent d’une dimension ajoutée. Même chose pour les positions affirmant que le port du turban est l’indice d’un refus d’intégration à la culture québécoise ou, au contraire, que son bannissement est un signe de peur et d’exclusion. Elles ne sont pas des éléments constitutifs de l’événement, mais des excroissances qui l’allongent hors de ses bordures factuelles.

18Cette sédimentation relève plus précisément d’un phénomène d’attribution de sens : les extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants plaquent sur l’événement une portée qu’il n’a pas en lui-même. Dès lors que ces extensions sont des interprétations construites et non contraintes par l’événement lui-même, elles peuvent donner lieu à des positions allant dans des directions disparates qui, donc, ne se déterminent pas les unes en fonction des autres.

19Si la blogosphère journalistique métamorphose l’actualité en débat, c’est parce que la mise en contradiction par dissociation dont elle procède marginalise de la sorte l’événement au profit de son interprétation affranchie. Les extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants confèrent un sens à l’interdiction du port du turban au soccer qui en déborde la nature événementielle. Cet éloignement les institue elles-mêmes dans une relation distanciée et accentue leur substrat oppositionnel.

3. Un débat asymétrique

20En instituant l’événement de l’interdiction du port du turban au soccer en débat procédant d’une mise en contradiction par dissociation, la blogosphère journalistique rend du même coup ce débat dissymétrique.

21Parce que les positions qui font du port du turban l’expression d’un prosélytisme religieux ou du droit de manifester son appartenance religieuse et celles qui l’assimilent à un signe de refus d’intégration à la société québécoise ou qui voient dans son interdiction un signe de peur et d’exclusion n’interagissent pas les unes sur les autres, le débat perd sa centralité. Elles marquent bien un désaccord au sujet de l’interdiction par la FSQ du port du turban : les unes la justifiant ; les autres, la condamnant. Mais mis à part cette opposition de fond, elles ne se situent pas dans un rapport de confrontation directe. Elles se juxtaposent mais sans se croiser.

  • 14 Rien n’assure que la mise en contradiction par dissociation soit la seule cause de la dissymétrie p (...)

22Leur parallélisme fait en sorte qu’elles sont déphasées l’une par rapport à l’autre et, conséquemment, que l’affrontement auquel elles donnent lieu est décalé ou asymétrique14. Tel qu’il se déploie dans la blogosphère journalistique, le débat sur le port du turban au soccer ne met pas aux prises ceux qui considèrent qu’il est une manifestation de prosélytisme religieux et ceux qui le nient, ni ceux qui soutiennent qu’il correspond à l’exercice d’un droit de la personne et d’autres qui le contestent, mais ceux qui privilégient l’une des deux interprétations sans aucun égard à l’autre. De même, le débat ne voit pas s’affronter ceux qui l’assimilent à un refus de s’intégrer et d’autres pour lesquels ce n’est pas le cas, ni ceux aux yeux desquels ne pas autoriser le port du turban sur les terrains de soccer est faire preuve de peur et d’exclusion et ceux qui ne reconnaissent pas cet effet, mais les tenants d’un seul des points de vue en totale abstraction du point de vue opposé.

4. Amplitude et dynamique du débat public

23Il faut au point de départ noter que tous les débats publics se départagent selon qu’ils sont de l’un ou l’autre type de mise en contradiction par réfutation ou par dissociation et se répartissent en deux classes suivant leur figure symétrique ou asymétrique. Autrement dit, les deux types de mise en contradiction et de conformation sont des propriétés génériques du débat public. Je le montrerai ci-après en considérant des exemples de débats publics autres que celui sur l’interdiction du port du turban au soccer. Je proposerai ensuite de considérer que l’opposition entre mise en contradiction par réfutation et mise en contradiction par dissociation ainsi que celle entre symétrie et dissymétrie doivent être comprises par rapport à des dimensions encore plus fondamentales du débat public, son amplitude et sa dynamique. Je mettrai en évidence, à ce propos, que la mise en contradiction par dissociation et la dissymétrie qu’elle entraîne ont pour conséquence un gonflement de l’amplitude du débat qui réduit sa part dialogique. Tout au long de cette analyse, je m’efforcerai de faire voir en quoi, bien qu’elle ne soit pas la seule source possible de production de mise en contradiction par dissociation et de dissymétrie, la blogosphère journalistique est particulièrement symptomatique de ce déficit d’échange dans le débat public contemporain.

4.1. Mises en contradiction par réfutation / dissociation et symétrie / dissymétrie dans le débat public

  • 15 Pour une exposition et une analyse plus détaillées du débat sur la question nationale québécoise, v (...)

24Une illustration particulièrement éclairante de mise en contradiction par réfutation, sans rapport avec la blogosphère journalistique, est celle du débat sur la question nationale québécoise. Deux positions s’y affrontent depuis plus d’une cinquantaine d’années : le souverainisme qui prône l’accession du Québec à l’indépendance politique et le fédéralisme qui défend son maintien au sein de la fédération canadienne. Les deux positions s’articulent essentiellement autour de triades argumentatives qui sont dans un rapport de confrontation franc et net l’une par rapport à l’autre. À un raisonnement déductif du nationalisme qui pose que le Québec devrait devenir souverain du fait qu’il constitue une nation est opposé un raisonnement analogique du supranationalisme avançant que, comme toutes les autres nations aujourd’hui, il a plutôt intérêt à faire partie d’un ensemble politique plus large et donc à demeurer membre de la fédération canadienne. Contre un argument souverainiste de responsabilité qui impute au régime fédéral le sous-développement relatif du Québec, le fédéralisme met en avant un argument de mérite prétendant au contraire que son insertion au sein du Canada lui a été profitable. Un argument souverainiste de nécessité affirmant que la souveraineté est indispensable au plein épanouissement du Québec est contesté par un argument fédéraliste d’effet néfaste soutenant à l’opposé que l’accession à la souveraineté entraînera des conséquences négatives, notamment au plan économique15 L’antagonisme entre le souverainisme et le fédéralisme ressort clairement de ce face-à-face argumentatif. Les deux options politiques se répondent l’une l’autre. Leur développement historique s’est réalisé par l’attaque de la position adverse et leur propre défense contre l’attaque de la position adverse dans un jeu d’objections, répliques, relances et démentis. Bref, le débat sur la question nationale québécoise (à tout le moins pour ce qui est du nœud argumentatif du souverainisme et du fédéralisme) relève d’une confrontation directe : la mise en contradiction qui y est pratiquée est par réfutation.

25Cela fait en sorte que le débat ne se déploie pas dans un décalage similaire à celui observé au sujet du débat sur l’interdiction du port du turban au soccer. Comme les positions souverainiste et fédéraliste ne sont pas déphasées l’une par rapport à l’autre, leur affrontement a une délimitation fixe. Parce qu’elles se font face intégralement et non pas de manière oblique le débat sur la question nationale québécoise peut être considéré comme étant (globalement) symétrique.

26Tous les débats publics ne se présentent pas dans un rapport d’opposition aussi tranché. Dans certains débats, bien que contradictoires, les positions ne sont pas prises véritablement l’une à l’égard de l’autre.

  • 16 Le titre du texte d’Elkouri est « L’injuste part » ; celui de l’article de Boisvert, « La justice s (...)
  • 17 Il s’agit là d’un résumé très synthétique des points de vue d’Elkouri et Boisvert. Pour un compte-r (...)

27Un bon exemple est le débat ayant opposé Rima Elkouri et Yves Boisvert, deux chroniqueurs de La Presse, à propos de l’augmentation des droits de scolarité à l’université, l’élément déclencheur en 2012 du printemps érable québécois. Les positions des deux chroniqueurs sur la question de fond sont on ne peut plus discordantes : Elkouri se prononce contre l’augmentation ; Boisvert l’approuve. Tous deux invoquent à l’appui de leur point de vue la valeur de justice16. Ils ne défendent toutefois pas des conceptions opposées de la justice mais développent plutôt à son sujet des considérations tellement disparates qu’elles ne s’opposent pas et ne fondent donc pas non plus leur mésentente sur l’augmentation des droits de scolarité. Elkouri lie le juste à l’accessibilité aux études supérieures et à l’égalité des chances que tout à la fois elle présuppose et implique (la démocratisation de l’éducation devant assurer l’accès à l’université des étudiants des milieux modestes et des classes moyennes). Quant à Boisvert, il argue de la notion de justice sociale relativement à la question du coût des études universitaires (les solutions de rechange du gel des droits et de la gratuité scolaire ne lui apparaissant pas socialement justes dans la mesure où elles impliquent que l’ensemble de la société paie pour les études des étudiants universitaires provenant majoritairement des classes sociales aisées)17.

28Elkouri et Boisvert se rejoignent sur le principe de l’accessibilité aux études universitaires et sur la nécessité de l’assurer pour les classes sociales moins bien nanties. Ils les mettent cependant en relation avec la justice de deux manières étrangères l’une à l’autre qui commandent leur position respective sur la hausse des droits de scolarité. Parce qu’ils renvoient ainsi à des univers normatifs conceptuellement dissemblables, les démonstrations qu’offrent Elkouri et Boisvert en appui à leur point de vue n’interagissent pas. Elles restent étanches l’une à l’autre. En cela la mise en contradiction au cœur de leur dispute n’est pas du mode de la réfutation, mais du mode de la dissociation.

29Par suite, tout à fait comme dans le cas du débat sur l’interdiction du port du turban au soccer, la divergence de vues entre Elkouri et Boisvert se développe dans un écartement. Le point de vue de chacun échappant au rapport à l’autre, leur confrontation est asymétrique.

4.2. Les conformations symétrique et dissymétrique du débat public et son amplitude

30Les caractères symétrique ou dissymétrique du débat public, eux-mêmes tributaires des mises en contradiction par réfutation ou dissociation, doivent être saisis dans une perspective théorique plus large relative à sa structure d’ensemble. Ils sont des traits de l’amplitude du débat public, elle-même l’un des deux aspects constitutifs de sa dynamique.

31Un débat public est très certainement un ensemble formellement organisé, c’est-à-dire un assemblage de composantes interreliées en un agencement identifiable. Le plus souvent, un débat n’est pas monoforme et invariable. Loin de se réduire à sa grammaire, il est un objet en mouvement. ; il est mû par certains facteurs qui viennent briser sa stabilité provisoire et réorganiser ses constituants formels.

  • 18 Différentes perspectives théoriques cherchent à rendre compte de cette mobilité du débat public, pa (...)
  • 19 Voir, par exemple, l’analyse du débat sur la peine de mort en France de Micheli (2008).
  • 20 Par exemple, le débat canadien sur le mariage gai a dérivé au fil de son cheminement vers celui sur (...)

32Un premier élément, bien évident, de la dynamique d’un débat est sa mobilité : les déplacements diachroniques qui peuvent l’affecter. Un débat peut évoluer dans le temps, prendre des formes successives suivant des transformations internes ou contextuelles.18. Les débats publics connaissent ainsi une existence marquée d’une certaine chronologie ; ils ont une trajectoire ponctuée de perturbations plus ou moins majeures19. La mobilité du débat peut également être relative à des déplacements d’enjeux dans le temps. Il peut arriver qu’un débat se mue en des controverses successives ou que des débats liés s’enchaînent l’un à la suite de l’autre20.

  • 21 Une première caractérisation de l’amplitude du débat public est proposée dans Gauthier (2014).

33La dynamique du débat public ne se limite pas à sa mobilité. Elle est aussi constituée d’une mouvance synchronique : son amplitude. Même considéré en coupe temporelle, un débat n’a pas toujours des contours figés et rigides ; tout au contraire, ses paramètres peuvent varier en fonction des interventions qu’il suscite. Ce mouvement, fait d’accentuations, déviations, altérations et autres glissements, est assimilable à une oscillation. L’amplitude du débat fait en sorte que son déploiement est à géométrie variable21.

34En provoquant un effet de dissymétrie, la mise en contradiction par dissociation accroît sensiblement l’amplitude du débat dont elle est le moteur. Comme les positions prises sur l’objet de dispute sont alors déphasées l’une par rapport à l’autre, elles imprègnent sa discussion de pourtours changeants. Le débat s’étend dans un flottement qui le rend hétérogène. Il bouge à partir de l’axe central de la question sur laquelle il porte.

4.3. Dissymétrie, obscurité et éristique du débat public

35Cette différence se répercute sur la clarté des débats. Plus l’amplitude d’un débat est forte, plus grands sont les risques qu’il s’obscurcisse. L’amplitude minimale du débat sur la question nationale québécoise fait en sorte que l’affrontement entre souverainistes et fédéralistes ressort clairement. On voit tout à fait bien les objets de controverse qui les opposent. La situation ne se présente pas avec la même limpidité dans les débats sur le port du turban et la hausse des droits de scolarité. On ne peut pas en identifier un enjeu central ni même un ensemble ordonné d’enjeux centraux. Bien sûr, les intervenants se prononcent pour ou contre le port du turban et la hausse des droits de scolarité en tant que tels. Mais en deçà de cette opposition, la disparité des raisons qu’ils invoquent en appui à leur point de vue fait éclater le débat dans des directions diverses sans véritable lien les unes avec les autres. Quelle est la question fondamentale posée par l’interdiction du port du turban au soccer ? En quoi la justice est-elle l’enjeu du débat sur la hausse des droits de scolarité du fait qu’ils ne la considèrent pas suivant la même définition ? Dans les deux cas, la disparité du débat vient brouiller l’affrontement et le rend confus hors le désaccord formel sur l’opportunité d’interdire le port du turban au soccer et de procéder à une hausse des droits de scolarité.

36Surtout, la dissymétrie des deux débats, en leur conférant un étalement tel qu’ils perdent toute unité, les transforme en foire d’empoigne désordonnée. Dans la confusion de l’affrontement, chacun fait valoir son point de vue de manière isolée. Les intervenants dans le débat sur l’interdiction du port du turban au soccer se cantonnent dans leur interprétation respective des extensions relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants. Ils ne sortent pas de leur attribution subjective de sens à l’événement pour considérer celui de l’opposant. Le point de vue de chacun reste unilatéral. Bref, le débat se déroule sans aucun échange. Il n’est constitué que d’une série de monologues exprimés en marge les uns des autres. De même, dans leur débat sur la hausse des droits de scolarité, Elkouri et Boisvert se limitent à considérer la justice suivant la seule définition que chacun lui octroie sans discuter de la conception qu’en retient l’autre. Leur débat se déroule en l’absence de tout dialogue. La dilatation d’amplitude produite par la mise en contradiction par dissociation et son effet de dissymétrie déforme le débat public en dialogue de sourds.

37Cette altération se produit en un lieu bien précis du débat. Ce ne sont pas les points de vue affichés en tant que tels ni leur opposition qui gonflent l’amplitude d’un débat. Cette expansion est plutôt provoquée par l’imperméabilité des fondements invoqués à l’appui des positions prises sur la question en débat. C’est l’incompatibilité, de la façon dont ils en font part, des interprétations relatives à l’expression du religieux et à l’intégration des immigrants sur lesquelles reposent l’appui et l’opposition à l’interdiction du port du turban au soccer qui accroît l’amplitude du débat. De même, c’est parce que les deux définitions suivant lesquelles Elkouri et Boisvert abordent la justice, telles qu’ils les posent, sont inconciliables que leur débat sur l’augmentation des droits de scolarité connaît une oscillation plus large. La majoration d’amplitude et la dégradation dialogique qui s’en suit se produisent au niveau de l’argumentation développée dans un débat. Elles sont suscitées par un désintérêt les unes à l’égard des autres des justifications invoquées à l’appui des positions prises dans le débat. Le déficit dialogique causé par le gonflement de l’amplitude du débat public dont la mise en contradiction par dissociation et la dissymétrie sont la cause est en définitive un déficit argumentatif.

Conclusion : l’effet de la blogosphère journalistique sur le débat public contemporain

38Les dispositifs numériques, on le dit assez souvent, modifient radicalement l’exercice de la profession journalistique, entre autres choses en la décloisonnant, mais également en établissant de nouveaux modes de traitement de l’actualité. L’extension de la blogosphère journalistique transforme même le rapport du journalisme à l’actualité. Elle fait en sorte qu’informer c’est mettre en débat. Elle institue une forme radicalement nouvelle de newsworthyness : sous sa contrainte, l’information d’actualité devient aujourd’hui constituée d’événements mis en débat.

39Du même mouvement la blogosphère journalistique contribue à doter le débat public contemporain d’une amplitude plus large et de la sorte à modifier sa dynamique en en augmentant la dissymétrie. Les débats procédant de la mise en contradiction par dissociation ne sont pas tous produits par la blogosphère journalistique. Mais celle-ci est sans nulle doute un facteur déterminant de son accroissement dans la discussion des enjeux sociaux. En favorisant l’expression d’interprétations construites de l’événement, en évacuant toute ligne d’autorité éditoriale et d’édition, en privilégiant un ordre de présentation linéaire antérograde des points de vue qui en occulte toute hiérarchie et même tout ordonnancement, la blogosphère journalistique dilue le débat public dans l’expression de convictions. Elle fossilise la factualité de l’événement et l’écarte pour faire la part belle à une opinion moins à son propos qu’à partir de lui, et encore de manière très relâchée. L’événement n’est plus qu’un prétexte à l’expression de convictions. En faisant de la sorte basculer ou en accentuant le basculement du journalisme d’information vers le journalisme de communication (Charron et de Bonville, 2004), la blogosphère journalistique concourt vigoureusement à élargir l’amplitude du débat public. Elle provoque des effets d’entraînement successifs qui, de la mise en contradiction par dissociation à la dissymétrie et de celle-ci à une amplitude dilatée, émousse la part dialogique de la façon contemporaine de débattre en réduisant à un rapport essentiellement formel l’échange argumentatif.

40Si, de la sorte, s’estompent dans le débat public l’argumentation et le dialogue, son usage délibératif décline d’autant. L’expression publicitaire ne se substitue-t-elle pas alors à l’usage public de la raison ?

Bibliographie

Références bibliographiques

CHARRON J. & DE BONVILLE J., 2004, Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques, Sainte-Foy, les Presses de l’Université Laval.

CHATEAURAYNAUD F., 2011a, Argumenter dans un champ de force. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra.

CHATEAURAYNAUD F., 2011b, « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », A contrario, vol. 16, pp. 131-150.

GAUTHIER G., 2104, « L’amplitude du débat public », Studies in communication Sciences, vol. 14, no 2, pp.129-135.

GAUTHIER G., 2013a, « La mise en contradiction dans le débat public. Une forme discrète observé à partir du « printemps érable » québécois », dans Troisièmes ateliers sur la contradiction ASLC 2013, Guy, Bernard, (dir.), Saint-Étienne, Presses des Mines, pp. 139-147.

GAUTHIER G., 2013b, « L’argumentation morale dans le débat public : Une confrontation asymétrique », Ethic, vol. 18, n°. 1, pp. 119-135.

GAUTHIER G., 2012, « Le cadre éristique du débat argumentatif. L’exemple du débat sur le pluralisme et la laïcité », Communication, vol. 30, no.2, http://communication.revues.org/, (consulté le 5 septembre 2014).

GAUTHIER G., 2011, « Comment l’extension de la communication bouleverse l’éthique et l’argumentation », Communication, vol. 29, no.1, www.openedition.org/2083, (consulté le 5 septembre 2014).

GAUTHIER G., 2010, « Le journalisme de communication : expression de conviction et moralisme », Les Cahiers du journalisme, vol. 21, pp. 254 – 273.

GAUTHIER G., 2006, « L’argumentation sur la question nationale au Québec », Globe, vol. 9, no.1, pp. 257-274.

GAUTHIER G., 2005, « Le constructivisme est intenable en journalisme », questions de communication, vol. 7, pp. 121-145.

MICHELI R., 2008, « L’analyse argumentative en diachronie : le pathos dans les débats parlementaires sur l’abolition de la peine de mort », Argumentation et analyse du discours, vol. 1, http://aad.revues.org/482, (consulté le 20 août 2014).

Notes

1 À titre d’illustrations mentionnons l’édition électronique de La Presse de Montréal qui comprend un blogue de l’édito et un blogue de chacune des chroniques publiées chaque jour sur l’actualité, ainsi qu’une section Nos collaborateurs (une brochette de personnalités appelées à s’exprimer sur un sujet d’actualité). Jusqu’à tout récemment, La Presse affichait également régulièrement un Débat du jour auquel prenaient part des panélistes de différents horizons. De son côté, le site du Journal de Montréal (et de Québec) offre plus d’une cinquantaine de blogues animés par ses chroniqueurs, ses collaborateurs occasionnels et même des organismes de recherche.

2 Globalement, les nouvelles publiées dans les autres grands quotidiens francophones québécois ont eu la même teneur.

3 « Le turban reste banni des terrains de soccer québécois », Le Devoir, 3 juin 2013.

4 « Port du turban : la fédération de soccer renvoie la balle à la FIFA », Le Devoir, 4 juin 2013.

5 « Turban : la fédération québécoise de soccer suspendue », Le Devoir, 11 juin 2013.

6 « Soccer : la FIFA confirme à l’Association canadienne l’autorisation du turban », Le Devoir, 14 juin 2013.

7 « Soccer : le turban sikh sera permis au Québec ». Le Devoir, 15 juin 2013.

8 Dont le point de départ n’est pas véritablement neuf comme le souligne l’article, le port du turban n’était déjà plus toléré depuis septembre 2012 sur les terrains de soccer québécois. Il semble que la décision de la FSQ vient officialiser une règle jusque-là appliquée officieusement.

9 Exemples : Baril, D., « Quand la religion s’invite dans le sport », Voir – Montréal, 12 juin 2013, http://voir.ca/daniel-baril/2013/06/12/soccer-quand-la-religion-sinvite-dans-le-sport/, consulté le 12 juillet 2014 et Bastien, F., « Turban au soccer – La fausse tolérance du Canada anglais », Le Devoir, 14 juin 2013, http://www.ledevoir.com/politique/canada/380764/la-faussetolerance-du-canada-anglais, consulté le 12 juillet 2014.

10 Exemples : Asselin, P., « La foi qui dérange », Le Soleil, 21juin 2013,http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/201306/20/01-4663602-la-foi-qui-derange.php, consulté le 12 juillet 2014 et Ravary, L., « Parler de religion sans s’engueuler », Le Journal de Montréal, 16 juin 2013, http://www.journaldemontreal.com/2013/06/16/parler-de-religion-sans-sengueuler, consulté le 12 juillet 2014.

11 Exemples : Bock-Côté, M. « Turban : qui est fermé d’Esprit ? », Le Journal de Montréal, 11 juin 2013, http://www.journaldemontreal.com/2013/06/11/turban-qui-est-ferme-desprit-, consulté le 13 juillet 2014 et Facal, J., « Bravo à la FSQ ! », Le blogue de Joseph Facal - Le Journal de Montréal, 5 juin 2013, http://blogues.journaldemontreal.com/facal/journal-montreal-quebec/bravo-a-la-FSQ., consulté le 13 juillet 2014.

12 Exemples : Asselin, P., « Un turban sur les yeux », Le Soleil, 11 juin 2013,http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/201306/10/01-4659845-un-turban-sur-les-yeux.php, consulté le 13 juillet 2014 et Pratte, A., « Turban Sikh et ballon rond », La Presse, 5 juin 2013, http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/andre-pratte/201306/04/01-4657755-turban-sikh-et-ballon-rond.php, consulté le 13 juillet 2014.

13 J’ai proposé une première caractérisation de ces deux modes de mise en contradiction dans Gauthier (2013a). Leur distinction sera plus loin davantage explicitée.

14 Rien n’assure que la mise en contradiction par dissociation soit la seule cause de la dissymétrie possible d’un débat public. Celle-ci pourrait être un phénomène plus global causé par différents autres facteurs.

15 Pour une exposition et une analyse plus détaillées du débat sur la question nationale québécoise, voir Gauthier (2006).

16 Le titre du texte d’Elkouri est « L’injuste part » ; celui de l’article de Boisvert, « La justice sociale ». Les deux chroniques sont publiées le 22 mars 2012.

17 Il s’agit là d’un résumé très synthétique des points de vue d’Elkouri et Boisvert. Pour un compte-rendu plus détaillé, voir Gauthier (2013a).

18 Différentes perspectives théoriques cherchent à rendre compte de cette mobilité du débat public, par exemple l’analyse « balistique » de la sociologie des controverses de Chateauraynaud (2011a et b).

19 Voir, par exemple, l’analyse du débat sur la peine de mort en France de Micheli (2008).

20 Par exemple, le débat canadien sur le mariage gai a dérivé au fil de son cheminement vers celui sur l’adoption d’enfants par les couples homosexuels.

21 Une première caractérisation de l’amplitude du débat public est proposée dans Gauthier (2014).

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search