Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

III. La plasticité langagière à l’interface de la variation et de la norme

Normativité et variation : les diffférences entre les anglais standard et non standard

Patrice Larroque

Résumé

The relevance of the notion of normativeness (i.e. it pertains to a norm regarded as the standard of correctness in speech) for many people and linguists rests on the fact that only one or two varieties of the English language act as a model or norm, typically Standard English. I believe that, while that reference to the norm is somewhat linguistically and pedagogically necessary, particularly as far as language acquisition and second language learning are concerned, it is arguably a minority use and greater emphasis ought to be laid on describing non-standard varieties of the language at the morphosyntactic level.

A large number of dialectologists and sociolinguists have been carrying out research on varieties of English and dialects other than Standard British English or General American, but I seek to bolster interest in analyzing the grammar of non-standard English in utterer-centered terms.

An important topic in the study of non-standard varieties of English is the distance there may be between the core system of the English language and the actual linguistic realization of it. There is evidence of two competing forces, one centripetal and one centrifugal with a risk of fragmenting.

One of the issues relating to the notion of linguistic norm is, therefore, the status of observed irregularities in language behavior, and whether one can reasonably deem these “errors” or “mistakes”, since native speakers perform them and by essence people who speak their mother tongue do not make mistakes. These irregularities may reflect inadequate competence as regards the norm, but they generally do not question the grammaticality of the performance, which is, I argue, intuitive. Thus, the notion of grammaticality not only depends on linguistic knowledge, but also resembles a sometimes unconscious codification of the language by users. Their grammar corresponds to internalized patterns which may relate to a fluctuating norm.

Texte intégral

Introduction

1La pertinence de la notion de normativité (c’est-à-dire relative à une norme considérée comme modèle) s’appuie pour la plupart des gens et des linguistes sur le fait que seules une ou deux variétés de la langue anglaise s’imposent comme références linguistiques – nous voulons dire l’anglais standard.

2Selon une définition de Kachru (1992 : 48), le terme « norme » signifie deux choses : « in one sense it entails prescriptivism, and in another it entails conformity with the usage of the majority of native speakers » (« d’une part, il renvoie au prescriptivisme et, d’autre part, il impose la conformité aux usages de la majorité des locuteurs natifs »). Ainsi parler de normativité, c’est se référer à des interdits, des prescriptions ou des contraintes, des manières de dire qui a priori ne varient pas.

3Le concept de variation est pour ainsi dire né avec le développement de la sociolinguistique (cf. Weinreich, Labov & Herzog 1968) qui, plutôt que de regarder la norme comme la seule manière de s’exprimer, s’intéresse à l’usage et aux usagers de la langue. Mais les sociolinguistes et dialectologues (Aitken, Labov, McArthur, les Milroy, Orton, Petyt, Widdowson, Wright, etc.) n’ont étudié les variétés de langue et les changements linguistiques que dans leur contexte social, s’occupant essentiellement de montrer que le comportement linguistique est conditionné par des paramètres propres à telle ou telle communauté ou tel ou tel groupe d’individus.

4La variation, pourtant, ne se limite pas à ces phénomènes. L’énonciation est un procès d’appropriation de « l’appareil formel de la langue » (Benveniste 1974 : 82), c’est-à-dire qu’au-delà des conditions sociales dans lesquelles elle s’exerce, un locuteur a sa propre énonciation. Ceci implique qu’il est possible d’expliquer ce qui change d’un individu à l’autre indépendamment des groupes sociaux auxquels appartiennent les énonciateurs. Il ne s’agit donc pas d’accorder une place privilégiée à un type d’expression, mais de rendre compte de toute la langue, rien que la langue débarrassée des connotations sociales et stylistiques qui masquent certains de ses aspects. Autrement dit, une attitude (trop ?) normative est susceptible de contrarier une démarche scientifique.

5Dans la mesure où l’anglais standard en tant que système linguistique a tendance à se poser comme norme, c’est dans l’acte d’utilisation avec ses risques de déviances que se manifeste la langue non standard. On sera, par conséquent, amené à déterminer la distance qui existe entre le système central de l’anglais et sa réalisation linguistique. Cette distance est animée par deux forces concurrentes, l’une qui tend à tirer vers le centre et l’autre centrifuge qui a tendance à se fragmenter (Graddol et al. 1996 : 166). Ces forces qui s’opposent expliquent pourquoi une seule variété de langue homogène ne sera jamais réalisée. En effet, un grand nombre de déviances ou d’irrégularités, le sont relativement à une norme idéalisée (le centre) et ne peuvent être appréhendées qu’à travers ce que Culioli (1990 : 14) appelle des « configurations spécifiques, des agencements dans une langue donnée ». L’activité de langage renvoie en réalité à une activité de production et de reconnaissance de formes étudiées et réunies dans un corpus certes hétérogène, mais qui rend compte de la diversité des phénomènes.

6C’est une des raisons pour lesquelles une seule variété de langue homogène ne peut pas se réaliser sans les critères sociaux et par conséquent arbitraires qui l’accompagnent. Ce sera l’objet de la première partie de notre exposé. L’autre problème qui se pose, lié à la notion de norme linguistique, est le statut des déviances ou irrégularités que l’on peut observer au niveau du comportement langagier (deuxième partie).

Le caractère social et arbitraire de la norme

7Le langage est un acte social et la langue un moyen de communication entre les individus fondé sur le même système conceptuel. Ceci suppose la création d’un certain nombre de préceptes auxquels les usagers doivent se conformer. Ces règles définissent une pratique normative et des rapports sociaux d’ordre hiérarchique. Dans ce sens la recevabilité d’un énoncé renvoie directement à un modèle de référence unique qui conduit naturellement à l’établissement et à la reconnaissance d’une langue standard. Les normes et conventions d’un tel idiome correspondent à peu près à celles de la bonne éducation, de ce qui est officiel et hautement culturel. Ainsi de par son prestige la langue standard, souvent considérée comme la langue, devient pour tous les usagers un modèle. Ce modèle fluctue et varie selon les époques et les générations, et les changements sont généralement dus à des facteurs sociaux, comme les besoins, la mode ou les influences étrangères. Les modifications les plus évidentes concernent le lexique. Pour la phonologie et la grammaire l’évolution est plus lente, parce que les formes nouvelles se heurtent à la résistance du système et des usagers : son statut de standard fait qu’on la regarde comme fixe et invariable. Pourtant l’accumulation imperceptible des variations au cours des siècles est considérable et peut déboucher sur des changements linguistiques. Les distorsions sémantiques ou grammaticales, par exemple, sont des formes de variation susceptibles d’entraîner le changement linguistique et de rendre des états de langue antérieurs parfois difficiles à interpréter.

8Ces phénomènes (notamment morphologiques) qui interviennent dans la variation sont la plupart du temps rejetés comme des fautes. On considère en effet qu’il n’y a qu’un seul standard, qu’une seule manière de formuler « les bonnes phrases ». Cette attitude normative, qui est très répandue, est certes nécessaire linguistiquement et pédagogiquement, en particulier lorsqu’il s’agit d’acquisition de la langue ou d’apprentissage d’une seconde langue, mais elle crée chez les locuteurs natifs une certaine insécurité linguistique pouvant aller jusqu’à l’hypercorrection. Quand il parle sa langue maternelle, un locuteur qui en maîtrise parfaitement les règles de fonctionnement ne commet pas de faute en soi, parce qu’il les a apprises dès son plus jeune âge, à un moment de sa vie où les humains sont programmés pour apprendre les langues (Andersson & Trudgill 1992 : 110), ce que Patel (2007 : 224-225) appelle l’apprentissage statistique des schémas linguistiques qui selon lui commence dès le début de la vie. D’aucuns réagiront peut-être à des productions comme (1a-c) en disant « c’est faux, ce n’est pas de l’anglais » :

(1) a. You might could’ve glossed over it if he’d stayed with his original fine art pretentions… (Margareth Maron, Bootlegger’s Daughter)
b. Don’t nobody know if it really is a god (W. Labov, Language in the Inner City)
c. He ought to went to school (W. Faulkner, Soldier’s Pay).

  • 1 Un usage linguistique non naturel signifie que l’énoncé ne relève pas vraiment d’une variété de la (...)

9Dans l’ensemble, quelques énoncés non naturels1 mis à part, les variations observées n’affectent pas la forme générale du système. Bien qu’ils soient très éloignés de la norme, les énoncés (1a-c) peuvent être reconnus et interprétés en relation avec le système moyennant quelques ajustements. En effet, lorsqu’un énonciateur produit spontanément un énoncé nouveau, le co-énonciateur va le déconstruire et le reconstruire en fonction de l’agencement des marqueurs présents dans la manifestation de surface et lui donner une valeur dans un contexte donné (Culioli 2002 : 186-187). Ce travail mental, conscient ou non, suppose donc un certain degré de tolérance linguistique (et sociale) vis-à-vis des formes qui s’écartent nettement de ce qui est prescrit, faute de quoi la communication pourrait s’en trouver affectée. La signification d’un énoncé, par exemple, met en jeu un émetteur et un récepteur qui se trouvent engagés chacun à son tour dans un travail de construction du sens à partir des éléments linguistiques dont ils disposent. Cette mise en relation requiert non seulement un code qui leur soit commun, mais aussi la prise en compte de la dissymétrie qui existe entre la production et la reconnaissance des énoncés, et qui impose que l’on intègre les écarts par rapport à la norme dans la description de la langue (cf. Culioli 1973 : 85).

  • 2 Une attitude normative suppose en effet que l’on ait discerné des niveaux de langue hiérarchisés et (...)

10Il s’agit en définitive de décrire le va-et-vient incessant entre la norme, le modèle imposé par la communauté linguistique et la manière spécifique dont le système de représentation verbale correspondant à la langue a été intériorisé. Il est par conséquent inutile de comparer les niveaux de langue2. Les tournures dites non standard se manifestent surtout dans la langue relâchée, le discours informel. On les entend partout dans le monde anglophone, non seulement dans les milieux populaires ou défavorisés, mais aussi chez des gens qui parlent quotidiennement l’anglais standard et qui parfois s’en écartent en fonction des situations (inattention, colère, volonté de se démarquer, etc.). Il n’y a pas, qui plus est, de véritable consensus autour de ce que recouvre l’anglais standard. À la question : Is there any point to a globally recognised standard for spoken English ? McArthur répond :

(2) There isn’t such a standard, and I doubt if there ever will be. English is a bit of an octopus. Its tentacles go everywhere, and new kinds of people take it on. There is no central authority like the Académie Française. Because it’s so dominant and yet so varied, English can be both attractive and dangerous – dangerous because it exerts enormous power. (“What was that you said”, Newsweek, 26 avril 1993, p. 56).

11Il reconnaît néanmoins qu’il existe un standard écrit qui tend à représenter la langue anglaise et à servir de modèle. L’écriture est certes un moyen de conserver à la langue son homogénéité, elle tend à ralentir les changements linguistiques, mais c’est d’abord le mot parlé, le fait de langue qui constitue la cible des jugements à caractère social, de type normatif et arbitraire, par référence à l’idée que la langue est un système qui a ses exigences. Ce que confirme le Professeur Higgins dans la pièce My Fair Lady :

(3) An Englishman’s way of speaking absolutely classifies him
The moment he talks he makes some other Englishman despise him.
One common language I’m afraid we’ll never get
Oh, why can’t the English learn to set
An example to people whose English is painful to our ears ?
The Scotch and the Irish leave you close to tears.
There even are places where English completely disappears
In America, they haven’t used it for years.

  • 3 Pour Chomsky (1965), l’acceptabilité appartient à l’étude de la performance et s’oppose à la gramma (...)

12Ce genre de commentaire est révélateur d’une attitude à l’égard de la langue et du rapport à la norme et au système. Ce que les usagers disent ou écrivent effectivement, quelles que soient d’ailleurs leurs origines sociales, est sujet au jugement prescriptif. Mais la langue ne se limite à un seul usage attesté et peut revêtir diverses formes : parmi les réalisations linguistiques possibles, le choix porte le plus souvent sur celles qui sont recommandées. De plus, tout le monde ne se fait pas la même idée du fonctionnement du système, de ce qui est grammatical (ou possible) et de ce qui ne l’est pas. La norme se trouve ainsi partagée entre grammaticalité et acceptabilité. Un énoncé peut, par exemple, être acceptable dans une situation et un contexte même si sa grammaticalité est douteuse3. La langue est en fait suffisamment flexible pour s’adapter au nombre infini des situations et des interprétations que les locuteurs peuvent rencontrer ou construire en s’appuyant sur les données linguistiques dont ils disposent. À partir du moment où un énoncé est produit, s’il peut être reconnu et interprété, on pourra dire qu’il appartient au système de la langue.

13Il n’empêche que l’idéologie prescriptiviste impose aux usagers des règles et des analyses reprises et répétées par des générations de grammairiens et d’enseignants qui décrivent la grammaire d’une seule forme restreinte et d’exercice semble-t-il minoritaire dans le monde anglophone (cf. Trudgill 1979 ; McArthur 1998), généralement la langue écrite. Les autres formes linguistiques sont soigneusement, pour ne pas dire prudemment, laissées de côté ou à peine évoquées. De fait, un certain nombre de ces prescriptions expliquent qu’on ne doit pas employer le present perfect avec un repère dans le passé (comme ago, last month, in 1885,…), que l’infinitif clivé (split infinitive) est relatif au style relâché ou, pire encore, une erreur grammaticale, que la double négation est contraire à la logique, que les constructions à doubles modaux (bien qu’elles soient employées par plus de 20 millions de locuteurs) sont syntaxiquement problématiques, etc. Des phénomènes parfaitement connus des linguistes, mais qui font rarement l’objet de descriptions linguistiques. Il est vrai que les grammairiens descriptivistes ne décrivent que certaines productions et ont tendance à appliquer les règles de la grammaire prescriptive qu’ils ont inévitablement apprises et intégrées. On peut voir, par exemple, planer l’ombre du prescriptivisme dans certaines définitions comme celles fournies par Lapaire et Rotgé (1993 : 382) :

(4) - anglais « standard » (ou correct, normé) : standard English,
 - anglais « non standard » (ou incorrect) : substandard English, a non standard variety of English.

14Ces traductions sont assorties d’une note qui précise que standard et substandard sont « des exemples de political correctness appliqués à la linguistique. On remarque, cependant, que le terme substandard est problématique, car il suggère un ordre, une qualité de langue inférieure à l’anglais standard, des préférences linguistiques, un regard particulier sur la langue. Mais la langue, rappelons-le, n’est pas monolithique, ni uniforme et les variations condamnées par une attitude normative font ressortir le clivage entre la grammaire de la langue (le système qui sert de référence) et la pratique linguistique.

15Les formes jugées incorrectes et inacceptables relèvent bien évidemment de cette dernière. Si l’on demande, par exemple, à tel locuteur pourquoi il refuse la double négation, il évoque immédiatement un problème de logique en disant que deux négations dans un même énoncé s’annulent et explique que I don’t need no help signifie I need help. La négation multiple, pourtant, ne pose aucune difficulté de compréhension à la plupart des anglophones et I don’t need no help sera reconnu et interprété comme négatif (notons au passage que du point de vue de la logique, trois négations, I don’t need no help from nobody, dans un même énoncé ne seront pas non plus considérées comme une construction négative bien formée). Ainsi, dans l’exemple (1b) ci-dessus, l’énonciateur fait un choix non standard de la négation et de la syntaxe sans véritablement prendre le risque de ne pas être compris puisque l’énoncé non standard Don’t nobody know if it really is a god et sa forme standard correspondante, Nobody knows if there really is a god, sont en relation paraphrastique.

16Bolinger (1977) défend l’idée que les paraphrases exactes sont en réalité impossibles parce que lesdites paraphrases sont exprimées sous des formes différentes et sont par conséquent susceptibles de fournir d’autres degrés de signification. Par exemple, en anglais non standard, en particulier en anglais des Noirs américains, la double négation est devenue quasiment systématique, si bien que la construction a perdu de son expressivité (la double négation peut en effet être analysée comme une marque d’intensité). Afin de recouvrer sa fonction emphatique la langue a recours à l’inversion de la négation avec un infinitif comme dans l’énoncé (1b). Ainsi l’antéposition de don’t ajoute une valeur d’intensité à la prédication. Ce n’est pas le message qui est modifié, mais la trace de l’énonciateur dans son message. De plus, it dans le même énoncé non standard fait référence à l’objet (god), alors que dans la paraphrase standard, c’est l’existence de l’objet qui est marquée (there is), une étape différente dans la détermination nominale. Donc, un changement dans un énoncé, dans sa syntaxe ou dans sa construction grammaticale (cf. 1a et 1c) entraîne nécessairement une variation au niveau du sens, si subtile soit-elle. On ne dira pas que les énoncés (1a-c) sont faux linguistiquement, ils sont marqués socialement, du point de vue de la norme et de son caractère arbitraire. Ils sont le produit d’une appropriation de la langue par une catégorie de locuteurs, ce qui pose la question du statut des irrégularités relatives au comportement langagier.

Le statut des irrégularités dans le système

17On peut considérer qu’il y a deux sortes d’irrégularités, les irrégularités simples qui ne bouleversent pas fondamentalement la grammaire de référence de la langue, d’une part et, de l’autre, les irrégularités complexes qui parfois attribuent aux marqueurs que l’anglais non standard partage avec la langue standard des valeurs sensiblement différentes.

  • 4 Le problème du choix des énoncés qui constituent la forme du corpus peut se poser. En effet, son ca (...)

18Quelques exemples (extraits de divers ouvrages, de conversations et d’échanges sur Internet4) pris en enfilade permettront d’illustrer le propos. Commençons par les irrégularités simples.

Les irrégularités simples

19Parmi les irrégularités simples figurent celles que l’on associe généralement au style ou à la correction grammaticale comme le split infinitive, le present perfect employé avec une référence au révolu ou encore la confusion entre les formes du prétérit et du participe passé quand celles-ci diffèrent.

Le split infinitive

20Cette construction qui consiste à intercaler un adverbe entre la particule to et le verbe est encore considérée par un certain nombre de puristes comme une irrégularité. Or il semble que la règle qui stipule qu’on ne doit pas placer d’adverbe entre la particule et le verbe soit une invention de grammairiens prescriptivistes. L’exemple (5) suivant explique que :

(5) It is not unusual for prescriptive grammar to explicitly go against common language use. (Andersson & Trudgill 1990 : 26)

  • 5 Cf. Visser (1996, 2002 : 1035) “… wrongly assuming that ‘to’ is an integral part of the infinitive, (...)

21To go explicitly against common language use traduit simplement la manière et donc moins d’intensité. Ainsi les infinitifs clivés expriment autre chose que les infinitifs non clivés. De plus, to fonctionne comme opérateur de mise en relation entre le sujet (prescriptive grammar) et le prédicat (go against common language use) et ne ressemble pas à une désinence de l’infinitif comme il en existe dans d’autres langues (cf. all. -en ; fr. -er-ir)5. On pourrait également s’interroger sur la place de l’adverbe devant l’ensemble to + verbe : … explicitly to go against common language use en termes d’intensité justement.

Le present perfect associé au passé

22On observe en anglais une tendance à employer le present perfect dans des contextes orientés vers le révolu, ce qui est présenté comme contradictoire, le present perfect étant un aspect conjugué au présent (situation d’observation) alors que le contexte renvoie au passé. Soient les énoncés (6) et (7) suivants :

(6) These clearances have taken place some sixty years ago… (‘Scottish Poor- Rural Improvement’, The Inverness Courier, Aug. 20, 1845)
(7)… And Roberts has played with us last season ; (Hughes & Trudgill 1996 : 10-11)

23Dans ces deux exemples le present perfect est associé aux locutions adverbiales sixty years ago, et last season qui renvoient toutes deux au révolu. Hughes et Trudgill (1996 : 10-11) y voient quelque chose qui constituerait le début d’un changement linguistique. Ce type de construction se rencontre en effet de plus en plus souvent, mais l’énoncé (6) atteste que la tendance n’est pas récente. En fait, les deux marques ne sont pas nécessairement incompatibles si l’on fait le départ entre ce qui réfère au chronologique (sixty years ago, last season) et ce qui est énonciatif (have + V-en). Le procès est envisagé du point de vue de l’énonciateur et non d’un point de vue aoristique (prétérit). On ne peut pas modifier la chronologie, on peut en revanche modifier la représentation que l’on en a, notamment à travers la forme des verbes.

Prétérit et participe passé en anglais non standard

24En anglais non standard l’usage reflète souvent celui des XVIIe et XVIIIe siècles, c’est-à-dire l’emploi de la même forme au prétérit et au participe passé. Les énoncés (8) et (9) en sont une illustration :

(8) I’ve knew guys that done screwy things (John Steinbeck, The Grapes of Wrath)
(9) I knowed you wasn’t Oklahomy folks (idem)

25Dans l’exemple (8), la forme du prétérit (knew) est employée comme participe passé et le participe passé (done) est employé comme prétérit. La distinction entre les deux se fait grâce à la présence de l’auxiliaire have (‘ve) qui indique que I’ve knew est un present perfect. Dans l’énoncé (9) know est un verbe régulier. Sur le modèle de done, on trouve en anglais non standard I seen, I give, I come, they were went qui apparaissent dans les énoncés (10a-d) suivants et qui témoignent de la confusion des formes évoquées plus haut :

(10) a. They were alright up to Christmas. But then again, I seen them, yeah, last week, they went past me in car, (BNC, partie orale, conversation, 1992)
b. This old woman says to me one morning… Sonny… sonny, why you never said sonny them days, you know. She says, would you like to run a message for Mr. Penn and for me. I says, yes I will do. She says, go up to the shop and get him an ounce of tobacco. Oh, I says, thank you very much, so I gans twaddling up the shop. When I gans back she give us thruppence, mind thruppence, you know, that’s about forty, forty-two years ago, you know Reg. Thruppence they was a lot of money. (Northumberland, Hughes & Trudgill 1996 : 114)
c. Well, Dave Mackay was on the wireless this morning before I come out, you know, and they was interviewing the reporter, and he said, he… he couldn’t understand it why they couldn’t score at home… (West Midlands, Hughes & Trudgill 1996 : 87)…
d. …. I think half of Inglis’s disappeared for a few days, even the security man disappeared… they were all went… aye… y’know… (Belfast, Hughes & Trudgill 1996 : 105)

26Ces confusions sont à rapprocher des formes régulières du prétérit et du participe passé en anglais standard (ou dans d’autres variétés d’anglais) marquées par -ed ; de nombreux verbes irréguliers, qui plus est, s’alignent sur cette tendance d’isomorphisme du prétérit et du participe passé. D’autres irrégularités simples, comme them days (10b) ou they was interviewing (10c), reflètent également une compétence inadéquate vis-à-vis du système, mais elles sont transparentes (cf. les règles semi-catégoriques décrites par Labov (1972) dont la violation est socialement interprétable) et conservent les schémas grammaticaux de base, ce que les distorsions complexes ne respectent pas toujours.

Les irrégularités complexes

27Les irrégularités complexes, quant à elles, concernent non seulement les constructions doubles et les variations syntaxiques, mais aussi, par exemple, l’emploi apparemment aléatoire, pour ne pas dire non systématique, de la marque de la troisième personne du singulier au présent simple en anglais.

Le -s de la 3e personne du singulier au présent simple

  • 6 Il est à noter que dans certaines variétés (East Anglia, Black English, …) le -s au présent simple (...)

28Cette marque est maintenue seulement par la prescription et l’enseignement sans quoi elle se serait éteinte comme les autres inflexions du paradigme6. Cependant, cette désinence, loin de disparaître complètement du système, est souvent employée de manière variable en anglais non standard contemporain pour marquer autre chose que le simple accord de personne. Il apparaît à toutes les personnes comme dans les variétés évoquées plus haut, au singulier comme au pluriel (11a-b) et (12), et même sur la base verbale suivant un auxiliaire modal comme dans (11c) :

(11) a. I says all right then, good night, and I went to bed. (Hughes & Trudgill 1996 : 86)
b. They starts bringing people in. (Poplack & Tagliamonte 1989 : 55)
c. He can gets hurt. (Labov 1972 : 43-88)
(12) And when I came – you know – to, I says to myself, oooh, we’re in a car accident – and that’s all I can remember. (Labov 1982)

29Comme on peut le voir dans de nombreuses variétés, ce n’est pas un marqueur de troisième personne du singulier et on ne lui attribue pas de valeur spécifique dans les variétés autres que l’anglais standard, d’où sa mobilité. On peut cependant analyser l’opposition Ø/-s comme une distinction temporelle. Dans l’énoncé (12), par exemple, l’énonciateur rapporte au présent des paroles qu’il a pensées dans le passé (And when I came – you know – to, …). On peut considérer ici que -s est une marque du passé, mais l’énonciateur présente le moi objet du discours, marqué en surface par -s, comme distinct du moi énonciateur marqué par le pronom de première personne I (Joly 1987 : 68 sqq.). Le syntagme I says peut donc être analysé comme ayant une valeur déictique relativement au moment de l’énonciation au même titre que la marque -ed (Lyons 1968 : 275- 281 ; Comrie 1975 : 2), mais la première personne (ou les autres personnes) en tant qu’objet de discours est vue comme absente du lieu de conversation. En effet, selon Joly (1987 : 59-97) la troisième personne est la « personne absente », par conséquent « en tant que désignant ce qui est délocuté, elle est sous-jacente aux deux autres, c’est-à-dire à I et you ».

Les constructions doubles (négation, modaux, comparatif/superlatif)

30Les constructions doubles sont souvent considérées comme des structures redondantes, voire illogiques comme pour la double négation. On répète deux fois la même chose. Mais on peut aussi les regarder comme des paraphrases dont la forme exprime quelque chose en plus par rapport à la construction standard. La duplication des marques, par exemple, signale généralement une intensité comme dans certaines variétés créoles : big big signifie huge, fool fool simple minded ou very stupid (cf. Holm 1994 : 359).

(13) “Is a man and a woman. She pretty pretty, but he ugly like hell.” (V.S. Naipaul, “Love, Love, Love Alone”, Miguel Street)

31Dans l’énoncé (13), l’itération de l’adjectif pretty est ici expressive (= very pretty).

32Ainsi, comme le soulignent Lakoff et Johnson (1980 : 127), plus de forme correspond à davantage de contenu. Dans le cas de la double négation les deux négations ne s’annulent pas. Les énoncés comme (14 a-b), par exemple, ne sont pas interprétés comme des énoncés positifs, mais bel et bien comme des énoncés négatifs :

(14) a. I don’t trust nobody, I don’t trust anybody carrying a bag. (Extrait d’une interview d’un soldat américain blessé au cours d’un attentat en Iraq, CNN, 2005)
b. I never been in the Worstead, so I can’t tell you nought about the Worstead. (Yorkshire, Melchers 1972)

33En fait, les deux négations ne s’appliquent pas au même niveau de la prédication. Dans un précédent article (Larroque 2005 : 211-212) nous avons montré que la première négation est directement liée à la situation. Dans les exemples (14a-b), don’t et can’t établissent une relation directe entre l’énoncé négativé et l’énonciateur (do-, can-) qui a déjà nié la positivité (do-n’t, can-n’t). Dans don’t et can’t, do- et can-sont des opérateurs de localisation qui rapportent l’énoncé à l’énonciateur. Ainsi on peut dire que dans (14a), I don’t trust nobody est une variante de No, I trust nobody, où l’adverbe no marque à la fois l’ancrage direct sur l’énonciateur et la frontière entre le positif et le négatif (don’t fonctionne comme morphème de frontière entre le positif, l’intérieur, et le négatif, l’extérieur).

34D’un autre côté, dans I can’t tell you... (14b), le modal can représente le locus de la discordance entre deux modalités de jugement, celle sur laquelle s’établit la représentation de l’énonciateur comme possible (I never been to the Wortead implique you been to the Worstead et suppose you can tell) et celle par laquelle il stipule qu’elle ne correspond pas à l’état de la réalité (I never been to the Worstead, so I can’t tell...). La seconde négation, nobody (14a) et nought (14b), confirme la prise de position énonciative au niveau du contenu informationnel de l’énoncé et fonctionne donc au niveau discursif (prédicatif). On remarque que dans la seconde partie de l’énoncé (14a), la négation est associée à anybody et renvoie à une situation spécifique (... anybody carrying a bag), alors qu’on attribuera une valeur générique à I don’t trust nobody (négation de l’existence). Nobody serait incongru avec le complément carrying a bag.

35Le même raisonnement peut s’appliquer aux constructions à doubles modaux qui sont employées dans de nombreuses variétés d’anglais oral. On remarque, en effet, que l’ordre de ces constructions présentent d’abord la modalité épistémique suivie de la modalité radicale et rarement le contraire (Larroque 2010 : 117-134) :

(15) a. You may can look in the mirror and see flaws, but there is someone who can look at you and only see beauty. (The Love Aid, sur Twitter, 21 janvier 2013).
b. He says : you shouldn’t ought to eat so much because you’re overweight now. I says : you may think I’m fat, but it’s all bone and muscle. (You Know Me Al. World eBook Library, http://ontario.worldlibrary.net)

36Dans les exemples (15a-b), le premier modal localise l’énoncé par rapport à l’énonciateur (valeur épistémique), le second se comporte comme un prédicat définissant un sujet (valeur radicale). En (15b), should établit par sa valeur de jugement moral (cf. so much et you may think I’m fat) une relation directe entre l’énoncé et l’énonciateur. De plus, il porte la négation qui est une opération énonciative et s’applique sur le premier auxiliaire de l’énoncé (contrainte syntaxique). Ought renvoie à la relation entre le sujet et le prédicat eat so much. Il s’agit ici d’exprimer une relation logique de cause à effet (cf. overweight qui permet d’éviter les jugements de valeur : political politeness).

37On pourra également étendre ce type d’analyse aux doubles comparatifs/superlatifs qui présentent des similitudes énonciatives et discursives avec les autres constructions concordantielles. Soient les énoncés (16 a-b) :

(16) a. I think you get more colder there ‘n what we do about here, don’t you ? (Vasko 2010 : ch. 8.2)
b. I was more tireder than ever I’d been in my life, more down beyond meaness. (Ron Rash, One Foot in Eden, 2004)

38De la même manière que pour les structures précédentes le premier élément dans les exemples (16a-b) renvoie à l’énonciateur. En effet, more fait ressortir la comparaison qui peut être mise en valeur en discours par l’accentuation. C’est une opération énonciative qui vient logiquement en premier dans la chaîne parlée. La désinence -er, inaccentuée, s’applique au niveau discursif. Elle constitue en quelque sorte un retour sur la comparaison, d’où l’effet d’intensité.

39Exemples de variation syntaxique

40Je propose pour terminer cette partie de nous interroger sur le statut d’énoncés tels que (17) et (18) :

(17) He ain’t oughta went out of turn. (Enoncé prononcé lors d’une partie de Scrabble pendant laquelle un des joueurs a anticipé son tour, perturbant ainsi le mouvement du jeu. Kentucky)
(18) Sometimes he used to walk home from school with. He wouldn’t have a hat or a coat and his face was like – it was like he ought to live in the woods. You know : not like he ought to went to school or had to dress up. And so you never did know when you’d see him. He come in school in almost any time and folks would see him way out in the country at night. (W. Faulkner, Soldier’s Pay)

  • 7 Les formes étudiées ici proviennent pour la plupart d’états de langue antérieurs. Ce sont des const (...)

41Ces exemples semblent très éloignés des schémas grammaticaux dits « normaux ». Mais en comparant, par exemple, l’énoncé (17) avec sa paraphrase en anglais standard He shouldn’t/oughtn’t to have gone (played) out of turn, on peut établir des correspondances. Seul l’ordre des mots en surface, ainsi que quelques formes grammaticales, changent. Chaque terme est la trace d’une opération sous-jacente et cette émergence varie d’une formulation à l’autre. Les opérations qui font que l’énoncé est interprétable sont la négation (ain’t), la modalisation (ought) et la valeur de passé marquée par went. Il en est de même pour l’énoncé (18) où went marque un décalage, la référence au passé (have gone en anglais standard), qu’on opposera à he ought to live in the woods. On peut dans ces cas parler de reconstruction à partir des marqueurs que l’anglais non standard partage avec l’anglais standard7.

Conclusion

42Ce qui a été esquissé ici suggère que normativité et variation sont deux domaines qui cohabitent. Cela pourrait se réduire à un problème de manifestation de surface, d’aspects spécifiques à l’un ou à l’autre. Ce sont en définitive des variétés d’un même système soumis à des forces qui s’opposent, mais dont les limites se définissent par l’intelligibilité mutuelle : la plupart des énoncés non standards sont linguistiquement transparents.

43De fait, il n’existe pas de frontière objective entre les variétés d’une même langue qui s’inscrivent dans un continuum, avec des différences parfois peu significatives d’une variété à l’autre. Mais ceci n’est vrai que si le système est capable d’absorber les changements. Ces modifications, qui participent de l’évolution de la langue, se heurtent d’abord à la résistance du système en même temps que des usagers qui le plus souvent y voient une dégradation de la langue. Cette attitude semble davantage fondée sur des préférences stylistiques et/ou sociales, mais elle suggère aussi que l’accès grammatical direct et immédiat aux représentations langagières doit nécessairement passer par le filtre de l’appropriation de l’appareil formel de la langue. Elle montre en outre la réalité des opérations mentales de déconstruction/reconstruction propres à la production et à la reconnaissance des énoncés. On peut penser que toutes les langues sont concernées. La grammaire française, par exemple, fait une large part à des jugements de type normatif. Toutefois, la diversité et la flexibilité de l’anglais constitue un terrain linguistique de choix pour l’étude des différences grammaticales sous-jacentes.

44Les exemples traités ici illustrent assez bien la pratique et l’approche différentes des usagers vis-à-vis de la langue qu’ils partagent. Certains veulent la conserver telle quelle en adoptant une attitude normative, d’autres pensent qu’il faut la laisser évoluer comme elle l’a toujours fait. La vérité est sûrement entre les deux. La norme fluctue et ce qui est considéré comme faux aujourd’hui peut être codifié par l’usage (qui reste maître) et devenir la norme demain.

Bibliographie

Bibliographie

Andersson Lars Gunnar. & Trudgill Peter, 1990, Bad language. London, Penguin books.

Authier Jacqueline & Meunier André, 1972, « Normes, grammaticalité et pratique linguistique », Langue Française, vol. 1609, n° 1, p. 49-62.

Benveniste Émile, 1974, Problème de linguistique générale 2, Paris, Gallimard.

Bolinger Dwight, 1977, Meaning and Form. London, Longman.

Chomsky Noam, 1965, Aspects of the Theory of Syntax. MIT Press, Massachusetts Institute of Technology.

Comrie Bernard, 1975, Aspect, Cambridge, Cambridge University Press.

Culioli Antoine, 1973, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications n° 20, p. 83-91. Seuil.

Culioli Antoine, 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Tome 1. Paris & Gap, Ophrys.

Culioli Antoine, 2002, Variation sur la linguistique. Paris, Klincksieck.

Graddol David, Leith Dick. & Swann Joan, 1996, English History, Diversity and Change. The Open University. London, Routledge.

Holm John A., 1994, « English in the Caribbean », In R. Burchfield, (ed.) The Cambridge History of the English Language, Volume V, English in Britain and Overseas, Origins and Development, Cambridge, Cambridge University Press. p. 328-381

Hughes Arthur & Trudgill Peter, 1996, English Accents and Dialects, 3rd edition. London, Edward Arnold.

Hugou Vincent, 2013, « The Xed out construction : between productivity and creativity ». In Quaderns de Fililogia. Estudis lingüistics. Vol. XVIII, 13 p.

Jackendoff Ray, 2002, Foundation of Language. New York, NY : Oxford University Press.

Joly André, 1987, Essai de systématique énonciative. Lille, Presses Universitaires de Lille.

Kachru Braj, 1992, « Models for Non-Native Englishes ». In B. Kachru (ed.) The Other Tongue, Urbana & Chicago, University of Illinois Press, p. 48-74.

Labov William, 1972, Language in the Inner City, Studies in the Black English Vernacular. Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Labov William, 1982, Social Stratification of English in New York City. Center for Applied Linguistics. Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Lakoff George. & JOHNSON Mark, 1980, Metaphors We Live By. Chicago & London, The University of Chicago Press.

Lapaire Jean-Rémi & ROTGE Wilfrid, 1993, Séminaire pratique de linguistique anglaise. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Larroque Patrice, 2005, « Variation et représentation linguistique », Anglophonia 18, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 205- 216.

Larroque Patrice, 2010, « Les doubles modaux anglais, témoins d’un changement de catégorie » Anglophonia 28, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 117-134.

Lyons John, 1968, Introduction to English Grammar. Cambridge, Cambridge University Press.

Mcarthur Tom, 1998, The English Languages. Cambridge, Cambridge University Press.

Melchers Gunnel, 1972, Studies in Yorkshire Dialects Based on Recordings of 13 Dialect Speakers in West Riding. Thèse. Stockholm University.

Patel Aniruddh D., 2007, Music, Language, and the Brain. Oxford, Oxford University Press.

Poplack Shana & Tagliamonte Sali, 1989, « There’s no tense like the present verbal -s inflection in Early Black English », Language Variation and Change 1, p. 47-84.

Trudgill Peter, 1979, « Standard and non-standard dialects of English in the United Kingdom ». International Journal of the Sociology of Language.

Vasko Anna-Liisa, 2010, Cambridgeshire Dialect Grammar. Studies in Variation, Contact and Change in English, vol. 4 (VARIEG). University of Helsinki.

Visser Fredericus Theodorus, 2002 (1966), An Historical Syntax of the English Language. Leiden, Brill.

Weinreich Uriel, Labov, William & Herzog Marvin, 1968, « Empirical foundations for a theory of language change ». In C. Lehmann & Y. Malkiel (eds.) Directions for Historical Linguistics, University of Texas Press, Austin, p. 95-195.

Notes

1 Un usage linguistique non naturel signifie que l’énoncé ne relève pas vraiment d’une variété de la langue (Andersson & Trudgill 1990 : 28).

2 Une attitude normative suppose en effet que l’on ait discerné des niveaux de langue hiérarchisés et que l’un de ces niveaux soit érigé en modèle (Authier & Meunier 1972 : 1).

3 Pour Chomsky (1965), l’acceptabilité appartient à l’étude de la performance et s’oppose à la grammaticalité qui est du domaine de la compétence.

4 Le problème du choix des énoncés qui constituent la forme du corpus peut se poser. En effet, son caractère hétérogène amène à s’interroger sur sa pertinence et la fiabilité des analyses qui en découlent. Il se fonde sur une double préoccupation : d’une part, la prise en compte de la diversité de l’anglais, standard et non standard, et, d’autre part, le fait que l’anglais non standard présente des formes récurrentes qui, à l’instar des constructions standard, traversent les frontières dialectales et sont interprétables par l’ensemble de la communauté linguistique, qu’ils soient oraux ou écrits.

5 Cf. Visser (1996, 2002 : 1035) “… wrongly assuming that ‘to’ is an integral part of the infinitive, grammarians attached the labels ‘cleft infinitive’ or ‘split infinitive’”.

6 Il est à noter que dans certaines variétés (East Anglia, Black English, …) le -s au présent simple est presque systématiquement effacé à la troisième personne du singulier.

7 Les formes étudiées ici proviennent pour la plupart d’états de langue antérieurs. Ce sont des constructions plutôt productives, notamment les structures doubles. Concernant les doubles modaux, on peut remarquer dans le sud des Etats-Unis des combinaisons avec may, might ou must en première position suivis de can, could, should, will, les paires may can et might could étant très fréquentes. À noter également que la combinaison should ought est aujourd’hui assez courante, bien que non standard. Dans les variétés britanniques, les associations will can et might could sont les plus fréquentes, ce qui n’exclut pas d’autres combinaisons comme ’ll shall.
En ce qui concerne les doubles comparatifs/superlatifs, la productivité est, semble-t-il, limitée à la marque supplémentaire (ex. more commoner, more tireder), si on la compare à d’autres formes non standard très productives comme la construction X-ed/en out (ex. I’m all coffeed out, cf. Jackendoff 2002, Hugou 2013).

Auteur

Université Paul Valéry (Montpellier 3) (EMMA EA 741)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search