Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Deuxième partie Les territoires incertains de l’information

Circulation et redondance de l’information en ligne : la webcampagne de l’élection présidentielle française de 2012 comme sujet et source pour les journalistes

Simon Gadras

Texte intégral

1Ce chapitre analyse une catégorie bien particulière d’articles publiés dans les médias en ligne français au cours de la campagne présidentielle de 2012 : ceux qui traitent de la campagne sur le web. Au fil des élections, internet devient un élément de plus en plus important dans les stratégies et les pratiques de communication du personnel politique en période électorale (Ward et alii, 2008). En 2012, les principaux candidats ont en effet tous mené campagne sur internet en démultipliant leur présence sur différents « espaces » numériques (Gadras et Greffet, 2013) : sites web, réseaux socio-numériques, vidéos, etc.

2L’objectif de ce chapitre est de comprendre la façon dont cette thématique, l’utilisation d’internet pendant cette campagne présidentielle, est présentée dans les médias en ligne. Au-delà de l’identification des caractéristiques des articles, ce travail cherche à mesurer la circulation de l’information sur cette thématique, au sein de différents médias en ligne, qu’il s’agisse de la version en ligne d’un média traditionnel ou d’un pure player. Il s’agit donc d’évaluer la présence d’informations identiques dans différents médias, qu’elles s’appuient ou non sur des sources identiques. Il s’agit enfin d’essayer de caractériser cette circulation, en déterminant s’il y a une forte variation des sujets abordés ou au contraire une redondance, c’est-à-dire une concentration thématique.

3Ces questionnements s’inscrivent dans ceux qui sont soulevés par les recherches récentes sur l’évolution des pratiques journalistiques face au développement du recours aux web par les médias, pour la collecte comme pour la diffusion d’informations, et présentés dans la première partie de ce chapitre. Ces travaux soulignent l’évolution des pratiques de production et de reproduction des contenus sur le web, la façon dont l’information est retraitée sur internet et la redondance des sujets abordés dans les médias en ligne. Ils insistent également sur le rôle croissant du web et des réseaux socio-numériques comme source d’information des journalistes et sur la façon dont, dans le cadre de la professionnalisation des sources (Schlesinger, 1992), les acteurs sociaux adaptent leurs pratiques de production de contenu en fonction de l’évolution des besoins des journalistes.

4Cette question de la concentration et/ou de la redondance des informations suppose d’évaluer la distribution des informations sur un plan diachronique (selon les différents médias, les différents sujets et les différentes sources) et synchronique (dans le temps). La réponse à ces questions s’appuie sur un corpus constitué de l’ensemble des 142 articles publiés pendant sept semaines, depuis le début de la période officielle de campagne pour l’élection présidentielle, le 16 mars 2012, au lendemain du deuxième tour de l’élection, le 7 mai 2012. Ces articles traitent des activités sur le web des six principaux candidats : François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Sarkozy.

5L’analyse de ces articles montre premièrement une relativement forte concentration des sujets traités, liée aux activités de campagne des candidats sur internet. Les sujets des articles publiés sont cadrés par les activités de communication en ligne des candidats et, en conséquence, la diversité des sujets est relativement faible. Deuxièmement, lorsqu’elle existe, la redondance se fait sous deux formes différentes. D’un côté une redondance intense sur des périodes courtes : certains sujets sont ainsi fréquemment abordés dans les médias en ligne sur une période de quelques jours autour d’une même actualité. D’un autre côté, une redondance moins intense sur des périodes longues : des sujets abordés sur plusieurs semaines, à intervalles plus réguliers. Troisièmement les sources mobilisées dans les articles sont peu diversifiées et peu originales. Il s’agit essentiellement des équipes de campagnes des candidats et des espaces web utilisés par les candidats.

1. Enjeux et méthode de l’analyse de la circulation d’informations en ligne

6La question de la circulation de l’information, et donc celle de la reprise des informations d’un média par un autre, fait depuis plusieurs décennies l’objet de réflexions de la part du monde académique. C’est ce à quoi faisait référence Pierre Bourdieu qui, lorsqu’il se penchait sur les contraintes à l’œuvre dans ce « champ orienté vers la production [… des] nouvelles » (2008/1996, p. 85) qu’est le journalisme, soulignait la « circulation circulaire de l’information » (Ibid., p. 22). Il mettait ainsi en lumière le travail de reprise d’information d’un média par un autre. En effet, « la notion de circulation fait référence à la fois à celles de production et de distribution/diffusion […] car une augmentation de la distribution/diffusion d’informations […] ne s’accompagne pas forcément d’une croissance équivalente de la production de celles-ci » (George, 2011). La circulation, et donc la reprise croissante d’information est due à la très forte logique de concurrence qui existe entre les médias.

7D’autres travaux ont par la suite prolongé ces analyses dans différents secteurs de l’information et, plus récemment, sur les médias en ligne. L’étude de la presse en ligne et des pratiques des journalistes web montre en effet que la faiblesse structurelle des moyens financiers et les impératifs temporels qui pèsent sur les journalistes accélèrent considérablement les cycles de production et favorisent la reprise des informations d’un média à l’autre (Dagiral et Parasie, 2010). Plus largement, la façon dont les sites d’informations sont construits et les logiques concurrentielles à l’œuvre sur le web participent à la croissance de la reproduction des contenus d’un média à un autre. Ils ont davantage tendance à reprendre des contenus préexistants, notamment issus de médias hors ligne, plutôt qu’à produire du contenu original. Le retraitement d’informations, sous diverses formes, est donc une tendance générale de l’information en ligne (Rebillard, 2006).

8La disponibilité des contenus publiés par les médias en ligne, facilement accessibles au format numérique, et les capacités de traitement informatique ont permis des études quantitatives visant à évaluer les conséquences de cette évolution des pratiques de production, en termes de diversité des informations d’actualité. Il est ainsi possible d’analyser une grande quantité d’informations publiées sur une période donnée (Smyrnaios et al., 2010) afin d’évaluer si les médias en ligne favorisent la diversité des informations traitées ou, au contraire, leur homogénéité. Ces travaux soulignent un phénomène double : « une dichotomie permanente entre l’ultra-médiatisation de certains sujets, retraités à l’envi, et la dissémination de sujets peinant à trouver une visibilité en dehors de leurs sources d’origine » (Marty et al., 2010, p. 63).

9Tous ces éléments cadrent la réflexion sur la façon dont les sujets traités dans les contenus médiatiques structurent l’information sur une thématique. La notion de sujet n’est pas à entendre ici au sens de sujet journalistique, de la nouvelle qui a été recadrée en fonction des spécificités des formats et de l’écriture journalistique. Il s’agit plutôt du sujet comme « fait » (Esquenazi, 2002). Appliquée à notre cas d’étude, un sujet est alors un élément de la campagne, le plus souvent une action menée par le candidat ou son équipe sur internet, comme le lancement d’un site internet ou d’une application. Mais un sujet n’est pas nécessairement une action initiée par une équipe de campagne, il peut aussi s’agir d’un fait constaté par un journaliste, sans aucune action particulière de la part du candidat ni de son équipe. C’est par exemple le cas lorsqu’un article évoque le nombre de tweets diffusés sur le compte d’un candidat. Avec cette définition, un même article peut donc évoquer plusieurs sujets. L’analyse de contenu permet alors d’identifier les sujets présents dans les différents articles du corpus.

  • 1 Le projet de recherche franco-québécois intitulé « enpolitique.com : Stratégies, contenus et percep (...)

10Le corpus de cette étude est constitué d’articles collectés pendant et après la campagne électorale française de 2012, dans le cadre du projet de recherche enpolitique.com1. Deux critères initiaux ont permis la constitution du corpus étudié. Le premier critère de sélection est la forme des contenus : seuls les textes publiés sur des sites internet identifiables comme des médias en ligne (Marty, 2012) ont été retenus. Les contenus autres que textuels ont été exclus. Les médias concernés peuvent être soit les sites internet de médias préexistants, soit des médias présents d’abord ou exclusivement sur le web, parfois qualifiés de pure players. Le second critère est la thématique des articles : seuls les articles traitant du déroulement de la campagne sur le web de l’un des six principaux candidats ont été sélectionnés. Les articles traitant exclusivement des aspects hors-ligne de la campagne électorale (prise de position des candidats, débat télévisé, action de terrain…) ont été exclus.

11Trois méthodes de collecte ont permis de constituer ce corpus : un travail manuel de veille au fil de la campagne, une sélection des articles sur cette thématique parmi ceux résultant d’une veille automatisée (Google Alertes), puis, après la campagne, une base de données d’articles de presse a été interrogée afin de compléter le corpus (Factiva). Seuls les articles publiés pendant la période officielle de campagne ont été conservés, c’est-à-dire entre le 16 mars et le 7 mai 2012. Le choix de multiplier les méthodes de collecte vise à augmenter la richesse du corpus et à limiter les biais de chacune des méthodes de collecte.

12Cette méthode de collecte présente l’avantage de ne pas partir d’une sélection de médias dans lesquels les articles sur la thématique sélectionnée seraient identifiés. Elle part de la thématique afin d’identifier les articles concernés au sein du plus grand nombre possible de médias différents, sans préjuger de la pertinence du média qui publie l’article, en dehors de son statut de média d’information.

13Les 142 articles du corpus sont issus de 55 sites de médias différents. Ce chiffre semble relativement élevé par rapport au nombre d’articles. Ainsi chaque média a publié en moyenne seulement 2,58 articles sur le sujet, sur les sept semaines de la campagne. Cette moyenne n’est toutefois pas représentative car la répartition du nombre d’articles est très hétérogène. Seulement 42 % des médias ont publié plus d’un seul article sur cette thématique pendant la campagne et 51 % des articles ont été publiés par seulement 8 des médias du corpus. La majorité des articles publiés sont donc concentrés dans quelques médias qui s’attachent plus que les autres à relater le déroulement de la campagne sur le web. Cette domination nette de quelques titres semble être liée à des choix éditoriaux spécifiques de médias traditionnels sur leur site web (notamment lefigaro.fr, europe1.fr, lexpress.fr, liberation.fr, le parisien.fr, le progres.fr) ou de pure players (notamment slate.fr) qui accordent une place importante aux questions politiques et médiatiques. Dans le cas d’europe1.fr par exemple, ce choix se traduit par une rubrique dédiée à ces questions, tenue par une journaliste politique et intitulée « L’envers du web. Internet et politique : les liaisons d@ngereuses ».

14La répartition dans le temps des articles est également relativement inégale. En effet, durant 9 des 51 jours de la période étudiée, aucun article n’a été publié. Durant 23 de ces 51 jours, seulement 1 ou 2 articles ont été publiés quotidiennement. Seules quelques journées ont connu des pics en nombre d’articles publiés, notamment le 26 mars (16 articles) et le 4 avril 2012 (11 articles). Au-delà de cette irrégularité, on observe toutefois une légère diminution du nombre de publications quotidiennes sur la période : plus la campagne avance, moins les médias en ligne publient d’articles à propos de l’usage du web par les candidats.

15Pour explorer ce corpus, un codage manuel de chaque article a été réalisé, selon une grille construite autour de quatre variables principales : le/la ou les candidat(es) évoqué(es) ; le ou les sujet(s) évoqué(s) ; la ou les source(s) citée(s) ; le ou les « espaces web » concerné(s) par le(s) sujet(s), c’est-à-dire les espaces dans lesquels l’action en question se déroule. Au total dans les 142 articles du corpus, 369 items ont été recensées, c’est-à-dire 369 évocations de la campagne web de l’un des six candidats étudiés.

2. La distribution des sujets : entre concentration thématique et redondance hétérogène

16Parmi ces 369 items, 37 sujets différents ont été identifiés. Ce nombre semble faible au regard d’autres données qui ont pu être produites dans le cadre de travaux comparables. Ainsi lorsqu’ils mesurent la distribution des sujets d’actualité sur une journée dans une soixantaine de médias en ligne, Marty et al. (2010) calculent qu’en moyenne un même sujet est traité dans 7 articles différents. Or avec 37 sujets pour 142 articles dans notre corpus, la moyenne est de seulement 3,8 articles par sujet. Il est dès lors possible d’affirmer que la concentration thématique de ce corpus est, en moyenne, relativement faible par rapport à ce qui a pu être observé par ailleurs, alors même que le corpus a été constitué autour d’une unité thématique.

17La distribution des items par sujet est toutefois particulièrement inégale. La majorité des sujets (73 %) n’apparaissent pas à plus de dix reprises dans le corpus, 16 % n’étant même évoqués qu’une seule fois. Au contraire, seuls quelques sujets (11 %) sont évoqués relativement souvent (de 20 à 25 reprises). Un seul sujet est mentionné encore plus souvent : il s’agit de l’évocation du nombre de followers d’un(e) candidat(e), c’est-à-dire le nombre d’amis affichés sur sa page Facebook ou le nombre d’abonnés à son compte Twitter. Ce sujet représente un cas particulier puisqu’il est présent à 94 reprises dans les articles du corpus. Bien souvent les articles indiquent cette donnée pour plusieurs des candidats à l’élection. Il est donc possible de trouver cet item à six reprises dans un même article, une par candidat, voire plus si plusieurs réseaux sociaux sont évoqués. Ce nombre souligne une réalité marquante : les articles relatent souvent ce type de données chiffrées, le plus souvent pour attester du succès de l’usage de ces outils. C’est par exemple le cas d’un article intitulé « Sarkozy et Mélenchon rois de Facebook », publié le 23 mars 2012 sur lacharentelibre.fr, qui décrit les données issues d’un « baromètre qui présente l’influence sur Facebook des candidats à la présidentielle ». De façon générale, les données chiffrées sont extrêmement fréquentes dans ces articles. Les journalistes donnent ainsi à voir, en quelque sorte, une mesure de l’audience des candidats sur le web. En plus du sujet « nombre de followers », d’autres données chiffrées sont fréquemment évoquées dans le corpus : le nombre de spectateurs regardant la retransmission vidéo en direct sur le web d’un évènement de campagne, le plus souvent un meeting ; le nombre de visiteurs uniques sur un site officiel de campagne ; le nombre de recherches Google contenant le nom d’un(e) candidat(e) ou le nombre de fois où l’une des vidéos diffusées en ligne par un(e) candidat(e) a été vue. Ces différents sujets renvoient tous à une mesure chiffrée de l’audience des candidats sur le web.

18Ce type de regroupement peut être effectué pour plusieurs sujets, en fonction de leur proximité thématique. Il est alors possible d’identifier 11 sujets généraux, présentés dans le graphique 1 ci-dessous.

Graphique 1. Distribution simplifiée des items de campagne par sujet

19Trois sujets dominent très nettement ce classement puisqu’ils représentent à eux seuls 74 % des items de campagne mentionnés dans les articles : la question des audiences (132 items soit 36 % des items présents dans le corpus), l’utilisation des réseaux sociaux par les candidats (72 items, principalement Facebook et Twitter, soit 19 %) et la présentation de la façon dont sont construits et utilisés les sites internet des candidats et des partis politiques qui les soutiennent (« utilisation/fonctionnalités sites » : 68 items, soit 18 %). Les autres sujets apparaissent beaucoup plus rarement dans le corpus, représentant chacun de 2 % à 6 % des items présents.

20Ces chiffres montrent une concentration relativement importante en termes de sujets : les articles qui évoquent la campagne sur le web traitent en réalité d’un petit nombre de sujets. Il semble que les journalistes mobilisent un nombre restreint d’informations pour relater la façon dont la campagne prend place sur le web. Mais au-delà de la répartition diachronique des sujets traités dans les articles, il est intéressant de se pencher sur la dimension synchronique de cette répartition.

21Pour cela, il est possible de mesurer la fréquence des sujets, c’est-à-dire le nombre de fois où chacun de ces sujets est évoqué pour chaque jour de la période étudiée. L’unité de base est alors sensiblement différente dans la mesure où il est nécessaire de supprimer au préalable les doublons du corpus. En effet, il est possible de trouver plusieurs items identiques au sein d’un même article. Par exemple, plusieurs évocations de la question des audiences peuvent être présentes dans un même article à propos d’un même candidat (par exemple le nombre d’amis Facebook, le nombre d’abonnés Twitter et le nombre de vues pour une vidéo de campagne). Dans les données présentées ci-dessous, il n’est comptée qu’une seule unité à chaque fois que plusieurs items identiques (même item et même candidat) sont présents dans un même article.

22La distribution dans le temps des trois sujets les plus présents dans le corpus (« audiences », « utilisation des réseaux sociaux » et « utilisation/fonctionnalité sites ») est relativement hétérogène. Ces sujets ne sont ni véritablement concentrés sur de courtes périodes, ni véritablement répartis régulièrement sur l’ensemble de la campagne. On peut cependant observer que, avant le premier tour (22 avril 2012), la période séparant la publication de deux articles évoquant l’un de ces sujets n’est jamais supérieure à cinq jours : au moins un article sur chacun de ces sujets paraît chaque semaine. Ces articles sont toutefois beaucoup moins fréquents entre les deux tours de l’élection présidentielle, c’est-à-dire entre le 22 avril et le 6 mai 2012.

23Plusieurs « pics thématiques » existent toutefois, c’est-à-dire des journées durant lesquelles un sujet est évoqué un nombre de fois bien plus grand que les autres jours de la période. Pour la question des audiences, le 22 avril est la journée pendant laquelle ce sujet est le plus évoqué. Ceci est dû à une série de trois longs articles publiés au cours de cette journée de vote pour le 1er tour par lefigaro.fr et sudouest.fr qui proposent des bilans de la campagne web des candidats. Ces articles présentent le web comme le lieu d’un « match des candidats » (lefigaro.fr, 22/04/12) où la « montée en puissance des réseaux sociaux et de leur audience a entraîné ces dernières semaines […] une course à l’audience » (suouest.fr, 22/04/12). Ce type d’articles, qui font un bilan des actions et succès de campagne sur le web, est fréquent dans le corpus. Plusieurs sont également publiés le 2 avril 2012, jour auquel on observe un pic thématique du sujet « utilisation des réseaux sociaux ».

24En cumulant le nombre d’évocations quotidiennes des trois sujets les plus courants (« audiences », « utilisation des réseaux sociaux » et « utilisation/fonctionnalité des sites web »), le 16 avril apparaît comme la journée qui connaît le plus important pic thématique. En effet, huit articles du corpus datent de ce jour. Parmi ces articles, cinq traitent spécifiquement des sites web des candidats. Cette observation permet de formuler une hypothèse pour expliquer ces pics ponctuels et irréguliers. En effet, la lecture de ces articles permet de constater que quatre d’entre eux évoquent plus spécifiquement « la réactivité des sites des candidats, leurs performances mais aussi leur disponibilité » (lexpress.fr, 16/04/12). Pour cela, ces articles s’appuient tous sur les résultats d’une étude de « la société Compuware » présentés dans un « communiqué » (lesechos.fr, 16/02/12). Il semble que les informations fournies par cette source soient à l’origine de tous les articles publiés le 16 avril sur le sujet, d’où le pic thématique constaté ce jour-là. Dès lors émerge l’hypothèse que les pics de publication sur un sujet soient liés à la disponibilité de sources diffusant des informations sur la web campagne.

25L’analyse de la distribution dans le temps d’un autre sujet permet de renforcer cette hypothèse : Radio Hollande, la webradio diffusée sur le site du candidat du Parti Socialiste. Ce sujet est traité d’une façon très ponctuelle sur la période étudiée, essentiellement du 25 au 28 mars. 42 % des articles publiés sur ces quatre jours (13 sur 31) l’évoquent, soit en traitant exclusivement de ce sujet, soit parmi d’autres sujets. Quatre des cinq articles publiés le 25 mars sont consacrés au lancement de cette webradio et six articles publiés le lendemain concernent la première diffusion. Trois autres articles sur le même sujet sont publiés les jours suivants.

26Ces exemples montrent qu’il peut exister un lien direct entre la mise à disposition d’information sur la web campagne, soit par des organisations extérieures à la campagne (par exemple Compuware), soit potentiellement par les équipes de campagnes elles-mêmes (Radio Hollande), via des documents fournis aux journalistes. Pour comprendre les modalités de distribution des sujets, il est donc essentiel de s’intéresser aux sources mobilisées par les journalistes.

3. Le rapport des journalistes à des sources peu diversifiées et accessibles en ligne

27Les articles du corpus font référence à un ensemble de 38 sources différentes explicitement citées. La répartition des items par source est présentée sur le graphique 2 ci-après, dans lequel les sources sont regroupées par catégories.

28La première catégorie, en nombre de sources, est celle des « équipes de campagne » : il s’agit des personnes, appartenant aux équipes de campagnes des candidats ou des partis politiques, citées dans les articles. Cette catégorie de source est la plus présente dans le corpus puisqu’elle représente à elle seule 38 % des sources citées. Deux noms dominent logiquement : Nicolas Princen, cité 12 fois, responsable de la communication web de l’Elysée puis responsable de la campagne web de Nicolas Sarkozy, et Vincent Feltesse, cité 11 fois, responsable de la campagne web de François Hollande. Le troisième est Romain Pigenel, responsable du pôle « action influence » de l’équipe de campagne de François Hollande, qui sera nommé directeur de la cellule web de l’Élysée après la prise de fonction de François Hollande, un poste équivalent à celui occupé par Nicolas Princen sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ce sont donc les principaux responsables de la campagne web des candidats qui s’expriment le plus souvent. Les articles qui les citent reprennent par ailleurs souvent des formulations très proches. Ainsi à plusieurs reprises dans différents articles, Nicolas Princen est cité pour justifier le choix fait par l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy de privilégier Facebook et ses « 27 millions d’inscrits […] soit 55 % des internautes » (Nicolas Princen, cité par lerepublicainlorrain.fr, 02/04/12) au détriment de Twitter et son « audience assez faible » (Nicolas Princen, cité par 20minutes.fr, 17/04/12) essentiellement composée de « journalistes » (20minutes.fr, 17/04/12). Ces articles sont ainsi un terrain privilégié pour observer la « mise en scène du discours politique » construite par l’usage des citations (Charron, 2006, p. 148). Mais le discours politique qui y est montré n’est pas seulement celui exprimé par les membres des équipes de campagne.

Graphique 2. Distribution des items par source

29En effet, la deuxième catégorie de sources mobilisées est celle des « espaces web » : il s’agit des sites et réseaux sociaux utilisés comme source d’information. Dans ce cas, l’information présentée provient d’un de ces espaces web, consulté par le journaliste : compte Facebook, Twitter, site web, chaîne Youtube d’un candidat… Cela concerne 21 % des sources explicitement citées dans le corpus. Cette proportion s’explique en partie par le rôle important de la question des audiences parmi les sujets évoqués par les journalistes. En effet, ces dernières peuvent être relevées directement sur les espaces web concernés puisque, par exemple, le nombre d’abonnés Twitter est affiché sur chaque compte de ce réseau social.

30Toutefois, les informations d’audiences ne sont pas toutes issues des espaces web. Une partie provient des équipes de campagnes qui n’hésitent pas à communiquer des chiffres, le plus souvent afin de souligner le succès d’audience des espaces web qu’ils utilisent. Une autre partie de ces informations d’audience provient de la troisième catégorie de sources : les « producteurs de données chiffrées ». Il s’agit d’organisations qui font des études et fournissent aux journalistes des données et des analyses à propos des audiences des espaces web des différents candidats. Il semble qu’il existe des stratégies de valorisation du savoir-faire de ces entreprises qui utilisent l’élection présidentielle pour faire parler d’elles à travers les données qu’elles mettent à disposition des médias. Lorsqu’une étude de ce type est diffusée, elle donne souvent lieu à une série d’articles sur le même sujet dans différents médias en ligne. C’était par exemple le cas avec l’étude Compuware déjà mentionnée.

31Trois autres catégories de sources peuvent être relevées, bien que moins fréquentes. Tout d’abord celle des « experts » : il s’agit de diverses personnes qui sont présentées avec le statut d’expert de l’usage du web en période électorale, des chercheurs ou des professionnels de la communication web. Ensuite « Google » : plusieurs articles publient des informations issues du moteur de recherche. Une série d’articles publiée par francetv.info contribue fortement à cette catégorie puisqu’il s’agit d’articles qui décrivent la façon dont chaque candidat est « vu par les moteurs de recherche » (francetv.fr, 06/04/12). Enfin, la catégorie « médias », lorsque la source mentionnée est un autre média. Cette catégorie ne concerne que 2 % des items, ce qui peut paraître surprenant dans la mesure où cela va à l’encontre de l’idée d’une redondance des informations entre les médias. Cela souligne surtout que la redondance ne se fait pas tant de médias en médias (ou du moins pas de façon explicite) que depuis des sources identiques ou de même catégorie. Il faut enfin noter que les agences de presse sont absentes de la liste des sources citées dans les articles.

32La faible diversité des sujets évoqués dans le corpus est donc associée à une faible diversité des sources mobilisées. Cela résulte du travail de négociation entre les journalistes et leurs sources (Charron, 1994), au cours duquel les sources cherchent à limiter la disponibilité de sources concurrentes. En analysant l’usage de Twitter à l’aune des relations entre les parlementaires et les journalistes, J.Chibois (2014) souligne combien cette négociation s’apparente souvent à un travail de séduction réciproque. La redondance de certains sujets issus de sources identiques (réseaux socio-numériques des candidats, responsable des équipes de campagne…) laisse supposer un relatif pouvoir de séduction de ces sources à l’égard des journalistes. Dans ce corpus, de nombreuses sources sont directement accessibles en ligne, du fait des caractéristiques des dispositifs mobilisés. Or, lorsque des journalistes s’appuient seulement sur des sources accessibles en ligne, le processus de négociation par la conversation est court-circuité. Les journalistes ne discutent pas directement avec les sources, ils incluent simplement des informations qui ont été publiées en ligne (Broersma & Graham, 2013). La relation entre ces journalistes et ces sources relève dès lors davantage d’une « interdépendance médiatisée » (Ekman & Widholm, 2015, p. 81), qui prend en compte l’important travail d’auto-médiatisation de ces sources via internet.

33En ce sens, les pratiques des journalistes du corpus sont celles de nombreux journalistes de desk (Estienne, 2007 ; Degand et Grevisse, 2012) dont le travail consiste essentiellement en l’édition d’articles à partir de contenus préexistants, sans enquête de terrain. Les journalistes web semblent davantage enclins à faire confiance aux sources institutionnelles « en visitant par exemple leurs sites internet pour le besoin d’un article » (Degand, 2012, p. 277). Le rapport aux sources qui se dessine à travers ces résultats se distingue toutefois par plusieurs aspects de celui généralement constaté dans les travaux sur les journalistes web (Degand, 2012 ; Le Cam, F. & Fabio, 2013). Tout d’abord, les membres des équipes de campagne représentent une part importante des sources de ces articles. Leurs paroles sont souvent citées, indiquant qu’ils ont été en contact avec les journalistes, ne serait-ce que via un communiqué de presse. Les enquêtes auprès de journalistes en ligne soulignent à l’inverse le peu de contact directs aux sources et la faible utilisation des communiqués de presse, au profit des dépêches d’agences, articles de médias considérés comme fiable ou sites internet institutionnels. Ensuite, la catégorie « médias » représente une source marginal des textes du corpus. Le retraitement d’articles issus de concurrents ne fait donc pas partie des habitudes d’écriture de ces auteurs. Là encore, cela va à l’encontre des observations faîtes dans d’autres travaux qui montrent combien cette pratique est répandue.

34Un constat comparable peut être fait quant à leur utilisation des réseaux socio-numériques où, habituellement, la rediffusion de contenus déjà publiés par d’autres médias occupe une place importante (Messner, Linke & Eford, 2011 ; Chacon, Giasson & Brin, 2015). À l’inverse, les interactions entre journalistes et acteurs politiques y restent minoritaires. L’importance accordée dans notre corpus aux contenus diffusés en ligne par des acteurs politiques semble contradictoire avec ces observations. Mais la comparaison avec l’étude menée par M. Broersma & T. Graham (2013) sur la place de Twitter comme source dans les médias britanniques et néerlandais suggère une explication. En effet, les auteurs constatent que, avec les thématiques « vécu » et « sport », les thématiques « médias » et « politique » sont parmi les plus fréquentes dans les articles qui utilisent des tweets comme source d’information. En ce qu’elle s’intéresse à la communication politique, la thématique de notre corpus est au croisement de ces deux thématiques. Elle est donc une thématique classique des articles qui utilisent des espaces web comme source d’information.

35La confrontation de ces différents travaux montre qu’il existe un écart relativement paradoxal entre, d’un côté, la faiblesse des interactions sur les réseaux sociaux entre journalistes et politiques et l’importance de celles entre journalistes et, d’un autre côté, l’importance de la politique dans les articles de notre corpus. Ce constat souligne combien les journalistes, à travers leurs articles, donnent à voir un monde de la politique sur le web qui leur serait extérieur et qui ne fait pas partie de leurs pratiques de sociabilité professionnelle en ligne. Il transparaît toutefois une « sociabilité à visée instrumentale » (Jouët & Rieffel, 2015) observée lorsque les journalistes utilisent les réseaux sociaux pour identifier des sources pertinentes.

Conclusion

36L’analyse de notre corpus a permis d’observer les principales formes de redondance présentes dans ces articles. La première consiste en des sujets traités plus ou moins régulièrement tout au long de la campagne. Il ne s’agit pas seulement d’actions de campagne mises en place par les équipes, mais aussi beaucoup d’éléments de la campagne, issus des espaces web suivis par les journalistes, par exemple le nombre d’abonnés sur les comptes des candidats sur les réseaux sociaux (nombre d’amis Facebook et nombre d’abonnés Twitter). Il existe aussi un certain nombre de chroniques, notamment hebdomadaires, qui relatent l’ensemble de la campagne sur le web, les activités des candidats mais aussi celles d’internautes.

37La deuxième forme de redondance est plus ponctuelle. Certains sujets sont quantitativement très présents sur une période courte, bien définie, autour d’une action de campagne précise. C’est le cas de Radio Hollande qui fait l’objet de nombreux articles à l’occasion de son lancement et de la première émission.

38Il existe enfin une redondance « intermédiaire » avec des sujets dont la fréquence d’apparition varie sur la période. Ils reviennent régulièrement sur l’ensemble de la période et connaissent des pics liés à des évènements spécifiques. C’est par exemple le cas des « ripostes parties ». Il s’agit de rassemblements sur Twitter de sympathisants des candidats, en particulier à l’occasion des principales interventions télévisées de leur candidat, organisées par les équipes de campagne et ayant pour objectif de diffuser un maximum de messages favorables au candidat. On constate que lors de chaque riposte partie, une série d’articles est publiée sur le sujet.

39Le corpus étudié donne donc à voir une relativement faible diversité des sujets traités. Cette faible diversité est notamment liée à une faible diversité des sources mobilisées : principalement les équipes de campagne web des candidats, qui ne comportent que peu de personnels, et les espaces qu’elles occupent sur le web, principalement les sites web et les réseaux socio-numériques. Les contenus sont dès lors marqués par un nombre limité d’actions qui obtiennent ainsi une visibilité très forte, probablement grâce au travail de relation presse des équipes de campagne. Ce travail passe notamment par la mise à disposition de contenus directement accessibles en ligne, et pas forcément par des contacts entre journalistes et personnel politique.

40La faible diversité est également liée aux pratiques d’écriture des journalistes et à l’organisation des contenus des médias en ligne. On trouve en effet beaucoup de contenus publiés dans des cadres ou des formats qui peuvent pousser à la redondance. C’est le cas des chroniques de la campagne web qui décrivent à intervalle régulier ce qui s’est déroulé sur le web. Ces articles reprennent inévitablement les mêmes sujets que les articles publiés dans d’autres médias pendant les jours précédents. Enfin, il semble exister des « rubricards » de la campagne web, c’est-à-dire des journalistes spécialisés dans le suivi des actions des candidats sur le web. Ce sont donc toujours les mêmes journalistes qui écrivent sur ce sujet et qui constituent une communauté relativement délimitée.

41Finalement, ce que ces articles donnent à voir, c’est le résultat de la confrontation entre des acteurs politiques qui utilisent le web dans une logique d’auto-médiatisation et les journalistes qui mettent en scène ces mêmes pratiques. Les « logiques croisées de vulgarisation et de décryptage » (Kaciaf, 2008) déjà identifiées dans le travail des journalistes politiques des grands quotidiens français de la fin du vingtième siècle semblent toujours à l’œuvre dans les médias en ligne en 2012. Ils reprennent en effet les techniques rédactionnelles observées dans les décennies précédentes, qui sont passées d’une écriture à vocation documentaire à la fin des années 1970, à une écriture anglée sur le décryptage des enjeux politiques puis des enjeux médiatiques dans les années 1990. Ce travail s’appuie toutefois sur une utilisation faiblement distanciée de contenus disponibles sur les espaces web des candidats. La mise en scène de la distanciation journalistique ne passe pas tant par le commentaire ou l’analyse critique que par la mobilisation d’éléments factuels explicitement issus des sources, en particulier des données chiffrées. Le journaliste se montre ainsi comme celui qui dispose des ressources politiques mais aussi des compétences techniques pour identifier les éléments permettant de comprendre les stratégies et enjeux de la campagne en ligne.

Bibliographie

Références bibliographiques

BROERSMA, M., & GRAHAM, T., 2013, « Twitter as a new Source : How Dutch and British newspapers used tweets in their news coverage, 2007 – 2011 ». Journalism Practice, 7 (4), pp. 446-464.

CHACON, G., GIASSON, T., & BRIN, C. (s. d.), 2015, « Le journalisme politique en 140 caractères. Le cas du Québec ». Sur le journalisme, 4 (1), pp. 34-49.

CHARRON, J., 1994, La production de l’actualité : une analyse stratégique des relations entre la presse parlementaire et les autorités politiques, Montréal, Boréal.

CHARRON, J., 2006, « Journalisme, politique et discours rapporté : Évolution des modalités de la citation dans la presse écrite au Québec : 1945-1995 ». Politique et Sociétés, 25 (2-3), pp. 147-181.

CHIBOIS, J., 2014, « Twitter et les relations de séduction entre députés et journalistes : La salle des Quatre Colonnes à l’ère des sociabilités numériques ». Réseaux, 188 (6), 201.

DAGIRAL E. et PARASIE S., 2010, « Presse en ligne : Où en est la recherche ? », Réseaux, n° 160-161, pp. 14-42.

DEGAND, A., 2012, Le journalisme face au web . Reconfiguration des pratiques et des représentations dans les rédactions belges francophones. Université Catholique de Louvain. Thèse sous la direction de Benoît Grevisse et Gérard Derèze, 550 p.

DEGAND, A. et GREVISSE, B. (dir.), 2012, Journalisme en ligne. Pratiques et recherches, Bruxelles, De Boeck.

EKMAN, M., & WIDHOLM, A., 2015, « Politicians as Media Producers : Current trajectories in the relation between journalists and politicians in the age of social media ». Journalism Practice, 9 (1), pp. 78-91.

ESQUENAZI J.-P., 2002, L’écriture de l’actualité. Pour une sociologie du discours médiatique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

ESTIENNE Y., 2007, Le journalisme après internet, L’Harmattan, Paris.

GADRAS, S. & GREFFET, F., 2013, « La présence web des candidats en 2012. Espaces officiels et espaces non-officiels de campagne » in Gerstlé J. & Magni-Berton R. (dir.), 2012, la campagne présidentielle. Médias, électeurs et candidats dans la campagne de 2012. Paris, Ed. Pepper – L’Harmattan

GEORGE, E., 2011, « L’accélération de la circulation de l’information : une perspective historique, économique, technique et sociale ». Les Cahiers du journalisme, n° 22-23, pp. 168 – 179.

JOUËT, J. & RIEFFEL, R., 2015, « La sociabilité des journalistes sur Twitter. Entre performativité, ambivalence et multidimensionnalité ». Sur le journalisme, 4 (1), pp. 18-33.

KACIAF, N., 2008, « L’objectivation du rapport aux sources dans les pages « Politiques » des quotidiens » in J.-B. Legavre (dir.), Les Publics des journalistes, Paris, Ed. La Dispute, pp.227-250. Consulté à l’adresse https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01078689/

LE CAM, F. & FABIO H. P., 2013, « Socialisation des journalistes en ligne et rapports aux sources : Analyse comparative entre le Brésil et la France ». Actes du colloque Mejor II, Natal, Brésil, pp. 288-306.

MARTY, E., REBILLARD, F., POUCHOT, S., & LAFOUGE, T., 2012, « Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français ». Réseaux, 6 (176), pp. 27-72.

MARTY, E., REBILLARD, F., SMYRNAIOS, N., & TOUBOUL, A., 2010, « Variété et distribution des sujets d’actualité sur Internet. Une analyse quantitative de l’information en ligne ». Mots. Les langages du politique, (2), pp. 107 – 126.

MESSNER, M., LINKE, M., & EFORD, A., 2011, « Shoveling tweets : An analysis of the microblogging engagement of traditional news organizations ». In 12th International Symposium for Online Journalism, Austin.

Consulté à l’adresse http://online.journalism.utexas.edu/2011/papers/Messner 2011.pdf

REBILLARD, F., 2006, « Du traitement de l’information à son retraitement. La publication de l’information journalistique sur l’internet ». Réseaux, n° 137, pp. 29-68.

SCHLESINGER Ph., 1992, « Repenser la sociologie du journalisme. Les stratégies de la source d’information et les limites du média-centrisme ». Réseaux, n° 51, pp. 75-98.

SMYRNAIOS, N., MARTY, E., & REBILLARD, F., 2010, « Does the Long Tail apply to online news ? A quantitative study of French-speaking news websites ». New Media & Society, 12 (8), 1244-1261. doi : 10.1177/1461444809360699

WARD S., OWEN D., DAVIS R. et TARAS D. (eds) 2008). Making a Difference. A Comparative View of the Role of the Internet in Election Politics. Lanham (Md.) : Lexington Books.

Notes

1 Le projet de recherche franco-québécois intitulé « enpolitique.com : Stratégies, contenus et perceptions des usages politiques du web en période électorale. Le cas des campagnes électorales présidentielle française et législative québecoise » est financée en France par l’ANR et au Québec par le FRQSC. Il est mené sous la responsabilité scientifique de Thierry Giasson (Université Laval, Québec) et Fabienne Greffet (Université de Lorraine, France), avec la collaboration de Frédérick Bastien (Université de Montréal, Québec), Gersende Blanchard (Université Charles-de-Gaulle Lille 3, France), Mireille Lalancette (Université du Québec à Trois Rivières, Québec), Stéphanie Wojcik (Université Paris-Est Créteil, France) et Simon Gadras (Université Lumière Lyon 2, France).

Table des illustrations

Légende Graphique 1. Distribution simplifiée des items de campagne par sujet
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Graphique 2. Distribution des items par source
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication.
ELICO (Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la Communication), Institut de la Communication.
Université Lumière Lyon 2.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search