Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

4. De l’importance du couvert forestier

Une déprise agricole dans la campagne nîmoise durant l’Antiquité ? Apport de l’analyse malacologique

Sophie Martin et Frédéric Magnin

Texte intégral

1. Introduction

1Nîmes antique et sa « proche campagne » (Monteil 1999) ont fait l’objet de nombreuses publications scientifiques notamment depuis ces quinze dernières années, qui ont confirmé d’une part l’importance de l’agglomération protohistorique puis antique au niveau régional et, d’autre part, l’exploitation intense des campagnes en liaison avec la romanisation. Nîmes est, au IIe siècle av. J.-C., la ville la plus importante du Languedoc oriental (Monteil 1999), tandis que la mise en valeur des terres est attestée sur de nombreux sites par la découverte de fossés parcellaires, de traces de plantation de vignobles et de champs en terrasses (Garmy et Monteil 2000 ; Monteil 1993 ; Vidal 2000 ; Harfouche et Poupet 2000) : ces vestiges semblent indiquer « une structuration et une exploitation assez systématiques de la campagne » (Breuil 2003).

2Bien évidemment la périphérie nîmoise ne peut être réellement considérée comme une zone de marge, thème du colloque, au vu de la proximité de la ville antique et de la forte densité des vestiges archéologiques mis au jour. Cependant, les analyses malacologiques (des coquilles de gastéropodes terrestres contenues dans les sédiments) effectuées ces dernières années sur différents sites de la plaine du Vistre (fouilles INRAP) ont livré des résultats qui peuvent nuancer l’image d’une anthropisation radicale des campagnes nîmoises au maximum de la romanisation.

3Les gastéropodes terrestres sont très sensibles à l’anthropisation (Martin 2004). L’homme peut agir de manière directe sur la faune malacologique en favorisant la dispersion passive de nombreuses espèces par des introductions volontaires ou accidentelles. C’est ainsi que l’escargot « petit gris » (Cryptomphalus aspersus) a été introduit à l’époque romaine vraisemblablement pour l’alimentation (Magnin 1991). Cependant, l’anthropisation a surtout, comme le climat, une influence indirecte sur la malacofaune : les activités agro-pastorales modifient en premier lieu la structure de la végétation et la structure du paysage qui conditionnent à la fois l’habitat des escargots et leur capacité de dispersion active (Magnin et Martin 2008 – Grandeur et misère de l’analyse malacologique, ou comment discriminer les facteurs climatiques et anthropiques de l’évolution des paysages holocènes, in Jacques Elie BROCHIER, Armelle GUILCHER et Mireille PAGNI dir., Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Bulletin Archéologique de Provence, Supplément 5, p. 61-73. ; Martin et Magnin 2006). Dans un paysage actuel, la distribution des escargots est ainsi déterminée par l’hétérogénéité de ce paysage qui dépend principalement de la variabilité des pratiques humaines et de leur histoire (Magnin et Tatoni 1995).

4Nous verrons d’abord, de manière diachronique, la synthèse des données malacologiques pour l’ensemble des sites étudiés dans la plaine de Nîmes ; elle fera ressortir l’originalité des résultats concernant l’Antiquité. Puis nous verrons quelle interprétation donner aux assemblages malacologiques antiques.

2. La spécificité des assemblages malacologiques antiques dans le diagramme malacologique global

2. 1. L’aire d’étude

5Les sept sites étudiés (Mas de Mayan, Mas de Vignole IV, Cadereau d’Alès, Fossé de Haute Magaille, Mas de Vignoles VI, Bassin Magaille Est, Mas de Vignoles VII) sont localisés dans la plaine de la Vistrenque, au sud-est de l’agglomération nîmoise (à moins de trois kilomètres du centre historique de Nîmes), à moins de deux kilomètres de la rive droite du cours actuel du Vistre (fig. 1).

6La zone d’étude présente de nombreux vestiges des occupations antiques : habitats et chemins de l’époque républicaine (Bassin Magaille Est, Mas de Vignoles VII), de l’époque augustéenne (Mas de Vignoles VII) et du Haut-Empire (Mas de Vignoles IV, Bassin Magaille Est) ; réseaux complexes de fossés protohistoriques et antiques (Cadereau d’Alès, Fossé de Haute Magaille, Bassin Magaille Est, Mas de Vignoles VII) qui ont pu persister jusqu’à l’époque moderne, voire contemporaine (Cadereau d’Alès).

7Plus particulièrement, ces sites comprennent deux établissements d’importance : la grande ferme indigène républicaine du Bassin Magaille (suivie d’une exploitation plus modeste au Haut-Empire) (Breuil et al. 2004) ; l’exploitation agricole augustéenne et du Haut-Empire du Gouffre des Bouchers (Compan et al. 1993) ; enfin, l’importante villa Haut-Empire et Antiquité tardive de Saint-André-de-Codols (Pomarèdes et al. 1996) se situe à quelques kilomètres au plus de nos sites. De plus, cette zone de la plaine du Vistre est comprise entre les axes nord-sud de deux voies antiques. Elle a donc été fortement soumise à l’influence de la ville antique de Nîmes et de l’agglomération protohistorique qui l’a précédée.

Fig. 1. Localisation des sites étudiés (DAO : PCR Espace rural et occupation du sol de la région nîmois, de la Préhistoire à l’époque moderne, J.-Y. Breuil coordinateur).

2. 1. Résultats

8156 échantillons ont été obtenus au total sur les sept sites échantillonnés. Ils ont été prélevés dans les séquences sédimentaires et le comblement de structures archéologiques des différents sites. Ils sont datés par le matériel archéologique contenu dans le sédiment et par calage relatif par rapport aux niveaux bien datés. Malgré le caractère local des informations apportées par l’analyse malacologique, la multiplication des points d’échantillonnage permet de reconstituer l’évolution de l’environnement à l’échelle d’un paysage.

9Ces données malacologiques sont présentées par un diagramme de synthèse réalisé grâce au logiciel Gpalwin (Goeury 2000). La construction d’un tel diagramme regroupant les données de différents sites est envisageable puisque ces sites sont disséminés dans une aire d’étude restreinte et homogène, présentant un même contexte climatique et géographique. Le diagramme malacologique complet et la méthode précise pour son élaboration sont détaillés dans Martin et al. (soumis). Pour la présente publication, centrée sur la période antique, nous ne présentons qu’un diagramme simplifié (fig. 2).

10Au Tardiglaciaire lato sensu, les assemblages malacologiques montrent la disparition des espèces de climat plus froid que l’actuel (Trochoidea geyeri), tandis que se mettent en place des espèces nettement plus thermophiles (Candidula gigaxii, Pomatias elegans), indicatrices du passage progressif aux conditions plus chaudes de l’Holocène. Les milieux sont très ouverts et subissent des crues.

11Durant le Boréal et l’Atlantique ancien, une couverture arborée se met en place (Pomatias elegans, Vallonia costata) : elle prend la forme d’une ripisylve ouverte dans les anciennes zones basses de la plaine du Vistre, dominées par une forte humidité locale (Pupilla muscorum bigranata, Vertigo pygmaea, Vallonia pulchella). Ces formations boisées seraient alors l’expression locale de l’extension forestière post-glaciaire.

12Cependant, dès l’Épicardial, ces formations sont déjà relativement dégradées du fait des premiers impacts anthropiques (diminution des espèces à affinité forestière au profit des espèces de milieux ouverts). L’ouverture des milieux est alors progressive. À partir du Néolithique moyen chasséen, on assiste, en revanche, à une ouverture brutale des milieux, les formations forestières disparaissant totalement. Les espèces méditerranéennes typiquement anthropophiles (Cernuella virgata notamment) apparaissent, se développent et même deviennent dominantes dans les assemblages du Néolithique final, profitant de l’extension des milieux ouverts.

13À partir de l’Atlantique récent et au Subboréal, les assemblages malacologiques correspondent à une anthropisation très forte de la plaine. Si l’on peut considérer que des garrigues basses se maintiennent au Chasséen et au Néolithique récent, il semble que l’impact anthropique atteigne son paroxysme au Néolithique final fontbuxien, où le paysage est alors composé en grande partie de milieux herbacés, plus ou moins rudéraux, en relation avec la forte densité des structures archéologiques découvertes (Jallot et al. 2005). Dans les zones basses, on constate le maintien pendant tout le Néolithique de formations prairiales (Vallonia pulchella, Succinea oblonga, Vertigo pygmaea), dont la présence continue ne peut s’expliquer que par le maintien d’un même type d’activités, probablement un pastoralisme extensif. Dans les zones hautes, on observe des changements importants dans l’exploitation des milieux, qui varie d’un groupe humain à l’autre : milieux rudéraux pour le Néolithique fontbuxien et formations prairiales pour le Campaniforme, qui peuvent signifier une utilisation plus pastorale de l’ensemble du paysage. Ces paysages néolithiques sont donc marqués par l’absence complète de développement des milieux forestiers, au moins localement.

14Au cours de la Protohistoire, et particulièrement pendant l’âge du Bronze, le milieu se ferme progressivement avec une strate arbustive plus développée (Monacha cantiana, Vallonia costata ; quasi-disparition de Cernuella virgata). À partir de la toute fin du premier âge du Fer et pendant le second âge du Fer, les analyses malacologiques marquent une reprise d’un impact anthropique plus fort sur le paysage (diminution de Monacha cantiana et Vallonia costata ; reprise de Cernuella virgata), mais qui n’atteint jamais le haut degré d’anthropisation identifié pour la période néolithique. Enfin, on note un certain engorgement local de la plaine, mal drainée à la transition avec l’Antiquité. Les échantillons antiques que nous avons analysés correspondent à la période allant de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C. jusqu’au IIIe siècle ap. J.-C. Il s’agit principalement d’assemblages provenant des comblements d’un chemin et de fossés de parcellaires. Certains sont relativement proches de la ferme du Gouffre des Bouchers, ou de l’établissement agricole de Bassin Magaille.

Fig. 2. Diagramme simplifié des données malacologiques antiques dans la plaine de la Vistrenque à Nîmes.

15Ils montrent tous le développement des espèces forestières (Pomatias elegans, Acanthinula aculeata, Punctum pygmaeum, Vitrea contracta, Oxychilus draparnaudi, Toltecia pusilla) et correspondent ainsi aux assemblages les plus forestiers retrouvés dans la plaine du Vistre, toutes périodes confondues. Ils traduisent la mise en place de milieux forestiers ouverts dans certaines parties de la zone d’étude. À proximité de la ferme du Bassin Magaille, cette tendance est moins nette. On peut envisager un paysage en mosaïque, nettement hétérogène, avec des zones encore dévolues aux pratiques agro-pastorales, et des zones où la reconquête forestière est effective.

16Enfin, le Moyen Âge et l’époque moderne sont de nouveau marqués par la prédominance des milieux ouverts à caractères rudéraux, dans des horizons probablement fortement remaniés par les labours successifs. Deux hypothèses sont envisageables pour cette longue période : soit la disparition des niveaux correspondant à d’éventuelles déprises, soit la permanence des milieux ouverts liés aux activités humaines.

2. 1. Conclusion

17Cette étude met donc en évidence un changement radical de gestion du paysage durant l’Antiquité, avec des paysages plus hétérogènes qui comportent des zones plus fermées qu’au Néolithique, par exemple. Cette particularité des paysages antiques à Nîmes contraste avec l’image que donnent les autres analyses malacologiques de différentes séquences du Languedoc oriental et de Provence. En effet, l’Antiquité correspond généralement à une ouverture drastique des milieux, rompant avec les périodes précédentes et déclenchant souvent une crise environnementale liée à un effet de seuil (par exemple, Martin et Magnin 2002). Nous verrons maintenant quelle signification précise donner aux assemblages forestiers antiques de Nîmes.

3. La signification écologique des assemblages malacologiques antiques

3. 1. La validation des assemblages malacologiques forestiers

18Pour expliquer la présence de ces assemblages forestiers durant l’Antiquité dans la périphérie de l’agglomération nîmoise, on peut tout d’abord évoquer un biais taphonomique : nos assemblages correspondraient au remaniement d’un sol plus ancien. En l’occurrence, la présence dans ces assemblages de l’escargot Cryptomphalus aspersus, introduit à l’époque romaine dans le sud de la France, nous permet d’écarter cette hypothèse.

19Un deuxième biais possible serait que ces assemblages correspondent à une phase d’abandon post-antique. Ce risque est également à écarter étant donné que les échantillons analysés correspondent bien aux phases d’utilisation des structures : c’est par exemple le cas des prélèvements du chemin de Vignoles pour lequel plus les assemblages sont en contact avec les niveaux de circulation, et donc contemporains de la structure, plus ils montrent des milieux fermés ; inversement, au fur et à mesure que les structures antiques sont abandonnées, on constate une réouverture des milieux sous l’influence d’une anthropisation postérieure aux phases d’utilisation des structures.

20Une autre éventualité serait que nos assemblages indiquent en fait des plantations de type arbres fruitiers ou vignobles. Il nous semble cependant que la composition des spectres malacologiques ne correspond pas à ces formations végétales : ils comprennent en effet tout le cortège classique des espèces à affinité forestière que nous pouvons retrouver aujourd’hui dans des forêts méditerranéennes relativement ouvertes (Martin 2004), ce qui exclut toute pratique culturale régulière.

21Une fois admis le statut forestier de ces assemblages, il reste à déterminer quelle est leur représentativité spatiale. En effet, les gastéropodes terrestres, peu mobiles, sont connus pour être très étroitement inféodés à leur micro-environnement. Dans ce cas, n’enregistrent-ils pas de très petits éléments du paysage, voire la présence de haies aux bords de fossés parcellaires ? Pour répondre à cette question, nous avons testé cette représentativité spatiale dans un paysage actuel.

3. 2. La représentativité spatiale des assemblages antiques

22Le choix s’est porté sur un paysage des Bouches-du-Rhône présentant une forte hétérogénéité due à des pratiques agraires différentes et à des intensités de l’impact humain variables. Il comprend des prés pâturés, un champ de luzerne, un bois (incluant une petite clairière et un chemin forestier), des friches, des haies jouxtant des fossés et une ancienne vigne recolonisée par le pin d’Alep. Des relevés ont été effectués sur deux transects en serrant les relevés dans les zones de lisière. Ces deux transects se croisaient au niveau du champ. Les résultats simplifiés sont présentés sur la figure 3, qui décrit l’abondance des espèces malacologiques les plus caractéristiques en fonction de la position des relevés dans le paysage.

23Nos résultats montrent que les escargots caractérisent bien les taches de végétation présentes dans ce paysage. Ils permettent de distinguer finement les différents types de milieux ouverts, par exemple les prés pâturés (Cochlicella acuta par exemple) ou les friches (Vallonia pulchella). Les plus petits éléments, en revanche, influent peu sur la composition des assemblages. Ainsi, la zone boisée est bien identifiée (Pomatias elegans, Punctum pygmaeum), mais les petites taches ouvertes au sein de cette zone, comme la clairière ou le chemin forestier, sont peu marquées. De même, les petits éléments plus fermés, comme les haies, sont mal enregistrés. À l’échelle de ce paysage, la perception de l’hétérogénéité varie en fonction principalement de l’écologie des espèces considérées. En effet, à cause des faibles capacités de dispersion des espèces forestières en dehors de leur habitat de prédilection (Pfenninger 2002), le milieu boisé est mal perçu dès que l’on se trouve à quelques mètres, voire dizaines de centimètres de sa lisière (Pomatias elegans notamment). En revanche, grâce aux plus larges capacités de dispersion de certaines espèces de milieu ouvert en dehors de leur habitat de prédilection (Candidula aginnica en particulier), la perception de l’existence de taches ouvertes est possible à l’intérieur du milieu boisé, d’autant plus qu’il est ici de faible superficie.

Fig. 3. Représentation spatiale et restitution des conditions paléo-environnementales antiques à partir de malacofaunes actuelles relevée dans les Bouches-du-Rhône.

24Thomas (1985) s’interrogeait sur l’influence éventuelle d’un élément très particulier du paysage sur les malacofaunes : notre étude montre que si les assemblages malacologiques permettent de caractériser au plus deux habitats différents, ils sont finalement peu dépendants d’un micro-habitat isolé. On peut donc éliminer le risque de n’enregistrer que des éléments anecdotiques au sein d’un paysage, ainsi que les taches de superficie réduite comme les haies.

25Cette expérimentation permet de considérer que les assemblages forestiers de Nîmes doivent correspondre à l’établissement de formations boisées, d’ampleur suffisamment grande pour être détectées par l’analyse malacologique.

26Enfin, l’un des derniers arguments pour valider l’existence de milieux boisés sur une zone relativement large est la multiplication des observations à valeur locale sur les différents sites analysés. De plus, notre analyse n’est pas isolée. Cette reconquête forestière n’est pas circonscrite à la plaine du Vistre, puisque sur le site de la ZAC des Halles, plus proche encore de la ville antique, l’analyse malacologique réalisée par Grenut et Peyric (Argant et al. 2001) montre également, pour la fin du Ier siècle ap. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C., le développement de faunes sciaphiles et typiquement forestières : elles laissent percevoir un environnement où le couvert arboré s’est développé, donnée confortée par l’anthracologie qui identifie le retour de la chênaie verte sur le site à la même époque (Chabal in Monteil 1993).

4. Conclusion

27La présence d’assemblages malacologiques forestiers dans les sédiments antiques de la plaine du Vistre contraste avec l’absence des mêmes assemblages aux cours des périodes plus anciennes ou plus récentes. Ces assemblages caractérisent bien la présence de taches forestières au sein d’un paysage hétérogène.

28Cette reconquête forestière locale identifiée par la malacologie semble tout à fait étonnante pour l’époque romaine réputée correspondre à une extension massive des agrosystèmes. Cependant, du point de vue archéologique, les premiers signes d’une déprise urbaine sont perceptibles dès la fin du Ier siècle ap. J.-C. et le début du IIe siècle ap. J.-C. (Monteil, 1999), tandis que la périphérie du centre urbain est progressivement désertée (Garmy et Monteil, 2000 ; Breuil, 2003). Ainsi, alors qu’une crise économique et/ou démographique est amorcée dès le Ier siècle ap. J.-C., il peut être envisageable que le phénomène de déprise humaine ait aussi bien touché la campagne que la ville. Cette hypothèse a également été évoquée pour un autre site du Languedoc oriental, Lunel-Viel, qui connaît également une régénération de boisements et une certaine déprise agricole aux IIe et IIIe siècles ap. J.-C., comme le montre l’analyse anthracologique (Chabal, 1997), alors que de nombreux sites ruraux sont abandonnés. Ainsi, dans la plaine du Vistre, la reconquête forestière identifiée par les malacofaunes pourrait indiquer une déprise agricole locale impliquant une réorganisation du paysage, tout à fait inhabituelle au niveau régional.

29Cependant, une deuxième hypothèse est envisageable pour expliquer ce paysage en mosaïque : les Gallo-romains ont pu mettre en œuvre une gestion du paysage originale par rapport aux périodes précédentes, dans laquelle des milieux très ouverts étaient dévolus aux pratiques agricoles tandis que des milieux forestiers étaient volontairement conservés et même entretenus. Cette hypothèse est d’autant plus séduisante que les échantillons analysés sont contemporains du maximum de développement de l’importante villa de Saint-André-de-Codols (Pomarèdes et al. 1996) située à proximité de nos sites.

30Enfin, notre analyse mériterait d’être complétée par une analyse anthracologique afin d’identifier la nature des essences présentes dans ces formations forestières antiques.

Remerciements

31Nous remercions l’ensemble des participants au Projet Collectif de Recherche « Espace rural et occupation du sol de la région nîmoise, de la Préhistoire à l’époque moderne », et plus particulièrement son coordinateur Jean-Yves Breuil, ainsi que la géomorphologue et les archéologues avec qui nous avons travaillé sur les sites de la plaine du Vistre, Pascale Chevillot, Anne Hasler, Pierre Séjalon, Laurent Vidal, Luc Jallot et leurs équipes.

Bibliographie

Références bibliographiques

ARGANT J., BARBERAN S., CHEVILLOT P., GRENUT I., MAUFRAS O., PEYRIC D., SELLAMI F., AMANDRY M. ET SAUVAGE. L., 2001 – ZAC de la Gare II à Nîmes (Gard). Le paléochenal de la ZAC de la gare II à Nîmes : apport d’une fouille préventive dans la périphérie nîmoise à la connaissance de l’hydrologie et de l’environnement de plaine du Vistre, Montpellier, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, INRAP.

BREUIL J.-Y. (dir.), 2003 – Espace rural et occupation du sol de la région nîmoise, de la Préhistoire récente à l’époque moderne, Montpellier, Projet Collectif de Recherche, Rapport intermédiaire d’activités scientifiques, SRA Languedoc-Roussillon.

BREUIL J.-Y. (dir.), 2004 – Le site de Bassin Magaille Est à Nîmes (Gard- Occupations du second âge du Fer au IIIe s. ap. J.-C., Montpellier, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, INRAP.

CHABAL L., 1997 – Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive). L’anthracologie, méthode et paléoécologie, Paris, Documents d’Archéologie Française n° 63.

COMPAN M., POMARÈDES H. ET PELLECUER C., 1993 – Nîmes, Gouffre des Bouchers, Formes de l’habitat rural en Gaule Narbonnaise, n° 1, Juan-les-Pins, APDCA.

GARMY P. et MONTEIL M., 2000 – Le quartier antique des Bénédictins à Nîmes (Gard). Découvertes anciennes et fouilles 1966-1992, Paris, Documents d’Archéologie Française n° 81.

GOEURY C., 2000 – GPALWIN for windows 95/98/NT, version 99-0421, Marseille, IMEP.

HARFOUCHE R., POUPET P., 2000 – L’espace agricole de la Préhistoire récente en Moyenne Vistrenque (Nîmes, Gard), Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Troisième session, Toulouse, 1998, Éditions Archives d’Écologie Préhistorique, p. 135-146.

JALLOT L. (dir.), 2005 – Mas de Vignoles IV, à Nîmes (Gard), Montpellier, Document final de synthèse, SRA Languedoc-Roussillon, INRAP.

MAGNIN F., 1991 – Mollusques continentaux et histoire quaternaire des milieux méditerranéens (Sud-Est de la France, Catalogne). Thèse de Doctorat, Université d’Aix-Marseille II.

MAGNIN F. et TATONI T., 1995 – Secondary successions on abandoned cultivation terraces in calcareous Provence. II- The gastropod communities, Acta Oecologica n° 16 (1), p. 89-101.

MAGNIN F. et MARTIN S., 2008 – Grandeur et misère de l’analyse malacologique, ou comment discriminer les facteurs climatiques et anthropiques de l’évolution des paysages holocènes, in : Jacques Elie Brochier, Armelle Guilcher et Mireille Pagni dir., Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Bulletin Archéologique de Provence, Supplément 5, p. 61-73.

MARTIN S. et MAGNIN F., 2002 – Caractérisation des perturbations anthropiques dans la séquence holocène de l’Ubac (Goult, Vaucluse), à partir de la malacofaune, in : Richard H. et Vignot A. (dir.), Équilibres et ruptures dans les écosystèmes depuis 20 000 ans en Europe de l’Ouest, Actes du colloque international de Besançon, septembre 2000, Besançon, Presses Universitaires Franc-Comtoises, p. 205-212.

MARTIN S., 2004 – Caractérisation de l’anthropisation à l’Holocène en Provence et en Languedoc oriental, par les mollusques terrestres, Thèse de Doctorat, Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

MARTIN S. et MAGNIN F., 2006 – Gastéropodes terrestres et anthropisation : peut-on distinguer le signal anthropique du signal climatique à l’Holocène ? Exemples du domaine méditerranéen français, in : Allée Ph. et Lespez R. dir., Actes de la Table Ronde en l’honneur de R. Neboit-Guilhot, L’érosion entre société, climat et paléoenvironnement, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Nature et Sociétés », p. 285-290.

MARTIN S., MAGNIN F. et CHEVILLOT P., 2005 – Mise en évidence des discontinuités spatiales et temporelles dans l’anthropisation de la plaine de la Vistrenque à Nîmes durant l’Holocène, Quaternaire, 16-4, p. 339-352.

MONTEIL M. (dir.), 1993 – Les fouilles de la ZAC des Halles à Nîmes (Gard), Nîmes, Bulletin de l’École Antique de Nîmes, Supplément 1.

MONTEIL M., 1999 – Nîmes antique et sa proche campagne. Étude de topographie urbaine et périurbaine (fin VIe s. av. J.-C./VIe s. ap. J.-C.), Lattes, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne n° 3.

PFENNINGERM., 2002 – Relationship between microspatial population genetic structure and habitat heterogeneity in Pomatias elegans (O.F. Müller 1774) (Caenogastropa, Pomatiasidae), Biological Journal of the Linnean Society, n° 76, p. 565-575.

POMARÈDES H., BARBERAN S., MAUFRAS O. et SAUVAGE L., 1996 – Nîmes, Saint-André-de-Codols, Formes de l’habitat rural en Gaule Narbonnaise n° 3, Juan-les-Pins, APDCA.

THOMAS K. D., 1985 – Land snail in Archaeology : Theory and practice, British Archaeological Reports International Series, n° 266, Symposia of the Association for Environmental Archaeology, n° 5B, , p. 131-156.

VIDAL L., 2000 – Mise en valeur et aménagement des campagnes de la Protohistoire au Moyen Âge dans la France du sud : l’exemple du Languedoc central et oriental, Thèse de doctorat, Université Paul-Valéry.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation des sites étudiés (DAO : PCR Espace rural et occupation du sol de la région nîmois, de la Préhistoire à l’époque moderne, J.-Y. Breuil coordinateur).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 2. Diagramme simplifié des données malacologiques antiques dans la plaine de la Vistrenque à Nîmes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Fig. 3. Représentation spatiale et restitution des conditions paléo-environnementales antiques à partir de malacofaunes actuelles relevée dans les Bouches-du-Rhône.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteurs

Chargé de recherche au CNRS, Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie (IMBE), UMR 7263 CNRS/237 IRD, Aix-Marseille Université, Aix-en-Provence. frederic.magnin@univ-cezanne.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search