Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Première partie. Une nécessaire méthodologie composite

Approche ethnographique et linguistique de l’écriture d’un éditorial

Laura Delaloye

Texte intégral

1Le présent article adopte une perspective ethnographique et linguistique pour l’analyse du processus d’écriture d’un éditorial dans un quotidien de la presse suisse italienne. Le cas singulier présenté permet de poser quelques questions centrales sur l’apport d’une approche orientée vers l’étude du texte comme processus. Une double perspective, alliant analyse du produit et du processus, montrera de quelle manière les dimensions persuasives et subjectives propres au genre de l’éditorial sont réalisées par une succession de choix stratégiques et d’adaptations aux conditions de production et de circulation des produits médiatiques. Le travail ethnographique permet, dans un premier temps, de rendre observable et descriptible le travail d’écriture afin de pouvoir, dans un deuxième temps, identifier les modalités selon lesquelles l’éditorial destiné à la presse écrite est un produit constitué aussi de numérique et peut-être, en dernière instance, aussi pour un support numérique. La question de la reprise et reformulation de l’actualité, étroitement liée à celle de la constitution de la figure des destinataires, nous permettra d’articuler les modalités de passage du support papier au support électronique.

  • 1 Titre original en italien : « Un alleato l’abbiamo a Londra », Corriere del Ticino, 24/01/ 2013.
  • 2 Nom d’emprunt.

2L’éditorial analysé ici a été publié en janvier 2013 dans le quotidien tessinois Il Corriere del Ticino (CdT). Titré « Un allié, nous l’avons à Londres1 », il est paru au lendemain de l’annonce par le Premier Ministre britannique David Cameron du lancement d’un référendum en 2017 sur l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’Union Européenne. Dans son discours prononcé depuis Bloomberg à Londres, Cameron s’adresse à ses concitoyens, et au-delà, à l’ensemble de l’Europe. Par un exercice habile de reprises et citations, le journaliste suisse NC2, responsable de la rubrique Confédération et éditorialiste, va se constituer, lui et son lectorat, comme destinataires de ce discours. Il configure ainsi un nouveau dispositif énonciatif, et, de destinataire, devient aussi exégète et co-énonciateur du discours-source.

3Le travail de traduction et d’interprétation d’un discours politique par l’éditorialiste peut être mis en perspective avec le travail de reprise et de réécriture des dépêches d’agence par les journalistes (Jacobs 1999). Une analyse linguistique comparée du texte source et du texte publié permet notamment d’identifier les marqueurs de reprise et les marqueurs de rupture ou de mise en discussion du discours source. Une analyse énonciative (Widmer 1999) permet, d’autre part, de mettre à jour les modalités de recadrage de l’information et de modification du contrat de lecture que le journal institue avec son lectorat (Véron 1983, Charaudeau 2005) ; ce contrat étant nécessairement différent de celui institué entre les agences de presse et un lectorat composé essentiellement de journalistes professionnels. Mais à une analyse énonciative, il apparaît aussi important d’articuler une analyse progressive qui permet de faire voir l’émergence du texte et les stratégies qui président à son élaboration (Bell 1991, Perrin 2003, Catenaccio et als. 2011, Gnach 2013, Jacobs et Tobbak 2013, Perrin 2013, Andonne et Rocci 2016, Burger 2017). En particulier, l’analyse progressive permet de rendre compte de la dimension spatio-temporelle de l’éditorial, en ce qu’il semble toujours répondre à un flux d’actualité changeant sur le court-terme (Moirand 2006), mais parvient pourtant à s’inscrire dans une histoire qui dépasse le quotidien d’un canton excentré de la Suisse. Cet ancrage de l’éditorial dans les discours qui le précèdent, et sa propension à évaluer le présent et présager de l’avenir dans un discours prédicateur, critique ou moralisateur, révèlent des tensions caractéristiques de l’écriture d’un éditorial, que l’analyse de sa production peut rendre observables.

4Nous présenterons d’abord la méthodologie employée pour la collecte des données et la constitution du corpus. Nous distinguerons ensuite entre deux dimensions du processus de production d’un éditorial : d’une part la dimension institutionnelle, avec ses normes spécifiques qui contraignent le travail d’écriture et qui sont négociées au sein de l’institution, et d’autre part la dimension intertextuelle, qui engage l’éditorialiste dans une tension complexe entre les textes sources, son propre texte et l’anticipation des reprises éventuelles dont son texte pourrait faire l’objet. Dans la troisième partie, nous analyserons cette tension sous l’angle de la construction des destinataires multiples convoqués dans un même message selon des modalités diverses.

1. Approche ethnographique : progression analyse (PA).

  • 3 Research module : “Argumentation in newsmaking process and product” (Swiss National Science Foundat (...)

5La méthode de la progression analysis (Perrin, 2003, 2013) a été développée dans le but d’analyser les pratiques de production et d’écriture de la presse écrite et télévisée. Elle permet d’identifier les routines de la production des textes d’information et de penser l’articulation entre les concepts de stratégies, pratiques et procédures. Cette méthode a notamment été appliquée à deux études d’envergure nationale financées par le Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) qui ont été conduites au sein des unités d’information de la télévision suisse (deux émissions d’information en allemand et une en français) et d’un quotidien de la Suisse italienne3.

  • 4 Pour une réflexion sur la reconstruction du dialogue raisonné auquel se livre le journaliste durant (...)

6La méthode de la progression analysis consiste à observer et documenter durant cinq semaines sur chaque terrain étudié (quatre terrains au total) la production et l’écriture des nouvelles d’information. Toutes les séances de rédaction (matin et après-midi) sont filmées et un journaliste différent est suivi chaque semaine. Pour chaque journaliste suivi, une interview biographique est menée, son poste de travail et les interactions avec ses collègues sont filmés et un dispositif est installé dans son ordinateur. Ce dispositif dit « logging software » permet d’enregistrer l’écran du journaliste. L’ensemble des activités réalisées sur l’ordinateur pour l’écriture d’un article est ainsi enregistré ; de la réception d’emails à la consultation des sources et au travail final d’édition du texte. Le retrospectiv verbal protocol (RVP), qui est conduit une seule fois avec chaque journaliste vient compléter les données techniques enregistrées sur l’écran. Il s’agit d’un entretien entre le journaliste et le chercheur qui se déroule directement après la fin de la rédaction d’un article. Le journaliste commente et analyse, étape par étape, sur la base de l’enregistrement vidéo de l’écran, le déroulement de l’écriture de son article. Le chercheur doit viser à favoriser l’expression du journaliste afin que la reconstruction et l’explicitation des choix lexicaux ou des actions faites durant l’écriture puissent être formulées le plus librement possible par le journaliste. Ce travail exige de la part du journaliste une conscience élevée de ses pratiques. Cependant, le RVP ne doit pas être considéré comme un accès transparent à la conscience et au raisonnement du journaliste4et doit ainsi être mobilisé avec précaution dans l’analyse. Dans le cas qui nous occupe ici, le RVP nous sert essentiellement à mettre en lumière les étapes du processus d’écriture de l’article et à nous orienter dans la complexité des différentes phases qui précèdent le travail d’écriture lui-même.

2. L’inscription de l’éditorial dans l’espace et le temps

7L’observation du processus de production de l’éditorial permet de montrer comment il s’inscrit dans une démarche stratégique longuement planifiée, qui semble allier à la fois le temps de l’immédiateté propre à l’information, avec le temps de la réflexion, plutôt caractéristique de la prise de position argumentée. On notera en effet que, dans le quotidien étudié, l’éditorial accompagne toujours un article, c’est-à-dire qu’il commente, sous l’angle particulier propre au genre de l’éditorial (Lee, 2003), un événement rapporté ailleurs dans la rubrique correspondante (rubrique internationale dans le cas présenté ici). La thèse défendue par l’éditorialiste doit donc être pertinente par rapport au contexte et à l’agenda, aussi bien politique que médiatique. L’éditorialiste développe ainsi des stratégies pour contextualiser sa position sur l’accord de libre échange entre la Suisse et l’EU au sein du flux de l’actualité. Le cas qui nous occupe est en opposition avec l’image du journaliste à l’affût des dépêches d’agences pour trouver le sujet de son article. En effet, dans le cas étudié, l’éditorialiste tient son sujet, la relation Suisse-EU, mais doit cependant trouver l’occasion de l’insérer dans l’actualité afin d’augmenter l’impact de sa position dans l’espace public.

2.1. La planification de l’écriture d’un éditorial

8Les enregistrements des conférences de rédaction et séances de travail durant la semaine précédant la publication de l’éditorial ont permis d’identifier les différentes étapes de sa planification. Dix jours avant la publication, NC informe ses supérieurs qu’il est en train d’écrire un éditorial sur la relation entre la Suisse et l’Angleterre.

Extrait 15: (NC : responsable de la rubrique Confédération, L : co-rédacteur en chef)

  • 5 cst_cdt_130117_1030_editorial_discourse_1.docx_lignes_447_466 : enregistrement vidéo de la conféren (...)
0447 NC : L je te laisse ici un commentaire
0448 ehm parce que demain je suis pas là
0449 je te laisse ici un commentaire
0450 sur les rapports entre la Suisse et l’Angleterre
0451 que maintenant la question européenne
0452 évidemment nous sommes un peu isolés
0453 Burkhalter est en train de mener une campagne
importante
0454 auprès des voisins et ça va très bien
0455 sauf que les voisins sont un peu vilains (cattivi)
0456 au contraire l’Angleterre est en train de discuter de façon
très approfondie
0457 L : ça va bien
0458 NC : sur la prise de distance d’avec l’EU pour entrer dans un
troisième cercle
0459 (xxx) il a carrément parlé d’un troisième cercle
0460 entre la Suisse, l’Angleterre et la Norvège
0461 quoi qu’il en soit à mon avis c’est intéressant de savoir s’ils
sont amis ou pas
0462 L : oui
0463 NC : dans tous les cas ils sont concurrents
0464 raisons pour laquelle je vous laisse ici un commentaire
0465 je sais pas vous pouvez l’utiliser quand bon vous semble
0466 L : oui

9NC bénéficie de la totale confiance de ses supérieurs, qui lui accordent autonomie et liberté dans le choix du thème et de l’angle. En effet, NC a une expertise reconnue dans le domaine des relations de la Suisse avec l’UE et est occasionnellement lui-même appelé à se prononcer dans les médias en qualité d’expert externe. Il dispose d’un solide réseau d’informateurs, ce qui explique qu’il peut souligner l’importance d’écrire sur ce sujet (l.464) sans avoir à expliciter l’origine des informations qu’il détient (l. 456-460). En effet, il laisse ici entendre que l’éditorial qu’il propose est pertinent, sans pourtant l’ancrer concrètement dans l’actualité ni plaider pour l’urgence de sa publication (l.465). Les données ethnographiques recueillies ultérieurement (extrait 3) montrent que NC soumet un éditorial sur la seule base des informations officieuses qu’il détient, informations qui ne seront officialisée qu’une semaine plus tard.

  • 6 cst_cdt_130118_0000_coli_newspaper_item_1.pdf : Première page du quotidien : traduit de l’italien.

10En effet, au lendemain de cette rencontre en salle de rédaction, soit le 18 janvier, la première page du quotidien est dédiée à la prise d’otages sur le site pétrolier d’In Amenas. Dans le chapeau, il est mentionné que « Cameron renvoie son discours sur l’UE6». L’éditorial planifié par NC sur « la relation entre la Suisse et l’UE », était donc une prise de position directement liée au discours de Cameron. Hasard du calendrier de l’équipe de chercheurs, le suivi rapproché de NC était planifié pour la semaine du 21 au 25 janvier. Le dispositif « logging software » est donc implanté sur l’ordinateur de MB et un chercheur se rend quotidiennement à son bureau pour filmer les séances de travail au sein de la rubrique Confédération. Le 23 janvier, lors de la séance téléphonique quotidienne avec la correspondante de la rubrique à Berne, NC félicite la journaliste pour un article qu’elle a publié la veille sur l’échange automatique d’informations avec l’EU. Il l’informe alors de son intention d’aborder lui-aussi brièvement cette thématique dans l’éditorial qu’il publiera « aujourd’hui sur la relation stratégique entre quelques pays européens dont l’Angleterre » (extrait 2, l. 54-56).

Extrait27: (NC : responsable de la rubrique Confédération, X : correspondante rubrique Confédération)

  • 7 cst_cdt_130123_0000_NC_teammeeting_discourse_1ignes_46-56_docx : traduit de l’italien.
0046 NC : et ensuite je pense que vous avez très bien fait
0047 de donner de l’importance
0048 à l’exclusion légale de l’échange automatique d’informations
0049 parce que ça c’est un coup tordu
0050 de la Commission des taxes
0051 extrêmement important donc je vous en félicite
0052 peut être que la question de l’échange automatique
0053 je la reprendrai brièvement dans l’éditorial
0054 que je ferai aujourd’hui je pense
0055 sur la collaboration stratégique avec quelques pays en Europe
0056 en particulier l’Angleterre

À ce stade, il est donc établi que l’éditorial sera écrit le jour-même. Suite à cette séance de travail, le chercheur s’entretient avec NC au sujet des contraintes organisationnelles qui influencent la planification individuelle du travail d’écriture.

Au chercheur qui lui demande quand la décision finale de rédiger l’éditorial sera prise, NC répond :

Extrait 38 : NC en entretien avec le chercheur

  • 8 cst_cdt_130123_0000_NC_teammeeting_discourse_lignes_157-187.

maintenant on a la conférence de rédaction ça dépend si il y a d’autres urgences, en soi au début de la semaine on l’avait fixé pour mercredi sur jeudi, donc ça devrait être pour aujourd’hui mais ça dépend si il y a d’autres urgences ce qui dépend évidemment de la rédaction pour ce qui me concerne, je me suis fait envoyer les documents concernant le thème que j’ai choisi de commenter, le titre je l’ai déjà conformément à ma façon de procéder, qui est celle de rem tene verba sequentur, donc le titre de l’éditorial je l’ai déjà en tête, et sur la base de ce titre et sur la base des documents que je vais recevoir par courrier électronique, que je dois télécharger et imprimer, je pense que je vais procéder ainsi, c’est-à-dire le titre je l’ai, la documentation je la lis dans un premier temps, et ensuite je suis prêt pour écrire.

11Il est intéressant de noter que NC n’a pas mentionné, jusqu’à présent, le discours du Premier Ministre britannique David Cameron. Seule la relation entre la Suisse et l’Angleterre a été thématisée dans les réunions de travail. Il n’apparaît ainsi pas clairement à ce stade que l’un des éléments décisifs pour la rédaction de l’éditorial sera, en dernière instance, l’apparition dans l’espace public d’un discours politique dont la résonance internationale permettra à NC d’énoncer à son tour, dans son éditorial, un discours d’expertise critique (Charron, 1995 : 236). C’est ainsi seulement lors de la conférence de rédaction du 23 janvier que le thème de l’éditorial est précisé. Le journaliste de la rubrique Internationale mentionne le discours de Cameron et annonce son intention de traiter ce sujet. NC saisit alors l’occasion d’annoncer que son éditorial sera aussi sur ce sujet.

Extrait 49: (A : journaliste de la rubrique internationale, L : co-rédacteur en chef, NC : Confédération)

  • 9 cst_cdt_130123_1030_NC_editorial_discourse_lignes71_82.
0071 A : l’annonce du discours de Cameron
0072 qui lancera un référendum sur la participation
0073 L : mais il le fait vraiment
0074 A : il le fait vraiment il le fait aujourd’hui
0075 le discours le référendum
0076 pour les prochaines élections en 2015
0077 NC : voilà excusez-moi cette chose là
0078 il y a déjà des annonces
0079 A : il y a des annonces
0080 l’annonce est qu’il lance un référendum
0081 NC : voilà si tu me les passes
0082 parce que mon éditorial est là-dessus

12À ce stade, soit moins d’une heure après que Cameron a fait sa déclaration, la version écrite du discours n’est pas publiée sur le site officiel du gouvernement britannique. Le discours existe ainsi essentiellement sous la forme de dépêches d’agences et d’annonces brèves. Progressivement, le discours va être publié et commenté sur les sites anglais. C’est sur la base de ces sources que deux journalistes vont faire de l’information, l’un écrivant un sujet pour la rubrique « internationale » et l’autre, un éditorial en lien avec la rubrique Confédération.

2.2. La recherche d’information en ligne

13De retour à son poste de travail après la conférence de rédaction du matin, NC va ainsi rechercher les informations nécessaires à la rédaction de son éditorial. La recherche sur l’Internet est enregistrée grâce au « logging software ». Une fois l’article rédigé, NC commente sa démarche dans le RVP :

Extrait 510: NC en entretien avec le chercheur

  • 10 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_lignes_27_50.

j’ai donc pris le quotidien en ligne, britannique et j’ai pris celui qui pouvait être le plus près de la proposition du Premier Ministre, et donc j’ai choisi le Guardian, après quoi j’ai eu une première indication de ce qu’il avait dit et j’ai constaté que le titre de cet article était différent de celui des dépêches d’agences (…), alors que le titre de la dépêche mettait l’accent sur le référendum et sur le fait que Cameron voulait adhérer à l’EU ou rester dans l’EU, mais je ne voulais pas souligner la question du référendum en 2015, le Guardian justement, exactement comme je l’imaginais, titrait sur le fait que la Grande-Bretagne entendait, n’entendait pas uh adhérer à une une union européeenne encore plus contraignante et restrictive, ce qui est la chose qui m’intéressait du point de vue suisse, (..) et donc je me suis dit ok je suis en ligne avec ce que Cameron a dit.

14Le discours de Cameron parviendra de façon médiée à NC, via le site du quotidien The Guardian et des agences de presse. Il est intéressant de noter que le même discours, celui de Cameron, engendrera des nouvelles d’informations différentes selon l’attention portée à certains éléments au détriment d’autres. La rubrique Internationale du CdT titre ainsi en première page : « Cameron : il y aura un référendum sur l’EU », tandis que NC sélectionne essentiellement les citations de Cameron qui lui permettent d’appuyer, voire de justifier, la position de la Suisse vis-à-vis de l’UE. Ces différences s’expliquent par les normes propres au genre de l’éditorial et par la place de l’éditorialiste dans un système d’interactions médiatiques et politiques complexes.

3. Les visées d’un éditorial.

15L’éditorial présente traditionnellement des caractéristiques propres au genre du discours argumentatif. Il peut échapper à l’exigence d’objectivité à laquelle est soumise l’article de presse informatif et se permettre des variantes stylistiques pour servir ses desseins de persuasion. En même temps, il n’est pas non plus une chronique ou tribune libre, et doit se conformer à la ligne éditoriale du journal. Cependant, plusieurs études tendent à montrer que cette caractéristique de l’éditorial comme « vitrine idéologique du journal » (Herman et Jufer, 2001) doit être repensée (Firmstone 2008, Guilbert 2015), tant la voix de l’éditorialiste tend à se confondre avec un mode d’énonciation qui le rapprocherait plutôt du discours d’autorité voilé derrière la voix de l’opinion publique et du discours rapporté (Monte et Oger 2015). De porte-parole du journal, l’éditorial serait plutôt devenu le porte-parole d’une opinion qu’il mobilise alors même qu’il l’invoque dans ses lignes comme source légitime de la raison, au sens ici d’auditoire universel (Perelman, 1958). Mais prendre ainsi le public à parti dans le développement d’un raisonnement argumentatif exige de s’assurer que chaque étape du raisonnement est bien comprise par le destinataire. Si l’on considère que les prémisses doivent être partagées pour qu’une discussion critique puisse prendre place (Myers, 1999), et si on admet parallèlement que le niveau de connaissance respectif de chaque partie est asymétrique, alors ne serait-ce pas à la charge de l’énonciateur de fournir aux destinataires les prémisses manquantes ? Il apparaît en effet que la visée argumentative s’inscrit dans une démarche stratégique qui cherche d’abord à expliquer pour convaincre.

3.1. De l’explication à l’argumentation et retour

16En titrant son éditorial « Un allié, nous l’avons à Londres », NC propose une thèse et mobilise un public qui se reconnaît dans ce nous inclusif. Il avance ensuite des arguments pour étayer cette thèse. L’argumentation est essentiellement construite sur la base d’un discours rapporté. Le discours du Premier Ministre britannique David Cameron est, en effet, largement mobilisé dans l’éditorial pour légitimer et défendre la position de la Suisse dans ses relations à l’EU. Mais ce discours source, publié en anglais sur les sites web, est complexe et truffé d’implicites que seule une lecture attentive, presque herméneutique, peut déceler et rendre utile à l’argumentation ; exercice auquel s’emploie NC. Son éditorial est en effet essentiellement un commentaire de citations stratégiquement sélectionnées pour étayer sa thèse, pour défendre sa position et agir dans l’espace public. L’articulation du discours du Premier Ministre britannique avec la position défendue par NC est explicitée dans l’éditorial par l’usage fréquent du discours rapporté, de la reformulation, et de la traduction, au sens aussi bien ici de traduction de l’anglais vers l’italien, que de traduction d’un contexte de signification vers un autre, « entre une émergence locale et une forme extra-locale destinée à un large public. », pour reprendre les mots de Voirol (2011 : 51).

3.1.1. Re-contextualisation du discours source : ce que le produit montre

17Considérons les extraits suivants, dans leur ordre d’apparition dans l’éditorial :

« Hier, le Premier Ministre britannique David Cameron a pris position. Sa réponse a une importance majeure pour les intérêts de la Suisse aussi, et mérite par conséquent d’être examinée de plus près »
« Qu’a dit Cameron ? »
« Du discours de Cameron, on déduit que ».
« Mais son engagement à renégocier son adhésion de manière à défendre la souveraineté et la liberté des […] apparaissent très utiles à la Suisse aussi ».
« la position du Royaume-Uni nous apparaît solidaire de la nôtre en de nombreux points et est ainsi bienvenue (bien qu’étant une place financière concurrente). Nous avons avec Londres quelques affinités historiques et intérêts communs. Nous devons savoir adéquatement tirer parti de ces bonus »

18L’explication vise à traduire pour le grand public les enjeux soulevés par le discours-source. Elle est proche ici d’un discours de vulgarisation scientifique mais va plus loin. En effet, ce qui est dit ou signifié par Cameron à ses concitoyens et à l’EU dans son oraison à Bloomberg est d’abord expliqué dans l’éditorial et mis en relation avec la situation d’énonciation et le contexte politique de la Grande-Bretagne. Mais dans un second temps, NC re-contextualise le discours source dans l’espace politique suisse, ceci afin de lui faire signifier autre chose. Il ne s’agit pas de dénaturer les propos du Premier Ministre mais de proposer un nouveau contrat de lecture dans lequel le citoyen suisse est le destinataire premier. Dans sa démarche, NC adopte une perspective d’expert sur le discours-source, perspective qu’il entend faire partager à son lectorat. L’utilisation du verbe « apparaître » permet notamment de faire voir au lecteur le raisonnement de NC, et de faire ainsi participer le lecteur, aussi bien sensiblement que rationnellement, à l’établissement de prémisses qui, si acceptées et partagées, permettent sans obstacle, par la loi de passage « si x donc y », de faire admettre les conclusions proposées dans l’éditorial. Le verbe apparaître a donc ici une fonction argumentative (Musi 2015) mais aussi communicative, dans la mesure où il permet de fonder une perspective commune et partagée sur le monde, au sens de doxa (Amossy 2010).

3.1.2. Re-contextualisation du discours source : ce que le processus montre

19La modification du contrat de lecture passe par la sélection des passages clés du discours source et leur insertion dans l’éditorial sous forme de citations avec ou sans l’usage des guillemets. Des études, notamment anglophones, menées sur le stancing autorial (White 2012, Van Hout 2011) ont permis de mettre à jour les stratégies de entextualization (Perrin 2012) qui consistent pour le journaliste à marquer au niveau linguistique la distance ou le rapprochement avec le discours source cité, et à favoriser ainsi l’inscription de son positionnement et de sa subjectivité dans une nouvelle d’information apparemment neutre. Mais dans un éditorial, la subjectivité du journaliste peut avoir sa place et l’entextualization sert alors moins à contourner l’exigence de neutralité et d’objectivité qu’à renforcer le positionnement du journaliste grâce à la citation des propos d’un tiers ayant une autorité certaine. Ces stratégies sont inaccessibles dans l’analyse du produit. Mais dans le RVP, NC explique, au fur et à mesure que le processus d’écriture défile, comment il a contextualisé les citations et entrepris d’expliciter (ou de dissimuler) leur fonctionnement à son lectorat.

Extrait 611 : NC en entretien avec le chercheur

  • 11 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_1.docx_969_988.

Ainsi cette partie-ci du discours nous sert parce que le Suisse moyen a une série d’attentes et une série de grilles interprétatives de la réalité. Si tu lui rappelles ces choses lui sans que t’aies besoin de l’argumenter, s’identifie avec ce que tu es en train de dire c’est subliminal si tu veux mais ici sans le dire je fais comprendre au peuple suisse que ce qu’est en train de faire Cameron est un peu la même chose que ce que nos décideurs sont en train de faire et que la même chose pourrait nous arriver. Je ne le dis pas mais subliminalement, je le leur fais comprendre et ceci suscite évidemment du côté du lecteur un processus d’identification avec ce que tu écris et donc tu le tiens accroché au texte.

20Le destinataire premier (Van Eemeren 2010, Lunt et Livingston, 2012) visé par l’éditorial apparaît être le Suisse moyen. Cependant, le contrat de communication projeté par NC n’est pas unique, car il vise simultanément plusieurs destinataires et suppose une logique argumentative à plusieurs niveaux. En effet, l’éditorial se veut didactique, dans la mesure où des thèmes socio-politiques complexes y sont abordés et doivent être rendus compréhensibles pour le plus grand nombre. Mais il est aussi vitrine de savoir et d’expertise, lieu où le journaliste peut situer la ligne éditoriale du journal par rapport à un thème mais aussi configurer et médiatiser le débat public et au-delà le débat politique, selon certaines modalités.

3.2. Construire la figure des destinataires

21Dans le cas de l’explication ou transmission de connaissances, la relation entre destinateur et destinataire reposerait sur une asymétrie des connaissances par rapport à un domaine d’expertise et configurerait ainsi des rapports de places asymétriques. En effet, d’un point de vue énonciatif, l’acte d’expliquer s’inscrit « dans une relation triangulaire dans laquelle le médiateur […] reformule le discours “savant” en fonction de ses destinataires » (Charaudeau et Mainguenau 2002 : 255). Mais en postulant qu’un éditorial convoque des destinataires multiples, au sens d’auditoire complexe, (Myers 1999, Tindale 2009, Van Eemeren 2010), la relation triangulaire peut évoluer, et le genre de discours ou type de texte (Adam 2011) oscille alors entre le texte explicatif et le texte argumentatif, selon le destinataire adressé.

22Considérons l’extrait suivant tiré du RVP :

Extrait 712 : NC en entretien avec le chercheur

  • 12 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_1.docx_1590_1600.

atlantique et pas pacifique parce que la prochaine bataille se tiendra sur le pacifique entre la chine et l’amérique et donc et donc pour cette raison tu mets-tu soulignes l’adjectif atlantique, oui, qui ne dit rien au lecteur distrait mais le lecteur attentif lui comprend parfaitement de quoi je parle tu comprends donc que ici je suis en train de parler à un niveau de lecteur qui n’est pas le lecteur habituel du Corriere del Ticino mais le politologue qui comprend parfaitement

23NC identifie ici trois destinataires et par conséquence, dégage trois niveaux d’interprétation possibles de son texte en réception. La distinction entre les catégories de community of coverage, community of practice et community of expertize établie par Cotter (2010) semble se recouper avec le découpage opéré par NC. Au-delà du « lecteur moyen », ce sont ses pairs qu’il cherche à informer. L’éditorial n’est pas considéré par l’éditorialiste comme une fin en soi mais comme un texte appelé à circuler dans l’espace public, soit sous une forme retravaillée par les sites de reprises, soit comme un texte pris en charge par d’autres textes ou discours politiques, qui se référeront, implicitement souvent, explicitement parfois, à cette nouvelle version du discours de Cameron et à ses implications pour la Suisse telles qu’analysées par NC dans son éditorial. En convoquant différents destinataires, l’éditorialiste se construit simultanément, sur le plan identitaire, à différentes places d’énonciateur. Le rapport entre ethos et logos, exprimé dans des contrats de communication différents, engageant soit un journaliste et ses lecteurs, soit un journaliste et ses pairs, est ainsi appelé à être repensé (Riufort 1997, Koren 2004, Ringoot et Ruellan 2006). L’analyse de Charron (2005 : 3) sur la reconnaissance du pouvoir symbolique des journalistes politiques est en ce sens éclairante :

à partir d’une réalité qu’il observe (le porte-parole a déclaré ceci), le journaliste énonce un point de vue (“ce qui est nouveau et important et ce que cela signifie”) en même temps qu’une identité (“je suis en mesure de vous dire”) et un rapport à autrui (“vous pouvez me croire”). Ce qui revient à dire, comme le suggère Padioleau, qu’il n’y a rien à comprendre au discours journalistique si on ne tient pas compte de la position stratégique des journalistes dans le système d’interaction auquel ils participent dans leur domaine de spécialisation.

24L’identité et le rapport à autrui mentionnés par Charron fonctionnent différemment selon que le journaliste s’adresse à ses pairs, à ses sources ou à des lecteurs moyens. En effet, dans les relations horizontales entre pairs ou informateurs-journalistes, la légitimité à se réclamer d’un domaine d’expertise est sans cesse éprouvée par le discours qui, lorsqu’il est argumenté et convaincant, sert alors positivement la face (ethos) de l’auteur, qui se trouve ainsi légitimé dans sa place d’énonciateur-expert. Par contre, il semble que dans les relations verticales, l’ethos positif du journaliste sert le discours, et permet de suppléer les prémisses manquantes que l’explication seule n’aurait su apporter au lecteur moyen. Dans ce cas, l’ethos positif de NC, reconnu comme expert dans les relations de la Suisse à l’UE, accompagne le raisonnement du lecteur, tandis que dans le premier cas, c’est le raisonnement habile du journaliste qui amène la communauté d’experts et de pairs à lui accorder ou confirmer son statut d’expert. Le texte sera donc interprété et éventuellement repris différemment selon la communauté à laquelle le destinataire appartient.

25Le dernier point de ce bref article sera consacré à la réception de l’éditorial par la communauté de pratique, c’est-à-dire les médias et journalistes.

3.2. Réception des discours médiatiques et transformation de l’actualité

26L’un des intérêts de la méthode de la progression analysis est de permettre de tracer rétrospectivement la production des textes journalistiques. Mais quelles prises offre cette méthode pour une analyse de la réception des produits médiatiques ? Elle permet de rendre observables le processus d’encodage de l’information et surtout l’anticipation par les journalistes de la réception de leurs articles. NC a bien conscience que certaines formulations et précisions augmenteront l’impact de son texte auprès de ses pairs et favoriseront ainsi la reprise de la position qu’il défend dans l’espace public « extra-national ». Il le dit en ces termes lors du RVP :

Extrait 813 : NC en entretien avec le chercheur

  • 13 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_lignes_1604_1615.

mais je fais un ajout qui quand même maintient le niveau de mes éditoriaux à un niveau qui est vendable à l’étranger, […] si tu veux je pars de l’idée que de toutes façons ces articles peuvent être repris par, et parfois ils sont repris par les revues de presse européennes qui les synthétisent en anglais.

  • 14 www.eurotopics.net/en/home/medienindex/media_articles/archiv_article/ARTICLE117568-Finally-Switzer (...)

27À moins d’une netnographie extrêmement minutieuse qui permettrait d’observer les processus décisionnels qui président à la sélection des nouvelles d’information par les agences de presse européennes, dont le site eurotopics fait partie, nous ne pourrons déterminer le pourquoi de la reprise de l’éditorial de NC par ce site anglais. Par contre, avec les outils plus classiques de l’analyse du discours, nous pouvons décrire les changements opérés sur l’éditorial de NC. Le 24 janvier 2013, le site titre « Finally Switzerland has an ally »14, puis introduit des citations tirées de l’éditorial et les fait précéder d’une contextualisation qui articule à la fois la perspective de NC sur le discours de Cameron (le terme de « pragmatic » est de NC et repris par eurotopics) avec la perspective de eurotopics sur le Corriere del Ticino (catégorisation du CdT par sa position politique dite libérale) : « The British prime minister’s pragmatic approach towards negotiating new terms for EU membership suits Switzerland to a T, writes the liberal daily Corriere del Ticino ».

28Ces changements, qui ne se limitent pas seulement à une traduction de l’italien vers l’anglais, mais aussi à une recontextualisation et interprétation du contexte suisse par le média en ligne eurotopic, sont semblables aux opérations de sélection effectuées par NC sur le discours de Cameron. On assiste ainsi à un phénomène de reprise et de circulation de l’actualité qui passe par un travail important sur le dispositif actanciel mobilisé dans le texte et la mise en mots des citations et reprises.

Conclusion

29L’approche ethnographique de la production d’un éditorial nous a permis d’identifier les étapes de la rédaction du texte mais aussi les étapes de sa planification. Cette perspective orientée vers le processus montre comment un événement, soit le discours de Cameron, devient une nouvelle d’information et acquière une pertinence dans l’espace public local (le lectorat du CdT) et global (les éditeurs et lecteurs du site eurotopics) au travers de stratégies complexes d’anticipation et de reprises de l’information. Ce bref exposé a, d’autre part, permis de montrer l’émergence d’un texte médiatique comme relevant de contraintes liées au contexte de production (négociation entre journalistes, collaboration avec les informateurs) et aux stratégies de construction discursive de l’expertise journalistique pour des audiences hétérogènes. Pour des raisons de place, nous n’avons pu développer ici la thématique très spécifique de la dialectique entre le journaliste et le chercheur. En effet, durant le RVP, le chercheur devient un destinataire auquel le texte que le journaliste commente s’adresse. Cette dialectique, conceptualisée en terme de linguistique impliquée (Berthoud et Burger 2014), permet de rendre compte de la transformation des pratiques journalistiques qui sont imputables à la relation de travail qui s’instaure entre le journaliste et le chercheur (Burger et Perrin 2014, Perrin 2013). Dans le cas de l’éditorial de NC, un changement important a été apporté à l’éditorial suite au RVP. Cette transformation, qui consiste en l’ajout d’une citation, est thématisée par NC lors de l’interview qui succède au RVP.

30Alors que le chercheur demande à NC l’effet que ça lui a fait de revoir son processus d’écriture, il répond :

Extrait 915 : NC en entretien avec le chercheur

  • 15 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_review_353_367.

parce que lors de la révision j’ai revu j’ai revu les textes aussi que j’avais cit-que j’ai avais fait- que j’avais copié-collé et cette phrase là je l’avais pas, je l’avais oubliée (…) exactement “harmonize everything” ça c’est très important je l’avais pas eh au début je m’étais dit que c’était important mais après je l’avais pas insérée donc je vous remercie.

  • 16 au sens de Roulet Eddy, Laurent Filliettaz & Anne Grobet (2001), Un modèle et un instrument d’analy (...)

31Le cas de NC révèle de façon particulièrement saillante la dialectique chercheur-journaliste ; mais le phénomène observé ici est rare parmi les données récoltées pour le projet. Cependant, ce cas, même singulier, invite à repenser la question de la reprise et de la transformation de l’actualité, en considérant le texte comme un discours émergeant, dont la complétude16est négociée entre le temps de son élaboration et l’espace de sa circulation.

Bibliographie

Références bibliographiques

ADAM J-M., 2011, Les textes : types et prototypes, Paris, Armand Colin.

ANDONE C. & Rocci A. (dir.), 2016, « Argumentation in journalism : Professional practices and the public sphere », Special issue of journal and argumentation in context 5 : 1.

AMOSSY R., 2010, La présentation de soi. Ethos et identité verbale, Paris, PUF.

BELL A., 1991, The language of news media, Oxford, Blackwell.

BERTHOUD A-Cl. & M. BURGER (dir.), 2014, Repenser le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux contemporains, Bruxelles, De Boeck.

BURGER M. et D. PERRIN, 2014, « Ce que le quotidien des journalistes nous dit sur les tension des discours médiatiques » dans Repenser le rôle des pratiques langagières dans la constitution des espaces sociaux contemporains, Berthoud Anne-Claude et Burger Marcel (dir.), Bruxelles, De Boeck, pp. 165-194.

CATENNACCIO P. et als., 2011, « Towards a Linguistics of News Production », Journal of Pragmatics vol. 43, n° 7, pp. 1843-1852.

CHARAUDEAU P., 2005, Les medias et l’information, Bruxelles, de Boeck.

CHARAUDEAU P. et D. MAINGUENAU (2002), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil.

CHARRON J., 1995, « La reconnaissance sociale du pouvoir symbolique des journalistes politiques », Hermès n° 2, pp. 229-240.

COTTER C., 2009, Newstalk : Shaping the Language of News. Cambridge, Cambridge University Press.

FIRMSTONE J. (2008), « The editorial production process and editorial values as influences on the opinions of the British press towards Europe », Journalism Practice n° 2 vol. 2, pp. 212 – 229.

GNACH A., 2013, Produktion von Fernsehnachrichten. Unterschiede zwischen der deutsch_un französischsprachigen Schweiz, Wiesbaden, Springer.

GUILBERT Th., 2015, « Autorité et évidence discursives. Autovalidation dans les éditoriaux et chroniques du Point », in Mots. Les langages du politique en ligne], 107, 2015.

HERMAN Th. et JUFER N., 2001, « L’éditorial : vitrine idéologique du journal ? », Semen n° 13, Presses universitaires de Franche-Comté.

JACOBS G., 1999, Prefomulating the News. An analysis of the Metapragmatics of Press Releases, Amsterdam, John Benjamins.

JACOBS G. et E. TOBBAK, 2013, « Un regard ethnographique sur la production du journal télévisé », in Dire l’Événement ; Langage, Mémoire, Société, Moirand Sophie, Danielle Lonclei, Sandrine Reboul-Touré et Liccia Reggiani (dir.), Presse Sorbonne Nouvelle, pp. 99-110.

KOREN R., 2004, « Argumentation, enjeux et pratique de l’‘engagement neutre’ : le cas de l’écriture de presse », Semen n° 17, Presses universitaires de Franche-Comté.

LE E., 2001, Editorials and the power of media, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins.

LEE N.S., 2003, Identité langagière du genre : analyse du discours éditorial. Paris, L’Harmattan.

LUNT P. et LIVINGSTONE S., 2012, Media regulation : gouvernance and the interests of citiztens and consumers, Londres, Sage.

MUSI E., 2015, « Appearance verbs as indicators of argument form prototype definition », Informal Logic.

MACGILCHRIST F. et VAN HOUT T., 2011, « Ethnographic discourse analysis and social science », Forum Qualitative Sozialforschung / Forum : Qualitative Social Research n° 12 vol. 1, pp. 1-51.

MOIRAND S., 2006, « Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnement sur les observables et les catégories d’analyse », Semen n° 22, Presses universitaires de Franche-Comté.

MYERS F., 1999, « Political argumentation and the composite audience : A case study », Quarterly Journal of Speech n° 85 vol. 1, pp. 55-71.

NEWS TEXT & TALK RESEARCH GROUP, 2011, « Towards a Linguistics of News Production », Journal of Pragmatics n° 7, pp.1843-1852.

PADIOLEAU J., 1976, « Système d’interaction et rhétoriques journalistiques », Sociologie du Travail, pp. 265-282.

PERRIN D., 2013, The Linguistics of Newswriting, Amsterdam, New York, John Benjamins.

PERRIN D., 2012, « Strategies of entextualizing stance in newswriting », Discourse, Context & Media n° 1, pp. 135-147.

PERRIN D., 2003, « Progression analysis (PA) : Investigating writing strategies at the workplace », Journal of Pragmatics n° 35 (6), pp. 90-92.

PERRIN D. & ZAMPA M., 2016, « Arguing with Oneself : the Writing Process as an Argumentative Soliloquy », dans Argumentation in political and economic journalism. Special issue of Journal of Argumentation in Context, Andone Corinna et Rocci Andrea (dir.).

RINGOOT R. et RUELLAN D., 2006, « Pairs, sources et publics du journalisme », dans Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Stéphane Olivesi (dir.), Grenoble, PUG, pp. 63-77.

RIUTORT, Ph., 1997, « Au nom du nom ou comment investir son poste. Le cas des éditorialistes d’Europe 1 », Scalpel n° 2/3, pp. 79-105.

ROCCI A., 2008, « Analysing and evaluating persuasive media discourse in context », dans L’analyse linguistique des discours médiatiques, Marcel Burger (dir.), Québec, Nota Bene, pp. 247-284.

VAN EEMEREN F., 2010, Strategic maneuvering in Argumentative Discourse, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins.

VOIROL O., 2011, « L’information comme exploration et comme oblitération », Quaderni n° 74, vol. 1, pp. 47-59.

VÉRON E., 1981, Construire l’événement. Les médias et l’accident de Three Mile Island, Paris, Éditions de Minuit.

WIDMER J., 1999, « Notes à propos de l’analyse de discours comme sociologie. La mémoire collective d’un lectorat », Recherches en Communication n° 12, pp. 195-207.

Notes

1 Titre original en italien : « Un alleato l’abbiamo a Londra », Corriere del Ticino, 24/01/ 2013.

2 Nom d’emprunt.

3 Research module : “Argumentation in newsmaking process and product” (Swiss National Science Foundation – Project PDFMP1_137181/1)

4 Pour une réflexion sur la reconstruction du dialogue raisonné auquel se livre le journaliste durant le RVP, voir Perrin & Zampa 2016.

5 cst_cdt_130117_1030_editorial_discourse_1.docx_lignes_447_466 : enregistrement vidéo de la conférence de rédaction du 17.01.2013, traduit de l’italien.

6 cst_cdt_130118_0000_coli_newspaper_item_1.pdf : Première page du quotidien : traduit de l’italien.

7 cst_cdt_130123_0000_NC_teammeeting_discourse_1ignes_46-56_docx : traduit de l’italien.

8 cst_cdt_130123_0000_NC_teammeeting_discourse_lignes_157-187.

9 cst_cdt_130123_1030_NC_editorial_discourse_lignes71_82.

10 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_lignes_27_50.

11 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_1.docx_969_988.

12 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_1.docx_1590_1600.

13 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_verbal_lignes_1604_1615.

14 www.eurotopics.net/en/home/medienindex/media_articles/archiv_article/ARTICLE117568-Finally-Switzerland-has-an-ally?EURO=vkaabjufv1jl34itf85llsrct2

15 cst_cdt_130123_0000_NC_cameron_review_353_367.

16 au sens de Roulet Eddy, Laurent Filliettaz & Anne Grobet (2001), Un modèle et un instrument d’analyse de l’organisation du discours, Berne, Peter Lang.

Auteur

Chargée de cours en sciences du langage.
CLSL (Centre de linguistique et des sciences du langage) et Section de Français. Université de Lausanne.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search