Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

4. De l’importance du couvert forestier

De l’ancienneté et de l’immutabilité des massifs forestiers : le cas de la forêt de La Guerche (Ille-et-Vilaine)

Jean-Claude Meuret

Texte intégral

1La forêt de La Guerche, petit massif du Sud-Est de l’Ille-et-Vilaine, constitue une entité assez bien individualisée autant par les données naturelles que par les sources médiévales. Aussi est-elle parfois réputée n’être qu’un vestige du couvert forestier initial, conservée comme d’autres – telles celles de Fougères, Villecartier ou Le Pertre – et depuis longtemps, à l’est de la Bretagne actuelle afin de constituer une frontière végétale la séparant du reste de la France. Cette thèse ancienne des forêts originelles et immuables, supposant une absence d’occupation antérieure, ne serait-elle pas une idée reçue, et, comme telle, peut-elle toujours être admise ? La forêt de La Guerche bénéficie d’une attention archéologique récente susceptible de remettre en cause ce cliché des massifs intangibles hérités des origines. C’est à la lueur des nouvelles données de prospection, de fouille et d’analyse que nous tenterons de mesurer son occupation ancienne, de la comparer aux régions extra-forestières et donc d’évaluer l’époque de sa mise en place. Au-delà d’une étude de cas, c’est plus généralement l’occupation et le statut ancien des forêts que nous souhaitons ainsi questionner.

1. L’état de la question : nature et histoire

2La forêt de La Guerche se situe au sud-est de l’Ille-et-Vilaine (fig. 1), sur la commune de Rannée pour l’essentiel. Il s’agit d’une forêt privée qui s’étend sur 2887 hectares à la limite sud et est de la commune. Elle appartient au même propriétaire, à l’excep tion de deux excroissances, l’une de 83 hectares au sud nommée le Bois-Lambert et située sur la commune de Forges-la-Forêt (Ille-et-Vilaine), l’autre de 93 hectares au Sud-Est, appelée Bois d’Andigné et située sur la commune de Saint-Aignan-sur-Roë (Mayenne).

3La topographie (fig. 2) du massif s’inscrit dans les reliefs peu marqués de l’est de la pénéplaine armoricaine, dans un secteur aux altitudes légèrement plus élevées que les environs, formant un relief tabulaire orienté est-ouest et voisin de 100 m (point culminant à 113 m au nord-ouest). Au Nord-Est, il déborde sur le bassin de Rennes et s’abaisse alors à 73 m, tandis qu’au Sud, il est bordé par le synclinal de Martigné-Ferchaud où coule le Semnon. Aucun cours d’eau important n’y prend sa source et tous les ruisseaux qui en descendent sont peu alimentés et temporaires, de sorte que les vallées y sont peu incisées et les reliefs très peu contrastés.

  • 1 Malheureusement, si sur la feuille de La Guerche qui couvre la moitié nord du massif, ces limons so (...)

4Ces caractères topographiques s’expliquent par des données géologiques (fig. 3) différentes des environs (Trauman, Clément 1997 ; Herrouin, Rebu 1990) ; si la couverture forestière constitue une gêne pour l’observation géologique fine – pour la partie sud on doit se contenter d’une large tache d’altérites indéfinies – on sait cependant que le plateau où se trouve le massif correspond pour sa partie sud à une ligne de direction sud-armoricaine constituée de bandes parallèles de grès armoricains ainsi que de schistes pourpres plus récents et plus durs que les schistes briovériens du bassin de Rennes au nord. Il est à noter que plusieurs secteurs légèrement déprimés du massif sont couverts de limons des plateaux dérivés à la fois d’une alté ration locale et d’un apport éolien1. Cela explique sans doute la qualité de la pousse des chênes dans les secteurs des Quentinières et de la Ligne de Rohan ; leurs qualités agronomiques sont connues et permettent par ailleurs d’écarter l’argument éculé des sols ingrats souvent avancé pour expliquer la présence et l’ancienneté des forêts. La raison d’être du massif doit être cherchée ailleurs que dans les seules données naturelles.

Fig. 1. Les forêts- « frontières » à l’est de la Bretagne.

Fig. 2. Forêt de la Guerche, Rannée (Ile-et-Vilaine). Topographie, hydrographie, toponymie.

Fig. 3. Géologie. Forêts de la Guerche - Rannée (Ile-et-Vilaine).

  • 2 « Moyenne pour La Guerche-de-Bretagne à partir des données de Météo-France de 2000 à 2012, très élo (...)

5Qu’en est-il des données sylvicoles ? Aujourd’hui, la forêt comprend 74 % de feuillus. Parmi eux, le chêne domine nettement (environ 60 %), tandis que le hêtre se fait plus rare (environ 17,5 %), sans doute en raison d’une pluviométrie insuffisante (759 mm)2 ; il en est de même pour le châtaignier (17,5 %). Naturellement, dans les secteurs moins élevés des micro-vallées, se développent des peuplements de trembles et parfois d’aulnes le long des rus temporaires, mais ces espèces sont très minoritaires (5 % au total), la dernière en particulier. Après la seconde guerre mondiale, dans le secteur proche du château qui avait subi les bombardements américains, ainsi qu’à l’est où les feuillus venaient mal, on a procédé à un nivellement mécanique et à la plantation de résineux sur un total de 750 hectares (1/3 en seul pin maritime et 2/3 en peuplement mixte conifères-feuillus). La conséquence de cette opération a été la disparition des vestiges archéologiques terroyés qui pouvaient s’y trouver, ce qui nous prive d’informations sur 26 % de la superficie du massif. Quant à la gestion du massif pour la partie feuillus, elle est conduite en fûtaie à régénération naturelle, avec sous-bois de hêtres, bouleaux, noisetiers, etc., de sorte que le sol n’a guère été modifié depuis des siècles et qu’y subsistent encore nombre de structures anciennes. Pour autant, rares sont les peuplements anciens : l’arbre réputé le plus âgé, le chêne des Quentinières sur la Ligne de Rohan, n’aurait qu’environ 150 ans. Il faut dire qu’au XVIIIe siècle, la forêt fut mise en taillis à rotation de 17 ans pour la production de charbon de bois destiné à alimenter les hauts-fourneaux des environs :

  • celui de Roche, à la lisière sud de la forêt,
  • ceux de Pouancé (Maine-et-Loire) à 14 km au sud-est, qui appartenaient aux mêmes seigneurs,
  • et de manière annexe, celui de Martigné-Ferchaud (Ille-et-Vilaine) à 7 km au sud.

6Ces hauts-fourneaux à bois continuèrent de fonctionner jusque dans les années 1870, et l’on continua à produire du charbon de meules jusque pendant la deuxième guerre mondiale pour alimenter les gazogènes. Il est évident que la relative pauvreté du boisement actuel s’explique par cette exploitation excessive. Il en reste une grande abondance de restes de meules à charbon repérables à leur diamètre d’environ 10 m, à leur légère élévation et à leur végétation différente selon leur ancienneté. On doit aussi relever quelques particularités phytologiques pouvant avoir un rapport avec les données archéologiques : ainsi, autour du village médiéval déserté du Masse, on observe une remarquable concentration de beaux merisiers sur plus de 7 hectares, ainsi qu’un peuplement de frênes totalement absents par ailleurs. Les uns et les autres ont sans doute à voir avec l’ancienneté de la présence humaine dans ce secteur. Au chapitre des plantes basses, le fragon ou petit houx (ruscus aculeatus) se rencontre sur des ferriers médiévaux – dans le bois-d’Andigné, sur la Ligne Anne, Ligne de Ville Neuve – où il bénéficie d’un milieu calcicole et xérophile, mais aussi en quelques autres lieux comme au sud du Bois-Lambert, où l’on ne peut fournir d’explication anthropique à sa présence. Enfin, certains secteurs sont tapissés en abondance de pervenche (vinca minor) : le long du chemin de Brains – chemin médiéval de La Guerche à Brains – ils peuvent dénoter une occupation ancienne, mais le fait est moins certain pour d’autres lieux comme dans le Miaule au nord-est. Enfin, ajoutons que, depuis les années 1990, la forêt de La Guerche a été grillagée dans sa plus grande partie, au centre et à l’ouest, afin d’en faire un enclos d’élevage et de chasse au sanglier.

7Que dit l’histoire de la forêt ? Si le massif de La Guerche n’est pas désigné par le nom de Rannée, commune et paroisse sur laquelle il se trouve pourtant, c’est pour une raison d’histoire et de géographie féodale : le château de La Guerche – Wirchia, Guirchia… – siège de la baronnie du même nom, fut érigé dans le 2e tiers du XIe siècle sur la paroisse de Rannée, dans sa partie nord. Mais comme dans nombre d’autres cas, le massif qui relevait avant tout du seigneur prit le nom du château de ce dernier. Depuis la Révolution, La Guerche a été détachée de Rannée et érigée en paroisse, mais le massif a toujours continué à porter le nom du siège du château, disparu pourtant depuis le XVIIIe siècle. Ce lien toponymique entre la forêt et une châtellenie doit être souligné car il fournit sinon une clef, tout au moins un jalon historique pour comprendre l’apparition, l’individualisation et le maintien de ce massif.

  • 3 Pour les mentions et l’histoire de cette forêt au Moyen Âge central, voir Meuret 1993 a, p. 483-496
  • 4 Jones 1983, actes 561, 562, 572, 591, 734, vol. II.
  • 5 Leguay et Martin 1996, p. 214. À titre de comparaison, un plan d’arpentage levé en 1755 par Foresti (...)

8Comme beaucoup d’autres massifs, la forêt de La Guerche n’apparaît dans les textes qu’à la fin du XIIe siècle. La première mention est relative à la donation d’un droit d’usage faite par Geoffroy II de Pouancé (et La Guerche) pour le four que l’évêque de Rennes détient à Rannée, peu avant 1195. À cela s’ajoutent deux mentions entre 1195 et 1223 sous Guillaume III de La Guerche avec, en 1206, une donation de droit de bois de chauffage et de construction en faveur des chanoines de la collégiale qu’il institue à La Guerche puis, à une date imprécise, une donation semblable en faveur des moines de Fontaine-Harouys qu’il installe au cœur de la forêt même3. Comme toutes les autres mentions de cet ordre, celles-ci démontrent que la forêt relève juridiquement du seul seigneur châtelain et que celui-ci encadre sévèrement les droits d’usage, ne les réservant qu’aux rares établissements religieux qu’il entend privilégier. Cela ne signifie évidemment pas que la forêt n’a existé qu’à partir de cette époque, mais seulement que les textes antérieurs sont très rares et qu’au XIIe siècle, le climat d’expansion démographique et agraire entraîne une pression croissante sur les massifs forestiers. À la fin du XIVe siècle, la châtellenie passe dans le domaine ducal et, en 1385, sous le duc Jean IV. Il est fait mention des segréiers, forestiers et garde-chasse des forêts de La Guerche ; en 1386, le même Jean IV donne ordre de se faire porter à Nantes 200 connins (lapins) de ses garennes, qui ne sont peut-être pas forestières, puis des éperviers et jardres de la forêt ; en 1389, il confirme au prieur de Saint-Nicolas de La Guerche ses droits de panage et de prélèvement de bois d’œuvre dans la forêt4. En 1385, celle-ci reçoit 3485 porcs – pour le panage d’automne – ceux du seigneur et ceux des établissements religieux privilégiés ; on sait même qu’en 1423, elle s’étend sur 5917 journaux5 : c’est à peu de choses près sa superficie du XVIIIe siècle et celle d’aujourd’hui. Il est donc clair qu’au Moyen Âge central, époque à laquelle apparaissent les mentions, le massif de La Guerche est une forêt au sens plein du terme, qui relève exclusivement de la seigneurie châtelaine du lieu du point de vue juridique, et que son étendue est définitivement stabilisée.

9À la fin du XIXe siècle, La Borderie défendit la thèse d’une Bretagne bien distincte du reste du territoire français, et pour cela appela les forêts à la rescousse. Ainsi, il affirmait qu’existait une immense forêt centrale, celle de Brécilien, mais aussi à l’est un ensemble de massifs comme ceux d’Araize, La Guerche, Le Pertre, Fougères et Villecartier, dans lesquelles il voyait des frontières naturelles remontant au moins aux derniers siècles avant l’ère chrétienne (fig. 1) ; celles-ci auraient été maintenues par les Redons aux limites de leur territoire comme « un épais rideau de bois », voire « une muraille de Chine verdoyante » (La Borderie, Pocquet 1889, I, p. 45, 48, 64 et 65).

10Mais à l’époque de La Borderie, que savait-on de l’occupation du sol et de l’agriculture à La Tène et pendant l’Antiquité ? Au travers de l’exemple de la forêt de La Guerche, c’est cette thèse pour le moins hâtive et simpliste d’une forêt attestée au Moyen Âge central et à qui l’on attribue pour cela, mais sans raison objective, les origines les plus anciennes, que nous voulons critiquer.

2. Les données de l’archéologie

2.1. D’importants vestiges de La Tène au Moyen Âge

  • 6 Pour le mégalithisme et l’occupation néolithique de cette région de marche, voir Meuret 1993 a, p.  (...)

11On ne connaît pour l’instant aucune trace d’occupation néolithique, ni bien sûr antérieure dans ce massif : aucune découverte de mobilier lithique, aucune structure qui puisse s’y rapporter telles de grandes enceintes à fossés interrompus, des tertres funéraires bas, ou des mégalithes, structures connues en Haute-Bretagne autant in situ qu’en prospection aérienne. À titre de comparaison, on doit citer aux environs un certain nombre de menhirs et même un remarquable dolmen angevin à portique avec la Roche-aux-Fées ; rien de cela dans la massif même, alors que les ressources lithiques existent6.

  • 7 Pour les dépôts de l’âge du Bronze de cette même région de marche, les références et les cartes de (...)
  • 8 Information de Yves Ménez, dont je le remercie, à propos d’un petit habitat enclos avec souterrain (...)
  • 9 Pour les plans de ces enceintes, voir Meuret 1993 a, p. 105- 161.
  • 10 C’est ce que démontrent nombre de fouilles faites dans la région (Leroux et al. 1999). La plus réce (...)
  • 11 Fouille INRAP menée à l’automne 2004 par A.-L. Hamon (INRAP) que je remrecie pour ses informations.
  • 12 L’enceinte de la Ville d’Eu que nous avons fouillée à Sainte-Colombe (Ille-et-Vilaine) eut sans dou (...)
  • 13 Nous avons la preuve que de tels tumuli ont pu être très précocément arasés à 15 km au nord-ouest, (...)
  • 14 Prospections du CeRAPAR, sous la direction de André Corre.
  • 15 Archéologie en Bretagne, n° 36, p. 68 et n° 39, p. 7-11.

12C’est avec l’âge du Bronze (fig. 4) que l’on commence à avoir quelques informations sur l’occupation, sous la forme d’objets isolés ou de dépôts découverts sans contexte. Ces trouvailles s’échelonnent du Bronze moyen au Bronze final ; dans le premier cas, il s’agit de haches à talon de type armoricain ou de bracelets de type Bignan, dans le second cas, de dépôts comprenant des fragments d’épées. L’examen de la carte montre une concentration exclusive dans la moitié est de la forêt, mais cela probablement pour des raisons d’accessibilité. Quoi qu’il en soit, la densité des « dépôts » est tout aussi importante, voire plus, que dans le reste de cette région de marche, justement caractérisée par la présence de nombreux dépôts du Bronze moyen final comme par exemple à Moutiers, Domalain, etc.7 La nouveauté tient dans la présence de dépôts du Bronze final. Cependant, et bien que ce ne soit pas ici le sujet, il faut dire qu’on ne sait trop comment interpréter ces dépôts en termes d’occupation puisque, si on y voyait naguère des caches de fondeurs, on avance aussi l’hypothèse de dépôts votifs, parfois peut-être en lien avec des limites territoriales, ou plus prosaïquement des caches témoignant de la faillite du bronze face à l’arrivée du fer. Il est donc difficile, en présence de découvertes sans contexte et en l’absence de structures d’habitat fouillées, d’évaluer le statut exact et le degré d’occupation du territoire de cette forêt à l’âge du Bronze. Mais ces traces nous amènent à la fin du Hallstatt, puisque l’on sait maintenant de mieux en mieux que les productions du Bronze final telles les haches à douille ont pu coexister avec des productions céramiques du Hallstatt D8. C’est le second âge du Fer et, dans une moindre mesure, l’Antiquité qui se signalent de la manière la plus visible dans cette forêt. En particulier sous la forme d’enceintes de terre (fig. 5) dont les talus et fossés sont conservés en élévation avec une amplitude qui va de 1 m à 2,20 m9. Au total, ce sont aujourd’hui 23 enceintes qui sont connues, dont 20 ont été relevées ; parmi elles, trois situées en lisière sont de type annulaire et se rattachent très certainement au Moyen Âge central ou final ; les 20 autres présentent des plans quadrangulaires, le plus souvent irréguliers pour une superficie qui va de 25000 m2 (Ligne Anne) à 1000 m2 pour quatre des plus petites. La majorité se situe dans une fourchette de 1500 m2 à 9000 m2, soit des superficies tout à fait compatibles avec une fonction d’habitat10. Il est à noter que, contrairement à ce que livre la photographie aérienne, les cas de superposition de fossés sont quasiment absents et qu’au contraire, les enceintes présentent des plans simples : on peut sans hésiter interpréter cette absence par le fait que d’avion on observe des phases apparemment contemporaines mais en réalité cumulées et donc plus ou moins éloignées dans le temps, tandis qu’en forêt, le couvert végétal a le plus souvent figé un état final de l’habitat correspondant à une contraction ou à une extension, et qui nous cache des états antérieurs arasés. Se pose évidemment le problème de leur chronologie : une seule a bénéficié de fouilles, celle de la Ligne Anne, et l’on a pu y mettre en évidence trois phases de talus successifs correspondant pour la phase 2 à un établissement aristocratique de La Tène moyenne à finale (fig. 7 – pl. 1). Trois autres enceintes ont été sondées, celle de la Ligne de Rohan qui s’est révélée dater du haut Moyen Age, celle de la Petite Grange ne livrant que très peu de mobilier, mais sans doute lui aussi du haut Moyen Âge, et la petite enceinte de Belle-Étoile ne livrant rien. Enfin, l’enceinte du Masse a produit en prospection les signes d’une occupation d’habitat allant de l’Antiquité (tegulae et céramique) au Moyen Âge central (motte et village déserté du XIIIe s.), en passant par une occupation funéraire du très haut Moyen Âge (coffres de schiste et fibule). Ces données corroborent ce que les fouilles menées en Haute-Bretagne démontrent, à savoir qu’une forte majorité de sites enclos furent fondés au second âge du Fer et souvent – mais pas toujours – ensuite occupés pendant le Haut-Empire, et que certains se rattachent au haut Moyen Âge. Les formes irrégulières de ces enceintes nous incitent à penser que la majorité d’entre elles remontent à La Tène, et un certain nombre au haut Moyen Âge. Pour certains petits enclos quadrangulaires, on ne possède pas la preuve qu’ils aient une fonction funéraire ; elle est cependant probable en raison de leur ressemblance avec deux sites semblables fouillés dans la région, hors forêt, à Sainte-Colombe (Meuret 2003 b) et à Corps-Nuds11. Il est à noter que, dans ces deux cas, leur utilisation se place au Hallstatt ou au tout début de La Tène12. Cela nous amène à penser que la simple prospection pédestre en forêt, tout comme la prospection aérienne, se montrent pour l’instant aptes à fournir des sites funéraires de cette époque, mais incapables de livrer les restes d’habitat contemporains. Ajoutons qu’aucun tumulus circulaire attribuable au Bronze et au Hallstatt n’a été repéré. Ceci constitue selon nous un argument de plus pour situer la grande vague d’occupation du secteur de l’actuelle forêt à la fin du Hallstatt et surtout à La Tène, période à laquelle les cultures et l’élevage amenèrent le nivellement de ces éventuelles structures13. A contrario, on doit citer le cas de la forêt de Rennes (Liffré, Ille-et-Vilaine) où plus de vingt de ces tumuli ont été repérés14, souvent par groupes de trois ou six. C’est là, pensons-nous, le signe que cette forêt connut à La Tène une pression agraire et pastorale beaucoup moins forte que celle de La Guerche. Autres preuves de l’occupation gauloise de cette dernière, plusieurs découvertes monétaires doivent être citées : dépôt de statères namnètes de l’enceinte de la Ligne Anne15, statère cénoman du même site (Meuret 1993 a, p. 157), dépôt de statères namnètes déclaré à la Petite Grange, quart de statère riedone, quart de statère vénète, etc. (fig. 6). Ces monnaies témoignent d’une présence gauloise sur ce territoire pour les deux derniers siècles av. J.-C.

Fig. 4. Dépôts de l’âge du Bronze, Forêt de La Guerche.

Fig. 5. Les enceintes de la Forêt de la Guerche.

Fig. 6. Monnaies gauloises, Forêt de la Guerche.

Fig. 7. Le complexe gaulois et gallo-romain de la ligne Anne, Forêt de La Guerche.

13L’Antiquité (fig. 8) est encore visible dans le massif sous la forme de la voie romaine Angers-Rennes conservée en élévation sur toute la traversée entre Brains et Rannée, soit sur 1,6 km (pl. 1). Au point où elle franchit un petit cours d’eau temporaire, se développa un ensemble de cinq ou six habitations qui n’ont pas été fouillées, mais qui ne semblent pas avoir été construites en dur, à l’exception des toits ; il s’agit à l’évidence d’une mutatio installée à 6 lieues de ses semblables, Visseiche et Saint-Saturnin-du-Limet. Nous y avons relevé des fragments de tuiles, quelques tessons de céramique commune et un fragment de Drag 37 du IIes. À 400 m au sud, nous avons observé dans des coupes de fossés la présence de deux autres sites à tegulae dont un avec des tessons de la Tène finale. Ajoutons encore que l’enclos de la Ligne Anne a été habité aux Ier et IIe s. ap., que celui de la Ligne de Rohan a fourni quelques tegulae et que celui du Masse en a livré en abondance, ainsi que de la céramique commune gallo-romaine. Il est évident que la connaissance que nous avons de l’occupation gallo-romaine dans le massif est largement sous-estimée, car les habitats ouverts ne sont pas visibles sous le couvert forestier, sauf hasard de quelques tranchées ou fossés.

14Pour ce qui est du haut Moyen Âge, il est représenté d’abord par l’enclos de la Ligne de Rohan qui sera détaillé plus loin, sans doute celui de la Petite

Planche 1

Photo 1. Voie romaine Angers - Rennes fossilisée dans la forêt .

(Cl.G. Leroux)

Photo 2. Parcelle des Loiries - Retiers (Ille-et-Vilaine) gagnée par la forêt en 20 ans .

(cl. J.-C. Meuret)

Photo 3. Enceinte annulaire de la Guigne-en-Bois: le taillis du M’na. Corne N. -O. de la forêt

(Cl. J.-C. Meuret.)

Photo 4. Marécage du Masse avec sa motte et dans un enclos.

(Cl. J.-C. Meuret)

Fig. 8. Forêt de La Guerche, sites gallo-romains.

Fig. 9. Forêt de La Guerche, Sites du haut Moyen Âge.

  • 16 MEURET 1993a, p. 561-565. L’examen de la carte de la forêt levée en 1755 (Archives nationales, N I, (...)

15Grange (Meuret 1993 b), et par celui du Masse qui a livré des tombes en coffres de schiste et une fibule ansée symétrique (fig. 9). Du Moyen Âge central nous connaissons l’enclos antique du Masse (fig. 10 et pl. 1) réemployé pour protéger un village et une motte installée au centre dans un marécage. Nous y voyons le site initial de la paroisse voisine de Forges-la-Forêt qui se serait déplacé plus au sud, hors forêt, aux XIVe ou XVe siècles (Meuret 1993 a, p. 342-347). C’est le seul site connu d’habitat pour cette époque et cela semble bien démontrer qu’alors le massif était réellement une forêt seigneuriale. Enfin, on peut sans risque attribuer au Moyen Âge final – XIIIe-XVe siècles – les trois enclos annulaires qui se trouvent en lisière nord à La Guigne-en-Bois (pl. 1) et à Maubusson16, leur ressemblance avec le site chevaleresque que nous venons de fouiller à La Montagne en Visseiche (Meuret 2003 a) ou avec les enclos annulaires accolés du bourg de Drouges est évident : il s’agit de manoirs de petits chevaliers ou de forestarii comme on en connaît dans les textes de l’époque. Ce ne sont que des sites périphériques et ils ne font que confirmer le plein statut forestier de la forêt à cette époque.

2.2. Les enseignements d’un silo (pl. 2)

  • 17 M. Fontugne, Centre des faibles radioactivités, C.N.R.S.6 – C.E.A., Gif-sur-Yvette. Echantillons Gi (...)

16En 1990-91, nous avons fouillé sur l’enceinte gauloise de la Ligne Anne, une structure particulièrement intéressante et qui, en elle-même, suffit à poser le problème de l’existence ancienne du massif. Il s’agit d’une structure excavée en forme de cloche, d’une profondeur de 3,50 m sous le sol actuel et dont le volume initial se situait entre 12 et 15 m3. Sa fouille montra un comblement détritique d’origine domestique dans lequel se trouvaient avant tout des rejets de foyers comprenant cendres, fragments de foyers, tessons de céramique, cailloux brûlés, clayonnages et restes d’ossements animaux conservés ici malgré l’acidité du sol armoricain, à la faveur d’un PH relevé par la présence des cendres. La céramique suggère pour le comblement une datation à La Tène finale (IIe et Ier s. av. J.-C.), chronologie partiellement confirmée par deux datations 14C, l’une donnant la fourchette - 399 à -204, l’autre 375 à -98 (dates calibrées)17, soit plutôt La Tène moyenne. Rien n’était conservé de sa fonction originelle, sauf, au fond, un morceau de planche et un grain mal préservés, à la faveur de l’humidité. Cependant, la comparaison de cette structure avec d’autres de la même époque bien connues en Champagne, en Picardie ou en Grande-Bretagne, dans des régions crayeuses, ne laisse aucun doute : il s’agit bien d’un silo excavé destiné originellement à la conservation souterraine, et en espace confiné, des céréales. Des expérimentations ont d’ailleurs été menées aussi bien en France qu’en Grande-Bretagne qui démontrent les excellentes facultés de conservation de ces structures, bien supérieures à celles des greniers aériens que l’on connaît pour la même époque. L’intérêt d’une découverte de cette taille, unique à ce jour en Bretagne, tient dans le fait qu’elle démontre pour l’établissement – sans doute aristocratique – de la Ligne Anne une forte capacité de stockage et sans doute de production. Sachant que, pour bien fonctionner en milieu anaérobie, un tel silo doit être rempli entièrement et scellé, cela implique que l’on ait pu disposer après la récolte de 12 m3 de blé, soit environ 9 tonnes. Les rendements de l’époque de La Tène étant estimés entre 0,5 et 2 tonnes à l’hectare, cela suppose une surface emblavée de 18 à 4,5 ha. Ce qui n’est pas négligeable, d’autant qu’il est fort possible que, comme souvent ailleurs, ce silo n’ait pas été unique mais qu’il ait fonctionné en batterie. D’autre part, on peut aussi poser l’hypothèse avancée par P. J. Reynolds que le contenu n’était pas été destiné à la consommation mais à la semence. Dans ce cas, comme la récolte était de 5 à 20 grains récoltés pour un semé, cela amène à supposer une récolte de 45 à 180 tonnes, soit une surface emblavée se plaçant entre 22,5 et 360 ha. Bien sûr, en raison du statut sans doute aristocratique du site, on peut objecter que les blés stockés n’étaient pas directement produits par le détenteur du site lui-même, mais peut-être par des dépendants, dans des fermes secondaires ; et dans ce cas, les champs peuvent ne pas s’être trouvés immédiatement auprès de l’enceinte. Mais comme celle-ci se trouve au cœur de la forêt actuelle, il y aurait dans ce cas de fortes chances pour que les champs en question se fussent trouvés sur le territoire de cette dernière. Même en ne retenant que les hypothèses minimales, on est au moins obligé de penser que, si massif il y avait, celui-ci était pour le moins mité. Il faut en effet ajouter, à la révélation de ces cultures, le fait que cet établissement pratiquait aussi l’élevage ; c’est ce qu’ont démontré les ossements découverts dans le silo et étudiés par P. Méniel, ossements essentiellement domestiques et de petite taille, de porcs (86 %), bœufs (7 %), moutons et chèvres (7 %). Leur nombre est trop faible pour proposer des quantifications de superficie pâturée ; cependant, leur présence implique des étendues vouées au pacage, au moins pour bœufs, moutons et chèvres, donc des espaces autres que la forêt dense.

Planche 2

Photo 1. Dans la grande enceinte gauloise de ligne Anne en 1991

(Cl. J.-C. Meuret)

Photo 2. Silo de la Ligne Anne à moitié fouillé - 1991 .

(Cl. J.-C. Meuret)

Photo 3. Statère cénoman- Fouille Ligne Anne 1992.

(Cl. C. Lambert)

2.3. Les leçons de l’anthracologie

17Concernant ce massif, on bénéficie de deux ensembles de données paléo-environnementales. Le premier se rapporte aux fouilles de la Ligne Anne. Les charbons prélevés dans le remplissage du silo et datés de la fin de La Tène moyenne, début La Tène finale, ont été étudiés par D. Marguerie ; il en ressort que l’on a alors brûlé un peu de frêne, essence de lumière, du peuplier et de l’aulne, qui poussent en zones humides, mais aussi du hêtre et surtout du chêne à croissance lente et de grosse section, donc prélevé en milieu forestier. On pourrait alors conclure que l’établissement gaulois se trouvait dans un massif forestier. Mais à cela, on peut opposer trois arguments : les présences de l’aulne et du peuplier prouvent que l’on a prélevé des bois loin du site car le plus proche cours d’eau actuel et qui ne coule que quelques semaines par an, se trouve à près de 2 km à l’est ; le silo d’où proviennent les charbons n’a fonctionné que dans la phase première du site, à la Tène moyenne, sans doute dans une phase pionnière où la forêt commençait à subir les attaques agraires et pastorales ; enfin un massif forestier compact peut fort bien avoir été exploité à quelque distance, en particulier vers Brains et La Roë où nous avons signalé la quasi-absence de sites repérés d’avion. En même temps furent faits des prélèvements de sols fossilisés sous les talus de l’enceinte gauloise et A. Gebhardt procéda sur ces échantilllons à une étude micromorphologique. Elle conclut que ces sols antérieurs à l’établissement gaulois ne montraient ni traces de culture, ni d’essartage, ni d’érosion des sols et correspondaient sans doute à d’anciens sols forestiers. C’est donc un argument de plus pour envisager l’existence d’une forêt qui n’aurait été conquise qu’à La Tène. Notons enfin, pour mémoire, que des essais d’analyses palynologiques sur divers prélèvements du site ont été réalisés par D. Marguerie, mais se sont toujours montrés infructueux. Ces données partielles mais cumulées amènent à penser que le site de la Ligne Anne s’est installé dans un milieu forestier, qu’au début de la vie du site, vers La Tène moyenne, des massifs pouvaient encore exister à quelque distance, et que c’est donc au détriment de la forêt que se sont mises en place et développées les exploitations protohistoriques et antiques dont témoignent bon nombre d’enceintes aujourd’hui conservées sous le couvert végétal.

Fig. 10. Forêt de La Guerche, Rannée (Ile-et-Vilaine), Le village abandonné du Masse.

18Le second ensemble concerne une opération de sondages suivie d’analyses sur une enceinte que nous avons sondée en 1993 sur la Ligne de Rohan et fournit cette fois-ci des informations sur le déclin des pratiques agro-pastorales, et sur la réapparition de la forêt au début du haut Moyen Âge. L’enceinte principale, de forme quadrangulaire, mesure 5600 m2 si l’on compte les talus et fossés. Ceux-ci atteignent une amplitude verticale de 1,80 m, et sont interrompus par deux entrées ; contre cette enceinte s’en greffe une autre de seulement 3800 m2, aux talus-fossés moins élevés et moins bien conservés – seulement 0,60 m d’amplitude – et, pour cette saison, sans doute plus ancienne. L’opération porta essentiellement sur l’enceinte principale, avec une coupe nord-sud, trois coupes dans les talus et fossés, et deux sondages, dans l’angle nord-ouest et dans l’angle sud-ouest. La grande coupe et la coupe de la seconde enceinte ne livrèrent aucun matériel datant. En revanche, le sondage du fossé est et celui de l’angle intérieur nord-ouest, livrèrent un tout petit lot de céramique datable essentiellement du haut Moyen Âge – sans plus de précision possible – dans lequel un tesson sombre à pâte grise caractéristique décoré à la molette. Il est à noter aussi la présence des restes arasés d’un four qui livra quelques tegulae en réemploi et des fragments de creuset de verrier. Dans ce four, que la céramique date du haut Moyen Âge, furent prélevés des charbons de bois qu’analysa D. Marguerie et dont voici le tableau :

  • 18 Cadastre de Retiers (Ille-et-Vilaine) 1983, parcelle ZP 162. Superficie 5 ha 61a 20 ca. La parcelle (...)

19Les résultats indiquent une majorité de deux tiers de bois provenant d’arbustes tels les pomoïdés sauvages, le genêt, les papillionacées, le noisetier et le prunus, autant d’espèces de reconquête provenant d’un milieu héliophile, encore ouvert, mais en cours de fermeture naturelle, et où les chênes et surtout le hêtre sont quasiment absents. Il s’agit d’ailleurs à 80 % de bois à forte courbure, donc de petite section. Sauf prélèvement sélectif pour un usage particulier, on doit donc conclure à la présence d’un paysage secondaire de reconquête de type lande ou taillis, caractérisé par un cortège végétal pré-forestier, tel qu’il s’en développe sur des terres abandonnées par l’agriculture et l’élevage. Ces données tranchent totalement avec la situation actuelle du site, au centre de la forêt, au cœur de la futaie de chênes. Autant que les charbons d’un four peuvent refléter l’environnement de son époque, il semble qu’au début du Moyen Âge, l’espace occupé par l’actuelle forêt n’était plus cultivé et qu’il était – au moins pour partie- laissé inculte, annonçant la mise en place d’un vrai massif forestier. À quel rythme peut s’être faite cette reconquête de l’espace par la forêt ? Pour répondre précisément à cette question, nous pouvons citer un remarquable et très récent exemple qui a valeur d’expérience archéologique : il s’agit d’une parcelle située à 7 km à l’ouest, sur la commune de Retiers, qui, à l’occasion du remembrement de 1980, donna lieu à contestation et est pour cela restée inculte. C’était une bonne terre de culture, d’ailleurs nommée « la Champagne », sur un substrat proche de celui de la forêt de La Guerche et en peu de temps, elle fut gagnée par des saules, des ronces, puis des bouleaux et des chênes ; aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, c’est un véritable bois où dominent des chênes de plus de 8 m de hauteur (pl. 1). On a donc ici la preuve qu’en un quart de siècle, soit en moins d’une génération, une terre livrée à elle même peut voir la forêt se réinstaller naturellement18.

Fig. 11. Enclos et enceintes sur la marche Bretagne – Anjou, prospection aérienne et pédestre.

2.4. La carte des enclos intra et extra-forestiers (fig. 11)

  • 19 Nous pensons en particulier aux enclos circulaires, restes de tumuli, qui se voient non loin de là (...)

20Pour mieux évaluer la densité et la nature de l’occupation ancienne du massif, et comprendre sa nature, nous avons aussi jugé utile et nécessaire de comparer la carte de répartition de ces enclos à celle des zones voisines extra-forestières où les sites ne sont pas conservés en élévation mais où nous disposons des données de la prospection aérienne accumulées chaque année, depuis 1989, par Gilles Leroux. Ce type de comparaison ne peut être récusé dans la mesure où les enclos conservés sous le couvert forestier sont exactement de même nature, de même forme et des mêmes époques qu’une bonne part de ceux du plat pays dont les traces de fossés sont repérées d’avion. Il peut s’agir dans les deux cas d’habitats, de lieux d’inhumation ou de culte délimités par des fossés dont la chronologie s’étale du Bronze au Moyen Âge avec un maximum à La Tène et pendant l’Antiquité. Ici, la comparaison est particulièrement éclairante dans la mesure où la densité intra-forestière, avec 23 enclos, ne diffère en rien de celle des communes voisines à l’ouest et au nord-ouest, comme Drouges, Retiers, Moussé, Rannée… ou au nord-est comme Fontaine-Couverte, Ballots… avec lesquelles on observe donc une continuité dans l’occupation ancienne. Elle pourrait même être supérieure pour trois raisons : d’une part, parce que tout récemment, nous avons pu visiter et établir les plans de deux nouvelles enceintes inédites (fig. 12 et 13), trois autres restant à relever, et qu’il pourrait encore s’en découvrir quelques autres ; d’autre part, parce qu’il y a 50 ans, un quart de la forêt - 750 ha - a été dessouché mécaniquement puis enrésiné, détruisant là les vestiges en élévation ; enfin parce qu’on a vu que la forêt ne présente aucun type de vestige antérieur à la fin du Hallstatt, pour la raison qu’elle nous semble avoir été mise en culture à La Tène : or ce type de site apparaît hors forêt en prospection aérienne ou dans certaines forêts plus « anciennes » en prospection pédestre19. Ces trois paramètres autorisent à redresser le nombre initial d’enceintes contenu dans la forêt et à le relever au minimum à 30. Or sur les communes voisines, il n’a jamais été question d’émettre l’hypothèse d’une occupation forestière ancienne. Observons au contraire, à l’est, sur les communes de Brains, La Rouaudière et La Roë, aujourd’hui dépourvues de forêts, une absence quasi totale d’enclos repérés d’avion. Or, pour ces communes, et en particulier celle de La Roë, les données historiques indiquent qu’au XIe siècle se trouvait là une forêt massive, relevant de la châtellenie de Craon, qui fut donnée à Robert d’Arbrissel en 1096 et que ses successeurs défrichèrent complètement au XIIe siècle. On arrive donc à cette étonnante conclusion d’une inversion totale du paysage, la forêt de La Guerche, espace occupé, cultivé et pâturé pendant la Protohistoire et l’Antiquité devenant un massif compact au cours du haut Moyen Âge, puis une forêt châtelaine au XIe s., et le secteur voisin de La Roë et Brains, probable forêt primitive sans occupation ancienne, relevant du baron de Craon au XIe s., et devenant un territoire totalement voué à l’agriculture au XIIe s.

Fig. 12. Enceinte proche de La Feutelle, Forêt de La Guerche – Rannée (Ille-et-Vilaine).

Conclusion

  • 20 Pour les origines et les débuts de la seigneurie de La Guerche : Meuret 1993c.

21Au terme de l’étude de la forêt de La Guerche, il nous semble impossible de ne pas remettre en cause l’idée reçue de son ancienneté. Tous les éléments archéologiques actuellement disponibles constituent un faisceau d’indices suffisamment solide pour proposer le schéma chronologique suivant : jusque vers la fin du Hallstatt, sur l’espace forestier actuel pourrait avoir existé un massif, peut-être faiblement occupé ; il se prolongeait loin vers l’est sur les territoires de Brains, La Roë, et jusqu’à l’actuelle forêt de Craon. À ce moment, et surtout à La Tène moyenne, ce massif aurait connu une forte mise en valeur agraire et pastorale, au moins sous la forme d’établissements enclos encore visibles aujourd’hui. On ne peut assurer que la forêt était totalement absente, mais il existait indiscutablement de grands espaces cultivés et pâturés. Cette occupation s’est prolongée pendant l’Antiquité et jusqu’au début du haut Moyen Âge, période à laquelle semble avoir eu lieu une forte déprise agraire et pastorale. C’est donc à ce moment que se serait constitué le massif actuel, toujours relié à la forêt de Craon. On ne dispose d’aucun texte qui permette de comprendre le statut politique et juridique de cet espace à cette époque. On peut seulement constater qu’un peu plus tard, au XIe siècle, la paroisse de Rannée est détenue par les évêques de Rennes d’où est directement issue la famille seigneuriale de La Guerche20. Peut-on conclure à partir de là qu’il s’agissait là de biens publics constitués pendant le haut Moyen Âge, puis légués à la puissance religieuse ou accaparés par celle-ci ? Ce n’est qu’une hypothèse, mais dans ce cas, on pourrait alors être en présence d’une véritable foresta au sens juridique et originel du terme, à savoir un territoire soustrait à l’usage commun par la puissance publique carolingienne afin d’en faire un espace sylvestre privatif voué en particulier à la chasse (Petit-Dutaillis, 1915). Ce n’est en tout cas qu’au XIIe siècle que la massif acquiert ses contours actuels, tant à cause des défrichements qui, à l’est, l’isolent de la forêt de Craon, qu’à cause de son statut privilégié de forêt châtelaine.

Fig. 13. Enceinte proche de La Guigne-en-Bois, Forêt de La Guerche – Rannée (Ille-et-Vilaine).

22La forêt de La Guerche a donc peu à voir avec un mythique massif originel et on doit au contraire y voir une création médiévale dans laquelle l’énergie de la nature pesa certainement moins que la volonté et le pouvoir des hommes. Il y a là, nous semble-t-il, matière à réflexion sur l’ancienneté de bien d’autres forêts.

Bibliographie

Références bibliographiques

HERROUIN Y., RABU D., 1990 - Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Châteaubriant (389). Orléans : BRGM. Notice explicative par Y. Herrouin, D. Rabu, et coll., 51 p.

JONES M., 1983 – Recueil des actes de Jean IV, duc de Bretagne, Klincksieck, Paris, 1983.

LA BORDERIE A. L. de, POCQUET B., 1889 – Histoire de la Bretagne, Plihon et Hervé, Picard.

LEGUAY J.-P. et MARTIN H., 1996 – Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Ouest-France université.

LEROUX G., GAUTIER M., MEURET J.-Cl., NAAS P., 1999 – Enclos gaulois et gallo-romains en Armorique, Documents Archéologiques de l’Ouest, 335 p.

MEURET J.-Cl., 1993a – Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne, des origines au Moyen Âge, Société d’Archéologie et d’Histoire de la Mayenne.

MEURET J.-Cl., 1993b – Petite Grange et Ligne de Rohan, Forêt e La Guerche, Rannée (Ille-et-Vilaine), Rapport de fouille programmée, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 22 p., 32 fig.

MEURET J.-Cl., 1993c – Le poids des familles seigneuriales aux confins de l’Anjou et de la Bretagne : Martigné, Pouancé, La Guerche, Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. LXX, p. 89-129.

MEURET J.-Cl., 2003a – La Montagne, Visseiche (Ille-et-Vilaine), août 2003, DFS de fouille programmée, Service Régional de l’Archéologie de Bretagne, 36 p., 43 fig.

MEURET J.-Cl., 2003b – De l’avion au terrain : les données et problèmes de la recherche sur les enclos aux marges de la Bretagne, in : MANDY B. et SAULCE A. de (dir.), Les marges de l’Armorique à l’âge du Fer. Archéologie et histoire : culture métérielle et sources écrites, Actes du XXIIIe colloque de l’AFEAF, p. 30-36.

PETIT-DUTAILLIS Ch., 1915 – De la signification du mot forêt à l’époque franque. Examen critique d’une théorie allemande sur la transition de la propriété collective à la propriété privée, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. 76, p. 132-133.

TRAUTMAN F., CLEMENT J.-P., 1997 – Carte géologique de la France (1/50 000), feuille La Guerche-de-Bretagne (354). Orléans : BRGM. Notice explicative par F. Trautman, A. Carn, 65 p.

Notes

1 Malheureusement, si sur la feuille de La Guerche qui couvre la moitié nord du massif, ces limons sont bien cartographiés, ce n’est pas le cas pour celle de Châteaubriant.

2 « Moyenne pour La Guerche-de-Bretagne à partir des données de Météo-France de 2000 à 2012, très éloignée des 1254 mm à Brest et proche des 690 mm à Angers, ville voisine, parmi les plus faiblement arrosées de France ».

3 Pour les mentions et l’histoire de cette forêt au Moyen Âge central, voir Meuret 1993 a, p. 483-496.

4 Jones 1983, actes 561, 562, 572, 591, 734, vol. II.

5 Leguay et Martin 1996, p. 214. À titre de comparaison, un plan d’arpentage levé en 1755 par Forestier, lui donne une superficie totale de 6053 journaux, y compris « les noés, vagues, landreaux, prées, coulées et mortiers » (Archives nationales, N I, Ille-et-Vilaine, n° 1).

6 Pour le mégalithisme et l’occupation néolithique de cette région de marche, voir Meuret 1993 a, p. 39-85.

7 Pour les dépôts de l’âge du Bronze de cette même région de marche, les références et les cartes de répartition, voir Meuret 1993 a, p. 87-104.

8 Information de Yves Ménez, dont je le remercie, à propos d’un petit habitat enclos avec souterrain du Hallstatt final qu’il a fouillé tout récemment à Quimper.

9 Pour les plans de ces enceintes, voir Meuret 1993 a, p. 105- 161.

10 C’est ce que démontrent nombre de fouilles faites dans la région (Leroux et al. 1999). La plus récente étant à Corps-Nuds – Ille-et-Vilaine), un enclos habité à La Tène moyenne dont les fossés délimitaient une superficie de l’ordre de 900 m2 (fouille A.-L. Hamon, 2005).

11 Fouille INRAP menée à l’automne 2004 par A.-L. Hamon (INRAP) que je remrecie pour ses informations.

12 L’enceinte de la Ville d’Eu que nous avons fouillée à Sainte-Colombe (Ille-et-Vilaine) eut sans doute cette fonction. Celle de Corps-Nuds (Ille-et-Vilaine) fouillée par l’INRAP (A.-L. Hamon) aussi.

13 Nous avons la preuve que de tels tumuli ont pu être très précocément arasés à 15 km au nord-ouest, à La Montagne, commune de Visseiche (Ille-et-Vilaine). Là, sur un site que nous fouillons depuis 2003, nous avons la preuve qu’un fossé d’une ferme de La Tène a coupé un des trois tumuli repérés d’avion.

14 Prospections du CeRAPAR, sous la direction de André Corre.

15 Archéologie en Bretagne, n° 36, p. 68 et n° 39, p. 7-11.

16 MEURET 1993a, p. 561-565. L’examen de la carte de la forêt levée en 1755 (Archives nationales, N I, Ille-et-Vilaine, n° 1), nous a permis d’en localiser une quatrième localisée près de celle de la Guigne-en-Bois, aujourd’hui disparue, mais que dont nous avions soupçonné l’existence en raison d’anomalies de tracé parcellaire sur le cadastre napoléonien de Drouges.

17 M. Fontugne, Centre des faibles radioactivités, C.N.R.S.6 – C.E.A., Gif-sur-Yvette. Echantillons Gif-9109 et 9110.

18 Cadastre de Retiers (Ille-et-Vilaine) 1983, parcelle ZP 162. Superficie 5 ha 61a 20 ca. La parcelle aujourd’hui reboisée en occupe environ la moitié.

19 Nous pensons en particulier aux enclos circulaires, restes de tumuli, qui se voient non loin de là à Visseiche, Bais, Livré… Nous avons fouillé l’un d’eux à Chantaleau en Visseiche et deux datations 14C se placent au Hallstatt final : échantillon Ly -11522 : âge calibré -827 à -412 av. J.-C. Echantillon LY-11521 : âge calibré -762 à -396 av. J.-C. (Intervalle 95 % de confiance). La céramique confirme cette datation. Quant aux tumuli du même type conservés en forêt, nous pensons aux nombreuses concentrations de telles structures repérées en forêt de Rennes par le CeRAPAR ; il serait cependant souhaitable qu’elles soient l’objet de fouilles et donc de datations sûres.

20 Pour les origines et les débuts de la seigneurie de La Guerche : Meuret 1993c.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les forêts- « frontières » à l’est de la Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 2. Forêt de la Guerche, Rannée (Ile-et-Vilaine). Topographie, hydrographie, toponymie.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 3. Géologie. Forêts de la Guerche - Rannée (Ile-et-Vilaine).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 4. Dépôts de l’âge du Bronze, Forêt de La Guerche.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 5. Les enceintes de la Forêt de la Guerche.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 6. Monnaies gauloises, Forêt de la Guerche.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 7. Le complexe gaulois et gallo-romain de la ligne Anne, Forêt de La Guerche.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende Photo 1. Voie romaine Angers - Rennes fossilisée dans la forêt .
Crédits (Cl.G. Leroux)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Photo 2. Parcelle des Loiries - Retiers (Ille-et-Vilaine) gagnée par la forêt en 20 ans .
Crédits (cl. J.-C. Meuret)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Photo 3. Enceinte annulaire de la Guigne-en-Bois: le taillis du M’na. Corne N. -O. de la forêt
Crédits (Cl. J.-C. Meuret.)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Photo 4. Marécage du Masse avec sa motte et dans un enclos.
Crédits (Cl. J.-C. Meuret)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 8. Forêt de La Guerche, sites gallo-romains.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 9. Forêt de La Guerche, Sites du haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Photo 1. Dans la grande enceinte gauloise de ligne Anne en 1991
Crédits (Cl. J.-C. Meuret)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Photo 2. Silo de la Ligne Anne à moitié fouillé - 1991 .
Crédits (Cl. J.-C. Meuret)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Photo 3. Statère cénoman- Fouille Ligne Anne 1992.
Crédits (Cl. C. Lambert)
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 10. Forêt de La Guerche, Rannée (Ile-et-Vilaine), Le village abandonné du Masse.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 11. Enclos et enceintes sur la marche Bretagne – Anjou, prospection aérienne et pédestre.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Fig. 12. Enceinte proche de La Feutelle, Forêt de La Guerche – Rannée (Ille-et-Vilaine).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 13. Enceinte proche de La Guigne-en-Bois, Forêt de La Guerche – Rannée (Ille-et-Vilaine).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8528/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search