Version classiqueVersion mobile

Le vampire dans la littérature romantique française, 1820-1868

 | 
Florent Montaclair

Conclusion. Astrologie, psychanalyse, médecine et autres interprétations

Texte intégral

1Le personnage du vampire étant avant tout charismatique, les chercheurs qui se sont lancés dans des tentatives d’analyses ne manquent pas.

2Dans toutes les disciplines.

3Examinons quelles significations il peut prendre quand on l’observe sous l’angle de l’occultisme, de la psychanalyse et de la médecine.

4La méconnaissance de ce qu’est la littérature marque ces interprétations : à aucun moment, la littérature n’est vue comme un domaine ludique, comme une construction humaine motivée par des intentions momentanées, scolaires ou personnelles.

1. L’occultisme

5A lire différents ouvrages sur l’occultisme, on constate un jeu assez amusant d’assimilationdifférenciation du vampire et du loup-garou. Puisque Clarimonde se transforme en chat, et que Dracula se transforme en chien, le Dictionnaire des sciences occultes des Éditions Pygmalion (Paris 1937 pour la Librairie des Champs Elysée, 1976 pour Pygmalion) lie vampires et loups garous, alors que le Dictionnaire marabout des sciences occultes de Julien Tondriau (Verviers, 1964) demande la dissociation des deux termes. Il va sans dire que les deux ouvrages ne font aucune référence à la littérature et les commentaires littéraires qui suivent sont de notre cru. Ils parlent là de types signifiants dans la pensée astrologique et occultiste.

6Julien Tondriau pose d’emblée les limites de sa réflexion : définir les caractères « magiques » (p. 13) des cérémoniels ou des figures des différentes branches des « sciences occultes ». A l’article vampire, on voit donc un rapprochement avec lémure et avec strige. Le premier terme surprend, si le second est banal. Le vampire est principalement le corps « mort », toujours actif. Alors que les textes littéraires glosent sur le sang et les pouvoirs du vampire, Julien Tondriau s’intéresse davantage à l’aspect « cadavre » du vampire. Dans La Morte amoureuse, Romuald oublie bien vite cet aspect de sa compagne, et dans Entretien avec un vampire, s’il est souvent fait allusion à la mort du vampire, l’auteur attire davantage notre attention sur l’aspect immortel des personnages que sur leur dimension cadavérique. La littérature répercutait le fait que le vampire était mort, mais ne s’éternisait pas nécessairement sur ce caractère. C’est davantage l’arrêt du temps que la mort elle même qui passionne.

7Les sciences occultes associent essentiellement le vampire aux lémures, c’est-à-dire aux âmes des morts qui reviennent certains jours sur terre soit par attachement au corps, soit pour tourmenter les vivants. Si Julien Tondriau cite Horace et Platon pour décrire ce qu’est un lémure, son association avec les vampires vient uniquement du fait que le lémure apparaît « en spectre ou sous forme d’animal » (p. 211). L’association est superficielle.

8De même l’association avec la strige est curieuse : à strige, on trouve uniquement « vampire nocturne ». On définit le vampire par la strige et la strige par le vampire… Processus déjà décrit.

9Plus intéressant est la seconde tentative de définition du personnage. Julien Tondriau déclare : « sorcier mort que l’imagination populaire suppose sortir la nuit du tombeau pour sucer le sang des vivants, jeunes filles de préférence ». La jonction sorcier-vampire est donc faite, et nous avons déjà donné quelques éléments historiques qui peuvent expliquer cette jonction. A en croire le dictionnaire de Julien Tondriau, le vampire s’est figé dans l’imaginaire dès son arrivée en France, dans les années 1750. Tout ce qu’il dit de la créature se comprend dans l’optique de la réception du phénomène après la chasse aux sorcières (le seul vampire vraiment sorcier que nous ayons est Dracula, puisque le comte aurait, selon Van Helsing, participé aux cours diaboliques que donnait Satan lui-même…), et dans l’optique d’une vulgarisation du phénomène pour un public connaisseur de la culture classique (référence aux lémures et aux striges). Le vampire romantique est totalement absent.

10Le Dictionnaire des sciences occultes de Frédéric Boutet (Marabout) est nettement plus riche, bien que plus ancien. Frédéric Boutet part sur une comparaison entre le vampire et le loup-garou. Son analyse commence par le rappel de la définition de Stanislas de Guaïta : « Les vampires sont des entités astrales qui, survivant à la dépouille mortelle de certains individus, en retardent indéfiniment la désagrégation moléculaire. Ces entités, rattachées au cadavre par un invisible lien deviennent erratiques et s’attaquent aux passants » (p. 192). Frédéric Boutet refuse bien sûr de croire aux vampires, mais expose les arguments des tenants de leur existence : « Gorres, dans son étrange Mystique, considère que ‘ Puisque l’homme vivant peut communiquer à un autre homme des émanations de sa propre vie, lesquelles sont salutaires ou pernicieuses, un cadavre peut exercer lui-même une étroite influence’. » Et Stanislas de Guaïta affirme la liaison entre vampires et loups-garous : « Dans les deux cas le spectre assassin court la campagne sous diverses formes d’animaux ; dans les deux cas il s’attaque volontiers aux êtres qu’il rencontre : la différence essentielle consiste en ceci précisément, que le loup-garou, tandis que sa forme astrale vagabonde au dehors, est un sorcier vivant qui sommeille dans son lit ; et que le vampire, au contraire est un sorcier mort qui végète dans sa tombe. » (p. 193-194).

11Frédéric Boutet associe alors complètement loups-garous et vampires, et affirme lui-aussi que les vampires sont universels. Mais son argumentation repose plus sur l’universalité du loupgarou (qui n’est pas notre propos) que sur celle du vampire (qui est hautement folklorique).

12Tout aussi folklorique est sa définition du vampire et du phénomène européen : il affirme que les cas de vampirisme sont toujours liés à la mort d’un sorcier, qui avait été enterré de manière inhabituelle. Les premiers textes vont contre cette affirmation !…

13Si Frédéric Boutet cite nombre de sources historiques sur les loups garous (Sprenger, Bodin, Boguet, Lancre, Hérodote), il ne cite qu’une fois un texte sur les vampires (Calmet) et encore est-ce en note, et encore est-ce pour signaler un détail anodin : que la tombe du vampire est « fréquemment percée de trous de la grosseur d’un doigt » (p. 195).

14Les arguments de Frédéric Boutet tournent rapidement courts.

15Le vampire ne relève pas d’une tradition démonologique claire, il n’a pas de signification particulière pour les sorciers et les occultistes. Et pour cause, c’est une création romantique !…

2. La psychanalyse

16Il est tout aussi aisé de faire du vampire une créature fantasmatique, relevant de l’inconscient. Nous n’avons pas laissé une grande place à des interprétations psychanalytiques dans cet ouvrage mais le personnage du vampire s’y prête assez bien. Voici une analyse de notre cru.

17Le vampire apparaît la nuit, en rêve. Il est le jeune homme ou la jeune fille du voisin, il/elle se couche sur le corps de sa victime, l’embrasse, le mord, et l’aventure finit dans le sang. Le vampire des textes historiques apparaît comme la manifestation de l’acte sexuel impossible, impossible car un des membres du couple est mort ! Les filles rêvent de l’homme qui est mort, et vice versa.

18La littérature garde cet attrait morbide pour le vampire. Chaque texte est différent, bien sûr, mais les constantes sont claires : le vampire est la créature érotique par excellence ; elle est souvent bisexuée. Carmilla fascine et aime une jeune fille ; Lestat se cherche des compagnons de sexe masculin… Les autres vampires (Ruthwen, Dracula, Clarimonde) sont plutôt hétérosexuels mais leur dimension amoureuse est toujours présente : les Ruthwen veulent se marier ; Dracula a trois femmes dans son château et se fait deux compagnes en Angleterre (Lucy et Mina). Clarimonde est une courtisane habituée aux orgies…

  • 1 D’où son appel à Frankenstein pour l’aider à donner la vie, dans le film Van Helsing, de Stephen S (...)

19Le vampire se singularise par sa soif de sexe, rarement assouvie, car il est parfois impuissant, et son union est généralement stérile1. De la mort, rien ne naît. Si ces remarques sont intéressantes, elles ne disent pourtant rien sur l’utilisation littéraire du motif.

3. La médecine

20Le vampirisme est-il né d’une vision horrifiante de la maladie ?

21Certains le pensent ! Lorsque l’on observe les manifestations physiques du vampirisme, on constate ses rapports avec certaines maladies.

22Renvoyons ici à l’ouvrage de Jean Goens Loups-garous, vampires et autres monstres, CNRS Éditions, 1993.

23L’auteur développe une partie « psychiatrique », dans laquelle il cherche la naissance du vampire à partir de personnages historiques et des cas de criminels et de malades connus…

  • 2 « On aurait fini par vous dire bien bas que pour rajeunir sa veine épuisée, il buvait le sang des (...)
  • 3 Voir Chouvel, Gasnier, Guy, Prédateurs, Chroniques sanglantes, Famberge, 1990, p. 37 et Jean Marka (...)
  • 4 Une apparition magistrale dans la série Vampire hunter D, de Hideyuki Kikuchi, et dans son adaptat (...)

24Nous laisserons ici ce genre d’analyse : Bram Stoker a inventé Dracula de toute pièce, et s’il se réfère à un personnage ayant existé, les recherches qui tendent à montrer que le roi Vlad Tepes était un vampire sont irréalistes. C’était un despote sanguinaire comme il y en eût des centaines ! Si Stoker avait appelé sa créature Valois, les critiques se seraient empressés de voir en Louis XI un vampire… C’est dailleurs ce que suggère l’historien Jules Michelet avec dérision2. A un personnage littéraire, hérité du Romantisme, Stoker donne un nom de tyran d’Europe centrale : le rapport entre ce tyran et le vampire s’arrête donc là ! Le cas est identique avec Gilles de Rais3 ou Elisabeth Bathory4

25Partie plus intéressante de l’ouvrage de Jean Goens : l’analyse médicale du vampire. Les traits physiques du vampire historique, celui qui apparaît dans les témoignages d’Europe centrale, sont ceux de plusieurs maladies : la rage (morsure) et la porphyrie. Jean Goens cite les points communs entre cette dernière maladie et les vampires : « pâleur (anémie), pilosité (hypertricose), canines acérées (déformations dentaires), dents et lèvres rouges (dépôts de porphyrines) […] photosensibilité […] troubles nerveux » (p. 74).

26Les premiers vampires sont peut-être des personnes malades physiquement, que la rumeur publique et la superstition rendent surnaturelles ?…

4. Vers la suite

27Voici la fin de ce petit ouvrage. De sa partie théorique du moins.

28Ainsi le vampire est-il d’abord un mythe oriental, c’est-à-dire une figure de l’imaginaire inventée par une population de l’est européen pour expliquer au quotidien la pression politique et culturelle que fait peser sur elle l’invasion turque.

29Ainsi le vampire devient-il en Europe de l’ouest un motif littéraire, sur lequel les auteurs romantiques brodent et duquel ils jouent.

30Le vampire se décrit alors sous les traits du héros romantique. Les variations les plus originales sont de mise sous la plume des auteurs, qui conçoivent le fantastique comme un jeu. L’enrichissement des formes est une de leurs préoccupations premières. Mais les grands traits du personnage restent romantiques (solitude, attrait pour le mal, vengeance, beauté fascinante…).

31Ce Héros si particulier, créé dans les années 1820, revient dans les années 1890, et à la fin du xxe siècle. Des vampires très typés ont vu le jour dans ces dernières années romantiques, au cinéma ou en littérature : le vampire de Coppola est de loin le plus ténébreux et amoureux ; celui de Carpenter (Vampire) le plus violent ; ceux d’Anne Rice les plus mélancoliques.

32Dans la suite de cet ouvrage, le lecteur trouvera sept textes :

  • le premier (Le Vampire) est la nouvelle originelle des histoires de vampire en Europe. Ecrit pas John William Polidori, le texte est publié en France sous le nom de Byron.
  • le deuxième est le roman de Cyprien Bérard, première œuvre littéraire française sur la question (Lord Ruthwen ou les Vampires, 1820)
  • le troisième est le mélodrame Le Vampire, de Charles Nodier (1820), tiré de la nouvelle de Polidori et du roman de Bérard ;
  • le quatrième est le vaudeville de Scribe (1820) qui reprend par la comédie ces mêmes textes ;
  • le cinquième est Le Vampire, de Alexandre Dumas (1851) qui développe encore le thème de Polidori - Bérard ø ;
  • le sixième est La Morte amoureuse, de Théophile Gautier (1836), première nouvelle qui se détache de l’œuvre anglo-saxonne ;
  • le septième est Lokis, en extraits, de Prosper Mérimée (1868), grand jeu sur les caractères surnaturels.

Notes

1 D’où son appel à Frankenstein pour l’aider à donner la vie, dans le film Van Helsing, de Stephen Sommers.

2 « On aurait fini par vous dire bien bas que pour rajeunir sa veine épuisée, il buvait le sang des enfants », cité dans Louis XI, Atlas, Paris, 2009, p. 93.

3 Voir Chouvel, Gasnier, Guy, Prédateurs, Chroniques sanglantes, Famberge, 1990, p. 37 et Jean Markale, L’Enigme des Vampires, Pygmalion, 1991, p. 115.

4 Une apparition magistrale dans la série Vampire hunter D, de Hideyuki Kikuchi, et dans son adaptation en film, de Yoshitaka Amano.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search