Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

IV. Variation : oralité et invariant énonciatif

À la recherche d’une valeur invariante de la réduction : I kinda wanna think there coulda been one

Ruth Huart

Résumé

The terms used in the subtitle are often considered sloppy speech or socially or culturally marked. However, it is not rare to find them in educated British speech. Using recordings from English radio de-bates or interviews, we examined cases where a given speaker used both the “correct” and the “sloppy” version of a given marker in a single stretch of speech (want to/wanna, got to/gotta, kind of/kinda…). We propose that the variations observed are not haphazard, but rather that they might reflect different enunciative operations. When the initial /t/ of to or the final /v/ of of are maintained, it could signify that the speaker requires these markers to express his or her meaning. On the other hand, when the particle is amalgamated with the preceding term as an indistinguishable “schwa”, the ending, identical with the agentive or comparative suffix er, might be construed as having a weaker, purely relational function. In addition to the “grammaticalisation” of modal expressions like going to and kind of, an additional step in the process would extend to the common ending.

Texte intégral

Introduction

1Comme indiqué dans le titre, cet article ne propose pas de solution à une question sans réponse, mais seulement des pistes de réflexion ouvertes par de nombreuses années de recherche sur le rôle de l’absence d’accent dans la construction des relations. A l’aide des outils de la Théorie des opérations prédicatives et énonciatives (TOPE) élaborée initialement par Antoine Culioli, un certain nombre de constantes semblent émerger, suggérant que la réduction vocalique qui caractérise les mots grammaticaux les plus basiques (IS, OF, TO, HAVE…) pourrait ne pas être due à la seule vitesse d’élocution, mais dépendrait également du degré d’implication de l’énonciateur dans la prise en charge des relations prédicatives construites.

2Le mot « valeur » n’est donc pas à prendre comme traduction de « meaning », mais plutôt, s’agissant des « relateurs » dont on parle ici, comme renvoyant à un programme de calcul sur la manière de construire des relations, par délimitation qualitative et/ou quantitative, structuration d’un domaine notionnel, orientation du repérage… De même, l’« invariant » n’est pas quelque chose de rigide et d’immuable, mais le cœur commun à l’ensemble des occurrences, une fois débarrassées des multiples variations de contexte, de situation, de nature des termes en présence, et de tout ce qui aboutit à l’infinité de possibilités d’expression qu’offre la langue. Si le problème est celui de la réduction, il faut pouvoir comparer des cas de réduction avec des cas de non-réduction, dans des conditions de production similaires, sinon identiques – un même locuteur dans une même situation de discours, multipliés par suffisamment d’occurrences pour que des tendances puissent être décelées.

Langue orale et tope

  • 1 « terme » n’est pas non plus synonyme de « mot », car des unités de longueur variable, une fois sta (...)
  • 2 Position adoptée déjà par B. Victorri en 1999.

3Selon la théorie énonciative adoptée, les mots ne sont pas eux-mêmes des « opérateurs », mais on peut considérer que certains sont « opératoires », dans le sens où l’observation permet de découvrir derrière l’agencement des termes1 du langage des traces d’opérations de repérage (identification, différenciation). On pourra dans ce cas parler de « marqueurs d’opérations », qui incluent, dans le domaine de l’oral, des éléments segmentaux et suprasegmentaux (voyelles réduites, accentuation, schémas intonatifs…). Notre approche nous fait rejeter toute distinction tranchée entre « lexèmes » et « mots grammaticaux » : mieux vaut y voir un continuum2, avec à une extrémité des termes essentiellement référentiels (noms propres) et à l’autre des marqueurs essentiellement relationnels (and, is, of…), les autres combinant dans une plus ou moins grande mesure les deux propriétés (bed, sister, run, look, after…). C’est à l’extrémité « relationnelle » que se situent les marqueurs généralement considérés comme « ayant » des formes « faibles » ou « réduites ».

4Dans la présente étude, nous ne nous intéressons pas à des paires de formes (« pleine » vs « réduite »), mais au phénomène de réduction en tant que révélateur d’opérations linguistiques.

Aspects physiques

5Il est reconnu depuis longtemps que les « formes réduites » n’apparaissent pas dans n’importe quelles conditions, les contraintes pouvant être syntaxiques ou stylistiques. Dans les contextes favorables, on pense communément que la réduction des « mots outils » est due à la vitesse d’élocution : les syllabes accentuées prenant plus de temps à articuler, les voyelles inaccentuées des morphèmes grammaticaux qui relient les éléments sémantiquement plus lourds perdent de leur substance phonique. Or, les « formes réduites » ne sont pas limitées à une position médiane. Au contraire, l’écoute de productions spontanées permet d’observer que des marqueurs comme of ou to, prononcés avec un schwa, sont souvent suivis d’une pause, elle-même suivie d’un élément qui n’entre pas nécessairement dans la construction entamée. Il est également fréquent de trouver des formes réduites à la fin d’un groupe intonatif, notamment dans les expressions qui font l’objet de la présente communication. Ce n’est donc pas parce que les marqueurs sont « coincés » entre les mots qu’ils relient que leur voyelle disparaît ; s’il y a une explication physique, elle doit être différente. Des travaux récents de Piers Messum offrent une alternative : plutôt que la durée, c’est la poussée pulmonaire nécessaire à la production d’un accent qui caractérise, de manière singulière, la langue anglaise. Le « schwa » qui s’entend à la fin de certains termes résulterait du souffle produit par le relâchement de l’effort. Ainsi, les séquences orthographiées gonna, wanna, kinda, coulda… seraient à assimiler, au niveau de la structure phonétique, à des dissyllabes telles que dinner ou soda. On trouve ici une justification de la qualification de « clitiques » de ces syllabes finales fortement désaccentuées.

Études antérieures sur l’absence d’accent

  • 3 Terme choisi de préférence à « nom composé » pour éviter les querelles classiques opposant « vrais  (...)
  • 4 Voir références à Ballier, Col, Huart, Low, Schaeffer dans la bibliographie.

6Dès 1984, dans une thèse de troisième cycle consacrée à l’accentuation des agrégats nominaux3, j’avais proposé, à la suite de D.R. Ladd (Ladd 1980), que la désaccentuation du terme post-tonique indiquait que la relation entretenue avec le précédent était d’une manière ou d’une autre préconstruite (Huart 1987). Par la suite, plusieurs études présentées pour la plupart au colloque de Villetaneuse sur l’anglais oral (Huart 1986, 1990, 1994, 1998, 2002, 2008) ont permis d’affiner les hypothèses et de démontrer, non seulement que la désaccentuation ou l’inaccentuation révèlent quelque chose sur la construction des relations, mais que la réduction d’une forme grammaticale inaccentuée est parfois bloquée malgré un contexte phonétique favorable. On observe également que plusieurs termes admettent des degrés de réduction, dans des conditions que divers chercheurs ont tenté de cerner.4

  • 5 Journée d’étude « Combinatoire de marqueurs en anglais oral contemporain », Université Paris 7, 1er(...)

7Deux des marqueurs présentant de telles variations ont pu être observés avec un nombre d’occurrences suffisant pour permettre des généralisations : le modal WILL/WOULD, d’une part (Huart 2002), et la conjonction AND, d’autre part (Huart 2008). Plus directement liée au sujet du présent article, une étude de going to vs. gonna présentée en 20115 posait déjà la question des syllabes finales clitiques. Les principales conclusions de cette étude sont présentées dans la section suivante.

Étude de cas

Problématique

8Si, dans une suite discursive donnée, un même locuteur utilise des degrés différents de réduction d’une même unité syntaxique, quels sont les facteurs contextuels et/ou situationnels qui l’expliquent ? Ces facteurs se retrouvent-ils chez d’autres locuteurs ? À partir des régularités constatées, est-il possible de postuler une valeur invariante de la réduction de la syllabe finale clitique de formes a priori distinctes (TO dans going to, want to, HAVE dans could have, would have, OF dans kind of, sort of) ?

9La méthode – plutôt artisanale – est toujours la même. Sont retenus, après écoute, les extraits dans lesquels des variations de réalisation sont relevées chez un locuteur donné. À partir du moment où des variations similaires apparaissent chez d’autres locuteurs, on compare les conditions d’apparition des différentes formes pour essayer de dégager des régularités. En 2011, on avait suggéré que, si going to et gonna partageaient un contenu sémantique commun (prédiction d’un événement à venir), seul le premier conservait les valeurs énonciatives des marqueurs ING (renvoi à une origine) et TO (choix de p dans (p, p’)). Face à ce marqueur « complexe », dont l’emploi indique que l’énonciateur se distingue comme celui qui se porte garant de la validation, gonna servirait à introduire une occurrence validable, présentée comme « allant de soi » ou repérée par rapport à une autre source énonciative (ce n’est pas moi qui le dis ou n’importe qui pourrait le dire).

10Le but de la présente étude est d’étendre ces observations à d’autres expressions se terminant en TO (want to, got to) et ensuite à la « terminaison » [ə (v)], représentant aussi bien OF (kind of, sort of) que HAVE (would have, could have). Les extraits proviennent tous de débats enregistrés de la BBC, avec des locuteurs britanniques habitués à parler en public. On peut donc éliminer d’emblée les facteurs géographiques (américanismes) ou sociologiques (registre populaire, familier) pour justifier les formes contractées.

Occurrences commentées

To

1. Andrew Lansley, debating with Health Secretary Alan Johnson on food control (BBC4, Today, 23.01.2008) : The government unfortunately went for a very simplistic traffic light system back in 2004 / and… that was never going to command support / in industry / or with retailers \ back then I argued \ for something that combined \ at-a-glance information about things like sugars fats and salt with guideline daily amounts – and if we’re going to achieve a consensus in this country which we can then try to drive through on a European-wide basis – er I think the thing we are gonna need is a combined traffic lights and guideline daily amounts to help people to construct a good diet as well

11Ce premier extrait confirme les observations précédentes : l’adverbe appréciatif unfortunately reflète un jugement de valeur de la part de l’énonciateur, d’où la forme pleine. La seconde occurrence évoque un désir, une intention, renvoyant ainsi au choix de la « bonne valeur ». On pourrait presque gloser « since we hope to ». L’emploi de gonna ensuite s’accompagne d’une reprise presque terme à terme de la phrase précédente : la suggestion de 2004 reste valable en 2008, l’énonciateur cite une autre instance (même s’il s’agit de la même personne).

2. Gwyneth Dunwoody on reforming British Rail (BBC, Radio 4, Today, 5th January 2008) : Network Rail can’t be arrogant \ it certainly can’t insist on its own way all the time / but that what we do have \/ are a series of people / who will not just look at renewal \ and replacement \ but look at increasing the capacity \ we’ve gotta start thinking about how to extend and improve the railways \ but above all \/ we’ve actually got to start talking to the passengers \ we cannot leave it \/ that people who are paying a great deal for their money \ of money for their ticket \ arrive at the station \/ to find that sorry \/ you’ve gotta get off halfway along and get on a coach \ we have got to change the way \/ we treat the passenger \/ with information and services / and we have got to make sure / we have sufficient trained people / in house \/ to do the job properly.

12Sauf pour le sémantisme de base qui change (obligation au lieu de prédiction), l’analyse de GOT TO va dans le même sens. Lorsque got est fortement accentué, et que to, bien qu’ayant une voyelle réduite, conserve son /t/ initial, l’énonciateur s’implique, sa volonté est à l’origine de l’obligation. D’autres accents forts et diverses expressions modales corroborent cette implication (cannot, above all, make sure…). La forme contractée, sans gémination du /t/, est utilisée pour une reprise (extend and improve reprend renewal, replacement, increasing the capacity) ou pour le discours rapporté. On entend très bien l’oral dans l’oral après to find that : l’énonciateur montre clairement que cette autre voix n’est pas la sienne.

3. Peter Hitchins, arguing with Matthew Taylor about how to deal with drug-users (BBC4, Today, 27.02.2008) : OK well it’s /first of all if you wanna campaign against alcohol / that’s fine by me \ I won’t be against it \ but it’s a completely separate issue from the campaign against illegal drugs which it’s still open to us / just about to control by law \ it may well be / that we will end up \ with with drugs in our society \ as established and acculturated as alcohol is \ which would be disastrous \ why on earth it could be a respectable argument \ against punishing drugs / to say that we’re not punishing alcohol enough \ I don’t know \ if you’re against alcohol and tobacco in our society then why would you want to introduce a third and a fourth dangerous poison \ why do you wanna make excuses for drug-taking \ the fact is this issue is one of personal responsibility

13Ce qui est intéressant ici, c’est que le sujet de want est you dans les trois cas, le désir est le fait d’un autre. Cependant, il y a une différence entre les deux wanna, où l’énonciateur fait mine de constater ce désir chez son interlocuteur, et la question introduite par why would, qui marque la contestation. Dans le premier cas de figure « vous voulez X » est présenté comme un fait ; dans l’autre, que quiconque (vous ou un autre) puisse vouloir X est présenté comme inconcevable aux yeux de l’énonciateur. Aussi bien l’auxiliaire modal que l’expression dangerous poison marquent la prise de position personnelle.

  • 6 Une vingtaine de locuteurs remplissaient les conditions requises : deux formes utilisées au sein du (...)

14Les trois extraits examinés sont caractéristiques des emplois observés6. Les marques d’implication ou de dissociation de l’énonciateur sont régulièrement présentes. Par conséquent, nous proposons que lorsque TO est amalgamé au terme précédent sous forme de clitique, l’énonciateur se « désengage » en tant que valideur de la relation : la prédiction, l’obligation ou le désir envisagés pourraient l’être par n’importe qui, relèvent des dires d’un autre ou ont déjà fait l’objet d’une validation (reprises). Par contre, lorsque TO garde son /t/ initial, l’énonciateur prend position, l’altérité est maintenue – dans le couple (p, p’), si p est choisi, p’ ne peut être exclu, d’où les valeurs d’opposition, de jugement, d’interrogation.

Of/Have

  • 7 Pour of, 9 locuteurs, 42 occurrences, dont plusieurs devant /f/, rendant le /v/ indétectable ; pour (...)

15Inaccentués et réduits, ces deux marqueurs sont identiques ; en tant que traces d’opérations, leurs valeurs sont également très semblables : l’identification partielle, l’appartenance. Dans les formes clitiques qui nous intéressent, on relève depuis longtemps des confusions à l’écrit (would of, should of…). On peut donc postuler sans grand risque que le HAVE qui suit un auxiliaire modal s’attache à celui-ci bien plus qu’à la notion prédicative exprimée par le verbe. Mais la question posée ici est plus délicate : peut-on déceler une différence de valeur entre une syllabe finale [ə], commune à kinda, sorta, coulda, etc., et une forme réduite [əv], qui ne soit pas due à l’environnement phonétique ou au débit ? Le nombre de cas pertinents étant bien plus restreint dans notre corpus que pour TO7, aucune conclusion ne peut être tirée à ce stade.

16L’extrait 4, tiré d’une émission de critique littéraire consacrée à George Eliot, est assez curieux en ce que le langage employé est presque précieux, avec l’emploi d’expressions comme « as it were » et des références intertextuelles plutôt érudites. Néanmoins, on entend clairement une différence entre les trois premières occurrences de kind of, avec un [v] final et les deux dernières sans cette consonne.

4. Valentine Cunningham speaking about George Eliot (BBC4, In Our Time, 28.01.2010) : as you say she’s writing a novel which is er running in in several different directions \ one is it’s kind of deeply \ socially \ realistic \ erm fiction \ but at the same time it’s also heavily allegorical / erm I’m sure she was thinking a a lot w Silas Marner / the the weaver with the burden on his back remin reminded everybody of Bunyan’s pilgrim / erm who had the burden of sin on his back and so on \ erm it’s highly allegorical / and and there are huge -as it were fairy elements and people sometimes rightly think of this as a kind of version of a a Cinderella story / erm and so a kind of Cinderella story upside down \/ and and and all of that \ erm so it’s a curious mixture \ erm erm all this new kinda realism \ and… in a way \/ old-fashioned narrative and there are lots of kinda gothic and melodramatic elements you know / women er er dying of drink \ and drugs in the snow \ and lost children and theft and goodness knows what.

17L’idée d’approximation est commune à toutes les occurrences, bien qu’aucune ne puisse être glosée par « une variété de ». Ce qui semble différencier les deux groupes pourrait être vu en termes de pondération entre les orientations qualitative (/v/ audible) et quantitative (schwa final). Dans tous les cas, l’appréciation de l’énonciateur est en jeu, mais on a d’une part une évaluation subjective (deeply, heavily, highly, rightly, upside down, curious), et de l’autre une sorte de commentaire épilinguistique : les termes realism, gothic et melodramatic appartiennent au langage spécialisé du domaine. En les qualifiant (new, old-fashioned) et en ajoutant kinda, l’énonciateur montre qu’il les choisit faute de mieux, mais il n’y a pas de jugement en bon/mauvais, ni de division en types. D’ailleurs, les éléments gothiques et mélodramatiques sont énumérés – on est bien dans le domaine quantitatif.

18Dans un tout autre registre, on relève le même genre de distinction chez Tony Sewell, dans un extrait de l’émission Any Questions ? (31.07.2009) où il cherche à faire rire en parlant de l’hégémonie américaine.

5. you know … there is the … we had the … kingdom in Rome and now we’ve got another one in the US \ and though I’m really happy that Barack Obama is the Emperor / (h) erm (laughter) it still feels like that \. […] and erm er it just it just for me… is another… kind of slippery slope \ down this route \ where / erm we… we seem to have not got away from the sort of… Reagan… Margaret Thatcher thing \ where we just did everything \ when America said jump / we said how high \ and I think thət (..) we’ve gotta... stand up for our citizens \ you know \/ and I think that erm you know [APPLAUSE] this is a… this is not just a ə ə person who is ill \/ I think that this is a person who has exposed a flaw / but at the same time \/it does... show us a ..ə kinda sense that we we’re kind of not certain \ about how we are in the world \

19Le style est beaucoup moins recherché que dans l’extrait 4, et néanmoins on entend le /v/ final de kind of dans deux cas. On peut même observer que le contexte phonétique n’est pas en jeu puisque les deux versions apparaissent devant /s/. Ici, les nombreuses marques d’engagement personnel (for me, I think) confirment la teneur modale du passage. L’expression slippery slope reflète également un jugement de valeur, et not certain suivi de how relève du domaine qualitatif. Par contre, si kinda est employé devant sense, c’est plutôt pour indiquer que le choix du terme est en jeu et non pas un découpage de la classe. Avec does pour souligner la valeur assertive, on se trouve encore une fois du côté quantitatif.

20Pour SORT OF, l’on trouve un phénomène semblable : /v/ audible lorsqu’un jugement appréciatif est prononcé, absence de consonne finale pour écarter l’interprétation « une variété de » à la faveur d’une approximation au niveau du choix d’un terme. Dans cet autre extrait contenant aussi bien sort of que sorta, un jeune gardien de prison répond à une question concernant le déroulement de sa carrière :

6. (Did you feel that your career wasn’t progressing quite as quickly as you wanted it to do)
Actually in some ways / I think it’s probably the reverse \ I was very conscious that at a fairly young age I’d reached er sorta junior governor grades and from there perhaps my next move would be a sort of a header function / within a large jail / or perhaps a deputy governor within a small jail \ and I’m very keen / that - I become very rounded at what I do before I sort of move up to that level \ and but I think otherwise there’s a risk that you get to some of those grades actually before you’re ready BBC Radio 4, Today, décembre 2008)

21On ne peut pas exclure que la prononciation de /v/ dans la première instance soit due au contexte phonétique devant une voyelle, mais ce n’est pas le cas devant /m/. Il est possible de voir ici aussi une différence entre la qualification modale signalée par perhaps, would, et ensuite par very keen, risk, et l’indicatif I’d reached suivi d’un pluriel relevant de la dimension spatio-temporelle.

22Bien qu’il soit impossible de généraliser à partir d’un si petit nombre d’exemples (moins de trente locuteurs chez qui ces variations ont pu être constatées), les différentes observations semblent aller dans le même sens : lorsque la particule (TO ou OF) garde sa consonne, c’est le signe que l’énonciateur porte un jugement de valeur sur la relation qu’il se présente comme seul à construire. Lorsque cette consonne disparait, de sorte que la particule perd toute identité propre pour devenir une terminaison à forme unique ([ə]), un nouveau marqueur est forgé, qui tend à écarter l’interprétation généralement associée à la forme composite d’origine. Ainsi, pour TO, l’altérité est neutralisée et pour OF, c’est la partition de la classe qui disparait.

23Malheureusement, au stade actuel, notre corpus n’offre pas d’échantillon comportant des variétés de HAVE après un même modal prononcé par un même locuteur. L’idée que should, could ou would, voire must penchent du côté radical s’ils sont suivis de [əv] et du côté épistémique si la terminaison est [ə] ne peut être vérifiée, ni même examinée.

Variation, invariant, variété

24À la suite de ces différentes observations et tentatives d’analyse, il y a lieu de resituer le tout par rapport à la problématique de départ : devant la variation quasi infinie des manières de réaliser les signes d’une langue, est-il légitime de chercher à définir des sous-systèmes propres à certains locuteurs et pas à d’autres ? Peut-on prétendre déceler une valeur constante (invariante) derrière un segment aussi indéfinissable que le schwa, même si on ne considère que les cas où ce segment apparaît en finale derrière un morphème indépendant ?

  • 8 Le texte original, qualifié de « dialectal », daterait de 1839.

25Les finales qu’on étudie ici s’apparentent, de par leur forme, à la terminaison orthographiée <er> qu’on trouve aussi bien dans les noms d’agent (singer, writer, dish-washer…) que dans les comparatifs (bigger, healthier, cleverer…). Cette similitude a pu être exploitée à l’écrit pour rendre une des variantes de SORT OF dont on a parlé plus haut : sorter (Traugott 2008, qui cite W. Tabor8 ). Dans les deux cas, la terminaison, qui est porteuse d’un contenu sémantique en apparence dissemblable, s’ajoute à un mot entier qui a lui-même un « sens ». Ajoutée à un verbe, la terminaison produit un nom, alors que l’inflexion comparative ne modifie pas la catégorie de la base. Mais lorsqu’on sort de la syntaxe traditionnelle pour se concentrer sur ce qui est perceptible à l’oreille, on peut proposer que la terminaison [ə] « signifie » quelque chose comme « une relation est construite », la nature de la relation étant fonction de la base plus que de la terminaison, ou plutôt de l’association des deux avec ce qui suit ou précède.

26En adoptant, et en adaptant, la notion de « grammaticalisation » pour désigner les formes à usage très fréquentes caractérisées par une simplification phonologique (par exemple : GO + ING + TO → gonna), nous proposons que les locuteurs qui emploient aussi bien cette forme simplifiée au maximum, qu’un degré moindre de simplification, ont étendu la valeur du suffixe [ə] aux cas où la connotation modale d’origine est neutralisée. Cette hypothèse est compatible avec des approches constructivistes ou cognitivistes qui considèrent que les locuteurs construisent individuellement leur « grammaire » par analogies et généralisations à partir de modèles rencontrés au cours des interactions langagières. Si une partie seulement de la communauté pratique ces variantes, les autres n’employant qu’une des formes de chaque paire, cela pourrait indiquer, soit un état de langue en évolution, soit des représentations différentes selon le parcours de chacun.

27Il faudrait, bien entendu, un nombre beaucoup plus important d’occurrences et des études moins « impressionnistes » pour consolider ces hypothèses. Notre propos est modestement de suggérer que lorsqu’on parle de variation de réalisations à l’oral, il y a lieu de dépasser très largement les considérations dialectales et socioculturelles pour s’interroger sur les modes de construction du « sens ».

Bibliographie

Bibliographie

Ballier Nicolas, 2006, « Approche prosodique de la cohésion en anglais : le cas de AND en texte lu », Actes du 11ème colloque sur l’anglais oral, Villetaneuse, 22-23 mars 2002 (publication en ligne).

Bybee Joan, 2006, « From usage to grammar : the mind’s response to repetition », Language 82 (4), p. 711-733.

Col Gilles et Jean-Louis Duchet, 2001, « Forme non stable et grammaticalisation : le cas de gonna en anglais contemporain ». Travaux linguistiques du Cerlico - N° 14 : Grammaticalisation 2. Concepts et cas, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Denison David, 2012, « Non-inflecting verbs in Modern English », Autour du verbe/Around the Verb : Colloque en l’honneur de Claude Delmas, Université de Paris 3, 21-22 septembre 2012.

Denison David, 2011, The construction of SKT. In Second Vigo-Newcastle-Santiago-Leuven International Workshop on the Structure of the Noun Phrase in English (NP2) 15 September 2011 - 16 September 2011. Newcastle upon Tyne.

Huart Ruth, 2011, « Going to ou gonna dans le voisinage des hypothétiques et des verbes de dire », Journée d’étude du 1er avril 2011 : Combinatoire de marqueurs en anglais oral contemporain, CLILLAC-ARP EA 3967, Université Paris Diderot.

— 2008, « And, but or : Coordination and vowel reduction », 14ème colloque d’avril sur l’anglais oral. Phonologie, lexique et syntaxe : Interdépendances, Villetaneuse, 4-5 avril 2008.

— 2003, « The Role of Relative Prominence in Constructing Reference », in Amina Mettouchi & Gaëlle Ferré (eds.), Proceedings of IP2003, Prosodic Interfaces, Nantes, March 2003, p. 271-276.

— 2002, « Modals Revisited », Actes du 11ème colloque sur l’anglais oral, Villetaneuse, 22-23 mars 2002.

— 1998, « Stressed prepositions and the expression of ‘otherness’ », Actes du neuvième colloque d’avril sur l’anglais oral, Villetaneuse, avril 1998, p. 85-93.

— 1994, « Reduction of the copula : What are the constraints », Actes du 7è colloque sur l’anglais oral : Les contraintes en phonologie, Villetaneuse, avril 1994. p. 62-74.

— 1987 « Nouveau regard sur les noms composés », in Gauthier, André (ed), Explorations en linguistique anglaise, Bern, Peter Lang, p. 25-90.

Ladd D. Robert, 1980, The Structure of Intonational Meaning : Evidence from English, Bloomington, Indiana University Press.

Low Jennifer. 2001, « A Prosodic Approach to Modalit », in Cahiers de Recherche, T. 8 : Modalité et opérations énonciatives, Paris, Ophrys, p. 255-282.

Messum Piers, 2009, « What if children don’t learn to pronounce by imitation ? » Résumé de thèse publié en ligne : www.uneeducationpourdemain.org.

Schaeffer Steven, 2000, « Prosodie, repères énonciatifs et choix paradigmatiques dans la situation d’énonciation », Anglophonia 8. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 153-166.

Traugott Elizabeth C., 2008, « Grammaticalization, constructions and the incremental development of language : Suggestions from the development of degree modifiers in English », in Regine Eckardt, Gerhard Jäger, and Tonjes Veenstra, (eds.), Variation, Selection, Development--Probing the Evolutionary Model of Language Change. Berlin/New York : Mouton de Gruyter, p. 219-250.

Victorri Bernard, 1999, « Le sens grammatical », Langages 136, p. 85- 105

Notes

1 « terme » n’est pas non plus synonyme de « mot », car des unités de longueur variable, une fois stabilisées, renvoient aux éléments mis en relation, devenant ainsi des « termes » de la relation.

2 Position adoptée déjà par B. Victorri en 1999.

3 Terme choisi de préférence à « nom composé » pour éviter les querelles classiques opposant « vrais » et « faux » composés.

4 Voir références à Ballier, Col, Huart, Low, Schaeffer dans la bibliographie.

5 Journée d’étude « Combinatoire de marqueurs en anglais oral contemporain », Université Paris 7, 1er avril 2011.

6 Une vingtaine de locuteurs remplissaient les conditions requises : deux formes utilisées au sein du même discours, pour un total de 55 occurrences.

7 Pour of, 9 locuteurs, 42 occurrences, dont plusieurs devant /f/, rendant le /v/ indétectable ; pour have, aucun exemple d’alternance.

8 Le texte original, qualifié de « dialectal », daterait de 1839.

Auteur

Université de Paris-Diderot

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search