Version classiqueVersion mobile

Histoires de familles. Les registres paroissiaux et d’état civil, du Moyen Âge à nos jours

 | 
Paul Delsalle

Introduction

Texte intégral

« Bien des historiens, jeunes, chenus, disparus, peuvent, ou auraient pu, chanter leur reconnaissance aux curés de paroisse qui ont si bien (le plus souvent) tenu leurs registres de baptêmes, mariages et sépultures, où presque tout le monde a dû figurer. »
Pierre Goubert, Le siècle de Louis XIV, Paris, Editions de Fallois, 1996, p. 21.

  • 1 L’Express, 31 janvier 2008, p. 28.

1Histoires de familles. Les Français ignorent-ils leur histoire familiale ? Si l’on en croit une enquête réalisée récemment par TNS Sofres pour un site internet de généalogie (Ancestry.fr), ils seraient 45 % à ignorer le nom de jeune fille de leurs grands mères. Plus d’une personne sur trois ne sait pas du tout à quel endroit sont nés leurs grands-parents. Pire encore, 31 % n’ont aucune idée du métier qu’exerçaient leurs grands-pères.1

2Ces lacunes sont d’autant plus paradoxales que près de 80 % des Français estiment pourtant qu’il est important de bien connaître le passé de sa famille. Certes, il est facile de se consoler en remarquant que les Suédois ou les Britanniques, sans parler des Américains, sont encore plus oublieux ou plus ignorants de l’histoire familiale qui les concerne. Le constat est d’autant plus surprenant quand on connaît l’ampleur des recherches historiques en France et le développement considérable de la généalogie depuis un demi siècle.

3Depuis cinquante ans en effet, les historiens, les démographes et les généalogistes ont contribué à l’essor de l’histoire familiale et, pour cela, ont utilisé et utilisent encore abondamment les registres paroissiaux et d’état civil. Apparu en France à la fin du Moyen Age, ce type de document existe encore aujourd’hui. Ces registres constituent une des principales sources de l’histoire démographique et, plus généralement de l’histoire sociale, familiale voire économique. Or, à l’exception de quelques travaux très spécialisés pour démographes, ce type de document n’a jamais fait l’objet d’un ouvrage, encore moins un recueil documentaire à vocation pédagogique.

4Ce volume rassemble des sources, des documents utiles aux enseignants, aux étudiants et à tous les utilisateurs de ces registres, qui travaillent sur l’histoire d’une famille, d’un corps de métier, ou sur l’histoire d’un village, un quartier, une ville, une banlieue, une région.

5Les documents réunis ici sont de deux ordres Il y a d’abord des documents bruts, directement tirés des registres ; il s’agit d’extraits d’actes de baptêmes, de naissances, de mariages, de sépultures et de décès, et d’autres extraits de textes que l’on trouve parfois dans les registres : liste d’habitants, procès-verbal de la pose de la première pierre d’une église, liste de communiants, attestation du baptême d’une cloche, litanie de pestiférés, éphémérides météorologiques, etc. Volontairement, nous avons puisé dans toutes les régions et à toutes époques, depuis le XVe siècle jusqu’à aujourd’hui.

6Par ailleurs, nous avons choisi des extraits de travaux d’historiens, de démographes, d’archivistes, de généalogistes, qui donnent des exemples précis de la richesse des informations qu’ils ont pu extraire des registres paroissiaux et d’état civil. Ces textes et les tableaux tirés de l’étude des registres concernent des aspects très variés de la vie quotidienne : les prénoms donnés aux nouveau-nés, la natalité, la nuptialité, l’âge au moment du mariage, le veuvage, la fréquence des remariages, le nombre d’enfants par famille, les habitants et leurs métiers, la mortalité, les épidémies, la vie paroissiale, les événements qui surviennent au village ou en ville, les aléas climatiques, etc.

7En somme, le lecteur dispose ici d’un corpus considérable, depuis la fin du Moyen Age jusqu’à l’époque contemporaine, puisé dans les collections de registres paroissiaux et d’état civil, formant une source exceptionnelle mise en valeur par des exemples d’exploitation de documents qui dévoilent les destins des individus et les histoire des familles.

Notes

1 L’Express, 31 janvier 2008, p. 28.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 803k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search