Version classiqueVersion mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variations sémantiques, variations constructionnelles

Enjoy et rejoice : variations propositionnelles sur le mode de la réjouissance

Christelle Lacassain-Lagoin

Résumé

Cet article a pour objet l’analyse de la complémentation propositionnelle des verbes appréciatifs enjoy et rejoice, qui relèvent tous deux des champs sémantiques de la joie et de la (ré-) jouissance. En dépit de leur parenté sémantique, ces deux verbes ne sont pas interchangeables : enjoy renvoie à un plaisir immédiat, direct, alors que rejoice signale un plaisir médié, plus intellectualisé, comme a posteriori. La distinction s’observe également au plan syntaxique. Ces deux verbes acceptent des compléments propositionnels différents, non permutables : propositions en -ING et en WH- à forme finie pour enjoy, et propositions infinitives ou en THAT à forme finie pour rejoice.

L’analyse se concentre sur la variation sémantique entre enjoy et rejoice, la forme et le sens des constituants propositionnels et de leurs composants, ainsi que sur leur contribution au programme sémique du verbe recteur et au sens global de l’énoncé. Il existe en effet une complémentarité entre les constructions syntaxiques de chacun de ces deux verbes, et le sémantisme qu’elles véhiculent est en accord avec celui dénoté par le verbe qui les régit. Ainsi, il apparaît que les structures syntaxiques sont iconiques du sens transmis non seulement par le verbe recteur mais aussi par l’énoncé tout entier.

Texte intégral

Introduction

1Cette étude est consacrée aux compléments propositionnels des verbes appréciatifs enjoy et rejoice. Il s’agira d’expliquer pourquoi deux verbes de sens proche, qui relèvent des champs sémantiques de la joie et de la (ré-) jouissance, acceptent des compléments propositionnels différents, non permutables : propositions en -ING et en WH- à forme finie pour enjoy, et propositions en TO ou en THAT à forme finie pour rejoice.

  • 1 Le terme « variation » n’est pas utilisé ici dans l’acception qu’il prend en sociolinguistique. Il (...)

2On s’interrogera sur la variation1 sémantique entre enjoy et rejoice, la variation syntaxique et sémantique corollaire de leurs compléments propositionnels, ainsi que sur la contribution de ces constituants au sens global de l’énoncé. Notre objectif est de montrer que non seulement il existe une complémentarité entre les constructions syntaxiques de chacun de ces deux verbes, dont le programme sémique est en accord avec celui de leurs compléments, mais aussi que le sens du verbe et de l’énoncé dans son ensemble se construit par interaction entre le verbe et sa complémentation.

Parenté sémantique en apparence ou interprétation de la (re-) jouissance

3Les verbes enjoy et rejoice sont tous deux dérivés du latin gaudere (« se réjouir intérieurement »), mais ils sont issus de deux termes différents en ancien français (OED, ONED) :

  • rejoice provient de « rejoiss- », base du participe présent « rejoissant » du verbe « rejoir » (« gladden, rejoice »), qui se décompose en « re- » (« back, again ») + « joir » (« be glad »). Apparu vers 1300, il a tout d’abord le sens de « enjoy the possession of », avant de signifier également « be full of joy » (vers 1374).
  • enjoy, qui est attesté dès 1380, est issu de « enjoir » (« give joy, rejoice, take delight in »), qui est composé de « en- » (« make ») et de « joir ».

4Il est délicat de distinguer des différences sémantiques entre ces deux verbes, et les définitions fournies par les dictionnaires unilingues ne présentent pas de divergence significative ; à titre d’exemple :

  • enjoy : « to experience pleasure, be happy ; to possess, use or experience with delight […] ; to take delight in, relish » (OED).
  • rejoice : « to feel joy or delight ; to feel or show great joy or delight ; to express happiness ; to be full of joy, to be extremely glad ; to exult » (OED).
  • 2 Les équivalents en français moderne de ces deux verbes montrent bien cette distinction entre dynami (...)

5Nous avançons l’hypothèse suivante concernant le sémantisme de ces deux verbes : dans enjoy, le préfixe en-, qui signifie « cause to be, make », est glosable par « put in/on », ce qui donne à enjoy le sens de « put (someone) in joy, make (someone) be glad ». Enjoy évoque un processus dynamique, par lequel l’expérient passe d’un état de non-joie à un état de joie, ainsi que le résultat engendré par ce processus. Un stimulus (procès ou entité) met le référent animé du sujet grammatical dans un état de joie concomitant (voir [1]) : celui-ci prend plaisir à participer à une activité ou à profiter d’une entité. Dans rejoice, le préfixe re-, qui signifie « again », peut indiquer la réactivation – à savoir une nouvelle activation – de la joie, qui apparaît comme l’état résultant dans lequel se trouve le référent, animé lui aussi, du sujet grammatical. Le sens de « back » indique qu’il s’agit de revenir à un point de départ, celui du stimulus de la joie. Rejoice se laisse gloser par « be glad », d’où est absente l’idée d’un dynamisme sous-jacent menant à un changement d’état de l’expérient ; seul importe l’état de joie du référent du sujet2 (voir [2]). Cette répartition entre deux sens proches mais différents peut être due à l’apparition de enjoy vers la fin du XIVe siècle. Ainsi, enjoy peut être paraphrasé par « I am involved in a process / with an entity and I like it », tandis que rejoice est paraphrasable par « a process/state of affairs rejoices me » ; ces formulations font apparaître une disparité dans le statut du référent du sujet grammatical : agent et expérient avec enjoy, mais uniquement expérient pour rejoice. Il semble donc que enjoy renvoie à un plaisir immédiat, concomitant à une activité ou un procès dans lequel le référent du sujet est actif, alors que rejoice signale un plaisir a posteriori, postérieur au stimulus originel de la joie, dans lequel l’expérient n’est pas activement impliqué. Cette différence sémantique pourrait être à l’origine de la variation des structures syntaxiques acceptées par ces verbes.

(1) “Human relationships fascinate me. And most people enjoy talking about their relationships, anyway.” (BNC)
(2) All that we do and believe in is engaging people to touch, to heal, to look at each other’s eyes, to feel with each other, to cry with each other, to moan, to groan, to rejoice, to be happy. (COCA)

Variations syntaxiques et sémantiques : les constructions propositionnelles de enjoy et rejoice

  • 3 Voir la bibliographie pour la composition de ce corpus.

6Notre étude, qui a été menée dans trois corpora (le COCA, le BNC et un corpus personnel3), montre que la complémentation propositionnelle n’est pas la plus fréquente à la suite de ces deux verbes : elle ne représente que 12 % des énoncés, avec des pourcentages assez proches pour enjoy (12,1 %) et rejoice (8,92 %), bien que ce dernier (2433 occurrences) apparaisse environ trente fois moins souvent que enjoy (73660 occurrences).

  • 4 Certains paramètres classiques ne semblent pas pertinents ou opératoires pour justifier la différen (...)

7Enjoy et rejoice peuvent prendre deux arguments, qui correspondent au siège de la (ré-) jouissance et au stimulus du plaisir. Pour justifier la forme syntaxique propositionnelle et le sens que prend la source de la (ré-) jouissance, il importe de tenir compte des paramètres suivants4 :

  • la nature du procès de la subordonnée ;
  • la relation temporelle entre la matrice et la subordonnée ;
  • les caractéristiques syntaxiques et sémantiques de l’opérateur qui figure dans la subordonnée, et par conséquent de celle-ci ;
  • la co-référentialité ou non du sujet de la subordonnée avec celui du verbe de la matrice ;
  • le sémantisme du verbe appréciatif.

Enjoy

8La complémentation propositionnelle la plus fréquente pour enjoy est celle avec une proposition en -ING : 94,01 % des occurrences contre 5,98 % pour les propositions en WH-.

Enjoy & + & proposition & en & (GN) & V-ING &

9Un examen des occurrences de enjoy + proposition en -ING révèle des constantes. Au niveau syntaxique, les structures équisujets sont prédominantes (99,07 % ; voir [3, 6-8]) ; les cas où la proposition en - ING est précédée d’un sujet ([5]) représentent à peine 0,93 % des occurrences. Au niveau sémantique, les procès [+dynamique], comme en (2-5), sont majoritaires dans ces subordonnées (82,93 % des occurrences) : ils dénotent soit des activités ([2-3]), soit des procès ponctuels ([4]).

(3) Most people enjoy eating but we don’t always choose the foods we eat carefully. In Home Economics we investigate different foods and their effect on our health. […] Most importantly you will enjoy doing things and making things, finding things out for yourself and making things look and taste as nice as possible. (BNC)
(4) It [the Confederacy] should be portrayed realistically ; include the good, the bad, and the ugly. I would enjoy seeing and hearing Negro spirituals as well as the music of Confederate soldiers in the laser show. (COCA)
(5) “It’s no secret that I don’t enjoy people stopping and staring at me. That’s one part of the job I have always found tricky”. (BNC)

10Les prédicats statifs (16,16 % des occurrences), quant à eux, peuvent souvent être considérés comme une reformulation d’un procès dynamique : being on this trip en (6) est glosable par travelling et le passif being involved en (7), en parallèle avec talking, paraît dénoter davantage une participation active qu’un état du référent de I, entraîneur.

(6) “I was just thinking about poor old Eddy. He’d have enjoyed being on this trip with us today, you know”. (BNC)
(7) HALLADAY : I enjoy being involved with the guys, talking with them. I don’t feel like a coach ; I feel like a player talking to another player. I hate preaching to guys like that because a lot of guys don’t respond to that. (COCA)

11Pour finir, les procès cognitifs, rares dans ces imbriquées, semblent véhiculer l’idée que le référent du sujet est actif dans le processus de cognition pour arriver à une certaine conclusion (our bodies, our minds, and even our universe represent pinnacles of form and reason en [8]).

(8) Stupid design could fuel a movement unto itself. It may not be nature’s default, but it’s ubiquitous. Yet people seem to enjoy thinking that our bodies, our minds, and even our universe represent pinnacles of form and reason. Maybe it’s a good antidepressant to think so. (COCA)

12Comment justifier la compatibilité d’une part de -ING avec ces procès dynamiques, principalement de type activité, et d’autre part de enjoy avec ces subordonnées en -ING et ces procès dynamiques ? Les nominalisations en -ING renvoient généralement à des événements du monde matériel (Boulonnais 2004), d’où leur grande compatibilité avec les prédicats dynamiques. Lorsqu’elles complètent le verbe enjoy, celui-ci dénote une appréciation positive sur une action matérielle dans laquelle est impliqué – dans presque tous les cas – le référent de son sujet. L’opérateur -ING, qui porte sur une relation prédicative préconstruite, indique qu’il y a une présupposition d’actualisation du procès, ce qui fait que celui-ci est perçu comme concomitant au procès de la réjouissance.

13C’est sans doute cette simultanéité et cette préconstruction qui donnent une interprétation causale (au sens non linguistique du terme) à l’énoncé. Comme le procès imbriqué est premier chronologiquement, il existe un lien de causalité directe entre le stimulus événementiel dénoté par l’imbriquée et le plaisir (ou non) immédiat qu’il procure au référent du sujet de enjoy ; celui-ci passe alors d’un état de non-joie à un état de joie en présence de cette source événementielle. En outre, comme enjoy signale que l’expérient de la jouissance est activement impliqué dans l’activité qui lui procure du plaisir, cela explique la rareté des énoncés dans lesquels le sujet de la subordonnée n’est pas co-référentiel avec celui du verbe recteur appréciatif. Ainsi, enjoy peut être traduit, dans la majorité de ces énoncés – voir (3), à titre d’exemple – par « prendre plaisir à, aimer ».

Enjoy & + & proposition & en & WH- &

14Les propositions en WH-, d’occurrence beaucoup moins fréquente que celles en -ING, sont majoritairement des relatives nominales (98,88 %), avec quelques exclamatives indirectes introduites par HOW (1,12 %). Une paraphrase telle que Enjoy the things that you have around here while you can pour (10) montre que ce qui est source de plaisir, c’est une entité concrète du monde (the things that you have around), et non un événement comme avec les propositions en -ING ; il peut également s’agir d’une entité abstraite, telle que his “James Bond lifestyle” en (9). Dans cet énoncé, la relative sert à apporter une modulation (what his family calls) sur cette entité – cas assez fréquent dans ces relatives nominales (14,74 %) – et pourrait être en partie supprimée sans que le sens global de l’énoncé n’en soit véritablement modifié : Moran had lived a double life, […] enjoying his “James Bond lifestyle”.

(9) Moran had lived a double life, filing reports for the Australian Broadcasting Corp. and other news organizations, while at other times operating as a clandestine agent for Rendon, enjoying what his family calls his “James Bond lifestyle”. (COCA)
(10) Brock rumpled the boy’s hair. “Don’t be in a hurry. Enjoy what you have around here while you can”. (LOB)
(11) The Old Boy From the Okefenokee said softly. “I’m just enjoyinghow pretty you are”. (COCA)

15Si ces relatives servent principalement à focaliser l’attention sur une entité qui est exprimée sous une forme propositionnelle, le même type de constat peut être fait au sujet des quelques rares exclamatives indirectes. L’élément qui importe au niveau informationnel est le constituant introduit par how. L’énoncé (11) peut d’ailleurs être paraphrasé par I’m just enjoying your high degree of prettiness, ce qui montre que l’exclamative fait elle aussi référence à une entité, ici abstraite, et non à un événement du monde.

16Nous ne nous attardons pas sur ces propositions en WH-, avec lesquelles enjoy prend parfois le sens de « jouir, profiter de » – comme dans l’énoncé (10), par exemple –, car notre intérêt porte sur la différence de complémentation lorsque l’imbriquée dénote un procès.

Rejoice

17Comme enjoy, rejoice accepte lui aussi deux types de propositions à sa suite : les propositions en TO (33,64 % des occurrences) et les propositions en THAT V, plus fréquentes (66,36 %).

Rejoice & + & proposition & en & TO & V &

18Les propositions en TO n’ont pas de sujet explicite, mais celui-ci est récupérable dans le sujet du verbe rejoice dans la matrice. Cela implique que l’actant qui est le siège de la réjouissance est identique à l’actant qui est impliqué dans le procès de l’imbriquée. Ces procès imbriqués sont principalement dynamiques (68,49 %) : les procès ponctuels, tels qu’en (12-13), représentent 84 % de ces occurrences, alors qu’il n’y a qu’une seule occurrence d’un procès de type activité ([14]). On note également une proportion de procès cognitifs ([15-17]) plus grande (24,66 %) qu’avec les propositions en -ING à la suite de enjoy, tandis que les prédicats statifs ([18-19]) sont eux moins fréquents (6,85 %).

(12) In this version, the fisherfolk of a minuscule Scottish island, starved for booze owing to WWII rationing, rejoice to find foundering just off their shores a ship carrying 50,000 cases of whiskey – but can they get around Captain Waggett (Basil Radford) ? (COCA)
(13) […] Count Matuszewicz, writing to Stockmar, declared that ‘Prince Leopold has shown so many arriere-pensees, so much bad faith, so much irresolution, that I rejoice not to see him entrusted with the government of a country in which he would have betrayed the confidence of the three Courts... (LOB)
(14) I know the path : it is straight and narrow. It is like the edge of a sword. I rejoice to walk on it. (COCA)
(15) Fans of Barbara Barclay’s stunning Elizabethan series will rejoice to learn that the justly praised First Lady of the Torrid Quill is now also the Queen of Sizzling Cuneiform. (COCA)
(16) Not once in all the years of her tuition did she ever find herself in a situation which my intervention might have improved. At first I rejoicedto know that she was safe and happy. (COCA)
(17) Inexpressible was the pleasure I received from yours of the 25th, which was last night put into my hands by Mrs Brentford, the milliner, from Gloucester – I rejoice to hear that my worthy governess is in good health, and, still more, that she no longer retains any displeasure towards her poor Liddy. (Tobias Smollet, The Expedition of Humphry Clinker)
(18) The Catholic minds in the Church rejoiced to have one of such influence, and such prayerfulness, high in the counsels of their Church. (BNC)
(19) He should be rejoicing to be here, standing on the ground of the most famous battle in the world, and yet he only felt the churning of his wretched stomach. (COCA)

19Il s’agit d’expliquer la compatibilité de rejoice avec ces infinitives, et de ces dernières avec les mêmes types de procès qu’avec enjoy + V-ING. Comme rejoice dénote un plaisir réactivé qui est conçu comme un état résultant du référent de son sujet, l’imbriquée peut référer à tout type de procès puisque celui-ci n’est pas envisagé comme étant la cause directe et immédiate de la réjouissance : il n’est donc pas nécessaire qu’il soit dynamique, d’où une proportion plus élevée de procès cognitifs. De plus, le plaisir étant réactivé, le procès “réjouissant” est nécessairement antérieur au procès de ré-jouissance. Ainsi, (12), par exemple, ne peut être formulé qu’a posteriori du procès ponctuel de découverte ; il peut se gloser par they found a ship and then they rejoiced, où rejoice peut être traduit par « être ravi ».

20Quel est le rôle de TO dans ces infinitives ? Cet opérateur verbal, qui pose une relation prédicative sans la tenir pour validée, indique une visée prospective sur le procès à partir d’un point extérieur et antérieur. Il est alors possible de raisonner en termes de décalage entre l’imbricante et l’imbriquée. En effet, dans les énoncés (12- 14, 16-17, 18-19), le procès de l’infinitive, source de la réjouissance, est actualisé dans l’extralinguistique – alors qu’il reste à actualiser en (15) – : le décalage s’interprète alors comme un décalage temporel entre procès réjouissant et procès de ré-jouissance, mais aussi comme un décalage entre sujet “agissant” et expérient de la ré-jouissance.

  • 5 Cotte parle de « réactualisation énonciative », car TO est le moyen de conserver un présent sous-ja (...)

21Comment rendre compte de ce conflit apparent entre la représentation d’un procès comme non actualisé (indiqué par TO et son sémantisme) et la factualité de l’événement auquel elle est censée correspondre ? Avec TO, l’énonciateur se place en amont de la validation, et donc en amont de l’actualisation du procès imbriqué. Il est alors possible de se replacer avant le choix de la polarité, et d’évoquer dans le même temps la polarité positive et la polarité négative. TO permet de réactualiser deux possibilités (to see or not to see en [13]), tout en posant dans le discours celle qui conduit à la réjouissance (not to see him entrusted with the government). De même, en (17), TO permet de réactualiser le moment de la lecture de la bonne nouvelle par le référent de I : cette « réactualisation énonciative » (Cotte 2001)5 du procès est en accord avec la réactualisation de la jouissance. Tout se passe comme s’il y avait une reconstruction du cheminement qui a conduit à la réjouissance, TO réactualisant le moment du procès infinitif.

22Rejoice exprime donc une jouissance moins immédiate qu’avec enjoy, plus intellectualisée, ré-actualisée, médiation et réactivation qui vont de pair avec le décalage temporel entre le procès réjouissant et le procès de ré-jouissance. Ainsi, une infinitive évoque la ré-actualisation du procès à l’origine du plaisir réactivé, et non son actualisation ou son existence, d’où l’absence de procès de type activité dans les infinitives. Quel sens – proche ou éloigné – véhiculent alors les énoncés dans lesquels une proposition en THAT est régie par rejoice ?

Rejoice & + & proposition & en & THAT & V &

23À la différence des infinitives avec qui elles entrent en concurrence, les propositions en THAT comportent majoritairement un sujet différent de celui de la matrice (84,72 %). Elles couvrent également tout l’éventail temporel (antériorité [20-21], simultanéité [22- 23] et prospectif [24-26]).

(20) A year later, we reluctantly accept that Bernstein has disappeared from our concert halls for ever, but we can rejoice that as well as the worst he also enjoyed some of his very best times in our city. (The Times, 12/12/1991)
(21) The great painter Albrecht Dürer rejoiced that Luther had delivered him from a “terrible distress”, from bondage to rituals that the Catholic clergy prescribed as necessary for salvation. (BNC)
(22) In the eighteenth century Boswell describes his attack of gonorrhoea, which is complicated by an attack of epididymo-orchitis, and, after a miserable six weeks of self-imposed confinement at home, rejoices that he is cured because all he can see is a slight “gleet” which he is happy to ignore. (BNC)
(23) Some growing churches which have broadcast their “success” do not want to look too closely at where their new growth has been coming from. They rejoice that their pews are full, without facing the sobering fact that they are only filling them by emptying someone else’s. (BNC)
(24) While rejoicing that The Life of Brian will at last be seen on television, for instance, I am glad that the showing will be late enough at night to give warning to any believers who might be hurt by misunderstanding its satire. (The Times, 02/04/1991)
(25) For those of us subjected to the relentless demand for ever more houses, roads and other infrastructure, this is a sombre prospect but at least let us rejoice that our grandchildren may see an end to this pressure in this country and in Europe. (The Times, 07/08/1991)
(26) A group calling itself the National Democratic Front and claiming to represent 47 interest groups endorsed the new constitution, as did a tribal gathering in the borderlands of Paktia Province, illustrating the document’s broad base of support among both urban politicos and rural dwellers. Qala-e Naw, a major radio station, rejoiced that Afghans would now enjoy the same rights as the rest of the world. (COCA)

24Des différences notables avec les propositions en TO – mais aussi en -ING – apparaissent concernant le type de procès imbriqué : la (petite) majorité des procès sont statifs (51,39 % des occurrences – [22- 23]), les autres étant uniquement des procès dynamiques, parmi lesquels 41,43 % évoquent un résultat de faits antérieurs ([21]).

25Dans ces propositions à forme finie, THAT, opérateur anaphorique, signale un préconstruit sur lequel, selon l’énonciateur, il n’est pas nécessaire de revenir. L’événement dénoté par la proposition est posé comme stabilisé et mis à distance : une complétive en THAT transforme un événement en un objet abstrait de la cognition, qui n’est plus une réalité du monde. Ainsi, le procès imbriqué n’est plus traité comme appartenant aux choses matérielles, à la différence de ceux figurant dans les propositions en -ING et en TO, mais comme un objet de la cognition qui se prête au commentaire, ici sous la forme du verbe appréciatif rejoice. Une paraphrase possible pour ce genre d’énoncés est rejoice over the fact that… .

26Comment justifier l’emploi de deux types différents de subordonnées à la suite de rejoice ? Lorsque l’actant impliqué dans le procès imbriqué est différent de l’expérient de la réjouissance, une proposition en THAT est obligatoire au niveau syntaxique car les propositions en TO ont toutes un sujet co-référentiel avec celui de la matrice. En revanche, lorsque les deux sujets sont co-référentiels, le choix de l’un ou l’autre type de proposition s’explique au niveau sémantique. Dans les énoncés concernés (15,28 %), le procès de la subordonnée en THAT renvoie majoritairement à un état, permanent ([23]) ou résultant ([22]). On constate d’ailleurs que dans les propositions en THAT – qu’elles dénotent un procès explicitement révolu ([21]) ou à venir ([24-25]) –, c’est toujours un état ou un procès statif, caractérisant le sujet, qui prime, et non l’activité à laquelle son référent s’est livré.

  • 6 Ainsi, on note que dans les infinitives, certains prédicats statifs s’interprètent comme une reform (...)

27La clé de l’emploi d’une complétive en THAT pourrait donc résider, de manière générale, dans la nature et la référence temporelle du procès imbriqué. Une infinitive en TO permet de réactualiser le procès, temporellement antérieur à celui de la réjouissance, alors qu’une subordonnée en THAT renvoie non pas à un événement mais à un état ou un procès statif. Or, il est discursivement et pragmatiquement impossible de réactualiser un état (résultant ou non) car, par nature, il est toujours d’actualité6. De la même façon, il n’est pas possible de réactualiser un procès prospectif ([24-26]), d’où l’emploi dans ce cas d’une complétive en THAT.

28Un autre facteur à prendre en compte dans l’alternance entre TO V et THAT V se situe cette fois au niveau discursif. En (27), rejoice sert de verbe introducteur de discours, comme le montre l’utilisation de guillemets dans la subordonnée. Cet énoncé soulève le problème de savoir si rejoice exprime véritablement le sentiment ressenti par le référent de son sujet grammatical, ou bien s’il constitue une (re)formulation de la situation par l’énonciateur (voir aussi [26]). Avec une proposition en THAT, il semblerait que rejoice exprime l’appréciation portée par l’énonciateur, que celle-ci soit ou non partagée par le référent du sujet de la matrice, d’où la proportion élevée de sujets différents dans la matrice et la subordonnée. En revanche, avec une infinitive, rejoice exprime le sentiment ressenti par le référent de son sujet : l’emploi de l’infinitive privilégie l’affect pur, ce qui confère au prédicat une valeur d’expérience, qui ne peut être autre que l’expérience personnelle du référent du sujet de rejoice.

(27) Primitive Methodists rejoiced that “we are of the people, and know their needs” yet, as we have seen, they were also glad that “our people are everywhere participating in the social and intellectual advance of the times” (BNC).

29Ceci pourrait éclairer l’emploi des infinitives dans lesquelles est imbriquée une proposition en THAT, telles qu’en (15-17). Le choix de l’infinitive n’est pas dû à la présence d’un procès cognitif dans l’imbriquée, contrairement à ce qui est parfois indiqué. La suppression de ces procès – et aussi de TO – aurait pour effet de signaler que le jugement appréciatif exprimé par rejoice émane de l’énonciateur, et non nécessairement du référent du sujet de la matrice. En revanche, leur présence indique explicitement que la lecture affective et appréciative est à rattacher au référent du sujet de rejoice.

30De plus, puisque TO permet la réactualisation du procès de l’infinitive, il favorise l’initialisation du discours sur cette nouvelle réactualisée, au caractère non acquis, alors qu’avec une proposition en THAT, il y aurait une simple information qui serait devenue objet d’appréciation. Cette initialisation de discours laisse ouverte la possibilité d’une polémique, autrui pouvant avoir un avis différent de celui du référent du sujet de rejoice (voir [13, 18], par exemple) ; une proposition en THAT, qui renvoie à l’idée du procès plutôt qu’au procès lui-même, acquis par conséquent sur lequel on ne revient pas, ne permettrait pas cette polémique éventuelle.

31Ainsi, avec une proposition en THAT, l’appréciation véhiculée par rejoice porte sur l’idée d’un procès, qui est un objet abstrait de cognition et de communication. Celui-ci est détaché du procès de réjouissance, dont il n’est pas la cause directe ou immédiate : il y a une médiation par l’intellect, corollaire de la distance entre le procès lui-même et l’idée subséquente qui est à l’origine du plaisir ressenti ; cette distance est en accord avec le programme sémique de rejoice, qui signale une réjouissance a posteriori, médiée, et transparaît dans son équivalent français ici, à savoir « se réjouir ». Cette distance est accrue lorsque le sujet réjouissant et l’actant du procès imbriqué ne sont pas co-référentiels, l’appréciation pouvant alors même sembler provenir de l’énonciateur et non du référent du sujet de rejoice.

Synthèse

32Il existe une harmonie tant syntaxique que sémantique entre le verbe recteur et la complémentation qu’il régit. Les variations de constructions s’expliquent d’une part par le sémantisme du verbe et d’autre part par la nature du procès de la subordonnée, qui constituent des facteurs déterminants.

  • le référent du sujet de enjoy prend plaisir à se livrer à l’activité ou à se trouver dans la situation évoquée par l’imbriquée. Une paraphrase pourrait être : je me livre à cette activité/je me trouve dans cette situation et je prends plaisir à m’y livrer/j’aime m’y trouver : c’est bon.
  • avec rejoice, la réjouissance vient a posteriori de l’actualisation du procès imbriqué. L’appréciation portée est que ce procès est bien pour le référent du sujet, que ce plaisir est intellectualisé7. Le référent du sujet est ravi/se réjouit, le procès lui procure du plaisir.
  • 8 Nous avons déjà constaté cet état de fait avec les compléments nominaux et prépositionnels à la sui (...)

33Dans ces énoncés, tout concourt à véhiculer le sens d’une jouissance soit immédiate, directe, soit médiée, indirecte : le sens dynamique de enjoy et statif de rejoice, le sémantisme véhiculé par l’opérateur du complément et la subordonnée dans son ensemble, le type de procès imbriqué, ainsi que la place de l’opérateur dans la subordonnée dans la structure linéaire de l’énoncé. Tout se passe comme si la syntaxe et l’organisation linéaire du discours véhiculaient un sens. En effet, les structures syntaxiques sont iconiques du sens véhiculé non seulement par le verbe recteur mais aussi par l’énoncé dans son ensemble8 :

  • ING est « affixé » au verbe de l’imbriquée, que rien ne sépare de enjoy dans l’ordre linéaire. Cette construction est iconique de l’indissociabilité du procès réjouissant et du procès de réjouissance, conçus dans le même temps.
  • les opérateurs TO et THAT interviennent entre rejoice et la proposition qu’ils introduisent. Cette présence est iconique du décalage, de la médiation qui existe entre le procès réjouissant et le procès de la réjouissance, décalage qui est accentué lorsque l’imbriquée a un sujet explicite (THAT V).

Conclusion

34Toute appréciation s’effectue sur un donné, le jugement appréciatif constituant une réaction par rapport à ce fait. Enjoy et rejoice, bien que véhiculant tous deux l’idée d’un plaisir procuré au référent du sujet grammatical, ne sont pas interchangeables. Ils sont complémentaires et spécialisés dans l’expression de sens différents (plaisir matériel et plaisir intellectualisé) : si enjoy renvoie à un plaisir immédiat, rejoice, pour sa part, signale une jouissance médiée, intellectualisée, comme a posteriori ; le premier se situe plutôt sur le pôle du dynamisme et le second sur le pôle de la stativité.

35Les constructions syntaxiques différentes acceptées par ces deux verbes sont en accord avec le sémantisme particulier de chacun d’eux, et contribuent à la signification différente des énoncés dans lesquels elles figurent. C’est la combinaison de plusieurs paramètres – syntaxiques et sémantiques – qui permet de saisir le sens des énoncés appréciatifs étudiés : le sens du verbe recteur, la nature, le type et la structure du complément, le sens des opérateurs de complémentation, participent tous à la construction du sens global de l’énoncé.

Bibliographie

Bibliographie sélective

boulonnais Dominique, 2004, « TO et les infinitives : l’hypothèse de la transcendance prépositionnelle », C. Delmas (éd.), La contradiction en anglais, C.I.E.R.E.C. Travaux 116. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 55-90.

cotte Pierre, 1982, « Autour de “TO” », Travaux du CIEREC XXXV. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 57-80.

cotte Pierre, 1982, « TO, opérateur de dévirtualisation en anglais », Modèles linguistiques, Tome 4, fascicule 2, p. 135-149.

cotte Pierre, 2001, “La complémentation verbale”, Conférence à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 08 décembre 2001.

duffley Patrick J., 2007, « A natural-language semantics approach to infinitival and gerund-participial complementation in English », Anglophonia n° 22, p. 55-67.

duffley Patrick J. & joubert Jean-François, 1999, « The Gerund and the Infinitive with the Verbs intend, mean, propose and their Close Synonyms », Canadian Journal of Linguistics 44 (3), p. 251-266.

egan Thomas, 2006, « The classification of non-finite complement constructions in English », D. Lebaud, C. Paulin & K. Ploog (éd.), Constructions verbales et production du sens. Besançon : Presses Universitaire de Franche-Comté, p. 187-199.

girard Geneviève, 2001, « La problématique temporelle dans les énoncés avec to », L. Roux (dir.), L’ouvert et le précis, C.I.E.R.E.C. Travaux 104. Saint-Étienne : Publications de l’Université de Saint-Étienne, p. 49-67.

kiparsky Paul & kiparsky Carol, 1971, « Fact », D. D. Steinberg & L. A. Jakobovits (ed.), Semantics. Cambridge : Cambridge University Press, p. 345-369.

lacassain-lagoin Christelle, 2011, « Enjoy et rejoice : identité sémantique et altérité structurelle ? », F. Buisson, J. Hentgès, C. Lacassain-Lagoin & M. Parsons (éd.), Je (u), joie, jouissance. Littérature, civilisation et linguistique / Games and the self – joy, enjoyment and pleasure. Literature, history and society, and linguistics, RIVES n° 4, Cahiers de l’Arc Atlantique. Paris : L’Harmattan, p. 23-45.

wierzbicka Anna, 1988, The Semantics of Grammar, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins Publishing Company.

Dictionnaires

Online Etymology Dictionary, 2001-2012. Édition numérique (URL : < www.etymonline.com >), (ONED).

The Oxford English Dictionary, 2nd ed. 1989, Oxford : Oxford University Press. Édition numérique, juin 2012 (URL : <www.oed.com>), (OED).

Le Trésor de la Langue Française informatisé, 2001, Paris : Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique (URL : < http://atilf.atilf.fr/tlf.htm>), (TLFi).

Corpus électronique

atwood Margaret, 1985, The Handmaid’s Tale.

boyd William, 1993, The Blue Afternoon.

boyd William, 1985, School Ties.

brontë Charlotte, 1847, Jane Eyre.

carver Raymond, 1993, Short Cuts.

christie Agatha, 1955, Hickory Dickory Dock.

defoe Daniel, 1722, The Fortunes & Misfortunes of the Famous Moll Flanders & c.

dickens Charles, 1860-61, Great Expectations.

drabble Margaret, 1965, The Garrick Year.

dudley edwards Ruth, 1994, Matricide at St Martha’s.

faulkner, William, 1931, Sanctuary.

hemingway Ernest, 1941, For Whom the Bell Tolls.

james Henry, 1881, The Portrait of a Lady.

james Henry, 1898, The Turn of the Screw.

joyce James, 1916, A Portrait of the Artist as a Young Man.

joyce James, 1914, Dubliners.

kadish, Rachel, 1999, “The Blue Planet”.

lawrence David Herbert, [1920] 1992, Women in Love.

The Penguin Book of English Short Stories.

The Second Penguin Book of English Short Stories.

pratchett Terry, 1987, Equal Rites.

rice burroughs Edgar, 1914, Tarzan of the Apes.

smollet Tobias, 1771, The Expedition of Humphry Clinker.

spark Muriel, 1963, The Girls of Slender Means.

swift Graham, 1996, Last Orders.

vine Barbara, 1993, Asta’s Book.

The British National Corpus (BNC).

Corpus brown (Brown).

The Corpus of Contemporary American English (COCA).

Corpus Lancaster-Oslo-Bergen (LOB).

Oxford MicroConcord Corpus Collection A : The Independent et The Independent on Sunday (Octobre/Novembre 1989).

Oxford MicroConcord Corpus Collection B : ouvrages publiés par

Oxford University Press.

The Daily Telegraph, January-June 1993.

The Independent, January-June 1993.

The Times, 1990.

The Times, 1991.

Notes

1 Le terme « variation » n’est pas utilisé ici dans l’acception qu’il prend en sociolinguistique. Il est employé dans son acception courante de « changement, différence ».

2 Les équivalents en français moderne de ces deux verbes montrent bien cette distinction entre dynamisme et stativité : enjoy correspond à « aimer, trouver agréable, prendre plaisir à, apprécier » et rejoice à « réjouir, enchanter, ravir, jouir », mais encore à « se réjouir, être enchanté, être ravi », où les structures pronominale et passive sont des constructions secondes en accord avec le sémantisme statif de rejoice.

3 Voir la bibliographie pour la composition de ce corpus.

4 Certains paramètres classiques ne semblent pas pertinents ou opératoires pour justifier la différence de complémentation. On peut citer, à titre d’exemple :
l’opposition entre TO et -ING qui ont des affinités respectives avec les prédicats non-factifs et les prédicats factifs (voir, entre autres, Kiparski 1971).
l’opposition entre les constructions en -ING, qui indiquent une simultanéité (Wierzbicka 1988), et celles en TO, qui s’interprètent en termes de futurité ou de prospectivité (Duffley 2007 ; Egan 2006). Comme le souligne Girard (2001), TO ne joue aucun rôle dans l’interprétation référentielle et temporelle des infinitives, qui est dépendante de facteurs externes.

5 Cotte parle de « réactualisation énonciative », car TO est le moyen de conserver un présent sous-jacent, et donc une orientation vers le futur de la communication.

6 Ainsi, on note que dans les infinitives, certains prédicats statifs s’interprètent comme une reformulation d’un procès dynamique : to be here en (19) est glosable par to work here.

7 « Bien », dans ses emplois discursifs, correspond à certains critères d’appréciation individuels ou collectifs, sous le rapport de l’esthétique, de l’intellect. En revanche, « bon », dans ces mêmes emplois, indique que l’entité désignée répond positivement à ce qui est attendu d’elle, sous le rapport de sa nature, de sa fonction, etc., essentiellement sous le rapport de l’image-type ou du stéréotype de sa nature (TLFi).

8 Nous avons déjà constaté cet état de fait avec les compléments nominaux et prépositionnels à la suite de ces verbes (Lacassain-Lagoin 2011) : indissociabilité avec les objets directs nominaux qui suivent directement enjoy, et médiation en présence des compléments prépositionnels indirects, la préposition intervenant entre rejoice et le complément qu’elle introduit.

Auteur

(Université de Pau et des Pays de l’Adour, Centre de Recherche Poétique et Histoire Littéraire CRPHL - EA 3003)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search