Version classiqueVersion mobile

Informer avec Internet

 | 
Isabelle Hare
, 
Jean-Michel Rampon
, 
Jean-François Tétu
, 
et al.

Première partie. Une nécessaire méthodologie composite

Première partie. Une nécessaire méthodologie composite

Isabelle Hare, Jean-Michel Rampon, Jean-François Tétu et Annelise Touboul

Texte intégral

  • 1 Véron E., 1981, Construire l’événement, Ed. de Minuit.

1Le moteur de l’information, sa matière première, si l’on veut, c’est l’événement. Depuis le travail fondateur d’Eliséo Véron1 sur la construction médiatique de l’événement, et ceux qui ont suivi, on sait qu’un événement se construit à partir de phases successives de l’intervention des médias : un événement est toujours constitué d’un cycle de nouvelles. Mais la configuration médiatique contemporaine est plus complexe aujourd’hui du fait de l’Internet qui impose de renouveler les études sur ce cycle de médiatisation. La contribution de Dario Compagno et Franck Rebillard retenue ici, s’y emploie avec une approche transmédiatique originale mise en œuvre dans le cadre d’une recherche sous contrat avec l’Agence Nationale de la Recherche. Cette étude se base sur l’enregistrement de la production de la quasi-totalité des médias français ce qui comprend les publications en ligne des pure players et les dépêches de l’AFP. La méthode est pour l’essentiel issue des modèles de statistique textuelle, qui impose d’apporter quelques précisions. La lexicométrie mise en œuvre ici suppose qu’un corpus est conditionné par des contraintes qui ne proviennent pas du système linguistique, mais du positionnement de ses énonciateurs, lequel n’est pas forcément apparent directement : une désarticulation de la surface discursive permet de faire apparaître un réseau de relations statistiquement significatives entre ses unités. Ici, il est question de l’affaire Mohamed Merah, qui a bouleversé l’agenda électoral de 2012. Il s’agit de discerner les principales composantes de son énonciation : les thèmes des énoncés et leurs énonciateurs (les médias), ce qui permet, en croisant les énoncés avec les dates de publication, de reconstituer le cycle de médiatisation, mais aussi, ce qui est plus nouveau, de rendre visuellement lisible les thématiques auxquelles les publics des différents médias ont été confrontés.

2Comme le rappellent les chercheurs qui ont conduit cette étude, le recours aux ressources numériques ne révolutionne pas les fondements de l’analyse médiatique. Cependant il en élargit fortement l’objet en permettant l’étude d’un corpus de très grande taille, particulièrement complexe à appréhender du fait de la diversité des contenus médiatiques qui le compose. Et le traitement semi-automatique des données, par le gain de temps qu’il offre, permet aux chercheurs d’explorer les prolongements possibles de l’étude en croisant les résultats avec d’autres travaux conduits avec des méthodes qualitatives.

3Cette méthode, ou plutôt ces méthodes sont aussi le moyen de renouveler en partie l’analyse narrative. Le récit, dans ce type d’événement, repose sur le couple héros/anti-héros, ou action/punition qui commence par un désordre social (crime, attentat, …) et s’achève par le retour de l’ordre (arrestation, neutralisation du coupable), mais les étapes du récit constituent le point de départ de programmes narratifs secondaires qui nourrissent le discours de presse d’autres thématiques : ainsi par exemple, le refus de l ’Algérie d’inhumer M. Merah. Et c’est souvent dans le développement de ces thématiques secondaires que se lit l’orientation éditoriale propre à tel ou tel support. Dans tous les événements, on peut observer un pic médiatique déclenché par une sorte de sommet factuel dans le récit (ici, l’assaut donné suite à la traque de M. Merah) après lequel les commentaires peuvent se développer ; on peut donc repérer en fonction des médias la répartition entre les éléments factuels de l’information, et les thématiques des commentaires, et leurs places respectives. Enfin, et parce que toute histoire a une fin, même si, en matière d’information, cette fin est toujours un peu « en suspens », la clôture permet de juger de l’orientation idéologique de tel ou tel support.

4Les outils numériques, qu’on retrouve dans plusieurs autres contributions, offrent la promesse, et la possibilité, de classer et de croiser un nombre de plus en plus important de données, d’où une relative fascination contemporaine pour de vastes corpus, fascination qui est celle des chercheurs, naturellement impatients de vérifier leurs hypothèses et soucieux d’explorations de plus en plus vastes. Mais la fascination existe aussi du côté des organismes financeurs pour qui les résultats mesurables et mesurés sont fort rassurants, et qui, de ce fait, orientent largement la recherche vers ce type d’exploration. Dario Compagno et Franck Rebillard rappellent justement le nécessaire travail du chercheur pour faire parler les données, un travail interprétatif à la fois rigoureux et inventif qui n’hésite pas décentrer le regard pour appréhender les enjeux sociaux de la complexité du paysage médiatique contemporain.

5 Tout à fait différente est la méthode utilisée par Laura Delaloye, qui propose une approche à la fois ethnographique et linguistique de la fabrication d’un éditorial. Sans doute pourra-t-on trouver que le matériel mobilisé pour ce type d’étude est particulièrement lourd et long, mais il permet de suivre pas à pas les étapes de la construction d’un discours et les interactions qui y participent. C’est en quelque sorte l’examen au microscope de la construction d’une nouvelle d’information, antithèse de la vision macroscopique ou satellitaire du paysage médiatique saisi globalement. Cette étude dément l’illusion pourtant répandue, de l’éditorial rédigé à la hâte, sous l’impulsion du moment de l’actualité : on y voit en effet naître le projet de l’article, et la façon dont il se saisit d’un quasi prétexte pour trouver son bon ancrage dans l’actualité ; certes l’agenda y joue un rôle, mais surtout pour contextualiser le propos, prévu de longue date, et plus encore peut-être pour fonder « l’expertise critique » du journaliste aux yeux de ses lecteurs. On y voit aussi comment s’élabore la reprise du discours-source, qui n’est encore que partiellement et fort progressivement publié au moment de la rédaction de l’article, et comment ce même discours source peut faire l’objet de deux articles très différents pour deux rubriques distinctes en fonction de la visée propre de chacun des deux journalistes qui s’en saisissent. C’est ce que montre l’étude de la progression argumentative qui re-contextualise le discours source dans l’espace politique de ses lecteurs. On y voit enfin comment, au fil de ce processus, le journaliste vise en même temps plusieurs types de destinataires, dont les autres journalistes et les experts qui sont ainsi appelés à le reprendre ; cela permet de comprendre au plus près comment l’écriture de l’actualité est fonction de la position stratégique des professionnels dans les interactions propres à leur champ. Et si la réception de cet éditorial n’est pas incluse dans l’étude, l’analyse montre cependant comment elle est anticipée par le journaliste. La cerise sur le gâteau est finalement la reprise de cet éditorial par le media en ligne eurotopic qui recontextualise à son tour le propos et consacre ainsi la validité de l’analyse.

  • 2 Jouet J., Rieffel R. (2013), S’informer à l’ère numérique, Presses universitaires de Rennes.

6L. Delaloye tout comme D. Compagno et F. Rebillard articulent et combinent donc plusieurs méthodes, plusieurs approches. Les analyses quantitatives de données qui nécessitent un outillage informatique sophistiqué croisent leurs résultats avec les études récentes sur les pratiques d’information2; l’analyse des éditoriaux est combinée avec une étude ethnographique pour saisir finement les pratiques d’écriture. Il semble que l’information, toujours plus mobile, massive et polymorphe oblige le chercheur qui veut s’en saisir à se déplacer, à sans cesse inventer de nouvelles manières de l’interroger.

Notes

1 Véron E., 1981, Construire l’événement, Ed. de Minuit.

2 Jouet J., Rieffel R. (2013), S’informer à l’ère numérique, Presses universitaires de Rennes.

Auteurs

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université Lyon 2. Elle enseigne aussi à Sciences Po Lyon.
Membre du Laboratoire ELICO (EA 4147, Universités de Lyon) ses recherches s’intéressent aux représentations des acteurs politiques dans les conflits armés (Irlande du Nord, Israël-Palestine) et les conflits civils (révolte en Iran) dans la presse et sur Internet. Elle travaille également sur la représentation des femmes et la place du genre dans les médias, en interrogeant notamment les textes normatifs sur le journalisme et au sein de la profession.
Depuis 2012, elle mène une réflexion sur la façon dont l’Open Data citoyen s’empare des espaces public et médiatique, en questionnant l’agir et le dire politique. Elle participe également à plusieurs projets de recherche collective sur les sujets de l’Open Data, du genre et de la fouille d’opinion.

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Institut de Sciences Politiques de Lyon. Membre du laboratoire ELICO, ses thématiques de recherche ont pour objectif de questionner l’urbain à partir du travail social de définition et de différenciation des territoires. D’où son intérêt pour la fabrique de la ville par la nomination ou les registres discursifs en jeu « sur le terrain » ou encore les représentations liées à l’urbanité. Les médias en général et les différents types de presse « urbaine » en particulier sont privilégiés dans le temps pour analyser les évolutions qui affectent les manières de dire/faire la ville. Dans une perspective où se mêlent communication, géographie et histoire urbaines, est menée parallèlement une réflexion sur l’archive mobilisée et les corpus à construire.

Professeur honoraire à l’Institut de Sciences Politiques de Lyon, fondateur du laboratoire ELICO, et a été président de la 71e section du Conseil national des universités. Spécialiste des médias et notamment de la presse écrite, il a publié avec M. Mouillaud le désormais classique Le Journal quotidien (PUL, 1989).

Maître de Conférences en SIC à l’Institut de la Communication de l’Université Lyon 2. Membre du laboratoire ELICO, ses recherches portent essentiellement sur l’offre d’information d’actualité sur le web dans ses dimensions visuelles et verbales avec une approche sémiotique et socio-discursive. Elle s’intéresse en particulier à l’interactivité et aux phénomènes de dissémination de l’information, qu’il s’agisse de journalisme participatif ou citoyen, des nouvelles formes de médiation dans l’information santé ou des stratégies de mobilisation militante. Plus largement, elle interroge l’impact des dispositifs techniques sur la nature des communications ainsi que sur la forme et le sens des messages.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search