Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Deuxième partie Les territoires incertains de l’information

Deuxième partie. Les territoires incertains de l’information

Isabelle Hare, Jean-Michel Rampon, Jean-Françios Tétu et Annelise Touboul

Texte intégral

1La seconde partie de ce recueil est consacrée à la définition du territoire de l’information du fait d’acteurs sociaux autres que les journalistes ainsi que d’institutions, notamment juridiques, qui fixent le cadre de leur activité. Si les travaux de ces dernières années reconnaissent volontiers des formes de co-construction du contenu médiatique par toutes sortes d’acteurs, le caractère contraignant des cadres législatifs à même d’excéder l’échelle nationale n’est pas toujours clairement abordé. Les pages qui suivent se proposent d’apporter des éléments de contextualisation autant que d’interprétation pour poursuivre l’étude de l’information et de sa définition en termes de co-construction.

  • 1 Voir Emmanuel Marty, Franck Rebillard, Stéphanie Pouchot et Thierry Lafouge, « Diversité et concent (...)
  • 2 Bourdieu, P., 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la Recherche en sciences sociales, pp. 1 (...)

2L’objet de la contribution de Simon Gadras est de comprendre comment les médias en ligne ont rendu compte de l’utilisation que les candidats faisaient du web pour les élections présidentielles de 2012. Il s’agit ici d’une analyse de contenu, qui s’inscrit dans la continuité des travaux sur la diversité et la concentration de l’information sur le web1, qui vise aussi à comprendre comment les acteurs sociaux adaptent leur propre production d’information aux besoins supposés des journalistes, et donc leur stratégie en tant que source. On sait en effet que le retraitement de l’information est une constante des médias en ligne, du fait de leur faiblesse économique, qui interdit largement, et à de rares exceptions près, une investigation originale, et du fait aussi de leur rapidité attendue, qui privilégie les reprises. On a donc ici, a priori, une confirmation de la « circulation circulaire de l’information », mise en évidence par Pierre Bourdieu2, accentuée par le très faible nombre de sources de ces informations. Il n’est donc pas étonnant d’y voir l’Internet se regarder lui-même comme dans un miroir, puisque les sujets les plus traités sont l’audience des candidats sur le web, le nombre de leurs abonnés sur Facebook, ou celui des followers de leur compte Twitter. On y voit aussi une forte concentration des sujets traités, elle-même directement liée à la faiblesse quantitative de leurs sources où dominent naturellement les « équipes de campagne » qui misent toutes sur les réseaux sociaux pour accroître la force de séduction des candidats. On y voit enfin l’effet d’une professionnalisation croissante des sources dont le but assez clair est d’instrumentaliser les journalistes, et d’abord ceux du web ; ces derniers, soumis à des exigences élevées de productivité, sont conduits à accentuer le phénomène contemporain de reprises incessantes et à multiplier les inévitables redondances. Cela interroge évidemment la valeur de l’information ainsi produite et la façon de susciter (ou de lasser) l’intérêt du public.

3Le développement d’Internet a aussi stimulé les interrogations sur les libertés, celles du producteur d’informations, comme des individus ou des acteurs collectifs impliqués dans l’information dont la circulation s’est fortement accrue ; et cela impose aux instances juridiques et judiciaires de reprendre cet ancien domaine d’intervention du droit qu’est le droit de l’information. Car si, depuis ses origines, au XVIIIe siècle, le droit d’informer et de publier est lié au droit fondamental de l’homme qu’est la liberté de penser (Déclaration française des droits de l’homme et du citoyen, Premier Amendement de la Constitution des USA, etc.), d’autres impératifs ont ensuite produit des dispositions législatives. Mais, jusqu’à la seconde guerre mondiale, il ne s’agissait que des libertés (et des devoirs) de la presse et des journalistes (voir la charte française de 1918). Or la seconde guerre mondiale, et l’usage massif de pratiques propagandistes de cette période, puis les guerres de décolonisation ont poussé à ajouter au droit « de » l’information un autre droit, celui du droit « à » l’information, indispensable aux régimes démocratiques. Et c’est à l’articulation de ces deux domaines que le développement d’Internet a conduit à repenser la question : qui peut dire quoi, et à qui ?

4Le texte de Sandrine Turgis et celui de David Pritchard dressent en somme un état des lieux des responsabilités journalistiques voire médiatiques, qui intègrent en ce sens l’usager-commentateur de l’information, à l’ère d’Internet. La perspective de Sandrine Turgis est plus resserrée puisqu’elle s’intéresse à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). En revanche, si D. Pritchard s’efforce également de cerner les enjeux induits par un changement de paradigme depuis les débuts du web, plusieurs tournants propres à l’environnement de l’information aux États-Unis d’Amérique l’obligent à partir de plus loin. À travers le rappel de l’histoire des institutions chargées de fournir un cadre aux pratiques journalistiques, il souligne que l’intérêt public n’est plus placé au même endroit, ou sous le même esprit. Là où l’équilibre des années 1960 provient de règles permettant – et rendant obligatoire pour les diffuseurs – le rapport équitable entre parties, sur fond de sujets considérés comme d’importance, le modèle de responsabilité des années 1990 fait passer au premier plan les intérêts économiques inhérents au marché des médias, au moment de la montée en puissance d’un journalisme internet aux contours particulièrement flous. Du point de vue de la portée éthique à l’œuvre chez les acteurs concernés, le rapport à l’industrie de l’information évolue : les conseils de presse (press councils, constitués de journalistes et de membres du public) servent de tampon pour éviter au secteur de l’information de se voir dicter directement le meilleur mode de régulation par un gouvernement, voire l’État lui-même. Un tel mouvement d’autorégulation peut être mis en écho, bien que sur un autre plan, avec la dimension auto-corrective (self-correcting) inhérente aux nouvelles formes – partagées – de journalisme. Désormais l’heure est à l’Internet journalism, sur fond de vérification des faits « externalisée » qui oblige les professionnels de l’information à partager un espace de contenus dont ils ne sont plus, ou plus toujours, les seuls garants. Ce qui se joue là est aussi la disparition d’une forme professionnelle de médiation. Outre celle collective des conseils de presse entre l’État et l’industrie de l’information (lesquels conseils ont eu tendance à péricliter après avoir fait florès), une autre figure plus individuelle en train de disparaître est celle du médiateur (ombudsman), que mentionne encore D. Pritchard dans son texte. L’effacement progressif de son rôle dit quelque chose d’une métamorphose du monde des actualités où le lecteur, devenu internaute, est potentiellement « en ligne directe » avec le journaliste, quand il ne s’approprie pas sa fonction.

5C’est sans doute sur ce point que le passage et l’échange se font le mieux entre le texte de D. Pritchard et celui de S. Turgis, laquelle consacre la deuxième partie de son propos à la participation des internautes au débat d’intérêt public de l’information d’actualité. La contribution de S. Turgis repose sur l’examen de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme et l’étendue des droits, devoirs et responsabilités des journalistes, mais aussi désormais des internautes dans la perspective générale qui est celle de la liberté d’expression. L’article 10 de la

6 Convention européenne des droits de l’homme garantit le droit à la liberté d’expression, et c’est dans ce cadre que la jurisprudence a étendu aux nouveaux acteurs de l’information, et à leurs circuits de diffusion, les dispositions qui prévalaient antérieurement pour la presse dont la Cour reconnaît le « rôle indispensable » de « chien de garde » de la démocratie. La Cour se fonde sur le caractère d’urgence de l’actualité, « par nature périssable », et sur l’existence d’un environnement médiatique concurrentiel, pour admettre la légitimité de nouvelles formes d’information dues aux nouvelles technologies, mais pour rappeler que ses acteurs doivent être « de bonne foi » et s’appuyer sur des « faits exacts » pour fournir des informations « fiables et précises ». Ce sont en somme la crédibilité et le sérieux qui assurent le droit du public de recevoir une information de qualité, « quel que soit son support de diffusion et l’auteur de cette dernière » souligne S. Turgis. C’est en somme la déontologie journalistique que doivent respecter les nouveaux acteurs ; le droit de recevoir des informations, que reconnaît la Cour, suppose la vigilance des informateurs. Mais l’originalité des dispositifs contemporains repose sur le fait que les internautes peuvent ajouter des commentaires de leur cru sur les portails d’information, et aussi sur les reprises, les partages et détournements possibles de l’information originale. La Cour demande d’abord de la prudence aux commentateurs, elle insiste sur les obligations qui pèsent sur les auteurs des reprises et du partage, ou des détournements, en distinguant les « déclarations de fait » et les « jugements de valeur » qui « ne se prêtent pas à une démonstration de leur exactitude ». On voit ici combien il est difficile de circonscrire et d’administrer les territoires de l’information depuis que leurs frontières sont constamment déplacées.

Notes

1 Voir Emmanuel Marty, Franck Rebillard, Stéphanie Pouchot et Thierry Lafouge, « Diversité et concentration de l’information sur le web. Une analyse à grande échelle des sites d’actualité français », Réseaux 6/2012, n° 176, pp. 27-72.

2 Bourdieu, P., 1994, « L’emprise du journalisme », Actes de la Recherche en sciences sociales, pp. 101-102.

Auteurs

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 2. Elle enseigne aussi à Sciences Po Lyon.
Membre du Laboratoire ELICO (EA 4147, Universités de Lyon) ses recherches s’intéressent aux représentations des acteurs politiques dans les conflits armés (Irlande du Nord, Israël-Palestine) et les conflits civils (révolte en Iran) dans la presse et sur Internet. Elle travaille également sur la représentation des femmes et la place du genre dans les médias, en interrogeant notamment les textes normatifs sur le journalisme et au sein de la profession.
Depuis 2012, elle mène une réflexion sur la façon dont l’Open Data citoyen s’empare des espaces public et médiatique, en questionnant l’agir et le dire politique. Elle participe également à plusieurs projets de recherche collective sur les sujets de l’Open Data, du genre et de la fouille d’opinion.

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Institut de Sciences Politiques de Lyon. Membre du laboratoire ELICO, ses thématiques de recherche ont pour objectif de questionner l’urbain à partir du travail social de définition et de différenciation des territoires. D’où son intérêt pour la fabrique de la ville par la nomination ou les registres discursifs en jeu « sur le terrain » ou encore les représentations liées à l’urbanité. Les médias en général et les différents types de presse « urbaine » en particulier sont privilégiés dans le temps pour analyser les évolutions qui affectent les manières de dire/faire la ville. Dans une perspective où se mêlent communication, géographie et histoire urbaines, est menée parallèlement une réflexion sur l’archive mobilisée et les corpus à construire.

Professeur honoraire à l’Institut de Sciences Politiques de Lyon, fondateur du laboratoire ELICO, et a été président de la 71e section du Conseil national des universités. Spécialiste des médias et notamment de la presse écrite, il a publié avec M. Mouillaud le désormais classique Le Journal quotidien (PUL, 1989).

Maître de Conférences en SIC à l’Institut de la Communication de l’Université Lyon 2. Membre du laboratoire ELICO, ses recherches portent essentiellement sur l’offre d’information d’actualité sur le web dans ses dimensions visuelles et verbales avec une approche sémiotique et socio-discursive. Elle s’intéresse en particulier à l’interactivité et aux phénomènes de dissémination de l’information, qu’il s’agisse de journalisme participatif ou citoyen, des nouvelles formes de médiation dans l’information santé ou des stratégies de mobilisation militante. Plus largement, elle interroge l’impact des dispositifs techniques sur la nature des communications ainsi que sur la forme et le sens des messages.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search