Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Troisième partie. Les enjeux socio-discursifs de l’information : manières de faire, manières de dire

Le discours (très) prescriptif des internautes sur le journalisme et les journalistes. Une étude des commentaires en ligne

Laura Calabrese Steimberg

Texte intégral

Introduction

1Cet article analyse un corpus de commentaires de lecteurs de la presse en ligne, dans le but d’observer leurs représentations sur la presse et sur le travail des journalistes. L’hypothèse de départ est que le discours des internautes a une forte composante prescriptive, laquelle apparaît clairement en contrepoint d’énoncés qui relèvent de l’opinion où l’énonciateur met en avant son point de vue. À partir d’un corpus de commentaires puisé dans la presse en ligne française, nous observerons les marqueurs de prescription qui émergent lorsque les lecteurs parlent de la presse. Nous entendons par discours prescriptif celui qui se déploie sur le mode « dire de faire » (Adam, 2001a), c’est-à-dire des séquences qui incitent à l’action, que ce soit sur le mode du conseil, de l’ordre ou de l’injonction. Comme le note Jean-Michel Adam, ces textes, « entre conseil et consigne […], prétendent tous diriger nos actions en nous disant quoi faire et comment le faire, en nous assurant de ce qui adviendra si nous suivons ou ne suivons pas leur consignes et recommandations » (2001b, p. 8). Ce discours prend forme de façon localisée, à l’intérieur de chaque commentaire, mais aussi dans la dynamique du polylogue (Kerbrat, 1999) propre au dispositif, qui a évolué depuis quelques années vers une forme proche du forum de discussion.

2Notre travail s’inscrit dans le cadre de l’analyse de discours française, qui permet d’observer comment les matérialités langagières s’articulent à des comportements sociaux. Si le dispositif des commentaires est un espace de construction (Lee & Yang, 2010 ; Granjon & Le Foulgoc, 2010) ainsi que d’énonciation (Jouët & Rieffel, 2013) de l’opinion, d’engagement politique (Jouët & Le Caroff, 2013), de polémique et d’argumentation (Amossy, 2011 ; Ruiz et al., 2001) et de production de l’information (Domingo et al., 2007), il est également un espace de circulation et de partage de représentations sur le journalisme, les journalistes et la presse, qui se présente sur un mode normatif et prescriptif. Ces représentations expriment, in fine, le rôle social que les lecteurs croient être celui de la presse, ainsi que leur propre rôle de surveillants du discours d’information.

3La proportion de commentaires touchant aux représentations sur le journalisme et les journalistes étant très variables d’un article à l’autre, nous avons sélectionné non pas des fils de discussion ou la totalité des commentaires liées à un article, mais des énoncés où les représentations sont observables. Les exemples ont été collectés dans les journaux en ligne lemonde.fr, liberation.fr et Rue89, entre février 2013 et janvier 2014. Etant donné que la collecte de données ne saurait être systématique, le corpus ne peut faire l’objet d’une analyse quantitative ni d’une comparaison entre journaux. Le but de ce travail est d’interroger les outils méthodologiques de l’analyse de discours pour observer la production des publics médiatiques, et de lancer des pistes de recherche pour la collecte de ce genre de corpus, qui peut difficilement être systématique, à moins de sélectionner des mots-clés qui serviraient à repérer les représentations des lecteurs sur la presse. Lors de l’analyse, nous verrons quels sont les mots qui sont systématiquement présents dans les énoncés collectés.

1. Le commentaire : un objet discursif hybride

4L’espace des commentaires présente une série de difficultés au niveau de la description en sciences du langage. Les dimensions linguistique, énonciative et pragmatique servant à les décrire en font des objets discursifs particulièrement complexes. Il s’agit d’un espace discursif hybride à plusieurs égards, que ce soit au niveau du registre, des marqueurs d’interlocution présents ou de la portée pragmatique des énoncés. D’un point de vue discursif, on peut décrire les commentaires en fonction de critères tels que la présence ou non d’interlocuteur visible, l’objet de discours, l’autoreprésentation du lecteur (l’ethos individuel) ou encore les images que ceux-ci véhiculent du journalisme. Ces éléments se superposent le plus souvent, mais permettent de manière isolée de répondre à différentes questions. Ici nous nous focaliserons sur le dernier élément, car il nous permet d’observer une série de phénomènes liés à la réception et aux usages contemporains du discours d’information : les discours qui circulent sur la presse et sur les journalistes dans l’espace semi-surveillé des commentaires (en quelque sorte le disible), les modalités des énoncés (et donc l’attitude envers la presse), le contraste entre l’ethos du lectorat et le rôle supposé des médias d’information, et enfin la « culture » du lectorat d’un titre de presse.

5Si la pratique du commentaire est avérée partout sur Internet, le contexte énonciatif de la presse en ligne mérite une description particulière. Les commentaires sur le Web ont une forme doublement dialogique, dans le sens où ils découlent d’un discours antérieur et sont potentiellement en attente d’une réponse. Dans le contexte de la presse en ligne, ils sont « déclenchés » par un texte journalistique, qui peut être produit par des journalistes ou des experts (le plus souvent une forme mixte), et qui instaure une hiérarchie énonciative entre les gatekeepers et les publics médiatiques, dont la parole vient en deuxième lieu et occupe une place marginale dans le journal en ligne. Malgré cette place secondaire, la pratique scripturale du commentaire a sans nul doute modifié les pratiques de lecture du journal, dans la mesure où les lecteurs lisent non seulement l’article en question mais souvent les contributions des autres lecteurs ; la meilleure preuve en sont les commentaires aux commentaires, questions et remarques des internautes (voir aussi Barnes, 2013).

6L’objet de discours des commentaires est donné d’emblée par l’article journalistique, mais dérive assez rapidement vers d’autres sujets. Comme l’a montré Frédérique Sitri (2003), la déviation de l’objet de discours est un phénomène classique de tout contexte conversationnel, qui ne fait que s’aggraver dans la conversation médiatisée par ordinateur, à tel point que les internautes peuvent se focaliser sur des éléments linguistiques qui ne sont pas présents dans l’article déclencheur mais dans les énoncés des autres internautes, ou dans les échos dialogiques que ces énoncés éveillent. Le polylogue va ainsi souvent dériver vers des considérations sémantiques ou idéologiques avec deux cibles différentes : le méta-énonciateur journalistique et les autres internautes. En termes interactionnels, il ne s’agit plus vraiment d’un polylogue, non seulement parce que les énonciateurs n’interagissent pas toujours, mais parce que deux fronts sont ouverts, l’un vers les pairs, l’autre vers les journalistes. Les premiers peuvent (mais ne le font pas toujours) interagir, tandis qu’avec les deuxièmes il n’y a quasiment pas d’interaction. Les internautes parlent ainsi aux autres internautes, au journal et aux experts. Les formes d’adresse sont très différentes (elles seront décrites plus loin), certaines exigeant une réponse, d’autres lançant plutôt des questions rhétoriques aux journalistes et aux experts, parfois même à des acteurs sociaux tels que des politiques, et une dernière catégorie regroupe des énoncés qui n’ont pas de destinataire défini. Quoi qu’il en soit, l’objet de discours de l’ensemble des commentaires pour un article n’est jamais homogène, plusieurs fils de conversation et plusieurs thématiques se développant selon l’environnement discursif.

7C’est précisément dans les dérives de ce polylogue fragmenté ou « conversation discontinue » (Kerbrat-Orecchioni, 1990, p. 217) qu’émergent les représentations que le public participatif (qui est loin d’être tout le public lecteur) a de la presse. D’un point de vue discursif, il est intéressant de constater que, très souvent, ces idées sur les journalistes émergent dans des énoncés qui miment le dialogue, ou qui comportent au moins un marqueur d’interlocution. Malgré ce constat, nous avons du mal à qualifier ces échanges de « conversation écrite » ; tout d’abord car, comme nous l’avons dit, la composante dialogale n’est pas dominante, et d’autre part car, comme le remarquent Jeanneret et Souchier, les médias informatisés « offrent la particularité de s’organiser autour du rapport d’écriture-lecture » (2005, p. 4). Cette focalisation sur l’écrit favorise l’observation et la discussion autour des pratiques scripturales des journalistes, qui vont éventuellement évoluer vers des considérations sur les pratiques socio-professionnelles. Les internautes vont ainsi mobiliser un savoir sur la langue et un savoir encyclopédique sur le monde qui repose sur (et vient confirmer après coup) des prédiscours, c’est-à-dire un ensemble doxique acquis socialement par le biais de discours sociaux.

2. Les représentations sur le monde de l’information

8Nous avons dégagé quatre grandes catégories de commentaires ; il va sans dire qu’elles se superposent, un seul énoncé pouvant appartenir à plusieurs catégories en fonction des marqueurs discursifs présents. Nous les avons isolées de façon artificielle pour mettre en évidence les observables sur lesquels repose la recherche.

2.1. Sur la qualité de l’information

9Toute une série de commentaires porte sur la vacuité des contenus journalistiques :

1) La « quenelle » divise les anti-mariage gay lemonde.fr 9.1.2014

- Pierre Yves Flous

J’aime mon abonnement au journal Le Monde mais j’avoue que parfois ce genre d’articles me déçoit un peu. Dans le fond de de cet article que lit-on : trois pauvres tweets pas très intéressants et une vidéo d’itélé oui il faut attendre 1m30 pour voir une quenelle alors que l’on ne comprend rien à ce qui se passe. Bref j’ai perdu 5min mais j’ai bien compris où l’on voulait en venir...

10Des formulations généralisantes telles que « ce genre d’articles » (ex. 1) relaient un prédiscours qui par définition est partagé par le lectorat. L’adjectivation (« pauvres tweets par très intéressants ») et l’allusion à la perte de temps de lecture (« j’ai perdu 5 minutes ») relèvent de l’idée que le discours d’information est efficace car il est précisément informatif et non seulement constatif. L’allusion à l’abonnement au journal, nous le verrons, accompagne souvent le discours critique des internautes.

11Comme dans l’ex. 1, la qualité de l’information est mise en cause dans l’ex. 2 par la nominalisation péjorative (« du réchauffé sans aucune réflexion »), ainsi que par le marqueur d’interlocution qu’est la question (« quel est le propos de cet article ? »), dont l’effet dialogique révèle des représentations sur le travail des journalistes (l’information connue du public ne constitue pas une nouvelle). Ce commentaire déclenche à son tour une réaction défensive, qui porte sur la nature de l’événement médiatique :

2) Près de 1 500 tableaux confisqués par les nazis découverts à Munich lemonde.fr 3.11.2013

- Philippe Fritsch

Quel est le propos de cet article ? Du réchauffé sans aucune réflexion : que font les journalistes ? Non seulement ce genre de recel est couramment pratiqué depuis les débuts du nazisme et, sans qu’il y ait vente, il y a aujourd’hui encore amnésie volontaire de la part de certains musées qui conservent dans leurs collections exposées, ou dans leurs réserves, des œuvres d’origine douteuse, comme en déshérence. […]

- Claude Boisnard

Cet article m’apprend quelque chose que j’ignorais. Je n’étais sans doute pas le seul.

- Gilles

Je suis assez sidéré de la violence des commentaires des lecteurs. Il ne me semble pas ‘courant’ que 1500 tableaux soient retrouvés comme cela.

12Cet exemple montre une pratique répandue dans le lectorat de la presse en ligne, qui consiste à interpeler un co-énonciateur indéterminé par le biais d’une question, qui est un marqueur dialogique fort, pour souligner l’incompréhension des pratiques scripturales des journalistes. Le co-énonciateur pourrait être autant le public de pairs (dans ce cas on ouvre la voie au polylogue) que le méta-énonciateur journalistique (auquel cas on est dans le dialogue imaginé).

13Dans l’exemple 3, l’adjectivation porte non pas sur le journalisme mais sur les journalistes (« complaisants et inconscients »), catégorie socioprofessionnelle très surveillée dans le discours du lectorat, qui semble vouloir peser dans la définition de leurs tâches. Nous voulons dire par là que non seulement les lecteurs critiquent, mais ils déploient une représentation parfois complexe sur ce que doit être le métier de journaliste, ce qui à son tour dévoile une représentation sur le rôle du discours d’information dans une société.

3) Beckham, le footballeur s’en va, la marque reste lemonde.fr 1.2.2013

- Marius

David Beckham n’est pas un phénomène de société mais un sujet pour journalistes complaisants et inconscients. Peut-on encore s’étonner et surtout se plaindre de l’érosion du lectorat de la presse à la vue des couvertures et des articles consacrés ? Quel mépris des lecteurs !

- Christial

Moi ce qui m’intéresse dans le foot, c’est le foot. Même pas lu l’article ! C’est grave, docteur ?

14Comme dans (2), cet exemple exprime la même idée sur la valeur ajoutée de la nouvelle, qui doit se construire autour d’un noyau événementiel pour être considérée comme telle (« moi ce qui m’intéresse dans le foot, c’est le foot », et non le portrait de Beckham). Pour étayer une opinion qui est déployée comme un constat, le lecteur fait appel à un préconstruit, la formule toute faite « l’érosion du lectorat de la presse ».

2.2. Sur le rôle des journalistes

15Le rôle supposé des journalistes revient à maintes reprises dans les commentaires ; ils font partie de notre corpus car ils révèlent à leur tour quel est le rôle supposé de la presse. Ainsi, le travail d’un journaliste n’est pas de faire du « copié-collé d’une liste mais d’expliquer et analyser » (ex. 4) :

4) La liste noire des 68 médicaments à éviter, selon « Prescrire » lemonde.fr 31.1.2014

- Francis-Etienne Lefevre

On veut la liste.

- Amandine Fallet

La liste est dans le premier lien de l’article. Le travail d’un journaliste n’est pas de faire un bête copié-collé d’une liste, mais d’expliquer et analyser. Ce qui est fait ici.

16Donné comme réponse à un autre internaute qui demande un complément d’information, cet argument révèle également le discours normatif et prescriptif dans lequel s’inscrivent les représentations du journalisme, dont un marqueur est le présent intemporel et l’appel à un savoir doxique relevant de prédiscours connus.

17Ce savoir doxique apparaît dans des formulations telles que « d’ordinaire, les journalistes… » (exemple 5), puisées dans un savoir commun, encyclopédique, sur l’énonciation éditoriale. Dans ce cas précis, le lecteur énonce la norme selon laquelle le journaliste-médiateur ne doit pas devenir journaliste-expert :

5) L’islamophobie, un nouveau racisme ? lemonde.fr 30.9.2013

- Syalansa

Mme le Bars est journaliste au Monde. D’ordinaire, les journalistes interrogent les personnalités spécialistes de questions diverses et variées. Maintenant, ce sont les journalistes qui sont interrogés par tout un chacun. En d’autres termes, les journalistes, médiateurs entre les spécialistes et le public, se transmuent directement en spécialistes incontestés !

- Zino

Cela vous étonne ? Les « journalistes » sont des agents d’influence, au service de celui qui les paye. Cela a toujours été. La différence aujourd’hui est qu’on peut faire des commentaires (qui sont néanmoins modérés...).

18Cette représentation est particulièrement intéressante car elle révèle le caractère hybride du discours d’information, qui n’est pas un discours d’expert mais un discours d’expertise (Calabrese, 2014), ce qui le rend particulièrement vulnérable face au lectorat. La dénomination même de cette catégorie socioprofessionnelle comme un groupe homogène témoigne de représentations plus ou moins uniformes. Quoi qu’il en soit, « les journalistes » sont souvent représentés comme liés au pouvoir ou, comme le dit un internaute dans l’ex. 5, des « agents d’influence ».

19La mention du dispositif des commentaires révèle pour sa part le rôle instable et changeant des journalistes numériques dans les médias de référence, qui gardent encore le pouvoir du gatekeeping mais dont l’image et même la pratique quotidienne est déstabilisée par l’avènement du lectorat dans l’espace discursif du « journal » (« la différence est qu’on peut faire maintenant des commentaires », exemple 5).

20Les représentations portant sur le rôle des journalistes apparaissent massivement en cas d’« affaire » journalistique. Lorsque Libération fait sa Une sur une possible (mais non vérifiée) affaire de corruption au gouvernement, les lecteurs se mobilisent dans le forum du journal. Contrairement à d’autres commentaires qui reposent sur la doxa et des énoncés génériques, ceux-ci témoignent d’une connaissance globale du milieu journalistique (voir également l’exemple 9), même si les commentaires oscillent entre une modalité épistémique et une modalité affective, visible dans le registre émotif des énoncés :

6) Une possible affaire Fabius tétanise l’Elysée liberation.fr 7.4.2013

- Althusius

Sur ce coup, ce serait vraiment énorme. La fin de Hollande, ou peu s’en faut.

En publiant cela, vous prenez des risques énormes. Que le contenu de la rumeur soit vrai n’est évidemment pas impossible, mais quand même, votre article est très très léger. J’espère (pour Libération) que vous en savez plus que ce que vous écrivez dans l’article, pour vous autoriser une telle mise en cause, aussi dévastatrice. Il n’y a qu’à lire les commentaires sur le Figaro.fr pour voir que dans l’esprit de nombreuses personnes, la simple mention de la rumeur et de son démenti ont déjà produit une certitude, selon le fameux principe « il n’y a pas de fumée sans feu.

- Zamenhof

Quel scoop de la part de Libération !!!!

Tellement à la traîne par rapport à Médiapart depuis que les infos « infondées » se sont révélées être justes. Bref, grosse crise de nerf et de jalousie à Libé. Un stagiaire a du être chargé de dénicher le scoop du lundi. Bref, ce dernier travaillé tout le weekend et nous a pondu cette trouvaille génial. Ah bravo Libé, depuis le venue de Demorand on sent que bientôt le travail d’investigation des journaleux de Libé n’aura rien à envier à Gala et consorts.

- Fredlib

comment on fait pour se désabonner ?

- Mecoules

LIBE fait comme les autres journaux, il fait du bizeness avec les infos qu’on lui donne et qu’il trouve, il faut vendre du papier ; que les journalistes se plaignent, pourquoi pas, mais qui va les payer si Libé ne se vend pas.

- Fredlib

Qui a décidé, autorisé cet article indigne d’un journaliste ? Demorand ? On attend des explications et même des excuses... Sinon, bye bye. C’est bien triste pour tous les autres journalistes de Libé que je lis souvent avec beaucoup d’intérêt.

21Nous retrouvons dans l’exemple 6 :

  • l’accusation de vacuité déjà évoquée (« votre article est très léger ») ;
  • la pratique de lecture des commentaires (« Il n’y a qu’à lire les commentaires sur le Figaro.fr pour voir que […] la simple mention de la rumeur et de son démenti ont déjà produit une certitude ») ;
  • l’accusation de créer l’événement à partir de rien (« Quel scoop de la part de Libération !!!! »)
  • accompagnée d’une adjectivation stéréotypique et péjorative (« journaleux ») et de la comparaison avec la presse people (Gala) ;
  • l’argument selon lequel la presse, comme n’importe quel bien de consommation, est dominée par la visée de captation (Charaudeau, 2005) et non celle d’information (« Libération fait du bizeness avec les infos qu’on lui donne et qu’il trouve, il faut vendre du papier »).

22Au niveau énonciatif, on trouve dans ce fil de commentaires (dont nous reprenons uniquement une partie) beaucoup de marqueurs d’interlocution, sous la forme d’interjections (« bravo Libé »), de pronoms d’adresse (« vous prenez des risques énormes »), d’appels à l’action (« comment on fait pour se désabonner ? ») et de requêtes directes (« on attend des explications »), qui montrent le rôle supposé du journaliste et contribuent à construire le discours normatif et prescriptif.

23Les marqueurs d’interlocution constituent des signes de proximité qui donnent l’idée d’un dialogue direct avec le co-énonciateur absent, que l’on retrouve souvent dans la section des commentaires mais qui se voit renforcée par le contexte de crise provoqué par l’affaire. Le ton injonctif des internautes-lecteurs a sûrement pesé dans la réaction du principal accusé, Nicolas Demorand, qui a publié une réponse dans les pages du journal. Le dialogue imaginé se fait ici effectif.

2.3. Sur le rapport entre presse et politique

24Le rapport entre les médias et le pouvoir politique est un objet de discours récurrent dans la section des commentaires. L’affaire Dieudonné (qui a provoqué une polarisation de l’opinion publique) ou la liaison de François Hollande (où le rôle des médias est interprété en fonction de leur appartenance idéologique) montrent quel genre d’événements déclenche la circulation de commentaires portant sur le rôle de la presse. Il est question ici des « grands médias qui nous gouvernent » et qui pratiquent la « censure » en privilégiant des acteurs sociaux proches du pouvoir, alors que d’autres voix (en l’occurrence, celle de Dieudonné) n’ont pas de place dans les médias (exemple 7) :

7) À la Main d’or, les fans « rient de tout » liberation.fr 6.1.2014

- Pseudopseudo

En effet, pour Libé, 2014 c’est l’année Dieudo... Marrant de voir comment tous les grands médias qui nous « gouvernent » se sont emparés de cette cause. J’apprécie les spectacles de Dieudonné et je me rends compte qu’énormément de monde apprécie l’humoriste. Dans mon entourage également. Et pourtant tous ces articles de Libé notamment, me font dire que les journalistes sont vraiment enfermés dans leurs tours d’ivoire bien loin du « peuple ». […] Pour finir, je crois vraiment que ce travail de sape des médias et du gouvernement contre Dieudonné est une sacrée pub pour l’humoriste et ne va faire qu’augmenter sa côte de popularité.

- UMPuduculte

Libé, quand leur titre contient le mot Dieudonné, ils utilisent la police de caractère format 144, arial black et super-gras... pour bien montrer que c’est leur truc à fond, de l’annèe 2014, la guerre contre ce comique (anti) national... ridicule et amusant à la fois tout comme leur censure.

25Il est possible que cette catégorie soit surreprésentée dans notre corpus, étant donné la multiplication des affaires politiques en janvier 2014. Or, nous avons trouvé des commentaires des lecteurs dénonçant les rapports étroits entre presse et politique dans des corpus de contrôle plus anciens provenant de lemonde.fr. L’exemple 8 est tiré d’un éditorial intitulé « Malaise », qui évoque les rapports entre les médias d’information et le pouvoir exécutif français, dénoncé par certains politiciens. Suite à cet éditorial, des internautes répondent sans complaisance à « l’aveu courageux » du journal, lequel a perdu toute capacité de critique à force de fréquenter le pouvoir politique. Le rapport entre presse et politique est bien illustré par le dernier commentaire de cette série, qui critique le rôle de chambre d’échos qu’ont les médias d’information par rapport au discours politique, en érigeant en événement toute parole venant de ce monde-là :

8) Malaise lemonde.fr 25.01.10

- Romuald L.

« Un aveu courageux. Et si maintenant, on arrêtait l’apéro à Matignon et qu’on se mettait VRAIMENT au boulot ? »

- DE MON YACHT AUX CARAIBES

Je ne supporte plus les faux culs comme l’éditorialiste du Monde. Il connait parfaitement les raisons du malaise : les journalistes français vivent aux crochets de l’Etat et lui sont donc redevables. L’Etat noie les journalistes de subventions (bientôt fonctionnaires ?), d’honneurs (genre médailles en chocolat) voire couchent avec les hommes et femmes politiques. On ne compte plus les mariages consanguins. Tu parles d’un malaise. Vous avez perdu votre liberté de blâmer à force de flatter.

- Kentoc’h Mervel

Le Malaise, il est parfaitement illustré ce soir par la participation active, consciente et complice du Monde (par exemple) à la stratégie de communication mise en place par l’Elysée. Ce qui était visé, ça n’était pas le contenu des discours présidentiels (que tout le monde aura oublié dans 8 jours) mais de faire « un événement » de cette grosse mise en scène mediatique. C’est fait, gros titre, « petites phrases » minute par minute, une vraie finale de football.

26L’exemple 9 montre que les abonnés ont besoin de poster des critiques sur un ton humiliant tout en continuant à lire leur journal. Sur cinq commentaires (au moment où nous avons établi notre corpus), deux portent sur la pratique de déconstruire une rumeur qui nuit au gouvernement (socialiste), interprétée comme une défense de la « ligne éditoriale » du Monde, qui donne par ailleurs des « leçons de journalisme aux autres médias ».

9) Valérie Trierweiler et les vases de Sèvres : itinéraire d’une intox lemonde.fr 23.1.2014 à

- Henri Bambelle

Il est difficile de distinguer en matière d’information le réel (les faits), le commentaire (l’interprétation) et la communication (le story telling). Dans l’affaire Dieudonné, on nous assène qu’il s’agit de lutter contre l’hydre renaissante, là où les faits montrent surtout les limites de l’arrêt du Conseil d’État. France Culture ne mélange pas ces plans, France Inter s’y vautre, le Monde fait prévaloir sa ligne éditoriale, en protégeant F. Hollande. Si c’était vrai, le Monde le dirait-il ?

- Denis Huber

Vous me faites rire au Monde avez votre leçon de journalisme aux autres médias. Combien de fois vous avez vous même propager des âneries sans le moindre scrupule. Mais si vous vous réveillez maintenant je vais faire semblant d’avoir oublier.

2.4. Sur la nature non-événementielle des « affaires »

27Lorsqu’il s’agit d’affaires politiques, les commentaires portent également sur la non pertinence dans les pages du journal, ce qui explique la présence des affaires Dieudonné et Hollande dans cette catégorie. Si une partie du lectorat y voit une mainmise des discours dominants (médiatique, politique), d’autres y voient un non-événement. Dans les deux cas, les représentations du journaliste sont négatives et présupposent une faute déontologique. Si les commentaires ressemblent à ceux de la première catégorie, nous les avons groupés car ils contiennent une formule qui se répète et se décline sur le mode « quelle perte de temps », « on s’en fiche », « des informations dont on se fout complètement » (exemples 10 et 11), y compris dans un journal comme Rue 89, dont une bonne partie du contenu ne relève pas du discours d’information à proprement parler, et qui a donc contenu événementiel moins important.

10) Julie Gayet et la Villa Médicis de bon matin, mon Dieu quel bordel ! rue89 5.1.2014

- Pseudochromis

Tout ce travail pour des infos dont on se fout complètement. Quelle perte de temps, quand vous pourriez enquêter sur des vrais sujets, pas des faits divers.

- Matou Bruxelles @ pseudochromis

BINGO ! Vous avez touché le gros lot ! Vous êtes le 2000 commentaire du jour à utiliser en deux lignes à la fois « on s’en fout » et le terme « vrai sujet » ! Ceci n’est pas une arnaque, vous avez gagné. Le droit de voir sur ce site tous les autres « vrais » sujets : )

11) Face à face entre pro et anti-Dieudonné devant son théâtre à Paris rue89, 16.1.2014

- Jeanmarc 17

Et si les médias arrêtaient d’en parler : même qu’il est changé son spectacle sur le fond, mais pas vraiment sur la forme, je ne vois vraiment pas l’intérêt de parler de ce troublion à quatre sous qui n’en vaut pas la peine : c’est encore lui faire trop d’honneur et beaucoup de publicité !

- Defiant167 17 Janvier 2014 à 9 : 56

On s’en fiche. On a autre chose de plus sérieux à s’occuper !!!!

12) Dieudonné la honteuse ! liberation.fr, 3.1.2014 (par Stéphane Guillon)

- Mamylyon @symetrik

Où avez-vous que les médias et le gouv ne s’interessent plus qu’à Dieudonné. Il n’y a pas que des articles sur Dieudonné dans Libé, ou autre journal. Tout sujet qui fait réagir doit pouvoir avoir ses articles et être débattu, cela n’enlève rien aux autres faits de société ou loi qui sont toujours traiter dans tous les journaux.

28Dans la dynamique dialogale, certains internautes réagissent en pointant la sur-utilisation de la formule « vrais sujets » (exemple 10), ou bien en défendant le droit de la presse à traiter des « faits de société » (exemple 12). Ces commentaires, comme ceux de la première catégorie, nous intéressent dans la mesure où ils révèlent ce que les lecteurs considèrent pertinent en termes de nouvelles (événementielles ou pas, fait divers, événements purement discursifs comme « l’intox » par rapport à la première dame, exemple 9), et construisent dans l’écho dialogique un discours prescriptif, selon lequel les médias de référence ne doivent pas couvrir ce genre de non-événements.

3. Retour sur le discours prescriptif des internautes

29L’analyse du corpus a révélé la présence d’un discours normatif (celui qui énonce la norme) et prescriptif (celui qui dit de faire) dans les commentaires des lecteurs, qui cohabite avec un discours d’opinion mais qui s’en distingue par ses propres marqueurs discursifs. Les marqueurs de subjectivité qui renvoient à la perception de l’internaute y sont rares : les pronoms de 1e personne sont absents, on observe une surutilisation du pronom impersonnel on, on fait appel à des dénominations généralisantes (les journalistes, le travail des journalistes, les médias) et notamment à l’opposition la presse/le lectorat, et on emploie des marqueurs d’interlocution qui font référence à un co-énonciateur in absentia, celui à qui s’adresse l’énoncé prescriptif. Comme le notait Adam, si dans l’énoncé prescriptif l’énonciateur est souvent effacé, le destinataire est bien là. Contrairement au texte procédural comme la recette de cuisine ou le manuel d’instructions, le destinataire des énoncés prescriptifs est connu (le journaliste, le journal, ou bien une idéalisation de ces entités). Lorsque le destinataire est le public des pairs, on peut penser que l’énoncé mobilise des prédiscours visant à conforter les lecteurs dans leur vision du journal/du journalisme, comme dans les exemples 2 (« quel est le propos de cet article ? ») et 3 (« c’est grave docteur ? »).

30Nous avons avancé au début de l’article l’hypothèse selon laquelle tous les énoncés portant sur le rôle de la presse et des journalistes comportaient des mots-clés qui permettraient de constituer des corpus plus systématiques. Nous avons effectivement isolé une série de mots-pivots et d’expressions qui reviennent souvent :

  • au niveau de l’énoncé, une kyrielle de dénominations méta faisant référence aux objets du monde éditorial journalistique comme au monde socioprofessionnel : journaliste, article, commentaires des lecteurs, abonnement, lectorat de la presse, lecteurs, les médias, information, les faits, le nom du journal ou d’autres titres de presse similaires ou perçus comme opposés. Des références à l’énonciation éditoriale moins courantes telles que police de caractère, copié-collé, ou encore observer et analyser, des opérations perçues comme faisant partie des tâches des journalistes ;
  • au niveau de l’énonciation, des injonctions (sous forme d’ordre, conseil, souhait, prière ou encore demande polie), des appels à l’action et des conseils sur le mode déontique (« Même pour un article internet le minimum de la part de journaliste c’est de citer ses sources ») accompagnés d’un système de punition visant le journal (« je vais me désabonner du journal »).

31Malgré le fait que le corpus ne soit pas systématique, pour les raisons expliquées plus haut, nous avons pu observer au cours du travail de collecte (qui s’étend sur une année) que les commentaires prescriptifs sont plus nombreux dans Le Monde que dans Libération ou dans Rue89. On pourrait penser que certaines communautés de lecteurs échangent sur un ton plus ludique (c’est le cas de Rue89), alors que d’autres préfèrent cultiver un ethos savant (le cas du Monde). Curieusement, c’est dans ce dernier journal que l’on trouve plus d’allusions à l’abonnement, et donc à la figure du lecteur-client. La même remarque avait été faite par Canu & Datchary (2010, p. 210) par rapport au public de Mediapart, qui a un modèle économique opposé à celui de Rue 89. Ces remarques ouvrent une nouvelle piste de recherche liée aux attentes de chaque lectorat et à l’ethos « collectif » que celui-ci développe.

32Si le discours normatif et prescriptif, ainsi que les représentations qui y sont associées, se situent dans la continuité de genres de discours plus anciens (le courrier des lecteurs notamment), c’est bien le dispositif qui les rend visibles et les organise ; ce constat nous permet de postuler une certaine « affordance » (Paveau, 2012) du dispositif des commentaires, dans la mesure où c’est la possibilité qu’il offre aux lecteurs qui se trouve à la base de la production de ce discours. En effet, le dispositif ouvre un canal de communication (même si celui-ci reste largement imaginé par les lecteurs, les journalistes répondant rarement) qui offre la possibilité d’un dialogue, ce qui explique les marques d’interlocution qui parcourent la section des commentaires. Au-delà des considérations sur l’aspect socioprofessionnel et la pratique des journalistes, ceci montre que la parole journalistique contemporaine est indissociable de la parole profane, et que la surveillance que la dernière exerce sur la première s’organise discursivement dans l’espace des commentaires.

Bibliographie

Références bibliographiques

ADAM J-M., 2001a, « Types de textes ou genres de discours ? Comment classer les textes qui disent de et comment faire ? », Langages, n° 141, pp. 10-27.

ADAM J-M., 2001b, « Entre conseil et consigne : les genres de l’incitation à l’action », Pratiques, n° 111/112, pp. 7-38.

AMOSSY R., 2011, « La coexistence dans le dissensus. La polémique dans les forums de discussion », Polémiques médiatiques et journalistiques, Semen, n° 31, avril 2011, pp. 25-42.

BARNES R., 2013, “Understanding the Affective Investment Produced through Commenting on Australian Alternative Journalism Website New Matilda”, New Media & Society, n° 1 (17), [en ligne] :

nms.sagepub.com/content/early/2013/11/12/1461444813511039

CALABRESE L., 2014, « Rectifier le discours d’information médiatique. Quelle légitimité pour le discours profane dans la presse d’information en ligne ? », Les carnets du Cediscor, n° 12, Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discours, Florimond Rakotonoelina (éd.), pp. 21-34.

CANU R. & DATCHARY C., 2010, « Journalistes et lecteurs-contributeurs sur Mediapart. Des rôles négociés », Réseaux, n° 160-161, pp. 195-223.

CHARAUDEAU P., 2005, Les médias et l’information. L’impossible transparence du discours, Bruxelles, Duculot.

COURTINE J-J., 1981, « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours. À propos du discours communiste adressé aux chrétiens », Langages, vol. 15, n° 62, pp. 9-128.

DOMINGO D., QUANDT Th., HEINONEN A., PAULUSSEN S. & SINGER J.B., 2007, “Participatory Journalism Practices in the Media and Beyond : An International Comparative Study of Initiatives in Online Newspapers”, Journalism practice, vol. 2, n° 3, pp. 326-342.

EUN-JU L. & YOON J. J., 2010, “What Do Others’ Reactions to News on Internet Portal Sites Tell Us ? Effects of Presentation Format and Readers’ Need for Cognition on Reality Perception”, Communication Research, n° 37, pp. 825-846.

GRANJON F. et LE FOULGOC A., 2010, « Les usages sociaux de l’actualité. L’expérience médiatique des publics internautes », Réseaux, n° 160-161, pp. 228-252.

JOUËT J. & RIEFFEL R. (dir.), 2013, S’informer l’ère numérique, Presses universitaires de Rennes.

JOUËT J. & LE CAROFF C., 2013, « L’actualité politique et la participation en ligne », in Jouët, Josiane et Rieffel, Rémy (dir.), S’informer l’ère numérique, Presses universitaires de Rennes.

KERBRAT-ORECCHIONI C., 1999, « Gestion des conflits et constitution de coalitions dans les polylogues », in Jean-Marie Barbéris (éd.) Le français parlé. Variétés et discours, Praxiling, Université Paul-Valéry, pp. 49-68.

MARCOCCIA M., 2004, “On-line Polylogues : Conversation Structure and Participation Framework in Internet Newsgroups”, Journal of Pragmatics, n° 36, pp. 115-145.

PAVEAU M.-A., 2012, « Ce que disent les objets. Sens, affordance, cognition », Synergies. Pays Riverains de la Baltique, n° 9, pp. 53-65.

RUIZ C., DOMINGO D., MICÓ J. L., DÍAZ-NOCI J., MESO K. & MASIP P., 2001, “Public Sphere 2.0 ? The Democratic Qualities of Citizen Debates in Online Newspapers”, The International Journal of Press/Politics, n° 16 (4), pp. 463-487.

NAGAR N., 2011, The loud public : The case of user comments in online news media. Doctoral dissertation, SUNY Albany, New York.

SITRI F., 2003, L’objet du débat. La construction des objets de discours dans des situations argumentatives orales, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Auteur

Professeure, titulaire de la Chaire de communication multilingue.
ReSIC (Recherche en sciences de l’information et de la communication),
Département des sciences de l’information et de la communication. Université libre de Bruxelles, Belgique.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search