Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

II. Variation : la situation (socio-professionnelle et interlocutive) comme paramètre déclencheur

De la variation des paramètres rythmiques relative à l’exercice de communication : les pauses dans la parole du politique

Frédéric André, Marion Béchet, Ivana Didirkova, Fabrice Hirsch, Fabrice Marsac et Rudolph Sock

Résumé

The aim of this study is to investigate the use of pauses in political speech and see if there is substantial variation in the use of silences according to the type of speech. This study aims at examining whether the use and the characteristics of pauses vary depending on the type of debate.

Our hypothesis is that politicians adapt the rhythm of their speech production, according to the kind of debate.

To illustrate this, we chose to study silences in François Hollande’s speech production, first during the Socialist primary debate in 2011 against Martine Aubry, and then in a normal speech situation during the pre-election speech at Le Bourget.

Thus, both programs of François Hollande’s speech production were transcribed. We examined the speaker’s posture, we identified silences and silence duration was quantified using Praat software. Other parameters (like articulation rate, number of syllables per rhythmic group, ...), were also quantified to observe variation in rhythm.

The results of the study helped highlight significant differences in the use of pauses in François Hollande’s speech production. Indeed, the strategy differs depending on the type of communication. Thus, pauses increase, especially emphasis pauses, both in number and in length in François Hollande’s speech at Le Bourget.

Texte intégral

Introduction

1La présente étude porte sur le rythme dans la parole, et plus particulièrement sur la pause dans le discours du politique. Celle-ci nous intéresse tout particulièrement en tant qu’évènement lors de la production de la parole. En effet, la pause s’impose dans la parole tant pour des raisons physiologiques que sémantiques.

2La pause sert avant tout au locuteur à reprendre son souffle et à réguler sa respiration lors de productions orales. Mais la pause, comme les espaces à l’écrit, est indispensable pour l’intelligibilité d’un message. Outre ces pauses « obligatoires », nous allons voir dans cette étude que les pauses peuvent présenter des formes très variées et leur apparition peut ainsi engendrer une variation des messages linguistiques. Ainsi, l’utilisation de la pause dans le discours est corrélée avec les aspects sémantiques du discours.

3Dans un premier temps, il convient de distinguer les pauses pleines des pauses vides. Les pauses « pleines », définies selon le classement de Maclay et Osgood (1959) se composent de pauses remplies (euh, hum, etc.), de faux départs, de syllabes allongées, et de répétitions, qui n’ont pas de rôle sémantiques (Duez, 1999). Elles ont également une fonction structurante au sein de l’énoncé.

4Les pauses vides, que l’on retrouve dans toute interaction orale, sont celles qui nous intéressent tout particulièrement.

5Il existe plusieurs types de pauses vides. Les pauses interdiscursives sont particulièrement importantes dans la gestion des tours de parole (Sacks et al., 1974), puisqu’elles marquent le début ou la fin d’un tour de parole. Les pauses intradiscursives correspondent quant à elles aux silences qui séparent deux séquences sonores appartenant au même discours, et sont marquées par un même locuteur.

6À l’oral, la variabilité temporelle et syntaxique de ces phénomènes de pause a permis de distinguer trois types de pauses que le locuteur peut utiliser pour faciliter la compréhension de son discours ou pallier les problèmes d’encodage qu’il peut rencontrer (Zellner, 1994). Pour cette étude, nous nous basons notamment sur les recherches menées par Ferré (2003 ; 2004), qui a défini trois types de pauses : les pauses de démarcation syntaxique, de focalisation et d’hésitation.

7Les pauses de démarcation syntaxique, associées aux pauses silencieuses ou de reprise de souffle, servent à séparer les différents groupes syntaxiques qui font sens au sein d’un même énoncé. Remplissant une fonction essentielle dans la structuration et la transmission d’un enchainement d’idées liées entre elles, ce type de pause est généralement majoritaire. Elles permettent également d’éviter de se faire couper la parole (Ferré, 2003), lorsqu’elles sont utilisées à des moments inattendus (on parlera alors de pauses de démarcation syntaxique décalées).

8Les pauses de focalisation ont quant à elles un rôle beaucoup plus sémantique que les pauses précédentes, puisqu’elles servent à mettre en relief un segment précis de l’énoncé, et donc à donner du poids au groupe de mots, voire au syntagme, qui les suivent (Ferré, 2003).

9Les pauses d’hésitations sont généralement liées à une ou plusieurs pauses pleines et, traduisant l’encodage du discours qu’effectue le locuteur en temps réel, elles ont un rôle discursif. De nombreux chercheurs ont démontré que ces pauses sont le reflet du procédé cognitif intervenant dans la production de parole (Goldman-Eisler, 1968 ; Goldman-Eisler et al., 1974). De ce fait, elles sont donc beaucoup plus nombreuses dans le cadre d’un discours spontané, non lu, et donc non préparé. Elles sont le plus souvent accompagnées de marques d’hésitations, comme des allongements syllabiques, des reprises, et d’un débit qui a tendance à s’accélérer à leur suite (Ferré, 2003).

Objectif

10Cette recherche s’inscrit dans un objectif plus global qui est d’étudier le rythme dans la parole des hommes politiques. Dans le cadre de cette étude, nous focaliserons davantage notre attention sur les pauses produites par François Hollande (FH) dans son discours.

11Pour répondre à cet objectif, cette étude se fonde sur les travaux menés par Duez (1999 ; 2003), qui ont révélé que la durée des pauses varie en fonction de la situation de l’homme politique vis-à-vis du pouvoir (dans l’opposition vs. au pouvoir) et par rapport aux thèmes abordés durant un débat. Duez a pu mettre en lumière des points précis relatifs à l’organisation prosodique mise en place par plusieurs hommes politiques français influents, tels que Jacques Chirac, Lionel Jospin, ou encore François Mitterrand. L’homme politique doit en effet faire face à de nombreux paramètres lorsqu’il s’exprime, que ce soit de manière informelle dans un entretien amical, ou devant un large public, lors d’un discours de campagne électorale, par exemple. Ainsi, il doit adapter sa prosodie à la situation de communication, et aux attentes de l’auditeur.

12Afin de poursuivre ces recherches, notre étude vise à vérifier si l’utilisation et les caractéristiques de la pause varient en fonction de la nature du débat. Notre hypothèse est que l’homme politique adapte le rythme de sa parole, et donc les pauses présentes dans ses énoncés, en fonction de son contradicteur et du type de débat.

13Pour vérifier cette assertion, nous avons fait le choix d’étudier les pauses chez FH, d’abord en situation de débat face à Martine Aubry, durant la primaire socialiste de 2011, puis en situation de discours, lors du discours préélectoral prononcé au Bourget.

14La comparaison de ces deux situations est particulièrement intéressante dans la mesure où il s’agit de deux formes de discours très proches et en même temps très éloignées. En effet, dans les deux cas, l’objectif premier du locuteur est de convaincre le public par la transmission de ses idées. Cependant, dans le cas du discours, celui-ci est écrit, préparé et répété par le locuteur qui s’adresse directement au public sans risque de se faire couper la parole ou devoir répondre à des questions qui peuvent être délicates. Dans le cas du débat, le locuteur s’adresse au public, mais à travers un discours qu’il émet vers son interlocuteur. Là encore, le discours est préparé, mais il n’est pas forcément évident de l’exprimer librement puisqu’il doit s’adapter à la situation de communication du débat.

15Ainsi, nous verrons dans cette étude l’étendue de variation existant dans la gestion des pauses qui, de fait, sera différente dans chacun des cas.

Méthodologie

16L’étude porte sur deux types d’exercice de communication : un discours et un débat.

17Le débat correspond au débat final de la Primaire socialiste qui s’est tenu le 12/10/2011, où FH était opposé à Martine Aubry pendant une durée totale de 1h27’50’’. Diffusé en direct et en prime time sur France 2, ce débat fut modéré par 4 journalistes, en fonction des différentes thématiques abordées : Fabien Namias pour l’économie, Patrick Cohen pour les questions sociales, Françoise Fressoz pour parler de l’Europe et du Monde, et enfin David Pujadas, modérateur principal, pour aborder les questions de méthodes et comparer les types de présidences potentielles. Les débatteurs sont assis de trois quart, face aux journalistes, et entourés d’un public inaudible. FH porte un costume foncé, veste ouverte, ainsi qu’une cravate bleue, nouée en V. Il est assis en bout de chaise, dans une posture assez naturelle. Il est à l’aise, expressif et démonstratif. Son attention est ainsi multi-focalisée, entre les journalistes qui l’interrogent, son adversaire, Martine Aubry, et le contact visuel direct avec la camera/le téléspectateur. S’agissant d’un débat, FH ne s’exprime pas sur l’ensemble du document. Son temps de parole, pauses comprises, est donc de 39’28’’.

18Le second document présente la vidéo d’un meeting de FH qui s’est tenu le 22/01/2012, au Bourget. Il s’agit d’un discours d’une durée de 1h25’42’’, diffusé en direct, au cours de la journée. FH se présente seul au pupitre, et prononce un discours préalablement écrit, le texte est placé devant lui, sans aucun modérateur ou intervenant. Il est donc situé en position centrale, debout, face au large public d’une salle comble. Il porte un costume foncé, dont la veste est ouverte, ainsi qu’une cravate bleu foncé, nouée en W. Tout au long de son discours, il reste debout, gardant néanmoins une posture plutôt naturelle. Très expressif et démonstratif, notamment dans les moments clés de son discours, il cherche à paraitre à l’aise, focalisant son attention sur de nombreuses cibles.

19Afin de pouvoir comparer les deux types de production de la parole de façon rigoureuse, les deux interventions ont été ramenées à une même durée totale. Ainsi, seul un extrait de 39’28" du discours du Bourget a été retenu, afin d’obtenir des résultats pouvant être comparés de façon rigoureuse. L’extrait a été choisi aléatoirement, mais constitue 39’28" de discours ininterrompu : ainsi, les résultats comparés reflèteront avec plus de justesse les différences possibles qui pourront être observées.

20Le débat, comme le discours, a donné lieu à une transcription des propos tenus par FH, puis, après examen de la posture du locuteur, nous avons localisé les pauses et quantifié leur durée à l’aide du logiciel Praat. Les pauses ont été retenues lorsqu’elles étaient égales ou supérieures à 200 ms, puisqu’il s’agit du seuil à partir duquel une pause est susceptible d’être correctement décelée par des auditeurs dans un énoncé (Candéa, 2000).

21Ces pauses ont ensuite été distinguées selon les 3 formes citées supra : les pauses de démarcation, pauses de focalisation et la pauses d’hésitation (Ferré, 2003), le signal a ainsi été annoté.

22D’autres paramètres (vitesse d’articulation, nombre de syllabes par groupe rythmique et durée des pauses), permettant d’observer les variations de rythme, ont également été quantifiés.

Résultats

Étude du rythme en général

23Les deux formes différentes de discours politiques révèlent des rythmes relativement similaires. En effet, la Figure ci-dessous montre que les vitesses d’articulation sont très proches dans les deux situations, bien que FH s’exprime dans un débit légèrement plus rapide dans le cas du discours du Bourget, avec 6,250 syllabes par seconde, contre 6,171 syllabes par seconde pour le débat de la Primaire PS (ET de 1,605 syll/sec). Cette légère différence peut s’expliquer par le relevé de la durée moyenne des séquences sonores, de 1278 millisecondes pour le Bourget (ET de 654 ms) et de 1135 ms pour le débat de la Primaire PS. Les séquences sonores du Bourget sont sensiblement plus longues que celles du débat face à Martine Aubry.

Graphique 1 : Vitesse d’articulation primaire/Bourget

Le ratio de temps de pause / temps de phonation est de 76,71 % de temps de parole pour 23,29 % de temps de pause lors de la Primaire PS, contre 58,28 % de temps de parole pour 41,72 % de temps de pause lors du discours du Bourget. Des différences assez nettes séparent les deux interventions de FH en termes de gestion du rythme de la parole.

Graphique 2 : Ratio temps de pause/temps de phonation Primaire/Bourget

24Les deux interventions étant ramenées à une durée totale équivalente, la comparaison du nombre de pauses est rendue possible. Un total de 178 pauses pleines et de 1477 pauses vides ont été comptabilisées lors de la Primaire PS, pour un temps de pause moyen de 373 ms. Concernant le Bourget, 11 pauses pleines (Figure 3) et 1074 pauses vides ont été comptées, d’une durée moyenne de 917 ms (Figure 4).

25Des différences très marquées apparaissent entre ces deux interventions, au niveau du nombre total de pauses, du ratio du type de ces pauses, et de leur durée moyenne. Le nombre de pauses est beaucoup plus important dans le cadre du débat de la Primaire citoyenne, surtout les pauses pleines Aussi, la durée moyenne des pauses vides est plus longue de 245 % lors du discours au Bourget.

Graphique 3 : Nombre total de pauses pleines

Graphique 4 : Nombre total de pauses vides

26Dans le débat des Primaire PS, on rencontre dans la parole de FH un grand nombre de pauses d’une durée relativement courte, en comparaison avec le discours prononcé au Bourget, qui se compose de pauses moins nombreuses mais plus longues, pour finalement obtenir une durée totale de temps de pause presque deux fois plus longue (1,84 fois plus longue). Il est donc intéressant d’analyser plus en détail les modifications rythmiques apportées par FH aux pauses vides dans ces divers cadres.

Typologie des pauses

27Le Graphique 5 illustre les pauses dans la parole de FH lors de son discours au Bourget, légèrement moins nombreuses, mais significativement plus longues que celles de la Primaire PS, leur durée fluctuant même de façon beaucoup plus importante. Dans le cas du Bourget, précisons que seules les pauses vides d’une durée inférieure à 10 secondes ont été prises en compte pour le calcul des durées moyennes de pause, afin de ne pas fausser les résultats, le discours étant réalisé face à un large public qui parfois empêchait FH de continuer à s’exprimer.

Graphique 5 : Durée moyenne des pauses

28Lors du débat face à Martine Aubry, on dénombre 1010 pauses de démarcation syntaxique d’une durée moyenne de 392 ms tandis que son discours prononcé au Bourget en contient 789, d’une durée moyenne de 1014 ms.

Graphique 6 : Nombre total de pauses démarcatives

Graphique 7 : Durée moyenne des pauses

29Les pauses de focalisation sont, elles, au nombre de 213 pour la Primaire citoyenne, d’une durée moyenne de 315 ms, et de 253 lors du discours du Bourget, d’une durée moyenne de 620 ms. Ici encore, comme le montre le Graphique 8, le nombre de pauses de focalisation est beaucoup plus élevé lors du discours du Bourget. Le Graphique 9 indique une durée moyenne de ce type de pause également plus longue lors du discours au Bourget, avec un écart type plus de 5 fois plus important que lors du débat final de la Primaire PS, suggérant ainsi une variabilité plus élevée dans ce type d’élocution.

Graphique 8 : Nombre total de pauses de focalisation

Graphique 9 : Durée moyenne des pauses de focalisation

30Concernant les pauses d’hésitation, elles sont au nombre de 232 pour une durée moyenne de 341 ms dans le cadre du débat de la Primaire PS, contre 27 pour le discours du Bourget, d’une durée moyenne de 422 ms (avec un écart type de 316ms). La comparaison est illustrée infra, dans les Figures 10 et 11. Les pauses d’hésitation sont bien plus nombreuses dans le débat de la Primaire PS, bien que leur durée moyenne soit sensiblement plus courte. La différence d’écart type, également significative, montre une modulation des pauses d’hésitation lors du discours au Bourget beaucoup plus importante.

Graphique 10 : Nombre total de pauses d’hésitation

Graphique 11 : Durée moyenne des pauses d’hésitation

Conclusion

31Globalement, la comparaison des données rythmiques des types de production de parole, en débat et discours préélectoraux, ne montre pas de différences remarquables. En effet, même si la vitesse d’articulation, la durée moyenne des séquences sonores et le nombre moyen de syllabes par séquence sont supérieurs lors du discours du Bourget, les différentes valeurs restent proches les unes des autres.

32Dans les deux formes de discours, FH cherche à montrer un profil de leader supérieur à celui de ses adversaires. On peut néanmoins observer un écart important si l’on considère parallèlement les durées globales de phonation et de pauses des deux interventions. En effet, sur ce point, le calcul du ratio temps de phonation/temps de pause du Bourget montre une durée de temps de pause très importante en comparaison de celle du débat de la Primaire PS.

33Cette principale distinction est directement liée à la variation dans l’utilisation des pauses, et particulièrement des pauses vides. C’est avec cette variété de pauses que FH va réellement jouer pour créer une différence prosodique, mettant alors en place deux formes distinctes de communication.

34Il apparait que le nombre de pauses intradiscursives est globalement plus important dans l’intervention faite lors du débat de la Primaire PS, que ce soit en termes de pauses vides ou pleines.

35Cela s’explique par la différence de type de discours. En effet, bien que le débat ait été préparé par FH, que les questions posées et les pièges tendus par son adversaire ou les journalistes soient préalablement travaillés, et par conséquent que les réponses sont élaborées à l’avance, le niveau de spontanéité reste plus important dans le cadre du débat que lors du discours. Au Bourget, FH se contente de lire le texte de son discours, et, ayant travaillé particulièrement son interprétation, il est normal d’y trouver un nombre de pauses pleines significativement plus faible.

36La durée moyenne des pause est en revanche près de deux fois plus élevée pour le discours du Bourget, expliquant, malgré un nombre total de pauses plus faible, que le ratio de temps de phonation/temps de pause présente un pourcentage beaucoup plus important de temps de pause dans ce cadre que dans le celui du débat de la Primaire PS. La combinaison de ces différences constitue un premier point pertinent relatif à la distinction des deux types de discours comparés ici, elle permet d’expliquer la différence de ratio temps de phonation/temps de pause. La comparaison de chaque type de pauses vides appuie encore les différences entre les deux types de discours étudiés. En effet, ces données présentent logiquement des pauses vides plus nombreuses et d’une durée moindre dans le débat de la Primaire PS, même si cette observation ne vaut que pour les pauses de démarcation syntaxique et d’hésitation. Les pauses de focalisation sont quant à elles plus nombreuses dans le discours du Bourget, et toujours d’une durée moyenne supérieure à celles marquées par FH dans le cadre du débat.

37Il semble que FH met davantage en valeur ses propos dans le discours pré-électoral que dans le débat. Par sa stratégie de parole, FH peut marquer les esprits avec les diverses idées développées. Or, dans le cadre du Bourget, la lecture du texte de son discours permet la mise en place d’une forme de jeu d’acteur, qui favorise le marquage de pauses de focalisation.

38De plus, tel que nous l’avons vu supra, lors du débat de la Primaire PS, les deux débatteurs appartiennent à la même classe politique, et se « battent » non pas pour défendre leurs idées au sens large, mais pour défendre leurs moyens et principes organisationnels personnels qui permettent la mise en place de ces idées. Cela peut donc expliquer la différence de pauses de focalisation dans le deuxième cadre d’intervention, puisqu’au Bourget, FH défend seul ses idées (et celles de son mouvement politique) en tant que membre du parti majoritaire de l’opposition, face aux autres partis et politiques associés, qui développent parfois des principes contraires aux siens. Il met davantage d’éléments importants pour lui en exergue, puisqu’indissociables de l’ensemble de sa ligne politique.

39On peut néanmoins ajouter que FH a produit au cours de débats de cette élection présidentielle des exemples de longues tirades sans doute préparées au moins en partie, notamment dans le cadre du débat de l’entre-deux tour face à Nicolas Sarkozy (« Moi, Président de la République […] », en réponse à la question de la journaliste Laurence Ferrari « François Hollande, quel Président comptez-vous être ? »), mais il était alors seul opposant face au Président sortant. Ce type de tirade pourrait faire l’objet d’un type de discours particulier.

40L’organisation temporelle d’un discours d’opposant, illustré ici par l’intervention de FH au Bourget, comparée au rythme de la parole mis en place lors du débat politique lors de la Primaire PS, se caractérise donc par une réduction du nombre de pauses marquées, mais une augmentation notable de leur durée moyenne, et d’une augmentation de la proportion de pauses de focalisation marquées.

41Ainsi, la stratégie déployée par le locuteur face à la variété de pauses possibles est nettement différente dans les deux cas ; celles-ci ponctuent bien différemment chacun des discours prononcés par FH.

Bibliographie

Bibliographie

Candea Maria, 2000, Contribution à l’étude des pauses silencieuses et des phénomènes dits « d’hésitation » en français oral spontané, Thèse de doctorat, Paris III - Sorbonne Nouvelle.

Duez Danielle, 1999, « La fonction symbolique des pauses dans la parole de l’homme politique ». Faits de langues, vol. 13. 1999, p. 91- 97.

Duez Danielle, 2003, « Le pouvoir du silence et le silence du pouvoir : comment interpréter le discours politique », MediaMorphoses, no. 8. 2003, p. 77-82.

Ferre Gaëlle, 2003, « Les pauses démarcatives déplacées en anglais spontané », Lidil, 26, p. 155-169.

Ferre Gaëlle, 2004, « Les pauses intra-constituant en anglais spontané », Actes des XXVèmes Journées d’Étude sur la Parole, Fès, p. 217-220.

Gerstle Jacques 1992, La communication politique, Paris, PUF.

Goldman-Eisler Frieda, 1968, Psycholinguistics. Experiments in spontaneous speech, London and New York, The Academic Press.

Goldman-Eisler Frieda, Cohen Michele, 1974, « An Experimental Study of Interference Between Receptive and Productive Processes Relating to Simultaneous Translation », Language and Speech, 17, p. 1-10.

Maclay Howard & Osgood Charles, 1959, « Hesitation Phenomena in Spontaneous English Speech », Word 15, p. 19-44.

Sacks Harvey, Schegloff Emanuel, Jefferson Gaile, 1974, « A Simplest Systematics for the Organization of Turn-Taking for Conversation », Language, n° 50, 4, p. 696-735.

Simon Anne-Catherine, Auchlin Antoine, Avanzi Mathieu & Goldman Jean-Philippe, 2010, « Les phonostyles. Une description prosodique des styles de parole en français », In Abecassis, M. & G. Ledegen (éds), Les voix des Français, vol. 2. En parlant, en écrivant (Actes du colloque AFLS Les voix du français : usages et représentations, Taylorian Institution, The University of Oxford, 3-5 septembre 2008), Berne, Peter Lang, p. 71-88.

Zellner Brigitte, 1994, « Pauses and the temporal structure of speech », Fundamentals of speech synthesis and speech recognition, éditions E. Keller, p. 41-62.

Table des illustrations

Légende Graphique 1 : Vitesse d’articulation primaire/Bourget
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Légende Graphique 2 : Ratio temps de pause/temps de phonation Primaire/Bourget
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende Graphique 3 : Nombre total de pauses pleines
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Graphique 4 : Nombre total de pauses vides
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Légende Graphique 5 : Durée moyenne des pauses
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende Graphique 6 : Nombre total de pauses démarcatives
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Légende Graphique 7 : Durée moyenne des pauses
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Légende Graphique 8 : Nombre total de pauses de focalisation
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Légende Graphique 9 : Durée moyenne des pauses de focalisation
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0k
Légende Graphique 10 : Nombre total de pauses d’hésitation
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 4,9k
Légende Graphique 11 : Durée moyenne des pauses d’hésitation
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9357/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k

Auteurs

Université Paul Valéry – Montpellier III Laboratoire Praxiling UMR 5267

Institut de Phonétique de Strasbourg (IPS) & U.R. 1339 (LiLPa), E.R.
Parole et Cognition, Université de Strasbourg

Université Paul Valéry – Montpellier III Laboratoire Praxiling UMR 5267

Université d’Opole - Faculté des Philologies, Chaire de Culture et Langue françaises

Institut de Phonétique de Strasbourg (IPS) & U.R. 1339 (LiLPa), E.R.
Parole et Cognition, Université de Strasbourg

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search