Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

III. La plasticité langagière à l’interface de la variation et de la norme

Forme de base, variation, modification – expressions idiomatiques en contexte conversationnel

Günter Schmale

Résumé

Phraseological research generally differentiates three notions as to the form an idiomatic expression may exhibit : the basic form, its – common – variations, and its – occasional – modifications. Whereas basic forms and – less frequently – variations are lemmatized in dictionaries, modifications are not. What is more, modifications may be deliberate or involuntary. A study of four conversational corpora reveals that a great number of IEs used by participants is deviant from the lemmata of specialized phraseological dictionaries. Following a brief look into known variations of IEs and deliberate modifications for journalistic or publicity purposes, the paper then proposes a systematic comparison of potentially modified IE forms in the corpora with the respective entries in three specialized diction naries (Duden 11, Pons-Schemann, redensarten-index.de). The study shows that the three dictionaries exploited considerably vary in the extent to which IEs are being lemmatized : Pons-Schemann has more than Duden 11 and redensarten-index.de has more than the former. And sometimes a Google search produces a hit where none of the dictionaries have an entry. Considering that several years may elapse before an IE finds its entry into a dictionary or may even never be lemmatized although widely used, one can at best conclude to potential modification from a basic form. The paper finally offers two hypotheses as to how participants achieve understanding of an IE at first sight considerably deviating from a lemmatized form.

Texte intégral

Forme de base, variation, modification

  • 1 Voir Burger (2010) qui servira de référence dans le présent article.
  • 2 Cf. Burger (2010 : 24) qui ne précise cependant pas de quel(s) – type de – dictionnaire(s) il s’agi (...)

1La recherche dans le champ de la phraséologie1 différencie trois catégories dans la classification des expressions phraséologiques : une forme de base, sa variation usuelle ainsi que sa modification occasionnelle. La forme de base est celle que les lexicographes allemands nomment « Nennform », en quelque sorte une forme « normale » à l’origine d’un lemme, c’est-à-dire la forme du phrasème répertoriée par les dictionnaires2.

2Cette « forme de base » peut connaître des variations considérées comme usuelles. Cela signifie qu’au fond plusieurs formes de base peuvent coexister côte à côte (cf. infra pour les exemples).

Il est du reste important de souligner que la présente contribution ne traite pas la variation dans l’acception sociolinguistique du terme (cf. Gadet 2003). Nous ne chercherons donc pas à déterminer l’origine de la variation en fonction de l’usage ou de l’opinion des usagers. Nous nous contenterons en effet de constater l’existence de différentes formes rencontrées pour une seule et même expression idiomatique (ci-après EI) et de vérifier, dans quatre dictionnaires différents, si elles y ont été lemmatisées. Ceci pour déterminer – en tenant rigoureusement compte de la perspective orientée vers les corpus au détriment d’une perspective normative – si une classification de formes d’EI en tant que variation (usuelle) ou modification (occasionnelle ou ponctuelle) est véritablement justifiée.

3Enfin, contrairement aux variations usuelles, les modifications dont un phrasème peut faire l’objet sont occasionnelles et ne font de ce fait pas l’objet d’une entrée dans les dictionnaires. Il convient du reste de différencier modifications délibérées et involontaires, ces dernières étant dues à des lapsus, des contaminations (cf. infra) ou simplement à une méconnaissance de la forme « normale ».

  • 3 I. e. des expressions polylexicales dont le sens global (phraséologique) n’est pas la somme des sig (...)

4Une étude de l’utilisation des expressions phraséologiques en contexte conversationnel, domaine jusqu’à présent négligé par la recherche en phraséologie (cf. Schmale 2012), révèle que les EI3 sont tout particulièrement employées par les participants sous une forme qui dévie dans une large mesure des formes lexicographiées par les dictionnaires. Le présent article se propose d’examiner les formes d’EI a priori déviantes dans quatre corpus de conversations authentiques, les Sprechstundengespräche (SSG ; entretiens de conseil entre professeur et étudiants), les Telefongespräche (TEL : conversations téléphoniques), les Pflegeerstgespräche (ERST : entretiens d’admission à l’hôpital entre infirmière et patient) ainsi que notre corpus de talk-shows de la télévision allemande (cf. Schmale 2012). Les occurrences d’EI considérées comme modifiées ont été comparées ensuite avec la forme lemmatisée dans trois dictionnaires phraséologiques d’allemand de référence : le Duden 11 avec environ 11000 entrées, le Pons-Schemann proposant quelque 33000 articles, en outre, un dictionnaire en ligne, le redensarten-index.de, annonçant 15069 entrées fin décembre 2013. Avant de présenter les résultats de cette recherche sur corpus et des comparaisons entre occurrence conversationnelle et entrée lexicographique (section 3 du présent article), nous présenterons un rapide aperçu des variations usuelles connues d’EI ainsi que de leurs modifications délibérées dans les unes des journaux et les publicités à la section 2 de cet article. Notre conclusion tentera d’apporter la réponse à deux interrogations principales : d’une part, les occurrences des corpus conversationnels déviant de la forme retenue par les dictionnaires sont-elles véritablement des modifications occasionnelles, et d’autre part, comment les participants comprennent-ils ou peuvent-ils adéquatement interpréter une EI à première vue modifiée ?

Variations et modifications délibérées

5Les variations usuelles d’EI sont bien connues et monnaie courante ; Fleischer les catégorise dès 1982 notamment au niveau morphosyntaxique, p. ex. du nombre (seine Hand / Hände im Spiel haben), au niveau lexical (cf. infra) ou de la valence externe (jm. / DAT ou für jn. / ACC eine Extrawurst braten).

  • 4 Le sens des trois étant grosso modo équivalent.

6Voici quelques exemples de variations de l’élément de comparaison au sein de comparaisons phraséologiques du français, de l’allemand et de l’anglais4 :

  • travailler comme un cheval/un forçat/un nègre/un dingue
  • work like a horse, a dog, a mule, a slave, a beaver
  • arbeiten wie ein Berserker/ein Pferd/ein Ochse/ein Verrückter
  • saoul comme un polonais/toute la Pologne/une botte
  • drunk as a lord/a skunk/a fish/a fiddler (’s bitch)
  • voll wie eine Haubitze/Granate/Kanone/ein Eimer.

7Soulignons que toutes les variantes ne connaissent vraisemblablement ni la même fréquence d’utilisation ni la même dissémination au sein du domaine d’utilisation de la langue en question. Certaines peuvent en effet être limitées à un emploi au niveau régional, p. ex. l’EI ils sont mon cul ma chemise, qu’on rencontre en Vendée, la version standard étant ils sont comme cul et chemise.

8Les modifications d’EI, elles aussi, sont très fréquentes, notamment lorsqu’elles sont délibérées et ont pour objectif de créer un jeu de mots à différentes fins. Le Canard Enchaîné, comme d’autres journaux, est un adepte de cette pratique dans ses unes, p. ex. Un nouveau tour de vis à l’étude. Sarko et Fillon ont du plan dans l’aile ! (no. 4751 du 16/11/2011) ou encore Difficile accord Verts-PS entre centrales nucléaires et circonscriptions. Un rude accouchement par les sièges (no. 4752 du 23/11/2011). Les journaux allemands, p. ex. la TAZ (la Tageszeitung) en usent également, p. ex. Bundesregierung beschließt Mali-Einsatz. Deutsche in den Sand gesetzt (TAZ du 19/02/2013). L’EI in den Sand setzen (lit. : poser dans le sable, i.e. faire échouer un projet) est ici employé au sens littéral, c.-à-d. que le gouvernement allemand a envoyé des troupes au Mali où il y a vraisemblablement du désert, donc du sable. Le jeu de mots implique probablement une allusion à une mission extrêmement périlleuse, à l’instar de celle en Afghanistan.

9Ce procédé de modification est aussi fréquemment utilisé à des fins publicitaires ; ci-après un exemple français et allemand. Ainsi, dans cette publicité française parue dans un magazine pour un yaourt aux myrtilles, la cerise n’est plus sur le gâteau, mais, à l’instar des myrtilles de ce yaourt aux fruits, sous le gâteau. La qualité du yaourt ne fait aucun doute pour le lecteur qui est familier de l’EI la cerise sur le gâteau. Dans une publicité allemande pour deux eaux minérales, le nombre de l’EI Aller guten Dinge sind drei (Jamais deux sans trois) est modifié pour souligner qu’il existe deux eaux de cette gamme et non pas trois. Dans les deux cas, la modification sert à adapter l’EI au contexte et à véhiculer le message publicitaire.

10S’il n’existe aucun doute que les EI précédentes ont été modifiées délibérément à des fins journalistiques ou publicitaires, un tel motif n’est pas apparent lorsque le participant d’une conversation a recours à une EI et l’emploie sous une forme plus ou moins fortement déviante de celle lexicographiée. L’objectif du présent article sera par conséquent de déterminer si les formes non lemmatisées par les dictionnaires servant de base de comparaison sont effectivement des modifications ou éventuellement des variations ou plutôt des formes non encore répertoriées. D’autre part, nous nous intéresserons au traitement de ces « formes déviantes » du lemme lexicographié par les participants, si par exemple elles occasionnent des activités d’intercompréhension ou des commentaires métadiscursifs. Nous nous poserons en particulier la question de savoir si les EI potentiellement modifiées sont véritablement comprises par les participants.

Formes d’EI du corpus dans les dictionnaires de référence

11Comme indiqué plus haut, les trois corpus examinés comprennent de nombreuses EI qui dévient à première vue de la forme connue. Une comparaison systématique de la forme rencontrée dans les corpus conversationnels avec celle lemmatisée par les trois dictionnaires de référence révèle cependant que tout ce qui semble a priori déviant ou modifié ne l’est pas forcément. On découvre en effet trois cas de figure pour ce qui est de la représentation des EI des corpus dans le Duden 11, le Pons-Schemann et le redensarten-index.de (RI par la suite).

Forme d’une EI présente dans Pons et RI, mais absente du Duden

  • 5 La colonne deux indique la forme de l’EI employée dans le corpus en question avec la référence préc (...)

12La forme d’une EI employée par les participants en contexte conversationnel peut différer de celle retenue par le Duden 11 dans une plus ou moins grande mesure, tout en figurant dans les deux autres dictionnaires. Voici quatre occurrences, trouvées dans les talk-shows de la télévision allemande5 :

Occurrence du corpus Duden 11 – lemme variant Pons RI
1 man kommt nicht in die Pötte (Vera/3-2/5) zu Pott(e) kommen (554) ✔ (625)
2 nicht in Ketten legen können (Ara/4-2/2) jn. an die/der Kette legen/liegen (381) ✔ (405)
3 auf taube Ohren stoßen (BK/2-2/4) tauben Ohren predigen (526) ✔ (598)
4 jm. einen Tritt geben (BS/3-
6/3)
jm./jn. in den Arsch treten (54) ✔ (863)

13Au sein de la séquence (1), l’animatrice Vera reformule l’apodose de sa propre construction conditionnelle non phraséologique de la l.01 par l’EI kommt man nich in die Pötte (on n’arrive pas à se remuer).

(1) Vera formule un préjugé sur les gens obèses. (Vera/3-2/5)
01 V wenn man dick is is man langsam- is man faul
quand on est gros on est lent on est paresseux
02 V kommt man nich in die Pötte,
on n’arrive pas à se remuer

14Alors que Pons et RI ont retenu cette forme d’EI, le Duden présente zu Pott(e) kommen. De toute évidence, cette forme plus ancienne et au fond plus logique – zu Pott kommen signifiant littéralement réussir à aller sur le pot – est remplacée dans Pons et RI par celle de l’animatrice Vera, in die Pötte kommen, sans doute du fait que l’utilisateur « ordinaire » pense aux casseroles de cuisine plutôt qu’à un pot de chambre.

15Un constat semblable s’impose pour (2) : l’EI du Duden – tenir en laisse – serait en réalité plus logique qu’enchaîner quelqu’un employée par l’invitée du talk-show, car il ne s’agit pas d’emprisonner quelqu’un, mais de le contrôler étroitement. Toutefois, la version plus moderne de Pons et du RI ne pose manifestement aucun problème de compréhension.

  • 6 auf taube Ohren stoßen (litt. : rencontrer des oreilles sourdes) vs tauben Ohren predigen (litt. : (...)
  • 7 jmdm einen Tritt geben (litt. : donner un coup de pied à qqn) vs jmdm in den Arsch treten (litt. : (...)

16Quant à (3) et (4), il semble qu’il s’agit tout simplement de variantes non retenues par le Duden pour exprimer prêcher dans le désert6 dans le cas de (3), et envoyer promener/sur les roses7 en (4).

Forme d’une EI présente dans RI, mais absente du Duden et de Pons

17Plus rarement, la forme d’une EI du corpus peut être absente, et du Duden et du Pons, alors que le RI propose un lemme. Voici une occurrence de ce type :

(5) Une patiente raconte qu’elle panique lorsqu’elle doit conduire une grosse voiture. (PEG/Azubi 7 : 105-109)
01 P da ham wir uns dann also en familienwagen geholt, […]
on a acheté une voiture familiale plus grande
02 P auf der autobahn, da hab ich immer […] panik gehabt ;
mais sur l‘autoroute j’ai toujours paniqué un peu
03 P lief zwar immer alles gut ; kein unfall gehabt, aber-
tout allait bien je n’ai pas eu d’accident mais
05 P da standen schon mal die nackenhaare hoch ((lacht))
j’ai eu vraiment très peur parfois ((rit))
06 K nun is das- (.) nun is ja gerade das autobahnfahrn das,
alors que bon ben rouler sur l’autoroute est justement
07 K was beim ganzen autofahrn am leichtesten ist ;
ce qui est le plus simple dans la conduite

  • 8 Cf. le passage suivant : “As the island took gradual shape in the mist he felt all the hairs stand (...)

18En effet, ni dans Duden ni dans Pons on ne trouve d’entrée avec le substantif Nackenhaare, en revanche, les deux proposent jm. stehen die Haare zu Berge / jm. sträuben sich die Haare (Duden 11 : 284 ; Pons : 294) avec exactement le même sens : avoir très peur voire être scandalisé. Le RI, cependant, a répertorié l’EI jm. stellen sich die Nackenhaare auf, très proche de la forme employée dans la séquence transcrite cidevant. Comme nombre d’EI cette formule semble être traduite de l’anglais8 ; son caractère néologique pourrait expliquer son absence des dictionnaires « classiques ».

Forme d’EI absente de tous les dictionnaires, pas présente sous « Google »

19Enfin, on trouve des instances où la forme de l’EI du corpus est tout simplement absente des trois dictionnaires de référence.

No. Occurrence du corpus Duden 11 Pons RI
6 DEN hier machen (JF/9-
2/1)
- - -
7 mit breitem Kreuz etwas tun
(Dopa/7-3/5)
einen breiten Rücken / Buckel haben (591) id.
(671)
ein breites
Kreuz haben

20L’EI DEN hier machen (faire comme ça) de la séquence (6) n’a été retenue par aucun des trois dictionnaires servant de références pour notre étude.

  • 9 Signifiant, en allemand, « être fou », contrairement au français où on touche la tempe avec l’index

(6) L’invité Egon Gröpel est hyper-allergique (JF/9-2/1)
01 G bringen sie mal ihrer Umgebung bei,
essayez de faire comprendre à votre entourage
02 G dass sie von Parfüm krank werden ;
que le parfum vous rend malade
02 G die machen (tippt drei Mal mit dem Finger an die Stirn)9
ils vont faire (tape trois fois sur le front avec l’index)
03 G alle DEN hier ; + de : r spinnt doch ;
comme ça il n’est pas bien dans sa tête ce mec

21Toutefois, une recherche à l’aide de Google produit des résultats positifs pour cette EI très utilisée. Est-ce le démonstratif à valeur exophorique DEN (comme ça), renvoyant ici à un geste réalisé simultanément, qui rend trop difficile une explication dans un dictionnaire ? L’EI mit breitem Kreuz etwas tun (être en pleine confiance) est également absente des dictionnaires consultés. De surcroît, les expressions semblables figurant avec les N Rücken, Buckel ou même Kreuz, n’ont pas le même sens dans le RI, où elles signifient qu’on peut endurer beaucoup de choses. À nouveau, cependant, on trouve des occurrences d’utilisation avec le même sens sous Google.

Hypothèses au sujet de la (non) représentation

22Plusieurs hypothèses sont envisageables pour expliquer les trois cas de figure qui viennent d’être présentés :

  • 10 C’est-à-dire des expressions potentiellement appartenant à la classe des EI.

23Pons et RI font état d’une EI que le Duden n’a pas retenue. Ce dernier, lemmatisant une EI uniquement lorsqu’elle est très largement représentée dans ses corpus de référence, et ce sur une durée de plusieurs années, liste cependant beaucoup moins d’entrées que le Pons et accuse certainement un retard d’au moins cinq ans par rapport aux expressions répertoriées par le RI en tant que « Redensarten »10, qui peut mettre en ligne des expressions nouvelles quasi quotidiennement. Il s’agit par conséquent de variations (usuelles) non retenues par le Duden. Par conséquent, nous avons ici simplement affaire à une EI que le Duden n’a pas encore décidé de répertorier.

  • 11 Sachant qu’il y a tout de même un modérateur qui « fait le tri ».

24Duden et Pons ne présentent pas d’entrée, alors que le RI le fait. Comme nous venons de le rappeler, les dictionnaires « papier » sont très certainement moins à jour que les dictionnaires en ligne. On pourrait de ce fait avoir affaire à des variations potentielles. Ce fait resterait toutefois à confirmer puisque les entrées au RI, à qui les utilisateurs11 peuvent poster des EI, ne sont pas soumises aux mêmes exigences lexicographiques – de fréquence, de dissémination, de durée – que celles répertoriées par Duden ou Pons.

Aucun des trois dictionnaires de référence ne contient l’EI en question, mais une recherche sur Google donne des résultats, parfois nombreux. Pour mit breitem Kreuz (etwas tun), l’explication est difficile, l’EI est sans doute trop récente pour les dictionnaires papier, et personne ne l’a signalée au dictionnaire en ligne pour l’instant. Cette EI semble néanmoins constituer une forme de base néologique, susceptible d’être l’objet d’une entrée dans les dictionnaires spécialisés.

25En conclusion, présence ou absence dans un dictionnaire – en ligne ou papier – ne constitue pas un critère fiable pour déterminer avec certitude une forme de base, une variation ou encore une modification d’une EI. Il faut de ce fait se contenter de délimiter des formes de base, variations ou modifications potentielles !

Formes absentes de toute ressource

26Le plus souvent, toutefois, les formes d’EI classées comme déviantes de la norme lexicographique ne figurent dans aucun des dictionnaires et sont également introuvables lors d’une recherche sur Internet. Elles sont de ce fait considérées comme modification (occasionnelle).

27Suite à une analyse des différents phénomènes relatifs à la modification d’EI nous examinerons si ces modifications occasionnent des problèmes de compréhension et de quelle façon les participants peuvent arriver à un état d’intercompréhension permettant la poursuite des activités conversationnelles communes.

EI plus ou moins modifiées

28Le degré de modification des EI employées dans les extraits suivants va croissant, allant du remplacement d’un seul lexème pour arriver à un sens différent de l’EI connue.

29Une première séquence fait état d’une modernisation de la préposition de l’EI etwas für bare Münze nehmen.

(8) N parle des accusations de pédophilie contre elle-même et son mari.
(Bio/30-6/4)
01 N solche Dinge standen da also drin,
ce genre de choses se trouvait dans les journaux
02 N und das wurde als bare Münze genommen ;
et c’était pris pour argent comptant
03 N ich kann das also heute noch nich nachvollziehen-
aujourd’hui encore je n’arrive pas à le comprendre

30Ce remplacement de für par als est en effet conforme à la grammaire standard moderne, für étant une forme archaïque. Il n’est guère surprenant qu’une telle modification minime n’entraîne aucun problème de compréhension, il n’est même pas certain que les interlocuteurs de N l’aient remarquée.

31Il peut aussi s’agir de la modification d’un lexème auto-sémantique à l’instar de celle de la séquence suivante.

(9) I demande si P dort bien. (PEG 28 : 41-45)
01 I schlafen sie gut oder brauchen sie schlaf[mittel] ?
avez-vous besoin de somnifères pour vos endormir
02 P ich nimm NUR ne halbe [lexotonil],
je prends juste une demi-[lexonil]
03 P schlaf aber denn innerhalb zehn minuten ein ;
puis je m’endors dans les dix minutes
04 P die sagen nämlich, du schläfst wie en pferd ; […]
on me dit en fait tu dors comme un cheval
05 P also keine beschwerden mit em schlafen mehr ;
donc plus de soucis avec le sommeil

  • 12 Dormir comme un loir. Observation intéressante du point de vue de la linguistique de contact : en f (...)

32L’EI des dictionnaires de référence est schlafen wie ein Murmeltier etc.12, mais Pferd comme élément de comparaison n’est pas prévu. Toutefois, étant donné qu’il s’agit d’un phrasème comparatif dont la base schlafen revêt son sens « normal », la compréhension conforme aux attentes de la patiente ne pose de toute évidence aucune difficulté. L’image peut par conséquent être considérée comme transparente.

33Dans une séquence tirée d’un talk-show, un invité énonce l’EI wir leben alle im selben Boot, le verbe de la version lexicographiée étant sitzen (être assis) au lieu de leben (vivre). À condition de connaître le sens de l’image, cette modification est néanmoins sémantiquement trop minime pour constituer un défi pour la compréhension.

34Les modifications peuvent être cependant plus importantes, concernant aussi bien la forme lexicale que la valeur de vérité de la proposition.

  • 13 Littéralement : Une mauvaise conscience n’est pas un bon oreiller.

(10) Le jeune délinquant T raconte qu’il a honte de ses crimes. (JF/2- 6/3)
01 F dann sacht ma : n- ähm
et on dit que
02 F n schlechtes Gewissen is nich n gutes Ruhekissen ;
une bonne conscience est un doux oreiller13
03 F geht die : se Geschichte mit einem in die Nacht rein, (-)
est-ce que cette histoire te hante la nuit
04 F also träumst du davon,
tu en rêves ?
05 T 24 Stunden am Tach hat man die Geschichte am Hals ;
elle ne me quitte jamais une seconde 24 heures sur 24

35La version du Duden etc. étant Ein gutes Gewissen ist ein sanftes Ruhekissen, la modification des deux adjectifs des GN ainsi que l’emploi de la négation au lieu de l’affirmation, aboutissant à une forme extrêmement curieuse, ne semblent pas pour autant empêcher la compréhension par T qui produit une réplique de toute évidence conforme – tout au moins pas contraire – aux attentes de F. Le lexème « archaïque » Ruhekissen, survivant exclusivement au sein de cette EI, peut favoriser la compréhension en combinaison avec le N Gewissen ; d’un autre côté, le co(n)texte fournit certainement suffisamment d’informations pour pouvoir interpréter le sens interactif du tour de parole accueil de l’EI (l. 01-03), même sans comprendre l’EI ou en ne la comprenant qu’approximativement.

  • 14 Pour indiquer qu’il avait toujours au moins une liaison extraconjugale, ne semble donc en aucun cas (...)
  • 15 Probablement dû au fait que l’adjectif heißes (chaud) pourrait signaler l’intensité des relations a (...)

36La même observation vaut pour les contaminations d’EI, là où deux EI sont « mélangées », comme dans ich hatte ja auf alle Fälle immer ein heißes Eisen im Feuer (cf. le talk-show BS/3-6-5)14, contaminant ein Eisen im Feuer haben (avoir deux fers au feu) et ein heißes Eisen (lit. : un fer chaud, i.e. un cas épineux). Bien que la première EI ait des connotations franchement positives, alors que celles de la deuxième sont négatives, le mélange des deux EI ne semble pas poser de problèmes d’interprétation aux interlocuteurs. La contamination des deux EI, résultant en l’ajout de l’adjectif heißes au GN ein Eisen, n’est aucunement commentée par les participants qui n’actualisent de toute évidence pas les connotations négatives de ein heißes Eisen15.

Pour clore cette section sur les modifications, l’extrait (11) illustre le fait qu’une EI peut être employée dans une acception totalement différente de celle de nos dictionnaires.

  • 16 Littéralement : ils m’ont mis sur la tête.

(11) P parle des examens subis. (PEG/Azubi No. 11 : 27-29)
01 P und daraufhin hat se mich zum neurologen überwiesen ;
puis alors le généraliste m’a envoyé chez le neurologue
02 P und eh die ham mich dann auch aufn kopp gestellt ;
puis euh ils m’ont examiné de la tête aux pieds […]16
03 P und alles was die dann so machen können ;
absolument tout ce que l’on peut imaginer

37L’EI sich auf den Kopf stellen est normalement utilisée comme une sorte de rebuffade du type tu peux faire ce que tu veux cela ne changera rien, alors que etwas auf den Kopf stellen signifie chambouler ou encore fouiller qc. de fond en comble, p. ex. une chambre. La forme dans (11), en revanche, jm. (CO/ACC animé) auf den Kopf stellen, non présente dans les dictionnaires, désigne un examen médical complet de la tête au pied, donc un état de choses très différent. L’infirmière ne manifeste tout de même aucune difficulté d’interprétation de l’image. Un tertium comparationis semble par conséquent bel et bien exister entre image concrète et fait abstrait désigné.

Compréhension de formes modifiées par les participants

38L’examen des séquences (8) à (11) a démontré que des EI plus ou moins fortement modifiées par rapport à la forme lexicographiée n’entraînent à aucun moment des problèmes d’intercompréhension. Fondamentalement, il ne peut être exclu qu’un interlocuteur produise une activité suivante même s’il n’a pas correctement compris une EI qui se situe au sein du tour de parole auquel se rapporte cette activité (suivante) du fait que :

  • l’EI peut ne pas avoir d’incidence sur le sens de la proposition principale du tour de parole qui l’accueille ;
  • le co(n)texte d’utilisation et différentes formes de traitement conversationnel (cf. Schmale 2012), notamment les paraphrases, peuvent apporter des indices pour une interprétation adéquate même si le sens (exact) de l’EI est inconnu.

39Il est même possible que le producteur de l’EI modifiée s’aperçoive qu’elle n’a pas été correctement comprise par son interlocuteur, tout en se dispensant de traiter cette incompréhension supposée car l’activité de l’interlocuteur correspond grosso modo aux attentes du producteur.

40Il est toutefois peu vraisemblable qu’un participant réagisse de façon cohérente sans avoir compris au moins un élément du sens global de l’EI si cette dernière constitue une partie intégrante de la proposition du tour de parole d’accueil de l’EI. Il semble de ce fait logique que certains éléments clefs, une sorte de « minimum phraséologique », suffisent pour comprendre une EI même considérablement modifiée ce qui signifie qu’il n’existe pas de véritable forme de base, mais plutôt une forme « autour d’une base minimale ».

Modification potentielle vs. modification par rapport à une base lexicographique

41L’étude d’EI en contexte conversationnel authentique révèle que seule une perspective rigoureusement sémantique du lexicologue ou du lexicographe pourrait justifier l’attribution du label « modifiée » à une EI du fait de son absence ou de sa divergence relative par rapport aux lemmes des dictionnaires spécialisés.

42Le conversationnaliste, en revanche, jugeant sur la base des activités conversationnelles manifestes des participants, ne peut aller au-delà du constat de modifications potentielles. En fait, étant donné que les participants n’éprouvent aucune difficulté à organiser leurs activités conversationnelles en présence d’EI même fortement déviantes de la forme lexicographiée, rien n’indique qu’il s’agit obligatoirement de modifications occasionnelles. Seuls les commentaires métadiscursifs in situ ou des enquêtes sur les jugements ou sentiments de participants pourraient révéler que ces derniers perçoivent effectivement telle forme comme une forme modifiée.

43Le fait que les participants emploient très fréquemment des formes – potentiellement – modifiées soutient du reste l’hypothèse de Gülich (2008) selon laquelle

le recours au préformé n’est pas simplement une activité de reproduction d’éléments « préfabriqués » que le locuteur peut préférer ou non à une production libre ou créative (selon un « idiom principle » ou un « open choice principle »), mais il fait partie – tout comme le recours à d’autres procédés de production discursive (p. ex. la reformulation) – du travail de formulation et est soumis à un traitement interactif. (Gülich 2008 : 877)

44La capacité de modifier les EI témoignerait alors de la créativité des participants qui ne se contentent nullement d’une reproduction peu imaginative d’un langage stéréotypé et font au contraire état de leurs aptitudes à employer les EI dans les contextes adéquats et de plus à les utiliser sous une forme potentiellement modifiée.

Bibliographie

Bibliographie

Burger Harald, 20104 (1998), Phraseologie – Eine Einführung am Beispiel des Deutschen, Berlin, Schmidt.

Duden 11, 1998, Redewendungen und sprichwörtliche Redensarten. Wörterbuch der deutschen Idiomatik. Bearbeitet von Günther Drosdowski und Werner Schulze-Stubenrecht. Mannheim etc., Dudenverlag.

Fleischer Wolfgang, 1997, Phraseologie der deutschen Gegenwarts-sprache. 2. durchges. u. ergänzte Auflage, 1982, Tübingen, Niemeyer.

Gadet Françoise, 2003, « La Variation ». In : Yaguello, Marina : Grand livre de la langue française. Paris, Seuil, p. 90-152.

Gülich Elisabeth, 2008, « Le recours au préformé : une ressource dans l’interaction conversationnelle ». In : Durand, Jacques et al. (resp.) : Congrès mondial de linguistique française. Paris, 9-12 juillet 2008. Paris. Disponible sous : http://www.linguistiquefrancaise.org/index.php?option=article&access=doi&doi=10.1051 /cmlf08315 (29/10/2012).

Redensarten – Index. [Online] Wörterbuch für Redensarten, Redewendungen, idiomatische Ausdrücke, feste Wortverbindungen. URL : http://www.redensarten-index.de/suche.php

Schemann Hans, 1993, Pons Deutsche Idiomatik. Die deutschen Redewendungen im Kontext. Stuttgart/Dresden, Klett.

Schmale Günter, 2012, « The Conversational Treatment of Idiomatic Expressions in German Talk Shows – A corpus-based study ». In : Pamies, Antonio et al. (eds.) : Phraseology and Discourse : Cross-Linguistic Corpus-based Approaches. Baltmannsweiler, Schneider Hohengehren, p. 181-192.

Schmale Günter, 2013, « Qu’est-ce qui est préfabriqué dans la langue ? – Réflexions au sujet d’une définition élargie de la préformation langagière ». In : Langages 189, p. 27-45.

Notes

1 Voir Burger (2010) qui servira de référence dans le présent article.

2 Cf. Burger (2010 : 24) qui ne précise cependant pas de quel(s) – type de – dictionnaire(s) il s’agit.

3 I. e. des expressions polylexicales dont le sens global (phraséologique) n’est pas la somme des signifiés des différents composants ; le sens d’une EI est par conséquent non compositionnel d’un point de vue sémantique. Il existe bien entendu différents degrés d’idiomaticité (cf. Schmale 2013). D’autres types de phrasèmes, en particulier les formules de routine et les collocations, ne font pratiquement jamais l’objet de modifications par rapport à la « forme de base » des dictionnaires.

4 Le sens des trois étant grosso modo équivalent.

5 La colonne deux indique la forme de l’EI employée dans le corpus en question avec la référence précise entre guillemets ; la colonne trois fait état de la forme lexicographiée par le Duden ; la coche des colonnes quatre et cinq signale que la forme du corpus figure dans le Pons et le redensarten-index.de. Nous sommes malheureusement contraint à la présentation et discussion d’une seule occurrence transcrite.

6 auf taube Ohren stoßen (litt. : rencontrer des oreilles sourdes) vs tauben Ohren predigen (litt. : prêcher à des oreilles sourdes).

7 jmdm einen Tritt geben (litt. : donner un coup de pied à qqn) vs jmdm in den Arsch treten (litt. : donner un coup de pied au cul de qqn).

8 Cf. le passage suivant : “As the island took gradual shape in the mist he felt all the hairs stand up on the back of his neck, and was almost overwhelmed by a sense of homecoming.” (Peter May, The Lewis Man, London : Quercus, 2012, 18.)

9 Signifiant, en allemand, « être fou », contrairement au français où on touche la tempe avec l’index.

10 C’est-à-dire des expressions potentiellement appartenant à la classe des EI.

11 Sachant qu’il y a tout de même un modérateur qui « fait le tri ».

12 Dormir comme un loir. Observation intéressante du point de vue de la linguistique de contact : en français mosellan, on entend dormir comme une marmotte, au lieu de : un loir, sans doute sous l’influence de l’allemand et/ou du francique.

13 Littéralement : Une mauvaise conscience n’est pas un bon oreiller.

14 Pour indiquer qu’il avait toujours au moins une liaison extraconjugale, ne semble donc en aucun cas connotée négativement pour lui.

15 Probablement dû au fait que l’adjectif heißes (chaud) pourrait signaler l’intensité des relations avec ses maîtresses.

16 Littéralement : ils m’ont mis sur la tête.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search