Version classiqueVersion mobile

Variation, invariant et plasticité langagière

 | 
Isabelle Gaudy-Campbell
, 
Yvon Keromnes

I. Variation : émanation de l’usage et des textes

Étude de la variation dans le lexique toponymique anglais : le cas de la métathèse dans l’élément – thorp

Marc Fryd

Résumé

The present study investigates the case of morphological and/or phonological /Vr/ - /rV/ metathetic alternation in the English place-name element – thorp. It takes as a case in point the various pronunciations attested for the Northamptonshire place-name Althorp, widely known in connection with the Spencer family estate. The long-standing claim that Anglo-Saxon ‘throps’ may be distinguished from Scandinavian ‘thorps’ is discussed and rejected, and /r-metathesis/ is in turn discussed against a broad historical perspective, with a view to approaching a general definition of the sonority prerequisites for vocalic epenthesis or deletion in the context of liquids.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Spencer (1998).
  • 2 Seule une partie du billet figure dans l’image reproduite ici.

1On se souvient de l’émoi causé par la mort tragique de la princesse Diana, née Spencer, le 31 août 1997. L’ampleur de la couverture de l’événement par la presse et les media eut incidemment pour effet d’attirer l’attention du grand public sur une question d’onomastique qui se trouva vite investie d’une charge dramatique : la prononciation du siège de la famille Spencer, le célèbre château1 d’Althorp (Northamptonshire). En effet, à l’occasion de l’afflux de journalistes, de curieux, et de visiteurs venus se recueillir devant les grilles du château, l’écart entre la prononciation [ˈɔːlθɔːp] employée par la presse et le grand public, et la, ou plutôt, les prononciations reçues par le Comte Spencer lui-même, fut cause chez les premiers d’une irritation croissante suscitée par la hauteur dont il faisait preuve pour faire valoir le bon usage, en l’occurrence [ˈɔːltrəp], voire [ˈɔːlθrəp]. Comme il convient dans le pays lorsque la prononciation d’un nom propre est en jeu, la presse se tourna vers un expert à l’autorité incontestable pour en avoir le cœur net, et l’on fit ainsi appel à Graham Pointon, directeur de la BBC Pronunciation Unit. Interrogé par un reporter du journal télévisé de la BBC, Graham Pointon fut à même d’apporter une réponse claire et sans appel : ’The only criterion we go by is what the owner of a name says.’ Et sur ce point, il parlait avec assurance, fort en effet d’une preuve irréfutable, matérialisée par le billet2 retranscrit ci-dessous, à lui transmis par nul autre que le neuvième Comte Spencer en personne :

’I can remember my grandfather pronouncing it like this ; my octogenarian great-aunt does, too – and it is clear that alternative pronunciations only came about recently, out of laziness (it became simpler not to correct the many who mispronounced it – the majority of whom were foreign visitors to the house.’

2Bien sûr, la presse s’empressa d’interroger les habitants du village voisin de Great Brington, qui d’une seule voix répondirent que seule valait pour eux la prononciation analytique [ˈɔːlθɔːp]. Titillé sur ce point, Graham Pointon, répondit :

’It’s the same for Spencer as for anyone else. If you call your house by a name which is perhaps a little bit unusual then the way in which you pronounce it is correct. What your neighbours say is irrelevant. And in this case that’s what we think about the estate.’
http://news.bbc.co.uk/​2/​hi/​uk_news/​122709.stm

3Dans un contexte de défiance montante vis-à-vis du Comte, notamment en raison de la réception généralement critique de la tonalité conflictuelle affichée par ce dernier envers les Windsor à l’occasion du discours prononcé lors des funérailles de sa sœur, et sans doute pour déposséder symboliquement l’aristocrate du lieu destiné à abriter le mausolée de la princesse afin de le confier au peuple britannique, uni dans sa peine, les chaînes de télévision BBC, BSkyB et ITN prirent conjointement la décision remarquable de ne plus faire référence au lieu que par la seule prononciation [ˈɔːlθɔːp]. Il ne fallut pas longtemps au Comte pour reconnaître l’aspect politique de la controverse, et comprendre qu’il avait tout intérêt à s’incliner, ce qu’il fit solennellement en mai 2000, dans une déclaration dont rend compte l’extrait suivant du Daily Mirror :

The Daily Mirror, 12th May 2000
Earl Spencer has put out a bizarre statement telling visitors to Princess Diana’s grave that he is changing the way the name of his family home is pronounced.

The earl decided a London public relations company was needed to report his earth-shattering decision that from now on Althorp House should be called All-thorp, not Al-thrup.
Staff at the Spencer estate in Northamptonshire have also been ordered to make the change.
The Earl says he has decided to give up the battle to keep the centuries-old way of saying the name because people were always getting it wrong.
In his statement yesterday he said : ’In this, a new millennium, it seems fitting to change the pronunciation once and for all to a version that everyone can pronounce.
The different pronunciation has caused confusion for many years.’

4Deux jours plus tard, le même quotidien indiquait sans ambages ce qu’il fallait penser de cette annonce : ’Be it ’thorp or ’thrup, he’s a snobby young pup. ’ (Daily Mirror, 14 May, 2000, Carole Malone).

5Le recul pris par rapport à l’événement autorise aujourd’hui une approche dépassionnée. À y regarder de plus près, il apparaît que l’histoire de l’élément toponymique – thorp est complexe, et fort instructive. Au point que son étude peut prendre une valeur exemplaire du type de recherche que permet l’étude du lexique onomastique anglais, à la croisée de perspectives historiques, politiques, géographiques, philologiques et sociolinguistiques.

Inventaire des toponymes contemporains contenant l’élément – thorp

6L’inventaire proposé ici est extrait de la partie England/Place-names de Fryd (2001). Les transcriptions originales en alphabet phonétique SAMPA ont ici été converties en API (alphabet phonétique international). Les toponymes présentant des formes allographes de – thorp sont en nombre limité. Il s’agit essentiellement de formes métathétiques (28 items). Les chiffres sont clairs pour ce qui concerne la distribution géographique de ces toponymes : à une majorité écrasante ceux-ci se situent dans les comtés de l’ancien Danelaw. Seuls 14 toponymes sur un total de 343 (soit 4,08 %) se trouvent à l’extérieur du Danelaw.

Étymologie de l’élément – thorp

7L’élément toponymique anglais – thorp est dérivé d’une forme þorp qui peut historiquement être d’origine autochtone (vieil-anglais) ou bien scandinave, et plus précisément danoise. Cet élément est apparenté au proto-germanique *thurpa-, dont on trouve la trace dans plusieurs langues germaniques (cf. vieux-norrois þorp, vieux-frison thorp, frison terp, moyen-hollandais/hollandais dorp, vieux-haut-allemand thorf/dorf, gotique þaurp). On retient généralement l’hypothèse (cf. Skeat 1909 : 642, Pokorny 1959 : 1090, Klein 1967 : 1619, Watkins 2000 : 93) d’une racine indo-européenne *tr̥b renvoyant à l’idée de « construction ». C’est elle que l’on retrouve, inter alii, en gallois tref, moyen-irlandais treb, ou encore dans la forme latine trabēs/trabs ’poutre’ (cf. fr. ’architrave’).

8En tant qu’éléments toponymiques, les cognats de þorp sont instanciés en grand nombre au Danemark (aujourd’hui – drup– rup and – trup, cf. Pandrup, Hunderup, Stenstrup, ou bien – tolpe, cf. Udstolpe, sur l’île de Lolland), et dans une bien moindre mesure en Suède et en Norvège, ainsi qu’en Finlande et en Islande. On les rencontre également en Allemagne du nord et aux Pays-Bas, ainsi qu’en France, en particulier en Normandie.

Origine autochtone ou scandinave des toponymes en – thorp

9En Angleterre, il est admis, comme indiqué précédemment, que – thorp et ses variantes allographiques présentent une double filiation : d’abord autochtone, puis, plus tardivement, scandinave dans ces régions conquises par les envahisseurs que les Anglo-Saxon Chronicles dénommeront Danelaw (Wagner 1976). Diverses études conduites sur le corpus d’implantations scandinaves dans le territoire dit des Five Boroughs (Leicester, Nottingham, Derby, Stamford, Lincoln), en particulier celles de Cameron (1965, 1970, 1971), permettent d’établir une hiérarchie entre les divers sites en s’appuyant notamment sur un faisceau de données onomastiques. On peut ainsi distinguer entre trois types principaux : les Grimston hybrids, les composés en – bý, et les toponymes en – thorp, qu’ils soient composés ou non.

10Les toponymes de la catégorie des Grimston hybrids sont ainsi nommés parce que leur composition combine un premier élément d’origine scandinave (le plus souvent un nom de personne, ce qui en fait, techniquement, des éponymes) et un second élément dit générique, spécifiant la nature du lieu. Ainsi Grimr (anthroponyme scandinave) + tūn (ville ou village en vieil-anglais) ⇨ Grimston. La particularité principale Grimston hybrids réside dans le fait qu’il s’agissait de lieux déjà habités et prospères.

11La deuxième catégorie concerne les composés en – bý. Ce terme scandinave sans correspondant direct en vieil-anglais désignait des ’settlements’. On les trouvait souvent en association avec un anthroponyme, ainsi Scalby (East Yorkshire) et Bagby (North Yorkshire) sont des villages créés par des Scandinaves dénommés Skalli and Baggi (cf. Mills, 1998). Le type était également productif en relation avec un élément local, comme le montrent les nombreux Kir (k) by situés à proximité d’une église, ou bien les Derby proches d’une réserve de daims. La nature moins favorable du terrain d’implantation conduit à penser qu’il a pu s’agir de terres vierges colonisées par les envahisseurs. Divers vestiges historiques permettent cependant d’élargir cette classe pour y inclure des lieux abandonnés ou, parfois, déjà habités.

12Les toponymes en – thorp enfin, de moindre intérêt économique, sont corrélés à une catégorie de lieux nettement inférieure, notamment en termes d’accès, et d’intérêt pour l’habitation, l’élevage ou l’agriculture (cf. Fellows-Jensen, 1995 : 180 – 183). Ce statut inférieur se retrouve dans le sens de l’élément générique danois þorp, défini par Cameron (1961 : 78 – 79) comme ’secondary settlement, outlying farm’. A quoi on peut ajouter une nuance de dépendance, par exemple d’un village voisin, souvent exprimée dans la composition lexicale, cf. Ashwellthorpe (Norfolk), Staveley Netherthorpe (Derbyshire), Thorpe Langton (Leicestershire). La composition peut aussi exprimer une orientation spatiale, cf. Easthorpe/Northorpe (Yorkshire), ou une relation de proximité avec un élément local donné, cf. Millthorpe (Lincolnshire) ’thorp by the mill’, Birthorpe (Lincolnshire) ’thorp by the birch trees’.

  • 3 On peut consulter sur ce point Cameron (1961 : 75 – 86), et son chapitre consacré à la toponymie sc (...)

13On peut se fonder sur la rareté relative de l’élément – thorp dans certaines régions à peuplement majoritairement norvégien (cf. Northumberland, Durham, Cumberland, Westmoreland, Lancashire) et, à l’inverse, sa grande fréquence dans les comtés du centre et de l’est pour poser qu’il s’agit sans aucun doute d’un élément introduit par les envahisseurs danois. L’intérêt économique limité des lieux d’implantation en – thorp dans le Danelaw est confirmé par le taux élevé de disparition de toute présence humaine au fil des siècles. Ainsi, Cullen et al. (2011 : 41) montrent que près de 40 % de ceux-ci n’étaient plus habités au début du seizième siècle tandis que, comparativement, le taux d’attrition était de près de 29 % pour les toponymes en – bý, et de seulement 15 % pour les toponymes en – tūn. L’existence d’une telle spécificité onomastique à l’intérieur des groupes scandinaves est largement corroborée par la distribution d’autres éléments toponymiques3. Ainsi, les toponymes comprenant les éléments danois – thorp et – toft ne cotoient guère ceux formés avec les éléments norvégiens – fell (fjal ’mountain, hill’), – tarn (tjorn ’small lake’).

14Comme je l’ai évoqué, il est d’usage depuis Mawer (1924) et Smith (1956) de distinguer dans l’inventaire des toponymes contenant l’élément – thorp entre les toponymes d’origine scandinave et ceux d’origine anglo-saxonne. Ces derniers, en nombre limité comparativement aux premiers, se caractérisent parfois par la présence d’une métathèse (atypique parmi les toponymes scandinaves), si bien que l’usage prévaut de distinguer entre les – thorp danois et les – throp anglais. On a même considéré (cf. Smith, 1956 : 216) que bon nombre de – thorp scandinaves résulteraient de greffes appliquées sur des appellations homonymes préexistantes, d’origine anglo-saxonne. Cette hypothèse est catégoriquement rejetée par Gelling (1978 : 228), qui la juge peu étayée, et par Coates (2005 : 73-74), qui met en avant le manque de « vitalité » de l’élément – þorp en dehors du Danelaw, ce que confirme le tableau recensant ces toponymes dans le Domesday Book, puisque sur 367 items, 363 se situent dans le Danelaw, tandis que le reliquat se trouve localisé dans des zones limitrophes. Après Gelling (1978), Fellows-Jensen (1991/2) et Cullen et al. (2011), l’idée tend à s’imposer que les toponymes en – þorp dans les régions limitrophes du Danelaw seraient en fait de création plus tardive que les implantations scandinaves et auraient été produits par imitation anglaise, dans un contexte de forte influence scandinave.

Caractéristiques morpho-phonologiques de l’élément – thorp

15La lecture des réalisations phonétiques validées pour les 343 toponymes recensés montre qu’à côté de la prononciation analytique prédominante <thorp> = [θɔːp], coexistent en moins grand nombre diverses autres variantes de prononciation. Il s’agit le plus souvent d’une correspondance <thorp> = [θrəp], 95 occurrences, (cf. Westhorp, Northamptonshire, [ˈwesθrəp]/[ˈwesθɔːp]), et plus rarement [trəp], 17 occurrences, (cf. Bilsthorpe, Northamptonshire, [ˈbɪlstrəp]/[ˈbɪlsθɔːp]). On note aussi quelques réalisations très isolées dont la constante est une réduction vocalique :

  • réduction vocalique + épenthèse du /r/métathétique : Northorpe (Lincolnshire, Yorkshire) [-θərəp] ; Moorthorpe (Yorkshire) [-ðərəp] ;
  • réduction vocalique : Ingerthorpe (Yorkshire, Nottinghamshire) [-θəp] ; Wothorpe (Peterborough) [-ðəp] ; Easthorpe (Yorkshire, Nottinghamshire) [-təp].

16Enfin, la métathèse est également instanciée, dans un nombre limité de cas, avec une stricte correspondance graphie-phonie <CrV> ⬄ [CrV], ceci à l’extérieur du Danelaw (cf. Dropmore, Buckinghamshire, [ˈdrɒpmɔː]) comme à l’intérieur (Thriplow, Cambridgeshire, [ˈθrɪpləʊ]).

17– thorp– throp : aperçus sur la métathèse

Remarques générales

18Étymologiquement, le terme de métathèse signifie réagencement. L’opération correspondante est décrite par Chomsky & Halle (1968 : 361) en termes de transformation et permutation :

Chomsky & Halle (1968 : 361)

19Appliqué pour illustration au féroïen (proche de l’islandais), cela donne :

Fem.sg. (ø-suffixe) Masc. sg. (-or) Neut.sg. (-t) Sens
fesk feskor fekst fresh

20On voit dans ces exemples qu’une occlusive vélaire /k/ se métathétise dans un environnement /s k t/. On distingue dans l’analyse de ces réagencements la métathèse locale (également appelée métathèse tautosyllabique) et la métathèse non-locale (ou hétérosyllabique) (cf. Buckley 2011, Molinu 1999).

21La métathèse locale peut concerner des permutations de type CC, CV et, en théorie, VV, mais l’anglais ne connaît que les deux premiers types :

<CC> : v.a. ɑ̄csianɑ̄scian ’ask’ ; wæpswæsp ’wasp’
<CV> / <VC> : v.a. hros ∽ hors ’horse’ ; gærs ∽ græs ’grass’

22La seconde catégorie, la métathèse non-locale, n’est instanciée en anglais qu’en contexte inter-lexématique, dans des cas d’erreur de production sans caractère systématique. Fromkin (1971 : 31) et McMahon, (1994 : 16) donnent quelques exemples de ce type :

keep a tape — * teep a cape ; you’ve wasted the whole term — * tasted the whole worm

23La métathèse non-locale est familièrement connue en anglais sous le nom de spoonerism, d’après le nom du Révérend William Archibald Spooner (1844 – 1930, New College, Oxford), en référence aux erreurs de prononciation qu’il commettait fréquemment, cf. ״ Three cheers for our queer old dean ! ˮ (L’expression attendue, ’dear old queen’, s’appliquait en l’occurrence à la Reine Victoria…).

  • 4 On trouve des formes métathétiques similaires en piémontais, sarde, gascon...

24Dans les langues romanes, cette forme de métathèse non-locale est bien attestée en contexte intralexématique : LAT. parabola — ESP. palabra (etc.). Grammont (1905-6 : 74sq) l’évoque notamment dans son étude sur le parler de Bagnères-de-Luchon, où il met en évidence le caractère systématique de la métathèse dans le contexte Occlusive + Liquide : *kabra → krabo ʹchèvreʹ4.

  • 5 Cf. http://www.merriam-webster.com/dictionary/nuclear. Écouter aussi la réalisation offerte par Sa (...)
  • 6 Le caractère subversif de la série américaine des Simpson est bien mis en évidence par cet épisode (...)

25La métathèse est également courante en judéo-espagnol (ladino), notamment dans les emprunts faits à l’espagnol pour la séquence /rd/→/ðr/ (Subak, 1906 : 171sq) : tarde → taðre ’soir’. Il a été suggéré que de tels changements pouvaient être motivés par un facteur d’économie articulatoire : « Le postulat de la phonologie historique ou diachronique est que tout système phonologique tend à devenir le plus harmonieux possible », un principe « [qui] s’explique très naturellement comme une tendance à l’économie des moyens » (cf. Martinet, 1938 : 143-4). Ce principe avait en fait déjà valeur d’axiome pour les Néogrammairiens du dix-neuvième siècle. Il avait été ainsi exposé par Osthoff & Brugman (1878 : xvi), à qui j’emprunte la citation (traduite en anglais) à Blevins & Garrett (1998 : 508) : ’[when] the order of sounds and the syllable boundary make for inconvenience [it causes] a group of sounds [to be] placed where it is easier for the speaker.’ Le cas n’est pas rare, en effet, où l’on est tenté d’invoquer un tropisme de simplification comme motivation pour le passage d’un agrégat consonantique à une structure /CVCV/. Comme, par exemple, lorsqu’un mot tel que nuclear est prononcé [ˈnuːkələ] en anglais américain. Outre son propagateur célèbre George W. Bush, cette variante phonétique est si répandue aux Etats-Unis (Dwight D. Eisenhower, Bill Clinton, Dick Cheney, Sarah Palin sont ainsi connus pour l’utiliser) que l’éditeur Merriam-Webster a jugé bon de l’inclure dans ses dictionnaires5. Les nombreuses lettres adressées à l’éditeur à cette occasion par un public courroucé montrent bien l’investissement social qui peut s’incarner dans quelques items linguistiques qui prennent ainsi une valeur iconique du bon usage.6 Mais si l’on prend en considération le fait que nuclear possède une forme familière apocopée nuke, on peut être tenté d’invoquer, dans ’nucular’, une analogie naïve avec la terminaison – ular (cf. angle > angular) comme facteur ayant pu favoriser la diffusion de la forme remodelée. Pour l’anecdote, on pourrait être tenté d’exonérer Sarah Palin, G.W Bush et consorts en songeant que le substantif latin nucleus avait déjà lui-même une variante nuculeus attestée dans les textes de Plaute ou Marcellus (cf. Gaffiot, 1934 : 1043, s.v. ’nucleus’)…, mais c’est en vérité nucleus lui-même qui dérivait de nuculeus, par le jeu d’une syncope de la voyelle atone dans la syllabe médiane.

La métathèse en /r/

26Le contexte de /r/, et plus généralement, des liquides, est un des plus propices à la métathèse. Le phénomène est ainsi largement illustré dans les langues romanes, cf. le mot fromage qui se réalise fro – en français et en wallon, ou bien for –, p. ex. en italien formaggio, ou en occitan formatge, etc., auquel cas le terme est plus fidèlement dérivé du latin formaticum. On retiendra que ce dernier était d’ailleurs déjà le fruit d’un premier réagencement depuis le grec morphé…, en référence à la forme en osier utilisée pour le moulage des fromages.

27Certaines évolutions morphologiques, comme nuculeus > nucleus évoqué plus tôt, peuvent être prises à tort pour des métathèses. Selon le même modèle, arborarbre ne résulte pas d’une métathèse finale /Vr/ > /rV/, mais de la syncope d’une syllabe médiane inaccentuée en bas-latin :

28En anglais, les cas de métathèse en /r/ que l’on rencontre ne sont pas restreints à l’un des deux contextes /Vr/ ou bien /rV/, mais opèrent indifféremment dans l’un ou l’autre des contextes de départ et les chances sont grandes pour que de tels lexèmes connaissent un réagencement métathétique à un moment ou à un autre de leur histoire :

/Vr/ /rV/
/Vr/ /rV/

29On peut illustrer les deux types par les exemples suivants :

/Vr/ /rV/
through (v.a. þurh < proto-germanique *þurx) 700-1500 1300 >
/rV/ /Vr/
third (v.a. þridda < proto-germanique *þriđjó-) 800-1500 950, 1200, 1400>

30Comme le montrent les exemples de through et de third, les phénomènes métathétiques ne procèdent pas d’une évolution irréversible, abrupte et massive. Bon nombre des réagencements concernés connaissent en effet des fortunes diverses et des balancements dont les états synchroniques ne peuvent être décrits que comme aléatoires. Ainsi, pour frost ou grass (v. ci-dessous) dont les formes /Vr/, longtemps vivaces, finissent par céder à l’orée de l’époque moderne :

(cf. a1250... And bringeth forstes starke an stronge (Owl & Night : 524) [and brings [extremely cold] frosts,] ;
c1550 Complaynt Scotl. (1979) vi. 29, I past to the greene hoilsum feildis..to resaue the sueit fragrant smel, of tendir gyrssis)
[I passed to the green wholesome fields, to receive the sweet fragrant smell of tender grasses] :

/rV/ /Vr/
frost (v.a. frost < proto-germanique *frustaz) 700, 1300> 900-1000,
1100-1400
grass (v.a. græs < proto-germanique *graso-) 700-1000, 1200> 850-1000,
1300-1500
  • 7 J’emprunte ces deux exemples au Dictionary of the Scots Language.

31Comme évoqué plus haut, la prédominance d’une forme donnée ne se traduit pas forcément par l’éradication de sa rivale, qui parvient parfois à se maintenir en tant que survivance dialectale. C’est le cas en Ecosse7 pour thrid :

An the thrid ane, he said : ’It’s an auld tale an a weill-kent ane ;...’
[and the third one, he said, it’s an old tale, and a well-known one]
James Robertson, Chapman Magazine, 52, p. 71 (1988)

ou bien pour le verbe burn, dont l’une des formes /rV/ est encore très vivace :

Tammas, wha can eat brent bread ?
[Thomas, who can eat burnt bread ?]
Alexander Gray, Any Man’s Life, p. 45, 1924

  • 8 À noter que <ir> en anglais d’Écosse peut se prononcer [ɪr].

32Murray (1873 : 125) illustre l’étendue de la variation qui prévalait encore au dix-neuvième siècle en Ecosse. En voici un échantillon :8

33Dans une perspective historique générale de la langue anglaise, l’hypothèse a été émise (Lass 1978, Nakao 1986, Wełna 2002), que la métathèse /Vr/ → /rV/ pourrait parfois ne pas procéder d’une permutation directe, mais passer plutôt par une phase médiane d’épenthèse vocalique, suivie d’un ajustement suprasegmental sous la forme d’un déplacement accentuel vers la voyelle épenthétique, accompagné d’une syncope de la voyelle initiale désaccentuée. Ces mouvements complexes sont illustrés ci-dessous par l’évolution de la forme worht- (Pret. du verbe wyrcan ’work’) → wrought (cf. Wełna, 2002 : 503) :

Input worht-e
Vowel epenthesis woroht-e
Vowel deletion wroht-e
Output wroght-e

34Ce qui plaide immédiatement en faveur d’une telle hypothèse, c’est bien sûr le fait qu’elle puisse être concrètement étayée par la présence dans le corpus écrit du vieil-anglais de cette forme intermédiaire worohte :

  • 9 worhte dans d’autres versions…

971 Hælend ... þæt wundor worhte (Blickl. Hom. : 19)
c950 … seðe worohte9 from fruma woepen-monn & wifmonn ȝeworhte hia (Lindisfarne Gosp. Matt. xix : 4) [… he who made them from the beginning made them male and female,]
1056-66 Haward me wrohte (Inscr. on Dial. Kirkdale, Ch. Yks.)

35Les cas de métathèse par épenthèse et syncope ne sont attestés directement sous la forme de traces écrites que pour un nombre limité d’items lexicaux (cf. Wełna 2002), mais la théorie mérite néanmoins d’être retenue car elle fait écho à une disposition des langues germaniques pour le développement d’épenthèses vocaliques.

36Les observations qui précèdent conduisent à voir dans la métathèse en /r/ un mécanisme conditionné par le niveau de sonorité élevé pris contextuellement par la liquide. Cette hypothèse s’appuie en particulier sur la propension à la métathèse observable dans certaines variétés d’anglais dont le rhotacisme appuyé est notoire (anglais d’Irlande, sud-ouest de l’Angleterre, Etats-Unis : Virginie occidentale, Kentucky, Tennessee, Caroline du Nord, Géorgie, nord de l’Alabama, sud-ouest du Missouri, Oklahoma, certaines parties du Texas), cf. :

’as purty a girl as you’d meet in a fair’
William Carleton, Traits and Stories of the Irish Peasantry, 1853 [cité in Hickey, 2007 : 303]

’He showed it me. It shore was purty.’
Helen Norris, ’The Flying Hawk, ’ Southern Review, 1993, vol. 29 (1), p. 110 [COCA : Corpus of Contemporary American English,
http://corpus.byu.edu/​coca/​x.asp?w=1280&h=720]

37L’Oxford English Dictionary fournit un bon nombre d’attestations de purty (ou variantes), datées pour les premières du dix-septième siècle. Elles sont dans leur très grande majorité associées aux variétés dialectales citées précédemment. On retiendra qu’une forme métathétique cognate pertig s’est pareillement imposée en flamand.

38Une manifestation similaire d’étoffement vocalique du /r/ se rencontre en anglais américain dans certaines réalisations de l’adjectif great [ɡɹeɪt], sous la forme [ɡɹ̩ˈeɪt], le plus souvent en contexte emphatique. On trouve, à date récente, des ébauches de translittération telles que :

http://www.manta.com/​c/​mm3yttq/​grrreat-cakes Grrreat Cakes
http://www.manta.com/​c/​mm3yttq/​grrreat-cakes
2706 Mount Vernon Lane
Blacksburg, VA 24060-8122

Pawsitively Gurr-eat News !
http://www.landsdowne.org/​news_details.php?view=article&ref=archive&month=7&year=2010&id=126

39Mais celles-ci valent plus comme témoignages de l’existence du phénomène phonologique que comme exemples de lexicalisation.

40Ce serait donc ainsi une caractéristique des variétés d’anglais à rhotacisme appuyé que de favoriser l’épenthèse vocalique devant /r/ et, par suite, la métathèse, à l’issue d’un mécanisme compensatoire après syncope de la voyelle précédemment en sommet de syllabe (une fois celle-ci désaccentuée puis amuïe). Dans la représentation suivante, la phase médiane n’est pas attestée mais seulement reconstruite :

(1) * (2) (3)
/C R V́ / */C R̩V / /C V́ R /
[pr̥ɪ] => [pr̥ɪɾi] ’pretty’ *[pɹ̩ɪ] [pəɹ] => [pəɹɾi] ’purty’

41Si l’on prend en considération le niveau maximal de sonorité de /ɹ/ dans la chaîne de sonorité des consonnes, cf. le Sonority Sequencing Principle (SSP), de Selkirk (1984) :

on conçoit que cette sonorité puisse devenir un élément de conflit avec la voyelle initialement en position de noyau syllabique, et que ce conflit trouve sa résolution au détriment de la voyelle, détrônée de la position cruciale de premier élément vocalisé après l’attaque consonantique.

42Le cas de la métathèse /Vr/ → /rV/ est plus complexe. Dans le contexte d’un rhotacisme particulièrement marqué, on est conduit à supposer l’apparition d’une épenthèse dans la transition de la liquide vers la voyelle suivante (cf. la phase 2 du schéma ci-après) comme le confirmeraient les réalisations correspondant au stade 3 (cf. Northorpe (Lincolnshire, Yorkshire) [-θərəp] et Moorthorpe (Yorkshire) [-ðərəp]) :

(1) * (2) (3) (4)
/CVR/ */ C V RV / / C R̩ V / / C R̥ V /
Thorp [θɒɹp] *[θɒɹəp] [θɹ̩əp] [θɹəp]/ [θɹɒp]

43Il est certain que les ajustements métathétiques ne sont pas étrangers aux propriétés des liquides dans les langues indo-européennes, et à ce statut de virtualité syllabique qu’évoquait Saussure (1879 : 7) : « Dans la langue mère indo-européenne la liquide ou les liquides, si l’on en admet deux, existaient non seulement à l’état de consonnes, mais encore à l’état de sonantes, c’est-à-dire qu’elles étaient susceptibles d’accent syllabique, capables de former une syllabe ».

Conclusion

44En étudiant le corpus onomastique à l’occasion de la réalisation de mon Pronunciation Lexicon of British Place-names, Surnames and First Names (Fryd 2001), j’ai parfois pu constater l’ampleur de l’écart qui prévalait, parmi les variantes de prononciation en usage, entre une prononciation analytique fondée sur un corpus de règles grapho-phonématiques strictement synchroniques et une ou diverses variantes, totalement improbables à cet égard, et dont la connaissance est souvent circonscrite à un cercle d’initiés : habitants d’un lieu de faible notoriété, membres d’une famille donnée.

  • 10 Cf. Stubbs (1870 : 1), cité in Filppula et al. (2008 : 13) : ’This new race [les premiers envahisse (...)

45Parmi les phénomènes qui ont tout particulièrement retenu mon attention, figure en particulier celui de la métathèse, dont il m’a semblé qu’il dépassait le niveau de simple ajustement pour acquérir une valeur sociolinguistique : dans le cas de l’élément – thorp, la métathèse /Vr/ ⭢ /rV/, attestée dès les premiers textes anglo-saxons, est en effet investie par la tradition philologique anglaise du statut de discriminant vis-à-vis des toponymes scandinaves qui, eux, ne connaissaient que la réalisation /Vr/. Il est aisé de comprendre comment, dans le sillage de théories racialistes10 qui ont pu avoir cours au dix-neuvième siècle, et dont l’influence n’a pas épargné certains philologues britanniques, cette antériorité a pu être jugée symboliquement signifiante d’une profondeur historique anglo-saxonne jugée éminemment souhaitable.

  • 11 Wyld (1920 : 301) propose ainsi de situer dans l’East Midlands l’origine d’une vague de métathèses (...)

46On sait toutefois aujourd’hui qu’il serait infondé d’imputer toute réalisation [θɔːp] à l’extérieur du Danelaw à l’effet d’une extension de la norme scandinave, pas plus qu’il ne serait possible de soutenir que les réalisations [θrəp]/[θɹɒp] témoignent toutes de la survivance de formes remontant aux septième et huitième siècles de notre ère. Le changement par métathèse semble en fait plutôt avoir opéré par vagues successives11.

47Dans cette histoire de la métathèse, le toponyme Althorp a valeur de cas d’école, en cela qu’il incarne de façon idéale l’écart entre, d’une part, une prononciation restreinte à un cercle d’initiés, que l’on consulte afin, sur leurs conseils, de définir le bon usage et, d’autre part, la force nivelante des codes grapho-phonématiques, dont la portée universelle homogénéise les singularités et ramène dans l’ordinaire de la langue jusqu’aux noms de châteaux, eux-mêmes pourtant tout sauf ordinaires. Ceci met précisément en évidence, parfois douloureusement pour ceux qu’affecte ce nivellement, la nature affective qui relie l’être social aux désignateurs linguistiques qui le concernent, à ces patronymes ou toponymes qui peuvent identifier et singulariser, ou bien réduire le référent à une fade réplique : une autre personne, une autre demeure, un autre village. Nul doute qu’au-delà de l’attachement à un sentiment de vérité diachronique incarnée dans une prononciation proclamée par tel ou tel aristocrate, c’est bien la crainte d’une perte identitaire qui motive la résistance à l’évolution vers une prononciation (seulement) synchroniquement motivée. Mais comment ne pas voir, par exemple dans le cas de Althorp, que cet attachement à une prononciation qui tirerait sa légitimité de l’Histoire, participe d’une démarche de légitimation de la famille en ces lieux. En recourant en effet à une prononciation ostensiblement étrangère à la norme, et dont les attributs – métathèse, et fortition de la fricative – sont iconiques de ces particularismes ruraux qui plongent leurs racines dans l’histoire longue du pays, les Spencer donnent à croire que leur présence dans les terres où est érigé le château familial est tout pareillement ancrée dans l’Histoire… Une forme de storytelling implicite, en quelque sorte, si l’on m’autorise la formulation un peu familière, et anachronique. Or, la famille Spencer n’est elle-même établie à Althorp « que » depuis le seizième siècle, époque à laquelle elle fit l’acquisition d’un manoir d’époque Tudor, érigé depuis peu sur des terres alors vierges de constructions, mais sur lesquelles se trouvaient quelques vestiges d’un ancien village identifié dans le Domesday Book comme Olletorp (’la ferme de Olla’). On sait toutefois que les graphies du Domesday book ne peuvent être interprétées à l’aune des correspondances grapho-phonématiques de l’anglais contemporain, et que le <t> y a valeur de fricative. Quoi qu’il en soit, on peut concevoir que les préférences phonologiques des Spencer tirent une manière de légitimité du fait qu’elles n’ont rien d’une coquetterie récente, mais aussi risquer le raisonnement qu’en maintenant à date moderne leur attachement à une prononciation typologiquement rurale et conservatrice – parce que non analytique – la famille aristocratique s’attribue de ce fait le faisceau de traits culturels associés à cette caractéristique – c’est-à-dire l’ancrage dans l’Histoire – et légitime ainsi, par transfert métonymique, sa présence dans ce vaste domaine et, par extension, son immense patrimoine foncier.

48Il apparaît de ceci que l’étude de la phonologie des noms propres ne peut faire l’économie d’une étude de la réception

49Sur le plan de l’évolution du langage, on a vu que les changements phonétiques – à la différence en cela des phénomènes de grammaticalisation – n’étaient pas unidirectionnels mais pouvaient être sujets à des mouvements de balancier. Ainsi, les liquides, en contexte /rV/, se prêtent à des phénomènes d’étoffement vocalique dont la fonction est de réduire le conflit de sonorité entre la consonne en position d’attaque – la liquide pré-vocalique – et la voyelle en sommet de syllabe. Au terme de cette évolution, la voyelle initialement en sommet de syllabe en vient à perdre sa tonicité et à s’amuïr. Or, dans un mouvement circulaire, le schéma /Vr/ est, lui, sujet à l’apparition d’une voyelle épenthétique à droite de la liquide, lorsque celle-ci présente un fort degré de sonorité. La voyelle ainsi générée acquiert la sonorité de la voyelle concurrente, selon un principe d’harmonie vocalique. Elle prend alors le statut de sommet de syllabe et, dans un mouvement de compensation corollaire, la voyelle précédemment tonique devient caduque.

50On voit de ceci que la variation est une propriété structurelle du langage, et constitue, en cela, un invariant de celui-ci.

Bibliographie

Bibliographie

Blevins Juliette & Garrett Andrew, 1998, « The Origins of Consonant-Vowel Metathesis ». Language, 74 (3), p. 508 – 556.

Buckley Eugene, 2011, The Blackwell Companion to Phonology. Marc van Oostendorp, Colin J. Ewen, Elizabeth Hume and Keren Rice (eds.), vol. 3, Section 59. Metathesis.

Cameron Kenneth, 1961, English Place-Names. B.T. Batsford Ltd.

Cameron Kenneth, 1965, Scandinavian Settlement in the Territory of the Five Boroughs : The Place-Name Evidence. Inaugural lecture, University of Nottingham.

Cameron Kenneth, 1970, Scandinavian Settlement in the Territory of the Five Boroughs : The Place-Name Evidence. Part II, place-names in Thorp. Medieval Scandinavia III, p. 35 – 49.

Cameron Kenneth, 1971, Scandinavian Settlement in the Territory of the Five Boroughs : The Place-Name Evidence. Part III, the Grimston hybrids. In England Before the Conquest : Studies in Primary Sources Presented to Dorothy Whitelock. P. Clemoes & Kathleen Hughes (eds.), p. 157 – 171. Cambridge University Press.

Chomsky Noam & Morris HALLE, 1968, The Sound Pattern of English. Harper & Row.

Coates Richard, 2005, « The Grammar of Place-Names in Scandinavian England : A Preliminary Commentary ». In Peder Gammeltoft, Carole Hough & Doreen Waugh (eds.) Cultural Contacts in the North Atlantic Region : The Evidence of Names, p. 72 – 82. The Shetland Times Ltd.

Cullen Paul, Richard Jones & David N. Parsons, 2011, Thorps in a changing landscape. University of Hertfordshire Press.

Fellows-Jensen Gillian, 1987, « To Divide the Danes from the Norwegians : On Scandinavian Settlement in the British Isles ». Nomina, 11 : p. 35 – 60.

Fellows-Jensen Gillian, 1991/2, « Place-names in – þorp : in Retrospect and in Turmoil ». Nomina, 15 : p. 35 – 52.

Fellows-Jensen Gillian, 1995, « Scandinavian settlement in Yorkshire – through the rear-view mirror ». In Barbara E. Crawford (ed.), Scandinavian Settlement in Northern Britain, Studies in the Early History of Britain Series, p. 170-186. Leicester University Press.

Filppula M., Klemola, J. & Paulasto, H., 2008, English and Celtic in Contact. Routledge.

Fryd Marc, 2001, Pronunciation Lexicon of British Place-Names, Surnames and First Names. ELDA (European Language Distribution Agency)

Fromkin Victoria A., 1971, « The non-anomalous nature of anomalous utterances ». Language 47 : p. 27 – 52.

Gaffiot Félix, 1934, Dictionnaire illustré latin-français, Hachette.

Gelling Margaret, 1978, Signposts to the Past. Place-Names and the History of England. J. M. Dent & Son.

Grammont Maurice, 1905/6, « La métathèse dans le parler de Bagnères-de-Luchon ». Mémoires de la Société Linguistique de Paris 13 : p. 6-90.

Hickey Raymond, 2007, Irish English. History and present-day forms. Cambridge University Press.

Klein Ernest, 1967, A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language (2 vols.). Elsevier.

Lass Roger, 1978, « Mapping constraints in phonological reconstruction : On climbing down trees without falling out of them ». In Jacek Fisiak (ed.), p. 245-286.

Martinet André, 1938, « La phonologie ». Le français moderne 6 : p. 131-146.

Martinet André, 1952, « Function, Structure, and Sound Change ». Word 8 (1) : p. 1-32.

Martinet André, 1955, Economie des changements phonétiques : Traité de phonologie diachronique. A. Francke.

Mawer Allen, 1924, Introduction to the Survey of English Place-Names, vol. I, part II : The Chief Elements Used in English Place-Names. Cambridge University Press.

McMahon April, 1994, Understanding Language Change. Cambridge University Press.

Mills A.D., 1998, Oxford Dictionary of English Place-Names. 2nd edition. Oxford University Press.

Molinu Lucia, 1999, « Métathèse et variation en sarde ». Cahiers de Grammaire 24 : p. 153-181.

Murray James A.H., 1873, The Dialect of the Southern Counties of Scotland. Asher & Co.

Nakao Toshio, 1986, « Metathesis ». In Dieter Kastovsky, Aleksander Szwedek & Barbara Płoczińska, (eds.), Linguistics across historical and geographical boundaries : in honour of Jack Fisiak on the occasion of his fiftieth birthday, p. 547-556. Mouton de Gruyter.

Osthoff Herman & Brugman Karl, 1878, Morphologische Untersuchungen Auf Dem Gebiete Der Indogermanischen Sprachen, vol. 1. iii – xx.

Pokorny Julius, 1959, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch. Bern : Francke.

De Saussure, Ferdinand, 1879, Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes. B.G. Teubner.

Selkirk Elizabeth O., 1984, « On the major class features and syllable theory ». In Mark Aronoff & R.T. Oehrle (eds.) Language Sound Structure : Studies in Phonology. Cambridge : MIT Press. p. 107-136.

Skeat Walter W., 1909, An Etymological Dictionary of the English Language (2nd edition). Oxford : Clarendon Press.

Smith A.H., 1956, English Place-Names Elements. Cambridge University Press.

Spencer Charles, 1998, Althorp : The Story of an English House. Viking.

Stubbs W., 1870, Select Charters. 9th edn. 1913-1969, revised H.W.C. Davies. Oxford

Subak Jul, 1906, « Zum Judenspanischen ». Zeitschrift für romanisches Philologie 30 : p. 129-185.

Wagner Urs, 1976, Studies on English Place-Names in Thorp. Thèse, Université de Bâle.

Watkins Calvert, 2000, The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. Second Edition. Houghton Mifflin.

Wełna Jerzy, 2002, « Metathetic and non-metathetic form selection in Middle English ». Studia Anglica Posnaniensia 38 : p. 501-518.

Wyld Henry Cecil, 1920, A History of Modern Colloquial English. T.Fisher Unwin Ltd.

Zachrisson R.E., 1909, A Contribution to the Study of Anglo-Norman Influence on English Place-Names. Lund : Hɑ̊ken Ohlsson.

Notes

1 Voir Spencer (1998).

2 Seule une partie du billet figure dans l’image reproduite ici.

3 On peut consulter sur ce point Cameron (1961 : 75 – 86), et son chapitre consacré à la toponymie scandinave en Angleterre.

4 On trouve des formes métathétiques similaires en piémontais, sarde, gascon...

5 Cf. http://www.merriam-webster.com/dictionary/nuclear. Écouter aussi la réalisation offerte par Sarah Palin dans l’extrait suivant : http://www.youtube.com/watch?v=XvsPFndSzNU&feature=related

6 Le caractère subversif de la série américaine des Simpson est bien mis en évidence par cet épisode où Homer Simpson corrige la prononciation du mot nuclear : http://www.youtube.com/watch?v=OoASZyihalc.

7 J’emprunte ces deux exemples au Dictionary of the Scots Language.

8 À noter que <ir> en anglais d’Écosse peut se prononcer [ɪr].

9 worhte dans d’autres versions…

10 Cf. Stubbs (1870 : 1), cité in Filppula et al. (2008 : 13) : ’This new race [les premiers envahisseurs anglo-saxons] was the main stock of our forefathers : sharing the primaeval German pride of purity of extraction (…) and strictly careful of the distinction between themselves and the tolerated remnants of their predecessors (…)’.

11 Wyld (1920 : 301) propose ainsi de situer dans l’East Midlands l’origine d’une vague de métathèses pour la période du moyen-anglais.

Table des illustrations

Légende Chomsky & Halle (1968 : 361)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9297/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9297/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/9297/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6k

Auteur

Université de Poitiers (Forell EA3816)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search