Version classiqueVersion mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variation discursive, variation énonciative

Étude contrastive de quelques valeurs de bien et bem

Pierre Lejeune et Helena Valentim

Résumé

Les enseignants de langue et de traduction sont bien placés pour observer que les objets protéiformes que sont les petits mots du discours donnent facilement lieu à des emplois abusifs en langue étrangère/langue cible de la traduction de leurs équivalents fonctionnels les plus courants. Tel est le cas du couple franco-portugais (européen) bien/bem.

A partir du moment où les valeurs associées à ces unités linguistiques et la signification globale des énoncés résultent d’un réseau de dépendances réciproques entre les unités linguistiques à l’intérieur du système de la langue à laquelle elles appartiennent, selon une dynamique de cotextualisation, une étude contrastive se présente du point de vue méthodologique comme une tâche quasi insurmontable. Néanmoins, l’exercice mérite d’être tenté, tant pour sa valeur heuristique que pour répondre à une nécessité pratique des enseignants et des traducteurs.

À partir notamment du concept de domaine notionnel développé par A. Culioli et des travaux de P. Péroz sur bien, l’article passe en revue une série d’emplois significatifs de bien/bem, où ceux-ci prennent soit une valeur de valuation (valeur de conformité et valeur intensive/quantitative) soit une valeur de validation (confirmation, issue d’un parcours sur les valeurs du domaine, inversion entre valeurs).

Texte intégral

Introduction

1Comparer les occurrences de marqueurs de langues différentes, fussent-elles apparentées comme le sont deux langues romanes comme le français et le portugais, peut être considéré comme une œuvre tout à fait vaine, étant donné la variabilité difficilement contrôlable de leurs valeurs : si dans la lignée de Saussure on peut considérer que la spécificité d’un marqueur linguistique découle de son intégration dans un système via un jeu d’oppositions, deux marqueurs de langues différentes occuperont une place unique dans leurs systèmes respectifs. Car la dynamique et l’organisation internes au langage, de l’ordre de l’interaction, se déploient dans chaque langue de façon particulière et irréductible. C’est précisément de cette interaction que découlent les valeurs des unités linguistiques co-occurrentes et les possibilités d’interprétation de n’importe quel énoncé. Ainsi, en vertu de ce que J.-J. Franckel (2006) appelle une dynamique de cotextualisation, les valeurs associées aux unités linguistiques et la signification globale des énoncés dépendent d’un réseau de dépendances réciproques entre toutes les unités linguistiques. Quand on se livre à une analyse contrastive entre deux langues en recourant à un corpus parallèle (original et traduction), cette variabilité intralinguistique se double d’une autre, liée à l’interdépendance des choix locaux du traducteur, notamment sous la forme de compensation, et à l’existence d’un « troisième code », « compromis entre les normes ou structures de la langue source et de la langue-cible » (Baker 1998).

2C’est dans une telle perspective que nous pouvons interpréter l’avertissement de P. Péroz (1992) :

La comparaison, sans précautions, de deux marqueurs de langues différentes sur la base de leurs significations respectives a de fortes chances de déboucher à une projection de ce qui revient à une seule langue sur l’autre.

3Mais en même temps, comme le fait remarquer D. Duprey (1979 : 11) :

Si on observe ce qui se passe dans plusieurs langues non apparentées, on s’aperçoit qu’elles se ressemblent dans une large mesure. Dans toute ces langues, bon et bien ont, à peu de chose près, le même noyau de valeurs : concession, vérité, appréciation, existence, acceptation, possession, actuel, identité, égalité. Augmentation, diminution, conformité. On a là une contradiction : le français est différent des autres langues et il est identique aux autres langues.

4Cette parenté se retrouve entre bien et le marqueur du portugais européen bem, qui partagent non seulement leur étymologie mais aussi une grande quantité de valeurs, ce qui revient à dire qu’il y a chevauchement partiel de leurs domaines de variation. Il est dès lors tentant de comparer à travers la traduction leurs emplois dans des contextes divers, en essayant en particulier d’identifier les cas où on ne peut traduire l’un par l’autre, en postulant que les divergences d’emploi nous instruisent sur la nature sémantique d’unités fonctionnellement proches dans des langues différentes, et tout en étant conscient que l’exercice présente surtout une valeur heuristique. D’autant qu’une telle tâche répond à un réel besoin des enseignants de langue et de traduction de se doter d’outils de remédiation face aux emplois abusifs – via le calque - que les étudiants font de bien et bem, lesquels sont bien souvent le résultat d’une absence totale de réflexion sur la plasticité sémantique des formes linguistiques.

5Bien a déjà fait l’objet d’analyses sémantiques fines (Culioli 1990, Gaatone 1990, Martin 1990, Duprey 1979 et Duprey 1995). Pour le portugais européen, la seule description un tant soit peu systématique de bem qui ait à notre connaissance été proposée à ce jour est celle de Macário Lopes (2004), qui reste assez sommaire, et en discutant les similitudes et les divergences de comportement entre bien et bem, nous espérons apporter quelques éléments pour une description plus fine du marqueur portugais.

6Nous nous appuierons sur la caractérisation générale du marqueur bien proposée par Péroz :

  • 1 P : un procès P.

« Étant donné une occurrence pi de P1 ; étant donné le couple pondéré de valeurs p, p’ de P (pondéré signifie que p est le terme de référence) ; bien est la trace de deux opérations : le parcours des différentes occurrences de p, p’ et l’identification de pi à p. » (1992 : 46).

  • 2 Cette distinction correspond grosso modo à celle que Martin 1990 effectue entre bien adverbe de con (...)

7Pour Péroz, dans l’ensemble des emplois de bien, il y a identification de la valeur repérée (pi) à une valeur de référence (p), après prise en compte du complémentaire (p’). L’auteur procède à une systématisation des valeurs de bien à travers une série de critères binaires dont nous retiendrons le premier : de quel complémentaire parle-t-on ? A-t-on affaire à une opposition entre l’intérieur du domaine notionnel et la frontière (entre le ‘vraiment p’ et le ‘pas vraiment p’, d’ordre qualitatif), ou entre l’intérieur et l’extérieur (entre ‘p’ et le ‘vraiment pas p’ : de l’ordre du quantitatif, relevant d’une problématique de la présence/absence). Dans le premier cas, Péroz parle de valeurs de valuation (ex. : Ce devoir est bien orthographié, Il est bien ridé, cet homme), dans le second de valeurs de validation2 (ex. : C’est bien la femme que j’ai vue hier, Vous prendrez bien quelque chose avec nous). Nous reprendrons cette distinction.

  • 3 Le choix de ce corpus littéraire est lié à la disponibilité de ces œuvres tombées dans le domaine p (...)
  • 4 Aucune méthode ne permet de garantir qu’on travaille sur de « vrais » échantillons linguistiques. D (...)

8Nous illustrerons en partie notre propos en comparant deux œuvres littéraires avec leur traduction publiée, à savoir Os Maias de Eça de Queiroz, traduit par Paul Teyssier) (OM) et Madame Bovary de Gustave Flaubert, traduit par Fernanda Ferreira Graça (MB)3. Les autres exemples sont tantôt des productions authentiques tantôt des exemples construits (pour la concision de l’exposé) mais dont l’acceptabilité a été testée auprès de locuteurs natifs. Dans ces cas, les traductions sont de notre cru.4

Valeurs de valuation

Valeur d’appréciation/de conformité

  • 5 Culioli (1990 : 29) présente le domaine notionnel en ces termes « […] toute occurrence fait partie (...)
  • 6 Exemple d’exception : les énoncés à l’impératif : ? Comporte-toi très bien/? Porta-te muito bem.

9Il s’agit des cas où une occurrence de bien est identifiée à une valeur visée/préconstruite (bonne valeur qui peut correspondre au souhaitable pour un sujet, à une norme sociale p. ex.) située au centre du domaine notionnel, l’identification se faisant par rapport à cette bonne valeur typique5. Cette valeur se retrouve notamment quand bien qualifie des procès discrets. Dans ce type d’emploi, bien/bem peut en général6 se combiner avec très/muito. La traduction bem/bien ne pose pas de problème :

(1) Cette maison est (très) bien construite./Esta casa está (muito) bem construída.
(2) Il est (très) bien tombé./Caiu (muito) bem.
(3) Il se sent (très) bien/Sente-se (muito) bem.

10(1) peut se dire d’une maison construite suivant les règles de l’art ou la réglementation en vigueur ; (2) d’une chute sans douleur ; (3) correspond à un état souhaitable.

Valeur intensive/quantitative

  • 7 En portugais : Tem muito dinheiro (Il a beaucoup d’argent) ; É muito grande (Il est très grand).

11On regroupera ici les emplois de bien/bem paraphrasables par très/muito (intensif) et beaucoup/muito7 (quantitatif).

Valeur intensive

12Dans le cas de l’intensif, on fera tout d’abord remarquer avec R. Martin (1990 : 82-83) qu’à la différence de très, bien/bem ne marquent pas une position sur une échelle (*Il est difficile et même bien difficile de la joindre/*É dificil e até bem difícil contactá-la), mais plutôt une inversion de polarité. Cette constatation cadre avec la caractérisation de bien par Péroz comme marqueur de réidentification (‘vraiment X’) après avoir envisagé du complémentaire (‘pas vraiment X’). Péroz (1992 : 39) ajoute :

  • 8 Le caractère nécessaire de la relation entre valeur intensive et contexte de surprise postulé par P (...)

Alors que dans le cas de l’« appréciatif », [...], la valeur spécifiée est considérée comme souhaitable du point de vue de l’énonciateur, éventuellement comme une valeur attendue, dans le cas de l’« intensif », la valeur spécifiée s’inscrit dans un contexte de surprise8 qui interdit la modalité du souhaitable au profit du (simplement) possible, reconstruit a posteriori.

13Cette caractéristique fait de bien /bem intensif un marqueur typique de subjectivité (avec une fonction émotive) compatible non seulement avec la surprise mais aussi avec les comportements spontanés (désirs (4), penchant naturel (6), réaction vive devant un interlocuteur validant la valeur complémentaire de la relation prédicative (7) ou devant la transgression d’une norme (5)). Les effets de sens sont souvent semblables pour bien et bem, de même que les environnements syntaxiques (adjectif en (4 et 5), adverbe en (6), syntagme prépositionnel en (7)).

(4) E Carlos, torcendo o bigode, pensava que ela devia ter um seiosinho bem alvo e bem redondinho ! (Et Carlos, en se frisant la moustache, pensait qu’elle devait avoir un petit sein bien blanc et bien rondelet) (OM).

  • 9 « Bem curioso » est plus naturel en portugais du Brésil qu’en portugais européen.

(5) Je te trouve bien curieux tout à coup. (De repente, achote ?bem/muito curioso)9.

(6) A prosa porém dos artigos estava como embebida do tédio moroso do gabinete : bem depressa bocejava, deixava cair o volume. (Mais la prose de ces articles semblait s’imprégner de l’ennui lourd du cabinet. Bien vite, il bâillait) (OM).

(7) Eu usei roupa justa até me sentir desconfortável com ela, e isso aconteceu bem antes da barriga se tornar proeminente. (Moi, j’ai porté des vêtements juste au corps jusqu’à ce que je ne sente plus à l’aise, et cela bien avant que mon ventre ne devienne proéminent).

Valeur quantitative

14En ce qui concerne les emplois quantitatifs, le parallélisme entre bien et bem est très contraint. On notera tout d’abord que la suite bien du/bien des + Nom n’a pas de correspondant avec bem en portugais.

(8) Ils ont eu bien des problèmes ! (Tiveram tantos problemas !).

15En contexte verbal, les choses se compliquent : il n’est pas toujours facile de faire la part des choses entre la valeur de conformité et la valeur quantitative. Il faut tenir compte de divers paramètres tels le sémantisme du verbe et sa forme grammaticale, comme l’a bien montré Gaatone pour bien (1990 : 226-227). Par exemple dans « il mange bien », c’est la valeur de conformité qui est privilégiée alors que dans « on a bien mangé », la valeur quantitative est également possible :

(9) J’ai bien mangé, j’ai bien bu, j’ai la peau du ventre bien tendue (Comi bem, bebi bem, estiquei bem a pele da barriga).

  • 10 Pour A. C. Macário Lopes (2004), ce type de superposition de valeurs est à l’origine d’un glissemen (...)

16Dans ce cas de figure (qu’on retrouve avec courir/correr, dormir/dormir ou travailler/trabalhar), où l’ajout de très/muito (sélectionnant la valeur de conformité) est possible, bien est traduisible par bem10. En revanche, quand le procès peut difficilement répondre à une visée, et que dès lors c’est l’interprétation quantitative qui est favorisée, il semble difficile d’avoir bem en portugais (exemples de Gaatone 1990) :

(10) Joseph s’est bien amusé (O Joseph divertiu-se ?bem/muito).
(11) Joseph s’est bien ennuyé. (O Joseph aborreceuse ? bem/muito).
(12) Joseph a bien maigri ces derniers temps/ (O Joseph emagreceu *bem/muito nos ùltimos tempos).
(13) Joseph a bien souffert (O Joseph sofreu *bem/muito).

17On trouve bien en portugais quelques cas de valeur quantitative de bem avec un verbe qui n’admet pas la valeur de conformité :

  • 11 Dans de tels cas, la construction « V, e V bem » est assez naturelle ; « Choveu e choveu bem » (Il (...)

(14) Choveu bem (Il a bien plu).11

18Mais de tels cas restent assez marginaux par rapport à la productivité du bien quantitatif avec des verbes en français. Cette divergence de comportement entre les deux marqueurs dans un même type de contexte syntaxique est sans doute révélatrice des opérations qui les sous-tendent.

Le cas des énoncés négatifs

19Plusieurs auteurs ont noté une certaine incompatibilité entre bien intensif ou quantitatif et la négation. C’est le cas notamment de Péroz (1992 : 36) et de Gaatone (1990 : 224). De fait, l’incompatibilité est forte dans le cas de bien quantitatif, et même totale dans le cas de bien du/des + N :

(8’) *Ils n’ont pas eu bien des problèmes.

20Dans la construction bien + V, le passage à l’énoncé négatif bloque l’interprétation quantitative, ne pouvant fonctionner éventuellement qu’en renvoyant à la valeur de conformité.

(10’) ?? Joseph ne s’est pas bien amusé.
(11’) ?? Joseph s’est pas bien ennuyé.
(12’) ?? Joseph n’a pas bien maigri.
(13’) ?? Joseph n’a pas bien souffert.

21Ainsi « ne pas bien maigrir » (12’) peut vouloir dire ‘maigrir trop vite’, ou ‘ne pas maigrir avec les effets esthétiques souhaités’. De même, « ne pas bien souffrir », implique une téléonomie qui révèle le point de vue d’un sadique.

22Pour ce qui est de la combinaison bien/bem + Adverbe et bien/bem + Adjectif, les deux marqueurs présentent des divergences tant au niveau de la combinatoire qu’à celui du sens.

  • 12 Autres exemples : « Il ne faut pas être bien malin » ; « Ce n’est pas bien loin ».

(15) Le problème est bien compliqué.
(16) O problema é bem complicado.
(17) Le problème n’est pas bien compliqué12.
(18) O problema não é bem complicado.

23Alors que (15) et (16) sont sémantiquement et énonciativement équivalents (on est dans le ‘vraiment compliqué’ et dans ‘le plus compliqué que prévu’), il n’en va pas de même pour (17) et (18). Alors qu’en (17) se joue la confrontation du point de vue de deux énonciateurs - l’un pour lequel le problème est ‘trop compliqué’, l’autre (l’énonciateur principal) pour lequel le problème n’est ‘pas si compliqué que ça, quand même’ (jeu des complémentaires sur une échelle d’intensité) -, en (18) la négation se situe sur un plan métadiscursif (marqué à l’oral par une pause entre « bem » e « complicado ») : não… bem fonctionne ici, pour reprendre les termes de J. Authier-Revuz (1995 : 507), comme marqueur de « non-coïncidence entre les mots et les choses » : le mot complicado n’est pas tout à fait le mot juste pour qualifier le problème dont il est question. Une suite naturelle à cet énoncé serait la proposition d’une solution alternative. (p. ex, « Digamos que é delicado »/ « Disons qu’il est délicat »). Il s’agit toujours de convoquer un certain complémentaire notionnel du ‘compliqué’, non pas dans le sens du ‘moins compliqué’ mais dans celui d’’autre chose que compliqué’. On hésitera à taxer d’intensif ce genre d’emploi, où bem peut se combiner avec des termes appartenant à pratiquement toutes les catégories grammaticales.

(19) É o produtor directo, como a gente lhe chama. Não é bem o produtor directo. É o americano. Chama-se-lhe americano (C’est le producteur direct, comme on l’appelle. Ce n’est pas *bien/ exactement le producteur direct. C’est l’Américain. On l’appelle l’Américain).

(20) Já li o seu livro todo. Não foi bem ler, foi devorar (J’ai déjà lu tout votre livre, enfin lu, je veux dire dévorer).

24Ces différences de comportement de bien et de bem dans des contextes négatifs sont-elles révélatrices d’une différence fondamentale entre les deux marqueurs ou plutôt d’un fonctionnement différent de la négation en français et en portugais ? C’est dans ce genre de situation qu’on perçoit la difficulté de l’exercice comparatiste et de la façon dont la variation linguistique implique un réseau complexe d’interdépendances entre formes et constructions.

Valeurs de validation

  • 13 C’est ce qui amène R. Martin à parler d’adverbe de phrase (1990 : 84).

25La question des valeurs de validation – au sens de Péroz - de bien/bem ressortit à une problématique de la présence/absence de validation de la relation prédicative. Dans ce cas de figure, bien/bem portent sur l’ensemble de la relation prédicative et non sur un de ses constituants13.

26Si bien présente une panoplie assez large de valeurs de validation, il n’en va pas de même pour bem, dont les contraintes de fonctionnement sont beaucoup plus fortes. Dans les emplois de bienbem est impossible, nous donnerons quelques solutions possibles de traduction, qui illustrent en retour les valeurs contextuelles de bien.

27Nous présenterons deux types de valeurs de bien qu’on ne retrouve pas pour bem : la valeur de confirmation (3.1) et celle d’issue de parcours sur les éléments d’une classe (3.2). Ensuite, nous nous interrogerons sur les contraintes de fonctionnement du bem de validation (3.3).

La valeur de confirmation de bien

28Le schéma de fonctionnement de bien de confirmation est le suivant :

29Soit une relation prédicative qui peut prendre les valeurs p (valeur privilégiée), p’ (complémentaire de p) ou (p, p’) (parcours sur/hésitation entre les valeurs). Il y a :

301° préconstruction subjective d’une valeur préférentielle, autrement dit, visée de p ;

312° remise en question de la valeur visée, une incertitude (passage à (p, p’)), qui remet en jeu la valeur complémentaire ;

323° confirmation de la valeur visée à travers la localisation dans le temps de p ou sa validation effective/sollicitée par un autre sujet.

Nous présentons ci-dessous quelques exemples d’emploi de bien avec cette valeur, que bem ne connaît apparemment pas.

(21) J’ai bien reçu votre lettre. (*Bem recebi a/Recebi a/Acuso recepção da sua carta).
p : la réception de la lettre par le destinataire est visée par l’expéditeur ;
(p, p’) : l’expéditeur se demande si sa lettre est arrivée (p) ou non (p’) ;
retour à p : le destinataire rassure l’expéditeur (élimine p’).
Même remarque que dans l’exemple précédent concernant les traductions proposées.

(22) Il a bien du pétrole ici. (*Bem há/Efectivamente há/Há mesmo petróleo aqui).
p : la présence supposée de pétrole (p. ex. détectée par photo aérienne) ;
(p, p’) : tant qu’on cherche on n’est pas sûr de trouver (p’ n’est pas écarté) ;
retour à p : constatation dans les faits de la présence de pétrole qui élimine l’incertitude.

Dans une des traductions, « mesmo » (ici avec le sens de « vraiment ») marque l’élimination de l’altérité (comme le fait « même » en français).

(23) Téléphone-nous bien quand tu arrives (*Bem nos telefona/Não te esqueças de nos telefonar quando chegares).
p : <toi téléphoner> visé lors d’une première demande faite au voyageur de téléphoner à son arrivée ;
(p, p’) : incertitude : le voyageur, distrait, a-t-il oublié la demande ?
p : nouvelle demande de validation dans les faits (au moment de l’arrivée) de la valeur p (téléphoner).

La traduction (não te esqueças/n’oublie pas) renvoie à travers un énoncé négatif à l’élimination de la valeur complémentaire (não telefonar/ne pas téléphoner).

Bien marqueur d’issue de parcours sur les éléments d’une classe

33Dans ce type d’emploi, que bem ne connaît pas non plus, on n’a plus affaire à un jeu entre p et non p (comme y avoir du pétrole/ne pas y avoir du pétrole) mais plutôt à un jeu entre p et « autre que p » (les autres éléments de la classe), la relation paradigmatique entre éléments de la classe pouvant concerner l’énoncé tout entier (24 à 27) ou de l’une de ses constituants (28).

34Le fonctionnement de bien est ici le suivant : une valeur p de la relation prédicative étant visée, l’énonciateur parcourt les occurrences de p’ (les éléments de la classe), qui se situent à l’extérieur du domaine pour, mu par une sorte de nécessité objective, atteindre la frontière du domaine, qui représente une sorte d’issue minimaliste du parcours (exprimable à travers des expressions du type « au moins » ou en tout cas »). Le commentaire de A. Culioli à propos d’énoncés tels que (24) s’inscrit dans ce cadre :

Entre l’absence de solutions vraiment bonnes et l’extérieur vide de la moindre solution possible, la frontière contient au moins une solution (Qnt), même si elle est à peine acceptable (Qlt). Bien marque ce jeu d’entrée et de sortie, qui établit une relation de zone à zone, une relation entre « rien » et « en tout cas quelque chose » (1990 : 160).

(24) Il y a bien un vieux vélo au garage, s’il marche encore (*Bem/Sempre podes utilizar a bicicleta velha que está na garagem, se ainda funcionar).
p : le coénonciateur cherche un moyen de locomotion/un vélo pour effectuer un déplacement ;
(p, p’) : recherche dans la classe des véhicules/vélos d’un candidat pour instancier la place vide de la relation prédicative < () faire l’affaire pour effectuer le déplacement > ;
retour à p : le « vieux vélo » (solution de fortune à la frontière du domaine) instancie la place vide de la relation.

35Dans la traduction, « sempre » (« toujours ») marque une homogénéisation de l’intérieur du domaine des solutions (l’occurrence à la frontière est ramenée à l’intérieur).

(25) Où ai-je bien mis mes lunettes ? (*Onde bem deixei/Mas onde terei deixado os meus óculos ?)
p : l’énonciateur cherche une localisation de ses lunettes ; (p, p’) parcours sur les endroits possibles susceptibles de localiser les lunettes ;
retour à b : solution a minima : il y a forcément un endroit qui localise les lunettes, la question étant une sollicitation de l’énonciateur adressée au coénonciateur (qui peut être lui-même).

36Dans la traduction portugaise, le futur antérieur modal (futuro composto, « terei posto »), marquant une visée qui n’élimine pas la valeur complémentaire (n’avoir laissé nulle part les lunettes), rend compte de la perplexité de l’énonciateur.

  • 14 Cet emploi est qualifié de valeur de prophétie par P. Péroz (1992 : 130-133).

(26) On verra bien !14 (*Bem veremos/Logo se vê !)
p : l’interlocuteur voudrait avoir la solution, une réponse, etc ; (p, p’) parcours sur les moments où la réponse/solution pourrait surgir ;
retour à p : il existe au moins un temps qui stabilisera la relation prédicative : il suffit d’attendre.

37Dans la traduction, « logo » (« plus tard ») marque un moment indéterminé du futur ; dans « se vê », le présent de l’indicatif nous situe dans le certain (on retrouve le caractère nécessaire de l’existence d’une solution).

(27) Tiens, je boirais bien une bière, moi ! (*Bem/Até bebia um cerveja !)
p : recherche d’un élément susceptible d’instancier la place vide de <je boire () >, par exemple via la question « Qu’est-ce que tu bois ? ») ;
(p, p’) : parcours sur la classe (autres boissons possibles mais écartées) ;
retour a p : je découvre que j’ai envie d’une bière : « bière » instancie la place vide.

38Dans la traduction : « até » (à la limite) renvoie au caractère minimal de la solution. L’énoncé attestable « Bem me apetecia beber uma cerveja » (j’aurais bien envie d’une bière) ne serait pas une traduction correcte car, dans ce cas, le jeu des complémentaires, au lieu de porter sur le paradigme des boissons, se ferait autour du dilemme « boire une bière ou ne pas en boire ».

(28) S’0 - Tu vas encore voir un match de foot ? Il y en a qui ne s’embêtent pas !

S0 - Et toi, tu vas bien au cinéma trois fois par semaine ! (E tu, *bem vais ao cinema três vezes por semana !/não vais ao cinema três vezes por semana ?)

39Sans entrer dans les détails de cet emploi argumentatif, nous dirons que bien signale l’identification par So d’un fait incontestable (celui pour S’0 d’aller au cinéma trois fois par semaine) au comportement qui lui est reproché (d’aller trop souvent voir des matches de foot) par le biais de l’appartenance à une même classe, celle des comportements acceptables.

40La question rhétorique de la traduction force l’interlocuteur à admettre son comportement (‘aller souvent au cinéma’) qu’un calcul pragmatique (maxime de pertinence) permet de mettre en relation avec un autre (‘aller souvent voir des matches de football’).

Les contraintes de fonctionnement de bem de validation

41Pour que bem fonctionne comme adverbe de phrase avec valeur de validation - et dans ce cas il est systématiquement antéposé au verbe - il semble que les conditions suivantes doivent être réunies :

  1. Le verbe V auquel bem est antéposé ou bien est marqueur d’une modalité épistémique (forcément prise en charge par une instance subjective) ou bien correspond à un procès ou à un état dont l’agent ou le siège, éventuellement indéterminé (de type on), est animé ;
  2. Ce verbe, de perception (de type voir, entendre, savoir), de parole (dire) ou de visée (essayer, vouloir, pouvoir), permet le repérage entre ce sujet animé et la proposition contenue dans le complément de V ;
  3. Le fonctionnement de bem est le suivant : le sujet énonciateur S0 valide la valeur p de la relation prédicative, marquant par bem une inversion de polarité15 par rapport à la valeur p’ = non p (‘ne pas savoir’, ‘ne pas voir’, ‘ne pas dire’, ‘ne pas essayer’), validée par une autre source subjective (p. ex le coénonciateur) ou attribuée explicitement par celle-ci à S0.

42Contextuellement, le bien de validation pourra notamment prendre une valeur polémique (quand le coénonciateur valide p’ ; p. ex. 29 et 30) ou concessive (quand, contrairement aux attentes, S0 valide p, ce qui ne l’empêche pas de conclure dans un sens différent de celui auquel on pourrait s’attendre à partir de cette validation ; p. ex. 32 et 33) :

(29) - Emma...
 - Monsieur ! fit-elle en s’écartant un peu.
 - Ah ! vous voyez bien, répliqua-t-il d’une voix mélancolique, que j’avais raison de vouloir ne pas revenir Ah ! (Bem vê - replicou ele com voz melancólica - que eu tinha razão em não querer voltar) ; car ce nom, ce nom qui remplit mon âme et qui m’est échappé, vous me l’interdisez ! Madame Bovary ! (MB)

(30) Mas antes de deixar Seteais, Cruges quis explorar o outro terraço ao lado : e, apenas subira os dois velhos degraus de pedra, soltou de lá um grito alegre :
 - Bem dizia eu ! cá estão eles... E vocês a dizer que não ! (Mais, avant de quitter Seteais, Cruges voulut explorer, à côté, l’autre terrasse. Et dès qu’il eut gravi les deux vieilles marches de pierre, il poussa un cri joyeux : Je le disais bien, les voilà ! Et vous qui disiez que non !) (OM).

43Cruges s’oppose à ses amis qui disaient que les autres n’étaient pas là et qui ne l’ont pas écouté (pour eux, c’est comme si Cruges ne l’avait pas dit : p’). Bem marque l’inversion de p’ à p.

(31) Desta vez, a força da técnica venceu a técnica da força, mas este bem pode ter sido um bom prenúncio para o Euro 2004. (Cette fois, la force de la technique a vaincu la technique de la force, mais il se peut bien qu’il se soit agi d’un bon présage pour l’Euro 2004).

44Le début de la phrase peut amener le lecteur à penser p’ (‘mauvais présage’), bem (opérateur d’inversion) marque le passage à p.

(32) Elle serait bien descendue causer avec la bonne, mais une pudeur la retenait. (Bem lhe apetecia descer ao rés-do-chão para conversar com a criada, mas certo pudor a detinha) (MB).

  • 16 On remarquera que là ou le texte français marque la visée via le morphème du futur/conditionnel, la (...)

45Emma (« elle ») ne bouge pas de sa chambre (p). Le lecteur peut penser qu’elle n’a envie de descendre. Flaubert nous dit qu’au contraire elle a en envie mais ce n’est pas pour autant qu’elle passe aux actes (mouvement concessif).16

(33) Il ne parlait point du billet. Elle n’y songeait pas ; Charles, au début de sa convalescence, lui en avait bien conté quelque chose (Charles bem lhe dissera qualquer coisa no início da convalescência) ; mais tant d’agitations avaient passé dans sa tête, qu’elle ne s’en souvenait plus (MB).

46A partir de l’absence de conversation à son sujet, on pourrait penser que Charles n’a rien dit du billet à Emma (p’). Bien/bem marquent qu’il n’en est rien, mais ce n’est pas pour autant qu’elle y pense (mouvement concessif).

47Dans les exemples (32) et (33) de bem en contexte concessif, la condition 1° évoquée ci-dessus est remplie (présence respectivement d’un verbe de visée et de parole). En revanche, dans les emplois de bien concessif où l’énonciateur reconnaît un fait, le bem de validation ne peut être employé (34) :

(34) Selon la sonde de la NASA, Curiosity, il y aurait bien de l’eau sur la planète Mars (haverá *bem /mesmo água no planeta Mars).

48Dans la traduction, mesmo, marqueur d’uniformisation, marque la résorption de la discontinuité induite par la remise en question de l’existence d’eau sur Mars.

Conclusion

49La confrontation entre les énoncés contenant bien et bem dans un échantillon de leurs emplois les plus significatifs et leurs traductions a permis de dégager quelques grandes tendances dans le déploiement intralinguistique et interlinguistique de leur variation :

  • 17 On peut vérifier ce genre d’hypothèses en travaillant à la fois sur corpus parallèles (original et (...)

1) Concernant la traduction : dans une grande majorité des cas (la principale exception étant, parmi les emplois analysés, constituée par le bem métadiscursif marqueur d’une non-coïncidence entre les mots et les choses), les énoncés portugais contenant bem peuvent être traduits par des énoncés contenant bien, l’inverse n’étant pas vrai. Corollaire de cette asymétrie : le défi pour la traduction que représente la paire bien/ bem diffère selon le sens de celle-ci. Du français vers le portugais, quand bien ne peut pas se traduire par bem, il s’agit de trouver une façon de rendre la valeur de bien dans la traduction : quelques solutions ont été présentées ici. Du portugais vers le français, la difficulté consiste à avoir la présence d’esprit d’utiliser bien avec des valeurs que bem ne connaît pas au moment de traduire des énoncés ne contenant pas bem : il y a gros à parier que dans les traductions du portugais vers le français, les emplois propres à bien soient sous-représentés si on les confronte à des textes originaux en français de genre équivalent17.

  • 18 À ce titre, Péroz 1992 nous fournit pour bien la tentative la plus aboutie.

2) Concernant la description linguistique : si l’objectif de dégager à partir de la multiplicité de leurs emplois un fonctionnement à la fois unitaire et singulier de marqueurs comme bien et bem constitue un programme de travail stimulant18, il nous apparaît cependant chimérique. Que dire alors de la confrontation entre deux marqueurs dont certes bon nombre d’emplois se recoupent mais dont l’individualité se construit à travers le jeu des relations syntagmatiques et paradigmatiques au sein de systèmes linguistiques distincts. A titre d’illustration, on pourra citer le cas du marqueur portugais mal qui, à l’instar de ce qui se passe avec le couple bien/mal du français, présente une antonymie locale avec bem quand celui-ci prend la valeur de conformité (toca bem/mal piano ; il joue bien/mal du piano) mais présente un comportement assez différent de son homonyme dans le domaine de la valeur quantitative/intensive. Mal portugais peut s’employer seul avec une valeur quantitative (35 et 36) alors qu’en français mal ne prend une valeur quantitative qu’associé à pas dans « pas mal » (37 et 38) :

(35) Quer o bife mal passado ou bem passado ? (Vous voulez votre steak *mal cuit/saignant ou bien cuit ?)

50« Mal passado » se réfère à la quantité de cuisson, non à la qualité de celle-ci.

(36) Este autor mal escreve. (Cet auteur écrit *mal/très peu).

51« Mal escreve » revient à mettre en question l’existence le fait d’écrire tandis que « escreve mal » (« il écrit mal ») renverrait à la qualité de l’écriture.

(37) Je lis pas mal en ce moment. (*Não ando a ler mal/Ando a ler bastante).

(38) Il commet pas mal d’erreurs (Comete muitos erros).

52Du fait de ces importantes divergences de comportement de mal dans les deux langues, il est clair que les éventuelles conclusions qu’on pourrait tirer d’une confrontation entre les marqueurs bien et mal du français ne seront pas transposables au couple bem/mal.

53Malgré les limites de l’exercice, nous pensons néanmoins qu’il peut jouer un rôle de révélateur. À ce titre, nous rappellerons rapidement nos observations les plus significatives.

Pour les valeurs de valuation :

  • le fonctionnement contrasté de bien et bem intensif dans les énoncés négatifs avec des adjectifs et des adverbes : valeur de « pas tant que ça » pour bien, de « ce n’est pas exactement le terme adéquat » pour bem ;
  • la faible productivité de bem à valeur quantitative : inexistence avec bem d’un équivalent à bien du/des ; faible affinités entre bem quantitatif et les verbes quand le sémantisme de celui-ci bloque la valeur de conformité.

Pour les valeurs de validation :

  • l’antéposition systématique de bem au verbe ;
  • l’absence d’emplois de bem correspondant à ceux de bien marquant l’identification à une valeur préconstruite (cas de bien confirmatif) ;
  • l’absence d’emplois de bem correspondant à ceux de bien marquant l’issue a minima d’un parcours sur les éléments d’un paradigme ;
  • deux contraintes de fonctionnement de bem :
  • une inversion de polarité (passage du négatif au positif, et non de quelque chose à autre chose) dans le cadre d’un jeu intersubjectif ;
  • la présence à droite de bem d’un verbe de parole, de perception, de visée ou de modalité.

54Cet ensemble d’observations ne nous permet pas à l’heure actuelle d’émettre une hypothèse générale sur le fonctionnement de bem. Nous espérons néanmoins que notre contribution, en faisant apparaître certaines contraintes, aura posé quelques jalons en vue d’études futures plus exhaustives de la variabilité des valeurs de ce marqueur.

Bibliographie

Bibliographie

authier-revuz, Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, 2 tomes, Paris, Larousse.

baker, Mona, 1998, Réexplorer la langue de la traduction : une approche par corpus, Meta, Vol. XLIII, n° 4, p. 480-485.

culioli, Antoine, 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1 : Opérations et représentations, Paris, Ophrys.

cuprey, Daniel, 1979, Quelques remarques polémiques sur « bon » et « bien ». Pédagogie et théorie, Thèse de 3e cycle, Université de Besançon.

duprey, Daniel, 1995, L’universalité de « bien », Berne, Peter Lang.

franckel, Jean-Jacques, 2006, « Situation, contexte et valeur référentielle », Pratiques, n° 129/130, p. 51-70.

gaatone, Daniel, 1990, « Eléments pour une description de bien quantifieur », Revue de linguistique romane, vol. 54, n° 213-214, p. 211-230.

lansari, Laure et Leroux, Agnès, 2010, « Quel(s) corpus pour l’analyse constrastive ? », in P. Cappeau, H. Chuquet et F. Valetoupolos (éds), L’exemple et le corpus : quel statut ? Travaux Linguistiques du CERLICO, n° 23, Presses Universitaires de Rennes, p. 43-58.

macário Lopes, Ana Cristina, 2004, « A polifuncionalidade de bem no português europeu contemporâneo », in A.S. Silva et al. (orgs.), Linguagem, cultura e cognição. Estudos de Linguística Cognitiva, Coimbra, Almedina, vol. II, p. 433-457.

martin, Robert, 1990, « Pour une approche vériconditionnelle de l’adverbe bien », Langue française, n° 88, p. 80-89.

peroz, Pierre, 1992, Systématique des valeurs de « bien » en français contemporain, Genève, Droz.

planchon, Philippe, 2010, « Paramètres de variation et modalités d’articulation entre l’exemple et le corpus », in P. Cappeau, H. Chuquet et F. Valetoupolos (éds), L’exemple et le corpus : quel statut ? Travaux Linguistiques du CERLICO, n° 23, Presses Universitaires de Rennes, p. 59-75.

Notes

1 P : un procès P.

2 Cette distinction correspond grosso modo à celle que Martin 1990 effectue entre bien adverbe de constituant et bien adverbe de phrase. D’autre part, nous n’aborderons pas dans la présente analyse les emplois de bien/bem comme connecteurs discursifs ou intégrés dans des locutions (eh bien, bien que, ou bien, si bien que, ora bem, ainda bem, se bem que, bem como, etc.)

3 Le choix de ce corpus littéraire est lié à la disponibilité de ces œuvres tombées dans le domaine public et à l’intérêt pour l’étude de bien et de bem de disposer de dialogues traduits, dont nous avons bien conscience qu’ils sont une mise en scène et partant un succédané d’oralité. Idéalement, on devrait travailler à partir de productions orales authentiques et de leurs traductions, mais il s’agit là d’un type de corpus extrêmement difficiles à recueillir.

4 Aucune méthode ne permet de garantir qu’on travaille sur de « vrais » échantillons linguistiques. Dans une réflexion épistémologique très pertinente sur le statut de l’exemple et du corpus, Planchon (2010) montre les limites de l’un (la subjectivité du jugement d’acceptabilité ; la dépendance dudit jugement du contexte construit par son auteur) et de l’autre (ce n’est pas parce qu’un énoncé n’est pas attesté dans un corpus, aussi grand soit-il, qu’il n’est pas attestable ; tout énoncé attestable n’est pas acceptable). Si on critique souvent d’un point de vue épistémologique - à juste titre - l’analyse linguistique reposant sur des traductions, au motif que celles-ci contiennent des énoncés relevant du « troisième code » dont parle Baker, Lansari et Leroux font remarquer fort à propos que « le travail sur corpus traduits doit avoir pour corollaire une analyse critique des traductions, une sorte de ‘contrôle’ du corpus » et qu’« il n’y a à ce titre aucune différence entre linguistique contrastive et linguistique unilingue. Dans les deux types d’analyse, le linguiste doit prendre position sur l’‘attestabilité’ de l’énoncé, traduit ou non, par la mise en place de manipulations et de paraphrases » (2010 : 65).

5 Culioli (1990 : 29) présente le domaine notionnel en ces termes « […] toute occurrence fait partie d’un agrégat structuré d’occurrences qui forment un domaine. Ce domaine se compose d’un intérieur (valeurs positives) muni d’un centre (qui fournit la valeur typique, et je parlerai de centre organisateur ; ou la valeur par excellence - haut degré relatif - et je parle d’attracteur) ; d’un extérieur (valeurs totalement autres, valeur nulle, partie vide) ; d’une frontière ».

6 Exemple d’exception : les énoncés à l’impératif : ? Comporte-toi très bien/? Porta-te muito bem.

7 En portugais : Tem muito dinheiro (Il a beaucoup d’argent) ; É muito grande (Il est très grand).

8 Le caractère nécessaire de la relation entre valeur intensive et contexte de surprise postulé par Péroz nous paraît contestable, au vu d’exemples comme « Je voudrais partir bien loin d’ici » ou « Ce n’est pas bien compliqué ».

9 « Bem curioso » est plus naturel en portugais du Brésil qu’en portugais européen.

10 Pour A. C. Macário Lopes (2004), ce type de superposition de valeurs est à l’origine d’un glissement de bem de la valeur de conformité (valeur de base selon elle) à la valeur intensive/quantitative. Ce genre d’hypothèse diachronique est fortement contesté par P. Péroz (1992 : 19) : « Pour notre part, nous ne voyons aucun argument qui justifierait l’idée de la nouveauté des valeurs intensives relativement à d’autres valeurs considérées comme « spécifiques » des marqueurs étudiés. Cette idée laisse à penser qu’il existe un état de langue sans ambiguïté, une sorte d’âge d’or où les malentendus étaient impossibles ».

11 Dans de tels cas, la construction « V, e V bem » est assez naturelle ; « Choveu e choveu bem » (Il a plu et bien plu).

12 Autres exemples : « Il ne faut pas être bien malin » ; « Ce n’est pas bien loin ».

13 C’est ce qui amène R. Martin à parler d’adverbe de phrase (1990 : 84).

14 Cet emploi est qualifié de valeur de prophétie par P. Péroz (1992 : 130-133).

15 Et non une issue a minima d’un parcours sur les deux valeurs, comme ce serait le cas avec « Je crois bien que tu as raison » (Bem acho/Afinal, acho que tens razão). Dans la traduction, « afinal » (finalement) marque l’issue d’un parcours.

16 On remarquera que là ou le texte français marque la visée via le morphème du futur/conditionnel, la traduction portugaise (littéralement : « elle avait bien envie de descendre ») le fait au moyen d’un prédicat (« apetecia »).

17 On peut vérifier ce genre d’hypothèses en travaillant à la fois sur corpus parallèles (original et traduction) et comparables (textes produits originellement dans la lange-cible).

18 À ce titre, Péroz 1992 nous fournit pour bien la tentative la plus aboutie.

Auteurs

(Universidade de Lisboa – Centro de Linguística de Universidade de Lisboa)

(Universidade Nova de Lisboa – Centro de Linguística da Universidade Nova de Lisboa)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search