Version classiqueVersion mobile

Variation, ajustement, interprétation

 | 
Daniel Lebaud
, 
Catherine Paulin

Variations sémantiques, variations constructionnelles

Entre variantes et variations : le cas de in between

Eric Gilbert

Résumé

Between et in between sont communément considérées comme des variantes aléatoires de l’anglais standard. Mais, au-delà de la quasi-synonymie de certaines de leurs occurrences, il apparaît que les prépositions in et between conservent chacune leurs caractéristiques propres au sein de la préposition complexe, qui à la fois restreignent et enrichissent les possibilités d’occurrence de in between par rapport à between. On n’a pas affaire à une prolifération accidentelle, anarchique et incontrôlée, de la langue anglaise, mais à l’exploitation des propriétés de deux de ses marqueurs, qui n’échappe pas à l’analyse, mais peut au contraire faire l’objet d’un calcul au sein d’un système de représentation métalinguistique du type de celui de la Théorie des Opérations Enonciatives, dans le cadre de laquelle s’inscrit le présent article.

Texte intégral

1Si l’on en croit les dictionnaires courants, between et in between entretiennent une relation synonymique étroite et sont en variation libre dans la plupart de leurs emplois, l’un pouvant être substitué à l’autre sans modification sémantique notable. Between et in between seraient donc des variantes aléatoires, relevant toutes deux de la langue standard et incarnant une seule et même opération qui elle serait invariante, comme en témoigne (1) extrait de Quirk (1985 : 680), où les parenthèses qui entourent in reviennent à le traiter comme un élément facultatif ne changeant rien à la valeur fondamentale de l’énoncé :

(1) I saw Bill standing (in) between Mrs Bradbury and the hostess.

2Les deux marqueurs connaîtraient les mêmes variations contextuelles, leur quasi-équivalence se retrouvant dans tous les grands domaines d’occurrence possible des prépositions, spatial, temporel et fonctionnel ou qualitatif, comme l’illustrent (2) à (7) :

(2) Once long ago […], he had stepped between a man and a woman who were yelling at each other in a bar. (COCA)
(3) Yanking my wrist away, I stepped in between the men. (COCA)
(4) Between 1980 and 1987, overall enrolment in primary and secondary school increased by 42 per cent. (BNC)
(5) In between the Lebanon withdrawal in 2000 and the Gaza withdrawal in 2005 came the second intifada, […] (COCA)
(6) The colour of Curnow’s eyes was between green and grey, […]. (Google Books)
(7) She had hair a color in between red and brown, and brown eyes. (Google Books)

3D’un point de vue formel, les prépositions sont généralement considérées comme des relateurs établissant une relation entre un terme repéré et un terme repère, le régime de la préposition. Dans le modèle de la Théorie des Opérations Enonciatives (TOE), cette relation de repérage peut prendre trois valeurs : identification, différenciation et disjonction, et peut concerner la délimitation quantitative des occurrences mises en relation, c’est-à-dire leur ancrage spatio-temporel, ou bien leur délimitation qualitative, c’est-à-dire leurs propriétés, ou bien encore les deux à la fois, la diversité des schémas possibles correspondant à la diversité des interprétations recevables par les prépositions.

4Le cas de between est un peu plus complexe en ce qu’il opère préalablement une opération sur son complément, qui présente la particularité de devoir être « sémantiquement pluriel » (Huddleston & Pullum, 2002 : 636). En (2), (4) et (6), on peut en effet considérer que between établit d’abord une relation de disjonction entre les occurrences constitutives de son régime, construisant ainsi un hiatus quantitatif ou qualitatif par rapport auquel va ensuite être localisé le terme repéré (Gilbert, 2012). En une première approche, on peut estimer que la préposition in qui vient s’adjoindre à between en (3), (5) et (7) ne fait qu’expliciter la localisation de l’occurrence repérée à l’intérieur du hiatus défini par between, matérialisant ainsi en quelque sorte l’espace ouvert par la préposition simple. C’est la position que semblent adopter Huddleston & Pullum, qui traitent l’ensemble comme une combinaison libre :

« In I managed to mow the lawn in between the showers we understand “in the intervals between the showers” ; though this sense tends to be noted separately in dictionaries, it is perfectly consistent with an analysis which matches that of the free combination, i.e. in+between the showers. » (2002 : 625)

5Dans la glose choisie par les deux grammairiens pour paraphraser l’exemple proposé, où in between entre une nouvelle fois en variation libre avec between, comme le montre (8) :

(8) Well at least the weather has been a bit better today - managed to get out and mow the lawn between the showers […] (http://www.fertilityfriends.co.uk/​forum)

le recours au terme intervals témoigne bien d’une forme de concrétisation du hiatus établi par between, qui, toujours d’après la glose, serait à mettre au compte de la préposition in.

6Cependant une telle hypothèse demande à être précisée. On écartera en un premier temps l’idée d’une combinaison libre. On verra en effet que la valeur de in between ne se résume pas à la som me des valeurs de in et de between. Le critère orthographique utilisé par Huddleston et Pullum pour distinguer les combinaisons libres des composés suffit d’ailleurs à lui seul à infirmer une analyse en termes de combinaison libre, in between acceptant aussi d’être écrit avec un tiret, voire en un seul mot, comme un composé :

(9) Roger’s in-between jobs as a mechanic. (COCA)
(10) Before Homer, I went to work and came home, nothing inbetween(COCA)

7Ces variations orthographiques s’accompagnent d’un large éventail de lexicalisations possibles de in betweenLa préposition complexe peut ainsi être nominalisée :

(11) But Bryan was distinctly choosing the role of an in-between. He said and demonstrated that he was a teetotaler, yet he was seen in saloons and otherwise in company with drinkers. (Google Books)
(12) My generation has been called the “in-betweens” who were sandwiched by the WWII veterans and the boomers. (Google Books)

Elle peut également adopter un fonctionnement adjectival :

(13) You know, sometimes there is a gray in between area. (COCA)

Ou adverbial :

(14) Mammograms are x-rays of the breasts in which a radiologist interprets the ‘picture’ made up of black, white and every shade of grey in between. (COCA)
(15) Daley tapped Chico as Park District president in 2007 and City Colleges chairman in 2010. In between, Chico and his wife bought two homes in one year. (COCA)

Between est loin d’avoir les mêmes possibilités d’occurrence. Il n’offre aucun emploi adjectival. Il ne peut pas adopter non plus un fonctionnement nominal, sauf très marginalement. Il lui arrive certes d’apparaître avec une valeur adverbiale, mais plus rarement que in between et il présente alors des spécificités qui ne sont pas celles de in between, ainsi qu’on l’évoquera brièvement ultérieurement.

8Cette différence de comportement, qui permet d’établir une première distinction entre les deux marqueurs prépositionnels, est bien entendu à mettre au compte de la préposition in. Cette préposition marque en effet fondamentalement une identification, opération fondatrice de l’intérieur d’un domaine notionnel, dans le modèle d’inspiration topologique adopté par la TOE. Elle confère ce faisant un statut en plein à ce que between seul définit essentiellement en creux, comme une distance, un vide, une absence. Elle donne une forme de positivité à ce qui est avant tout négation et fait, en un mot, d’un extérieur un intérieur. Elle ouvre ainsi la voie à une notionnalisation de l’opération marquée par between dont les diverses lexicalisations évoquées à l’instant constituent autant de manifestations différentes. C’est cette notionnalisation qui fait par exemple que (16) n’est pas un énoncé tautologique, la présence de in permettant au syntagme en in between de fonctionner comme une propriété définitoire du sujet gray de la relation prédicative, comme ne pourrait en aucun cas le faire le seul between qui ouvre l’énoncé :

(16) Between any two grays, there will always be another gray which is "in between" the two. (COCA)

9L’opération marquée par in est à la base d’une autre caractéristique de la préposition complexe que ne partage pas la préposition simple. Dans ses emplois prépositionnels, in between permet en effet la construction d’une classe d’occurrences, concept qui est du reste intrinsèquement lié à celui d’intérieur dans le modèle de la TOE. On va ainsi pouvoir rencontrer la préposition complexe en combinaison avec des gérondifs comme en (17) et (18) :

(17) These are elaborate tricycles that include not only a motor, so you can rest your legs in between pedaling, but a high back seat and optional fold-down armrests […]. (COCA)
(18) We got home, and I […] got on one knee, and pulled out the ring. In the middle of making my romantic speech, however, my stomach started flipping out. I had to run to the bathroom to throw up. Brittany helped me, and a few hours later, she got sick too. Turns out, we had gotten food poisoning from the restaurant. In between getting sick, though, she did say yes. (COCA)

between seul serait par contre difficilement recevable.

Cette opération de construction d’une classe se rencontre essentiellement avec des prédicats nominalisés en ing, mais aussi avec d’autres types de termes :

(19) I say something funny and, in between laughter, they’re wondering if they’re going to die. (COCA)
(20) What is on his mind ? His too-youthful marriage ? […] The college courses he is taking in between the nanny job ? (COCA)
(21) Tereus brings Philomela to Dailus but he does not bring her home. Rather, he brings her to his house in the country, where he locks her in a room. He hires good servants who are […] unquestioning of tongueless, imprisoned girls, to bring her food and water, silks and threads to keep herself busy in between him until at last he leaves. (COCA)

10Dans tous les cas, l’opération s’effectue sur le seul plan temporel, comme on peut nettement le constater en (21) où il est question des visites successives du référent de him, et elle se cantonne donc strictement au domaine quantitatif, dans la terminologie de la TOE. On ne dépasse pas en effet le stade de la quantification, les occurrences n’étant jamais différenciées qualitativement. Il peut parfois même ne pas s’agir d’occurrences au sens strict, mais de fragments d’occurrence comme en (22) :

(22) Left to his own devices, Paddington decides to surprise the Browns. In between baking them a chocolate cake, he sets about giving the house a ‘Spring Clean’. (http://www.fantasticfiction.co.uk/​b/​michael-bond/​Paddington-minds-house.htm)

11C’est une nouvelle fois l’opération d’identification marquée par in qui, en s’associant à l’opération de disjonction recouverte par between, aboutit à cette construction d’une classe d’occurrences. On peut en effet remarquer qu’il y a à chaque fois introduction d’une discontinuité sur du continu, les occurrences constitutives de la classe s’interprétant en fait comme les complémentaires quantitatives de celles que permet de définir la notion origine, reconstructible à partir du régime de in between. Ainsi, si l’on désigne celle-ci par P, il s’agit de la classe des occurrences temporelles de non-P ou, si l’on préfère, des non-occurrences temporelles de P. C’est en effet la distance quantitative séparatrice des occurrences de P, telle qu’elle résulte de l’opération de disjonction recouverte par between, qui fonctionne comme la propriété définitoire constitutive de la classe construite par in between, rappelant en cela un phénomène déjà observé sous une autre aspect en (16). On a en d’autres termes et en bref affaire à la classe des occurrences vides de P.

12Qu’il s’agisse d’une lexicalisation ou de la construction d’une classe, l’opération centrale dans les deux cas est celle que marque la préposition between, c’est-à-dire la disjonction entre deux occurrences qui aboutit à la définition d’une distance, d’un hiatus entre elles. Plus exactement, c’est l’état résultant de cette opération, le hiatus, la distance effective, qui vient s’incarner dans la lexicalisation de in between ou au travers de la propriété constitutive de la classe dont cette même préposition complexe autorise la construction. S’incarner ou se figer vaudrait-il peut-être mieux dire car in prend la main sur between dans la combinaison et le marqueur perd du même coup sa dimension opérationnelle, son aspect dynamique de relateur, ou plus précisément de séparateur. Ainsi des collocations courantes avec between, qui mettent l’accent sur la disjonction en elle-même plutôt que sur son effet résultant, sur le rapport qui s’établit entre les occurrences plutôt que sur ses conséquences, ne se rencontrent-elles jamais avec in between. Les termes participant de ces collocations relèvent de domaines notionnels différents, mais traduisent tous un jeu sur les occurrences complétant la préposition, qu’il s’agisse de les mettre en relation ou à l’inverse de les séparer. On aura ainsi, d’un côté, des termes comme ceux de (23), qui peuvent se teinter de nuances intersubjectives positives :

(23) Relationship(s), relation(s), link(s), connection(s), correlation(s), interact tion(s), association(s), bond ; cooperation, collaboration, communication(s), talks, contact(s) ; dialogue, correspondence, conversation(s), meeting(s) ; negotiations, trade, interface(s), comparison(s), similarities ; agreement, contract, partnership, alliance, compromise between

et, de l’autre, des termes du type de ceux de (24), qui eux véhiculent éventuellement des connotations intersubjectives négatives :

(24) difference(s), distinction(s), contrast, division, discrepancy, contradiction ; interval, separation, conflict, tension, competition, dispute(s), war, struggle, battle, clashes, match, conflicts, confrontation, rivalry, debate between

13Toutes ces combinaisons, dont certaines arrivent en tête des résultats sur les grands corpus que sont le BNC et le COCA, ne livrent aucune occurrence avec in between en lieu et place de between. Il en va de même dans le domaine verbal avec des verbes comme :

(25) distinguish, differentiate, discriminate, choose, hesitate, alternate, balance, etc.

14Cette différence entre between et in between se retrouve également sous un autre aspect dans les emplois adverbiaux des deux prépositions. Ceux de between, moins fréquents que in between, font ressortir le clivage des occurrences effectué par l’opération de disjonction recouverte par le marqueur. Ceci est tout particulièrement évident dans des structures quasi figées du type de :

(26) No cameras were allowed and invitations were few and far between(COCA)

dans lesquelles in between est sinon totalement exclu, en tout cas excessivement plus rare.

Ce phénomène découle naturellement là aussi de l’adjonction de in. Le hiatus construit par la disjonction marquée par between se caractérise comme un fermé dont les bornes correspondent aux deux occurrences repères que sépare la préposition. Ayant affaire à un fermé, ces bornes font intrinsèquement partie de l’espace construit par between et peuvent être prises en compte, qu’il s’agisse de les distinguer, de les relier, d’hésiter entre elles, de passer de l’une à l’autre, etc. L’opération d’identification marquée par in et la construction d’un intérieur qui en résulte fait de ce fermé un ouvert, un intérieur dans le modèle de la TOE n’ayant par définition pas de dernier point. Du coup, les bornes, et donc les occurrences disjointes par between se retrouvent exclues de l’intervalle et, en conséquence, les contextes qui supposent un travail sur le rapport de l’une à l’autre, quelle que soit la nature de ce rapport, n’autorisent pas le recours à in between en lieu et place de between.

Il en est ainsi des cas mentionnés ci-dessus, mais aussi d’autres types d’emplois de between que in between ne vient jamais concurrencer, dont la valeur causale de la préposition, qui renvoie à l’effet combiné des occurrences complétant la préposition :

(27) Between the pills, the food, and those sweaty workouts, I started to feel and look better, […]. (COCA)

sa valeur énonciative, qui construit un espace énonciatif fermé :

(28) Between you and me, he has a little prostate trouble. (COCA)

ou sa valeur subjective, qui souligne une agentivité conjointe :

(29) Between them they managed to help him to his feet. (COCA)

15Avec l’adjonction de in, le syntagme en between est pour ainsi dire dévitalisé et n’a plus qu’un statut de site, par rapport auquel se trouve localisé le terme repéré.

16On voit combien l’association des prépositions in et between transforme les propriétés de cette dernière. On n’a en aucun cas affaire à des variantes, malgré une synonymie apparente dans des contextes où leurs différences sont neutralisées ou masquées. Au sein de la préposition complexe, chacune des deux prépositions conserve ses spécificités, marque toujours la même opération invariante, mais celles-ci sont hiérarchisées, celle que recouvre in dominant celle marquée par between. On constate ainsi que les variations entre between et in between ne sont pas le simple fait du hasard, mais peuvent faire l’objet d’un calcul métalinguistique et s’expliquer par la prise en compte des opérations qu’elles font respectivement entrer en jeu.

17La différence entre les deux formes fait aussi ressortir le caractère bien particulier de between dans la catégorie des prépositions. Tout d’abord, parce que celles qui sont susceptibles de se combiner avec in ne sont pas légion. De manière fort révélatrice, seul among semble présenter un comportement similaire, certes beaucoup plus rarement, dans des énoncés comme :

(30) In among the pieces of the hull were other things, a kitchen drawer, a book, […] a sodden pillow. (COCA)

18Cette préposition, qui entre en concurrence avec between dans certains contextes, fait subir une opération combinant identification et différenciation à son régime, opération qui aboutit à la définition d’une classe d’occurrences discrétisées (cf. Gilbert à paraître).

L’adjonction de in fait ressortir l’opération de différenciation, dans le sens où elle met là aussi l’accent sur l’espace qui sépare les occurrences, la partie vide d’occurrence au sein de la classe, espace qui ainsi va pouvoir servir de localisateur à une occurrence qualitativement hétérogène par rapport à la classe comme en (30) avec le marqueur explicite d’altérité other, ou de manière encore plus emblématique en (31) :

(31) Mr. Speaker, I thank the hon. member for putting the cat in among the pigeons. (Google Books)

19Tout comme avec between, c’est ce complémentaire quantitatif des occurrences d’origine qui importe en tant que site localisateur, ce qui tout comme avec between bloque l’emploi de in among dans les contextes qui mettent avant tout l’accent sur les occurrences mêmes de la classe, dans leur identité ou dans leur rapport de l’une à l’autre, plutôt que sur l’espace qui les sépare, comme dans :

(32) In the familiar world in which we live, ducklings are not known for their propensity for attacking farmers ; they are classed among the victims of the killing process. (BNC)
(33) Divide sauce among the 8 plates. (COCA)

20Sans explorer plus avant le comportement de among, on insistera sur le fait que, pareillement à between, l’opération que marque cette préposition concerne avant tout son régime, qu’elle vient structurer, bien plutôt que la relation entre ledit régime et le syntagme que l’ensemble prépositionnel semble compléter. Pour ces deux prépositions, et tout particulièrement pour between, auquel se limitera ce qui suit, on est en effet conduit à s’interroger sur la validité d’un schéma XRY pour rendre compte de la relation qu’établirait la préposition (R) entre un repéré (X) et un repère (Y). Si ce schéma est acceptable dans certains cas, il ne semble par contre pas l’être dans tous, et plus précisément dans ceux où in between n’est pas recevable. On a en effet alors affaire à des termes qui sont notionnellement congruents avec l’opération que fait porter between sur son régime et qui ne font apparemment qu’expliciter, matérialiser, incarner, ou simplement nommer l’opération en question.

21Tous ces noms, dont certains ont été listés plus haut en (23) et (24), semblent en effet difficilement pouvoir être considérés comme correspondant à l’occurrence repérée dans un schéma de type XRY. On pourrait certes être tenté de penser que c’est la valeur non référentielle, strictement qualitative, de ce genre de noms qui est à l’origine de ce phénomène. Ils fonctionnent en effet souvent comme des prédicables bilatéraux, pourrait-on dire, qui s’appliquent conjointement aux occurrences que between disjoint et en définissent une propriété partagée, paraphrasable par be related, be different, be divided par exemple. Toutefois on retrouve le même phénomène avec des noms exprimant aussi une forme de liaison, de relation, mais qui eux sont très clairement référentiels. Il en est ainsi de termes comme bridge ou road qui, tout en ayant une référence concrète, sont tout à fait susceptibles de renvoyer à une relation entre deux occurrences séparées :

(34) The smuggler […] was arrested by U.S. authorities as he drove a loaded car across an international bridge between Jurez and El Paso. (COCA)
(35) […], the road between Frankfurt and Wiesbaden is so full of holes that it is almost impossible to drive over it […]. (COCA)

22Dans de semblables énoncés, on pourrait a priori légitimement s’attendre à ce que bridge et road soient spatialement localisés par rapport au hiatus que définit between entre les occurrences repères, à la manière de ce qui se produirait par exemple en (36) :

(36) The record shop is between East Street and School Road. (Google Books)

23Dans cet énoncé, the record shop est situé à l’intérieur du hiatus, ici spatial, construit par between entre les deux occurrences repères. Le syntagme en between, en variation libre avec in between, peut très bien répondre à une question en where du type de (37) :

(37) Where is the record shop ? Between East Street and School Road.

24De même, dans ce genre d’énoncés, le terme localisé peut apparaître sans problème en position de sujet d’une structure attributive comme le montre (36), qui a précisément pour fonction de le situer dans le hiatus déterminé par between. Par contre, pour (34) et (35), des interrogations en where auxquelles le syntagme en between représenterait une réponse ne sont pas envisageables, pas plus que des structures attributives dans lesquelles ces deux noms apparaîtraient en position sujet et le syntagme prépositionnel en position prédicative sur le modèle de (36) :

(38) *Where was the bridge ? Between Jurez and El Paso.
(39) *The road was between Frankfurt and Wiesbaden

25En fait, les seuls énoncés faisant intervenir ces deux mêmes noms qui puissent se satisfaire de telles structures sont du type de (40) et (41), où encore une fois in between pourrait être substitué à la préposition simple :

(40) The bridge is between the Town Station and Pottington. (Google Books)
(41) The chicken tucks a book under each wing and crosses the road and runs across the field to the farm. Why did the chicken cross the road ? Because the road is between the farm and the library silly. (http://www.freewebs.com/​seawrite/​bookbook.htm)

26Ni en (40) ni en (41), les deux occurrences introduites par between ne sont comprises comme étant reliées par les termes bridge et road que complète le syntagme prépositionnel. Les référents de ces derniers sont simplement vus comme se situant à un point quelconque du hiatus construit par la préposition entre les deux occurrences repères et on est donc dans un schéma classique de localisation prépositionnelle où un terme X est localisé à l’intérieur du hiatus défini par la préposition, sur le modèle de (36).

27Ce n’est pas le cas avec des termes du type de (23) et (24), pas plus qu’avec bridge et de road en (34) et (35) malgré leur référence moins abstraite. L’occurrence en position de repéré ne fait alors que spécifier, expliciter, identifier, qualifier la relation construite par la préposition entre les occurrences repères, elle n’a plus pour ainsi dire qu’une existence fonctionnelle : c’est la structuration même de son régime par between qui constitue sa seule raison d’être, à tel point qu’elle ne représente même plus une occurrence repérée à proprement parler.

28Ces phénomènes mériteraient d’être explorés plus avant, mais ils tendent à montrer que between doit être traité comme la marque d’une double relation, XR[Y1R’Y2], dont les deux composantes sont dissociables, ce qui fait de cette préposition une préposition à part, aucune autre, à l’exception de among, ne semblant présenter une telle particularité. La seconde relation R’ peut être extraite du schéma et faire l’objet d’une verbalisation, qui a pour effet de neutraliser la première relation R, la forme schématique de between subissant alors une variation interne et se réduisant à la seule relation verbalisée, [Y1R’Y2]. C’est en définitive un phénomène du même ordre qui se produit avec in between, in jouant un rôle apparenté à celui des termes de (23) et (24). Mais, à la différence de ceux-ci, tout en permettant une notionnalisation de R’, qui se traduit par un figement de cette relation, in, de par son statut propre de relateur, offre parallèlement la possibilité de réactiver la relation R. La préposition complexe rejoint ce faisant le fonctionnement de l’ensemble des autres prépositions dont se dissocie la préposition simple, confirmant en cela que, malgré leurs ressemblances, between et in between ne constituent en aucun cas des variantes, mais bien plutôt des variations sur une même opération.

Bibliographie

Bibliographie

davies Mark, 2004, BYU-BNC : The British National Corpus. Available online at http://corpus.byu.edu/bnc.

davies Mark, 2008, The Corpus of Contemporary American English (COCA) : 425 million words, 1990-present. Available online at http://www.americancorpus.org.

gilbert Eric, 2012, « Between et l’espace d’une relation », in N. Le Querler, F. Neveu & E. Roussel (éd.), Relations, connexions, dépendances, Hommage au professeur Claude Guimier, PUR.

gilbert Eric, à paraître, « A Preposition among Prepositions », in Prépositions et aspectualité, Faits de langue.

huddleston Rodney & pullum Geoffrey K., 2002, The Cambridge Grammar of the English Language, CUP

quirk Randolph, greenbaum Sidney, leech Geoffrey, svartvik Jan, 1985, A Comprehensive Grammar of the English Language, London, Longman.

Auteur

(Université de Normandie, UNICAEN, EA 4255 CRISCO, F-14032 Caen)

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search