Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

III. La plasticité langagière à l’interface de la variation et de la norme

Normes, idiosyncrasies et exceptions dans la conversation bilingue : variation et invariant

Charles Brasart

Résumé

This article looks at how bilingual speakers switch languages within their communities, in an attempt at determining whether certain norms emerge — whether they be group-dependent or not —, or if the production of code-switched utterances happens on a case-by-case basis. Can a quantifiable measure of invariance be found in a phenomenon that is at its core defined by variation from the (monolingual) norm ? Or is it shaped by how speakers in a given group interact with one another ? In order to answer this question, we performed a comparative analysis of two bilingual corpora, from which two tendencies emerge. First, our statistics show that in the majority of cases, not only can the same bilingual phenomena be found in both our corpora, they also appear at extremely similar frequencies. Second, the numbers show that approximately a quarter of bilingual phenomena are different across our corpora, which would seem to show that at least some of them do depend on the group in which they appear. In our conclusion we put forward the theory that these bilingual phenomena can be better explained if the discursive purpose of code-switching is taken into account, i.e. the creation of a message that is optimally easy and fast both to produce for the speaker and to understand for the listener.

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Toi aussi, fils ? »

1« Κάι σύ τεκνόν;1 » Jules César vient de découvrir Brutus parmi les conjurés qui l’ont frappé à mort. Il prononce ces trois mots en grec, et s’effondre. Quelques secondes plus tôt, à Tillius Cimber qui venait de lui arracher sa toge, il se serait s’exclamé en latin : « Cette fois c’est de la violence ! » (Suétone [121], 2008 : 102-103). Puis, à Casca qui portait le premier coup, en latin à nouveau : « Scélérat de Casca, que fais-tu ? » (Plutarque [100-115], 1853 : 611).

  • 2 Voir par exemple Stavans 2003 sur la place de l’espagnol aux États-Unis.

2Que ces propos soient apocryphes ou non, la mort du Divin Jules fournit un bel exemple d’alternance codique, c’est-à-dire l’usage alterné et fluide de deux langues dans la même conversation par un ou plusieurs locuteurs bilingues (Gardner-Chloros 2009, Bullock & Toribio 2009, inter alia). Pour Wenskus (1993 : 214sq), le passage de César au grec est à prendre comme une malédiction : dans l’Antiquité romaine, les derniers mots d’une personne étaient censés renfermer un pouvoir surnaturel, et l’on considérait par ailleurs que le fait d’utiliser plusieurs langues dans une formule magique en augmentait la puissance. Ce côté menaçant du bilinguisme n’a jamais totalement disparu. Georges Lüdi, qui fait remonter la mauvaise réputation du plurilinguisme à l’épisode de la tour de Babel, rappelle par exemple que la Révolution voulait « briser entièrement [la] variété des dialectes » en France, ou encore que le régime franquiste faisait du monolinguisme une vertu civique (2003 : 2). Cette méfiance, notamment dans les pays de tradition monolingue, n’est pas surprenante : pour certains, l’alternance codique serait le signe que les populations immigrées refusent de s’intégrer2 ; pour d’autres, c’est une preuve de snobisme destinée à exclure, comme le résume la formule anglaise « Pas devant les domestiques ! ».

3Le bilinguisme vu par le prisme du monolinguisme mène à se pencher sur la relation qu’ils entretiennent et sur le concept de norme linguistique. Si l’on admet (de façon purement hypothétique) que le monolinguisme soit la norme, le bilinguisme et a fortiori l’alternance codique doivent-ils être vus comme une variation, une déviation, voire un phénomène complètement distinct ?

  • 3 Voir Hansegard 1968 et le concept de semilinguisme.

4Les linguistes eux aussi ont pu analyser l’alternance codique à travers un prisme normatif. Dans un premier temps, le phénomène fut considéré comme la preuve que le bilinguisme imposait une charge cognitive excessive au cerveau. Le mélange des langues résultait d’une confusion3. Puis, dans un paysage linguistique bouleversé par l’émergence de la théorie chomskyenne de la syntaxe, l’alternance est devenue un phénomène déviant pour une autre raison. Les locuteurs bilingues, en effet, ne correspondent pas au type dont Chomsky faisait l’objet de l’étude linguistique par excellence :

Linguistic theory is concerned primarily with an ideal speaker-listener, in a completely homogenous speech-community, who knows its language perfectly. (1965 : 3)

5Grosjean écrit ainsi que la compétence linguistique des bilingues est jugée différente des autres :

Linguists have shown little interest in the bilingual’s language competence in the Chomskyan sense, maybe because the bilingual can never be an “ideal speaker-hearer” in the same way that the monolingual supposedly can ; there is no real acceptance among linguists that the bilingual’s two grammars can be quite different from the corresponding monolingual grammars or that language competence (and especially first-language competence) can actually change when it comes into contact with another language. (2008 : 12)

6Mais tandis que Chomsky écarte les bilingues du champ d’étude de la linguistique, sa conception de la grammaire universelle mène les linguistes à chercher des règles qui sous-tendraient tous les phénomènes d’alternance codique, indépendamment des locuteurs et des langues étudiés. Les systèmes théoriques qui ont émergé de ce mouvement, si élégants soient-ils, sont malheureusement peu convaincants dès lors qu’ils sont confrontés à la pratique.

7L’idée d’une approche « réaliste » de la langue vient alors en opposition frontale à l’approche « idéale » qui était alors de mise. Comme l’écrit Treffers-Daller :

It is no longer possible to claim absolute universal validity of codemixing constraints, in my view, not only because there are counterexamples to all constraints proposed thus far, but also because there are qualitative and quantitative differences between codemixing data from different bilingual communities. A hierarchical approach may differ from speech community to speech community. (1994 : 3-4)

8Le maître-mot ne semble alors plus être l’universalité, jugée impossible à atteindre, mais la représentativité : les linguistes se penchent de plus en plus sur des communautés de locuteurs et leurs habitudes discursives plutôt que sur des règles d’alternance désincarnées.

9En prenant ces questions en compte, nous proposons dans les pages qui suivent une brève étude des modalités du mélange des langues au sein de deux communautés bilingues. Nous tenterons de déterminer si les changements de langue peuvent être normés, s’ils correspondent à des idiosyncrasies de groupe ou s’ils se font au cas par cas.

10Commençons par rappeler trois points cruciaux. Premièrement, l’alternance codique est la façon naturelle de s’exprimer au sein des communautés bilingues. En cela, on peut dire qu’elle correspond à la norme linguistique du groupe. Deuxièmement, on peut tout de même la considérer comme un phénomène déviant au sens où elle s’écarte de la norme monolingue. Troisièmement, elle prend forme par la pratique uniquement : il n’existe pas d’institution qui puisse la normer. Certaines manifestations d’alternance codique peuvent ainsi susciter le sourire ou des commentaires métalinguistiques, mais ce ne sera jamais parce qu’elles ne correspondent pas aux canons d’une grammaire prescriptive du bilinguisme.

11Ceci mène à s’interroger sur la déviation par rapport à la norme linguistique dominante, l’émergence possible de sociolectes bilingues et la variété individuelle dans la pratique linguistique des locuteurs : existe-t-il des récurrences universelles dans cette pratique, ce qui serait l’indice potentiel d’invariants linguistiques indépendants des locuteurs et des langues ? Ou les formes de l’alternance codique sont-elles fonction des langues parlées et de ceux qui les parlent ?

Une étude sur corpus

Présentation des corpus

  • 4 La présentation qui suit est reprise de Brasart (2013).

12Nous avons procédé à l’étude de deux corpus oraux de conversation bilingue4. Le premier est un corpus de conversation français-anglais recueilli par nos soins. L’enregistrement s’est fait à l’occasion de répétitions d’une troupe de théâtre anglophone parisienne dont les membres étaient bilingues anglais-français, sur une période s’étalant de 2009 à 2011, ce qui permet d’avoir un échantillon de productions linguistiques échelonnées dans le temps plutôt que toutes recueillies dans la même situation d’énonciation, moyen de nous assurer que ces productions ne sont pas un avatar de l’enregistrement mais représentent une façon naturelle de s’exprimer chez les informants. Ceux-ci sont au nombre de neuf, cinq femmes et quatre hommes, âgés alors de vingt-cinq à trente-deux ans, tous bilingues équilibrés, quatre d’entre eux étant de langue maternelle anglaise, cinq de langue maternelle française, conversant entre eux en anglais comme en français.

13Le second corpus analysé est un corpus de conversation anglais-allemand, compilé par Eppler (1993) et obtenu grâce au projet TalkBank, qui permet un accès libre en ligne à divers types de corpus. Comme dans le cas précédent, il a été enregistré auprès de neuf personnes, sept femmes et deux hommes. Le choix de ce second corpus a été en partie motivé par les deux langues qui y sont parlées : le fait que l’anglais soit une langue commune aux deux corpus, et que parmi les deux autres langues, l’une soit germanique, l’autre romane, peut prêter à de nombreuses comparaisons en fonction des couples de langues et de leurs idiosyncrasies syntaxiques respectives. Autre critère important : les informateurs de ce corpus appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle radicalement différente des nôtres. Tous sont des personnes âgées (déjà à l’époque à laquelle a été recueilli le corpus), qui avaient fui l’Autriche en 1938 et s’étaient installés à Londres.

14Les situations sont donc foncièrement différentes entre les deux corpus, et ces oppositions sont importantes pour la raison suivante : elles peuvent potentiellement permettre de séparer les phénomènes linguistiques rencontrés dans chaque corpus de leurs conditions de production. Il devient ainsi théoriquement possible de déterminer si lesdits phénomènes sont intimement et irrémédiablement liés aux locuteurs qui les produisent, ou bien, au contraire, si l’usage de deux langues dans la même prise de parole mène à l’émergence des mêmes phénomènes indépendamment des locuteurs et des langues. L’alternance entre anglais et une autre langue est donc le dénominateur commun entre ces deux corpus, qui doit permettre d’établir une distinction entre ce qui ressort purement de la rencontre des langues et les phénomènes ayant trait à l’identité des locuteurs.

15Le corpus anglais-allemand contient à peu près 95 000 mots, et nous avons isolé 1 487 énoncés dans lesquels se produit un changement de langue. Notre corpus français-anglais, quant à lui, contient 50 000 mots, soit 1,9 fois moins, et 811 énoncés bilingues, ce qui représente à très peu de choses près le même ratio, c’est-à-dire 1,85. Ainsi, dans le corpus anglais-allemand, il se produit en moyenne un changement de langue tous les 63 mots, et dans le nôtre, tous les 61 mots. Sur le plan statistique, nos informateurs et ceux d’Eva Eppler alternent ainsi les langues à la même fréquence, ce qui est un premier élément en faveur de la récurrence.

Répartition des phénomènes

16Une fois toutes les occurrences bilingues catégorisées en fonction de critères syntaxiques, nous avons procédé à une analyse statistique des chiffres obtenus en établissant un z-ratio pour chaque catégorie afin de déterminer une valeur p qui permette de déterminer de façon mathématique si les différences de pourcentages entre les deux corpus étaient potentiellement significatives ou non. Le tableau ci-dessous présente une répartition globale des phénomènes ainsi que les valeurs p obtenues pour chacun :

  • 5 Nous utilisons « segment » pour traduire l’anglais « chunk », que l’on retrouve chez les linguistes (...)

17Les trois types de manifestation les plus représentés sont les mêmes dans l’un et l’autre corpus : l’alternance interphrastique, l’« emprunt » de substantifs, et l’insertion de segments en langue B dans un énoncé en langue A5. Autre élément qui tendrait à faire pencher pour un système dans lequel les formes de l’alternance ne dépendent pas des locuteurs : les proportions dans lesquelles ces trois phénomènes apparaissent sont presque identiques dans les deux corpus :

  • 34,65 % et 35,91 % pour la première catégorie, soit un tiers des phénomènes ;
  • 27,37 % et 22,33 % pour les substantifs, soit un quart ;
  • 13,81 % et 11,43 % pour les segments.

18Dans l’un et l’autre corpus, ces trois phénomènes représentent respectivement 74,72 % et 69,67 % des énoncés bilingues, soit près des trois quarts du total. Enfin, les catégories moins représentées le sont également dans des proportions très proches dans les deux corpus, notamment :

  • 7,4 % et 6,19 % pour les adjectifs ;
  • 3,45 % et 3,03 % pour les propos rapportés ;
  • 0,74 % et 0,87 % pour les pronoms.

19Seules quatre catégories présentent donc un déséquilibre plus ou moins prononcé : les verbes (9,12 % contre 2,15 %), les marqueurs du discours (1,11 % contre 7,20 %), les prépositions et syntagmes prépositionnels (0,62 % contre 1,95 %) et les adverbes (1,73 % contre 8,47 %).

20Ces quatre catégories mises à part, nos deux corpus présentent donc une répartition qui semble indiquer qu’il existe des invariants dans l’alternance codique ainsi que des variétés de phénomènes propres à chaque groupe. Nous avançons une interprétation de ces chiffres dans la partie suivante, dans laquelle nous nous penchons sur les points communs, puis sur les différences constatées, en tentant d’expliquer comment similarités et exceptions peuvent émerger.

Analyse des phénomènes

Phénomènes communs aux deux corpus

Similarités dans les natures

21Le phénomène le plus fréquent dans nos deux corpus, qui concerne environ un tiers des occurrences, est celui de l’alternance interphrastique, à savoir le changement de langue entre deux phrases, comme dans les exemples ci-dessous :

  • 6 « Tombe sur les genoux de quelqu’un [Inaudible] sur le côté. Tombe sur les genoux de quelqu’un deva (...)
  • 7 « Il fait du café très fort. »
  • 8 « Tu ne sais pas du tout ce qui m’est arrivé samedi ? Tu n’as parlé à personne depuis samedi ? Il f (...)
  • 9 « L’Autriche est un pays étranger pour eux. Leur maison est ici. Je suis désolée, vraiment. Et si j (...)

(1) CLA : [à FRE] Fall on the knees of someone [inaudible] on the side (.) [à VIN] et toi tu vas aller l’aider. [à FRE] Fall on the knees of someone in front of you.6
(2) EAR [à ALA] : Leave room for plenty of milk for me please.
ALA : Yeah.
EAR [à EVA] : Er macht sehr starken Kaffee.7
(3) TRU : Weißt du überhaupt was mir passiert ist, am Samstag ? You didn’t talk to anybody since saturday ? Das muss ich dir erzählen!8
(4) SOP : Österreich ist für sie ein fremdes Land. Das hier ist ihr Zuhause. I am sorry, really. Und wenn ich sie nach Österreich verpflanzen würde, was natürlich nicht geht, sind ja erwachsene Menschen, ja, waren sie dort im Ausland.9

22Cette prépondérance de l’alternance interphrastique peut s’expliquer par la séparation nette qui demeure ainsi entre les langues. Celle-ci permet d’éviter toute conflagration syntaxique, tout conflit entre les deux grammaires utilisées. D’autre part, si l’on considère la fin de phrase comme une pause, une étape entre deux mouvements d’un texte, le changement de langue est un mécanisme idéal pour marquer une différence entre ce qui précède et ce qui suit. Dans les énoncés (1) et (2), par exemple, anglais et français sont utilisés en fonction du destinataire et permettent ainsi de spécifier clairement à qui l’énonciateur s’adresse. Dans les énoncés (3) et (4), par contraste, le passage à l’anglais permet de faire un commentaire sur ce qui vient d’être dit. L’alternance interphrastique peut donc être comprise comme un dispositif s’insérant dans une grammaire du texte et permettant de structurer la prise de parole en fonction de divers besoins pragmatiques. Les locuteurs structurent l’extralinguistique par le jeu des deux langues, en attribuant différents sujets et différents destinataires à différents espaces mentaux et en créant de la sorte un espace mental global organisé.

23Les deuxième et troisième phénomènes les plus répandus dans nos corpus concernent les substantifs et les segments préconstruits, idiomes ou partially filled idioms, dans la terminologie de Goldberg (2003). On le voit dans des exemples comme les suivants :

  • 10 « Je ne tomberai sûrement pas dans cette habitude anglaise de faire des régimes. »
  • 11 « C’est la police. Ils veulent voir quelqu’un au-dessus. — On a une usine de drogue au-dessus. »
  • 12 « Eh bien dans ce cas donne-lui un petit quelque chose. »
  • 13 « Sandwiches au concombre ». On notera qu’il est prononcé sans la désinence du pluriel anglais : il (...)
  • 14 « Corde »
  • 15 « Paquets »
  • 16 « Malle »

(5) EVA : Ich fall sicher nicht in diese englische habit of dieting...10
(6) FRE : Police… They want to see someone upstairs.
SOP : The drug factory. Wir haben eine drug factory oben.11
(7) TRU : But he said he only wants a little something.
DOR : Na dann gib ihm ein little something.12
(8) CLA : Euh, j’voudrais que, les cucumber sandwich13 ce soit l’moment où elle vient chopper un p’tit cucumber sandwich.
(9) VIN : Et eux i’viennent, i’cherchent le rope14, i’s’mettent à faire des parcels15, sur le trunk16, c’est ça ?

  • 17 C’est-à-dire l’utilisation d’un nom de langue B dans un énoncé de langue A.

24Dans nos deux corpus, les substantifs représentent 12 % des mots. Il semble donc, indépendamment du bilinguisme de nos informateurs et des langues concernées, que nous nous trouvions face à un certain invariant, ce qui est corroboré par le fait suivant : si l’on se penche sur la fréquence de leurs apparitions translinguistiques17, on obtient un nombre relativement similaire dans les deux corpus : ils concernent à peu de choses près le quart des phénomènes. Quant aux segments, ils représentent environ 12 % des phénomènes, ce qui est relativement important si l’on considère qu’ils doivent être insérés dans une matrice syntaxique qui n’est pas la leur. Si l’on observe les exemples (5) à (9), il semble que l’on puisse trouver deux raisons qui expliquent une telle prépondérance des noms et des segments dans les énoncés bilingues. La première rappelle une idée de Fuchs, à savoir que « chaque langue impose à ses locuteurs le dicible » (1997 : 8) : les noms et les idiomes correspondent à de la réalité préconstruite, prête à l’usage. Il suffit qu’un concept soit codé par une langue : l’alternance codique permet à un énonciateur de l’utiliser dans l’une comme dans l’autre et ainsi d’éviter d’avoir à reconstruire la réalité dont il désire parler. Deuxième possibilité : tout comme l’alternance interphrastique permet de spécifier à qui l’on s’adresse ou de quoi l’on parle, l’usage de noms de langue B permet un regain de spécificité. Si l’on prend l’énoncé (9), il est indiscutable que sur le simple plan sémantique, le changement de langue n’était aucunement nécessaire. Mais, par un fonctionnement que l’on pourrait qualifier d’anaphorique, il permet de spécifier de quel référent il est question. Dans les deux cas, l’alternance permet ainsi une transmission plus efficace de l’information. D’autres points communs entre nos corpus permettent d’étayer cette idée, sur lesquels nous allons à présent nous pencher.

Similarités dans les fonctions

  • 18 Nous faisons l’hypothèse que la différence de pourcentage peut s’expliquer par l’ordre SOV de l’all (...)

25La fixation du sens dans des unités lexicales n’est qu’un outil parmi d’autres à la disposition du locuteur désirant véhiculer une information. D’autres éléments étayent l’idée que l’alternance codique peut être interprétée comme une variation sur la norme, destinée à communiquer un contenu de façon frappante, donc plus efficace. Nous citerons ainsi la proportion d’occurrences dans lesquelles le changement de langue accompagne l’apparition de l’objet focalisé dans la phrase, en coïncidence avec la notion de end focus. Les éléments finaux tels qu’attributs ou compléments d’objet du verbe concernent 13,32 % des occurrences dans le corpus anglais-français et 10,22 % des occurrences dans le corpus anglais-allemand18. Cette haute fréquence montre que l’alternance codique peut être interprétée par les énonciateurs comme une façon d’achever une prise de parole sur une note frappante, d’autant plus dans le cas des attributs du sujet, qui suivent en général un élément grammatical, donc dénué de sens :

  • 19 « Ma, ma fille et mes petits-enfants sont absolument dégoûtés, vous savez. »
  • 20 « C’est révoltant, quand quelqu’un… — C’est révoltant, c’est révoltant. »
  • 21 « hors du passage. »
  • 22 « Amoureuse de lui. »
  • 23 « Je te veux. »

(10) Meine, meine Tochter und mein Enkel sind absolutely disgusted, wissen sie.19
(11) DOR : Das ist ekelhaft, wenn man…
MEL : That is ekelhaft (.) that is ekelhaft.20
(12) CLA : Toi, pourquoi tu t’es pas assis, à un moment ? T’étais out of the way21.
VIN : Moi ?
CLA : Ou alors mets-toi out of the way.
(13) CAR : Ah bon, chuis pas une fan ?
CHA : Nan mais j’veux dire t’es pas in love with him22.
CAR : Ah ouais.
CHA : Parce que là t’étais « I want you in my pants...23 »

26L’alternance codique permet de conférer d’autant plus de saillance à l’élément en langue B qu’il s’agit très souvent d’un élément unique, ce qui permet de focaliser tout le regard sur lui, quasiment au sens premier du mot « focaliser », c’est-à-dire converger sur un point, par opposition au reste de la phrase. Si l’on prend un exemple comme le suivant, on peut de plus affirmer que le changement de langue découle d’une volonté pragmatique plus que sémantique :

  • 24 « Plat »

(14) PIE : Tu vois là franch’ment j’trouvais justement que c’était un peu flat24
VIN : Ah non, non, flat ? (.) pas du tout.
PIE : Petit peu, ‘fin genre…
VIN : Ah non. Alors carrément pas. C’était tout sauf flat.

27Dans cet échange, encore une fois, le changement de langue permet d’attirer l’attention sur l’élément central du discours, à savoir le jugement que porte l’énonciateur sur ce dont il parle. Or il serait difficile de postuler qu’il existe une quelconque différence entre le terme anglais « flat » utilisé ici et son équivalent français, « plat », deux mots qui seraient probablement les mêmes si les changements consonantiques décrits par la loi de Grimm n’avaient pas eu lieu. On note pourtant qu’à aucun moment le mot « plat » n’apparaît, alors que tout le reste de la conversation a lieu en français et que « flat » est utilisé trois fois. Le terme anglais apparaît ici dans un usage qui relève selon nous du phénomène que Robert qualifie poétiquement de « bombe sémantique », qui dynamite le préconstruit et dont l’effet est d’autant plus dévastateur qu’il est inattendu :

Grâce au frayage contextuel, il y a dans le processus d’énonciation une prévisibilité de plus en plus grande de l’information qui va suivre. Mais celle-ci n’est pas absolue. Il y a toujours possibilité de rupture du fil conducteur. L’introduction d’une information inattendue à la fin de l’énoncé provoque alors un effet de surprise : le poids informationnel est d’autant plus grand qu’il arrive à une place inattendue parce que chargée des spécifications du frayage contextuel. (1997 : 34)

28La déviation par rapport à la norme devient ainsi le truchement d’une meilleure transmission de l’information en ce qu’elle remplace l’attendu par de l’inattendu.

29Mais cet usage de l’alternance codique comme élément structurant ne se limite pas à l’amplification de l’importance d’éléments placés en fin d’énoncé. Dans la continuité de l’idée selon laquelle elle permet de créer une séparation entre ce qui précède et ce qui suit le changement de langue, on peut noter qu’elle est fréquemment utilisée par nos informateurs dans des structures binaires de type protase/apodose, comme dans les échanges qui suivent :

  • 25 « Quand tu n’as pas assez, tu ne parles pas. Mais quand on a de l’argent, on parle. C’est toujours (...)
  • 26 « Elle, ça ne la dérange pas, mais moi si. Quand ils ouvrent la bouche, je ne peux pas, ils m’irrit (...)
  • 27 « Elle s’est fait écraser par un camion et vendredi elle meurt » ; il s’agit d’un personnage de sér (...)

(15) DOR : Wenn du short bist, you wouldn’t talk. Aber wenn man Geld hat, you talk. Das ist immer so.25
(16) DOR : Die, die don’t mind, aber I do. Wenn die den Mund aufmachen, I can’t, they irritate me.26
(17) MEL : She has been run over by a lorry today and am Freitag stirbt sie27.

30Dans tous ces exemples, le cadre est posé dans une langue et ce qui en est dit l’est dans la seconde langue. Ceci crée à la fois un équilibre entre la protase et l’apodose et un déséquilibre entre l’attente construite par le co-énonciateur quand il entend la protase et le non-respect de cette attente lorsqu’arrive l’apodose. Ceci permet, encore une fois, de conférer plus de saillance à l’élément important de la prise de parole.

Deux phénomènes propres à un groupe

Les conjonctions

31Le seul phénomène relativement important qui n’apparaisse que dans un seul corpus (le corpus anglais-allemand) représente 3,9 % des phénomènes d’alternance codique dans celui-ci. Ce phénomène concerne l’usage de conjonctions d’une langue dans des phrases de l’autre, qui, avec 58 occurrences, est un des traits les plus frappants du corpus d’Eva Eppler. Il est particulièrement intéressant en ce que, comme le note Eppler (2010), dans le cas des conjonctions de subordination, cet usage fait tendre la syntaxe allemande vers un modèle atypique, en neutralisant la position finale du verbe dans les propositions subordonnées, comme en témoigne l’exemple (18) :

  • 28 « Je pense qu’il y a un frère. Parce que le frère était au commissariat avec lui à ce moment-là. »  (...)

(18) MEL : I think there is a brother. Because der Bruder war damals bei der Polizei mit ihm zusammen.28

32Eppler, qui a décrit in extenso ce phénomène, fait deux remarques importantes sur le sujet (2010 : 154-155). Premièrement, on ne peut prêter systématiquement d’influence syntaxique à la présence de la conjonction de subordination anglaise. En effet, dans un nombre non négligeable d’énoncés concernés, le verbe qu’elle introduit conserve sa place traditionnelle, en fin de proposition. Ce constat est selon nous un élément qui tend à prouver que la rencontre des langues ne mène pas à l’émergence de règles contraignantes ; si les formes qui apparaissent sont très souvent les mêmes, ce n’est pas parce qu’une structure apparaît souvent que d’autres ne peuvent pas être utilisées. Deuxièmement, la syntaxe sujet-verbe-objet, si elle n’est pas canonique dans les propositions subordonnées en allemand, n’est pas non plus anormale :

These sentences are only ungrammatical from the point of view of Standard German, not from that of the informants variety. I asked eight native speakers of Austrian German for grammaticality judgments on the examples involving extraposed direct objects. Those informants who live in Vienna found these examples marginally acceptable. (2010 : 155)

  • 29 Eppler (2010 : 156) note cependant que dans d’autres corpus anglais-allemand, l’usage de la conjonc (...)

33On pourrait se demander si cet usage des conjonctions n’est pas lié à cette différence syntaxique : utiliser les conjonctions de subordination anglaises permettrait de bâtir la phrase en revenant à un ordre sujet-verbe-objet plus canonique29. L’alternance codique remplirait alors l’un de ses rôles majeurs selon nous, à savoir faciliter l’expression en rendant la construction d’un énoncé plus immédiate, car favorisant des éléments plus souvent utilisés. Cette hypothèse expliquerait en partie pourquoi ce phénomène n’apparaît pas dans notre corpus français-anglais, puisque le français est déjà une langue SVO.

Les verbes

34Les verbes sont surreprésentés dans le corpus français-anglais par rapport au corpus anglais-allemand. Ils concernent en effet 9,12 % des phénomènes dans le premier et seulement 2,15 % des phénomènes dans le second. La raison de cette surreprésentation des verbes se trouve selon nous dans le contenu de notre corpus et la division des tâches informelles qui y est établie entre français et anglais. Un nombre non négligeable de verbes anglais est en effet utilisé dans des phrases en français pour mentionner des procès relevant de la sphère théâtrale, une situation qui n’a pas d’équivalent dans notre corpus anglais-allemand.

35Sur les 74 occurrences de verbes de langue A utilisés en langue B, c’est le cas pour 45 verbes ; 20 ne relèvent clairement pas du théâtre, et nous ne sommes pas en mesure de trancher pour 9 d’entre eux. Si l’on exclut les verbes dont la présence est liée à la chose théâtrale, la proportion de verbes tombe alors de 9,12 % à 2,47 % ou 3,58 % (en fonction des 9 verbes que nous n’osons pas classer de manière définitive dans l’une ou l’autre catégorie). Statistiquement, la possibilité que leur différence d’apparition entre les deux corpus soit significative peut dès lors être exclue (valeur p 0,314245).

36Il existe un élément qui permet d’étayer notre théorie selon laquelle la langue du théâtre est la cause de ce que tant de verbes anglais soient utilisés dans des énoncés en français : 22 de ces verbes, soit près de la moitié, apparaissent à plusieurs reprises. Ceci tend à montrer qu’ils ne sont pas choisis au hasard mais au contraire procèdent d’un phénomène assimilable à l’anaphore, qu’ils soient issus de répliques ou du vocabulaire de la mise en scène. On peut citer par exemple :

  • 30 « Et à « dans la poche de ta veste », tu rentres. Et toi tu as oublié de me faire chut. ».
  • 31 « Boutonnière ».
  • 32 « Sandwich au concombre ».
  • 33 « Arrête de bouger ».

(19) CAR : Et « in your waistcoat pocket », tu rentres…
ELI, à CHA : Et toi tu as oublié de me shh.30
(20) PIE : Bah c’est genre, d’accord elle est v’nue voir mon buttonhole31 mais dès qu’i’s’met à s’exciter faut qu’elle retourne vers lui pour le… shhh. Non ?
(21) CLA : On a Carole qui prend un cucumber sandwich32 et freeze33. Parce que t’as un cucumber sandwich qui vole au-d’sus, en face de toi.
(22) CLA : Nan mais bouge plus, bouge plus. Freeze. Toutes les deux, toutes les deux, freezez toutes les deux.

37Dans les exemples (19) et (20), le « verbe »« to shh » est utilisé exclusivement pour référer à une action de deux des personnages qui, dans la pièce dont il est question, s’ordonnent fréquemment l’un et l’autre de se taire. C’est ce que l’on retrouve également dans les autres exemples, où les verbes anglais sont utilisés spécifiquement pour faire référence à ce que sont censés faire les personnages. Dans une certaine mesure, ce phénomène est ainsi comparable à ce qui se passe lorsqu’un énonciateur change de langue pour rapporter des propos précédemment tenus, s’épargnant une inutile étape de traduction.

38Qu’en est-il des autres verbes dans nos corpus ? Ils obéissent aux mêmes motivations que l’on a pu observer pour les substantifs : ils comblent un vide sémantique dans une langue (exemples 23 et 24 ci-dessous) ou procèdent d’un mouvement anaphorique (exemples 25 et 26). Leur apparition apparaît ici aussi dictée par une logique de recours au préconstruit :

  • 34 « Tu te précipites. ».
  • 35 « Ils ne se sont même pas donné la peine. ».
  • 36 « Là ton éclat de colère il faut que ce soit quelque chose qui a été amené, construit. Parce que là (...)
  • 37 « Elle a dit : « Je, je… je ne mélange qu’une fois. » Elle n’a mélangé qu’une fois et elle a gagné (...)

(23) PIE : Tu scramble euh (.) vers là-bas, en fait.34
(24) DOR : Sie haben einfach nicht gebothered.35
(25) PIE : Là ton burst faut qu’ce soit something that’s been built up (.) parceque là t’as bien bursté, mais t’as pas bien build-uppé…36
(26) MEL : Hat sie gesagt, « Ich (.) ich (.) I just shuffle once ». Hat sie nur einmal geshuffled und die ganze Partie gewonnen.37

39Il ne faudrait pas cependant imaginer que l’alternance codique est le résultat d’une inaptitude structurelle d’une langue à exprimer certains concepts qui ont été codés par une autre. Cela peut être le cas, bien sûr ; le français n’a par exemple aucun moyen synthétique de traduire correctement le concept américain de « hug ». Mais l’analyse de nos deux corpus montre que le plus souvent, les termes utilisés de manière translinguistique pourraient être facilement remplacés par des équivalents. De la même façon, comparée à l’importance de l’usage de mots isolés ou de segments idiomatiques, l’alternance interphrastique n’aurait pas lieu d’être si les causes du mélange codique étaient purement lexicales. Or elle concerne un tiers des phénomènes : le lexique ne saurait donc être la cause première du mélange codique. Comme on peut le voir dans les exemples (23) à (26), l’alternance permet en réalité une construction optimale du message, aussi bien en termes de choix lexicaux (« tu scramble » est à la fois plus concis et plus expressif que « tu te précipites ») que de cohérence textuelle, comme le montrent les énoncés (25) et (26).

Interprétation

40D’après la répartition des phénomènes, l’alternance codique semble globalement se faire selon les mêmes modalités indépendamment du groupe, en dépit de caractéristiques propres à l’un ou l’autre corpus mais qui sont relativement marginales en termes de quantité. Que retenir de cette comparaison ? Tout d’abord, le fait que les trois catégories qui sont le mieux représentées, et qui le sont quasiment à part égale dans les deux corpus, concernent chacune un phénomène syntaxique différent : changement de langue après la fin d’une phrase, changement de langue en cours de phrase et insertion d’un substantif de langue B dans un énoncé en langue A. On se trouve donc à trois échelles différentes, ce qui montre que même si l’alternance interphrastique est la catégorie la plus importante, on ne peut pas dire que l’échelle syntaxique soit un élément déterminant pour l’alternance dans nos deux groupes. Au contraire, le fait que les trois quarts des phénomènes d’alternance concernent trois créneaux syntaxiques allant du plus petit (le mot) au plus grand (la phrase) montre que les énonciateurs sont à l’aise à toutes les échelles et que les mélanges ne sont pas asservis à une logique d’intégration des éléments de langue B dans une grille syntaxique stricte. L’alternance se fait de façon fluide, qu’il s’agisse de changer de langue entre deux phrases, à l’intérieur d’une phrase, ou d’un syntagme. Il est peu probable qu’une telle similarité de répartition et d’usages soit due au hasard, et il semble que l’on puisse déclarer qu’il existe bel et bien des invariants dans l’alternance codique. Deuxièmement, dans les cas où la répartition n’est pas similaire dans l’un et l’autre corpus, le déséquilibre est flagrant, ce que nous interprétons comme signe que ces catégories font l’objet d’une pratique propre à l’un ou l’autre groupe. L’alternance obéit donc aux mêmes finalités indépendamment des locuteurs, mais, en tant que phénomène fondamentalement dialogique, peut aussi revêtir des formes différentes en fonction des contextes dans lesquels il émerge — ce en quoi il ne semble pas si différent de la pratique monolingue.

Conclusion

41Comme l’écrit Culioli (1990 : 22), il n’y a pas de relation terme à terme entre signifiants et signifiés, et c’est là la cause majeure de l’alternance codique selon nous : cette labilité, ce jeu entre représentants et représentations qui permet de faire pour ainsi dire du neuf avec du vieux par le truchement de la variation. Si les langues imposent aux locuteurs le dicible, l’alternance codique peut être envisagée comme l’issue d’un certain cheminement métalinguistique. On ne reconstruit pas de zéro la langue à chaque prise de parole, ni le monde : l’alternance codique est la trace d’une opération de sélection parmi les signifiés et signifiants disponibles, de telle sorte que l’information soit véhiculée de façon claire et frappante. Dans la mesure où l’alternance est plus fréquemment utilisée pour des choses qui se pourraient dire aussi bien dans la première langue, sa motivation première n’est pas sémantique. Elle ne concerne donc selon nous pas tant le dictum que le modus. C’est un procédé rhétorique plus que sémantique, et le simple fait de mélanger les langues, en ce qu’il permet de faire intervenir deux façons de référer à l’extralinguistique, peut être vu comme découlant d’une volonté organisatrice, d’un énonciateur metteur en scène de sa parole. Comme l’écrit encore Culioli (1990 : 129) à propos des systèmes linguistiques, « on a affaire à des phénomènes qui sont à la fois stables et plastiques » : la plasticité permise par le mélange des langues introduit dans le discours une variation. Cette variation permet à des phénomènes autrement stables d’être vus d’un œil nouveau : l’alternance codique rend la langue remarquable, au premier sens du terme. Elle représente clairement une déviation par rapport à un monolinguisme idéal, au même titre que tout autre sociolecte.

Bibliographie

Bibliographie

Brasart Charles, 2013, « Corpus et alternance codique : que peut nous apprendre une approche comparative ? », in CORELA, numéro thématique « Statut et utilisation des corpus en linguistique ».

Bullock Barbara & Almeida Jacqueline Toribio (Dir.), 2009, The Cambridge Handbook of Code-Switching, Cambridge University Press, Cambridge.

Chomsky Noam, 1965, Aspects of the theory of syntax, Cambridge, MIT Press.

Culioli Antoine, 1990, Pour une Linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, Tome 1, Paris, Ophrys.

Eppler Eva, 1993, « German/English LIDES Data, an approx. 95,000 word LIDES/CHAT transcribed corpus of German/English bilingual speech with audio links to digitized files of the original audio recordings », http ://talkbank.org/data/LIDES/Eppler. zip, ISBN 1-59642-218-1.

Eppler Eva, 2010, Emigranto : The Syntax of German-English code-switching, Vienne, Braumüller, 2010.

Fuchs Catherine & Stéphane Robert (Dir.), 1997, Diversité des langues et représentations cognitives, Paris, Ophrys.

Gardner-Chloros Penelope, 2009, Code-Switching, Cambridge, Cambridge University Press.

Goldberg Adele, 2003, « Constructions : a new theoretical approach to language » TRENDS in Cognitive Science, volume 7, numéro 5, p. 219-224.

Grosjean François, 2008, Studying Bilinguals, Oxford, Oxford University Press.

Li Wei (Dir.), 2010, Bilingualism and Multilingualism, New York, Routledge.

Lüdi Georges & Bernard Py, 2003 [1986], Être bilingue, Bern, Peter Lang.

Plutarque, [100-115] 1853, Vies des hommes illustres, traduit par Alexis Pierron, Paris, Charpentier.

Suetone, [121] 2008, Vies des douze Césars, César ∽ Auguste, traduit par Henri Ailloud, Paris, Les Belles Lettres.

Treffers-dallers Jeanine, 1994, Mixing Two Languages, French-Dutch Contact in a Comparative Perspective, Berlin, Mouton de Gruyter.

Wenskus Otta, 1993, « Zitatzwang als Motiv für Codewechsel in der lateinische Prosa », Glotta, volume 71, p. 205-216

Notes

1 « Toi aussi, fils ? »

2 Voir par exemple Stavans 2003 sur la place de l’espagnol aux États-Unis.

3 Voir Hansegard 1968 et le concept de semilinguisme.

4 La présentation qui suit est reprise de Brasart (2013).

5 Nous utilisons « segment » pour traduire l’anglais « chunk », que l’on retrouve chez les linguistes anglophones, et dont Backus donne la définition suivante : « a thoroughly mastered structure, i.e. one that a speaker can activate as a preassembled whole without attending to the specifics of its internal composition » (in Li Wei, 2010 : 152).

6 « Tombe sur les genoux de quelqu’un [Inaudible] sur le côté. Tombe sur les genoux de quelqu’un devant toi. »

7 « Il fait du café très fort. »

8 « Tu ne sais pas du tout ce qui m’est arrivé samedi ? Tu n’as parlé à personne depuis samedi ? Il faut que je te raconte ! »

9 « L’Autriche est un pays étranger pour eux. Leur maison est ici. Je suis désolée, vraiment. Et si je voulais les emmener vivre en Autriche, ce qui bien sûr ne se fera pas, ils sont déjà adultes, oui, ils seraient là-bas comme à l’étranger. »

10 « Je ne tomberai sûrement pas dans cette habitude anglaise de faire des régimes. »

11 « C’est la police. Ils veulent voir quelqu’un au-dessus. — On a une usine de drogue au-dessus. »

12 « Eh bien dans ce cas donne-lui un petit quelque chose. »

13 « Sandwiches au concombre ». On notera qu’il est prononcé sans la désinence du pluriel anglais : il est donc inscrit dans une matrice syntaxique française.

14 « Corde »

15 « Paquets »

16 « Malle »

17 C’est-à-dire l’utilisation d’un nom de langue B dans un énoncé de langue A.

18 Nous faisons l’hypothèse que la différence de pourcentage peut s’expliquer par l’ordre SOV de l’allemand dans les propositions subordonnées.

19 « Ma, ma fille et mes petits-enfants sont absolument dégoûtés, vous savez. »

20 « C’est révoltant, quand quelqu’un… — C’est révoltant, c’est révoltant. »

21 « hors du passage. »

22 « Amoureuse de lui. »

23 « Je te veux. »

24 « Plat »

25 « Quand tu n’as pas assez, tu ne parles pas. Mais quand on a de l’argent, on parle. C’est toujours comme ça. ».

26 « Elle, ça ne la dérange pas, mais moi si. Quand ils ouvrent la bouche, je ne peux pas, ils m’irritent »

27 « Elle s’est fait écraser par un camion et vendredi elle meurt » ; il s’agit d’un personnage de série télévisée.

28 « Je pense qu’il y a un frère. Parce que le frère était au commissariat avec lui à ce moment-là. » ; il s’agit d’un fait divers.

29 Eppler (2010 : 156) note cependant que dans d’autres corpus anglais-allemand, l’usage de la conjonction because dans des phrases en allemand n’entraîne jamais de modification de l’ordre sujet-objet-verbe.

30 « Et à « dans la poche de ta veste », tu rentres. Et toi tu as oublié de me faire chut. ».

31 « Boutonnière ».

32 « Sandwich au concombre ».

33 « Arrête de bouger ».

34 « Tu te précipites. ».

35 « Ils ne se sont même pas donné la peine. ».

36 « Là ton éclat de colère il faut que ce soit quelque chose qui a été amené, construit. Parce que là t’as bien éclaté, mais t’as pas bien amené. ».

37 « Elle a dit : « Je, je… je ne mélange qu’une fois. » Elle n’a mélangé qu’une fois et elle a gagné toute la partie. ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteur

Université de Nantes (LLING, EA 3827)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search