Version classiqueVersion mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variation et ajustement

Variations métaphoriques autour du concept de vie : de l’universel et du particulier

Yvon Keromnes

Résumé

La variation dans le langage est une instance particulière d’un phénomène propre à l’ensemble du vivant, tant sur un plan biologique que culturel. Dans ce cadre général, la variation s’opère autour d’une base stable. Il convient, pour le langage, de s’interroger sur ce rapport entre variation et stabilité. Les idées a priori que la variété des langues naturelles aurait pour corollaire une variation cognitive équivalente, ou au contraire que la cognition constituerait un pôle de stabilité universel à partir duquel les langues varient, sont ici rejetées. La question du rapport cognition-langage est alors abordée à propos des métaphores conceptuelles, plus précisément du concept VIE en tant que domaine cible en allemand, en anglais et en français, trois langues qui sans être mutuellement exotiques renvoient à des cultures suffisamment différentes pour que la comparaison soit probante. Nous examinons ici la variation des métaphores et celle de leur expression linguistique. Sur ce dernier point, l’attestation des occurrences paraît cruciale, et c’est à partir d’un corpus d’exemples récoltés sur internet ou dans des recueils de citations que s’opère cet examen. Beaucoup de ces exemples correspondent à des titres de chansons, romans, films, ils appartiennent au domaine public, souvent à travers les cultures.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La parole est le meilleur spectacle monté par l’homme. C’est la ‘pièce’ qu’il joue sur la scène de (...)

1Même si ce qui nous distingue des animaux non humains devient de plus en plus ténu à mesure que progressent nos connaissances, le langage, outil symbolique, reste sans doute encore le propre de l’homme ou, pour employer la formule de Whorf (1956 : 249), « speech is the best show man puts on. It is his own ‘act’ on the stage of evolution1 ». Dans cette citation métaphorique qui nous suggère que la vie est un spectacle, une pièce de théâtre, Whorf fait le lien entre cette faculté qui nous définit et nous distingue, et ce qui nous inscrit dans le vivant : nous sommes un produit de l’évolution.

  • 2 Plus précisément, « descent with modification », c.-à-d. une « descendance avec modification » pour (...)
  • 3 Sur le lien entre évolution biologique et évolution culturelle, cf. en particulier Dawkins (2006) e (...)

2La variation linguistique et culturelle, en ce qu’elle est fondamentalement liée à la répétition et à la reproduction, semble par ailleurs découler d’un mécanisme analogue à ce qui produit la diversité du vivant, qui part d’une reproduction avec modification2 dont parle Darwin, et que les biologistes étudient à tous les niveaux, depuis les organites, cellules, tissus et organes composant un organisme jusqu’aux populations et aux espèces3. Dans les langues et les cultures humaines également, on constate qu’à partir d’un socle commun, une série de modifications peut donner lieu à des entités radicalement différentes. Considérée de ce point de vue général – qui, faut-il le préciser, ne se veut absolument pas réductionniste – la variation s’opère à partir d’une forme d’information dont la relative stabilité assure la reproductibilité et la transmission. Il convient donc de s’interroger sur ce par rapport à quoi la variation s’opère.

  • 4 Cf. Sapir (1921 : 183).
  • 5 Il existe dans la cognition une diversité de la même façon qu’il existe une diversité dans les lang (...)
  • 6 C’est le fait que l’on trouve dans toutes les langues des noms, des verbes, les mêmes règles, bref, (...)

3Pour des linguistes comme Sapir et Whorf, le fait que la faculté du langage elle-même varie dans ses expressions pour donner lieu à une diversité des langues est la cause d’une variation équivalente de la pensée, ce qui conduit à postuler une incommensurabilité des pensées dans les différentes communautés linguistiques, et donc également une impossibilité de traduire4. Si une version forte, déterministe, de cette thèse est aujourd’hui difficilement défendable, des efforts se poursuivent pour montrer l’influence du langage sur la pensée, par exemple Levinson (2003 : 22), qui écrit « There is diversity in cognition just as there is diversity in language, clothing, hairstyle, kinship practices, modes of subsistence, ritual and religion5 », mais ce que montre finalement son ouvrage pour ce qui concerne la cognition spatiale, c’est que non seulement il n’existe que trois cadres de référence possibles, les cadres relatif, intrinsèque et absolu, mais que ces trois cadres sont probablement en concurrence chez tout être humain. On voit donc que la diversité cognitive posée comme thèse de l’ouvrage reste assez loin d’être démontrée, et n’est de toute façon assurément pas commensurable à la diversité culturelle. À l’opposé de cette démarche, Pinker (1995 : 43) estime pour sa part qu’un plan universel sous-tend les différentes langues6, qui semble suggérer une certaine similitude dans les cerveaux des personnes qui parlent ces langues. Or, on ne peut pas dire que la grammaire universelle postulée par la théorie chomskyenne et défendue par Pinker, après plusieurs décennies, se soit imposée comme une évidence parmi les spécialistes du langage ; on peut par ailleurs rester circonspect quant au pouvoir explicatif de cette théorie vis-à-vis des langues réellement parlées. Bref, l’universalité de la grammaire dont découlerait une universalité de la pensée, tout comme l’idée inverse, chère à Sapir et Whorf, d’une variation des langues causant une variation égale de la pensée, demeure aujourd’hui encore plus près de la simple position de principe que du fait établi. La question reste donc posée de savoir dans quelle mesure la variation intralinguistique et interlinguistique correspond à une variation cognitive.

Variations métaphoriques

4Plutôt que d’essayer de prouver une influence du langage sur la pensée ou l’absence d’une telle influence, il me semble nettement plus profitable d’étudier la façon dont la pensée trouve son expression dans le langage. Et si nous acceptons le postulat cognitiviste que le langage nous éclaire sur le fonctionnement de notre cognition, il s’agit de voir quelle variation cognitive peut être postulée à partir d’une variation linguistique. C’est ce que je propose de faire à travers la théorie des métaphores conceptuelles de Lakoff & Johnson (1980).

5A la base de l’opération linguistique élémentaire de prédication se trouve la mise en relation de deux concepts. Mais c’est aussi par la mise en relation de deux concepts que Lakoff & Johnson (1980 : 5) définissent les métaphores conceptuelles : « The essence of metaphor is understanding and experiencing one kind of thing in terms of another », nous éprouvons et nous concevons un concept à partir d’un autre.

  • 7 Un commentateur pourrait objecter que tout ceci a déjà été dit il y a bien longtemps ; ce serait sa (...)

6Ce que Lakoff & Johnson décrivent comme fonctionnement métaphorique n’est donc qu’un cas particulier de la mise en relation conceptuelle à la base de la production linguistique (prédication). Dans une métaphore conceptuelle, un concept source est en partie projeté sur un concept cible qu’il rend ainsi, en quelque sorte, plus maniable, plus représentable. Une métaphore conceptuelle est un instrument cognitif permettant d’appréhender une réalité difficilement définissable par ailleurs, typiquement une réalité abstraite. C’est pourquoi, dans un autre ouvrage, Lakoff & Johnson (1999 : 3) peuvent affirmer que l’essentiel de notre pensée abstraite est sans doute de nature métaphorique7.

  • 8 Conformément à une convention à présent bien établie, je distingue la mention de concepts et de mét (...)

7Pour reprendre l’exemple bien connu TIME IS MONEY8, le concept source MONEY est projeté sur le concept TIME et me permet de concevoir cette notion abstraite qu’est le temps comme une réalité matérielle concrète, palpable, et comme un bien précieux que je peux thésauriser ou gaspiller, que je peux gagner ou perdre, donner ou me faire voler.

8Ce mécanisme est tellement fondamental dans notre pensée que nous n’avons généralement pas conscience de la nature métaphorique de la plupart de ces expressions linguistiques ; il s’agit de métaphores conventionnelles (catachrèses), ce qui explique leur caractère idiomatique.

9Et les différentes expressions idiomatiques concernant le temps compris comme de l’argent, que l’on retrouve aussi bien en allemand et en français qu’en anglais et sans doute dans de nombreuses autres langues, expressions dans lesquelles on attribue au temps ces propriétés que je viens d’évoquer, sont des variations linguistiques à partir d’une même métaphore conceptuelle.

  • 9 Le débat, c’est la guerre, les théories sont des bâtiments, la vie est un voyage.
  • 10 Ce qui de toute façon au niveau linguistique n’est jamais le cas non plus, sauf pour les prédicatio (...)

10La relation de structuration partielle, d’attribution de propriétés d’un concept sur l’autre signifie que la forme prédicative sous laquelle les métaphores conceptuelles sont présentées (ARGUMENT IS WAR, THEORIES ARE BUILDINGS, LIFE IS A JOURNEY9) doit être comprise comme une sorte de notation raccourcie de cette relation, et non comme marquant une identification10.

  • 11 En particulier évidemment les philosophes idéalistes de Platon à Kant et Hegel en passant par Desca (...)

11Dans un premier temps, on peut donc voir le niveau conceptuel comme le niveau unifiant, celui où se manifestent la cohérence et la stabilité pouvant donner lieu à de la variation linguistique, non seulement à l’intérieur d’une même langue, mais à travers les langues. Et le modèle de la cognition humaine qui sous-tend la théorie des métaphores conceptuelles incite à penser qu’un certain nombre de ces métaphores sont universelles, non pas parce qu’elles participeraient d’une raison universelle désincarnée telle qu’elle a été postulée par de nombreux philosophes11, mais parce qu’il s’agit au contraire d’une cognition incarnée, portant la trace de l’expérience sensori-motrice que nous avons du monde dans lequel nous vivons. Et évidemment, cette expérience sensori-motrice est relativement similaire pour les humains quels qu’ils soient. De là à généraliser l’idée d’universaux cognitifs, il y a un pas que ne franchissent pas Lakoff & Johnson (1980 : 8), puisqu’ils remarquent par exemple qu’une métaphore comme TIME IS MONEY est clairement liée à une culture particulière, la nôtre, et qu’ils notent dans leur ouvrage consacré à la cognition incarnée (1999 : 5) que l’existence de systèmes conceptuels différents dans le monde implique l’impossibilité d’une raison totalement universelle.

12Malgré ces réserves, il est probable, comme le remarque Kövecses (2005 : vii) que la théorie de la cognition incarnée conduit dans de nombreux travaux à une surestimation de la dimension universelle de la cognition.

  • 12 Cf. Peeters (2002 : 93).

13En fait, la variation est déjà présente dans les métaphores conceptuelles, à la fois en ce qui concerne le concept-cible et le concept-source. Qu’un concept-cible puisse être structuré à partir de différents concepts-source est une conséquence directe du caractère partiel de la structuration. Le concept de VIE fait partie des primitifs sémantiques chez Wierzbicka12, qui constitue donc l’un des quelques concepts à partir desquels tous les autres, dans toutes les cultures, sont élaborés ; ce concept lui-même, loin d’être inanalysable, comporte de multiples aspects qui justifient un ensemble important de métaphores conventionnelles. On le trouve ainsi, dans Lakoff & Johnson (1980), associé aux trois types de métaphores que décrivent les auteurs, orientationnelles (LIFE IS UP : Lazarus rose from the dead, Lazare s’est élevé pour sortir du monde des morts), ontologiques (LIFE IS AN ENTITY AND AN AGENT : Life has cheated me, j’ai été floué par la vie ; LIFE IS A CONTAINER : I’ve had a full life, J’ai eu une vie bien remplie. Get the most out of life, obtenir le meilleur de l’existence) et structurelles (LIFE IS A GAMBLING GAME : He’s a real loser, c’est un vrai perdant ; LIFE IS A STORY...). La métaphore LIFE IS A JOURNEY (la vie est un voyage) n’est pas présente dans l’ouvrage, mais elle l’est dans celui de Lakoff et Turner (1989) consacré plus particulièrement aux métaphores littéraires, à côté de LIFE IS FLUID IN THE BODY (la vie est un fluide dans le corps), LIFE IS A PLAY (la vie est une pièce de théâtre), LIFE IS BONDAGE (un asservissement), LIFE IS A BURDEN (un fardeau que l’on porte), et enfin LIFE IS A PRECIOUS POSSESSION (un bien précieux).

14Les raisons pour lesquelles un même concept-source peut être projeté sur plusieurs concepts-cible sont moins claires. Chez Lakoff & Johnson (1980), si LIFE IS A JOURNEY ne figure pas, on trouve en revanche LOVE IS A JOURNEY ; on pourrait penser dans ce cas à une sous-catégorisation, le concept-cible LOVE étant l’un des aspects relativement importants (l’une des dimensions saillantes) du concept LIFE, mais que dire de AN ARGUMENT IS A JOURNEY ? (ibid. : 103). Ou encore des exemples suivants, extraits de mon corpus et qui ne sont qu’un échantillon de l’expression linguistique d’un grand nombre de métaphores conceptuelles employant le voyage comme domaine source :

1) L’apnée, c’est un voyage intérieur (G. Nery, site internet de Libération).
2) Ma musique, c’est un voyage (J. Clegg, site internet du Télégramme).
3) Ecrire est un voyage (site internet).

15et enfin mon exemple préféré, proprement confondant :

4) Le « trip », c’est un voyage (blog).

16Il semble que toute expérience d’un segment temporel comme possédant à la fois une certaine unité et un certain intérêt puisse prêter à cette conceptualisation et à la métaphore du voyage. Quoi qu’il en soit, nous observons au niveau conceptuel une importante variation tant à partir des concepts-source que des concepts-cible, sous-tendus par les mêmes mécanismes de relation binaire orientée entre concepts. Qu’en est-il de la variation linguistique ? C’est ce que nous voulons voir à présent.

Variations linguistiques

  • 13 Mais pas toujours, c’est le revers de la fabrication d’exemples ad hoc. Ainsi par ex., she fell fro (...)

17Par définition, une même métaphore conceptuelle renvoie à une famille d’expressions linguistiques, ce que Lakoff & Johnson (1980) illustrent abondamment avec des exemples dont le caractère idiomatique est généralement indéniable13 : c’est d’ailleurs l’un des aspects les plus convaincants de leur approche, l’idiomaticité des expressions garantissant la dimension conventionnelle des métaphores conceptuelles qui les sous-tendent ; mais ces exemples ne sont pas extraits d’un corpus.

  • 14 Büchmann (1977) pour l’allemand et Cohen & Cohen (1996) pour l’anglais, Pruvost (2007) pour le fran (...)

18Pour ma part, j’ai voulu voir ce qui était attesté sur internet dans trois langues, l’allemand, l’anglais et le français, ainsi que dans des recueils de citations pour les deux premières14 mieux apprécier ce qui variait ou pas en fonction du système linguistique choisi.

  • 15 Non pas que la construction soit agrammaticale dans ces deux langues, mais elle ne correspond simpl (...)
  • 16 Rencontré sur différents forums internet et blogs, c’est une expression qui circule, mais je n’ai p (...)

19A partir d’une recherche sur une forme prédicative identique à la notation de la métaphore conceptuelle, on trouve sur internet, dans les trois langues, un très grand nombre de propositions de type « la vie est un(e) X », « life is an X », « das Leben ist ein(e) X », avec dans le cas du français, une variante emphatique également très fréquente présentant un détachement à gauche du sujet grammatical : « la vie, c’est un(e) X », variante caractéristique de la langue parlée, et qui n’a pas d’équivalent direct en allemand ni en anglais15. On trouve aussi, dans les trois langues, une variante comparative manifestement concurrente : « la vie, c’est comme un(e) X », « life is like an X », « das Leben ist wie ein(e) X ». Nous pouvons en effet estimer que les formes métaphorique et comparative sont concurrentes, puisque les mêmes concepts se trouvent très régulièrement associés dans les deux formes : à la formule de Shakespeare (As You Like It) : (5) « All the world’s a stage, and all the men and women merely players » répond celle de Ben Johnson : (6) « Our whole life is like a play », de même qu’au titre du lied de W.F.E. Bach (7) « Pfad des Lebens » (chemin de la vie) répondent les paroles de H.D. Thoreau : (8) « My life is like a stroll upon the beach », et qu’au (9) « Das Leben ist ein Spiel » (la vie est un jeu), titre d’une chanson du groupe de rock allemand « böhse onkelz » répond l’expression suivante : (10) « La vie, c’est un peu comme un jeu vidéo16 ».

20Et enfin, une forme négative de notre première expression est très bien représentée aussi dans les trois langues : « la vie n’est pas un(e) X », « Life is no (/not an) X », « Das Leben ist kein(e) X ». Pour tout dire, lorsque l’on cherche sur Google une expression de la forme « das Leben ist ein », le programme propose aussitôt, avant que l’on ait fini de taper son texte, « das Leben ist kein » (la vie n’est pas... telle ou telle chose). Ces formulations négatives et leur rôle dans la définition d’un concept mériteraient donc une étude à elles seules.

  • 17 Une très large majorité des expressions que j’ai trouvées sur internet.
  • 18 Forum internet « Nager avec les dauphins ».
  • 19 C’est une définition de la métaphore que l’on trouve à la fois dans le Littré et dans le Dictionnai (...)
  • 20 Notons cependant que contrairement à ce qu’on pourrait penser au premier abord, la comparaison figu (...)

21Par ailleurs, il est assez étonnant de constater qu’un très grand nombre de ces expressions sous les trois formes décrites17, et dans les trois langues étudiées, correspondent à des titres de chansons, de romans ou de films, nous reviendrons sur ce point. Mais intéressons-nous tout d’abord à la différence entre métaphore et comparaison. Je pars du principe qu’il existe une différence, selon l’idée chère à D. Bolinger (1977) du « one form, one meaning », (« une forme, une signification) attribuant pour corollaire à toute variation lexicale ou syntaxique une variation sémantique, la synonymie ou l’équivalence parfaite sur ces deux plans n’existant pas. Il faut tout d’abord remarquer que ces deux constructions posent un même problème, celui de l’identification de leur caractère figuré. Comment distinguer (11) « la vie est un rêve » de (12) « la vie est un phénomène physico-chimique » ? Comment distinguer (13) « la vie est comme un rêve » de (14) « le dauphin est comme un gros chien18 » ? Il me semble qu’entre la prédication métaphorique et l’inclusion dans une classe d’une part et entre la comparaison figurative et la simple analogie d’autre part, la distinction est due à chaque fois à la nature des concepts mis en rapport. Dans le premier cas, nous avons dans le rapport entre les deux concepts non pas de la fausseté (la piste vériconditionnelle est manifestement une voie sans issue), mais une certaine incongruité, critère proposé par Jackendoff & Aaron (91 : 325) pour identifier un emploi métaphorique, et que je retiens ici. La comparaison figurative (13) « la vie est comme un rêve » possède ce caractère d’incongruité, et peut sans problème être transformée en métaphore (11) « La vie est un rêve ». La différence semble donc mince ; dans une conception classique de la métaphore, on dit d’ailleurs que cette dernière est une comparaison implicite19. Il existe bien pourtant une différence, et même plusieurs. Pour parler en termes langackeriens, on pourrait dire que la comparaison profile la ressemblance, autrement dit privilégie la relation entre les deux concepts par rapport à ces derniers, les deux concepts restent distincts, alors que la métaphore profile le concept cible sur fond de propriétés prédiquées. L’un des concepts sert à donner forme à l’autre, la relation est clairement asymétrique20. Quoi qu’il en soit, les différences présentées ici expliquent peut-être pourquoi la comparaison peut plus facilement être minimisée que la métaphore :

15) La vie, c’est un peu comme un rêve/? La vie, c’est un peu un rêve.

  • 21 Avec évidemment du « bruit », des résultats non souhaités, mais dans une mesure assez réduite pour (...)

22L’opposition n’est pas parfaitement tranchée, c’est vrai, mais à titre indicatif, l’expression exacte « la vie, c’est un peu un » donne sur Google 240 000 résultats21 (179 000 résultats pour « la vie, c’est un peu une ») contre 3 270 000 résultats pour « la vie, c’est un peu comme un » (2 970 000 résultats pour « la vie, c’est un peu comme une »).

23Alors que si on maximalise les deux formes, les rapports s’inversent : « la vie, c’est vraiment un « (3 700 000 résultats), contre « la vie, c’est vraiment comme un » (8 résultats !).

24Notons par ailleurs que pour la métaphore, l’adverbe « vraiment » n’annule absolument pas la lecture métaphorique, mais la renforce, ce qui semble conforter l’hypothèse d’une lecture métaphorique découlant essentiellement de la nature des concepts mis en relation, indépendamment de la forme linguistique que prend l’expression de cette métaphore.

25La forme de la proposition peut cependant avoir un effet sur la lecture métaphorique ou non d’un énoncé. C’est le cas lorsqu’intervient une négation. Max Black (1979 : 35) montre en effet qu’à partir d’une métaphore prédicative, la négation peut rendre possible une lecture littérale. À partir de (16) « man is a wolf », nous pouvons retrouver la littéralité : (16a) « man is not a wolf », suivi par exemple de la correction (16b) « he is a primate » (l’homme n’est pas un loup, c’est un primate) ; même s’il est encore possible d’insérer la seule expression négative dans une expression métaphorique plus large : (16c) « man is not a wolf, he is an ostrich » (l’homme n’est pas un loup, c’est une autruche), ou la négative retrouve une lecture métaphorique. Mais quelle est la fonction de la négation par rapport aux expressions métaphoriques

26Parmi les exemples de négation que j’ai pu relever, on peut plus ou moins distinguer deux catégories ; dans le premier cas, il s’agit de la simple contrepartie de métaphores prédicatives également présentes dans le corpus :

17) Life is a joke/Life is not a joke.

18) La vie est un roman (film d’A. Resnais)/La vie, ce n’est pas un roman (chanson de C. Renard).

27Et à l’exemple (9) « Das Leben ist ein Spiel » cité précédemment, on pourrait opposer, parmi beaucoup d’autres, les exemples suivants :

  • 22 N. B. : La chanson « das leben ist kein spiel » existe aussi.

19) Das Leben ist kein leichtes Spiel22 (chanson de D. Dornig : la vie n’est pas un jeu facile).

20) Das Leben ist kein Heimspiel (film : la vie n’est pas un match à domicile).

28Mais la négation peut évidemment aussi sembler répondre à une comparaison figurative :

21) La vie, c’est un peu comme un jeu vidéo/La vie, ce n’est pas un jeu vidéo.

29Dans la deuxième catégorie, la métaphore initiale avant négation aurait un côté hyperbolique et si peu vraisemblable (la vie est un lit de roses, une croisière d’agrément, un concert à la demande) que la version niée ne parait pas tant comme la contrepartie de la première, que comme la version « par défaut » :

22) Life is no bed of roses (la vie n’est pas un lit de roses).

23) Life is no pleasure cruise (la vie n’est pas une croisière d’agrément).

24) Das Leben ist kein Wunschkonzert (la vie n’est pas un concert à la demande).

25) Das Leben ist kein Frotteeschlafanzug (la vie n’est pas un pyjama en tissu éponge).

30Nous voyons dans ces exemples la grande variété des formulations ; certains diront que l’on perçoit dans l’exemple (25) le goût allemand pour un certain confort domestique, mais il s’agit au fond à chaque fois de la même chose : nous avons affaire à des propos sentencieux, la vie n’est pas faite pour s’amuser, comme disait ma grand-mère : tous ces concepts suggérant l’agrément et le plaisir des sens, et que l’on pourrait souhaiter associer au concept de VIE, ne peuvent pas l’être ; et la fonction de la négation, avec un caractère de litote peut-être plus évident dans cette deuxième catégorie, pourrait finalement être toujours la même. Il s’agirait d’évoquer la possibilité d’une métaphore pour mieux la révoquer. Si la métaphore conceptuelle est un instrument cognitif nous permettant de donner forme à un concept comme celui de VIE grâce à un autre concept plus concret, la négation nous suggère simplement ce que cette mise en forme aurait pu être, mais qu’elle n’est pas. Les deux concepts restent finalement distincts, si bien que la métaphore niée semble se placer entre la métaphore et la comparaison figurative.

Conclusion

31Dans cette étude du concept de VIE autour d’expressions métaphoriques, nous observons de la variation à la fois au niveau conceptuel et au niveau linguistique, mais les deux types de variation ne paraissent pas toujours directement corrélés. Evidemment, entre une métaphore prédicative, une comparaison figurative et une prédication négative, forme linguistique et représentation varient concurremment. Mais une même métaphore conceptuelle peut être à l’origine d’un ensemble d’expressions linguistiques différentes, tout comme des métaphores conceptuelles différentes peuvent se retrouver sous une même forme linguistique, avec certes une variation lexicale, mais qui ne reflète pas l’étendue des différences de représentation. La variation conceptuelle découle du fait qu’un concept abstrait peut difficilement être appréhendé selon une unique perspective. Pour un concept aussi largement partagé que celui qui était notre objet d’étude, on voit que les possibilités de variation des expressions linguistiques à partir d’une même forme semblent pratiquement illimitées (c’est la dimension créative de ces métaphores), comme si chacun pouvait exprimer la particularité de son expérience individuelle, avec la possibilité pour nombre de ces expressions individuelles de tomber dans le domaine public et de devenir « conventionnelles » (La vie est un long fleuve tranquille), mais en même temps on reconnait dans cette variété d’expressions linguistiques le recyclage de certains concepts privilégiés, finalement assez peu nombreux. Les métaphores conceptuelles observées sont exclusivement ontologiques : La vie est un parcours délimité, avec un début et une fin, un espace limité dans lequel on se déplace, ou une entité mettant en valeur un aspect positif ou négatif. Les exemples présentant le concept de REPRESENTATION, sous différentes formes (pièce de théâtre, film, roman) ou celui de VOYAGE accompli en utilisant différents modes de transport, sont récurrents dans les trois langues. Bien sûr, certaines métaphores circulent d’une culture à l’autre et leur expression n’est pas alors générée indépendamment dans chacune, mais étant donné l’ampleur des similitudes, on peut faire l’hypothèse que leur enjeu n’est pas là, et qu’elles sont plutôt dues au fait qu’autour de certains concepts comme celui de vie, nos expériences et notre façon de nous les représenter, à travers les langues et les cultures, sans se recouvrir exactement, sont très largement comparables.

Bibliographie

Bibliographie

black Max, 1979, “More about Metaphor”, in Ortony (ed.), Metaphor and Thought, p. 19-43.

bolinger Dwight, 1977, Meaning and Form, London, Longman.

büchmann Georg, 1977, Geflügelte Worte, Berlin, Knaur.

cohen John Michael & cohen Mark, 1996, Dictionary of Quotations, London, Penguin.

dawkins Richard, 2006 (1976), The Selfish Gene, Oxford University Press.

jackendoff Ray & aaron David, 1991, Review of More than Cool Reason, by George lakoff and Mark turner, in Language 67, p. 320-338.

kövecses Zoltan, 2005, “Metaphor” in Culture : Universality and Variation, Cambridge University Press.

lakoff George & johnson Mark, 1980, Metaphors We Live By, Chicago University Press.

levinson Stephen, 2003, Space in Language and Cognition, Cambridge University Press.

ortony Andrew (ed.), 1979, Metaphor and Thought, Cambridge University Press.

ortony Andrew, vondruska Richard, foss Mark & jonesLawrence, 1985, Salience, Simile and the Asymmetry of Similarity, in Journal of Memory and Language 24, p. 569-594.

peeters Bert, 2002, “La métalangue sémantique naturelle au service du transculturel“, in Travaux de linguistique 45, p. 83-101.

pinker Stephen, 1995, The Language Instinct, London, Penguin.

pruvost Jean, 2007, Citations de la langue française, Paris, Bordas.

sapir Edward, 1921, Language : An Introduction to the Study of Speech, Dover Publications, 1921.

whorf Benjamin, 1956, Language, Thought and Reality : Selected Writings of B.L. Whorf, edited by J.B. Carroll, MIT Press, Cambridge, Mass.

Notes

1 La parole est le meilleur spectacle monté par l’homme. C’est la ‘pièce’ qu’il joue sur la scène de l’évolution (toutes les traductions sont de moi. Pour les exemples, j’ai privilégié une traduction mot à mot).

2 Plus précisément, « descent with modification », c.-à-d. une « descendance avec modification » pour une définition biologique de l’évolution.

3 Sur le lien entre évolution biologique et évolution culturelle, cf. en particulier Dawkins (2006) et sa notion de « mèmes » qu’il relie à celle de « gène » sous l’étiquette de « réplicateurs ».

4 Cf. Sapir (1921 : 183).

5 Il existe dans la cognition une diversité de la même façon qu’il existe une diversité dans les langues, l’habillement, les coiffures, les rituels de parenté, les pratiques alimentaires, les rituels en général et la religion.

6 C’est le fait que l’on trouve dans toutes les langues des noms, des verbes, les mêmes règles, bref, une « même grammaire », qui est posé comme propriété universelle de ces langues.

7 Un commentateur pourrait objecter que tout ceci a déjà été dit il y a bien longtemps ; ce serait sans doute vrai. Ça l’est généralement. Depuis l’aube de l’humanité, à peu près tout a déjà été dit, tout et son contraire. Mais si la linguistique cognitive reformule souvent des idées déjà exprimées auparavant, l’originalité de Lakoff & Johnson, à mon sens, est de montrer dans son expression linguistique la systématicité du phénomène, des oppositions haut/bas, avant/ arrière ou intérieur/extérieur, comme expression d’une pensée essentiellement (mais non uniquement) liée à notre réalité physique. Cette position théorique remet en question bon nombre de postulats de la philosophie classique occidentale, à commencer par le dualisme cartésien.

8 Conformément à une convention à présent bien établie, je distingue la mention de concepts et de métaphores conceptuelles (mais pas leur glose) par de petites majuscules, et celle de leur expression linguistique par des italiques.

9 Le débat, c’est la guerre, les théories sont des bâtiments, la vie est un voyage.

10 Ce qui de toute façon au niveau linguistique n’est jamais le cas non plus, sauf pour les prédications tautologiques du type « un sou est un sou ».

11 En particulier évidemment les philosophes idéalistes de Platon à Kant et Hegel en passant par Descartes, pour ne citer qu’eux.

12 Cf. Peeters (2002 : 93).

13 Mais pas toujours, c’est le revers de la fabrication d’exemples ad hoc. Ainsi par ex., she fell from status (ibid. : 16) illustrant la métaphore orientationnelle HIGH STATUS IS UP, est cité de très nombreuses fois sur internet, mais ces occurrences semblent renvoyer exclusivement à l’ouvrage de Lakoff & Johnson. On a là un cas rare d’auto-attestation.

14 Büchmann (1977) pour l’allemand et Cohen & Cohen (1996) pour l’anglais, Pruvost (2007) pour le français.

15 Non pas que la construction soit agrammaticale dans ces deux langues, mais elle ne correspond simplement pas aux « habitudes » linguistiques de leurs locuteurs. En anglais, on trouvera « Life, it’s a shame », une chanson qui ne passera probablement pas à la postérité, et en allemand, on tombe invariablement – et exclusivement sur le « Das Leben, es ist gut » de Goethe.

16 Rencontré sur différents forums internet et blogs, c’est une expression qui circule, mais je n’ai pas pu déterminer son origine.

17 Une très large majorité des expressions que j’ai trouvées sur internet.

18 Forum internet « Nager avec les dauphins ».

19 C’est une définition de la métaphore que l’on trouve à la fois dans le Littré et dans le Dictionnaire de l’Académie française.

20 Notons cependant que contrairement à ce qu’on pourrait penser au premier abord, la comparaison figurative possède elle aussi une certaine asymétrie, certes moins marquée, mais qui à nouveau la rapproche de la métaphore. Ortony (85) explique cette asymétrie par un déséquilibre dans la saillance des propriétés comparées, la comparaison se faisant de l’élément moins typique vers le plus typique.

21 Avec évidemment du « bruit », des résultats non souhaités, mais dans une mesure assez réduite pour que les différences d’ordre de grandeur des différentes requêtes soient significatives.

22 N. B. : La chanson « das leben ist kein spiel » existe aussi.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search