Versione classicaVersione mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variation discursive, variation énonciative

Variations sémantiques de marqueurs discursifs : cas de deshô en japonais et n’est-ce pas en français

Hiroko Noda

Abstract

This research aims to account in translation for the semantic variations of discourse markers in t translation, by setting as example deshô in Japanese and n’est-ce pas in French. This choice is due to their similar functions. This analysis falls within the theoretical framework developed by A. Culioli “Theory of Enunciative Operations”. The analysis is based on a corpus of dialogues from novels and their translations. This study shows in which cases n’est-ce pas can or cannot be used as a corresponding element of deshô in translation : when deshô works as a mark of support and empathy, it is difficult to translate it by n’est-ce pas ; on the other hand, n’est-ce pas cannot be used to translate deshô which has a function of demand, approval, check, reminder of a common information or introduction. The possibility of p’ being valid which is excluded by S0 prevents the use of n’est-ce pas in the translation. It turns out that semantic variations of a discourse marker in translation are so subtle that they require meticulous analyses of the adjustments of such marker with the other markers within the utterance.

Testo integrale

Introduction

1Cet article porte sur les variations sémantiques d’un marqueur discursif à partir de l’exemple de deshô en japonais et n’est-ce pas en français. Le marqueur deshô est en général considéré comme une variante plus « polie » de darô qui peut aussi prendre la forme desho ou daro. Dans la majorité des études déjà publiées (entre autres, Miyazaki, 2000, 1993 ; Adachi, 1999 ; Miyake, 1996 ; Kinsui, 1992), les emplois de ces quatre formes sont étudiés sans faire de distinction, en prenant darô comme représentant.

2Cette étude se situe dans la continuité de notre thèse (Noda, 2011) dans laquelle nous avons travaillé sur les emplois de hein, quoi, n’est-ce pas en français et darô, yo, ne, yone en japonais. Ces quatre marqueurs japonais sont des éléments comparables à hein. Dans notre thèse, nous avons proposé des caractérisations pour chaque marqueur. Celles de n’est-ce pas ont été élaborées à partir des analyses de ses emplois en comparaison avec hein et quoi, et celles de darô en comparaison avec yo, ne et yone. Il s’avère que les caractérisations de n’est-ce pas et de darô sont similaires. Avant de les présenter, considérons l’énonciateur (noté S0) comme l’instance subjective à l’origine d’un énoncé, le garant de la validité/validabilité de cet énoncé ; et le coénonciateur (noté S’0) comme l’instance subjective séparable (mais non nécessairement séparée) de l’énonciateur et constituant un pôle d’altérité possible sur l’énonciation de l’énonciateur. Admettons également que la relation intersubjective entre S0 et S’0 soit fondée sur une notion prédicative P qui peut prendre une valeur positive p ou une valeur p’ (valeur négative ou valeur autre que p).

3Dans le cas de n’est-ce pas, S0 suppose que p est valable pour S’0 (état initial) ; ensuite S0 remet cette supposition en cause et la vérifie. Dans le cas de darô, S0 suppose que p est valable pour S’0 et constitue S’0 comme pôle de validation ; S0 ne remet pas en question la validité de p, mais étant donné qu’elle dépend de S’0, elle est en attente de la confirmation de S’0.

4Ces formulations se ressemblent, ce qui correspond au fait que n’est-ce pas peut être traduit par darô dans la plupart des cas. Nous y remarquons cependant une différence : dans le cas de n’est-ce pas, S0 remet sa supposition en question contrairement au cas de darô.

5Nous voudrions vérifier cette hypothèse formulée à partir de l’invariance qui est un « postulat heuristique selon lequel une forme empirique égale une forme schématique » (Lebaud, 2004 : 54), en analysant les variations sémantiques de darô et de n’est-ce pas. Nous entendons par « variation », un « ensemble régulé des emplois et des interprétations qui émergent au gré des énoncés attestés ou vraisemblables » (Lebaud, ibid.). À cette fin, nous étudierons dans quelle mesure l’emploi de n’est-ce pas et celui de darô correspondent et dans quelle mesure. Cette investigation de la possibilité de traduction dans une autre langue, faisant apparaître des contraintes d’emploi d’un marqueur, nous permet de mieux rendre compte de la singularité de chaque marqueur. Nous nous focalisons ici sur la possibilité de traduire darô par n’est-ce pas et par d’autres marqueurs.

6Étant donné la différence formelle, il nous paraît plus prudent de traiter séparément les différentes formes de darô, bien que nous n’ayons pas fait la distinction dans notre thèse. Nous nous pencherons ici sur deshô.

7Nous avons choisi d’étudier les dialogues de romans francophones et leur traduction en japonais, ainsi que de romans en langue japonaise et leur traduction en français. Il s’agit des romans contemporains écrits en langage courant. Il ne s’agit pas d’une analyse basée sur un corpus comparable au niveau contextuel, comme le privilégient un certain nombre de chercheurs (entre autres, Degand, 2005 ; Lewis, 2005 ; Siepmann, 2005), mais d’une comparaison minutieuse entre les énoncés originaux et les énoncés traduits afin de dégager les variations sémantiques d’un marqueur. Nous sommes consciente que travailler sur des phénomènes oraux à partir de séquences issues d’un texte écrit peut poser des problèmes, notamment pour la prise en compte des éléments prosodiques. Mais ce choix se justifie par l’existence abondante de traductions professionnelles qui supportent l’analyse linguistique, et par le souci d’étudier des phénomènes langagiers répétables, à savoir susceptibles de s’employer au-delà d’événements singuliers.

8Nous présenterons comment deshô est traduit en français. Nous nous focaliserons sur les cas où deshô et n’est-ce pas sont employés en fin d’énoncé.

Possibilités de traduction en français de desho

9Nous avons observé les occurrences de deshô et sa traduction. Nous avons distingué six types de fonctionnement de deshô :

1) Demande d’assentiment, 2) Vérification, 3) Rappel d’une information commune, 4) Introduction, 5) Adhésion et 6) Empathie. Nous verrons que dans les premiers quatre types deshô peut être traduit par n’est-ce pas, contrairement aux cinquième et sixième types.

Demande d’assentiment

10Dans le cas de la demande d’assentiment, le locuteur demande à l’interlocuteur de partager son avis comme dans l’exemple (1) :

  • 1 Nous avons mis en italique le cotexte de l’énoncé qui contient le marqueur en question.

(1) Okashii deshô (TNB : 277)
bizarre - deshô
Qu’est-ce que cela signifie ?
- C’est bizarre, n’est-ce pas ? répondit-elle d’un ton très sérieux, ou plutôt, inquiet1 (TNBfr : 136).

11Dans l’exemple (1), la locutrice manifeste son jugement relatif à l’état de chose et demande un assentiment à l’interlocuteur.

Deshô peut être traduit par non comme dans l’exemple (2) :

(2) Osoroshii deshô ? (DIS1 : 333)
abominable - deshô
C’est abominable, non ? (DISfr : 270)

12Dans cet exemple, il est possible d’utiliser n’est-ce pas à la place de non, mais l’emploi de ce dernier signifierait que la locutrice donne son avis à l’interlocuteur de façon plus marquée. Avec n’est-ce pas, S0 n’exclut pas totalement p’, bien que p soit pondéré (c’est-à-dire considéré plus valable que p’). En revanche, avec non, p’ est exclu : « tu peux penser que p’ est valable, mais moi, je pense que p est valable, n’es-tu pas d’accord ? (tu le devrais) ».

13Nous avons également observé pas vous comme dans l’exemple (3) :

(3) Umaku ienai n dakedo, kusa no happa toka ookikute kimi ga warui deshô (DIS1 : 79).
bien - dire+pouvoir+nég. - part. - mais - herbe - comp.n. - feuille - etc. - grand - sensation - suj. - mauvais – deshô.
Je ne sais pas comment dire, mais ces herbes, avec leurs grandes feuilles, je trouve ça répugnant, pas vous ? (DISfr : 69).

14Dans la traduction, le jugement de la locutrice et sa demande d’assentiment à l’interlocuteur sont formellement marqués par je trouve et par pas vous, à la différence de l’énoncé original. Si l’on utilise n’est-ce pas, on pourrait traduire par « c’est répugnant, n’est-ce pas ? ».

Vérification

15Le cas de vérification est proche du cas de demande d’assentiment, mais la différence avec ce dernier porte sur le fait qu’en cas de vérification, c’est l’interlocuteur qui peut garantir la validité du propos :

(4) Moriwaki san kara, o denwa arimashita deshô ? (DIS1 : 245).
nom de famille - Mme - de - pol. - téléphone - exister+pol.+accom. – deshô Mme Moriwaki vous a téléphoné, n’est-ce pas ? (DISfr : 203).

16Dans l’exemple (4), la locutrice suppose que Madame Moriwaki a téléphoné à son interlocuteur. Elle ne remet pas totalement en cause sa supposition, mais elle la vérifie, vu que sa validité dépend de l’interlocuteur.

17Cet emploi de deshô peut être traduit par non :

(5) Dakedo, chiryô toka ni okane ga kakari masu deshô (DIS1 : 309)
mais - traitement - etc. - comp. loc. - argent - suj. - coûter - pol. - deshô
Mais votre traitement médical, ça coûte cher, non ? (DISfr : 252)

18Comme dans l’exemple (2), l’emploi de non implique que la locutrice étant convaincue de la validité de son propos n’a pas vraiment besoin de vérifier si le traitement coûte cher, à la différence du cas de n’est-ce pas marquant une demande de vérification.

19Lorsque deshô marque une vérification de la supposition du locuteur, bien ou c’est ça peuvent être utilisés dans la traduction :

(6) Moriwaki san deshô (DIS1 : 285).
nom de famille - suff. - deshô
Vous êtes bien madame Moriwaki ? (DISfr : 235).

(7) Yameta kara deshô (DIS1 : 294).
démissionner+accomp. - parce que - deshô
Parce que vous avez démissionné, c’est ça ? (DISfr : 241).

20Bien dans l’exemple (6) et c’est ça dans l’exemple (7) fonctionnent plus clairement comme vérification que n’est-ce pas. L’exemple (8) montre que deshô n’a pas toujours d’élément correspondant dans l’énoncé traduit :

(8) Tokorode, raigetsu, kochira ni irassharu no deshô ? (DIS1 : 146).
à propos - le mois prochain - ici - comp.loc. - venir (pol.) - part. - deshô
À propos, vous comptez venir le mois prochain ? (DISfr : 124).

21Dans l’exemple (8), l’énoncé traduit fonctionnerait comme vérification grâce à l’intonation. Mais ce fonctionnement est moins marqué que l’emploi de n’est-ce pas.

Rappel d’une information commune

22Deshô peut être également utilisé pour que le locuteur rappelle une information qu’il suppose que l’interlocuteur partage :

(9) Terebi de jôhô ga atta deshô (DIS2 : 152).
télévision - comp.loc. - information - suj. - exister+accom. - deshô
Pendant l’émission de télé, quelqu’un a appelé, n’est-ce pas ? Qu’est-ce que ça a donné ? (DISfr : 406).

23Dans l’exemple (9), le locuteur parle de l’émission de télévision qui faisait appel aux téléspectateurs afin d’obtenir des informations concernant un enfant disparu. Il signale qu’il y a eu un appel lors de cette émission. L’emploi de deshô implique que le locuteur considère que l’interlocutrice est également au courant de l’existence de ce coup de fil. Cet énoncé avec deshô sert à demander ensuite si cet appel a été utile.

24Ce fonctionnement comme rappel d’une information, dont la locutrice suppose la connaissance par l’interlocutrice, correspond à l’emploi de hora dans l’exemple (10) :

(10) Hora, isshûkanmaeni iede shite kita ko ga ita deshô (DIS1 : 187).
tiens - il y a une semaine - fugue - faire+conj. - s.aux.+accom. - enfant - suj. - exister+accom. – deshô.
Eh bien, vous vous rappelez la petite fugueuse qui est arrivée ici il y a une semaine (DISfr : 156).

25Employé en début de l’énoncé, hora sert à attirer l’attention de l’interlocuteur sur ce que le locuteur va dire par la suite. Dans la traduction, le rappel est marqué formellement par l’utilisation de vous vous rappelez. Nous observons également tu sais pour rendre l’emploi de rappel de deshô :

(11) Anohito, jikini shinde iku wake deshô (DIS1 : 353).
cette personne - bientôt - mourir+conj. - s.aux. - circonstances – deshô.
Il va bientôt mourir, tu sais (DISfr : 286).

26Lorsque deshô marque un rappel à une information dont le locuteur suppose que l’interlocuteur est au courant, nous rencontrons aussi les cas de l’absence d’éléments correspondant à deshô dans la traduction comme dans les exemples (12) et (13) :

(12) Kyô wa jûichinichi deshô. Dakara (DIS1 : 140).
aujourd’hui - th. - 11 (jour) - deshô. donc
On est le 11 aujourd’hui. C’est pour ça (DISfr : 119).

(13) Uchi no okusama wa souiu koto o kiraina kata deshô (DIS1 : 324).
maison - comp.n. - madame - th. - ce genre de - chose - pol. - détester - personne – deshô.
Mme Izumi n’apprécie pas beaucoup ce genre de choses (DISfr : 264).

27Cette absence n’influe pas nécessairement sur le déroulement de la conversation, mais il serait plus juste de marquer formellement la fonction de rappel de l’énoncé original en utilisant par exemple n’est-ce pas ou vous savez.

Introduction

28Nous avons regroupé les cas où deshô sert à introduire un sujet de conversation qui sera développé par la suite. Ce cas d’introduction ressemble au rappel d’une information commune dans la mesure où l’énoncé avec deshô a pour objectif d’introduire le vif du sujet. Toutefois, dans le cas d’introduction, c’est l’interlocuteur qui est considéré comme capable de juger la validité du propos :

(14) Atsui deshô. (DIS1 : 156).
chaud – deshô.
Il fait chaud, n’est-ce pas ? J’ai tout fermé à cause des moustiques (DISfr : 131).

29Dans l’exemple (14), atsui deshô peut correspondre à l’énoncé il fait chaud, mais aussi à l’énoncé vous avez chaud. Les deux interprétations sont possibles dans ce contexte. Dans les deux cas, en employant deshô, le locuteur anticipe l’éventuel inconfort senti par l’interlocutrice, afin de se justifier par la suite : « je sais qu’il fait chaud, mais je suis bien obligé de tout fermer pour éviter que les moustiques entrent ». L’emploi de n’est-ce pas dans la traduction correspond à cette fonction d’introduction. Nous observons également l’emploi de je crois, je pense, et aussi devoir :

(15) Are wa Yuka chan ga gosai no toki no deshô (DIS1 : 143).
celui-là - th. - prénom - suff. - suj. - 5 ans - comp.n. - temps - part. - deshô
Mais je voulais vous parler de la photo sur le panneau de la maison. Elle a cinq ans dessus, je crois. Elle est vraiment très mignonne sur cette photo, mais elle doit avoir grandi aujourd’hui et je me demandais… (DISfr : 122).

(16) Koko, anta mo shitteru deshô (DIS1 : 114).
ici - tu - aussi - connaître – deshô.
Tu connais bien le coin, je pense ? Je ne vois vraiment pas comment quelqu’un peut disparaître par ici (DISfr : 99).

(17) Datte, anta no ryôshin ga iru n deshô (DIS1 : 336).
pourtant - tu - comp.n. - parents - suj. - exister - part. – deshô.
- Je voudrais bien aller aussi dans votre village. On y va ?
- Pourquoi ?
- Vous n’avez pas envie de voir comment il a changé ?
- Non, pas particulièrement.
- Pourtant, il doit y avoir vos parents là-bas.
Peut-être.
- Ça vous est égal ? fit-il d’un air étonné. Mais ils sont peut-être morts… (DISfr : 274).

30Dans l’exemple (15), le locuteur, étant sûr de la véracité de son propos, ne cherche pas vraiment à savoir si Yuka, fille disparue de l’interlocutrice, a cinq ans ou non sur la photo. Cette remarque a pour objectif de mentionner par la suite que cette photo n’est plus représentative de Yuka, qui doit avoir grandi depuis sa disparition. De ce fait, l’emploi de n’est-ce pas est possible, mais celui de je crois correspond également à celui de deshô.

31Dans l’exemple (16), vu qu’il s’agit de la connaissance de l’interlocuteur, il est difficile d’affirmer en japonais que ce dernier connait bien le coin comme koko, anta mo shitteru (tu connais bien le coin) ; il est nécessaire d’y ajouter des marqueurs modaux par exemple deshô. Dans le cas de deshô, le locuteur suppose que l’interlocuteur connaît bien le coin, sans vraiment chercher à savoir si c’est effectivement le cas ; néanmoins l’affirmation doit être mise sous réserve avec l’emploi de deshô, vu qu’il s’agit de la connaissance de l’autrui. Cet énoncé avec deshô fonctionne comme introduction à l’énoncé suivant : signaler la connaissance de l’endroit propre à l’interlocuteur sert à consolider l’avis du locuteur, qui a du mal à imaginer que quelqu’un puisse y disparaitre.

32Dans l’exemple (17), comme dans l’exemple (16), le fait qu’il s’agit des parents de l’interlocutrice mène le locuteur à la mise sous réserve de l’affirmation par l’emploi des marqueurs modaux, en l’occurrence de deshô. Dans l’énoncé avec deshô, le locuteur mentionne le fait que ces derniers habitent dans l’endroit où il veut aller. Cet énoncé fonctionne comme une introduction pour marquer son étonnement et son incompréhension devant le fait que l’interlocutrice ne désire pas particulièrement y aller : « vos parents y habitent, vous devriez alors vous y intéresser, mais pourquoi non ? ». Bien que la suite ne soit pas dite, l’énoncé avec deshô permet de la sous-entendre.

Adhésion

33Nous avons repéré un autre type d’emploi de deshô que nous avons appelé « adhésion » : il s’agit du cas où le locuteur, en faisant comme s’il vérifiait que l’interlocuteur est en accord avec lui, tente de convaincre l’interlocuteur de partager son avis : « vous devriez penser (comme moi) que… », « vous ne comprenez pas (comme moi) que… ». À la différence des cas que nous avons mentionnés précédemment, l’emploi de n’est-ce pas n’est pas adéquat pour traduire deshô, à la différence de non, ou tu vois.

(18) Tôzen deshô (DIS1 : 329).
normal – deshô.
C’est normal, non ? (DISfr : 267).

(19) Chôdo ii deshô (DIS1 : 70).
juste - bien – deshô.
Ruriko a sept ans et Ryuhei, quatre. C’est pile poil, tu vois (DISfr : 62).

34Nous avons mentionné à propos de l’exemple (2) que l’emploi de non signifie que la locutrice exprime son avis à l’interlocuteur de façon plus marquée que l’emploi de n’est-ce pas : la validité de p’ est exclue par S0 dans le cas de non, contrairement au cas de n’est-ce pas. Cette différence influence l’acceptabilité de ces marqueurs dans l’exemple (18).

35Dans l’exemple (18), en utilisant deshô, le locuteur incite l’interlocutrice à considérer que la situation est normale, en excluant toutes les autres possibilités. Dans l’exemple (19), la locutrice explique à ses enfants que les enfants de ses amis sont dans la même tranche d’âge qu’eux, en considérant que c’est parfait pour voyager et jouer ensemble. Il ne s’agit pas ici de vérifier si c’est juste, mais de présenter son avis comme valable également aux interlocuteurs.

36Nous avons observé également l’utilisation de questions rhétoriques ou d’énoncés exclamatifs pour traduire l’énoncé avec deshô fonctionnant comme adhésion :

(20) Shikata nai deshô (DIS1 : 267).
moyen - nég. – deshô.
Qu’est-ce que je peux y faire ? (DISfr : 220).

(21) Sonna koto dôdemo ii deshô (DIS1 : 317).
tel - chose - quoi que ce soit - bien – deshô.
Qu’est-ce que ça peut bien faire de toute façon ?! (DISfr : 258).

(22) Sorenara, Otôsan ga tanshinfunin suru hitsuyô mo nakunaru deshô ? (TNB : 123).
si c’est ça - beau père - suj. - vivre tout seul (pour occuper son poste) - faire - besoin - aussi - disparaître – deshô.
Comme ça, ton père n’aura pas besoin d’aller vivre tout seul ! (TNBfr : 6).

37Dans l’exemple (20), shikata nai signifie « je n’y peux rien ». Avec deshô, le locuteur présente à l’interlocuteur son impuissance comme valable, en éliminant toute autre possibilité. Dans l’exemple (21), sonna koto dôdemo ii signifie « ces choses-là ne nous regardent pas ». Comme dans l’exemple (20), l’emploi de deshô marque que le locuteur exclut toute alternative au fait que cela leur soit égal. Dans les deux cas, les questions rhétoriques sont employées dans la traduction, ce qui correspond bien à ce fonctionnement de deshô.

38Dans l’exemple (22), la locutrice vient de proposer à son mari une solution qui évite à son beau-père de partir de chez eux et de vivre seul ; deshô sert à attirer l’attention de l’interlocuteur sur ce qu’il doit reconnaître, et à le tirer vers le camp de la locutrice. Il est possible d’utiliser n’est-ce pas en fin de l’énoncé, mais l’emploi de l’exclamation convient mieux à celui de deshô dans l’énoncé original, car la validité de p’ est totalement exclue.

39Lorsqu’il fonctionne comme une adhésion, deshô n’a pas toujours d’élément correspondant dans la traduction :

(23) Sore mo sesshô deshô (DIS1 : 62).
cela - aussi - cruauté – deshô.
Ils sont blessés et ils crèvent de toute façon, vous savez. Ça aussi, c’est cruel (DISfr : 54).

(24) Sonna ni takaku nai deshô (DIS1 : 312).
tel - comp.loc. - cher - nég. – deshô.
Madame Moriwaki, pourquoi vous avez quitté votre hôtel ? Il n’est pas si cher que ça. C’est quoi, six mille yens la nuit, non ? (DISfr : 255).

40Dans l’exemple (23), le locuteur manifeste son opinion selon laquelle relâcher les poissons pêchés dans le lac ou les garder implique en soi de les tuer, vu qu’ils mourront à cause de leurs blessures. L’emploi de deshô marque que le locuteur exige de l’interlocuteur qu’il pense comme lui. Dans l’exemple (24), le locuteur exprime son incompréhension sur le fait que l’interlocutrice ait quitté son hôtel. L’emploi de deshô ne sert pas ici à vérifier que le prix de la chambre d’hôtel n’est pas élevé, mais à convaincre l’interlocutrice que ce qu’elle a fait est illogique.

41Dans ces exemples, l’énoncé avec deshô est traduit par un simple énoncé affirmatif ; l’absence de l’élément correspondant à deshô ne contraint pas la continuité contextuelle, vu que l’énoncé permet toujours de présenter l’opinion du locuteur. Mais il perd l’aspect intersubjectif de deshô, puisqu’il ne marque pas la volonté du locuteur que l’interlocuteur partage son avis.

Empathie

42L’emploi de deshô peut exprimer également une sorte d’empathie dans la mesure où le locuteur manifeste le sentiment de son interlocuteur à sa place, comme dans l’exemple (25) :

(25) Bikkuri shita deshô (DIS1 : 187).
étonné - faire+accom. – deshô.
Quelle surprise, hein ! (DISfr : 155).

43Dans l’exemple (25), cet énoncé correspond plutôt à l’énoncé comme « tu es étonné(e), hein ». L’emploi de deshô implique qu’il s’agit de l’étonnement de l’interlocutrice et non celui de la locutrice. Pour ce fonctionnement de deshô, il est difficile d’utiliser n’est-ce pas, car la validabilité de p’ n’est pas en jeu.

Conclusion

44L’analyse des exemples confirme nos hypothèses : lorsque deshô exprime l’adhésion et l’empathie, il est difficile d’utiliser n’est-ce pas comme élément correspondant dans la traduction ; en revanche, n’est-ce pas peut s’employer pour traduire deshô qui a pour fonction la demande d’assentiment, la vérification, le rappel d’une information que le locuteur suppose que l’interlocuteur connaît, ou l’introduction d’un nouveau sujet.

45Dans le cas de l’adhésion, le locuteur exige que l’interlocuteur partage son avis : « tu dois penser comme moi ». Dans le cas de l’empathie, le locuteur exprime le sentiment de l’interlocuteur à sa place : « j’exprime ton sentiment à ta place et je le partage ». Dans les deux cas, la possibilité que p’ soit valable est exclue, ce qui n’est pas compatible avec l’emploi de n’est-ce pas. Dans le cas de deshô, S0 introduit la relation < S’0-p > et la met en attente de validation par S’0. En revanche, dans le cas de n’est-ce pas, S0 remet en question sa supposition que p est valable pour S’0, afin de la vérifier ; p est pondérée, mais p’ n’est pas exclu.

46Il manque certes des données sur support sonore pour approfondir cette étude, mais il apparaît néanmoins que les variations sémantiques du marqueur discursif en traduction sont si subtiles qu’elles nécessitent des analyses minutieuses des ajustements du marqueur avec les autres marqueurs au sein de l’énoncé. Il n’est pas question de travailler sur les corpus recueillis selon des critères thématiques du texte.

Abréviations

accom. : Marqueur de l’accompli

cit. : Marqueur de citation

comp. : Marqueur de complément

comp.loc. : Marqueur de complément locatif

comp.n. : Marqueur de complément nominal

cond. : Marqueur de condition

conj. : Marqueur de conjonction

cop. : Marqueur de copule

fac. : Marqueur factitif

hyp. : Marqueur d’hypothèse

injonc. : Marqueur d’injonction

nég. : Marqueur de négation

obj. : Marqueur de complément d’objet

part. : Particule

pol. : Marqueur de politesse

s.aux. : Semi-auxiliaire

suff. : Marqueur suffixal

suj. : Marqueur de sujet

th. : Marqueur de thème

Romans en japonais et leur traduction en français

DIS1 : kirino, Natsuo (2004, 1999), Yawarakana hoho, tome 1, Bunshun-bunko, Bungeishunjû, Tokyo.

DIS2 : kirino, Natsuo (2004, 1999), Yawarakana hoho, tome 2, Bunshun-bunko, Bungeishunjû, Tokyo.

DISfr : DIS1 et DIS2 traduits par Sylvain chupin (2002), Disparitions, 10/18, Rocher, Paris.

TNB : miyabe, Miyuki (1993), Sabishii karyûdo, Shinchô-bunko, Shinchô-sha, Tokyo.

Bibliografia

TNBfr : TNB traduit par Annick laurent (1999), La Librairie Tanabe, Picquier poche, Arles.

Bibliographie

adachi, Tarô, 1999, Nihongo gimonbun niokeru handan no shosô, Tokyo, Kuroshio shuppan.

degand, Liesbeth, 2005, « De l’analyse contrastive à la traduction : le cas de paire puisque – aangezien », in La linguistique de corpus, Rennes, PUR, p. 155-168.

kinsui, Satoshi, 1992, Danwakanririron kara mita « darô », Kobe daigaku bungakubu kiyô, 19, p. 41-59.

lebaud, Daniel, 2004, Toucher : le tango des sens. Problèmes de sémantique lexicale, Linx, 50, p. 53-80.

lewis, Diana M., 2005, « Corpus comparables et analyse contrastive : l’apport d’un corpus français/anglais de discours politiques à l’analyse des connecteurs adversatifs », in La linguistique de corpus, Rennes, PUR, p. 179-190.

miyake, Tomohiro, 1996, Nihongo no kakuninyôkyûteki hyôgen no shosô, Nihongo kyôiku, 89, p. 111-122.

miyazaki, Kazuhito, 1993, « ~darô » no danwa kinô nitsuite, Kokugogaku, 175, p. 40-53.

miyazaki, Kazuhito, 2000, Kakuninyôkyûhyôgen no taikeisei, Nihongo kyôiku, 106, p. 7-16.

noda, Hiroko, 2011, Intersubjectivité : Modulation et ajustement, cas des marqueurs discursifs hein, quoi, n’est-ce pas en français et darô, yo, ne, yone en japonais, Thèse de doctorat, Besançon, Université de Franche-Comté.

siepmann, Dirk, 2005, Discourse markers across languages, London, New York, Routledge.

Note

1 Nous avons mis en italique le cotexte de l’énoncé qui contient le marqueur en question.

Autore

(LiLPa, Université de Strasbourg)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search