Version classiqueVersion mobile

Silva et saltus en Gaule Romaine : Dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales

 | 
Vincent Bernard
, 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

3. L’exploitation de la forêt

La forêt en Touraine avant et après la conquête romaine : un espace domestiqué ? Bois du temple, rue Émile Zola à Tours (F-37, Indre-et-Loire)

Sébastien Durost et Georges Lambert

Texte intégral

1. Introduction

1Entreprises en 1994, les fouilles archéologiques du site 033-LAUT au 6, rue Émile Zola à Tours (F-37), apportent une contribution originale à la connaissance du milieu forestier de la région Centre durant l’Antiquité (Rodier 1994). Sans doute établie par Auguste (27 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.) aux alentours de 10 ap. J.-C., la ville antique de Tours, appelée Caesarodunum, s’élève dans la plaine alluviale de la Loire et de son affluent le Cher. Cette cité constitue, aux premiers siècles de notre ère, un carrefour important de communication entre la Gaule Belgique, la Gaule Aquitaine et la côte atlantique (Coudert 1987). Les recherches archéologiques effectuées dans la rue Émile Zola montrent l’existence d’un temple à cella circulaire dont l’assise repose sur une véritable « forêt » de pieux en chêne (Rodier 1994). Malgré une fenêtre de fouille limitée par le contexte urbain de la ville moderne, ce n’est pas moins de 900 pieux taillés par les hommes (1/10e du potentiel estimé du site), dans des arbres ayant vécu aux IIe et Ier siècles avant notre ère, qui sont mis au jour et qui représentent autant de témoins possibles de l’histoire de la forêt et des hommes qui la fréquentent en ces temps anciens.

2201 échantillons de la rue Émile Zola (fig. 1) ont fait l’objet d’une datation dendrochronologique (Lambert et Doucerain 1994a ; 1994b ; Locatelli 1995). Les récentes avancées de la dendrochronologie du chêne, au laboratoire Chrono-Environnement de Besançon, permettent de proposer de nouveaux outils pour la recherche concernant, la datation, le climat et l’environnement (Durost 2001 ; Lambert 2002 ; Houbrecht et Lambert 2004 ; Durost 2005). Nous avons développé une nouvelle méthode d’analyse concernant, à la fois, la correction des mesures des largeurs de cernes et la manipulation des calculs de corrélation (Lambert et al. 2005). Ces nouvelles techniques ont conduit à la reconstruction d’une base de données de référence dendrochronologique, nommée CLASSIC-OAKS-20050101 (Durost 2005 ; Durost et Lambert 2005), utile pour la datation des bois du nord et de l’est de la France ainsi que l’appréhension du milieu forestier durant l’Antiquité. En raison de la fixité des arbres, toute chronologie de cernes peut être considérée comme un enregistrement continu dans le temps d’un certain nombre de paramètres d’un environnement donné. Ainsi toute modification de la croissance des arbres, au cours du temps, apparaît comme l’indicateur, l’« indice » d’une modification significative d’un ou plusieurs de ces paramètres. À l’inverse, l’observation d’une relative homogénéité du signal de croissance, sur des surfaces d’étendue variable, assure la reconnaissance des aires où, corrélativement, les conditions sont elles-mêmes sensiblement homogènes. Il est ainsi possible de résoudre, de manière à la fois logique et opérationnelle, le problème essentiel de la délimitation des zones d’influences de ces conditions – extra régionales, régionales, locales, stationnelles. C’est dans ces deux dernières catégories, locales et stationnelles, que nous pouvons espérer mettre en évidence l’activité de l’Homme dans l’environnement immédiat des arbres.

Fig. 1. Distribution des âges observés des 201 échantillons de chêne du site de la rue Émile Zola à Tours. Les séries analysées conservent en moyenne 106 cernes.

Fig. 2. Correction de la largeur brute (valeurs mesurées) des cernes : a - écrêtage des plus grands cernes, b - calcul d’un corridor polynomial, c - rectification du corridor et des données incluses.

2. Méthode dendrochonologique

2. 1. Correction des largeurs de cerne

3La production de bois résulte d’un fonctionnement physiologique complexe. En un cerne se concentrent la part de la biologie, la dynamique du peuplement, l’environnement et le signal climatique. À ces facteurs s’ajoutent des paramètres internes à l’arbre, en particulier son âge, l’arbre tendant à produire un cerne de plus en plus petit à mesure que le temps passe. Ce phénomène, lié à la sénescence, gêne grandement la comparaison de la croissance d’arbres d’âges différents (fig. 1) au cours du processus de datation. Cette difficulté est aggravée par la diversité même des biotopes et par l’activité de l’Homme dans l’environnement immédiat des arbres. Pour pallier ces problèmes, les séries dendrochronologiques sont corrigées ou « calibrées ». La liste des largeurs de cernes mesurées est alors remplacée par une série d’indices de croissance. La méthode du « corridor » (Lambert et al. 2005), choisie pour reconstruire les chronologies, applique simultanément, à chaque échantillon, trois régressions curvilinéaires. Le principe consiste à tracer un couloir ou corridor courbe qui s’ajuste au mieux aux variations générales de la croissance (fig. 2). Ce corridor est ensuite rectifié pour prendre la forme d’un rectangle et entraîne consécutivement le déplacement de tous les points de la chronologie incluse (morphing). Le résultat obtenu, qui conserve une grande partie du potentiel informatif du cerne, est suffisamment stable pour engager des calculs de corrélations (fig. 3).

Fig. 3. Résultat de la correction appliquée à trois séries dendrochronologiques du site. Le signal corrigé est plus aisément calculable que le signal brut.

2. 2. Principe de datation

4Le principe de datation consiste alors à exprimer au mieux un maximum de corrélations admises entre une chronologie et ses voisines, que ce soit à l’échelle du site (séries individuelles), à l’échelle locale (moyennes de site ou de secteur) ou à une échelle interrégionale. Les calculs conduits sur l’indice de croissance corrigé débouchent sur trois estimateurs des synchronismes : 1 – le coefficient de corrélation (r), calcul universel dans le domaine des statistiques, 2 – la valeur t de Student, déduite du coefficient de corrélation, qui permet de calculer : 3 – le risque d’erreur lié au résultat, donc sa non probabilité théorique ou sécurité. Cette dernière permet de juger du caractère homogène ou hétérogène d’un groupe de chronologies. Lors du processus de datation, les sécurités obtenues entre un échantillon et tous ses voisins sont intégralement calculées. Dans le cas des bois de la rue Émile Zola, l’ensemble des corrélations obtenues entre tous les bois (176 séries) est résumé dans une matrice de sécurité dont le taux de « noir » est proportionnel à la sécurité globale du résultat (fig. 4). Cette matrice est aussi appelée matrice de corrélation. En raison de l’énorme quantité de bois mis en œuvre par la construction, il n’aurait pas été surprenant que plusieurs secteurs forestiers soient exploités pour alimenter ce chantier. Cependant, la matrice de sécurité montre, à l’inverse de cette hypothèse, l’image d’un groupe très homogène et soumis aux mêmes conditions de croissance. Il apparaît, au vu de ces résultats, que les arbres ayant servi à réaliser les pieux de fondations du temple, sont issus probablement d’un même gisement forestier. Cela sous-entend que les constructeurs de l’édifice devaient disposer d’une forêt suffisamment importante pour subvenir à leurs besoins. D’autre part, il faut noter que la méthode utilisée ici a entraîné la mise à l’écart de 25 chronologies individuelles par rapport aux propositions faites en 1994 et 1995 (Lambert et Doucerain 1994 a et b ; Locatelli 1995). Cela s’explique car certaines d’entre elles sont courtes (fig. 1) et, dans ce cas, l’exercice de datation débouche souvent sur plusieurs propositions concurrentes parmi lesquelles, faute d’arguments décisifs, nous ne pouvons pas choisir. Une autre partie des séries écartées concerne des croissances fortement altérées par divers accidents dont les causes, difficiles à expliquer, sont sans doute imputables à l’impact, volontaire ou non, de l’Homme sur la végétation.

Fig. 4. Matrice carrée des sécurités calculées entre les 176 séries intégrées dans la chronologie de site Tours. EmileZola-SD52. La matrice est rangée, de gauche à droite et de haut en bas, dans l’ordre croissant des terminus des bois. La densité de noir est proportionnelle à la sécurité globale du résultat. Les matrices carrées dendrochronologiques présentent la particularité de contenir des cases « vides » qui correspondent à des absences de chevauchement des chronologies. Ici, la matrice tend à s’éclaircir quelque peu dans la partie supérieure gauche. Cela correspond à la période la plus ancienne de la chronologie où le nombre d’échantillons est beaucoup plus faible : moins de 50 individus entre 239 et 100 av. J.-C. (voir fig. 9).

5Au-delà de ces considérations, la « qualité » de la matrice de corrélation est plus que suffisante pour autoriser la construction d’une moyenne dendrochronologique de synthèse (moyenne de site) fortement représentative de la croissance du chêne dans ce secteur. Cette chronologie de site est comparée à son tour aux autres moyennes de sites supposées contemporaines. Une date est trouvée lorsqu’elle produit un jeu de corrélations crédible et convergeant (fig. 5a). Ici la fiabilité du résultat ne fait aucun doute. La chronologie de site Tours. EmileZola-SD52 est datée de 239 av. J.-C. à 40 ap. J.-C. La projection sur une carte de la qualité des liens, calculés entre le site de Tours et ses voisins, donne une vision géographique de ce résultat (fig. 5b). Notons que la crédibilité d’une date dendrochronologique comprend deux dimensions : la qualité des corrélations entre chronologies et la densité du réseau de liens obtenus. La chronologie de site Tours. Emile Zola-SD52 participe du système de référence dendrochronologique CLASSIC-OAKS-20050101 qui comporte 74 chronologies de sites et couvre une période de 739 ans entre 546 av. J.-C. et 193 ap. J.-C. (Durost 2005). La chronologie de synthèse CLASSIC-OAKS-20050101 s’intègre, quant à elle, parfaitement dans le système dendrochronologique ouest-européen (Pilcher et al. 1984 ; Neyses 1991 ; Baillie 1995 ; Friedrich et Hennig 1995 ; Durost et Lambert 2005) (fig. 6), via les chronologies de Trèves (Allemagne de l’Ouest ; Hollstein 1980) et de Stuttgart/Munich (Allemagne du Sud ; Becker et al. 1985 ; Huber et Gierzt-Siebenlist 1969).

Fig. 5. Datation de la chronologie Tours. Emile Zola-SD52. Dans un balayage effectué entre 550 av. J.-C. et 200 ap. J.-C., le logiciel propose une série de dates possibles. a – histogramme de corrélations des dates proposées. Les référentiels listés sont ceux qui ont livré la date retenue (40 ap. J.-C.). b - réseau des corrélations projeté sur la carte. Le contenu actuel de la base de données de référence déficitaire en sites occidentaux explique le déséquilibre du graphe en faveur des corrélations vers l’est.

Fig. 6 : Base de référence du calendrier dendrochronologique de l’Europe de l’Ouest. La chronologie CLASSIC-OAKS-20050101 est datée sur deux références allemandes (Hollstein 1980 ; Pilcher et al. 1984 ; Baillie 1995). Le système CLASSIC-OAKS complète la base de référence dendrochronologique de l’Europe de l’ouest. (Durost 2005 ; Durost et Lambert 2005).

2. 3. Détermination des phases d’abattage

6Lorsque la chronologie de site est datée, tous les individus qui la composent et donc tous les cernes mesurés se trouvent, par conséquent, situés dans un calendrier annuel. Mais seuls les échantillons qui possèdent l’écorce ou la couche de cambium (immédiatement présente sous l’écorce) livrent la date d’abattage des arbres, c’est-à-dire le moment où les hommes sont intervenus dans la forêt. La fouille de la rue Émile Zola a fourni un taux exceptionnel de cambium. 51 chronologies individuelles de la moyenne Tours. EmileZola-SD52 se terminent sur cambium. Ces éléments datent alors, à l’année près, l’activité forestière entreprise pour la construction du temple (fig. 7). Les coupes ont eu lieu en 38, 39 et 40 ap. J.-C.

7Pour les autres chronologies, la date d’abattage ne peut pas être donnée avec précision quand le cambium est absent. Mais une estimation de cette date d’abattage est néanmoins possible lorsque des échantillons conservent de l’aubier. On peut estimer que dans 96,5 % des cas, les aubiers du chêne sont compris entre 4 et 34 cernes (Durost et Lambert 2005). À partir du nombre de cernes d’aubier restant sur un échantillon, on peut alors estimer le nombre maximum de cernes d’aubier manquants et ainsi obtenir, avec une incertitude de 3,5 %, une fourchette chronologique probable de l’année d’abattage de l’arbre. Bien entendu, la pratique de cette estimation ne prend véritablement son sens que dans le cas où elle est appliquée à des ensembles d’arbres suffisamment nombreux. C’est le cas ici car 32 bois, dotés d’aubier résiduel, sont susceptibles d’avoir été abattus à l’une des dates signalées plus haut : 38, 39 et 40 ap. J.-C. (fig. 7 et 8) alors que 19 autres ont été abattus, au plus tôt en 41, car leur cerne de l’année 40 ap. J.-C. est bien présent (fig. 8a). En conséquence, ce groupe montre que les hommes sont intervenus en forêt pendant au moins 4 ans. Par ailleurs, un autre échantillon à aubier n’a pu, théoriquement, être abattu après 20 ap. J.-C. (fourchette d’estimation au risque de 3,5 % : entre 4 av. J.-C. et 20 ap. J.-C. ; fig. 8d). Cette date précoce indique plutôt une récupération. Pour les individus à aubier restants, l’abattage des arbres s’étalerait jusque vers l’année 50 ap. J.-C. (fig. 8b et c), sans vraiment la dépasser significativement.

Fig. 7. 40 bois de l’ensemble archéologique 1029 de la rue Émile Zola à Tours sont porteurs du cambium, qui date l’abattage à l’année près. Les arbres ont été abattus pendant trois années successives (38, 39 et 40 ap. J.-C.). L’ensemble 1036 se date strictement au même moment.

Fig. 8. Estimation des phases d’abattages à partir des échantillons à aubier. L’ensemble des bois à aubier confirme une période de mise en place du pilotis antérieure à 50 ap. J.-C.

3. Analyse du signal dendrochronologique

3. 1. Couverture et âge moyen

8Dans sa partie finale, la chronologie moyenne Tours. EmileZola-SD52, longue de 279 ans, est potentiellement représentative de la croissance du chêne en Touraine. En effet, à partir de 100 av. J.-C., la « puissance » ou « profondeur » (depth) du signal – plus de 100 arbres par an – est suffisante pour appréhender le milieu jusqu’en 40 ap. J.-C., date terminale de la chronologie. L’augmentation rapide du nombre d’arbres à partir de 100 av. J.-C. témoigne d’une distribution large de l’âge des bois abattus, in fine, autour de 40 ap. J.-C. (fig. 9). À peu près autant d’arbres de plus de cent ans (105) que d’individus plus jeunes (96) ont été utilisés simultanément. La gamme des âges, qui s’étale de 320 à 30 ans (fig. 1), indique bien une absence de sélection par l’âge. Cela suggère fortement une coupe à blanc qui ne laisse aucun arbre sur pied. La sélection des chênes s’est surtout portée sur le diamètre des fûts qui ne doit pas descendre en dessous d’un minimum pour constituer une assise convenable, dans une densité observée du pilotis de quinze bois au mètre carré (Rodier 1994 ; Locatelli 1995). Les vieux chênes, aux plus forts diamètres, ont été refendus afin de donner plusieurs pieux sur une même longueur. L’échantillonnage, à partir de 100 av. J.-C., représente donc la futaie dans toute sa diversité.

3. 2 Années caractéristiques et signatures dendrochronologiques

9La puissance des cent quarante dernières années met en lumière des années caractéristiques (event years) et des signatures intéressantes. Ces informations, typiquement dendrochronologiques, conduisent au milieu forestier et au climat de l’époque. Les années caractéristiques sont des reprises ou des chutes de croissance simultanées, entre deux années consécutives, observées sur une majorité d’arbres (Huber et Giertz-Siebinlist 1969 ; Lambert 1998 ; Lambert et al. 2005). Une année caractéristique positive indique une reprise de croissance d’une année sur l’autre qui affecte la plupart des individus, alors qu’une année caractéristique négative désigne une chute de croissance. Ainsi l’année caractéristique est une notion liée au groupe, à la population : plus le nombre d’échantillons observés est important, plus la signification de l’année caractéristique devient symptomatique d’un événement fort qui a touché les arbres. Ces années particulières sont très utiles lors du processus de datation car elles représentent autant d’évènements et repères qui définissent une population donnée à un moment donné. Le lot de bois issus des fouilles de la rue Émile Zola comporte un très fort taux d’années caractéristiques (fig. 10). 40 % des années de la période 100 av. J.-C. – 40 ap. J.-C. sont caractéristiques. Ce taux est remarquable vu la diversité de l’âge des arbres considérés dans cet intervalle de temps. Il légitime en plus le postulat de la contemporanéité des bois. Un tel parallélisme de l’oscillation de la croissance du chêne implique une très grande homogénéité de la zone forestière exploitée pour le chantier du temple. Cette hypothèse, déjà avancée plus haut à partir de la matrice de sécurité (fig. 4), se voit donc solidement installée. Dès lors, les arbres ont sûrement été coupés dans un même secteur, pédologiquement et morphologiquement homogène.

Fig. 9. Densité de l’information et âge moyen des arbres étudiés à Tours. L’entrée des bois d’âge de plus en court dans la chronologie est progressive. L’arrivée des arbres plus jeunes ne parvient pas à infléchir la courbe de vieillissement général. Le signal dendrochronologique moyen est donc un bon indicateur d’un mélange équilibré d’arbres d’âges différents se côtoyant en forêt.

Fig. 10. Années caractéristiques de la chronologie Tours. EmileZola-SD52 pour la période comprise entre 80 av. J.-C. et 40 ap. J.-C. Projection de ces mêmes années sur 19 individus du groupe. Les bandes les plus sombres indiquent des années caractéristiques négatives (chutes de croissance) et les bandes les plus claires des années caractéristiques positives (reprises de croissance). Noter les différences de rythme..

10La notion d’année caractéristique s’étend à celle de signature dendrochronologique. Une signature ou moment signé est une suite d’années caractéristiques, contiguës ou quasi contiguës. Dans sa période finale, la chronologie Tours. EmileZola-SD52 présente huit signatures du système général Classic-Oaks-20050101, visibles en Gaule, dans une cinquantaine de sites répartis sur 200 000 kilomètres carrés (fig. 11 ; Durost 2005). Ces signaux, perçus sur plus de mille arbres, en concernent, en réalité, des centaines de milliers. Leur signification dépasse largement le cadre du secteur ou de la région. Ils sont le produit de facteurs climatiques cohérents affectant, au moins, les trois quarts de la Gaule. En conséquence, une chronologie de site, dont la plupart des signatures suivent de près le modèle général, est donc, localement, un bon indicateur du climat. Inversement, une chronologie, moins bien corrélée au signal général, trahit un jeu de stimuli localisés, et probablement induits par l’environnement immédiat. Environnement particulier qui a alors intercepté les facteurs climatiques avant de les transmettre à l’arbre. Local par essence, anarchique en regard des processus naturels, l’impact de l’Homme sur le signal du chêne, en plaine ou en zones de faible relief, est largement soupçonnable dans les passages mal signés à grande échelle.

3. 3. Anthropisme et paléo-environnement

11Or la dendrochronologie au service de l’archéologie étudie des bois souvent porteurs de stigmates dus à l’Homme. Parmi ceux-ci, la déforestation brutale, l’incendie, l’éclaircie sélective, la paissance en milieu boisé, la culture forestière, l’ébranchage ou l’émondage laissent des marques plus ou moins caractéristiques dans les cernes (Bernard 1998). Marques qui doivent être distinguées d’autres, plus naturelles mais locales, comme le battement de la nappe phréatique (Girardclos 1999). Le déterminisme de ces facteurs locaux, objet de nombreuses études, implique une bonne connaissance du milieu dans lequel les arbres ont vécu (Fritts et al. 1965 ; Fritts 1976 ; Niemen 1988 ; Bert 1992 ; Becker et al. 1994 ; Badeau 1995 ; Granier et al. 1995 ; Lambert 1998). Les arbres de Tours grandissent, dans une certaine harmonie, jusque vers 20 av. J.-C. Déjà évoquée à plusieurs reprises, l’excellente corrélation de leurs croissances, dans la période 100 – 20 av. J.-C., qui témoigne d’un environnement homogène, s’interrompt brutalement pour donner lieu à un relatif désordre perceptible jusqu’à la fin de la chronologie (40 ap. J.-C.). Ce désordre est mesuré, chaque année, par l’augmentation de l’écart type des différences de largeurs du cerne (fig. 12). Ainsi les mêmes arbres, qui ont d’abord grandi de concert pendant presque un siècle, se différencient, par leurs croissances, à partir de 20 av. J.-C. Cette différenciation n’est pas constatée à grande échelle sur le système CLASSIC-OAKS. Nous sommes conduits à en déduire une perturbation du milieu forestier, propre à cette population. La comparaison du signal dendrochronologique lissé par une fenêtre mobile de 10 ans comparé graphiquement à celui de CLASSIC-OAKS exhibe la plus longue anomalie – 30 ans – de la période étudiée (fig. 13). Le contraste de comportement de la croissance de ces chênes qui, pendant plusieurs décennies, est d’abord régulière puis ne l’est plus, est difficilement attribuable aux seuls paramètres écologiques naturels. L’écart avec la référence CLASSIC-OAKS, mesuré par une distance euclidienne, est important. Il n’autorise pas à invoquer des facteurs climatiques. Force est donc d’en conclure que la cause de ce désordre « relatif », entre 20 av. J.-C. et 10 ap. J.-C., est probablement la pénétration de la forêt par l’Homme. En particulier, les reprises de croissances qui démarrent respectivement à partir de 17 av. J.-C. et 1 av. J.-C. indiquent de très probables éclaircies (fig. 14). Le type de signal est caractéristique de la reprise de croissance des arbres qui ne sont pas abattus dans les coupes forestières sélectives (Lambert 1996). Ceci indique une activité humaine déjà conséquente. Le fait que même des arbres âgés, en pleine vitalité, aient été marqués par cette activité, ne peut être que la conséquence d’abattage de brins, eux-mêmes largement développés. Ce qui suppose un abattage destiné au bâti. Par ailleurs, parmi les arbres concernés, un certain nombre n’ont pas subi les effets de ces coupes. Ceci nous conduit à supposer que ces premières prédations en forêt étaient plus ponctuelles, quoique répétitives, et réparties dans un vaste espace. L’abattage étant plus ciblé, l’impact sur la forêt est moins concentré en un lieu donné que celle qui va suivre pour la construction du temple.

Fig. 11. Signatures dendrochronologiques. La normalité du signal de Tours se mesure au poids des signatures concordantes qu’il a en commun avec la chronologie générale CLASSIC-OAKS. Ces passages indiquent une bonne adéquation entre facteurs dendrochronologiques et climatiques. En dehors de ces moments, l’indépendance relative du signal de Tours demande à être expliquée.

Fig. 12. L’oscillation de haute fréquence du signal de Tours, stable sur 80 ans, augmente brutalement à partir de 20 av. J.-C. et ne retrouve pas son niveau précédent. Cette « agitation » du signal exprime des écarts interannuels importants. Elle est indicatrice d’une perturbation du milieu forestier, perturbation étrangère au début de la période.

Fig. 13. La tendance du signal de Tours, comparée à celle de CLASSIC-OAKS, affirme une certaine indépendance entre 20 av. J.-C. et 10 ap. J.-C. Cela nous conduit à rechercher des causes locales de cet écart à la normalité du reste de la Gaule tempérée..

4. Conclusion

  • 1 NDE. La datation dendrochronologique de ces bois est en discordance de près de 50 ans avec la datat (...)

12La démarche du dendrochronologue est donc hybride. Dans un premier temps, il use des meilleures corrélations pour dater. Il travaille à améliorer ses corrélations pour renforcer la sécurité de ses dates. Dans ce parcours, il est amené à normaliser l’information de façon à disposer d’une large visibilité géographique. Puis, dans une direction inverse, il considère les écarts irréductibles auxquels il se heurte, tant au point de vue de la normalité du signal que de la régularité des calculs de corrélation. Cette autre réflexion débouche sur des considérations de détails comme, par exemple, cette perception de l’habitat à Tours en 17 et en 1 av. J.-C., en dehors de la considération de tout élément archéologique autre que le bois. De plus, nous suggérons que la façon d’exploiter la forêt, en 38 – 41 ap. J.-C. est plus systématique (plus institutionnelle ?) que les précédentes1.

Fig. 14. Les reprises de croissance a et b sont propres à la chronologie de Tours. Elles expliquent l’augmentation de l’amplitude de l’oscillation du signal de haute fréquence et l’indépendance du signal de moyenne fréquence. Relativement brèves et violentes, elles sont typiques de la réaction d’arbres dont l’environnement a été brutalement dégagé. L’abattage d’arbres voisins en 18/17 et en 2/1 av. J.-C. nous paraît être une hypothèse convenable.

Sources et collaborations

13CNRS, Laboratoire de Chrono-Environnement, Université de Franche-Comté, Besançon (France).

14CNRS, Laboratoire d’Anthropologie, Centre d’Archéobotanique, Université de Rennes I, Rennes (France).

15CNRS, Institut Méditerranéen d’Ecologie et de Paléoécologie, Aix-en-Provence (France).

16Centre Européen d’Archéométrie, Université de Liège (ULg), Liège (Belgique).

17Musée d’Archéologie de Neuchâtel, Neuchâtel (Suisse).

18Entreprise CEDRE, Besançon (France).

19DENDRONET, Labör für Holzanalyse, Bohlingen (Allemagne).

20Centre européen d’archéologie du Mont-Beuvray, Glux-en-Glenne (France).

Bibliographie

Références bibliographiques

BADEAU V., 1995 – Étude dendroécologique du hêtre (fagus sylvatica L.) sur les plateaux calcaires de Lorraine. Influence de la gestion sylvicole. Thèse de Doctorat, Université de Nancy I, 1995, 238 pages.

BAILLIE M.G.L., 1995 – A slice trough time. Dendrochronology and precision dating. B.F. Batsford Ltd, London, 1995, 176 p.

BECKER B., BILLAMBOZ A., EGGER H., GASSMANN P., ORCEL A., ORCEL C., RUOFF U., 1985 – Dendrochronologie in der Ur und Frühgeschichte. Die Absolute Datierung von Pfahlbausiedlungen nördlich der Alpen im Jahringkalender Mitteleuropas, Société Suisse de préhistoire et d’archéologie, Antiqua, 11, Bâle, 1985, 68 p.

BECKER B., NIEMINEN T.-M., GEREMIA F., 1994 – Short-term variations and long-term changes in oak productivity in northeastern France. The role of climate and atmospheric CO2. Annales des Sciences Forestières, 51, 1994, p. 477-492.

BERNARD V., 1998 – L’Homme, le Bois et la Forêt en France du Nord du Mésolithique au Haut Moyen-Age. BAR International series, Hedges, Oxford, 1998, 200 p.

BERT G.-D., 1992 – Influence du climat, des facteurs stationnels et de la pollution sur la croissance et l’état sanitaire du sapin pectiné (Abies alba Mill.) dans le Jura. Étude phytoécologique et dendrochronologique. Thèse de doctorat, Université de Nancy I, I.N.R.A. lab. De phytoécologie forestière, 1992, 200 pages.

COUDERT J.-M., 1987 – Dictionnaire des communes de Touraine, édition CLD, p. 831-838.

DUROST S., 2001 – Reconstruction calculée de la période Protohistorique et Gallo-Romaine du référentiel dendrochronologique « Bassin-Parisien 8 » élaboré en 1997 par V. Bernard. Mémoire de DEA, A. Daubigney dir., Université de Franche-Comté, Besançon, 2001, 106 pages.

DUROST S., 2005 – Dendrochronologie et dendroclimatologie du 2e âge du Fer et de l’époque romaine dans le Nord et l’Est de la France. Datations, Système de références et modélisations. A. Daubigney dir., Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, Besançon, 2005, 175 pages, 100 annexes.

DUROST S., LAMBERT G., 2005 – Révision dendrochronologique du Nord de la France à l’âge du Fer et au début de l’époque romaine. In : BARRAL (P. ), DAUBIGNEY (A.), DUNNING (C.), KAENEL (G.), ROULIÈRE-LAMBERT (M.-J.) dir. – L’âge du Fer dans l’arc jurassien et ses marges. Dépôts, lieux sacrés et territorialité à l’âge du Fer. Actes du XXIXe colloque de l’A.F.E.A.F., Bienne, 5-8 mai 2005. Presses Universitaires de Franche-Comté, Annales Littéraires, série « Environnement, sociétés et archéologie », Besançon, 2006, p. 13-30.

FRIEDRICH M., HENNIG H., 1995 – Dendrochronologische Untersuchung des Hölzer des halltsattzeitlichen Wagengrabes 8 aus Wehringen. Lkr. Augsburg une andere Absolutdaten zur Hallstattzeit. Bayerische Vorgeschichtsblätter, 60, 1995, p. 289-300.

FRITTS H.-C., SMITH D.-G., CARDIS J.-W., BUDELSKY C.-A., 1965 – Tree-ring characteristics along vegetatio gradient in northern Arizona. Ecology, 46, 4, 1965, p. 393-401.

FRITTS H.-C., 1976 – Tree-rings and climate. Academic Press, London, 1976, 567 pages.

GIRARDCLOS O., 1999 – Dendrochronologie du Chêne (Quercus robur, Quercus petraea), influences des facteurs stationnels et climatiques sur la croissance radiale, cas des sols hydromorphes et des climats atlantiques. Applications paléo-écologiques aux bois subfossiles du marais de Brière (Loire-Atlantique). Thèse de Doctorat, Université de Franche-Comté, 1999, 377 pages, 237 figures, 2 annexes.

GRANIER A., BADEAU V., BREDA N., 1995 – Modélisation du bilan hydrique des peuplements forestiers. Revue forestière Française, XLVII, n° sp., 1995, p. 59-68.

HOLLSTEIN E., 1980 – Mitteleuropäische Eichenchronologie. Trierer dendrochronologis — che Forschungen zur Archäologie und Kunstgeschichte. Trierer Grabunden und Forschungen, Rheinisches Landesmuseum, 11, Verlag Ph. Zabern, Mainz am Rhein, 1980, 273 p.

HOUBRECHTS D., LAMBERT G., 2004 – Les arbres, témoins du temps qui passe. Le Temps des Datations, Pour la Science, Dossier hors-série, janvier/mars 2005, Paris, p. 70-75.

HUBER B., GIERTZ-SIEBENLIST V., 1969 – Unsere tausendjährige Eichen-Jahrringchronologie durchschnittlich 57 (10-150) fach belegt Aus den Sitzungsberichten der Oesterr. Akademie der Wissenschaften, Mathem. naturw. K1. Abt, 1/78, Hft 1-4, 1969, p. 37-42.

LAMBERT G., 1992 – Préface. In : Les Veines du temps. Lectures de bois en Bourgogne. Catalogue de l’exposition, Musée Rolin, Autun, Lambert et Maurice dir., 1992.

LAMBERT G., MAURICE B., 1992 – Les Veines du temps. Lectures de bois en Bourgogne. Catalogue de l’exposition Les Veines du temps, Musée Rolin, Autun, Lambert et Maurice dir., 1992, 455 p.

LAMBERT G., DOUCERAIN C., 1994a – Analyse et datation dendrochronologiques de bois provenant du site, 6 rue Émile Zola à Tours (37), rapport d’étude, Laboratoire de Chrono-Écologie, Besançon, 1994.

LAMBERT G., DOUCERAIN C., 1994b – Analyse et datation dendrochronologiques de bois provenant des fouilles d’un temple gallo-romain, 6 rue Émile Zola à Tours (37), rapport d’étude, Laboratoire de Chrono-Écologie, Besançon, 1994.

LAMBERT G., 1996 – Recherche de signaux anthropiques dans les séries dendrochronologiques du Moyen Âge. Exemple des séquences de Charavine-Colletière. In : COLARDELLE M. (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge. Paléoenvironnement des sociétés occidentales. Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale tenu à Grenoble, 6-9 oct. 1996. Errance, Paris, 1996, p. 143-152.

LAMBERT G., 1998 – La dendrochronologie, mémoire de l’arbre. In : FERDIÈRE A. (dir.), La datation en laboratoire. édition Errance, p. 13-169 (Collection « Archéologiques »).

LAMBERT G., 2002 – Datation dendrochronologique des charpentes, crédibilité et précision. In : HOFFSUMMER P. et MAYER J. dir. – Les Charpentes du XIe au XIXe siècles. Typologie et évolution en France du Nord et en Belgique. Centre des Monuments Nationaux, Cahiers du Patrimoine, Editions du Patrimoine, série « Monum », Paris. 2002, p. 85-98.

LAMBERT G., DUROST S., CUAZ J., 2005 – 2500 years from dendrochronology back to historic french human biotopes. Concerned trees : low altitude oaks. Actes du colloque TRACE, Fribourg, 2005, à paraître, 21 p.

LOCATELLI C., 1995 – Étude dendrochronologique de sites gallo-romains en région Centre. Application à des structures en bois du site 033-LAUT, 6 rue Emile Zola à Tours (Indre-et-Loire). Mémoire de DEA, Université de Franche-Comté, Besançon, 66 p.

NIEMINEN T.-M., 1988 – Étude dendroécologique du chêne (pédonculé et sessile) et du hêtre dans une forêt de la plaine Lorraine (F.D. d’Amance). D.E.A. Université de Nancy I, Nancy, 1988, 40 pages.

NEYSES M., 1991 – Kritische Ammerkungen zu Dendrodaten der Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-und Mittelrheingebiet. In : Studien zur Eisenzeit im Hunsrück-Nahe-Raum, Actes du symposium, Birkenfeld, 1987, Trier Zeitschrift, heft 13, Selbstverlag des Rheinschen Landesmuseums Trier, 1987, p. 295-308.

PILCHER J.-R., BAILLIE M., SCHMIDT B., BECKER B., 1984 – A 7272-year tree-ring chronology for western Europe. Nature, vol. 312, 1984, p. 150-152.

RODIER X., 1994 – DFS de sauvetage urgent, Tours « 6, rue Émile Zola » (37261048 AH), Laut, inédit, 67 pages.

SEIGNE J. (dir.), 2007 - Dendrochronologie et datations archéologiques pour la période antique. Compte rendu de la table-ronde du 23/01/06 à Tours, Les Petits Cahiers d’Anatole, n° 20, publication en ligne du Laboratoire Archéologie et Territoires, Tours : http://citeres.univ-tours.fr/doc/lat/pecada/

Notes

1 NDE. La datation dendrochronologique de ces bois est en discordance de près de 50 ans avec la datation archéologique, problème qui se retrouve aujourd’hui dans deux autres sites de Tours antique, pour la même période des Ier-IIe s. ap. J.-C. : voir à ce sujet SEIGNE 2007.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Distribution des âges observés des 201 échantillons de chêne du site de la rue Émile Zola à Tours. Les séries analysées conservent en moyenne 106 cernes.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 2. Correction de la largeur brute (valeurs mesurées) des cernes : a - écrêtage des plus grands cernes, b - calcul d’un corridor polynomial, c - rectification du corridor et des données incluses.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 3. Résultat de la correction appliquée à trois séries dendrochronologiques du site. Le signal corrigé est plus aisément calculable que le signal brut.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 4. Matrice carrée des sécurités calculées entre les 176 séries intégrées dans la chronologie de site Tours. EmileZola-SD52. La matrice est rangée, de gauche à droite et de haut en bas, dans l’ordre croissant des terminus des bois. La densité de noir est proportionnelle à la sécurité globale du résultat. Les matrices carrées dendrochronologiques présentent la particularité de contenir des cases « vides » qui correspondent à des absences de chevauchement des chronologies. Ici, la matrice tend à s’éclaircir quelque peu dans la partie supérieure gauche. Cela correspond à la période la plus ancienne de la chronologie où le nombre d’échantillons est beaucoup plus faible : moins de 50 individus entre 239 et 100 av. J.-C. (voir fig. 9).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Datation de la chronologie Tours. Emile Zola-SD52. Dans un balayage effectué entre 550 av. J.-C. et 200 ap. J.-C., le logiciel propose une série de dates possibles. a – histogramme de corrélations des dates proposées. Les référentiels listés sont ceux qui ont livré la date retenue (40 ap. J.-C.). b - réseau des corrélations projeté sur la carte. Le contenu actuel de la base de données de référence déficitaire en sites occidentaux explique le déséquilibre du graphe en faveur des corrélations vers l’est.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 6 : Base de référence du calendrier dendrochronologique de l’Europe de l’Ouest. La chronologie CLASSIC-OAKS-20050101 est datée sur deux références allemandes (Hollstein 1980 ; Pilcher et al. 1984 ; Baillie 1995). Le système CLASSIC-OAKS complète la base de référence dendrochronologique de l’Europe de l’ouest. (Durost 2005 ; Durost et Lambert 2005).
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Fig. 7. 40 bois de l’ensemble archéologique 1029 de la rue Émile Zola à Tours sont porteurs du cambium, qui date l’abattage à l’année près. Les arbres ont été abattus pendant trois années successives (38, 39 et 40 ap. J.-C.). L’ensemble 1036 se date strictement au même moment.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 8. Estimation des phases d’abattages à partir des échantillons à aubier. L’ensemble des bois à aubier confirme une période de mise en place du pilotis antérieure à 50 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Fig. 9. Densité de l’information et âge moyen des arbres étudiés à Tours. L’entrée des bois d’âge de plus en court dans la chronologie est progressive. L’arrivée des arbres plus jeunes ne parvient pas à infléchir la courbe de vieillissement général. Le signal dendrochronologique moyen est donc un bon indicateur d’un mélange équilibré d’arbres d’âges différents se côtoyant en forêt.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Fig. 10. Années caractéristiques de la chronologie Tours. EmileZola-SD52 pour la période comprise entre 80 av. J.-C. et 40 ap. J.-C. Projection de ces mêmes années sur 19 individus du groupe. Les bandes les plus sombres indiquent des années caractéristiques négatives (chutes de croissance) et les bandes les plus claires des années caractéristiques positives (reprises de croissance). Noter les différences de rythme..
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 11. Signatures dendrochronologiques. La normalité du signal de Tours se mesure au poids des signatures concordantes qu’il a en commun avec la chronologie générale CLASSIC-OAKS. Ces passages indiquent une bonne adéquation entre facteurs dendrochronologiques et climatiques. En dehors de ces moments, l’indépendance relative du signal de Tours demande à être expliquée.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Fig. 12. L’oscillation de haute fréquence du signal de Tours, stable sur 80 ans, augmente brutalement à partir de 20 av. J.-C. et ne retrouve pas son niveau précédent. Cette « agitation » du signal exprime des écarts interannuels importants. Elle est indicatrice d’une perturbation du milieu forestier, perturbation étrangère au début de la période.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 13. La tendance du signal de Tours, comparée à celle de CLASSIC-OAKS, affirme une certaine indépendance entre 20 av. J.-C. et 10 ap. J.-C. Cela nous conduit à rechercher des causes locales de cet écart à la normalité du reste de la Gaule tempérée..
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 14. Les reprises de croissance a et b sont propres à la chronologie de Tours. Elles expliquent l’augmentation de l’amplitude de l’oscillation du signal de haute fréquence et l’indépendance du signal de moyenne fréquence. Relativement brèves et violentes, elles sont typiques de la réaction d’arbres dont l’environnement a été brutalement dégagé. L’abattage d’arbres voisins en 18/17 et en 2/1 av. J.-C. nous paraît être une hypothèse convenable.
URL http://books.openedition.org/pufc/docannexe/image/8468/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteurs

Docteur en Archéologie, Bibracte-Centre archéologique européen, Glux-en-Glenne, F. s.durost@bibracte.fr

CR1 CNRS honoraire, HDR, Laboratoire Chrono-Environnement, UMR 6249, CNRS, Université de Franche-Comté, Besançon, f.joellamb@club-internet.fr

© Presses universitaires de Franche-Comté, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search