Version classiqueVersion mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variation discursive, variation énonciative

Le marqueur citationnel LIKE en anglais contemporain1

Graham Ranger

Résumé

A côté de ses emplois classiques, en tant que préposition, et moins classiques, en tant que marqueur d’approximation, LIKE possède un emploi plus contemporain en tant qu’introducteur de discours direct : I’m like : Hey, Dad, sorry I overslept. (COCA). Nous proposons ici un modèle énonciatif de dérivation qui relie l’emploi citationnel aux emplois prépositionnels classiques. Dans tous ses emplois, LIKE repère un terme par rapport à un autre en vertu d’une propriété partagée, généralement implicite. Il repose ainsi sur une connivence entre énonciateurs, selon laquelle le coénonciateur est sollicité pour reconstruire la propriété commune aux termes repère et repéré. L’emploi citationnel fonctionne de manière similaire : x BE LIKE "y", repère la situation de x par rapport à une situation stéréotypique, que caractérise un fragment discursif emblématique "y". Un tel mode de fonctionnement met en œuvre un processus d’ajustement inter sujets, selon lequel un énonciateur mise sur des repères partagés avec son coénonciateur dans une véritable co-construction du sens, l’incluant du même coup dans un espace sociolinguistique partagé. Notre contribution se situe ainsi à la fois dans le domaine de la variation sémantique, variation entre forme et valeurs, mais aussi dans celui de la variation sociolinguistique et interactionnelle.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie chaleureusement les deux relecteurs anonymes d’une première version de cet article, pou (...)
  • 2 Cet emploi de LIKE, largement étudié par les linguistes anglophones, a moins retenu l’attention des (...)

1Le présent article considérera la problématique de la variation sous deux angles. D’une part, je souhaite rendre compte d’un emploi citationnel relativement récent du marqueur LIKE, en montrant que l’on peut proposer une forme schématique abstraite pour ce marqueur qui permet de reconstruire aussi bien cet emploi que des emplois plus classiques. Il s’agit là d’une étude de modélisation de la variation sémantique propre à un marqueur donné, mené dans le cadre de la théorie des opérations prédicatives et énonciatives (TOPE)2. D’autre part, j’essaierai de montrer comment les propriétés sociolinguistiques du LIKE citationnel découlent, en partie, de son mode de dérivation précédemment exposé. Il s’agit ici d’explorer les échanges possibles entre la variation sémantique et une autre forme de variation, sociolinguistique et interactionnelle.

  • 3 Le présent article développe un certain nombre d’arguments présentés dans Ranger (2012a) et Ranger (...)

2Dans l’exposé qui suit, je présenterai, d’abord, les spécificités du LIKE citationnel en rapport avec d’autres emplois plus habituels du même marqueur. Ensuite je préciserai le mode selon lequel LIKE permet de citer ou de rapporter du discours, en rapport avec d’autres verbes introducteurs de discours tels que SAY, THINK. Je proposerai une forme schématique pour LIKE qui permet de rendre compte à la fois de son emploi bien connu en tant que préposition, marqueur de similitude, et de son emploi citationnel, qui se présente comme un paramétrage parmi d’autres de la forme schématique proposée. Enfin je tâcherai de montrer en quoi le mode de dérivation proposée a partie liée avec les propriétés sociolinguistiques et interactionnelles du LIKE citationnel.3

Diversité des valeurs contextuelles de LIKE

3À côté de ses emplois classiques, en tant que préposition :

  • 4 Les exemples proviennent, sauf indication contraire, de corpus oraux faisant partie des corpus COCA (...)

(1) But you know, I’m like most consumers4.

et d’autres emplois, moins classiques, en tant que marqueur d’approximation :

(2) My -- my -- one of our friends was killed. He was like 26.

(3) […] all you got ta do is put the screws in those locks you know, like. BNC [S] [sic]

(4) Detective William Jonas thought he heard something. Muffled, like. Couldn’t be gunshots, not in this neighborhood.

4LIKE possède un emploi relativement récent, associé à BE en tant qu’introducteur d’une variété de discours direct, qu’illustrent les exemples suivants :

(5) I’m like : Hey, Dad, sorry I overslept.

(6) I called my partner, he was like, What the heck is that ?

(7) And she just started laughing. She doubled over, and I was like, I love this woman.

5Ces cas sont à la fois largement répandus, en anglais américain, où l’emploi aurait commencé au milieu du siècle dernier dans le sociolecte d’adolescentes californiennes, mais également, aujourd’hui, dans bien d’autres variétés d’anglais. Malgré cette fréquence d’emploi, l’utilisation citationnelle de LIKE reste non standard, et semble, par ailleurs, caractéristique de certains groupes de locuteurs, plutôt jeunes.

Spécificités du LIKE citationnel

6Nous venons de présenter le LIKE citationnel en tant qu’introducteur d’une « variété de discours direct ». La nuance est importante puisque, nous allons le voir, on ne saurait assimiler la construction BE LIKE aux constructions avec SAY ou THINK, par exemple.

7Comparons, à titre d’exemple, (5) et la reformulation (5a) :

(5) I’m like : Hey, Dad, sorry I overslept.

(5a) I say : "Hey, Dad, sorry I overslept".

8Si (5a) reste tout à fait possible, sur le plan grammatical, on a le sentiment d’avoir perdu quelque chose, par rapport à l’énoncé d’origine. En effet, alors que (5a) présente le segment "Hey, Dad, sorry I overslept" comme un compte-rendu verbatim – que celui-ci soit véridique ou non – d’un acte de parole de l’énonciateur, (5) présente le même segment comme une illustration de ce que l’énonciateur a pu dire dans la situation de l’énoncé, sans pour autant certifier une correspondance exacte.

9Les mêmes remarques valent pour (6) ou pour la substitution de THINK, en (7) :

(7) […] and I was like, I love this woman.

(7a) […] and I thought, I love this woman.

10Les conventions de ponctuation sont également très variables. Le segment BE LIKE peut être suivi des deux-points, d’une virgule, tandis que le segment cité à droite se trouve aussi souvent sans les guillemets (5-7) qu’avec les guillemets (8-10) :

(8) Even when I heard the title for the film project, I was like, "Ooh..."

(9) But I remember she stuck up for me when this guy was being aggressive. She was like, "Hey !’’

(10) The worst thing I did was look inside a closet in an ex-boyfriend’s house. I was looking for something so I opened up the door, and it was a closet of ex-girlfriends. All the mementos, journals, love letters, everything. It was like, "Aaahhh !" I closed it immediately.

11Ce sont peut-être ces hésitations, entre autres facteurs, qui font écrire à Romaine et Lange :

  • 5 "We will argue that discourses introduced by like blur the boundaries between direct and indirect r (...)

Nous considérons que le discours introduit par like remet en cause la ligne de démarcation entre la représentation directe du discours (ou de la pensée) et sa représentation indirecte [Notre traduction]5.

12Les exemples (8-10) permettent d’illustrer deux autres spécificités de BE LIKE citationnel. D’abord, le segment qu’il précède comprend des marqueurs que l’on pourrait qualifier de paraverbaux : Ooh…, Hey ! et Aaahhh ! ci-dessus. Par ailleurs, de façon plus remarquable, BE LIKE accepte volontiers le sujet impersonnel IT (10) ou encore (11) :

(11) There was a lot of morals being tacked on to the ends. It’s like, No, no, no, no one needs to learn a lesson here. Let’s just entertain people.

13Une reformulation avec SAY – mise à part la question de son rapport avec l’énoncé de départ – ferait obligatoirement intervenir un sujet animé, bien entendu :

(11a) […] We said, "No, no, no, no one needs to learn a lesson here".

14Tout se passe comme si le segment à droite de BE LIKE, au lieu d’être une représentation plus ou moins fidèle d’un discours direct, fonctionnait plutôt comme un segment de discours emblématique de ce qu’aurait pu proférer un énonciateur virtuel dans le type de situation en question. Ainsi, dans, (8) I was like, "Ooh...", le segment "Ooh" ne renvoie pas nécessairement à ce qui est dit, mais à une attitude chez l’énonciateur dont le segment fournit une illustration caractéristique.

15Même un segment aussi banal que "Hello" peut être réinterprété à la lumière de ces commentaires.

(12) I’ve taken seven workshops with Bateman since then. Sometimes, things he said to me years ago, which didn’t mean anything to me at that stage of my development, suddenly penetrate my mind and it’s like, hello !

16Ici "Hello !" serait prononcé sur un ton appuyé, sans doute, et renverrait à la situation, supposée connue, d’un énonciateur qui accède soudain à une nouvelle perspective sur la réalité qui l’entoure.

17Ces constats posent, nous allons le voir, des questions tout à fait intéressantes sur les rapports qui peuvent exister entre des situations-type, d’un côté, et les segments de discours pouvant caractériser ces situations, de l’autre.

18Maintenant que nous voyons plus clairement ce que signifie l’emploi citationnel de BE LIKE, et comment celui-ci se différencie d’autres séquences introductrices de discours, passons à la question de la forme schématique et aux rapports qu’entretient le LIKE citationnel avec d’autres emplois du même marqueur.

Vers une forme schématique pour LIKE6

Proposition de forme schématique

19Partons de l’exemple suivant d’un emploi classique de LIKE préposition marqueur de similitude :

  • 7 Même cet exemple banal accepte une lecture citationnelle : They think America is like..."Disney Wor (...)

(13) They think America is like Disney World7.

20Nous ferons abstraction de la proposition introductrice pour nous concentrer sur le segment America is like Disney World, dont la forme générale peut se représenter x [be] like y. Cette forme d’énoncé marque la détermination d’un terme repéré, x, par sa localisation relativement à un terme repère y. Ceci peut se réécrire comme une relation de localisation, en utilisant la notation habituelle : < x  y >, soit "x est repéré par rapport à y". S’agissant de LIKE, cependant, cette localisation dépend, pour être interprétable, d’un troisième terme, une propriété z, commune à x et à y, qui n’est pas nécessairement explicite. Ceci nous permet de rendre compte du caractère quelque peu paradoxal de LIKE qui exprime à la fois l’identification – puisque la propriété z en x est identifiée à la propriété z en y – mais aussi la différenciation – puisque x est différent de y –. Ceci peut se représenter de la manière suivante, en développant le métaopérateur  :

Image

21C’est-à-dire, « x est repéré par rapport à une propriété identifiable à la propriété z repère de y ».

On pourra donc proposer la glose suivante pour le segment America is like Disney World : « Le terme America est déterminé par rapport à une propriété Image identifiée à la propriété z représentée par Disney World »Image

22La propriété déterminante z peut être rendue explicite :

(14) I don’t really view Rehnquist as an intellectual leader, " Merrill says. "He is an impresario. He is like the guy who deals the cards at a blackjack table. He’s skilled at seeing where he has five votes".

(15) But he is like a fish out of water – homesick, wary and uneasy, even prudish, in his relations with his wife.

23Ici, l’interprétation d’un repérage qui pourrait, dans un premier temps, poser problème, est orientée dans le contexte à droite, qui vient ainsi accompagner le coénonciateur dans sa récupération pertinente de la propriété z commune aux termes x et y, en suivant la formule donnée.

24La reconstruction d’une propriété z n’est pas toujours facilitée, cependant, et la comparaison, en tant que procédé littéraire, repose souvent sur la connivence imposée entre auteur et lecteur dans l’élaboration d’une propriété commune.

(16) "But that was not the same snow, " I say. "Our snow was not only shaken from white wash buckets down the sky, it came shawling out of the ground and swam and drifted out of the arms and hands and bodies of the trees ; snow grew overnight on the roofs of the houses like a pure and grandfather moss, minutely ivied the walls and settled on the postman, opening the gate, like a dumb, numb thunder-storm of white, torn Christmas cards." "A Child’s Christmas in Wales" Dylan Thomas (1955).

  • 8 Qu’y a-t-il de commun entre un corbeau et une écritoire ? Un exemple d’énigme sans réponse, donnée (...)

25C’est d’ailleurs sur la recherche de cette propriété commune que jouent les énigmes à la Lewis Carroll, de la forme, Why is a raven like a writing-desk ?8

Marqueur d’approximation

26L’emploi approximatif de LIKE peut s’expliquer comme un paramétrage sur la forme schématique fournie plus haut.

(2) My – my – one of our friends was killed. He was like 26.

27Dans (2) l’énonciateur ne dit pas que le sujet avait vingt-six ans, mais donne vingt-six ans comme un ordre de grandeur approximatif. D’après le fonctionnement que nous proposons, l’âge du sujet grammatical est repéré par rapport à une zone élargie z, qui comprend, entre autres, l’âge de 26 ans.

Image

(4) Detective William Jonas thought he heard something. Muffled, like.

28Dans (4) l’adjectif muffled vient déterminer, dans un premier temps, something, complément de heard, puis, dans un deuxième temps, like vient « flouter » l’apparente précision de l’adjectif, en introduisant une zone qui avoisine qualitativement /muffled/ et qui s’y substitue en tant que repère, sorte de zone tampon entre repéré et repère.

  • 9 Comme le dit Gisle Andersen : "le LIKE citationnel […] signale un rapport méta-représentationnel de (...)

29Il s’agit ici d’un emploi manifestement métalinguistique, d’un retour qu’opère l’énonciateur sur le degré d’adéquation entre une représentation cognitive et son expression linguistique.9

30La variation est induite, ici, par la nature du terme repère. En partant du schéma x be like y, lorsque le terme repère y est nominal, alors on aura habituellement affaire à un emploi classique, prépositionnel, alors que si le terme repère y est adjectival – ou peut-être plus généralement, qualitatif –, like aura un fonctionnement de marqueur d’approximation et sera généralement précédé, à l’oral, d’une brève pause, ou hésitation, conventionnellement marquée à l’écrit par une virgule.

31L’exemple suivant comporte à la fois le like d’approximation like happy et le like citationnel I was like…

(17) And hearing Nat King Cole just – it made me feel all of a sudden overwhelmed with just joy. I was like happy. I was like, "wow, this is cool".

32C’est vers ce dernier type d’emploi que nous allons nous tourner à présent.

Emplois citationnels

33Je propose de garder la même forme schématique pour les emplois citationnels de BE LIKE, bien entendu, la différence entre ces emplois et les précédents étant dans la nature des termes mis en relation. Étant donné un énoncé de la forme S BE LIKE "Prop", où "Prop" représente le segment cité, on admettra que S – qui peut être un animé, ou un renvoi à la situation – est repéré par rapport au type de situation où l’on pourrait, de façon caractéristique, énoncer "Prop".

Image

34Ainsi, sans dire qu’un sujet a effectivement énoncé "Prop", l’énonciateur localise le sujet en fonction d’une situation type représentée par cet énoncé.

35On pourra distinguer deux cas de figure, deux modes de variation encore, à l’intérieur de l’emploi citationnel.

Variation dans les situations rapportées

36Dans le premier cas de figure, sans doute le plus habituel, le segment "Prop" fournit un énoncé à partir duquel on pourra reconstruire une situation type.

(18) He was like, " Wow, this movie is really going to suck. " And he told his friends that, and they all went to see the movie when it came out. And his mouth dropped open. He was like, "Holy shit." He was like, "How did this happen ?"

37Dans (18), les segments "Holy shit" ou "How did this happen", sans être des citations directes, permettent de reconstruire un certain type de situation z où de tels énoncés seraient habituels (en gros, il s’agit d’une classe d’expressions d’incrédulité). Cette situation sert à son tour de repère identifiant pour la situation où se trouve le sujet grammatical. On peut gloser le (18) ainsi, en instanciant les places dans notre schéma :

Image

38Soit : le sujet grammatical est repéré par rapport à une situation identifiée à une situation z reconstruite à partir d’un énoncé emblématique "Holy Shit".

39Le prochain exemple est tout à fait similaire : "Wow, that’s great" n’est pas donné comme du véritable discours direct mais comme un indice de la situation où se trouve le sujet grammatical.

(19) He’s talking about he’s excited. He’s gonna propose to her. And, I was like , "Wow, that’s great". [sic]

40Un tel mode de fonctionnement repose sur la remarquable faculté, chez les énonciateurs, de pouvoir retrouver, à partir d’un indice langagier – un énoncé illustratif – la référence à une situation type où de tels énoncés seraient attendus. Qui plus est, en employant le LIKE citationnel, l’énonciateur mise sur cette faculté même, nous y reviendrons.

Variation dans les situations rapportant

41Un dernier cas, qu’il est souvent difficile de distinguer du précédent, concerne des segments qui se lisent comme de véritables discours rapportés, et qui ne peuvent pas vraiment être compris, de par leur caractère irréductiblement spécifique, comme renvoyant à une classe de situations type.

(20) She had not considered herself an entrepreneur until Harris pointed it out. "You deal with investors, marketing and a product that has a return on the investment, as well as manage a budget and a staff, " he told her, reframing her appearances at cocktail parties with philanthropists and her day-to-day toils. "I was like, ’No, I’m just a doctor, ’" she recalled.

(21) I got woke up about six forty-five on the thirteenth from a phone call from my brother. I answered it. And he was like, Nicole, mom’s dead. I’m like what ? You’re kidding me. Tell me you’re lying. He’s like, no, she was murdered last night [sic].

42Dans (21), par exemple, le dernier segment "He’s like, no, she was murdered last night" n’évoque guère autre chose qu’une situation pénible où le sujet grammatical prononce ces mêmes propos. Il nous semble malgré tout que le phénomène reste globablement similaire au cas précédent. La différence entre les deux cas se situe au niveau du rapport entre le segment cité, "Prop", et sa situation repère.

Points communs entre ces deux types de variation

  • 10 Buchstaller, dans un article sur les différences entre LIKE et GO citationnels, parle d’un "Hypothe (...)

43Dans les deux cas, "Prop" se présente comme un segment qui a pu être énoncé dans la situation donnée, un segment qui illustre et qui permet de reconstruire rétroactivement toute une situation. Dans le premier cas, "Prop" est pris dans une classe comme un énoncé typique d’un genre de situation. Dans le deuxième cas, "Prop" est pris dans une classe de reformulations possibles. En d’autres termes, la classe d’énoncés que "Prop" représente doit sa construction soit aux propriétés de la situation de référence qui l’a produit, la situation rapportée (Sit2), soit aux propriétés de la situation d’énonciation qui le cite, la situation rapportant (Sit0).10

44Étant donné l’existence de nombreux cas où l’opposition entre les deux types est très délicate à établir, nous ne pensons pas qu’il soit possible de paramétrer directement ce type de variation.

45Dans la mesure où ce deuxième cas de figure porte, de façon métalinguistique, sur la formulation même du discours d’autrui, nous sommes assez proche du LIKE d’approximation étudié plus haut. En effet, le segment "Prop" donne une représentation qui n’est pas contraignante mais seulement possible, ce qui entraîne un certain degré d’approximation dans la représentation du discours, nous semble-t-il.

LIKE citationnel et la variation sociolinguistique

  • 11 Cf. Tagliamonte et Hudson (1999), Macaulay (2001),

46Si le LIKE citationnel a été relativement peu étudié du point de vue de son fonctionnement ou de ses rapports avec d’autres valeurs du même marqueur, il a, en revanche, suscité beaucoup d’intérêt, généralement parmi les linguistes anglophones, d’un point de vue sociolinguistique. Blyth et al (1990), ou Romain et Lange (1991) signalent que son emploi est privilégié chez des locuteurs féminins plutôt jeunes (en dessous de trente ans), et qu’il se trouve associé à l’oral plutôt qu’à l’écrit. Une étude sociolinguistique menée par Ferrara et Bell (1995), conclut cependant que, si cet emploi de LIKE reste une spécificité des locuteurs relativement jeunes (en dessous de quarante ans), il n’est plus particulièrement associé aux jeunes femmes et s’est considérablement développé, à la fois géographiquement – puisqu’on le trouve partout aux États-Unis – et sémantiquement – puisqu’il est employé, d’après ces auteurs, comme un simple marqueur de discours direct parmi d’autres –. Des études encore plus récentes11 sont consacrées à l’emploi du LIKE citationnel au Canada, et au Royaume-Uni (Londres, York, Glasgow), suggérant que l’emploi de cette forme a essaimé à tel point que les seuls critères sociolinguistiques dont la pertinence reste d’actualité sont ceux de l’âge du locuteur et du genre discursif (oral et familier).

47Il nous semble intéressant de nous demander s’il existe, dans le fonctionnement sémantique du LIKE citationnel, tel que nous l’avons décrit, à travers le concept de la forme schématique, des propriétés qui prédisposerait cette forme complexe à assumer un fonctionnement sociolinguistique, comme marqueur privilégié d’un certain groupe de locuteurs.

La forme schématique que nous avons proposée plus haut fait appel, de façon systématique, à une propriété z associée au terme repère y dans la détermination d’un repéré x :Image

48Or, lorsque ce terme z n’est pas rendu explicite, son interprétation repose sur une sorte de connivence entre locuteurs. En disant : x be like y, sans autre précision, l’énonciateur montre qu’il considère son coénonciateur capable de récupérer, de reconstruire, à partir des indices donnés, cette propriété fédératrice z. Il inclut ainsi son coénonciateur dans un espace linguistique où les repères sont tacitement partagés dans une co-construction du sens.

49Nous avons déjà remarqué que, dans le discours poétique, une telle stratégie peut rendre le lecteur-coénonciateur complice, actif, en l’invitant à entrer dans le même espace que l’auteur-énonciateur. (Cf. a thirst for loving shook him like a snake de Robert Lowell, par exemple.) De la même manière le premier type de LIKE citationnel que nous avons étudié parie sur la possibilité, chez le coénonciateur, de reconstruire, à partir d’un énoncé emblématique, toute une situation que l’énoncé est censé illustrer. Du coup, un "Wow !" n’est plus une citation dans le texte, mais un énoncé typique d’une classe d’énoncés apparentés, provoqués par un certain type de situation, qu’il vient caractériser de façon métonymique.

50On voit ainsi les liens entre variations sémantiques et variations sociolinguistiques : d’après notre analyse, c’est parce que l’interprétation de x BE LIKE y repose sur la reconstruction d’un troisième terme z – que ce terme z soit une propriété, un ensemble de propriétés ou une situation –, que le segment se prête si bien à l’exploitation d’une connivence entre locuteurs, et partant, à la construction potentielle de communautés sociolinguistiques.

51L’extension de cette forme au-delà des communautés sociolinguistiques auxquelles elle était au début associée ne devrait pas nous étonner. Il est habituel de voir la résorption par la norme de formes qui, si elles paraissent marginales au départ, sont pratiquées par des groupes jouissant d’un certain prestige linguistique latent – « covert prestige » en termes laboviens.

  • 12 Ferrara et Blyth (1995) considèrent en effet l’émergence du LIKE citationnel en tant que simple mar (...)

52Ces mêmes formes peuvent également être réanalysées dans leurs nouveaux contextes pour ensuite étendre leur domaine d’application. De cette manière, le premier LIKE citationnel (3.3.1) – qui repose clairement sur une connivence – a pu être réanalysé comme un simple marqueur d’approximation, ce qui aboutira logiquement au deuxième LIKE citationnel (3.3.2).12

Remarques en conclusion

53Rappelons brièvement le chemin parcouru. Nous avons, tout d’abord, présenté le fonctionnement du like citationnel, en l’opposant à d’autres emplois – standards et non standards – du même marqueur, et à d’autres stratégies citationnelles – SAY et THINK, par exemple. Nous avons ensuite proposé une forme schématique pour like selon laquelle des valeurs contextuellement différentes peuvent être calculées comme autant de configurations, de variations sur un schéma de base, nécessairement sous-déterminé. Cette exploration des valeurs nous a conduit à différencier deux types de like citationnel, l’un évoquant un énoncé comme caractéristique d’une situation type, l’autre évoquant un énoncé comme une reformulation possible, et donc approximative.

54Nous nous sommes interrogé, enfin, sur les liens possibles entre le LIKE citationnel en tant que variable sociolinguistique, distinguant un certain type de locuteur, un certain genre et registre de discours, et la dérivation énonciative que nous proposons. Il nous a semblé que les deux démarches pouvaient se révéler complémentaires, car c’est par l’intermédiaire d’une zone de connivence, éventuellement implicite, que se construit, d’un côté, certaines valeurs contextuelles de LIKE et, de l’autre, un véritable espace sociolinguistique, une communauté des locuteurs aux repères partagés.

Bibliographie

Bibliographie

andersen Gisle, 2000, "The role of the pragmatic marker like in utterance interpretation, " in Pragmatic Markers and Propositional Attitude Ed. Andersen, G. and Fretheim, T., John Benjamins, Amsterdam, p. 17-38.

blyth Carl, recktenwald Sigrid, wang Jenny, 1990, "I’m like, ’Say what !’ A New Quotative in American Narrative Discourse", in American Speech 65, p. 215-227.

buchstaller Isabelle, 2001, "He goes and I’m like : The new Quotatives re-visited". Internet Proceedings of the University of Edinburgh Postgraduate Conference, 2002. Téléchargeable à cette adresse : http://www.lel.ed.ac.uk/–pgc/archive/2002/proc02/b uchstaller02.pdf

culioli Antoine, 1990, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 1, Paris, Éditions Ophrys.

culioli Antoine, 1999a, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 2, Paris, Éditions Ophrys.

culioli Antoine, 1999b, Pour une linguistique de l’énonciation, Tome 3, Paris, Éditions Ophrys.

dufaye Lionel, 2012, "Genre : Trace d’un transfert de prise en charge", Actes du colloque international d’Aarhus des 3-4 juin 2011 : prépositions et aspectualité, Henning Nölke (Ed.).

ferrara Kathleen et bell Barbara, 1995, “Sociolinguistic Variation and Discourse Function of Constructed Dialogue Introducers : The Case of Be + like” in American Speech, p. 265-290.

fleischmann Suzanne et yaguello Marina, 2004, "Discourse markers across languages. Evidence from English and French in Discourse across languages and cultures. Éd.C.L. Moder, Amsterdam, John Benjamins, p. 129-148.

fuchs Yann, 2012, Les quotatifs en interaction. Approche synchronique d’un paradigme en mouvement. Thèse de doctorat soutenue le 4 décembre 2012, Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

lab Frédérique, 1999, "Is as like like or does like look like as ?" in Les opérations de détermination. Quantification / Qualification, Éds. A. Deschamps & J. Guillemin-Flescher, Paris, Ophrys, p. 83-100.

macaulay Ronald, 2001, "You’re like ‘why not ?’ The quotative expressions of Glasgow adolescents", Journal of Sociolinguistics Volume 5, Issue 1, p. 3-21.

ranger Graham, 2012a, "Adjustments and Readjustments : Operations and Markers", dans L’ajustement dans la TOE d’Antoine Culioli, Éd. Catherine filippi-deswelle, Collection linguistique Épilogos, 3, Rouen, Publications Électroniques de l’ERIAC, p. 39- 62.

ranger Graham, 2012b, "Quotative LIKE in contemporary non standard English", Les Théories de l’énonciation : Benveniste après un demi-siècle, actes du colloque des 24-25 novembre 2011, Dufaye L. & Gournay L. (éds), revue en ligne Arts et savoirs [ISSN 2258- 093X], n° 2, juillet 2012. URL : http://lisaa.univ-mlv.fr/arts-et-savoirs/

romaine Suzanne and lange Deborah, 1991, "The use of LIKE as a marker of reported speech and thought : a case of grammaticalization in progress” in American Speech, p. 227-279.

tagliamonte Sali and hudson Rachel, 1999, "Be like et al. beyond America : The quotative system in British and Canadian youth, " in Journal of Sociolinguistics 3/2, Oxford, Blackwell, p. 147-172.

Notes

1 Je remercie chaleureusement les deux relecteurs anonymes d’une première version de cet article, pour leurs remarques, suggestions et corrections.

2 Cet emploi de LIKE, largement étudié par les linguistes anglophones, a moins retenu l’attention des linguistes francophones. L’article de Lab (1999), mené dans le cadre de la TOPE, fait exception, sans que le LIKE citationnel n’y fasse l’objet d’une véritable formalisation cependant. Dufaye (2012) ou Fleischmann et Yaguello (2004) évoquent, pour leur part, une parenté fonctionnelle et sociolinguistique entre le LIKE anglais et certains emplois de GENRE en français contemporain.

3 Le présent article développe un certain nombre d’arguments présentés dans Ranger (2012a) et Ranger (2012b).

4 Les exemples proviennent, sauf indication contraire, de corpus oraux faisant partie des corpus COCA et BNC, consultés via l’excellente interface développée par Mark Davies, à l’adresse http://corpus2.byu.edu/coca/ ouhttp://corpus2.byu.edu/bnc/

5 "We will argue that discourses introduced by like blur the boundaries between direct and indirect representations of both speech and thought report" (Romaine et Lange 1991 : 234).

6 Le concept de "forme schématique", de même que la formalisation symbolique proposée ici, font partie de l’appareil analytique employé dans le cadre de la TOPE telle qu’elle est présentée dans Culioli 1991, 1999a et 1999b, par exemple.

7 Même cet exemple banal accepte une lecture citationnelle : They think America is like..."Disney World", mais nous laisserons de côté cette interprétation, dans un souci de clarté.

8 Qu’y a-t-il de commun entre un corbeau et une écritoire ? Un exemple d’énigme sans réponse, donnée par le chapelier fou dans Alice au pays des merveilles.

9 Comme le dit Gisle Andersen : "le LIKE citationnel […] signale un rapport méta-représentationnel de non identité entre le segment cité et le discours d’origine" (notre traduction) ["quotative like [...] stands in a non-identical relation with its original and it is metarepresentational"] (Andersen 2000 : 33).

10 Buchstaller, dans un article sur les différences entre LIKE et GO citationnels, parle d’un "Hypotheticality Continuum", postulant une différence formelle selon le mode de correspondance entre la citation et le discours qu’elle prétend représenter. Elle distingue trois possibilités : realis, hypothétique, situationnel, qui recouvrent bien les catégories dont nous faisons état ici.

11 Cf. Tagliamonte et Hudson (1999), Macaulay (2001),

12 Ferrara et Blyth (1995) considèrent en effet l’émergence du LIKE citationnel en tant que simple marqueur de discours direct approximatif, comme postérieur à son emploi avec des énoncés emblématiques qui illustrent une situation-type. Dans une thèse récente, Fuchs (2012) analyse avec bonheur plusieurs marqueurs de discours rapporté (SAY, GO et BE LIKE), en montrant que l’alternance régulée des marqueurs peut faciliter la différenciation de plusieurs voix rapportées (2012 : 301-322). Il semble généralement acquis, par ailleurs, que l’emploi approximatif soit antérieur à tout emploi citationnel (mais cf. Fleischmann et Yaguello 2004 : 130 pour un avis contraire).

Auteur

(Université d’Avignon – EA 4277 ICTT)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search