Version classiqueVersion mobile

Le vampire dans la littérature romantique française, 1820-1868

 | 
Florent Montaclair

Introduction

Texte intégral

Laisse les morts ensevelir leurs morts
(Nouveau Testament, Mathieu, 8, 22)
A : Tu t’éloignes de plus en plus vite des vivants : bientôt ils t’auront rayé de leur liste !
B : C’est le seul moyen de partager le privilège des morts.
A : Quel est ce privilège ?
B : De ne plus mourir.
(Nietzsche, Le Gai Savoir, 10/18, 1957, p. 260)

1La collection Pratiques et techniques propose des ouvrages qui s’inscrivent dans une démarche scientifique et visent une application des connaissances et savoirs qu’ils proposent. Le présent ouvrage offre aussi une lecture de la littérature fantastique romantique française (1820-1868).

2La figure royale du fantastique.

3Le vampire.

4Film publicitaire, film comique, film d’horreur, parodie, opéra, symphonie, drame, opérette, vaudeville, mélodrame, roman, nouvelle, bande dessinée, manga…

5Le vampire est une figure de l’imaginaire occidental et oriental. Cet ouvrage montre comment cette figure s’est constituée en Europe centrale, comment il a existé un mythe du vampire — c’est-à-dire une histoire symbolique qui explique un comportement — comment ce mythe, en perdant sa dimension explicative du réel, est devenu, dans la France du dix-huitième siècle, un objet de l’imaginaire, et comment, enfin, les auteurs romantiques en ont fait un motif littéraire, un jeu sur les formes et les normes.

  • 1 Voir Le Vampire dans la littérature et dans les arts, du mythe oriental au motif romantique, PCUB, (...)

6Quinze ans après les premières explorations du sujet1, nous affinons notre analyse et du phénomène vampirique dans l’imaginaire d’Europe centrale et dans la littérature romantique du xixe siècle. La première question qui dirige cet essai est simple : pourquoi ces créatures vampiriques apparaissent-elles au dix-septième siècle en Europe centrale ? Bien sûr de méritoires efforts ont été faits par certains chercheurs pour attester qu’il existe des vampires dans toutes les traditions humaines, de l’Antiquité chinoise, à l’ère gréco-latine… À l’opposé de ces visions « universalisantes » du vampire, cet ouvrage montre que la notion même et la définition du phénomène sont purement originaires d’Europe centrale. À cette fin, il est fait référence à des causes civilisationnelles et historiques qui expliquent cette apparition : le mouvement des populations orientales, la persécution des Heiduques, la philosophie matérialiste… Le vampire est au dix-septième siècle, en Europe centrale, une figure mythique qui permet d’expliquer une réalité.

7La deuxième question est de savoir pourquoi cette figure mythique disparaît pour faire place à un simple motif intellectuel, une figure de fantaisie. L’observation de l’arrivée du phénomène vampirique en France, les longues séquelles de la chasse aux sorcières et le début d’une littérature libertine contribuent à un jeu sur la signification du vampire… La troisième question concerne la création du motif « vampirique » dans la littérature fantastique. Comment et pourquoi le vampire s’est-il popularisé dans les arts ? Comment se sont historiquement constitués ses caractères ? Quels en sont les avatars ? Le vampire est codifié par les Romantiques comme le surhomme, comme le héros entre ombre et lumière de Victor Hugo, et il conserve encore aujourd’hui ces traits qui se comprenaient dans le panorama de la littérature française des années 1820-1850. Cet essai se maintient donc dans le champ des trois grandes périodes romantiques de la littérature occidentale (1820-1850 ; 1895-1910 ; 1975-2001) et ne développe la dimension internationale des manifestations vampiriques qu’à titre d’exemple de leur universalité actuelle.

8Le lecteur trouvera donc dans cet ouvrage à la fois des analyses littéraires et historiques du phénomène vampirique dans l’imaginaire et des documents utilisables à des fins scientifiques ou pédagogiques.

  • 2 Tzvétan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Seuil, 1971, voir p. 97 et ss.

9La contextualisation des textes vampiriques s’accompagne aussi de rappels sur les figures voisines, qui interfèrent avec le motif du vampire. Comme le signalait Tzvétan Todorov, les thèmes fantastiques s’interpénètrent et se croisent. « Prenons par exemple le thème (ou l’image) du double. Il en est question dans maint texte fantastique ; mais dans chaque œuvre particulière le double a un sens différent, qui dépend des relations qu’entretient ce thème-ci avec les autres. »2 On lit donc dans cet ouvrage des groupements de textes sur les sources du phénomène vampirique, sur les définitions du fantastique, sur la figure de la sorcière, sur les procédés stylistiques de l’écriture fantastique.

10Cet ouvrage enfin reproduit les grands textes romantiques qui ont forgé l’image du vampire :

  • la nouvelle fondatrice de John W. Polidori (Le Vampire) ;
  • le roman initial de Cyprien Bérard (Lord Ruthwen ou Les Vampires) ;
  • les trois adaptations théâtrales de Charles Nodier, Eugène Scribe et Alexandre Dumas (Le Vampire) ;
  • la nouvelle de Théophile Gautier (La Morte Amoureuse) ;
  • la nouvelle, en extraits, de Prosper Mérimée (Lokis).

11Avec ces quelques textes naît le vampire occidental.

Notes

1 Voir Le Vampire dans la littérature et dans les arts, du mythe oriental au motif romantique, PCUB, 1997.

2 Tzvétan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Seuil, 1971, voir p. 97 et ss.

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search