Version classiqueVersion mobile

Le vampire dans la littérature romantique française, 1820-1868

 | 
Florent Montaclair

Première partie. Naissance du mythe oriental

Chapitre premier. Aspect étymologique et définitions

Texte intégral

1L’apparition du mot vampire dans la langue française, et plus généralement dans les langues européennes, marque à la fois une origine orientale et un rapide élargissement. D’un sens premier (qui se résume à créature surnaturelle d’Europe centrale), on passe rapidement à des sens dérivés et symboliques : usurier, assassin, profiteur. Avant de devenir un motif littéraire, le vampire est une insulte commode pour désigner des comportements financiers exagérés.

1. Étymologies

21. Le mot vampire, et sa forme verbale vampiriser, font partie du langage courant. Le champ sémantique auquel ils se rapportent est celui de l’étouffement et de la dévoration. Le vampire parasite sa victime, envahit son espace vital, il s’accapare les forces des vivants : les inspecteurs des impôts, les patrons, les belles-familles… sont des vampires. Mirabeau désigne par ce nom une personne qui s’enrichit illégalement (1756) et Vampiriser apparaît avec le sens « d’exploiter quelqu’un » vers 1795. Par extension le mot vampire qualifie aussi des criminels aux forfaits nombreux (1835) et on le trouve en 1907 en qualité de « profanateur de tombe ». On le lit chez Buffon en 1763 en association avec une chauve-souris d’Amérique qui suce le sang des animaux pendant leur sommeil.

3On le voit donc, l’usage du mot en français est très rapidement métaphorique. L’utilisation au sens propre étant fort limitée (les vampires, comme nous le verrons, n’existent pas dans l’imaginaire occidental du xviiie siècle), c’est dans des usages voisins que le mot s’utilise (domaine de l’argent, du sang, du crime).

4Ces sens dérivés, qui font du vampire un individu profitant de ses victimes jusqu’à l’épuisement ou plus juridiquement un criminel, se généralisent au fur et à mesure que triomphe le personnage du vampire dans l’imaginaire collectif. Ceci d’abord grâce à la littérature, puis, au xxe siècle, au cinéma, à la publicité, à la chanson, à la télévision.

5Le vampire, c’est bien sûr le mort toujours actif qui boit le sang des vivants pour garder une éternelle vigueur, qui se repose dans son cercueil et qui craint l’ail et le soleil. Mais ces caractères se sont constitués lentement dans les arts à partir de quelques traditions d’Europe centrale, par assimilation avec des figures de la mythologie gréco-latine connues, par extrapolation. Du vampire originel, et oriental, ne reste, à partir du xixe siècle, que quelques rares attributs. La perte de ses caractéristiques les plus essentielles (origine paysanne, relation à sa famille, combat contre les Heyduques) est compensée par la création de traits nouveaux (yeux hypnotiques, caractère diurne, origine aristocratique…)

  • 1 Dictionnaire historique de la langue française, Robert, 1992 ; English etymology dictionary, Dougla (...)

62. « Vampire » a été emprunté à l’allemand Vampir (1738, Jean-Baptiste de Boyer D’Argens), lui-même dérivé du serbe Vàmpir. Des formes proches sont introduites en français en 1751 et 1771, oupire et upire, dérivées du tchèque upír ou du russe upyr’. Il est probable que toutes ces formes trouvent leur origine dans le turc uber, qui signifie « sorcière »1.

  • 2 La date exacte est problématique, on sait qu’il fut employé en janvier 1915 dans un compte rendu du (...)

7Notons que Furetière ne l’emploie pas dans son Dictionnaire (1684-1694), car c’est un phénomène sans doute trop récent dans la langue française. On le trouve en 1738 sous la plume de Boyer d’Argens (texte cité en annexe de ce chapitre), et, auparavant, en 1734 en anglais. Si le terme est d’origine allemande, il transite sans doute par la France avant d’atteindre la Grande-Bretagne, mais deux dérivés tardifs reviennent de l’anglais au français. L’actrice Theda Bara (de son vrai nom Theodosia Goodman) est surnommée en 1911 vamp, apocope de vampire, du fait de ses rôles de femmes fatales2, et le mot arrive en France en 1921. Le verbe vamper (1923) dérive, lui, de to vamp (1904).

8Le premier texte théorique sur les vampires est la Dissertation sur les apparitions des anges, des démons et des esprits, sur les revenants et les vampires d’Augustin Calmet (1746) et la première analyse du phénomène est la Dissertation sur les Revenants en corps, les Excommuniés, les Oupires ou Vampires, Brucolaques, etc. du même Calmet (1751). Le terme désigne alors une forme imaginaire de manifestation du mal.

9Il est à nouveau défini un an plus tard (1752) par Trévoux dans la troisième édition de son Dictionnaire universel Français et latin avec un sens nettement mythologisé. Pour Calmet et Trévoux, les vampires sont déjà une figure de l’imaginaire, mais de l’imaginaire de l’Europe centrale et orientale.

2. Définitions et confusions

10L’enjeu des premières descriptions du vampire a été de le présenter à un public qui ne savait rien de lui. Pour ce faire, Augustin Calmet introduit en 1751 une comparaison : les vampires ressemblent à ce que les peuples latins appelaient des striges ou des lamies, mais cette ressemblance est mineure. Les vampires sont et restent un phénomène typique de l’Europe centrale.

11En 1752 pourtant, Trévoux associe sans restriction la tradition latine de la strige et la tradition slave du vampire : les deux termes seraient en effet équivalents.

12Moreri en 1759 renverse l’assimilation, et explique le mot strige en faisant référence au mot vampire… preuve que le terme est devenu plus populaire en huit ans que son équivalent classique (strige).

13Enfin Pierre Larousse (1866-1879), compilateur peu scrupuleux des définitions antérieures, commet un lourd contresens sur l’étymologie du mot et son emploi en Europe centrale, contresens qui atteste du triomphe définitif du vampire sur la strige.

14Dans un premier temps donc, les auteurs comparent le vampire à la strige par soucis de clarté, dans un second temps, toujours dans un esprit de clarté, ils comparent la strige au vampire… Entre ces deux moments, le vampire est devenu en France un objet de l’imaginaire collectif.

a. La première définition

15La description de Dom Augustin Calmet (1751) développe les caractères attribués en Europe de l’est aux créatures vampiriques.

« Dans ce siècle, une nouvelle scène s’offre à nos yeux depuis environ soixante ans dans la Hongrie, la Moravie, la Silésie, la Pologne : on voit, dit-on, des hommes morts depuis plusieurs mois revenir, parler, marcher, infester les villages, maltraiter les hommes et les animaux, sucer le sang de leurs proches, les rendre malades, et enfin leur causer la mort ; en sorte qu’on ne peut se délivrer de leurs dangereuses visites et de leurs infestations, qu’en les exhumant, les empalant, leur coupant la tête, leur arrachant le cœur, ou les brûlant. On donne à ces revenants le nom d’oupires, ou vampires, c’est-à-dire sangsues […] L’Antiquité n’a certainement rien vu ni connu de pareil. Qu’on parcoure les histoires des Hébreux, des Égyptiens, des Grecs, des Latins ; on ne rencontrera rien qui en approche » (Dissertation sur les revenants, Montbonnot, 1986, p. 39).

16Calmet insiste donc sur la singularité du phénomène, et, pour comprendre ce qu’est la créature, il la compare à une sangsue. Le terme venant d’Europe de l’est, il désigne, pour Calmet, un phénomène « oriental », mais il reste une manifestation universelle de la superstition.

17L’objectif de Calmet est aussi d’insérer le vampire dans une pensée classique, donc référencée du point de vue de la tradition mythologique. Son propos est alors de savoir s’il y a un statut de vampire dans la tradition judéo-chrétienne, puis gréco-latine. À la question « Peut-on expliquer le phénomène vampirique d’Europe centrale — auquel Calmet ne croit d’ailleurs pas — dans le combat que se livrent le Bien et le Mal ? », il répond par la négative et pour la clarté de son exposition, il tente différentes comparaisons pour qualifier les créatures vampiriques. Tout en reconnaissant la spécificité du vampire comme manifestation d’Europe orientale, il le compare à la strige (ou stryge) qui, dans l’imaginaire de l’époque, fortement marqué par la latinité, est signifiante.

« Quelques savants ont cru trouver des vestiges du vampirisme dans la plus haute Antiquité, mais tout ce qu’ils en ont dit n’approche point de ce qu’on raconte des vampires. Les lamies, les striges, les sorciers qu’on accusait de sucer le sang des vivants et de les faire mourir, les magiciennes qu’on disait faire dépérir les enfants nouveau-nés par des charmes et des maléfices, ne sont rien de moins que ce que nous entendons sous le nom de vampires ; quand on avouerait que ces sortes de lamies ou de striges ont réellement existé, ce que nous ne croyons pas que l’on puisse jamais bien prouver. » (Calmet, op. cit.)

18La citation est évidemment problématique, car les deux premières phrases sont contradictoires, mais il faut lire la pensée de Dom Clamet dans cette double optique : d’abord, il n’existe pas de vampire ailleurs qu’en Europe de l’est, ensuite les vampires sont comme les autres marques du surnaturel, inexistants.

19Dom Calmet s’interroge sur la possibilité d’une apparition dans l’ère judéo-chrétienne des vampires et, après avoir noté que les seuls morts agissant comme des vivants sont l’œuvre de Dieu (résurrection de Lazare, entre autres) ou de ses fidèles (les Saints), il s’attache à montrer que les cas de vampirisme sont rares, et toujours impossibles à prouver.

« Pour reprendre en peu de mots ce que nous avons rapporté dans cette dissertation, nous y avons montré qu’une résurrection proprement dite […] est un ouvrage de la seule toute-puissance de Dieu. Que des personnes noyées, tombées en syncope […] peuvent être guéries et rappelées à la vie […] sans aucun miracle, mais par les seules forces de la médecine […] Que les oupires, ou vampires […] que tout cela n’est qu’illusion, et une suite de l’imagination frappée et fortement prévenue […] Je demande des témoins non préoccupés, sans frayeur, sans intérêt, sans passion, qui assurent, après de sérieuses réflexions, qu’ils ont vu, ouï, interrogé ces vampires, et qu’ils ont été témoins de leurs opérations ; et je suis persuadé qu’on en trouvera aucun de cette sorte » (Chap. LIX).

20Le vampire naît donc de la peur et de la superstition, qui sont universelles ! Lamies, vampires et striges, sorciers et magiciennes, sont le produit d’une même pensée sur le monde, fausse et déréglée. Avec la dissertation de Dom Calmet, le vampire devient une forme universelle de l’imaginaire, non dans ses manifestations précises, mais dans son principe général ! Il traduit la peur de l’homme face aux forces incompréhensibles du monde, il incarne la mort s’attaquant à la sève de la vie : au sang.

21Calmet introduit alors une comparaison prudente entre une tradition d’Europe centrale et une tradition latine, entre la strige et le vampire, mais il note la fausseté de cette comparaison, qui n’est que formelle, nécessaire à la compréhension du phénomène vampirique par un public rompu aux savoirs classiques.

22Les continuateurs de Calmet n’auront pas cette prudence. Ils vont avaliser l’idée que les vampires sont universels, et donc qu’on les trouve autant chez les Latins que chez les Européens de l’Est… À une pensée prudente, analysant le vampire en deux niveaux (manifestation orientale mais superstition universelle) se substitue une pensée universalisante (les vampires ont existé partout).

b. Extrapolation

23Dom Calmet introduit donc le mot Vampire en français sous le signe de l’imagination, de la peur, de la superstition. Trévoux, dans l’édition de 1751 de son Dictionnaire, va amplifier l’assimilation entre Vampire et irréel amorcée par Calmet : puisque les vampires n’existent pas, il n’y a pas de raison de les dissocier des autres formes de croyances mythologiques.

24Trévoux ne fait une place aux vampires que dans la troisième édition de son Dictionnaire universel Français et latin. Sa définition reprend dans les grandes lignes celle de son prédécesseur, mais se contente d’abord de référer au mot « Stryge ». Trévoux a noté l’apport de Calmet, mais comme son dictionnaire possède déjà un article Stryge, il renvoie à ce mot.

« Vampire s. m. et f. Voyez Stryges : c’est la même chose ».

25Et au mot Stryges :

  • 1 Cette référence est problématique dans la mesure où le Mercure françois n’existe plus à l’époque en (...)

« Stryges s. m. c’est le nom qu’on a donné à ces corps morts qu’on trouve en Russie, qui, dit-on, ne pourrissent point, et que l’on voit dans leurs cercueils, rubiconds et flexibles, quoiqu’il y ait longtemps qu’ils soient morts. Les Mercures François de Mai 1693 et Février 1694 rapportent que le Démon suce et tire des corps des personnes vivantes, ou des bestiaux, du sang, et le va verser dans ces cadavres : ce qu’il fait quelquefois en telle quantité, qu’ils nagent dans leur cercueil, et qu’on leur voit sortir le sang par la bouche, le nez et les oreilles1. On dit que c’est ordinairement la nuit que le Démon fait ce personnage, et que c’est toujours aux parents ou amis du mort qu’il s’adresse ; qu’il les embrasse, les serre, et leur représente l’image du mort, et qu’à force de les sucer et de leur tirer du sang, il les affaiblit si fort, qu’ils sèchent, maigrissent, et meurent à la fin. Cette persécution durerait jusqu’à la dernière personne de la famille, si l’on n’y donnait ordre. Cela se fait en coupant la tête et ouvrant le cœur des Stryges, dont on a vu l’image pendant la vexation. On ramasse le sang qui en sort en abondance ; on en fait du pain avec de la farine ; on en mange, et l’esprit ne revient plus. »

26La plupart des caractères du vampire sont déjà constitués : la nuit, le cadavre, la consommation de sang, le mode de destruction… Quant à la part du Diable, la relation à la famille et le « pain de sang », ils n’ont pas été conservés par la postérité, comme le montrera la partie suivante de cet ouvrage… Cette définition atteste de l’assimilation des croyances gréco-latines et slaves, ainsi que de l’universalité de la figure du monstre buveur de sang.

27Le latin avait donc ses striges, des oiseaux de nuit, et, par assimilation, des créatures néfastes. On notera que le mot vampire évolue en sens inverse du mot strige : le sens premier de strige désigne un oiseau, et le sens dérivé une créature magique… Au contraire vampire désigne d’abord une apparition surnaturelle, et seulement avec Buffon en 1763, un oiseau, une chauve-souris…

c. Strige et lamie

28Le latin avait créé, du grec, le mot Strix (un féminin, et non un masculin comme le dit Trévoux) à partir du cri des oiseaux de nuit (du latin stridere, qui donnera strident en français). Ovide dans les fastes (6, 133), Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle (11, 232), Plaute dans le Pseudolus (vers 820), Tibulle dans la cinquième pièce du livre i de ses Élégies (vers 52) nous offrent la vision de striges…

29Notons que Pline parle d’allaitement lorsqu’il décrit la strige. Mais c’est par ce biais qu’arrive une relation intéressante avec la chauve-souris. Strige et chauve-souris sont liées. La jonction se fera encore dix-huit siècles plus tard.

« L’homme est le seul mâle qui porte des mamelles ; les autres animaux n’en portent que les marques. Mais, même parmi les femelles, celles-là seules en ont sur la poitrine qui peuvent porter leurs petits dans leurs bras. Les ovipares n’en ont pas ; il n’y a de lait que chez les vivipares et, parmi les animaux qui volent, que chez la chauve-souris (vespertilio). Je considère en effet comme une fable ce qu’on dit des striges : qu’elles traient le lait de leurs mamelles entre les lèvres des enfants. Strige est une injure déjà ancienne, mais je ne puis déterminer quel est cet oiseau » (Histoire naturelle, livre 11, 232).

30Pline rend compte des différents sens du mot. Oiseau tout d’abord. Mais quel oiseau ?… Isidore, l’évêque de Séville au ive-ve siècle après Jésus Christ, dans son De Origine Creaturum (livre xii, 7, 42) définit la strige comme étant nocturna avis, oiseau de nuit, ce qui est repris par Sérénus Sammonicus, dans son Livre de Médecine, au vers 1035. Isidore rappelle aussi que son nom lui vient de son cri : « Strige, un oiseau nocturne, tient son nom de son cri, car il est strident ». Le mot est aussi insulte, et superstition. L’Antiquité se figurait la strige comme une femme sorcière, volant dans les ténèbres, se glissant dans les maisons pour étouffer les enfants, ou comme le dit Pline, pour les empoisonner de son lait. Pétrone (Satiricon, 63) la représente qui enlève le cadavre d’un jeune homme auquel elle substitue un mannequin de paille.

31Tibulle décrit par le mot strige l’entremetteuse qui lui fait perdre l’amour de Délia :

« Qu’elle se repaisse, celle-là, de chairs sanglantes et que sa bouche ensanglantée vide des coupes entières de fiel ; qu’autour d’elle voltigent des ombres déplorant des destinées sans cesse et que, du haut des toits, la strige sinistre chante ; qu’elle-même, excitée par la faim, furieuse, elle cherche sur les tombeaux des herbes et les ossements laissés par les loups cruels ».

32Qu’il soit clair que cette description n’est pas celle des striges, mais de l’entremetteuse. Il n’en reste pas moins que l’oiseau est associé à une personne qui se nourrit de sang et erre sur les tombes…

33La strige est cet oiseau nocturne qui chante sur les cimetières, qui dévore des cadavres sous toutes leurs formes. Une tradition latine définit donc les monstres buveurs de sang et l’assimilation avec le vampire coule de source au dix-huitième siècle. Les critiques vont, après la troisième édition du Dictionnaire de Trévoux, noter les similitudes des vampires et des Stryges, des cadavres vivants et des oiseaux, les deux mots (Stryges et vampires) désignant les buveurs de sangs et les volatiles de nuits.

34Les Antiques avaient aussi la Lamie, une manifestation monstrueuse particulièrement cruelle : personnage mythologique, dont le nom est devenu nom commun, Lamie (Lamia en grec et en latin) dévorait les enfants…

35D’une très grande beauté, Lamia aurait été aimée de Zeus, mais l’épouse de celui-ci, jalouse, aurait fait mourir ses enfants. Lamia se réfugie dans une grotte, nous dit la mythologie, et jalouse à son tour des autres mères, elle cherche les enfants pour les dévorer. Toujours en éveil, elle reçoit de Zeus le privilège d’ôter et remettre ses yeux à volonté, afin de pouvoir dormir.

36On trouve le personnage chez Horace (Pontiques, vers 340), chez Apulée (Métamorphoses, I, 17), et deux fois dans la version latine de la Bible (Vulgate, Jer. 4, 3 et Isa. 34,14).

37Les Latins avaient donc deux formes de créatures surnaturelles monstrueuses que Calmet comparait et opposait aux vampires, mais que Trévoux leur associe : la femme oiseau qui boit le sang et la femme qui tue les enfants.

d. Universalisation

38Par la suite, les jonctions sémantiques et le mélange des traditions se poursuivent. On note cependant que les termes Stryge et Lamie perdent du terrain face au terme Vampire. Ainsi Moreri, dans son Grand Dictionnaire Historique (1759) reprend le parallèle entre la tradition slave et la tradition gréco-latine, en mêlant les dénominations.

39Le Grand Dictionnaire Historique de Moreri définit encore les deux termes mais donne finalement une unique définition, celle du vampire :

« Vampyr, ce mot en esclavon signifie sangsue, et c’est ainsi qu’on nomme en Esclavonie certains morts qui sont accusés de sucer le sang des vivants, et de les tuer par cette succion ».

« Les Stryges, sont des corps morts qu’on trouve en Pologne, et principalement en Russie, et que l’on appelle en langue du pays Upiers. Ils ont une certaine humeur, qu’on croit être du sang, lequel on prétend que le démon tire ou suce des corps de quelques personnes vivantes, ou de quelques bestiaux. Il le porte dans ce corps mort, d’où l’on dit qu’il sort en certains temps, depuis midi jusqu’à minuit. Après avoir fait beaucoup de vexations, il retourne dans un cadavre, et y verse le sang qu’il a amassé. Il s’y trouve quelquefois de ce sang en si grande quantité, que si l’on n’y met ordre, il sort par la bouche, par le nez, et principalement par les oreilles, en telle abondance, que ce cadavre nage dans son cercueil ; et le cadavre a une telle faim, qu’il mange les linges qui sont autour de lui, et que l’on trouve en effet dans sa bouche. Ce démon qui sort du cadavre, va la nuit représenter l’image du mort à ses amis ou à ses parents. Il les embrasse, les serre, les affaiblit de telle manière, qu’ils s’éveillent et crient au secours, auquel temps on dit que ce démon leur suce le sang pour le porter dans le cadavre. Ceux qui sont ainsi tourmentés, deviennent maigres, atténués, et meurent à la fin. Cette persécution dure jusqu’à la dernière personne de la famille, à moins qu’on n’en interrompe le cours, en coupant la tête et en ouvrant le cœur aux cadavres dont on a vu les images durant la vexation. Quand on fait la visite de ces cadavres, on les trouve dans leurs cercueils, mols, flexibles, enflés et rubiconds, quoiqu’il y ait longtemps qu’ils soient morts. Après leur avoir coupé la tête et ouvert le cœur, il en sort une grande abondance de sang qu’on ramasse pour en faire du pain avec de la farine, dont on mange pour se garantir de la vexation. Sitôt que cela est fait, l’esprit ne revient plus. »

40Enfin dans l’édition du dictionnaire de Trévoux de 1771, un article propre est cette fois consacré aux vampires, mais l’article Stryge disparaît. L’assimilation s’est donc faite entre les deux traditions, slave et gréco-latine. Trévoux reprend d’ailleurs la définition de Calmet.

« Vampire, Wampire, Oupire et Upire, n. m. et f. Les Vampires sont une sorte de revenants qu’on dit infester la Hongrie, la Moravie, la Silésie, la Bohème, etc. ce sont, dit-on, des gens qui sont morts depuis plusieurs années, ou du moins plusieurs mois, qui reparaissent, se font voir, marchent, parlent, sucent le sang des vivants, en sorte que ceux-ci s’exténuent à vue d’œil, au lieu que les cadavres, comme des sangsues, se remplissent de sang en telle abondance, qu’on les voit sortir par les conduits et même par les pores. Pour se délivrer des Vampires, on les exhume, on leur coupe la tête, on leur perce le cœur, on les empale, on les brûle. Quelquefois un Vampire met en rumeur tout un pays. Il s’attache aux vivants sans se faire voir, il leur suce le sang, il les mine peu à peu : ces pauvres gens dépérissent à vue d’œil, ils deviennent étiques, ils meurent enfin ».

41On passe d’une situation où le concept de vampire est moins compréhensible que celui de strige, à une situation inverse. Le vampire a ingéré les créatures voisines.

e. Triomphe du vampire sur la mythologie

42Pierre Larousse, dans son Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle (1866-1879) achève l’assimilation strige-vampire et montre le triomphe de la tradition slave sur la tradition latine : pour expliquer à son lecteur la signification du mot strige, il fait appel au terme vampire… Alors que Dom Augustin Calmet, pour un public connaisseur de la mythologie gréco-latine mais ignare dans le domaine d’Europe centrale, avait associé, puis dissocié les termes, Larousse fait l’inverse : pour expliquer le mot latin il se réfère au mot slave. En cent ans le vampire est devenu un concept compréhensible par tous… L’article du Larousse est beaucoup plus riche que les entrées des dictionnaires antérieurs. Il introduit un nouvel élément historique (la reconnaissance des fantômes par les lois franques) et il rattache la tradition du vampire à des phénomènes plus récents (xvie siècle) mais connus sous d’autres noms. De même que Calmet et Trévoux référaient le vampire à l’Antiquité et à la Strige, Larousse le réfère à la Renaissance et aux Brucolaques (ou broucolaques).

« Vampire s. m. (van-pi-re — Ce mot nous vient d’Allemagne, mais n’est sans doute pas à l’origine allemand). Superst. Cadavre qui sort la nuit de sa fosse et va sucer le sang des vivants, ce qui produit chez eux la consomption : le Hongrois croit aux vampires, longtemps après qu’on lui en a démontré la non-existence. […] Les Grecs modernes ont désigné les vampires sous le nom de Brucolaques. »

« Strige s. f. (stri-je du lat. striga, nom d’un oiseau de nuit). Sorte de vampire qui, d’après la croyance de certains peuples orientaux, erre la nuit pour faire du mal aux hommes. On écrit aussi Stryge. […] Les anciens croyaient à l’existence de monstres qui, la nuit, venaient sucer le sang des hommes et se nourrir de leur chair. Ils les appelaient striges, et ce nom est encore celui que les Russes et les habitants du Nord de la Grèce donnent aux vampires. Cette superstition régna surtout au ive et au ve siècles.

Il y a même dans la loi salique un article ainsi conçu : « Si une strige a mangé un homme et qu’elle en soit convaincue, elle payera une amende de huit mille deniers qui font deux cents sous d’or. » Un autre article de la même loi condamne à cent quatre vingt sept sous et demi celui qui appelait une femme libre strige ou prostituée. En ce temps-là on soumettait aux lois les spectres et les fantômes aussi bien que les êtres vivants ; ainsi les capitulaires de Charlemagne et de Louis le Débonnaire imposent de graves peines aux fantômes enflammés qui paraissaient dans les airs. Les striges pouvaient être soit des femmes, de vieilles femmes en général, soit des hommes adonnés à la sorcellerie, soit des spectres. Pour se préserver des striges, il fallait en brûler une, disperser la cendre ou bien manger sa chair ».

« Brucolaque s. m. (brou-cola-ke). Nom sous lequel les Grecs modernes désignent les vampires ou spectres d’excommuniés […]. - Encycl. Les Grecs sont persuadés que les excommuniés ne peuvent se putréfier dans leur tombeau, qu’ils apparaissent la nuit comme le jour, et que leur rencontre est très dangereuse. Un voyageur du xvie siècle affirme que, dans l’île de Chio, les habitants ne répondent que lorsqu’on les appelle deux fois, persuadés que les Brucolaques ne peuvent les appeler qu’une seule fois. Quand un Brucolaque appelle une personne vivante et que celle-ci répond, le Brucolaque disparaît, mais celui qui a répondu meurt au bout de quelques jours […] Un voyageur qui parcourut le Levant dans le xviie siècle rapporte l’anecdote suivante : un homme, étant mort excommunié, fut enterré sans cérémonie dans un lieu écarté, et non en terre sainte. Les habitants furent bientôt effrayés par d’horribles apparitions, qu’ils attribuèrent à ce malheureux. On se décida à ouvrir son tombeau, et l’on trouva son corps enflé, mais sain et bien dispos ; ses veines étaient gonflées du sang que le vampire avait sucé ; on reconnut, à n’en pas douter, que c’était un Brucolaque. […] Les Grecs et les Turcs s’imaginent que les cadavres des Brucolaques mangent pendant la nuit, qu’ils se promènent pour faire la digestion, en un mot qu’ils se nourrissent réellement. Ils racontent qu’en déterrant ces vampires on leur trouve un coloris vermeil, que leurs veines sont gonflées de la quantité de sang qu’ils ont sucé, et qu’on a qu’à les ouvrir pour le voir couler aussi frais que celui d’un jeune homme de vingt ans ».

43On note, dans la définition de Larousse un contresens évident. L’auteur de l’article confond totalement vampire et strige au point de croire que le terme strige est utilisé en Europe centrale (confusion déjà amorcée par Trévoux).

44La notion de vampire se construit donc par assimilation et par analogies progressives.

45La notion s’universalise en absorbant les notions voisines. Mais elle reste encore au dix-huitième siècle typique d’Europe du centre et de l’est. On ne trouve pas encore de vampires en Angleterre, en Espagne, en France, en Allemagne ! Le terme vampire apparaît d’ailleurs en 1732 en allemand, à propos de vampires hongrois (Harper Etymology dictionary)…

Annexes

Annexe : le premier texte littéraire sur les vampires

Jean-Baptiste de Boyer d’Argens (1704-1771), Lettres juives ou Correspondance philosophique, historique et critique entre un juif voyageur et ses correspondants en divers endroits, tome ii-VI. INALF, Paris (édition originale de 1738).

Ce premier texte sur les vampires est une réfutation, point par point, de la réalité des vampires. Le sol, la chimie, la logique empêchent qu’on pense les vampires réels !

LETTRE 137, p. 149
Aaron Monceca, à Isaac Onis, caraïte, autrefois rabbin de Constantinople.
Je viens de lire, mon cher Isaac, la relation d’un prodige, qu’on a insérée dans un journal historique ; et je l’ai trouvée si particulière, que je crois que tu avoueras avec moi, que les faits qu’elle contient semblent pousser à bout toutes les spéculations philosophiques, et tous les raisonnements humains. En voici un extrait fidèle. Je te dirai ensuite quel est mon sentiment à l’égard des choses miraculeuses qu’elle contient. « on vient d’avoir dans ces quartiers une nouvelle scène de vampirisme,… etc. » j’ai cru, mon cher Isaac, devoir te communiquer tous les prodiges qu’on débite sur les vampires, pour que tu sois plus en état d’en juger, et que la multitude des faits serve à leur éclaircissement. En attendant que tu m’apprennes tes sentiments, je vais hasarder de t’écrire les miens. Il y a deux différents moyens, pour détruire l’opinion de ces prétendus revenants, et montrer l’impossibilité des effets qu’on fait produire à des cadavres entièrement privés de sentiment. Le premier, c’est d’expliquer par des causes physiques tous les prodiges du vampirisme. Le second, c’est de nier totalement la vérité de ces histoires : et ce dernier parti est sans doute le plus certain, et le plus sage. Mais, comme il y a des personnes, à qui l’autorité d’un certificat donné par des gens en place parait une démonstration évidente de la réalité du conte le plus absurde, auparavant de montrer combien peu on doit faire fonds sur toutes les formalités de justice dans les matières qui regardent uniquement la philosophie, je supposerai pour un temps, qu’il meurt réellement plusieurs personnes du mal qu’on appelle le vampirisme. Je pose d’abord ce principe, qu’il se peut faire, qu’il y ait des cadavres, qui, quoiqu’enterrez depuis plusieurs jours, répandent un sang fluide par les canaux de leurs corps. J’ajoute encore, qu’il est très aisé, que certaines gens se figurent d’être sucées par les vampires ; et que la peur, que leur cause cette imagination, fasse en eux une révolution assez violente pour les priver de la vie, étant occupés toute la journée de la crainte que leur inspirent ces prétendus revenants, est-il fort extraordinaire, que, pendant leur sommeil, les idées de ces fantômes se présentent à leur imagination, et leur causent une terreur si violente, que quelques-uns en meurent dans l’instant, et quelques autres peu après ? Combien de gens n’a-t-on point vu, que des frayeurs ont fait expirer dans l’instant ? La joie même n’a-t-elle pas souvent produit un effet aussi funeste ? En examinant le récit de la mort des prétendus martyrs du vampirisme, je découvre tous les symptômes d’un fanatisme épidémique ; et je vois clairement, que l’impression, que la crainte fait sur eux, est la seule cause de leur perte. Une nommée Stanoska, dit-on, fille du heiduque Jovitzo, qui s’était couchée en parfaite santé, se réveilla au milieu de la nuit toute tremblante, en faisant des cris affreux, et disant que le fils du heiduque Millo, mort depuis neuf semaines, avait manqué de l’étrangler pendant son sommeil. Dès ce moment, elle ne fit plus que languir, et, au bout de trois jours, elle mourut. Pour quiconque a des yeux tant soit peu philosophiques, ce seul récit ne doit-il pas lui montrer, que le prétendu vampirisme n’est qu’une imagination frappée. Voilà une fille, qui s’éveille, qui dit qu’on l’a voulu étrangler, et qui cependant n’a point été sucée, puisque ses cris ont empêché le vampire de faire son repas. Elle ne l’a pas été apparemment dans les suites, puisqu’on ne la quitta pas, sans doute, pendant les autres nuits, et que si le vampire eût voulu la molester, ses plaintes en eussent averti les assistants. Elle meurt pourtant trois jours après sa frayeur : et son abattement, sa tristesse, et sa langueur, marquent évidemment combien son imagination était frappée.
Ceux qui se sont trouvés dans les villes affligées de la peste savent par expérience à combien de gens la crainte coûte la vie. Dès qu’un homme se sent attaqué du moindre mal, il se figure, qu’il est atteint de la maladie épidémique ; et il se fait en lui un si grand mouvement, qu’il est presqu’impossible qu’il résiste à cette révolution. Le chevalier de Maisin m’a assuré, lorsque j’étais à Paris, que se trouvant à Marseille pendant la contagion qui régna dans cette ville, il avait vu une femme mourir de la peur qu’elle eut d’une maladie assez légère de sa servante, qu’elle croyait atteinte de la peste. La fille de cette femme fut aussi malade à la mort. Deux autres personnes, qui étaient dans la même maison, se mirent au lit, envoyèrent chercher un médecin, et assuraient qu’elles avaient la peste. Le médecin arrivé visita d’abord la servante, et les autres malades ; et aucun d’eux n’avait la maladie épidémique. Il tâcha de rendre le calme à leurs esprits, et leur ordonna de se lever, et de vivre à leur ordinaire : mais, tous ses soins furent inutiles auprès de la maîtresse de la maison, qui mourut deux jours après de sa frayeur.
Considère, mon cher Isaac, ce second récit de la mort d’un vampire passif, et tu y verras les preuves les plus évidentes des terribles effets de la crainte et des préjugés. Trois jours après avoir été enterré, il apparut la nuit à son fils, demanda à manger, mangea, et disparut. Le lendemain, le fils raconta à ses voisins ce qui lui était arrivé. Cette nuit, le père ne parut pas ; mais, la nuit suivante,… on trouva le fils mort dans son lit. Qui peut ne pas voir dans ces paroles les marques les plus certaines de la prévention et de la peur ? La première fois qu’elles agirent sur l’imagination du prétendu molesté de vampirisme, elles ne produisirent point leur entier effet, et ne firent que disposer son esprit à être plus susceptible d’en être vivement frappé. Aussi cela ne manqua-t-il pas d’arriver, et de produire l’effet qu’il devait naturellement opérer. Prend garde, mon cher Isaac, que le mort ne revint point la nuit du jour que son fils communiqua son songe à ses amis ; parce que, selon toutes les apparences, ceux-ci veillèrent avec lui, et l’empêchèrent de se livrer à la crainte.
Je viens à présent à ces cadavres pleins d’un sang fluide, dont la barbe, les cheveux, et les ongles, se renouvellent. L’on peut, je crois, rabattre les trois quarts de ces prodiges : et encore a-t-on bien de la complaisance d’en admettre une petite partie. Tous les philosophes connaissent assez combien le peuple, et même certains historiens, grossissent les choses qui paraissent tant soit peu surnaturelles. Cependant, il n’est point impossible d’en expliquer physiquement la cause. L’expérience nous apprend, qu’il est certains terrains, qui sont propres à conserver les corps dans toute leur fraîcheur. Les raisons en ont été assez souvent expliquées, sans que je me donne la peine de t’en faire un inutile récit. Il y a à Toulouse un caveau dans une église de moines, où les corps restent si parfaitement dans leur entier, qu’il y en a qui y sont depuis près de deux siècles, et qui paraissent vivants. On les a rangés debout contre la muraille, et ils ont leurs habillements ordinaires. Ce qu’il y a de plus particulier, c’est que les corps, qu’on met de l’autre côté de ce même caveau, deviennent deux ou trois jours après la pâture des vers. Quant à l’accroissement des ongles, des cheveux, et de la barbe, on l’aperçoit très souvent dans plusieurs cadavres. Tandis qu’il reste encore beaucoup d’humidité dans les corps, il n’y a rien de surprenant, que, pendant quelque temps, on voie quelque augmentation dans des parties qui n’exigent point les esprits vitaux. Le sang fluide, coulant par les canaux des corps, semble former une plus grande difficulté : mais, on peut donner des raisons physiques de cet écoulement. Il pourrait fort bien arriver, que la chaleur du soleil, venant à échauffer les parties nitreuses et sulfureuses, qui se trouvent dans les terres propres à conserver les corps, ces parties s’étant incorporées dans le cadavre nouvellement enterré, viennent à fermenter ; et, décoagulant et défigeant le sang caillé, le rendent liquide, et lui donnent le moyen de s’écouler peu à peu par les canaux.
Ce sentiment est d’autant plus probable, qu’il est confirmé par une expérience. Si l’on fait bouillir, dans un vaisseau de verre ou de terre, une partie de chyle ou de lait mêlée avec deux parties d’huile de tartre faite par défaillance, la liqueur, de blanche qu’elle était, deviendra rouge ; parce que le sel de tartre aura raréfié et entièrement dissout la partie du lait la plus huileuse, et l’aura convertie en une espèce de sang. Celui, qui se forme dans les vaisseaux du corps, est un peu plus rouge ; mais, il n’est pas plus épais. Il n’est donc point impossible, que la chaleur cause une fermentation, qui produise à peu près les mêmes effets que cette expérience : et l’on trouvera cela beaucoup plus aisé, si l’on considère, que les sucs des chairs et des os ressemblent beaucoup à du chyle, et que les graisses et les moelles sont les parties les plus huileuses du chyle. Or, toutes ces parties en fermentation doivent, par la règle de l’expérience, se changer en une espèce de sang. Ainsi, outre celui qui serait décoagulé et défigé, les prétendus vampires répandraient encore celui qui se formerait de la fonte des graisses. Voilà, mon cher Isaac, ce qu’on peut dire, lorsqu’on veut bien avoir la complaisance de ne point démentir absolument les certificats qu’on a donnés sur ces faux prodiges. En effet, il serait plus qu’absurde de penser qu’ils pussent être véritables. Car, ou les corps de ces vampires sortent de leurs tombeaux pour venir sucer, ou ils n’en sortent pas. S’ils sortent, ils doivent être visibles. Or, l’on ne les voit point ; car, quand ceux qui s’en plaignent appellent au secours, on ne découvre rien. Il faut donc, qu’ils ne sortent pas. Si les corps ne sortent pas, c’est donc l’âme. Or, l’âme, spirituelle, ou, si l’on veut, composée de matière subtile, peut-elle ramasser et contenir comme dans un vase une liqueur telle que le sang, et la porter dans le corps ? C’est une plaisante commission dont on la charge. En vérité, mon cher Isaac, j’aurais honte de vouloir prouver plus longtemps l’impossibilité du vampirisme : et je me trouverais dans le cas d’un ancien docteur nazaréen, qui rougissait de l’erreur de ceux qu’il était obligé de réfuter, et du malheur des gens qui avaient été assez infortunés pour en entendre parler. Je te marquerai au premier jour, combien peu l’on doit faire fonds sur les certificats qui ne servent qu’à constater des prodiges. Porte-toi bien, mon cher Monceca : et vis content et heureux.
De Londres, ce…

Notes

1 Dictionnaire historique de la langue française, Robert, 1992 ; English etymology dictionary, Douglas Harper, 2001.

2 La date exacte est problématique, on sait qu’il fut employé en janvier 1915 dans un compte rendu du film A fool there was. Mais le film, produit par la Fox, était basé sur un pièce de théâtre à succès, inspiré par un poème de Kipling. [A fool there was and he made his prayer / (Even as you and I !) / To a rag and a bone and a hank of hair / (We called her / the woman who did not care)/But the fool, he called her his lady fair/(Even as you and I.) Kipling, The Vampire.]

Notes de fin

1 Cette référence est problématique dans la mesure où le Mercure françois n’existe plus à l’époque en question. Nous ignorons tout de ce texte de 1693…

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search