Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Troisième partie. Les enjeux socio-discursifs de l’information : manières de faire, manières de dire

Quand transformer la forme, c’est reconfigurer le fond : un site natif dans la tourmente des discours médiatiques

Roselyne Koren

Texte intégral

1. Avant-propos

  • 1 Voir Benveniste (1966), p. 260 : « La conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par co (...)

1Cette contribution a pour enjeu de démontrer que quelques-unes des transformations discursives de l’information journalistique mise au net confirment et illustrent par leur rapport au langage les thèses les plus fortes des linguistiques de l’énonciation et de la rhétorique argumentative en matière de subjectivité et d’intersubjectivité. Le discours y est en effet présenté comme mis en œuvre par un être de langage subjectif, autonome et responsable, indissociable de ses coénonciateurs avec lesquels il partage le travail de construction du sens. Ce sujet n’y est d’ailleurs pas uniquement en interaction avec son allocutaire, il admet a priori que cet Autre est simultanément son alter ego et son juge : il ne s’agit plus de faire revêtir de force à l’opinion les apparences de la vérité more geometrico ni de multiplier à cette fin les effets d’objectivité : le vraisemblable, le pluralisme des opinions, l’argumentation des jugements de valeur, le dissensus ne sont plus soupçonnés d’irrationalité ; la transparence des prises de position et de leur justification créent de nouveaux régimes de rationalité. Il est devenu légitime de reconnaître que le pure player ne détient pas le monopole de la vérité V, qu’il évalue et juge et qu’il se doit de négocier la crédibilité de ses dires. Le site natif admet qu’il existe aux côtés de la notion de vérité référentielle absolue, conduisant à décrire le réel tel qu’il est, des vérités rhétoriques éphémères, mais non moins valides. Ces vérités temporaires ne sont ni absolues ni irréfutables, mais uniquement vraisemblables, raisonnables, discutables et valables dans un contexte socio-historique précis sans que cela ne soit pris au tragique. On comprend mieux dès lors la maxime « chassez le naturel… il revient au galop » : l’obligation doxique de s’abstenir de toute forme de prise de position au nom d’un idéal d’objectivité sacralisé cède enfin la place à une subjectivité énonciative assumée et décomplexée et non plus reléguée ou dissimulée dans l’implicite. La prise de parole à la première personne rétablit ainsi les conditions de possibilité de l’évaluation et du positionnement et ouvre la voie aux adresses directes systématiques à l’auditoire1. Bref, la mise au net de l’information rend toute sa force à une rhétorique qui se situe à la croisée de la connaissance et de l’action verbale, de l’argumentation du jugement de fait et de celle du jugement de valeur. La revendication d’une subjectivité décomplexée s’oppose donc sur le Net, dans ce cas, à l’aspiration contre-nature d’être un locuteur absent de ses propres dires.

2Et par subjectivité je n’entendrai pas ici irrationalité, émotions et passions incontrôlées, individualisme radical ou communautarisme, narcissisme, mais articulation des responsabilités individuelle et collective du locuteur, rationalité de la justification explicite du point de vue ou des émotions, soumise au regard critique de l’autre du discours ; celui-ci ne sera donc plus un allocutaire imaginé à dominer, mais l’instance ultime fort concrète de la légitimation (ou de la contestation) des dires du journaliste : la notion verbale d’intersubjectivité redevient ainsi une réalité sociale à part entière.

  • 2 Voir, au sujet de la définition et de l’analyse critique de cette notion, Koren (2004).

3Les « anciens » médias ont mis et mettent toujours encore en œuvre le plus souvent une conception représentationnelle et essentiellement vériconditionnelle du langage ; ce dernier est alors perçu comme un ensemble de techniques anodines au service d’une médiatisation neutre de l’information. Cela les a conduits à reléguer leurs prises de position axiologiques ou idéologiques inéluctables dans l’implicite et à délégitimer toute forme d’engagement énonciatif autre que l’engagement « neutre »2. Le journalisme mis au net que pratique le site natif qui me servira ici d’exemple type ne perçoit plus le langage comme une boîte à outils, mais comme un mode de vie sociale où le locuteur est garant de ses dires.

  • 3 Voir, entre autres, Koren (1996), (2001), (2003), (2006), (2008).
  • 4 J’emprunte ces qualifications au journaliste Daniel Schneidermann . voir, ci-dessous, dans la bibli (...)
  • 5 Voir le petit livre de Schneidermann, Terra Incognita. Net, p. 18-19 : « Notre but est la critique (...)

4Les transformations que je vais analyser dans cette contribution ont été observées et analysées dans la Gazette d’@rrêts sur images. Je ne prétends nullement pouvoir me livrer à des généralisations indues. Ce cas me semble cependant posséder les qualités de l’exemple type. Je suis cette Gazette depuis sa création sur le Net, après avoir analysé pendant de nombreuses années la rhétorique argumentative et figurale de l’écriture de presse dans quelques « anciens » médias nationaux3. Cette Gazette est d’autant plus intéressante que son principal fondateur, Daniel Schneidermann, a été journaliste au Monde et qu’il rédige encore des chroniques pour Libération ; il a également animé une émission critique sur la médiation télévisuelle pendant de nombreuses années. Les créateurs de La Gazette ont ainsi le conflit de légitimité entre « nouveaux » et « anciens »4médias pour objet ; ils donnent la primauté à ce qu’ils considèrent comme la fonction initiale du journalisme mis au net : la critique de la déontologie des anciens médias et de leur conception de l’information5, mais la création progressive d’un nouveau type de journal en est la seconde étape. Mon angle d’attaque sera donc celui d’une analyse qualitative qui tient compte de l’approche quantitative sans lui donner la primauté – mon corpus comprend plus de 357 numéros hebdomadaires de la Gazette et plus de 140 émissions quotidiennes intitulées « Le neuf-quinze ».

5Je me propose donc ici de tenter de désigner et de définir quatre types, particulièrement significatifs, de reprises et/ou de transformations discursives et rhétoriques mis en œuvre dans la Gazette d’@rrêt sur images. Il s’agit 1- de la présentation et de la justification de la création d’une nouvelle chronique ou « émission » dans un développement nommé « le making of » ; ce développement est d’ailleurs intégré désormais dans la trame de divers articles, 2- de la reconfiguration de la notion discursive de genre d’article, 3- de la scénographie de la conversation venant interrompre brusquement la linéarité d’une prose écrite conventionnelle et enfin 4- de la transformation du langage en objet de débat jouant un rôle actif dans la gestion du politique. Je tenterai enfin en guise de conclusion de répondre à la question suivante : les transformations de l’écriture de presse mise au net sont-elles, dans ce corpus, radicales ou partielles ? N’existe-t-il vraiment aucune forme de continuation entre les « anciens » et les « nouveaux » médias ?

2. Quand transformer, c’est défiger les langues de bois médiatiques : tenants et aboutissants du discours de légitimation d’un site natif

6Je voudrais procéder à présent à la justification de ces hypothèses. Mais il me faut souligner auparavant l’importance primordiale du cadre dans lequel elles s’inscrivent : celui d’un changement d’ethos radical.

2.1. Deux éthé dos à dos : transformation de la « non-personne »6 en sujet du discours

  • 6 Benveniste 1966 : 265.

7Le conflit de légitimité entre anciens et nouveaux médias concerne, dans les passages suivants, l’ethos du journaliste. L’extrait du Monde brosse le portrait d’un journaliste, porte-parole de l’opinion publique et celui de Libération celui d’un médiateur qui refuse énergiquement toute forme de posture en surplomb et de délégation du droit à la parole. Il s’agit d’un extrait d’une chronique de Pierre Georges dans Le Monde (18.04.2003), chronique au titre hautement significatif : « Évidences » et d’un extrait d’une chronique de Schneidermann, publiée dans Libération (03.11.2006) et intitulée de façon non moins éloquente, « La fin des “médias finis” ? ».

2.1.1. « Évidences »

« Dans le tumulte, le désordre, l’anarchie, l’insécurité, la pénurie, bref, dans tout ce qui fait le quotidien d’un pays […], au moins une vérité apparaît, jour après jour, au travers des découvertes et des témoignages. C’était une évidence déjà, c’est un fait établi désormais : le régime de Saddam Hussein fut bien cette abominable dictature, imposant par la terreur […] son propre pouvoir et sa propre longévité. » […] « Il faudrait donc être d’une assez détestable mauvaise foi pour ne pas reconnaître que d’un mal, la guerre, est sorti un bien. »

2.1.2. « La fin des “médias finis” ? »

« Mais ce système se trouve en concurrence avec une autre offre, celle de nouveaux médias dont la promesse est différente : je vous livre ce que j’ai vu, ou ce que je pense. Ce n’est rien d’autre que ce que j’ai vu, et filmé avec mon téléphone portable, ou pensé avec ma petite tête. J’étais au ras du bitume, dans la rue, dans ma salle de bains, dans la salle de meeting, avec le public, et non sur la tribune de presse. Je suis conscient de ne pas avoir tout vu, de ne pas tout savoir, ma parole n’est rien d’autre que ma parole, vous n’êtes absolument pas tenus de la croire sur parole, je n’ai pas d’autre prétention que d’ajouter des éléments au dossier. C’est à vous de le compléter, le dossier, d’ailleurs vous pouvez aller compléter votre information ici, ou encore là, il suffit de cliquer. La vérité n’est jamais qu’une wiki-vérité, à laquelle vous êtes priés de contribuer vous-mêmes, contradictoirement, inlassablement. »

8La chronique, affirme la brochure Le style du Monde (2002 : 58), est l’un des rares genres d’articles dont l’auteur est autorisé à pratiquer un discours « subjectif ». L’auteur d’« Évidences » recourt cependant systématiquement dans le passage cité à l’effacement énonciatif comme l’indiquent les énoncés impersonnels « une vérité apparaît », « c’était une évidence », « c’est un fait établi désormais » ; le ton péremptoire de ces énoncés est d’ailleurs encore décuplé par la stratégie d’intimidation suivante : « Il faudrait donc être d’une assez détestable mauvaise foi » où le jugement de valeur relégué dans l’implicite d’un adjectif et d’un nom subjectifs axiologiques : « détestable mauvaise foi » est subordonné à la tournure impersonnelle à la fois atténuée (le verbe « falloir » est au conditionnel) et catégorique « il faudrait être ». C’est donc bien un échantillon représentatif de cette rhétorique de « grand-messes » tant décriée par de nombreux critiques des anciens médias, échantillon où le journaliste se construit un ethos autoritaire intimant a priori à l’auditoire de le « croire sur parole » puisque sa voix et celle des faits ne font qu’un. Le lecteur mis en garde devra donc renoncer à toute vélléité de désaccord et de réfutation s’il ne veut pas être jugé coupable d’une « assez détestable mauvaise foi ». Les « évidences », cela ne se discute pas. L’auditoire n’a pas droit au désaccord : pas de salut hors de la pensée unique.

9L’auteur de la chronique de Libération emploie, par contre, systématiquement et explicitement l’indicateur de subjectivité « je » et l’adjectif possessif de la première personne ; il assume ouvertement son point de vue : ce qu’il « voit, ou ce qu’il pense ». Il ne prétend pas se situer en surplomb, mais « au ras du bitume », non pas « sur la tribune », mais « dans la salle » aux côtés de ses alter ego. Il passe d’une hiérarchie verticale à un égalitarisme horizontal. L’autre, son allocutaire, « n’est absolument pas tenu de le croire sur parole », le journaliste web lui reconnaît a priori un droit au désaccord et à la vérification personnelle rendue possible par l’hyperlink et l’accès direct aux sources. Son ethos n’est plus celui d’un démiurge omniscient ; ses pratiques discursives construisent au contraire une image de soi à visée égalitaire, celle d’un coéquipier qui n’a « pas d’autre prétention que d’ajouter des éléments au dossier ». Et s’il se résout, dans ce cadre participatif, à imposer quelque chose à l’allocutaire, c’est le devoir d’assumer son autonomie et ses responsabilités de spectateur interprète ; il l’invite à juger et à évaluer par lui-même et à contribuer activement à la coconstruction du sens de l’événement. Les adverbes « contradictoirement » et « inlassablement » renvoient donc bien ici à ce qu’Eric Rhode (2010 : 122) qualifie dans son Ethique du journalisme d’« information ouverte », soit « celle qui s’accompagne d’éléments permettant au lecteur […] de construire différents sens possibles, selon sa responsabilité intellectuelle propre » tandis que l’« information fermée serait celle, repliée sur elle-même, qui se prête au minimum d’interprétations contradictoires » : soit, dans les termes de Schneidermann, l’information univoque donnée par un compte rendu « fini » où tout doit être dûment encadré, clos et contrôlé, où le pluralisme apparent est annulé par des « évidences » consensuelles. Le « récit fini » normatif n’autorise aucune forme de dissensus.

2.2. Le cas du « making of »

10Le making of est un développement qui annonce la création d’une nouvelle « émission » ou que la Gazette insère à la fin de divers articles ; il a pour fonction d’exposer les raisons et les affres de la création d’une nouvelle rubrique/émission ou chronique puis de la rédaction de chacune d’entre elles et de solliciter les réactions des internautes invités à se prononcer dans les forums. La chronique qui nous servira d’exemple type s’intitule « D@ns le texte » ; elle a la chroniqueuse Judith Bernard pour « animatrice ». Le développement qualifié de « making of » est donc lié à un principe de transparence, défini par Schneidermann (2013 : 90), dans Terra incognita, comme le « meilleur garant de la confiance ». Les créateurs de l’émission le mettent ici en œuvre dans un tryptique constitué par l’annonce et la justification de la création d’une nouvelle émission, « D@ns le texte », à la veille de son lancement, puis par la réponse détaillée et argumentée aux critiques des « asinautes » du forum adéquat, résumées dès le lendemain par la journaliste animatrice. Un troisième article est consacré enfin à la justification de la décision de transformer l’émission, qui est trop peu regardée, et à la désignation des causes de ce manque d’audience.

11Ce développement est particulièrement représentatif des rapports de proximité que les auteurs de La Gazette souhaitent instaurer avec leurs auditoires. Cette notion renvoie, en l’occurrence, aux pratiques discursives et rhétoriques suivantes : transparence dans le récit des étapes de la création de l’émission, adresse directe à l’auditoire, désignation à plusieurs reprises de la journaliste par son prénom, ton de confidence, insertion à dessein, dans la prose conventionnelle, de vocables ou d’énoncés représentatifs d’un niveau de langue argotique ou familier, humour et autodérision, formulation dramatique, via le rythme de l’écriture, de l’émotion ressentie au moment de passer à l’acte de lancement de l’émission.

12Voici quelques illustrations permettant de mieux circonscrire les procédures verbales de défigement des discours médiatiques institutionnels évoquées ci-dessus :

13- « transparence » : elle se manifeste dans le premier texte par ce type d’énoncés :

Il y avait bien des raisons de ne pas faire cette émission. Bien des objections, que nous nous sommes évidemment formulées à nous-mêmes. Vous voulez les connaître ? En vrac : il y a plein d’émissions littéraires, à la télévision. Que va-t-on vraiment apporter de plus ? D’autant que les @sinautes cherchent autre chose. Ils ne viennent pas sur le site pour voir une émission littéraire ; mais “le texte” n’y est pas discuté […]. Le texte, ce trou noir, ce mystère. Le texte, tu penses bien que ça va faire fuir la ménagère. Donc, nous, nous y serons en plein, dans le texte. Nous nous y accrocherons, avec la même énergie que nous nous accrochons aux informations, ou aux images, sur le site. ». « Faut-il “communiquer” à l’extérieur, à propos de cette nouvelle émission […] ? », « je me suis posé la question. Eternel balancement du même éternel débat. Comme d’habitude, il y a du pour et du contre.

14- « Raisons de ne pas faire cette émission », « objections, que nous nous sommes évidemment formulées à nous-mêmes, « Que va-t-on vraiment apporter de plus ? », « Eternel balancement du même éternel débat. Comme d’habitude, il y a du pour et du contre », décision « énergique » d’assumer une fonction primordiale négligée par les anciens médias, soit celle du bain de texte et des multiples interprétations qu’il suscite – tous ces énoncés narrent explicitement les hésitations et les incertitudes des responsables du site. Leur ethos n’est plus celui du démiurge d’« Évidences », mais celui d’individus humains dans lesquels chacun de nous - et donc les « asinautes »- peut reconnaître ses incertitudes et ses propres dilemmes, ce qui en augmente la crédibilité.

15Le second texte comprend les réponses données par Judith Bernard aux critiques formulées dans le forum. Elle y définit clairement les enjeux de ses interventions en ces termes :

« Mes questions sont des interprétations que je formule, et que j’adresse à l’auteur en quête, non pas d’assentiment », « mais d’une réaction, idéalement contradictoire : lorsque Vinaver me répond “vous simplifiez”, je jubile ». « En apportant une autre interprétation contrastée, l’auteur ouvre la “crise” dans le texte, révèle »« combien la textualité est polysémique, ambivalente, gisement de débat » ; « C’est exactement ces choses-là que je souhaite faire advenir ».

16La journaliste peut afficher ici explicitement la subjectivité de son point de vue parce qu’elle prend soin de le justifier et par ce terme j’entends : reconnaître explicitement l’intention de susciter un conflit d’interprétations, refuser de donner la primauté au consensus et faire l’apologie des vertus heuristiques du dissensus. L’enjeu ne sera pas la représentation spéculaire impartiale du texte, mais la désignation et l’exploration de ce qui en constitue l’ambivalence, les zones d’ombre.

  • 7 Il serait pertinent d’objecter ici que ce surcroît d’attention accordé aux auditoires du Net est dû (...)

17Le troisième volet présente et justifie la décision d’élargir le corpus des textes littéraires à des articles et des discours de la vie politique et sociale, et même à de grands textes classiques afin que l’émission traite désormais des thèmes correspondant au « besoin de comprendre » des « @sinautes », à leurs « interrogations sourdes, latentes, » ou les incite à problématiser des questions qu’ils se posent… « même s’ils ne savent pas encore qu’ils se les posent ». L’article s’achève de façon emblématique par une adresse au lecteur : l’exposé de « l’état des réflexions » de l’équipe d’« @si » a besoin d’être validé par les « réflexions » des visiteurs ou des abonnés du site et par leurs réactions. « D@ns le texte » ne peut devenir définitivement « nécessaire » à la coconstruction de ce qui fait sens pour les individus de la société sans que ces derniers ne lui insufflent leur « énergie ». Les journalistes du site invitent donc leurs auditoires à partager des questionnements existentiels non pas par souci de domination, mais afin d’ouvrir la voie menant à une liberté de pensée retrouvée7.

18Les cinq autres traces discursives de la proximité instaurée par le « making of » sont les suivantes :

  • adresse directe à l’auditoire (intersubjectivité) : « Eh bien voilà. Si vous avez vu l’émission de cette semaine, vous connaissez déjà la surprise qu’on vous prépare ».
  • ton de confidence et autocritique : « on risque une incursion hors de l’univers confortable de la critique des insuffisances démédias (sic), pour commencer à dessiner nous-mêmes une alternative possible », « Première incursion, donc : une émission littéraire (oui, osons le mot) » ; « La tentation était trop forte ».
  • mélange délibéré des niveaux de langue conventionnel et argotique : « Naulleau[…] a envie de montrer qu’il n’est pas seulement le sniper à blablateurs de chez Ruquier », mais « que s’il flingue, c’est au nom d’un certain amour des textes »,
  • humour ludique : parodie de l’amplification publicitaire : « Grâce à François Rose, le meilleur déco-réalisateur de tout le web mondial, ça n’a pas été trop dur », « les sublimes bannières qui font la pub de l’émission sur la page d’accueil […] sont dues au pinceau affûté de notre chef de projet ».
  • aveu de l’émotion au moment de lancer la chronique, émotion médiatisée par le rythme qui revivifie la prose « ordinaire » : « on s’étend. On s’agrandit. On a sauté le pas. On sort de chez nous. Eh oui, tout arrive. », répétition à la fois anaphorique et quaternaire. Ces deux figures - et la syntaxe paratactique qui les agence - augmentent la visibilité d’une subjectivité affective énoncée et montrée explicitement.

2.3 Second type de transformation : la scénographie de la conservation8

  • 8 Cette technique est analysée plus longuement dans Koren (2013).

19La presse écrite recourt parfois, soit dans la trame d’un article, soit dans des billets d’humeur, aux techniques de l’écrit oralisé et du ton familier de la conversation. Elle poursuit alors des visées satiriques permettant de reléguer le message tabou dans le non-dit ou s’autorise ainsi à laisser percer ponctuellement l’émotion du journaliste. La scénographie de la conversation est, dans le cas du nouveau média analysé ici, une forme politique de contestation des discours institutionnels représentatifs jugés par trop autoritaires, solennels et pontifiants. À la rhétorique impersonnelle pseudo-objective succède une rhétorique de décentrement de l’autorité et de défigement qui communique à la prose de l’information ou du débat les qualités suivantes : proximité, simplicité directe, apparences de spontanéité et de véracité, plasticité ludique. La prose conventionnelle ne disparaît certes pas, il s’agit simplement d’y pratiquer des brèches conversationnelles qui en révèlent et déstabilisent le figement.

20Les illustrations que je vais citer et commenter brièvement ci-dessous sont extraites de l’une des chroniques « D@ns le texte » intitulée : « Le “populisme”, c’est quoi ? Enquête sur un mot piège… ». La version imprimée comprend quatre pages où sont disséminés les huit énoncés suivants :

  1. « et voici le président himself tout empoissé de l’opprobre » ;
  2. « pour une définition académique – ou quand mon bon vieux Robert sèche » (titre) ;
  3. « Mais pourquoi donc c’est si mal ? » (titre) ;
  4. « Allô, non mais allô quoi : docteur ? » (titre) ;
  5. Birnbaum « professeur émérite de sociologie politique »- « ce qui en jette un maximum » ;
  6. il « rappelle à l’agité qui est en chacun de nous l’art de bien se tenir » ;
  7. « Et hop, voici venir la “haine des riches” » ;
  8. L’animatrice, responsable de l’émission est désignée par son prénom : sa chronique s’intitule « Chez Judith » (titre) ; il en est d’ailleurs de même pour les autres chroniqueurs : « Chez Daniel », « Chez Alain, Chez Didier, Chez Georges ».

21Les lexèmes ou les énoncés qui rompent la trame de la prose sont les suivants :

22« (le président) himself », dans 1- l’adjectif « bon » et le verbe « sécher » dans 2- « mon bon vieux Robert sèche » ; l’inversion du sujet qui n’est pas effectuée dans 3- l’acte de mimer, dans 4- le désarroi et le ton scandalisé du locuteur profane, réduit à s’en remettre à l’expert de garde ; 5- la formule « en jeter un maximum », qui tourne d’avance en dérision la domination exercée par les discours doxiques, soit, en l’occurrence, le ton de l’universitaire consulté, jugé par trop moralisateur ; 6- « l’agité », nom axiologique dépréciatif et méprisant référerait dans le discours de Birnbaum à l’image peu flatteuse des auditoires profanes ; 7- « Et hop, (voici venir la “haine des riches”) » dédramatise l’argument ad baculum, contrairement à la rhétorique sensationnaliste des anciens médias ; 8- la journaliste désignée par son prénom. Le fait que quatre de ces énoncés soient des titres jouant nécessairement de ce fait un rôle important dans l’agencement textuel, renforce l’hypothèse que cette pratique discursive est l’une des formes que revêt la fonction d’indicateur discursif de contestation, à rebours de la prise de parole en surplomb.

2.4. Transformation des contraintes du genre discursif

  • 9  Voir cet extrait de Terra Incognita.net, p. 12 : « Que veux-tu bien créer dans une structure vermo (...)

23Les trois articles évoqués ci-dessus dans la présentation du « making of », ont pour objet la création d’une « émission littéraire », « D@ns le texte », qui modifierait radicalement les lois audiovisuelles antérieures du genre. L’équipe de La Gazette la justifie en ces termes : il s’agit de passer de la fonction fondatrice du « nouveau » média, soit critiquer les médias de la démocratie représentative – à une seconde étape où la Gazette tenterait de devenir un journal à part entière. Ceci implique, entre autres, l’instauration de nouvelles règles génériques créées par le site lui-même et soumises à la critique des lecteurs internautes. « La périodicité, le format, affirme Schneidermann (2013 : 70-71), ne sont plus simplement la forme du message. Ils sont le message lui-même » – et de fait l’hypertexte où interagissent l’écrit, l’écrit oralisé et l’oral, la version écrite imprimable et la vidéo du débat enregistré, l’argumentaire du chroniqueur et des débatteurs et celui des lecteurs dans les forums, les documents commentés et interprétés et leur consultation directe par les internautes via les hyperlinks – conteste et reconfigure les conceptions antérieures du genre discursif et de la textualité. De figée, fragmentée et statique9, celle-ci devient ainsi mouvante, changeante, plastique et fluide, décloisonnée ; elle dit l’ouverture ad infinitum, le refus des injonctions doxiques exogènes, la revalorisation de la contradiction et du droit au désaccord, bref une autonomie discursive énonciative et interprétative désirée et assumée, mais tenant compte du regard de l ’utre du discours et de l’argumentation. L’une des chroniques de « Chez Judith » (18.04.2013) : « Le “populisme”, c’est quoi ? »- est ainsi consacrée, conformément à la décision d’étendre l’objet du débat à des discours sociaux ou politiques, à l’accusation de populisme qui « circule dans la parole publique comme une invective ». Ceci implique la coexistence et les interactions de constituants, agencés par l’auteur de la chronique, mais que chaque lecteur pourra activer (ou non) à sa guise. La reconfiguration du genre y comprend donc les éléments suivants : une « enquête lexicale » et lexicographique qui se réfère au Petit Robert, mais aussi à Wikipedia et à ses forums de discussion, les photos de la une du Monde de « dimanche 14/lundi 15 avril 2013 » où on peut lire le titre : « Hollande : transparence ou populisme ? » et de la couverture du Nouvel Observateur (18-23.04.2013) consacrée aux « années 30… » (photo accompagnée de la mention « Cliquez sur l’image pour un gros plan »), la vidéo du « plateau d’A vous de juger » 2006 où François Hollande a déclaré : « je n’aime pas les riches », sept hyperliens disséminés dans l’article et renvoyant le lecteur aux originaux des documents évoqués dans la trame de l’« enquête » : « la notice wikipédia du “populisme” », le « boulangisme », le « poujadisme », la contribution de Pierre Birnbaum « spécialiste »« des populismes » et de « sociologie politique » et la définition par Frédéric Lordon de la notion de « leçon de maintien démocratique » qui permet de définir et de juger l’entretien avec Pierre Birnbaum, la conception des « forces » économiques « dans le royaume de France » propre à Richelieu, le « patrimoine très au-dessus du patrimoine médian » de « la plupart des ministres ». L’article ne renonce pas à la raison d’être originelle du pure player : la critique des anciens médias ; l’oscillation binaire pseudo-objective du titre du Monde : « Hollande : transparence ou populisme ? » est critiquée explicitement et l’entretien avec Pierre Birnbaum, dans ce même journal, dévalorisé en raison du ton moralisateur de l’expert qui ne contribue pas à la clarification du référent de populisme. Ce qui accomplit donc de facto la transformation du genre discursif, c’est un nouveau rapport au savoir, à la fois profane et scientifique, où le jugement de fait historique est en interaction avec le jugement de valeur éthique. Judith Bernard consacre ainsi un développement explicite aux « Ressources intuitives » (édification personnelle, « empiriquement », de l’étymologie de la notion) et « wikipédiennes » qu’elle a mises en œuvre ; mais elle veille aussi, simultanément, à condamner la parole des polémiqueurs qui ont transformé cette notion de science politique en « invective » et activent « L’art de nous faire taire » en brandissant l’épouvantail du « fascisme », du « nazisme » et de la « Shoah ». La trame discursive de la chronique comprend ainsi de nombreux lexèmes axiologiques comme « toxique », « infamant », « l’opprobre années 30 ».

2.5. Transformation du rapport au langage

  • 10 Les hyperlinks de l’ensemble des chroniques évoquées ci-dessus figurent dans les références bibliog (...)

24Celui-ci n’est plus considéré comme un média transparent, anodin ou spéculaire, soit comme un instrument au service des mises en mots d’un contenu représentationnel, mais comme un mode central de configuration de la vie politique et sociale. La chroniqueuse Judith Bernard explore ainsi, dans l’un des articles de son « émission littéraire » intitulée D@ns le texte, les tenants et aboutissants d’une formule « infamante » : « populiste ». La Gazette a également ouvert, dès l’élection de François Hollande, en mai 2012, un dossier intitulé « Chez Normaland », inspiré par la déclaration : « Je serai un président normal », dossier de dix épisodes ancrés dans les questions de dénotation et de connotation soulevées par l’application de cette épithète à la gestion du pouvoir exécutif. Le dossier « Chez les éconautes » est consacré enfin par la journaliste Anne-Sophie Jacques à l’exploration des tenants et aboutissants du lexique « mystérieux » de la crise économique mondiale et nationale afin d’en « désosser les jargons ». On doit d’ailleurs également à cette journaliste une série d’enquêtes consacrées à des mots de « l’éternelle rengaine des médias » comme « amalgame »10.

25Voici quelques illustrations permettant de reconstituer grâce au « making of » de « D@ns le texte » les traits distinctifs de cette conception du langage qui refuse, comme le faisait Benveniste (1966 : 258-259), l’assimilation de ce dernier à la métaphore erronée et réductrice de l’« instrument de communication » et argumente en faveur de la conviction suivante : « C’est dans et par le langage que l’homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l’être, le concept d’“ego” ». Tout commence donc, en l’occurrence, par la décision de « s’accrocher » au langage avec « énergie », « curiosité », « exigence » et « intransigeance » et d’exploiter systématiquement son aptitude à la polyphonie et à l’intersubjectivité afin de faire entendre non pas des voix de politiciens ou d’ économistes « aphones et inaudibles », mais de personnalités osant se positionner énergiquement à rebours des idées reçues de la « pensée unique » (08.03.2009). Sera aussi exploitée, lit-on dans l’émission du 11.03.2009, la « polysémie » de la textualité, son « ambivalence », « gisement de débat », la « provocation »« à penser plus loin », « à faire VIVRE le texte dans la pluralité de ses significations » (ibid.). Bref, le texte idéal que la chronique souhaite explorer possède les qualités suivantes : « élaboré et mystérieux », « texte aux entrailles profondes et odorantes, quelle que soit sa forme » et qui « entre en collision avec le monde d’aujourd’hui » (« D@ns le texte », 13.01.2010) soit avec les questionnements existentiels actuels des individus et des collectivités. Il ne s’agit plus de se servir du langage pour imposer des opinions présentées comme des certitudes, mais de partager la quête des causes de nos sentiments d’incertitude et les débats qu’elle suscite.

3. De la transformation de l’information dans un site natif : bref bilan actuel…

26Les auteurs de La Gazette prétendent fréquemment, dans le feu de la critique des « anciens » médias que leur conception de l’information est radicalement et totalement différente de celle du journalisme institutionnel de la démocratie représentative. La transformation me semble toutefois, dans le corpus analysé ici, bien moins radicale et globale qu’il n’y paraît. Il y a certes des changements spectaculaires, mais les différences sont parfois uniquement scalaires ; il y a également continuation dans une partie des cas.

27Les transformations radicales concernent essentiellement, comme on a essayé de le démontrer, la désacralisation de l’objectivité et de la neutralité, le retour en force du sujet du discours et la déculpabilisation de l’énonciation explicite du point de vue. Juger et évaluer ne sont plus des actes de transgression de la doxa, ce sont des actes de langage assumés, affichés explicitement et rationalisés par des procédures de justification soumises à l’examen critique de l’auditoire. Cela entraîne des conséquences cruciales quant au rapport à l ’utre du discours : l’auditoire n’est plus perçu comme passif, comme une collectivité à dominer, qui délègue son droit à la parole, mais comme un égal et un juge. C’est en fait tout le rapport au langage qui en est modifié. On ne le perçoit plus comme un instrument anodin au service de la parole des faits reflétée telle quelle par un locuteur absent de ses propres dires, mais comme un mode de configuration fondamental des réalités politiques et sociales. Dire et agir ne sont plus dissociés. Il y a donc en l’occurrence passage spectaculaire d’un régime de crédibilité ancré dans la transparence d’un langage qui ne fait pas écran entre les choses et les mots et crée des apparences d’objectivité, à un autre régime discursif qui prend l’énonciation et la construction d’un point de vue subjectif pour objet. Ce n’est plus le langage qui est jugé transparent, mais le discours du médiateur qui justifie les tenants et aboutissants de ses prises de position.

28Il existe en revanche des différences scalaires dans des domaines comme ceux de la méthode de l’« enquête », de la conversationnalisation ou de la fonction critique exercée à l’égard du pouvoir exécutif. Les deux types de médiation accordent une égale importance au travail d’investigation ; il s’agit toujours encore de découvrir et de révéler ce que le pouvoir tente de dissimuler, de construire un savoir ancré dans le contexte socio-historique contemporain, permettant au lecteur d’agir en connaissance de cause. L’une des différences les plus visibles est alors le partage de la responsabilité du devoir d’investigation : le médiateur du site natif intime à son lecteur de l’assumer autant que lui. Les anciens médias ou « quatrième pouvoir », « contre-pouvoir » souhaitent également exercer une fonction critique ; ils accordent une place fondamentale à un « devoir d’irrespect » dont la cible est le pouvoir exécutif, mais ils prétendent paradoxalement vouloir et pouvoir neutraliser simultanément toute forme d’influence sur leurs lecteurs ; le site natif évoqué ici dirige ses flêches et contre les médias représentatifs et contre les hommes de pouvoir dont les anciens médias seraient trop souvent devenus les complices, il partage avec ses lecteurs la responsabilité du discours critique.

29Scalarité aussi quant à la scénographie de la conversationnalisation ; le site natif ne l’a pas inventée : Libération pratique depuis de longues années la systématisation du mélange des niveaux de langue dans ses éditoriaux ou ses analyses polémiques. Les brèches dans la trame de la prose conventionnelle y remplissent des fonctions satiriques ou laissent poindre une émotion taboue. Cette technique réfère, dans le site natif, à un enjeu de contestation et de défigement des langues de bois des discours institutionnels politiques et\ou médiatiques. On peut voir dans cette forme conversationnelle l’une des traces discursives du changement de rapport à l’allocutaire, de l’invitation au débat, à la délibération, au partage du questionnement politique. Car il ne s’agit pas alors de « visée » argumentative persuasive, mais - dans les termes d ’mossy (2010) - de « dimension argumentative », d’une invitation à problématiser des questions clés ou à participer à un débat que l’on espère heuristique. Aucun des deux types de journaliste ne souhaite en fait, du moins en apparence, imposer la moindre opinion à ses auditoires : les anciens médias systématisent l’effacement énonciatif et jouent même les « non-personnes » dans certains éditoriaux ou chroniques. Ils semblent annuler ainsi, délibérément, l’adresse à autrui et renoncer à toute forme d’interdiscours. Les nouveaux délibèrent énergiquement et donnent la parole de préférence à des personnalités contestataires et controversées, mais aucun des journalistes ne tranche explicitement en faveur d’un discours ou de l’un de ses contre-discours. Comme le souligne Schneidermann dès le lendemain de l’élection de François Hollande dans ses réponses aux « asinautes » surpris par la virulence de ses commentaires : ce qui compte, c’est la posture critique à l’égard du pouvoir exécutif et de ses complices, le courage de dire ce que taisent les médias institutionnels : le président de gauche « normal » ne bénéficiera donc d’aucun régime de faveur et aura immédiatement droit, comme son prédécesseur de droite, à des attaques en bonne et due forme.

30Aussi peut-on considérer que ce site natif ne diffère pas du journal classique en matière de refus du militantisme. Le pure player évoqué ici veut certes susciter la réflexion, émanciper et donner un éclairage critique et politique à l’information, mais il ne s’agit pas d’énoncer des propositions politiques soit de passer à l’action et de servir la cause d’un parti. Lorsque Judith Bernard reproche au Monde l’oscillation binaire du titre : « Hollande : transparence ou populisme ? », elle ne s’engage pas dans la voie de la défense politique d’un président de gauche, mais dans celle de la dénonciation d’une rhétorique qui manque de rectitude éthique.

Bibliographie

Références bibliographiques

AMOSSY R., L’argumentation dans le discours [2000], Paris, Armand Colin, 2010.

AMOSSY R, 2014, Éloge de la polémique, Paris, PUF.

AMOSSY R., & KOREN R., « La “diabolisation” : un avatar du discours polémique au prisme des Présidentielles de 2007 », dans Mélanges en l’honneur de Georges Molinié, Delphine Denis, Mireille Huchon, Anna Jaubert, Michael Rinn & Olivier Soutet (dir.), 2010, Paris, Champion, pp. 219-236.

ANGENOT M., 2013, Rhétorique de la confiance et de l’autorité, Montréal, Discours social, volume 44, Presses de l’ l’Université McGill.

ANTHEAUME A., 2013, Le journalisme numérique, Paris, Presses de SciencesPo.

BENVENISTE É., « De la subjectivité dans le langage », Problèmes de linguistique générale, 1, 1966, Paris, Gallimard, pp. 258-266.

BERNARD J., www.arretsurimages.net/chroniques/2009-03-11/Questions-chroniqueurs-Judith-repond-aux-premieres-reactions-id1756

BERNARD J., « Le “populisme“, c’est quoi ? Enquête sur un mot piège... » www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5774

BLANCHE-BENVENISTE Cl., « Normes anciennes et nouvelles dans le langage des médias », dans Le français parlé des médias, Acta universitatis stockholmiensis 24, Actes du colloque tenu à Stockholm, 8-12 juin 2005, Mathias Broth, Mats Forsgren, Coco Norén. & Françoise Sullet-Nylander (dir.), 2007, pp. 31-48.

CARDON D. & GRANJON F., 2010, Médiactivistes, Paris, Presses de Sciences Po, Collection Contester.

CHAPUT M., « Analyser la discussion politique en ligne. De l’idéal délibératif à la reconstruction des pratiques argumentatives », Réseaux, (26-150), 2008, pp. 83-106.

CHARAUDEAU P., « Genre de discours », dans Dictionnaire d’analyse du discours, Patrick Charaudeau & Dominique Maingueneau (dir.), 2002, Paris, Seuil, pp. 277-281.

FAIRCLOUGH N., “Conversationalization of public discourse and the authority of the consumer”, dans The Authority of the consumer, Russel Keat, Nigel Whiteley & Nicholas Abercrombie (dir.), London, Routledge, 1994, pp. 253-268.

FLICHY P., « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux 2004-2 (no 124), 2004, pp. 17-51.

FLICHY P. & PARASIE S., « Présentation », Réseaux 2013/2 (no 178-179), 2013, pp. 9-19.

FOGEL J-F. & PATINO B., 2007, Une presse sans Gutenberg. Pourquoi Internet a bouleversé le journalisme, Paris, Seuil.

HERT Ph., « Quasi-oralité de l’écriture électronique et sentiment de communauté dans les débats scientifiques en ligne », Réseaux, volume 17, no 97, 1999, pp. 211-259.

JACQUES A-S., www.arretsurimages.net/chroniques/2010-09-03/Amalgame-overid3305, 2010.

KOREN R., 1996, Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mots du terrorisme, Paris, L’Harmattan.

KOREN R., « Quand informer, c’est dire le blanc et le noir : quelques effets pervers de l’oscillation binaire », dans Quitte ou Double Sens, Articles sur l’ambiguïté offerts à Ronald Landheer, Paul Bogaards, Johan Rooryck & Paul Smith (dir.), 2001, Amsterdam, Rodopi, pp. 177-200.

KOREN R., « Stratégies et enjeux de la “dépolitisation par le langage” dans un corpus de presse actuel », Recherches en communication (20), 2003, pp. 65-83.

KOREN R., « Argumentation, enjeux et pratique de l’“engagement neutre” : le cas de l’écriture de presse », Semen (17), 2004, pp. 19-40.

KOREN R., « La responsabilité des Uns dans le regard des Autres : l’effacement énonciatif au prisme de la prise de position argumentative », Semen 22, 2006, p., 93-108.

KOREN R., « “Éthique de conviction” et/ou “éthique de responsabilité”. Tenants et aboutissants du concept de responsabilité collective dans le discours de trois quotidiens nationaux français », Questions de communication 13, 2008, pp. 25-45.

KOREN R., « De la rationalité et\ou de l’irrationalité des polémiqueurs : certitudes et incertitudes », Semen 31, 2011, p. 81-95.

KOREN R., « La critique des “anciens médias” “mise au Net” : un nouveau type d’argumentation politique ? », Argumentation et Analyse du discours 10, [En ligne], mis en ligne le 10 avril 2013. URL : aad.revues.org/1463, 2013.

La Gazette d’@rrêt sur images,
www.arretsurimages.net/chroniques/2012-05-15/Bienvenue-a-Normaland-id4933

La Gazette d’@rrêt sur images, « Chez les éconautes »,
www.arretsurimages.net/chroniqueur.php?id=25,

LE CAM Fl., « États-Unis : Les blogs d’actualité ravivent la question de l’identité journalistique », Réseaux 138, 2006, pp. 139-158.

LE MONDE, Le style du Monde. Rédaction en chef : Laurent Greilsamer, Paris, Le Monde, 2002, 220p.

MAINGUENEAU D., « Genre de discours et Web : existe-t-il des genres Web ? », dans Manuel d’analyse du Web en sciences humaines et sociales, Christine Barats (dir.), 2013, Paris, Armand Colin, pp. 74-93.

MARTY E. & TOUBOUL A-L., « La circulation des nouvelles sur l’internet. L’interconnexion médiatique au service du pluralisme ? », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo [En ligne], Vol 2, n° 1, mis en ligne le 15 avril 2013,URL : surlejournalisme.com/rev, 2013.

MATHESON D., “Weblogs and the epistemology of the news : some trends in online journalism”, new media & society, volume 6. Number 4, 2004, pp.443-468.

O’NEIL M., « Domination et critique dans les projets collaboratifs sur internet », Réseaux 2013/5 (no 181), 2013, pp.119-145.

PARASIE S., « Des machines à Scandale Éléments pour une sociologie morale des bases de données », Réseaux, 2013/2 no 178-179,. DOI : 10.3917/res. 178- 179.0127, 2013, pp. 127-161.

PAVEAU M-A., « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques (157-158), 2013, pp. 7-30.

PERELMAN Ch.. & OLBRECHTS-TYTECA L., Traité de l’argumentation La nouvelle rhétorique, [1958], Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1983.

RHODE É., 2010, L’éthique du journalisme, Paris, puf.

RINGOOT R. & UTARD J-M. (dir.), 2009, Les genres journalistiques Savoirs et savoir-faire, Paris, L’Harmattan.

RIEFFEL R., RINGOOT R., TÉTU J-F. & WRONA A., « Le “gouvernement” des journalistes. Introduction », dans Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo [En ligne], Vol 2, n° 2 - 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013. URL : surlejournalisme.com/rev, 2013.

ROSANVALLON P., 2006, La contre-démocratie La politique à l’âge de la défiance, Paris, Seuil.

SCHNEIDERMANN D., « La fin des “médias finis” ? », Libération, 03. 11. 2006, www.liberation.fr/tribune/010165265-la-fin-des-medias-finis, 2006.

SCHNEIDERMANN D., www.arretsurimages.net/chroniques/2009-03-08/Assez-blablate-on-plonge-d-ns-le-texte-id1716 (« making of » : lancement de l’émission)

SCHNEIDERMANN D., www.arretsurimages.net/chroniques/2010-01-13/D-ns-le-texte-necessairement-id2654 (« making of » final)

SCHNEIDERMANN D., Terra incognita.net Randonnée d’un monde à l’autre, Imprimé en France, arretsurimages.net : Le Publieur, Espace Clic et Nunc, 2013.

TETU J-F., « Du “public journalism” au “journalisme citoyen” », Questions de communication 13, 2008, pp. 71-88.

TOUBOUL A-L., DAMIAN-GAILLARD B. & MARTY E., « La disparité des modes de traitement journalistiques et des énonciations éditoriales sur le web », « Le cas d’un sondage sur Marine Le Pen et la Présidentielle de 2012 », Réseaux, 2012/6 n° 176, 73-103. DOI : 10.3917/res.176.0073, Réseaux, 2012/6 n° 176, 2012, pp.73-103.

Notes

1 Voir Benveniste (1966), p. 260 : « La conscience de soi n’est possible que si elle s’éprouve par contraste. Je n’emploie je qu’en m’adressant à quelqu’un, qui sera dans mon allocution un tu. C’est cette condition de dialogue qui est constitutive de la personne, car elle implique en réciprocité que je deviens tu dans l’allocution de celui qui à son tour se désigne par je […]. Ainsi tombent les vieilles antinomies du “moi” et de l’“autre”, de l’individu et de la société. […]C’est dans une réalité dialectique englobant les deux termes et les définissant par relation mutuelle qu’on découvre le fondement linguistique de la subjectivité. ».

2 Voir, au sujet de la définition et de l’analyse critique de cette notion, Koren (2004).

3 Voir, entre autres, Koren (1996), (2001), (2003), (2006), (2008).

4 J’emprunte ces qualifications au journaliste Daniel Schneidermann . voir, ci-dessous, dans la bibliographie, la référence de l’article « La fin des “médias finis” ? », mais aussi Terra Incognita. Net, p. 29.

5 Voir le petit livre de Schneidermann, Terra Incognita. Net, p. 18-19 : « Notre but est la critique des médias, c’est notre cœur de métier, comme on dit. Nous repérons vos failles, vos entourloupes, vos titres sur-vendeurs, vos sondages manipulés, vos conflits d’intérêt, vos concessions au tirage ou à l’audience, vos focalisations exclusives sur certains problèmes, certaines idées, certains pays, certains écrivains, certains artistes, certains économistes, vos oublis, bref les mille et une techniques par lesquelles vous transformez le réel en cette confiture que vous appelez l’actualité. En outre, nous avons choisi de creuser un nombre limité de sujets, en général, parce que vous ne les traitez pas, ou mal. ».

6 Benveniste 1966 : 265.

7 Il serait pertinent d’objecter ici que ce surcroît d’attention accordé aux auditoires du Net est dû à une question de financement du site qui ne bénéficie d’aucun soutien de l’État. Déplaire aux internautes, ce serait se condamner à perdre le montant d’abonnements qui soutiennent La Gazette. Schneidermann en est parfaitement conscient et ne le dissimule pas lorsqu’il aborde la question. Mais faut-il en déduire pour autant que les « @sinautes » veulent qu’on leur fasse uniquement entendre ce qu’ils souhaitent entendre ? Ce serait simplifier à l’extrême un ensemble d’interactions plus ambitieux et beaucoup plus complexe.

8 Cette technique est analysée plus longuement dans Koren (2013).

9  Voir cet extrait de Terra Incognita.net, p. 12 : « Que veux-tu bien créer dans une structure vermoulue, percluse d’habitudes et d’avantages acquis, comme le Monde ? ».

10 Les hyperlinks de l’ensemble des chroniques évoquées ci-dessus figurent dans les références bibliographiques.

Auteur

Professeure en sciences du langage.
Université Bar-Ilan, Israël.
Groupe ADARR (Analyse du discours, argumentation, rhétorique), rattaché à l’institut Porter de l’Université de Tel-Aviv.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search